Navigation – Plan du site
Dossier thématique

« Dis donc, T’Choupi. Tout le monde doit être servi ! » Le rituel du repas dans les albums illustrés

Permanence, évolutions et portée différenciatrice des normes transmises aux enfants
Doriane Montmasson

Résumé

Particulièrement présent dans la littérature de jeunesse, le rituel du repas est entouré d’un ensemble de normes transmises aux enfants par l’intermédiaire des albums illustrés. À partir de l’étude d’un corpus d’ouvrages destinés aux 5-8 ans et publiés entre 1950 et 2012, cet article propose une analyse diachronique des règles de conduite qui encadrent l’acte alimentaire. Nous verrons tout d’abord que si quelques-unes de ces normes apparaissent comme étant immuables, d’autres ont pour leur part connu des évolutions au cours du temps, reflétant diverses transformations sociétales. Nous montrerons par ailleurs que, loin d’être toujours formulées de la même manière ni de promouvoir exactement les mêmes comportements, certaines de ces normes se révèlent être déclinées différemment selon les livres considérés. Ainsi, en transmettant des messages dissemblables à différents publics, les albums illustrés apparaissent comme étant susceptibles d’avoir une portée différenciatrice et de participer à la construction d’inégalités sociales ou de genre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 SIROTA, R., Enfance modèle, modèle d'enfance ? La représentation de l'enfance au travers du rite de (...)
  • 2 MANGEARD-BLOCH, N., Le premier jour d’école dans les livres pour enfants : normes et représentation (...)
  • 3 RIVIERE, C., Les rites profanes, Paris, Presses Universitaires de France, 1995.

1Qu’il s’agisse de l’anniversaire1 ou encore de la rentrée scolaire2, de nombreux « rituels » sont abordés dans les albums illustrés destinés aux enfants. Entendus au sens de rites profanes, ces rituels correspondent, selon la définition de Claude Rivière3, à un « ensemble de conduites individuelles ou collectives, relativement codifiées, ayant un support corporel, à caractère plus ou moins répétitif [et] à forte charge symbolique pour leurs acteurs » (p. 11). Parmi les multiples rituels traités dans la littérature de jeunesse, celui du « repas » apparaît comme étant très largement représenté dans les livres pour enfants. Thématique principale de l’ouvrage ou sujet plus secondaire, prises alimentaires quotidiennes (déjeuner, collation, dîner) ou consommations plus exceptionnelles (goûter d’anniversaire, fête de l’Épiphanie, repas entre amis), l’acte de partager de la nourriture est en effet très fréquemment présent dans le contenu textuel ou iconographique des albums illustrés. C’est sur ces livres, qui mettent en scène le temps du repas, que nous avons choisi de porter un regard sociologique.

  • 4 CADOLLE, S., « Séparation et recomposition familiale d’après les livres pour enfants », Recherches (...)
  • 5 CHAMBOREDON, J-C., FABIANI J-L., « Les albums pour enfants, le champ de l'édition et les définition (...)
  • 6 GIANINI BELOTTI, E., Du côté des petites filles, L’influence des conditionnements sociaux sur la fo (...)
  • 7 MONTMASSON, D., La réception de la littérature de jeunesse par les enfants : une fenêtre ouverte su (...)

2Premier objet culturel de l’enfance, la littérature de jeunesse est digne d’un intérêt sociologique à plusieurs égards : support de représentations, elle offre au chercheur une trace non seulement des valeurs que la société souhaite donner à voir aux jeunes générations, mais aussi de leurs évolutions4 ; support de socialisation et de différenciations, elle transmet aux enfants des normes susceptibles de participer à la construction d’inégalités sociales5 ou de genre6 ; support d’interprétations enfin, elle est à même de nous renseigner sur la manière dont les enfants façonnent leur identité, en s’appropriant les messages qu’elle délivre7.

  • 8 RIVIERE, C., Les rites profanes, Paris, Presses Universitaires de France, 1995.
  • 9 « La satisfaction des besoins énergétiques du corps obéit à des régularités qui sont d'un autre ord (...)
  • 10 MORGENSTERN, A. et al., « L’art de l’artichaut et autres rituels : transmission de pratiques social (...)

3En tant que pratique « codifiée »8, le rituel du repas obéit à des règles9 et est ainsi sous-tendu par un ensemble de normes10. Quelles normes la littérature de jeunesse distille-t-elle alors par l’intermédiaire des ouvrages qui mettent en scène le temps du repas ? Comment celles-ci ont-elles évolué au cours du temps et dans quelle mesure s’adressent-elles à tous les enfants de la même manière, quel que soit leur sexe ou encore leur origine sociale ? En somme, comment la littérature de jeunesse, à travers les normes qu’elle diffuse, participe-t-elle à la construction identitaire des jeunes enfants ?

4À partir de l’analyse d’un corpus de livres destinés aux enfants, cet article propose de mettre en lumière les normes transmises par la littérature de jeunesse abordant de près ou de loin le sujet du repas. Nous verrons dans un premier temps que ce rituel apparaît comme étant vecteur de nombreuses normes, à commencer par celle de la commensalité et des règles de civilité à observer pour ne pas mettre à mal le lien social que le repas permet de tisser. Nous montrerons néanmoins par la suite qu’au-delà de cet invariant, la consommation de nourriture est également le lieu de normes moins immuables, pour certaines évolutives, pour d’autres différenciées en fonction du public auquel elles sont adressées. Ainsi l’étude de la littérature de jeunesse permet-elle par exemple non seulement de souligner l’émergence relativement récente de normes en lien avec l’équilibre alimentaire, mais aussi de mettre en exergue la façon dont la discipline du corps associée se trouve parfois déclinée au féminin et au masculin.

Méthodologie

  • 11 MONTMASSON, D., La réception de la littérature de jeunesse par les enfants : une fenêtre ouverte su (...)

5Cet article s’appuie sur l’analyse approfondie d’une sous-partie d’un corpus d’ouvrages de littérature de jeunesse réunis dans le cadre d’une thèse de doctorat11.

  • 12 NIERES-CHEVREL, I. (dir.), PERROT, J. (dir.), Dictionnaire du livre de jeunesse, la littérature d’e (...)

6Ce corpus est essentiellement composé d’albums illustrés – qu’Isabelle Nières-Chevrel et Jean Perrot12 définissent comme des « livres qui combinent le texte et l’image dans un rapport nécessaire » (p. 16) –, publiés entre 1950 et 2012.

  • 13 DETREZ, C., « Il était une fois le corps… La construction biologique du corps dans les encyclopédie (...)
  • 14 Bibliothèque centre documentaire.
  • 15 Appétit, déjeuner, dîner, festin, galette(s), gâteau(x), glouton, goinfre(s), gourmand(e), gourmand (...)

7Destinés à des enfants âgés de 5 à 8 ans, les ouvrages sélectionnés ont été choisis en ce qu’ils étaient disponibles au public au moment de la constitution du corpus. Ce parti rappelle la méthodologie utilisée par Christine Détrez13 pour son étude portant sur la construction biologique du corps dans les encyclopédies pour enfants. Les albums illustrés considérés ont été achetés dans certains points de vente (librairies spécialisées, grandes surfaces), empruntés dans des bibliothèques (bibliothèques municipales, BCD14 d’établissements scolaires) ou encore commandés par l’intermédiaire de sites de vente d’occasion en ligne. Une liste de mots-clefs15 a été dressée et utilisée afin de rechercher des livres dans l’ensemble de ces lieux d’approvisionnement. Les ouvrages rassemblés ont ainsi majoritairement été sélectionnés sur la base de leur titre et plus particulièrement sur la base de la présence, dans celui-ci, de termes faisant directement référence à l’alimentation.

8Au final, le corpus constitué rassemble des albums illustrés possiblement lus, à un moment donné – celui de l’enquête –, par les enfants, et ne réunit par conséquent pas uniquement des ouvrages reconnus par certains prescripteurs (professionnels du secteur, professeurs des écoles, etc.) comme étant de la « bonne » littérature.

Le repas : un rituel créateur de lien social

9Dans la littérature de jeunesse, la consommation de nourriture est avant tout présentée comme un moment convivial, créateur de lien social. Cette fonction fédératrice du repas est révélée par le contenu textuel ou iconographique des ouvrages, dans lesquels la nourriture est en effet le plus souvent consommée en groupe, que ce dernier soit restreint ou plus élargi, composé d’amis ou de membres de la sphère familiale. Si la dimension hautement collective de l’acte alimentaire est particulièrement visible à travers les illustrations – qui mettent très fréquemment en scène des tablées réunissant de deux à plus d’une dizaine de personnages – elle transparaît néanmoins également dans le contenu narratif des albums :

  • 16 CHEVALLIER, M., CAPEK, J., Un gâteau 100 fois bon, Père Castor Flammarion, 1971.
  • 17 DELAHAYE, G., MARLIER, M., Martine fait la cuisine, Casterman, 1974.
  • 18 D’ALLANCE, M., Je t’ai vu, L’école des loisirs, 2004.
  • 19 COURTIN, T., T’Choupi aime la galette, Nathan, 2007.

« Venez chez nous, dirent les enfants pour les consoler, nous partagerons notre déjeuner. La maman des enfants leur donna une petite soupette, de la viandette et des boulettes de pomme de terre, et, par-dessus le marché, un reste de gâteau de la veille. »16
« C’est dimanche. On a invité les grands-parents de Martine à venir dîner en famille. »17
« Oh ! Mais c’est mon Jeannot ! s’exclame Mamie. Il est venu avec plein d’amis ! Du salé, du sucré ! Quelle bonne idée ! Mettez-vous à table, nous allons faire un magnifique goûter ! »18
« Ding-dong ! T’Choupi, c’est papi et mamie ! Ils viennent fêter les rois avec nous. »19

  • 20 D’ALLANCE, M., Je t’ai vu, L’école des loisirs, 2004.
  • 21 DESBORDES, A., MARTIN, P., Le dîner surprise, Albin Michel Jeunesse, 2009.

10L’idée que la nourriture est vectrice de convivialité et permet de tisser des liens entre les êtres est renforcée par le fait que, même lorsque la confection ou la dégustation du repas n’est pas l’objet central du livre, il n’est pas rare que l’intrigue se termine autour d’un dîner, d’une collation ou encore d’un simple gâteau. L’acte alimentaire est alors présenté aux enfants comme un événement fort, permettant de renouer des relations lorsqu’elles ont été mises à mal par les péripéties de l’histoire, de renforcer des affinités par le partage d’un moment festif, ou encore de sceller une amitié naissante. Dans l’ouvrage intitulé Je t’ai vu20, par exemple, Jeannot ne résiste pas à la tentation de goûter au gâteau qu’il est chargé d’amener à sa grand-mère. L’ayant vu grignoter de la sorte, plusieurs animaux de la forêt profitent de la situation pour le contraindre de les laisser en manger à leur tour, si bien qu’il ne reste rapidement plus rien du cadeau. Face à la culpabilité du petit garçon, les animaux décident de l’aider à rassembler des aliments qu’ils convoient ensemble jusqu’au domicile de son aïeule. Le livre se termine par la mise en scène d’un goûter, qui permet ainsi à Jeannot non seulement de faire plaisir à sa grand-mère, mais également de partager un bon moment avec ses nouveaux amis. De la même façon, dans l’album intitulé Le dîner surprise21, une poule offre refuge au loup, qu’elle installe dans sa cuisine. Si ce dernier est en partie caché, plusieurs parties distinctives de l’animal restent néanmoins tour à tour visibles à travers les portes battantes de la pièce (sa queue, ses pattes ou encore ses oreilles). En conséquence, effrayés, les hôtes initialement attendus par la poule s’enfuient tous à la hâte, la porte du domicile à peine ouverte. À la fin du livre, le loup accepte de partager avec la poule le gâteau qu’elle a confectionné :

« Mes amis sont tous partis, Loup, je crois qu’ils n’aimaient pas mon gâteau. C’est dommage… Et toi, est-ce que tu l’aimes ?
D’habitude, dit le loup en s’approchant de la poule, je ne mange que de la poule rôtie dans le feu qui crépite […].
Mais ce soir-là, chez la poule, le loup n’eut pas envie de cela. »

11Cette scène finale permet non seulement de donner à voir la manière dont la nourriture peut contribuer à rapprocher des êtres que tout semble pourtant opposer – ici une proie et son prédateur –, mais également de réaffirmer l’importance du partage dans l’acte alimentaire : tandis que la poule est attristée par le départ de ses amis, le fait de pouvoir partager son gâteau avec le loup lui permet malgré tout de retrouver une vraie joie de vivre, comme en témoigne l’ultime illustration de l’ouvrage.

Figure 1. Illustration - Scène finale de convivialité.

  • 22 DIASIO, N. (dir.), Au palais de Dame Tartine, Paris, L’Harmattan, 2004.
  • 23 LARISSA, M., VAN LEEUWEN, N., Plouf le glouton, Éditions Graphiques Internationales, 1963.

12Car en effet, dans les albums illustrés mettant en scène un temps de repas, l’isolement apparaît comme ayant un statut particulier. Les livres destinés aux jeunes lecteurs participent à véhiculer l’idée selon laquelle la nourriture ne peut, voire ne doit pas être consommée en toute solitude et distillent un ensemble de normes permettant aux enfants de prendre la mesure du fait que l’acte alimentaire doit avant tout symboliser et célébrer l’être ensemble. Ainsi, seuls quelques livres du corpus mêlent, dans leur intrigue, nourriture et solitude. Lorsque cette solitude est choisie, elle est présentée comme un acte d’égoïsme, susceptible de mettre à mal le lien social. Le personnage concerné est alors présenté de façon négative – souvent comme un « glouton » ou un « goinfre » qui ne peut réfréner ses envies – et son comportement reste rarement impuni22. C’est le cas par exemple dans l’ouvrage intitulé Plouf le glouton23. Cet album illustré met en scène un personnage qui ne souhaite pas faire profiter les autres de la carotte qu’il a trouvée. Pris en faute, ce dernier accuse à sa place l’un de ses camarades, avant d’être confondu par la maîtresse et contraint de partager l’aliment convoité :

« – Mmmm… songe-t-il, on dit que les carottes sont si bonnes ! J’ai bien envie d’y goûter. Mais, si je partage avec mes frères et ma sœur il ne me restera rien. Oh ! Je sais ! Je vais l’enterrer et je viendrai après l’école, la grignoter tout seul…
[…]
– À propos, où as-tu trouvé cette carotte ? s’informe Molly avec curiosité.
Plouf ne répond pas. Comment expliquer qu’il voulait la manger tout seul ? Non, ce n’est pas possible !
[…]
– Pinet a volé ma carotte, explique vivement Plouf indigné. Il l’a emportée dans son terrier pour la manger tout seul, le vilain glouton !
[…]
La Maîtresse a tout compris.
– Fi ! Plouf, vilain glouton toi-même, c’est toi qui voulais manger seul ta carotte, n’est-ce pas ? Il n’en est pas question ! Je n’aime pas les gloutons, dit-elle. Nous partagerons cette carotte entre tous. »

  • 24 METS, A., Le jour du gâteau, L’école des loisirs, 2007.

13Dans d’autres livres, la solitude n’est pas le fruit d’un choix opéré par un personnage égoïste, mais bien plutôt un état d’isolement qui semble « s’imposer » au protagoniste. Lorsqu’elle est ainsi subie, la solitude est présentée comme une situation difficilement supportable. En effet, tout se passe comme si le fait de se retrouver seul face à de la nourriture venait renforcer le sentiment d’abandon des personnages, présentés pour certains comme étant désocialisés. L’impératif de convivialité associé au repas se trouve dès lors renforcé par la mise en scène de la tristesse provenant du fait de ne pas pouvoir partager ce moment avec d’autres convives et par la mise en valeur d’une intrigue conduisant bien souvent le protagoniste à trouver une manière de combler cette solitude. Ainsi, dans la plupart des cas, la création d’un nouveau lien social vient apaiser la souffrance initiale du personnage et l’ouvrage s’achève sur une scène festive de repas. C’est le cas par exemple dans l’album intitulé Le jour du gâteau24, dans lequel une vieille dame souffre de l’absence de son fils. Tandis qu’elle confectionne pour lui, chaque mercredi, un gâteau, ce dernier ne fait jamais son apparition et laisse sa maman désespérément seule. C’est alors le fait de pouvoir finalement accueillir, à sa table, un petit garçon et l’ensemble de ses amis, qui permettra à la vieille dame de retrouver son entrain.

Figure 2. Illustration - Scène finale de convivialité.

  • 25 MORGENSTERN, A. et al., « L’art de l’artichaut et autres rituels : transmission de pratiques social (...)

14Il reste à souligner que, parce qu’il doit permettre la création d’un lien social, l’acte alimentaire est également porteur des règles du vivre-ensemble. Il est en conséquence le vecteur de normes transmises aux enfants par l’intermédiaire de la littérature de jeunesse. Ces normes concernent principalement le respect d’autrui et la nécessité de partager – le plus souvent de façon équitable – la nourriture entre tous les convives25. De nombreuses scènes présentent plus ou moins explicitement des situations de partage, qui conduisent les protagonistes à laisser de côté leurs envies égoïstes et à accepter les règles de la convivialité :

  • 26 LARISSA, M., VAN LEEUWEN, N., Plouf le glouton, Éditions Graphiques Internationales, 1963.
  • 27 COURTIN, T. (2007), T’Choupi aime la galette, Nathan.

« La Maîtresse coupe soigneusement [la carotte] en petits morceaux. Pit, Pat, Molly, Plouf, Pinet et Sam surveillent attentivement l’opération. La Maîtresse veille à ce que tous soient servis. Chacun a son morceau.26 »
« Papi dit à T’Choupi : C’est toi qui vas te mettre sous la table et dire à qui il faut donner les parts de galette !
– D’accord ! dit T’Choupi.
– Elle est pour qui, cette part, T’Choupi ?
– Pour moi !
– Et celle-ci ?
– Pour moi aussi !
– Dis donc, T’Choupi, dit papi, tout le monde doit être servi !
– Alors cette part, c’est pour mamie.27 »

  • 28 D’autres éléments de ritualisation auraient pu ici être mis en lumière. Néanmoins, étant le lieu de (...)

15Présentes dans la plupart des livres du corpus, des plus anciens aux plus récents, les normes de commensalité qui entourent la consommation de nourriture apparaissent ainsi comme étant relativement immuables28.

Le repas : un rituel entouré de normes qui évoluent avec le temps

  • 29 HERPIN, N., « Le repas comme institution, Compte-rendu d'une enquête exploratoire », Revue Français (...)
  • 30 BERKANE, N., NESMA, A., Bébé Koala, La galette des rois, Hachette Jeunesse, 2009.
  • 31 Voir figure 2.

16Au-delà du caractère atemporel des valeurs de partage et de convivialité qui le sous-tendent, le rituel du repas a toutefois connu quelques évolutions au cours du temps. La plus importante d’entre elles concerne peut-être les membres que l’acte alimentaire réunit autour de la table29. En effet, si les ouvrages les plus anciens du corpus sont plus nombreux à mettre en scène la sphère familiale, les ouvrages parus après le début des années 1980 abritent pour leur part plus fréquemment des histoires qui se déroulent au sein de la sphère amicale. Ainsi, l’augmentation du nombre d’albums illustrés au sein desquels sont exposés des goûters ou des dîners entre amis, offre une visibilité plus importante aux relations que l’enfant entretient avec son groupe de pairs et à la place qu’il y occupe. Dans ces livres, les figures parentales ou grand-parentales ne sont pas nécessairement absentes, mais, lorsqu’elles sont présentes, restent cantonnées dans des rôles plus secondaires. Par exemple, dans l’ouvrage intitulé Bébé Koala : la galette des rois30, c’est bien le jeune personnage anthropomorphe qui est présenté comme ayant « invité ses petits amis pour le goûter ». La mère de famille est présente et supervise discrètement le groupe, mais ne participe pas au goûter dédié aux enfants et n’intervient pas dans leurs échanges, y compris lorsqu’une dispute éclate. De la même façon, dans l’album intitulé Le jour du gâteau, le groupe de pairs est mis à l’honneur. En effet, le jeune protagoniste qui noue une relation avec la vieille dame finit par inviter chez elle l’ensemble de ses amis. Sur l’illustration finale du livre31, cette dernière est d’ailleurs le seul personnage qui se tient debout, tandis que les enfants sont représentés assis autour de la table.

  • 32 NEYRAND, G., « Évolution de la famille et rapport à l'enfant », Enfances & Psy, vol. 1, n° 34, 2007 (...)
  • 33 DELAHAYE, G., MARLIER, M., Martine fait la cuisine, Casterman, 1974.
  • 34 COURTIN, T., T’Choupi aime la galette, Nathan, 2007.

17Malgré cette tendance, la sphère familiale reste bel et bien présente dans les ouvrages de littérature de jeunesse et de nombreux albums illustrés mettent encore aujourd’hui en scène des repas familiaux. Néanmoins, dans ces livres, une autre évolution transparaît et concerne la place accordée à l’enfant au sein de la famille. Auparavant dernier membre d’une lignée composée d’individus auxquels il adresse des marques de respect, l’enfant devient progressivement l’objet de toutes les attentions. Ce renversement, visible à travers le contenu textuel ou iconographique des albums, est le reflet d’un certain nombre de changements survenus dans la société française dès le milieu des années 1960. L’évolution des formes familiales, qui s’accompagne du constat de la « réversibilité du lien conjugal » et de « l’immuabilité de la filiation32 », confère en effet à l’enfant un statut particulier et fait de lui le pivot de la famille, au sein de laquelle il occupe désormais une place centrale. À titre d’exemple, dans l’ouvrage intitulé Martine fait la cuisine33, la jeune fille fait preuve de déférence à l’égard de sa maman, qu’elle regarde avec admiration, et semble accorder une importance particulière au jugement de son grand-père qui, par sa présence à table, est amené à apprécier les progrès qu’elle a accomplis en cuisine. À l’inverse, dans le livre intitulé T’Choupi aime la galette34, le jeune protagoniste se révèle être, durant toute l’histoire, le centre de l’attention de ses parents et de ses grands-parents. L’importance – voire la primauté – accordée à l’enfant est manifeste dans l’illustration finale de l’album, sur laquelle T’Choupi apparaît comme étant le point de convergence du regard des générations précédentes.

Figure 3. Illustration – L’enfant au centre de la famille.

  • 35 NEYRAND, G., « Évolution de la famille et rapport à l'enfant », Enfances & Psy, vol. 1, n° 34, 2007 (...)
  • 36 CORENTIN, P., Les deux goinfres, L’école des loisirs, 1997.

18Comme le souligne Gérard Neyrand35, il est à préciser que « [c]ette affirmation de l’enfant passe par le déclin de l’autorité parentale coercitive et s’accompagne de la montée du dialogue comme nouveau principe de régulation dans la famille » (p. 144). Le rituel du repas, parce qu’il met en relation les individus, offre ainsi à voir une évolution relative à la manière dont ces derniers interagissent les uns avec les autres et notamment à la façon dont s’exerce l’autorité parentale ou grand-parentale. À ce titre, le nouveau statut accordé à l’enfant se traduit dans la littérature de jeunesse non seulement par une remise en cause de l’autorité des adultes – leurs propos peuvent être nuancés, contredits voire parfois tournés en dérision –, mais également par une utilisation plus souple ou plus implicite de leur ascendant. Ainsi, dans Les deux goinfres36, alors qu’il vient de subir une indigestion nocturne contre laquelle sa maman l’avait pourtant mis en garde, le jeune protagoniste n’hésite pas à contester son diagnostic, voire à la provoquer gentiment :

« Quand, le lendemain matin, maman m’a réveillé avec mon chocolat, je me sentais tout barbouillé.
– Oh, là, là !, qu’elle m’a fait.
– Toi, tu as dû faire un cauchemar… Tu as l’air tout barbouillé… 
– Pas du tout… même que j’ai un petit peu faim, lui ai-je répondu à ma maman. »

  • 37 COURTIN, T., T’Choupi aime la galette, Nathan, 2007.
  • 38 COURTIN, T., T’Choupi fait un gâteau, Nathan, 2001.

19Dans d’autres ouvrages, c’est une manière moins ferme et moins frontale d’exercer l’autorité qui se donne à voir. En effet, dans T’Choupi aime la galette37, le père de famille rappelle au petit garçon qu’il ne peut être désigné roi sans avoir préalablement découvert la fève. La déception de ce dernier est néanmoins immédiatement compensée par la proposition de devenir le responsable de l’attribution des parts de galette. Par cette négociation, l’enfant est ainsi amené, en douceur, à respecter la règle. De la même façon, dans T’Choupi fait un gâteau38, la gourmandise du jeune protagoniste reste impunie :

« C’est l’heure du goûter. Maman entre avec un plat :
– Voilà le gâteau au chocolat fait par T’Choupi ! Oh mais, qu’est-ce que c’est que ce petit trou au milieu ?
T’Choupi devient tout rouge :
– C’est sûrement une souris qui a voulu goûter mon gâteau…
– C’est vrai qu’il est délicieux, ce gâteau, [dit papa]. Bravo T’Choupi ! »

  • 39 TEXIER, O., Crocolou aime les gâteaux, Actes Sud Junior, 2007.

20Enfin, dans Crocolou aime les gâteaux39, le petit garçon ne veut se nourrir que de sucreries. Ses parents, quant à eux, souhaitent qu’il consomme des légumes, plus utiles pour l’organisme et la croissance. Loin d’obliger Crocolou à avaler sa soupe et ses épinards, ces derniers commencent par lui expliquer les raisons de leur refus, puis acceptent sa décision de ne rien manger et dégustent ostensiblement leur repas. Le jeune protagoniste, qui a très faim, finit alors par accepter de manger des légumes, ce qui lui vaut d’être autorisé à prendre du gâteau pour le dessert. Les normes alimentaires ne sont ici pas imposées à l’enfant que l’on conduit plutôt à adopter la démarche considérée comme étant la meilleure : Crocolou n’est pas contraint de consommer des légumes, mais prend lui-même la décision de le faire.

  • 40 SWEENY HIGGINSON, S., Les gâteaux de Minnie, Hachette Jeunesse, 2008.

21Comme nous pouvons le constater, les régulations perceptibles durant le repas concernent souvent le contenu de l’assiette. À ce sujet, les représentations de ce qu’il est bon – ou non – de manger et des proportions dans lesquelles ces aliments peuvent être consommés ont également connu une évolution au cours du temps. En effet, à la suite de la mise en place du programme national nutrition santé (PNNS) au début des années 2000, l’équilibre alimentaire a été mis au premier plan, et ce y compris dans la littérature de jeunesse. Ainsi, les trois principaux préceptes portés par ce programme (« Manger cinq fruits et légumes par jour », « Ne pas manger trop gras, trop sucré, trop salé », « Pratiquer une activité physique régulière »), se sont retrouvés au centre d’un nombre toujours plus important d’ouvrages. Par l’intermédiaire des albums illustrés, les enfants sont exhortés à avoir une alimentation équilibrée et à faire du sport, à l’image des protagonistes présents dans l’ouvrage intitulé Les gâteaux de Minnie40, auxquels l’héroïne, transformée un temps coach sportif, prend le soin de préciser : « quelle bonne idée de faire de l’exercice avant le goûter ! ».

Quand l’équilibre alimentaire s’invite à table : tous les enfants sont-ils « mangés à la même sauce » ?

22Les normes transmises aux enfants par l’intermédiaire des livres évoluent pour certaines avec le temps. Parmi ces évolutions, celle relative à l’hygiène alimentaire apparaît comme étant particulièrement significative. En effet, tout se passe comme s’il était aujourd’hui devenu difficile d’évoquer le rituel du repas sans aborder, de façon plus ou moins explicite, la question de l’équilibre alimentaire, qu’il s’agisse des qualités nutritionnelles des aliments consommés ou encore de la régulation des prises de nourriture, notamment en dehors des repas. Pour autant, les albums illustrés parus récemment confrontent-ils tous les enfants aux mêmes normes ?

  • 41 COURTIN, T., T’Choupi et la cuisine, Nathan, 2012.
  • 42 BERREBY, P., Tartoucha le gros chat, Anabet Éditions, 2006.
  • 43 WEISHAR-GIULIANI, V., LEGEAY, C., Hugo un héros… un peu trop gros, Alice Jeunesse, 2011.

23La thématique du surpoids et des « bonnes » pratiques alimentaires est plus ou moins présente dans les ouvrages, et traitée de manière plus ou moins explicite. Tandis qu’elle ne transparaît que discrètement dans l’opus le plus récent de la collection T’Choupi41 – à travers la préparation d’un repas « équilibré » (salade, tarte aux pommes) –, elle est abordée de façon beaucoup plus formelle dans plusieurs livres moins « grand public »42 du corpus, pour certains publiés par des maisons d’édition indépendantes43 :

  • 44 PICOULY, D., PILLOT, F., Lulu grand chef, Magnard Jeunesse, 2009.

« Les recettes doivent respecter la diététique ! […] C’est l’art, en cuisine, de faire du bon manger qui fait du bien. Ni trop de sucre, ni trop de gras, ni grignoter entre les repas, manger force légumes et force fruits. […] Vous l’aurez appris : pour que manger soit une fête, il faut être bien dans son assiette ! »44

  • 45 DIAMENT, N., Histoire des livres pour enfants, Paris, Bayard Jeunesse, 2008.
  • 46 MANGEARD-BLOCH, N., Le premier jour d’école dans les livres pour enfants : normes et représentation (...)
  • 47 HORELLOU-LAFARGE, C., SEGRE, M., Sociologie de la lecture, Paris, La Découverte, 2007.

24Or, comme l’a notamment montré Nic Diament45, ces albums ne sont pas nécessairement présents dans les mêmes points de vente46. En effet, dans leur ouvrage intitulé Sociologie de la lecture, Chantal Horellou-Lafarge et Monique Segré47 remarquent :

« Membres des classes populaires et membres des classes familières de la culture ne fréquentent pas les mêmes lieux de vente et de prêt de livres. La librairie (qui accueille 29% des acheteurs), comme les grandes surfaces spécialisées dans la vente du livre, telles que la FNAC ou Virgin (12% des acheteurs), ont une clientèle spécifique : elles reçoivent prioritairement des acheteurs aisés et cultivés, accoutumés au livre : la clientèle est essentiellement composée de cadres supérieurs, de diplômés de l’enseignement long, de femmes lectrices, mais restent encore symboliquement inaccessibles aux couches populaires qui s’approvisionnent plus volontiers dans les hyper ou supermarchés (qui accueillent un nombre croissant et socialement divers d’acheteurs : 27% en 2003) (p. 71). »

  • 48 Tartoucha le gros chat, ventes cumulées depuis la parution : 73% en librairie ; 27% en grande surfa (...)
  • 49 T’Choupi et la cuisine, ventes cumulées depuis la parution : 16% en librairie ; 37% en grande surfa (...)
  • 50 DRESS (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques), « La santé des (...)

25Les ouvrages tels que Tartoucha le gros chat ou Hugo un héros… un peu trop gros sont principalement vendus en librairies spécialisées48, où l’on peut donc faire l’hypothèse que se rendent davantage les familles favorisées. Pour leur part, les livres mettant par exemple en scène des héros récurrents, plus commerciaux, sont essentiellement vendus en grandes surfaces alimentaires49, où s’approvisionnent selon toute vraisemblance dans une plus large mesure les familles populaires. Cette segmentation sociale et culturelle du marché pose dès lors question lorsque l’on sait que les politiques publiques en matière d’alimentation ciblent avant tout les milieux défavorisés, plus concernés par l’obésité et notamment par l’obésité infantile50. En ne délivrant pas de la même manière les messages nutritionnels portés par le PNNS, les albums illustrés sont ainsi susceptibles de participer à la construction d’inégalités sociales, voire à leur accroissement.

  • 51 CROMER, S., « Le masculin n’est pas un sexe : prémices du sujet neutre dans la presse et le théâtre (...)
  • 52 LALLOUET, M., « Des livres pour les garçons et pour les filles : quelles politiques éditoriales ? » (...)

26Ces derniers participent-ils alors également à la construction d’inégalités de genre ? Plusieurs recherches ont permis de mettre en évidence le fait que les personnages masculins sont surreprésentés dans la littérature de jeunesse. Sans surprise, en matière d’alimentation, on retrouve donc dans les ouvrages étudiés plus de gourmands que de gourmandes. Cette surreprésentation, combinée à d’autres procédés contribuant à marginaliser le féminin, a conduit Sylvie Cromer51 à parler de « prééminence d’un masculin à prétention universelle ». Si ce processus pose indéniablement question, c’est toutefois à un autre phénomène que nous souhaitons ici nous intéresser. Survenu à la fin des années 1990 et notamment étudié par Marie Lallouet52, il se caractérise par un mouvement de segmentation de l’offre en fonction du sexe, qui se traduit par le développement de collections explicitement adressées aux filles ou aux garçons. Offrant aux enfants des modèles identificatoires des deux sexes, les livres concernés transmettent-ils pour autant aux lectrices et aux lecteurs les mêmes normes ?

  • 53 Ces albums, proposant nous le verrons une vision « genrée » de la consommation alimentaire, sont ma (...)
  • 54 BEAUMONT, E., BLANCHUT, F., DUBOIS, C., Petit Ange Parfait, Jules est trop gourmand, Fleurus, 2007.
  • 55 BEAUMONT, E., BLANCHUT, F., DUBOIS, C., Princesse Parfaite, Zoé est gourmande, Fleurus, 2009.
  • 56 Tandis que les adultes semblent peu enclins à manger en dehors des repas principaux (Herpin, 1988), (...)

27Les éditions Fleurus proposent une collection destinée aux filles, Princesse Parfaite, et une autre aux garçons, Petit Ange Parfait53. Dans ces albums, chaque double-page présente une nouvelle situation ; la page de gauche met en scène un protagoniste ayant un comportement jugé non conforme, la page de droite le représente agissant convenablement. Zoé et Jules sur la page de gauche se transforment ainsi en Princesse Parfaite et Petit Ange Parfait sur la page de droite. Si les thèmes traités par ces deux collections sont parfois différents, un ouvrage portant sur la gourmandise a néanmoins été publié dans chacune d’elles : Jules est trop gourmand54 et Zoé est gourmande55. En abordant notamment la thématique du grignotage, ces livres permettent de poser la question des régulations relatives à la consommation de nourriture en dehors des repas56. Réalisés par les mêmes auteurs et par la même illustratrice, véhiculent-ils à ce sujet les mêmes normes ?

28Les titres des deux albums mettent tout d’abord en exergue une moindre tolérance à la gourmandise des filles. En effet, s’il est reproché à Zoé d’être gourmande57, c’est l’excès de gourmandise qui est réprouvé chez Jules. Les illustrations des premières pages viennent subsidiairement renforcer cette idée. Sur la page de gauche, Jules, dont les poches regorgent de bonbons et de papiers de gâteaux, mange un pain au chocolat et accepte plusieurs cookies. Zoé, pour sa part, croque une pomme d’amour et goute une bouchée de barbe à papa. Plus éloquent encore, sur la page de droite, tandis que Jules se contente d’un biscuit, Zoé doit quant à elle s’accommoder d’un ballon en forme de cœur. Strictement proscrite pour les filles, la gourmandise semble ainsi admise, bien que modérément, chez les garçons58.

29L’analyse textuelle de cette scène révèle par ailleurs le fait que les garçons sont moins tenus pour responsables que les filles de leur gourmandise. En effet, si un verbe d’action et un pronom personnel sont utilisés pour caractériser le comportement de Zoé : « Zoé dévore tout ce qui lui tombe sous la main. Sucré, salé, elle ne sait pas s’arrêter », c’est un auxiliaire, puis un pronom démonstratif et une tournure impersonnelle qui permettent de qualifier celui de Jules : « Jules a constamment la bouche pleine. C’est parfois inquiétant ». Il est également à souligner que les filles sont davantage responsabilisées que les garçons. Par exemple, tous deux mis en scène dans une situation où ils sont, après un repas, à nouveau tentés par de la nourriture, Jules est présenté comme étant rassasié : « Son estomac est rempli. Ça suffit pour aujourd’hui », tandis que Zoé doit faire preuve de détermination pour ne pas succomber à la tentation : « Comme elle se connaît, pour éviter d’être tentée, elle tourne la tête de l’autre côté ». Les filles, « responsables » de leur gourmandise, sont ainsi exhortées à limiter leurs consommations alimentaires et soumises à des injonctions de restriction, voire de privation. Les garçons, « sujets » à la gourmandise, sont pour leur part encouragés à manger à leur faim, tout en faisant l’apprentissage de la satiété.

30L’étude des ouvrages permet en outre de dévoiler le fait que les normes alimentaires ne sont pas inculquées aux protagonistes de la même manière. En effet, si elles sont enseignées à Zoé par un renforcement négatif de ses mauvaises habitudes, elles sont enseignées à Jules par un renforcement positif de ses bonnes pratiques. Ainsi, dans l’une des scènes, alors que le mauvais comportement de Zoé est dénigré sur la page de gauche, la bonne attitude de cette dernière ne fait pas l’objet de gratification sur la page de droite : « Dans le verger, Zoé a mangé beaucoup trop d’abricots. Papi a dû la gronder. Mais parfois Zoé est une Princesse Parfaite ! Elle aide à la cueillette mais n’en savoure que quelques-uns, en prenant le temps de les apprécier vraiment ». Inversement, dans le livre destiné aux garçons, alors que le mauvais comportement de Jules n’est pas dévalorisé sur la page de gauche, la bonne attitude de ce dernier est saluée sur la page de droite : « Le jour de son anniversaire Jules dévore une bouchée de son gâteau avant même d’ouvrir ses cadeaux. Mais parfois, Jules est un Petit Ange Parfait ! Il souffle ses bougies, remercie et sert ses amis. Maman est ravie ! ». Plus généralement, Zoé est davantage mise en scène dans des situations négatives, tandis que Jules est plus fréquemment présenté dans des situations positives, bien que pourtant inadéquates :

« Zoé a fait la comédie. […] Maman a refusé. […] Dans sa chambre, Zoé fait des réserves. Ouh là là, ce n’est pas bien ça. […] Zoé a supplié Maman de lui acheter une glace à trois boules. Évidemment, elle n’a pas fini ! […] Zoé a dévoré tous les œufs en chocolat, même ceux d’Adam, qui n’était pas content.
À la cantine, Jules est enchanté quand Barnabé ne termine pas sa cuisse de poulet. […] Jules, le gourmand, adore Halloween, parce qu’il peut, sans se faire gronder, dévorer des friandises à volonté. […] Jules a à peine terminé son assiette qu’il en redemande : j’en veux beaucoup, beaucoup, j’ai une faim de loup. »

31Cette différence de traitement est également visible à travers l’iconographie puisque les adultes font à quatre reprises les gros yeux à Zoé et ont par deux fois un geste menaçant envers elle, alors qu’ils ne froncent légèrement les sourcils qu’à deux reprises devant la conduite de Jules. La gourmandise des filles apparaît de la sorte comme étant davantage réprimée que celle des garçons.

  • 59 « Quand Zoé a fini toutes les cerises du panier, elle a eu très mal au ventre. Papa et maman ont dû (...)

32Enfin, ces deux albums proposent des dénouements différents. En effet, si Jules est présenté comme un « ange » enclin à partager son goûter, Zoé est pour sa part sujette à une indigestion59. Évocatrices, les illustrations de cette scène représentent un petit garçon souriant et une petite fille verte de douleur. La fin de l’histoire se révèle en conséquence heureuse et valorisante pour Jules, tandis qu’elle est douloureuse et dévalorisante pour Zoé.

33Ces exemples illustrent la manière dont une même thématique peut être déclinée au masculin et au féminin et dont, par l’intermédiaire de deux ouvrages paraissant pourtant en tout point identiques, lectrices et lecteurs peuvent ne pas être les destinataires des mêmes normes en matière d’alimentation.

Conclusion

34Le rituel du repas est très présent dans la littérature de jeunesse. En l’apparentant à un acte fédérateur et convivial, les albums illustrés qui le mettent en scène diffusent avant tout l’idée que la nourriture doit être consommée en groupe et répartie équitablement entre les différents commensaux. Sous cet angle, il apparaît comme un rituel immuable, véhiculant des valeurs de fraternité et de partage.

35Pourtant, au-delà de ces invariants, l’analyse réalisée révèle que ce dernier a également connu des évolutions au cours du temps. Relatives à la place de l’enfant dans la famille (plus ou moins centrale), à la manière dont est régulé l’apport en nourriture (par l’imposition ou la négociation) ou encore à la nature de ce qui est consommé (plus ou moins compatible avec les principes d’un « bon » équilibre nutritionnel), ces évolutions ont au fil du temps imprégné les normes transmises aux enfants par les livres.

36Si un regard diachronique permet ainsi de dévoiler la permanence du rituel du repas comme les transformations qu’il a subies, un regard synchronique posé sur les ouvrages du corpus laisse en outre entrevoir la façon dont les albums illustrés sont susceptibles de participer à la construction d’inégalités sociales ou de genre. Sans avoir accès aux mêmes livres – que cela soit dû à la segmentation sociale et culturelle des réseaux de diffusion ou au phénomène de segmentation sexuée qui a récemment touché le secteur jeunesse de l’édition – les lecteurs n’ont en effet pas nécessairement accès aux mêmes normes et ne font en conséquence pas toujours les mêmes apprentissages.

  • 60 CADOLLE, S., « Séparation et recomposition familiale d’après les livres pour enfants », Recherches (...)
  • 61 MONTMASSON, D., La réception de la littérature de jeunesse par les enfants : une fenêtre ouverte su (...)

37Il resterait bien entendu à s’intéresser plus en détail à la manière dont les enfants s’approprient le contenu des livres qui leur sont destinés. Car en effet, si en les diffusant, les fictions « donnent force aux représentations dont elles témoignent60 », celles-ci s’agencent de façon toujours particulière avec celles véhiculées par la famille, par l’école, ou encore par le groupe de pairs61.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

BONNERY, S., « “Loup y es-tu ? Pas exactement, c’est pour mieux te faire réfléchir, mon enfant…” Sociologie du lecteur supposé par la littérature de jeunesse », Actes du congrès de l’Actualité de la recherche en éducation et en formation (AREF), Université de Genève, 2010.

BRUGEILLES, C., CROMER, I., CROMER, S., « Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre », Population, n° 2, 2002, 261-292.

CADOLLE, S., « Séparation et recomposition familiale d’après les livres pour enfants », Recherches et Prévisions, 2001, n° 64, 19-34.

CHAMBOREDON, J-C., FABIANI J-L., « Les albums pour enfants, le champ de l'édition et les définitions sociales de l'enfance », Actes de la recherche en Sciences Sociales, n°13/14, 1977, 60-79/55-74.

CROMER, S., « Le masculin n’est pas un sexe : prémices du sujet neutre dans la presse et le théâtre pour enfants », Les Cahiers du Genre, n° 49, 2010, p. 97-115.

DETREZ, C., « Il était une fois le corps… La construction biologique du corps dans les encyclopédies pour enfants », Sociétés contemporaines, n° 59-60, 2006, pp. 161-175.

DIAMENT, N., Histoire des livres pour enfants, Paris, Bayard Jeunesse, 2008.

DIASIO, N. (dir.), Au palais de Dame Tartine, Paris, L’Harmattan, 2004.

DRESS (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques), « La santé des élèves de CM2 en 2007-2008, Une situation contrastée selon l’origine sociale », Études et Résultats, n° 853, 2013.

GIANINI BELOTTI, E., Du côté des petites filles, L’influence des conditionnements sociaux sur la formation du rôle féminin dans la petite enfance, Paris, Édition des Femmes, 1974.

HERPIN, N., « Le repas comme institution, Compte-rendu d'une enquête exploratoire », Revue Française de Sociologie, vol. XXIX, n° 3, 1988, 503-521.

HORELLOU-LAFARGE, C., SEGRE, M., Sociologie de la lecture, Paris, La Découverte, 2007.

LALLOUET, M., « Des livres pour les garçons et pour les filles : quelles politiques éditoriales ? », in NIERES-CHEVREL, I., Incertaines frontières, Paris, Éditions Gallimard Jeunesse, 2005, p. 177-186.

MANGEARD-BLOCH, N., Le premier jour d’école dans les livres pour enfants : normes et représentations d’un rite de passage ?, thèse de doctorat, Université Paris Descartes, 2017.

MONTMASSON, D., « La réception, par les enfants, des normes de genre transmises par la littérature de jeunesse : entre socialisation familiale et découverte de nouveaux modèles de comportement », Recherches et éducations, à paraître.

MONTMASSON, D., La réception de la littérature de jeunesse par les enfants : une fenêtre ouverte sur le processus de socialisation, thèse de doctorat, Université Paris Descartes, 2016.

MORGENSTERN, A. et al., « L’art de l’artichaut et autres rituels : transmission de pratiques sociales et alimentaires dans les dîners familiaux parisiens », Anthropology of food, n° 9, 2015.

NEYRAND, G., « Évolution de la famille et rapport à l'enfant », Enfances & Psy, vol. 1, n° 34, 2007, p. 144-156 (p. 145).

NIERES-CHEVREL, I. (dir.), PERROT, J. (dir.), Dictionnaire du livre de jeunesse, la littérature d’enfance et de jeunesse en France, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2013.

RIVIERE, C., Les rites profanes, Paris, Presses Universitaires de France, 1995.

SIROTA, R., « Enfance modèle, modèle d'enfance ? La représentation de l'enfance au travers du rite de l'anniversaire dans la littérature enfantine », dans Les enfants dans les livres : représentations, savoirs, normes, Toulouse, Erès, 2013, 23-39.

Livres pour enfants cités dans l’article

BEAUMONT, E., BLANCHUT, F., DUBOIS, C., Princesse Parfaite, Zoé est gourmande, Fleurus, 2009.

BEAUMONT, E., BLANCHUT, F., DUBOIS, C., Petit Ange Parfait, Jules est trop gourmand, Fleurus, 2007.

BERKANE, N., NESMA, A., Bébé Koala, La galette des rois, Hachette Jeunesse, 2009.

BERREBY, P., Tartoucha le gros chat, Anabet Éditions, 2006.

CHEVALLIER, M., CAPEK, J., Un gâteau 100 fois bon, Père Castor Flammarion, 1971.

CORENTIN, P., Les deux goinfres, L’école des loisirs, 1997.

COURTIN, T., T’Choupi et la cuisine, Nathan, 2012.

COURTIN, T., T’Choupi aime la galette, Nathan, 2007.

COURTIN, T., T’Choupi fait un gâteau, Nathan, 2001.

D’ALLANCE, M., Je t’ai vu, L’école des loisirs, 2004.

DELAHAYE, G., MARLIER, M., Martine fait la cuisine, Casterman, 1974.

DESBORDES, A., MARTIN, P., Le dîner surprise, Albin Michel Jeunesse, 2009.

DIASIO, N. (dir.), Au palais de Dame Tartine, Paris, L’Harmattan, 2004.

LARISSA, M., VAN LEEUWEN, N., Plouf le glouton, Éditions Graphiques Internationales, 1963.

METS, A., Le jour du gâteau, L’école des loisirs, 2007.

PICOULY, D., PILLOT, F., Lulu grand chef, Magnard Jeunesse, 2009.

SWEENY HIGGINSON, S., Les gâteaux de Minnie, Hachette Jeunesse, 2008.

TEXIER, O., Crocolou aime les gâteaux, Actes Sud Junior, 2007.

WEISHAR-GIULIANI, V., LEGEAY, C., Hugo un héros… un peu trop gros, Alice Jeunesse, 2011.

Haut de page

Notes

1 SIROTA, R., Enfance modèle, modèle d'enfance ? La représentation de l'enfance au travers du rite de l'anniversaire dans la littérature enfantine, dans Les enfants dans les livres : représentations, savoirs, normes, Toulouse, Erès, 2013, 23-39.

2 MANGEARD-BLOCH, N., Le premier jour d’école dans les livres pour enfants : normes et représentations d’un rite de passage ?, thèse de doctorat, Université Paris Descartes, 2017.

3 RIVIERE, C., Les rites profanes, Paris, Presses Universitaires de France, 1995.

4 CADOLLE, S., « Séparation et recomposition familiale d’après les livres pour enfants », Recherches et Prévisions, 2001, n° 64, 19-34.

5 CHAMBOREDON, J-C., FABIANI J-L., « Les albums pour enfants, le champ de l'édition et les définitions sociales de l'enfance », Actes de la recherche en Sciences Sociales, n°13/14, 1977, 60-79/55-74 ; BONNERY, S., « “Loup y es-tu ? Pas exactement, c’est pour mieux te faire réfléchir, mon enfant…”, Sociologie du lecteur supposé par la littérature de jeunesse », Actes du congrès de l’Actualité de la recherche en éducation et en formation (AREF), Université de Genève, 2010.

6 GIANINI BELOTTI, E., Du côté des petites filles, L’influence des conditionnements sociaux sur la formation du rôle féminin dans la petite enfance, Paris, Édition des Femmes, 1974.

7 MONTMASSON, D., La réception de la littérature de jeunesse par les enfants : une fenêtre ouverte sur le processus de socialisation, thèse de doctorat, Université Paris Descartes, 2016.

8 RIVIERE, C., Les rites profanes, Paris, Presses Universitaires de France, 1995.

9 « La satisfaction des besoins énergétiques du corps obéit à des régularités qui sont d'un autre ordre que celles de la physiologie » (p. 503). HERPIN, N., « Le repas comme institution », compte-rendu d'une enquête exploratoire, Revue Française de Sociologie, vol. XXIX, n° 3, 1988, 503-521.

10 MORGENSTERN, A. et al., « L’art de l’artichaut et autres rituels : transmission de pratiques sociales et alimentaires dans les dîners familiaux parisiens », Anthropology of food, n° 9, 2015.

11 MONTMASSON, D., La réception de la littérature de jeunesse par les enfants : une fenêtre ouverte sur le processus de socialisation, thèse de doctorat, Université Paris Descartes, 2016.

12 NIERES-CHEVREL, I. (dir.), PERROT, J. (dir.), Dictionnaire du livre de jeunesse, la littérature d’enfance et de jeunesse en France, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2013.

13 DETREZ, C., « Il était une fois le corps… La construction biologique du corps dans les encyclopédies pour enfants », Sociétés contemporaines, n° 59-60, 2006, pp. 161-175.

14 Bibliothèque centre documentaire.

15 Appétit, déjeuner, dîner, festin, galette(s), gâteau(x), glouton, goinfre(s), gourmand(e), gourmandise(s), goûte(r), repas, etc.

16 CHEVALLIER, M., CAPEK, J., Un gâteau 100 fois bon, Père Castor Flammarion, 1971.

17 DELAHAYE, G., MARLIER, M., Martine fait la cuisine, Casterman, 1974.

18 D’ALLANCE, M., Je t’ai vu, L’école des loisirs, 2004.

19 COURTIN, T., T’Choupi aime la galette, Nathan, 2007.

20 D’ALLANCE, M., Je t’ai vu, L’école des loisirs, 2004.

21 DESBORDES, A., MARTIN, P., Le dîner surprise, Albin Michel Jeunesse, 2009.

22 DIASIO, N. (dir.), Au palais de Dame Tartine, Paris, L’Harmattan, 2004.

23 LARISSA, M., VAN LEEUWEN, N., Plouf le glouton, Éditions Graphiques Internationales, 1963.

24 METS, A., Le jour du gâteau, L’école des loisirs, 2007.

25 MORGENSTERN, A. et al., « L’art de l’artichaut et autres rituels : transmission de pratiques sociales et alimentaires dans les dîners familiaux parisiens », Anthropology of food, n° 9, 2015.

26 LARISSA, M., VAN LEEUWEN, N., Plouf le glouton, Éditions Graphiques Internationales, 1963.

27 COURTIN, T. (2007), T’Choupi aime la galette, Nathan.

28 D’autres éléments de ritualisation auraient pu ici être mis en lumière. Néanmoins, étant le lieu de transmissions plus implicites dans les livres pour enfants, ils ne seront pas développés dans le cadre de cet article. Ces éléments concernent d’une part la séquence des plats (entrée, plat, dessert) (Herpin, 1988), qui n’est (presque) jamais remise en question dans les ouvrages de littérature de jeunesse et d’autre part le fait que, en dehors des pique-niques, les repas sont toujours pris à table.

29 HERPIN, N., « Le repas comme institution, Compte-rendu d'une enquête exploratoire », Revue Française de Sociologie, vol. XXIX, n° 3, 1988, 503-521.

30 BERKANE, N., NESMA, A., Bébé Koala, La galette des rois, Hachette Jeunesse, 2009.

31 Voir figure 2.

32 NEYRAND, G., « Évolution de la famille et rapport à l'enfant », Enfances & Psy, vol. 1, n° 34, 2007, p. 144-156 (p. 145).

33 DELAHAYE, G., MARLIER, M., Martine fait la cuisine, Casterman, 1974.

34 COURTIN, T., T’Choupi aime la galette, Nathan, 2007.

35 NEYRAND, G., « Évolution de la famille et rapport à l'enfant », Enfances & Psy, vol. 1, n° 34, 2007, p. 144-156.

36 CORENTIN, P., Les deux goinfres, L’école des loisirs, 1997.

37 COURTIN, T., T’Choupi aime la galette, Nathan, 2007.

38 COURTIN, T., T’Choupi fait un gâteau, Nathan, 2001.

39 TEXIER, O., Crocolou aime les gâteaux, Actes Sud Junior, 2007.

40 SWEENY HIGGINSON, S., Les gâteaux de Minnie, Hachette Jeunesse, 2008.

41 COURTIN, T., T’Choupi et la cuisine, Nathan, 2012.

42 BERREBY, P., Tartoucha le gros chat, Anabet Éditions, 2006.

43 WEISHAR-GIULIANI, V., LEGEAY, C., Hugo un héros… un peu trop gros, Alice Jeunesse, 2011.

44 PICOULY, D., PILLOT, F., Lulu grand chef, Magnard Jeunesse, 2009.

45 DIAMENT, N., Histoire des livres pour enfants, Paris, Bayard Jeunesse, 2008.

46 MANGEARD-BLOCH, N., Le premier jour d’école dans les livres pour enfants : normes et représentations d’un rite de passage ?, thèse de doctorat, Université Paris Descartes, 2017.

47 HORELLOU-LAFARGE, C., SEGRE, M., Sociologie de la lecture, Paris, La Découverte, 2007.

48 Tartoucha le gros chat, ventes cumulées depuis la parution : 73% en librairie ; 27% en grande surface spécialisée (structure marchande spécialisée dans la vente de produits culturels). Cette catégorie regroupe des enseignes telles que la FNAC ou encore Cultura). Source : Edistat – www.edistat.com.

49 T’Choupi et la cuisine, ventes cumulées depuis la parution : 16% en librairie ; 37% en grande surface spécialisée ; 47% en grande surface alimentaire (structure marchande dont la vocation première et de vendre des produits alimentaires. Cette catégorie regroupe essentiellement les hyper et supermarchés). Source : Edistat – www.edistat.com.

50 DRESS (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques), « La santé des élèves de CM2 en 2007-2008, Une situation contrastée selon l’origine sociale », Études et Résultats, n° 853, 2013.

51 CROMER, S., « Le masculin n’est pas un sexe : prémices du sujet neutre dans la presse et le théâtre pour enfants », Les Cahiers du Genre, n° 49, 2010, p. 97-115.

52 LALLOUET, M., « Des livres pour les garçons et pour les filles : quelles politiques éditoriales ? », in NIERES-CHEVREL, I., Incertaines frontières, Paris, Éditions Gallimard Jeunesse, 2005, p. 177-186.

53 Ces albums, proposant nous le verrons une vision « genrée » de la consommation alimentaire, sont majoritairement vendus au sein de grandes surfaces alimentaires et sont ainsi a priori principalement lus par des familles populaires. Ventes cumulées depuis la parution (Petit Ange Parfait-Princesse Parfaite) : 20-11% en librairie ; 39-44% en grande surface spécialisée ; 41-45% en grande surface alimentaire. Source : Edistat – www.edistat.com. Ces données permettent de penser la manière dont s’articulent inégalités sociales et inégalités de genre.

54 BEAUMONT, E., BLANCHUT, F., DUBOIS, C., Petit Ange Parfait, Jules est trop gourmand, Fleurus, 2007.

55 BEAUMONT, E., BLANCHUT, F., DUBOIS, C., Princesse Parfaite, Zoé est gourmande, Fleurus, 2009.

56 Tandis que les adultes semblent peu enclins à manger en dehors des repas principaux (Herpin, 1988), les enfants apparaissent pour leur part comme étant sujets au grignotage et doivent en conséquence apprendre à réguler leur apport en nourriture.

57 BRUGEILLES, C., CROMER, I., CROMER, S., « Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre », Population, n° 2, 2002, 261-292.

58 Il est à ce titre intéressant de constater que tandis que le livre destiné aux garçons n’a été vendu à aucun exemplaire dans le courant des semaines 39, 40, 41 et 42 de l’année 2018, le livre destiné aux filles continue pour sa part d’être vendu. En effet, durant les quatre semaines considérées, 105 exemplaires ont été écoulés (61 en grande surface alimentaire et 44 en grande surface spécialisée). Source : Edistat – www.edistat.com.

59 « Quand Zoé a fini toutes les cerises du panier, elle a eu très mal au ventre. Papa et maman ont dû faire venir le médecin parce qu’elle se tordait de douleur. Depuis cette indigestion, Zoé a compris la leçon ! Elle est devenue une vraie Princesse Parfaite. »

60 CADOLLE, S., « Séparation et recomposition familiale d’après les livres pour enfants », Recherches et Prévisions, n° 64, 2001, 19-34.

61 MONTMASSON, D., La réception de la littérature de jeunesse par les enfants : une fenêtre ouverte sur le processus de socialisation, thèse de doctorat, Université Paris Descartes, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Doriane Montmasson, « « Dis donc, T’Choupi. Tout le monde doit être servi ! » Le rituel du repas dans les albums illustrés », Strenæ [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/strenae/3502 ; DOI : 10.4000/strenae.3502

Haut de page

Auteur

Doriane Montmasson

Maîtresse de conférences en sociologie de l’éducation
Université Paris IV Sorbonne – ESPE de Paris
CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux)

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals