Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’épanchement du conte dans la littérature

Roberta Pederzoli
Référence(s) :

L’épanchement du conte dans la littérature, textes réunis et présentés par Christiane Connan-Pintado, Pascale Auraix-Jonchière et Gilles Béhotéguy, Modernités 43, Presses Universitaires de Bordeaux, 2018, 283 pages.

Texte intégral

1Le numéro 43 de Modernités, réalisé sous la direction de Christiane Connan-Pintado, Pascale Auraix-Jonchière et Gilles Béhotéguy, est consacré à l’épanchement du conte dans la littérature, un thème très actuel et en même temps négligé par la critique littéraire. Dans son avant-propos, qui s’avère fort utile pour contextualiser l’ouvrage, Christiane Connan-Pintado constate en effet à la fois un engouement sincère pour le conte de la part de plusieurs sciences humaines, mais aussi un certain déficit de légitimité littéraire, d’autant plus que de nombreux ouvrages de référence en langue anglaise ne sont pas traduits en français. Il s’agira alors, dans ce volume, d’interroger les relations et les croisements entre des formes littéraires différentes, et notamment tous les phénomènes d’intertextualité à l’œuvre, qui font des contes un vivier de « matière, matériaux, matrice littéraire soumise à mille et une métamorphoses, et capable de s’insinuer partout jusqu’à hybrider chaque genre et sous-genre littéraire » (p. 8). Plus précisément, il sera question de repérer dans de nombreux ouvrages littéraires pour enfants et pour adultes ces hybridations, qui peuvent prendre la forme de réécritures assumées ou qui font allusion au conte de manière plus subtile, en lui empruntant des motifs, des formes, des formules, des personnages et en donnant lieu à plusieurs combinaisons narratives.

2L’un des mérites du volume réside dans la richesse des contributions, qui approfondissent ces thématiques en se focalisant sur une remarquable variété de corpus différents. L’ouvrage est organisé en quatre volets. Le premier, « L’épanchement du conte entre irradiation et reconfiguration », explore les multiples manières dont plusieurs écrivaines et écrivains contemporains s’approprient les contes. Dans cette section, Christiane Connan-Pintado se penche sur l’ensemble de l’œuvre de Marie NDiaye, caractérisée par un mélange assumé des genres. En effet, si plusieurs de ses ouvrages tant pour adultes que pour enfants s’affichent comme des contes, c’est plus en général à la présence de phénomènes merveilleux tout comme à l’irradiation de motifs, de formes et d’allusions que s’attache Connan-Pintado, afin de montrer l’importance du conte dans la production littéraire de l’écrivaine. Mohamed Bahi analyse en revanche les croisements entre le roman et le conte dans trois romans de Tahar Ben Jelloun. Dans ces ouvrages le conte est mis au service de la fiction afin de retravailler la culture populaire marocaine et d’en valoriser la tradition orale, mais également pour raconter des récits de vie et pour affronter des questions politiques et sociales concernant le Maroc, à commencer par le rôle et la position de la femme. Les deux contributions suivantes sont consacrées à l’épanchement du conte dans la production littéraire de Michel Tournier. Plus précisément, Marie-Hélène Méléan s’attache à l’ensemble de ses romans, que Tournier lui-même qualifiait d’« enchevêtrement de contes ». La particularité de cet auteur est de fondre et articuler trois genres – le roman, le conte et le mythe – en jouant avec eux afin de les subvertir, tant que l’on peut parler de « contes philosophiques » aux épilogues ambigus et problématiques, irradiés de merveilleux et imprégnés d’esprit d’enfance. En revanche, Muguras Constantinescu étudie la figure de l’ogre dans La fugue du Petit Poucet de Michel Tournier et dans Les ogres anonymes de Pascal Bruckner, figure qui est traitée avec ironie et qui permet aux auteurs d’aborder les problématiques de l’homme contemporain en fusionnant merveilleux traditionnel et merveilleux moderne. L’une des originalités de cet article réside dans le fait d’affronter toutes ces questions au prisme de la traduction en roumain de ces romans. Dans la cinquième contribution, Laurence Olivier-Messonnier étudie l’hybridation du conte et du roman dans l’Histoire du coq solitaire et les Mémoires de porc-épic d’Alain Mabanckou. Cette hybridation s’enrichit de la tradition orale animalière africaine, et elle sert à Mabanckou à en appeler à l’unité du genre humain et à refuser l’afrocentrisme et le culturalisme, au profit d’un nouvel humanisme au sein duquel une multitude de voix mineures trouve son espace. Enfin, dans la dernière contribution de cette section, Jean Arrouye analyse un roman de Jean-Marie Gourio, L’arbre qui donna le bois dont on fit Pinocchio, qui est structuré comme un conte et multiplie les appels intertextuels à Pinocchio, sans en représenter une véritable réécriture. Le récit est voué à la défense et à l’illustration de l’épanchement des contes dans la littérature, et propose en filigrane une réflexion assez amère et au dénouement ambigu sur la possibilité d’écrire encore des contes, aujourd’hui.

3La deuxième section du recueil, « L’épanchement des contes de Perrault dans la littérature », propose six contributions, dont les deux premières sont consacrées à Peau d’Âne, les trois centrales à Barbe-Bleue et la dernière aux réécritures des contes de Perrault par Tahar Ben Jelloun. En ce qui concerne Peau d’Âne, Pascale Auraix-Jonchière et Alice Brière-Haquet s’interrogent toutes les deux sur les fonctions symboliques des robes et sur le rôle des personnages féminins d’abord chez Perrault et les Grimm et ensuite dans des réécritures poétiques modernes. Il s’agit de Carnet de Mademoiselle L. On m’appelait Peau d’Âne de Chantal Aubin et de Peu d’Âne de Sylvie Nève pour la première, alors que la seconde se penche sur « Eva Podan » de Catherine Cusset et sur Peau d’Âne de Christine Angot. Les trois contributions suivantes sont toutes consacrées à des réécritures récentes de Barbe-Bleue. Alain Montandon adopte une approche sociopoétique pour analyser le roman Barbe-Bleue de Kurt Vonnegut, dans lequel à travers le récit du protagoniste, transposé dans le contexte socioculturel et politique des États-Unis de la deuxième moitié du xxe siècle, l’écrivain nous parle de la guerre, de la violence sexuelle et des rapports matrimoniaux. Pierre-Emmanuel Moog s’attache en revanche au Barbe-Bleue d’Amélie Nothomb afin d’essayer de montrer que, malgré l’intention de l’auteure de s’éloigner de son modèle afin de le détourner, en réalité elle en conserve toutes les lignes des forces. Enfin, Catherine D’Humières se penche sur plusieurs réécritures modernes de Barbe-Bleue – théâtrales et littéraires, pour enfants et pour adultes –, afin d’étudier comment le conte a été adapté en fonction du lectorat et du genre convoqués. Elle observe une tendance générale à la mise en valeur de l’élément féminin au détriment du protagoniste, souvent décrit comme malheureux, secret et inadapté au monde. Cette section se conclut par une contribution de Lewis C. Seifert qui analyse Mes contes de Perrault, un ouvrage dans lequel Tahar Ben Jelloun essaie de mettre en relation deux cultures, française et maghrébine. Cette hybridation devient un espace de rencontre, d’affrontements et de conflits permettant de questionner et de retravailler de façon originale les deux traditions littéraires et culturelles.

4La troisième section montre les apports multiples et féconds du conte dans d’autres genres littéraires, à commencer par la poésie d’Anne Sexton (contribution de Catherine Tauveron) et notamment du recueil Transformations, une réécriture moderne, ancrée dans l’Histoire contemporaine, de dix-sept contes des Frères Grimm. Cette réécriture sous forme poétique procède d’un double mouvement : l’épanchement de ces contes dans la psyché de la poète et l’épanchement de l’auteure elle-même dans cette matière. Avec Florence Fix on passe de la poésie au théâtre, car l’auteure se focalise sur deux réécritures de la Belle au bois dormant : Drames de princesse de Elfriede Jelinek et L’Histoire de la princesse de Sonia Ristíc, dans lesquelles le conte est réactualisé en tant que tribune politique vouée à mettre en valeur, dans une intention féministe, la voix de la princesse qui se rebelle contre le silence-assentiment. Dans la contribution suivante, Éric Picholle et Estelle Blanquet explorent les divergences, les affinités et les hybridations du conte et de la science-fiction dans les ouvrages pour enfants et pour adultes de Robert A. Heinlein, alors que Jean-Luc Martinet nous plonge dans l’univers des écrivains prolétaires – Neel Doff, René Bonnet et Henry Poulaille –, qui font du conte un usage particulier en le conjuguant au récit de vie, afin de créer un espace politique commun. Ensuite Marie-France Burgain étudie les rapports complexes que la saga d’Harry Potter entretien avec les contes, entre hybridation et détournement, entre hommage au patrimoine littéraire et culturel d’antan et dénonciation des ambiguïtés et des imperfections de la magie, sans oublier le rôle de la traduction française qui, à travers ses choix de langue, ajoute au roman initial sa propre relecture. Enfin Souad Behri passe en revue plusieurs collections et ouvrages récents de littérature d’enfance marocaine, qui récupèrent une riche et précieuse tradition de contes arabes et européens, sans pour autant les réinventer au moyen du détournement ou de la parodie humoristique.

5La quatrième et dernière section, plus brève que les précédentes, aborde les retombées éducatives des contes dans l’enseignement de la littérature. Dans la première contribution, Hermeline Pernoud montre l’intérêt du roman-conte de fées Les Bottes de sept lieues, conte de Pauline Gonneau (1922). Cet ouvrage, inspiré par la pédagogie active et conçu pour éduquer en amusant, s’inscrit en effet de façon originale et novatrice dans la littérature de jeunesse didactique, qui se double ici d’une dimension écologique et européenne préannonçant des valeurs qui sont encore valables aujourd’hui. Geneviève Di Rosa se penche sur les modalités de la présence du conte dans l’enseignement de la littérature au lycée, notamment dans le contexte du renouveau de l’étude de l’argumentation, tandis que Nadja Maillard De La Corte Gomez et Dominique Ulma proposent une revue très documentée sur la présence de contes dans les manuels FLE des années 1980 à aujourd’hui, en suivant leur évolution au gré de l’apparition des différentes méthodes d’enseignement de la langue-culture.

6Enfin, le volume se clôt par une belle et précieuse synthèse de Gilles Béhotéguy, qui parcourt les grands axes des différentes contributions, en mettant l’accent sur la « nature polymorphe et difficilement cernable » (p. 269) de l’inscription du conte dans la littérature. L’auteur trace également les apports du conte à la littérature de l’injection de fantastique afin de s’illusionner et entretenir un rapport ambigu avec la réalité, à l’intérêt du conte en tant que réservoir de mots pour dire l’indicible, mais aussi d’histoire et de mémoire. Il insiste pour finir sur l’importance d’une « interlecture », entre intertexte évident et allusions cachées, en montrant que « tous les contributeurs […] ont adopté cette posture entre le visible et l’invisible, les évidences du texte et l’inconscient d’un sous-texte hanté de forces obsédantes » (p. 274).

7En conclusion, on ne peut qu’apprécier l’initiative qui a conduit à la mise en place de cet ouvrage, dans lequel chacun trouvera matière à réflexion et finira par se passionner pour ces hybridations sans cesse renouvelées. On remarque également la variété et la qualité des contributions, qui ne cessent de surprendre les lectrices et les lecteurs par la multiplication de perspectives et de clés de lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roberta Pederzoli, « L’épanchement du conte dans la littérature », Strenæ [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/strenae/4028

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals