Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Comptes rendusLa littérature de jeunesse russe ...

Comptes rendus

La littérature de jeunesse russe et soviétique : poétique, auteurs, genres et personnages (xixe - xxe siècles)

Cécile Pichon-Bonin
Référence(s) :

La littérature de jeunesse russe et soviétique : poétique, auteurs, genres et personnages (xixe - xxe siècles), textes recueillis par Dorena Caroli et Anne Maître, Meum, Macerata, 2018

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Dorena Caroli et Anne Maître est la publication des actes de la journée d’étude organisée à l’occasion de l’exposition « La poétique de la littérature de jeunesse russe » qui s’est tenue à la bibliothèque Diderot de Lyon du 16 janvier au 26 avril 2016. Ces événements conjoints ont été l’occasion de valoriser et d’étudier deux fonds importants de l’institution : le fonds slave et le fonds Éducation. Quelques contributions additionnelles sont venues enrichir le volume qui se compose de quinze textes, d’un avant-propos, d’une préface, d’une introduction présentant le projet, d’une conclusion sous la forme d’un dernier article relatif à l’exposition, des notices biographiques des auteurs et d’un index des noms propres. Les auteurs sont rattachés à des institutions françaises, russes et italiennes.

2Trouvant sa place dans le mouvement de renouvellement des recherches sur la littérature russe et soviétique pour la jeunesse de ces dernières décennies, ce recueil constitue un apport indéniable aux études actuelles qui mettent en évidence les évolutions socio-culturelles qui jalonnent l’histoire de la littérature de jeunesse russe et soviétique. En procédant par études de cas, il entend approfondir l’analyse de la poétique et questionner les visées pédagogiques de différents écrivains. L’introduction présente plusieurs axes présidant à la réflexion commune : l’histoire de l’émergence de la littérature de jeunesse dans le paysage littéraire et culturel russe, ses genres, ses formes, ses auteurs et les époques qui l’ont vue se forger et s’épanouir. Les objets d’études sont variés : conte de fées, poésie, prose pour enfants, livre illustré, roman. De même que les approches analytiques qui permettent d’aborder les choix stylistiques et les biographies des auteurs, les motifs littéraires, les valeurs culturelles et éducatives transmises par les livres, les problèmes de traduction, d’adaptation et de circulation des textes ou encore l’articulation entre texte et image.

3L’ambitieuse période couverte par le recueil, du xixe siècle à nos jours, est à saluer. L’ouvrage se compose de quatre parties correspondant à un découpage chronologique et consacrée chacune à une période de l’histoire de la littérature russe et soviétique : la première section porte sur l’analyse des folklores russe et français au xixe siècle (2 articles), la deuxième sur la poésie et la prose pour enfants de la fin du xixe siècle à la révolution d’Octobre (5 articles), la troisième s’intéresse à la période stalinienne (4 articles) et la quatrième étudie des textes contemporains (3 articles). Il convient également de souligner l’effort pour articuler entre elles ces périodes et dépasser ainsi l’isolement dans lequel la période soviétique s’est longtemps trouvée confinée. Gayaneh Armaganian-Le Vu propose une analyse riche et précise des « Échos des classiques et de la poésie d’avant-garde dans les Contes pour les enfants de Korneï Čukovskij » et les trois derniers articles s’attachent à saisir le processus qui conduit la littérature de jeunesse contemporaine à s’émanciper de l’idéologie communiste et du passé soviétique (Svetlana Maslynskaja, « Les combattants de L’armée céleste contre les guerriers du Premier détachement : la poétique normative contemporaine de la littérature de jeunesse sur la guerre » ; Anna Shcherbakova, « Littérature de jeunesse soviétique au féminin : entre vraisemblable et conformité idéologique » ; Laure Thibonnier, « Les représentations du monde soviétique dans la trilogie Manjunja de Narinè Abgarjan »).

4Deux textes, très clairs et fort instructifs, d’Anne Maître, ouvrent et ferment l’ensemble d’articles. Le premier retrace l’histoire des collections de livres de jeunesse russes et soviétiques de la bibliothèque Diderot de Lyon, en reliant la constitution de cet ensemble à l’histoire de l’édition, de l’éducation, et à l’historiographie sur le sujet. Cette communication se révèle tout à fait utile aux chercheurs du champ, offrant des perspectives de travail prometteuses. Le second compile les textes des grands panneaux explicatifs de l’exposition et fait office de conclusion. Ces écrits ont ainsi une vertu de synthèse tout en se distinguant, par leur contenu, des études de cas proposées dans le volume.

5La dimension transculturelle se révèle bien présente grâce au texte érudit de Valentin Golovin sur la critique russe du folklore français au début du xixe siècle, à l’article de synthèse d’Anna Ascenzi, Dorena Caroli et Roberto Sani comparant le Pinocchio de Carlo Collodi et son adaptation russe par Aleksej Tolstoj et à la fine analyse, par Odile Belkeddar, de l’autobiographie de Kornej Čukovskij L’insigne d’argent, qui aborde notamment les questions de traduction.

6Certains textes appellent des questions concernant la mise en contexte des œuvres. Il s’agit là, avec la montée en généralité, d’une limite fréquente des études de cas. Ainsi, nous aurions souhaité savoir comment comprendre la critique russe du folklore français dans le contexte de la querelle des contes de fées au xixe siècle et si celle-ci avait pris une forme particulière en Russie (Valentin Golovin, « Il y a deux cents ans : une critique russe du folklore enfantin français »), ou bien en savoir davantage sur le processus qui mène à la représentation figée de la vie de Lénine dans les livres pour enfant (Katia Cennet, « Le sacro-saint Lenin ou hagiographie de l’ère soviétique »), ou encore situer les illustrations des livres de Kornej Čukovskij dans le contexte des débats sur l’anthropomorphisme et la caricature dans l’image pour enfants en URSS au tournant des années 1920-1930 (Héloïse Beaudet, « Les illustrations des poésies pour enfants de Kornej Čukovskij : corps, décors et costumes du monde soviétique ou du monde pré-révolutionnaire ? »). Dans ce dernier article, la périodisation gagnerait aussi à être précisée car la réception des œuvres demande à être comprise dans le contexte plus précis des années 1928-1932, correspondant à une phase de durcissement et de forte politisation de la littérature jeunesse. Enfin, nous regrettons que le réalisme socialiste soit encore présenté comme un dogme, sans tenir compte des apports nombreux de l’historiographie sur le caractère problématique de cette expression dans les domaines littéraire comme artistique (Dorena Caroli, « Samuil Maršak, poétique et pédagogie dans les albums illustrés pour les enfants des années 1920-1930 »). Par ailleurs, la définition de certains termes gagnerait aussi à être précisée. Nous pensons en particulier aux notions de constructivisme et de suprématisme dont l’emploi, à propos de l’activité de Vladimir Lebedev, nous semble impropre (id.). Ces remarques, très ponctuelles, n’enlèvent rien à la précision et à l’apport informatif et analytique des articles et à la qualité d’ensemble du volume qui apportera au lecteur à la fois des éléments de synthèse sur la littérature de jeunesse russe et soviétique et des détails sur les textes d’auteurs divers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Pichon-Bonin, « La littérature de jeunesse russe et soviétique : poétique, auteurs, genres et personnages (xixe - xxe siècles) », Strenæ [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/strenae/4065

Haut de page

Auteur

Cécile Pichon-Bonin

Chargée de recherche au CNRS, Centre Georges Chevrier
Chercheuse associée au CERCEC

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search