Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Fabulario

Sarah Pech-Pelletier
Référence(s) :

Sebastián Mey, Fabulario (1613), texte établi et présenté par Fernando Copello, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection « Textes rares », 2017, 207 p., ISBN 978-2-7535-5885-4, texte en espagnol, avant-propos, introduction et notes en français

Texte intégral

  • 1 Seuls deux récits ne sont pas illustrés : « El mentiroso burlado » [13] et « El pintor de un reta (...)

1Publié à Valence en 1613 par Sebastián Mey, issu d’une famille d’imprimeurs valenciens d’origine flamande, ce recueil de fables illustrées1 s’adresse à des enfants de différents âges sans pour autant se présenter comme un livre scolaire. Il comporte 57 récits, de longueur et de difficulté de compréhension variables, qui recoupent essentiellement le genre de la fable, mais aussi celui du conte, voire de la nouvelle. L’ouvrage ne se contente pas d’offrir des traductions de sources grecques ou latines, mais propose une réélaboration et une adaptation au goût et à la culture de son temps de textes majoritairement attribués à Esope, avec une claire finalité didactique, sans jamais user pour autant d’un style sermonneur. Les fables sont autant d’exempla qui transmettent de façon plaisante, avec quelques touches d’humour, des règles de bonne conduite (ne pas mentir, rechercher le juste équilibre et la modération en tout) et des valeurs (travail, modestie, rejet des apparences…) dont on notera qu’elles ne vont pas nécessairement dans le sens des coutumes et aspirations de l’Espagne moderne, qui prône plutôt l’oisiveté et le goût du paraître. En outre, on remarque que la morale exprimée relève davantage d’un modèle éducatif que l’on pourrait qualifier de « laïque » plutôt que religieux. Seul le dernier texte du recueil (« El maestro de escuela » [57]), qui renvoie très clairement au Jugement dernier, s’inscrit dans un contexte post-tridentin d’exaltation de la figure mariale et des saints.

2Ce recueil est essentiellement marqué du sceau de la varietas et cette hétérogénéité est parfaitement assumée, comme le démontre la riche et précise introduction de Fernando Copello. Si l’ouvrage mêle prose (texte central) et vers (morale finale sous forme de deux hendécasyllabes qui rappellent l’expression proverbiale), styles direct et indirect, textes et images, la cohérence n’en est pas moins présente à plusieurs niveaux, à commencer par la volonté pédagogique qui sous-tend l’ensemble. La longueur inégale des textes et leur diversité créent la surprise et l’intérêt, mais répondent aussi à une gradation en termes de complexité de compréhension. On passe ainsi progressivement d’une première partie du recueil plutôt composée de textes courts tirés des collections ésopiques avec une prédominance de fables animalières (« La hormiga y la cigarra » [4], « La raposa y la rana » [7]) et de textes où les personnages sont des « types » (« El viejo y la muerte » [3], « El avariento » [23]) à des récits plus développés, plus « hispaniques » aussi dans leur toponymie, leur onomastique ou les codes sociaux mis en scène (« Los labradores codiciosos » [32] ou « El caballero leal a su señor » [49] par exemple). Ponctuellement, on relève la présence de récits originaux, soit par amplification du modèle initial (« El Truhán y el asno » [47], « La porfía de los recién casados » [51]), soit parce qu’ils ne s’appuient a priori sur aucune source connue et semblent avoir été inventés de toutes pièces par Sebastián Mey (« El asno y el lobo » [3], « Los ratones y el cuervo » [54]). L’autonomie de chaque récit permet à la fois la lecture par étapes du jeune lecteur débutant et celle plus ciblée, en fonction de ses goûts, du lecteur aguerri. En ce sens, le livre peut s’adresser aussi bien à un enfant en particulier, placé en situation d’apprentissage, qu’à tous les enfants d’une même famille, chacun pouvant y trouver des textes adaptés à son niveau de lecture et à sa maturité. Le lecteur « cible » est donc multiple, même si l’auteur, dans son prologue, précise qu’il doit déjà jouir d’une petite instruction (a quien tiene mediana instrucción), sans préciser son statut social. On comprend que, au regard des vertus prônées dans ces fables, il ne s’agit peut-être pas uniquement d’un lectorat noble, mais plus largement urbain et aisé, soucieux de promouvoir l’ascension sociale par l’éducation.

3La cohérence de l’ensemble est également observable au niveau des thématiques abordées et des valeurs mises en avant, qui sont globalement toujours les mêmes. Des liens se créent entre les récits, soit à travers le recours aux mêmes animaux ou à des personnages semblables, soit par la mise en scène de situations similaires. Cette répétition dans la variation, qui s’apparente à la reformulation pédagogique, facilite la mémorisation des idées clés. Les illustrations, le format des caractères d’imprimerie et l’usage d’une prose agrémentée de dialogues, facilitent l’accès au contenu. La morale, toujours brève, est explicite et souvent drôle. Le souci de vulgarisation et de mise au goût du jour de la littérature classique anime l’intégralité du recueil. Tout concourt à rapprocher ces fables de l’univers des récepteurs et à créer une littérature pour la jeunesse qui allie plaisir et enseignement. Notons qu’il s’agit au fond de la même démarche que celle que Miguel de Cervantes adopte dans ses Novelas ejemplares, publiées la même année, mais destinées à un public d’adultes.

4Quant au lecteur d’aujourd’hui, il sera sensible au fait que les choix de l’éditeur sont clairement exposés à la fin de son introduction. Le texte est établi à partir de l’édition princeps, reproduit par Carmen Bravo Villasante dans son édition en fac-similé (Madrid, Fundación Universitaria Española, 1975). L’orthographe et l’accentuation sont modernisées. La morale est visuellement séparée du texte central et reproduite en italique. Les notes ne se limitent pas à des explications lexicales, mais soulignent la complexité du texte, invitant le lecteur à creuser toujours davantage chaque piste d’interprétation. Enfin, pour chaque fable, une note en expose la ou les source(s) probable(s). L’utilité et la richesse indéniables des notes rendent ainsi cette édition du Fabulario profitable et agréable, non seulement pour des lecteurs ou étudiants désirant s’initier à la littérature hispanique du Siècle d’Or, mais également pour des chercheurs plus avertis intéressés par le genre de la fable ou la littérature de jeunesse.

Haut de page

Notes

1 Seuls deux récits ne sont pas illustrés : « El mentiroso burlado » [13] et « El pintor de un retablo » [16].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Pech-Pelletier, « Fabulario », Strenæ [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/strenae/3996

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals