Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Rituels de l’enfance et transmission: raconter des histoires

Aliyah Morgenstern et Régine Sirota

Texte intégral

1Les rituels de l’enfance seraient-ils en voie d’extinction ou au contraire en train de se réinventer ?

2Contrairement à l’affirmation (rapide et stéréotypée) d’une déritualisation de la société contemporaine, nous sommes parties d’une hypothèse inverse, considérant que cette affirmation serait bien souvent essentiellement due à une certaine cécité de l’observateur dont la lorgnette ne saurait plus capter ces rituels alors que ceux-ci sont actuellement bien souvent en évolution, mutation ou en cours de réinvention. « Les traditions inventées, qui dérivent essentiellement d’un procès de formalisation et de ritualisation n’ont pas été étudiées par les historiens de façon satisfaisante » affirme ainsi lui-même l’historien anglais Eric Hobsbawn (1995). Dans cette même veine, on pourrait aussi citer l’ouvrage de Martine Segalen, Rites et rituels contemporains (1998), ou celui de la québécoise Martine Roberge, Rites de passage au XXIe siècle (2014), dont le sous-titre situe bien l’ambition de comprendre comment se réinventent les rites, Entre nouveaux rites et rites recyclés.

3Les rituels de l’enfance, accompagnant la mutation du statut de l’enfant et de la famille et l’évolution des modes de socialisation en sont ainsi un exemple particulièrement frappant, scandant tant le quotidien des jours que les étapes des rythmes calendaires ou les calendriers de l’avancement en âge. La conjugaison de la nouvelle attention portée par les sciences humaines et sociales sur la vie quotidienne et les pratiques culturelles avec l’intérêt porté à l’enfance (Sirota, 2006, 2010), a ainsi permis de mettre en évidence l’évolution de ces rituels. Car le rite n’est pas réductible à une simple reproduction de figures culturelles existantes, il est approprié, voire (ré)inventé par les individus (Séraphin, 2012).

4Le terme de rite ou de rituel tel qu’il est proposé ici est utilisé au sens de rites profanes (Rivière, 1996 ; Segalen, 1998) correspondant à un « ensemble de conduites individuelles ou collectives relativement codifiées, ayant un support corporel (verbal, gestuel, postural), à caractère plus ou moins répétitif, à forte charge symbolique pour leurs acteurs » (Rivière, 1997 : 102). Ces rituels du quotidien scandent les moments forts de l’enfance et permettent la transmission dans l’espace familial, l’espace scolaire ou l’espace des loisirs partagés avec les copains de tout un patrimoine culturel à la fois spécifique à la communauté et à la société dans laquelle les enfants grandissent. L’inscription des pratiques répétées dans le temps long de l’enfance, leur répétition comme leurs mutations renforcent leur appropriation par les enfants. Les rituels sont donc considérés comme des moments privilégiés de socialisation, construisant le lien social et mettant en œuvre culture et objets de l’enfance.

5À titre d’exemple, on peut ainsi citer avant même l’arrivée de l’enfant, le Shower de naissance ou Baby Shower, (Roberge, 2014) venu d’Amérique du Nord qui au travers de la pluie de cadeaux reçus par la mère à cette occasion, va déjà constituer les premiers éléments matériels du cadre dans lequel sera accueilli l’enfant. Cadre que renforcera le rituel des cadeaux de naissance (Roussier, 2017) offerts de nos jours à toute première visite, manifestant le lien social qui lie les individus en présence et l’accueil du nouveau venu. Car ceux-ci, au travers du choix des petits vêtements, des objets ou des jouets offerts vont contribuer aussi à dessiner l’environnement socio-culturel dans lequel va se dérouler l’enfance. Ces contributions à l’équipement matériel du foyer construisent un cadre culturel. Au travers des objets matériels choisis comme présents pour saluer l’apparition d’un enfant se mettent en place les premiers éléments identitaires, car rien n’est ici considéré comme anodin par les sciences sociales. L’enfance a pu ainsi être considérée comme un « laboratoire du genre » (Cromer, Dauphin, Naudier, 2010) au travers des objets de l’enfance. Les Gender Studies (Bereni L. et al, 2012), depuis les travaux devenus classiques d’Elena Gianini Belotti (1973) ont largement souligné à cet égard combien l’identité de genre se construit au travers tant de l’habillement que des livres ou jouets offerts en ces occasions. Choix des couleurs, thématiques et multiples éléments décoratifs en apparence de détail construisent ainsi une sémantique qui signifie le genre tant à autrui qu’à l’enfant lui-même au travers des jeux qu’il va élaborer. D’où le pouvoir de socialisation de ces éléments. On pourrait ainsi poursuivre l’analyse par l’étude du rite de Noël et plus précisément la liste des cadeaux de Noël, comme l’a fait Sandrine Vincent (2001), montrant comment normes d’âge, de genre et de classes sociales s’instituent au travers du véritable travail social que représente le choix des cadeaux élaboré entre enfants et parents. Le choix de cadeaux plus ou moins éducatifs suivant l’appartenance sociale contribue à la mise en place de différents habitus de classe, en favorisant au travers des jeux la familiarité avec des apprentissages de type plus moins scolaires et la mise en place du métier d’élève de manière plus ou moins précoce. Car les rites sont bien des actes d’institution (Bourdieu, 1982) qui, par une sorte de magie sociale que réalise leur performativité, définissent une appartenance sociale. Car « [ils] transforment la représentation que se fait la personne investie d’elle-même et les comportements qu’elle se croit tenue d’adopter pour se conformer à cette représentation ». Leur force est de faire acquérir et appliquer les règles du jeu social en accomplissant ce travail, parfois sans contrainte apparente et au travers de la banalité des choses. Ce, au travers de multiples détails anodins en apparence, mais qui répondent à des conventions sociales que relaie la sphère marchande. Théodor Caplow soulignait le poids de l’emballage des cadeaux dans l’ensemble des règles à respecter en cette occasion, dans son article « Les cadeaux de Noël à Middletown, ou Comment faire acquérir une règle sociale sans pression apparente » (1986). Car un objet ne devient cadeau que quand il est emballé, et encore faut-il qu’il le soit correctement, c’est à dire suivant certaines règles. Ainsi à titre d’anecdote significative, pourrait-on citer cette interviewée se trouvant dans l’embarras, car les anniversaires de ses petits-enfants se situant dans la période de Noël, il lui faut acheter du papier cadeau bien avant les fêtes de Noël pour pouvoir disposer du papier adéquat (celui-ci devient indisponible durant les fêtes de Noel, seuls les papiers arborant la sémantique de Noël et les couleurs de Noël sont alors présents en magasin) afin de bien distinguer ses cadeaux d’anniversaires des cadeaux de Noël dans cette période de prodigalité et d’hyper consommation. De même ou à l’inverse, dans une version clairement écologiste, un grand père a lui abandonné tout papier d’emballage spécifique et n’emballe-t-il plus ses cadeaux d’anniversaire que dans des vieux papiers journaux pour lutter contre la société de consommation et signifier sa contribution au recyclage. Ainsi, au travers de ce qui pourrait être considéré comme des détails, se disent, se transmettent et s’enseignent des valeurs et une vision politique du monde.

6Parfois affirmés, parfois implicites, ces éléments du cérémoniel construisent brique à brique des ensembles auxquels il n’est pas toujours si facile de déroger, tant la pression de la sphère marchande au travers de la publicité ou des catalogues (Chaumier, 2004, Zegaï, 2010) peut être forte. Il devient donc important de considérer les rituels de l’enfance dans leur ensemble, en prenant en compte à la fois les objets – dits légitimes – qui constituent cette culture « par le haut », que ceux qui construisent cette culture « par le bas », c’est-à-dire issus de la culture de masse tant médiatique que commerciale comme le font les « Cultural Studies » (Glevarec, Macé, Maigret, 2008). Ces rites évoluent, marquant le passage des âges de différentes manières en s’adaptant à l’évolution des mœurs et à l’évolution d’une société de consommation devenue consommation de masse. Car les rites ne s’inventent pas ex nihilo, ils piochent dans des stocks d’éléments déjà présents : « les rituels s’offrent comme des bricolages puisés au kaléidoscope des références sociales, identitaires, religieuses ou néo-sacrées. Chaque individu peut les vivre en référence à son système de valeurs, réalisant la synthèse de ses diverses affiliations. » (Segalen, 1998, p.121). Marquant la fin de l’enfance et de l’adolescence, les rites d’enterrement de vie de jeunes filles ou de garçons sont ainsi devenus les étapes obligées du parcours contemporain vers le mariage soulignant l’importance du groupe de pairs et l’évolution de la place respective des instances de socialisation. Si au xixe siècle, à l’occasion des fiançailles, au Québec, on offrait des tasses à thé à la jeune fille afin de lui permettre de remplir son nouveau rôle social et de signifier son appartenance à ce nouveau groupe social, maintenant c’est une pluie de sous-vêtements qui est offerte par les « copines », pour souligner et accompagner son changement de statut comme l’illustre la recherche de Denise Girard (1981). Il s’agit bien dans les deux cas d’un rite de passage dont les modalités se réinventent en accompagnant tant l’évolution du statut de la jeune fille que l’évolution plus générale des mœurs.

L’analyse de la transmission suppose de distinguer transmission structurelle et mutations conjoncturelles. Le passage d’une génération à l’autre porte les traces des mutations économiques, sociologiques, technologiques, culturelles, pédagogiques, etc. Ces mutations de la société sont des filtres ente ce qui est transmis et ce qui est hérité, transformant les objets au fil des générations. (Octobre et al, 2010)

7Car c’est l’ensemble de l’identité sociale qui se trouve en jeu dans les rites de l’enfance, que ce soit au niveau des rites de passage ou des rites de la vie quotidienne. Ce qui se retrouve et se lit particulièrement bien dans les rites alimentaires, entre autres au niveau de ce que les sociologues de l’alimentation nomment « les plats totems » de l’enfance qui symbolisent la multiplicité des attaches culturelles dans la complexité de leurs articulations ainsi que le montre si élégamment l’historien Benjamin Stora (2015, p.77) à propos de sa propre enfance en Algérie :

La richesse des Européens nous paraissait enviable et inaccessible. Pour tenter d’y accéder, il fallait observer leur façon de se tenir, de s’attabler au café ou au restaurant, de consommer. On aimait ce qu’ils mangeaient, le baba au rhum, les religieuses, les meringues, les mille-feuilles, les éclairs au chocolat. Les merveilleuses douceurs orientales confectionnées à la maison, pour les fêtes juives en particulier, m’apparaissaient « ordinaires ». Pour les grandes occasions, on allait donc chez Jost, le pâtissier, acheter le gâteau d’anniversaire, un gâteau à la crème, qui n’avait rien à voir avec les gâteaux orientaux. On adorait aussi toute la cuisine européenne, les frites, les escalopes aux champignons et à la crème au restaurant (mais pas à la maison pour ne pas enfreindre la tradition religieuse, qui veut qu’on ne mêle pas la viande et les laitages), le poulet rôti, la blanquette de veau. La France, c’était… sa cuisine.

Dans ma famille, dans celle de mon père notamment, il y avait cette volonté de cuisiner français, de servir des plats du terroir aux déjeuners de famille. Le dimanche midi, par exemple, on avait droit au sauté de veau aux petits légumes, aux bouchées à la reine. Mais le shabbat, on mangeait la t’fina traditionnelle ou le couscous et les boulettes, après quoi nous étions tout juste bons (surtout les adultes) pour une sieste de deux heures. Ma mère maîtrisait la cuisine juive de Constantine aussi bien que la cuisine française. Elle regardait les journaux et les magazines métropolitains, relevait les recettes qu’elle suivait à la lettre. Elle cuisinait la t’fina comme personne, mais savait aussi faire la dinde pour Noël.

8On peut ainsi lire dans ce court extrait comment au travers des différents rituels mentionnés, qu’ils soient religieux ou profanes, de par le choix des mets, se dit la complexité d’une identité culturelle tout au long de l’enfance de l’auteur. Les mets et les gâteaux spécifiques de la cuisine orientale ou de la cuisine juive aussi bien que ceux de la cuisine française, soigneusement choisis, préparés à la maison, achetés ou dégustés au restaurant, au fil des rituels quotidiens, calendaires ou religieux, qu’il s’agisse du déjeuner de famille, du shabbat, du dimanche, de l’anniversaire ou de Noël, mettent en évidence les configurations sociopolitiques de cette enfance juive franco-algérienne.

9C’est ainsi qu’au travers des rituels de l’enfance se transmettent usages, dispositions, habitudes ou même habitus suivant le cadre théorique du chercheur car, ainsi que l’exprime Luce Giard dans L’invention du quotidien (1990) :

Chaque habitude alimentaire compose un minuscule carrefour d’histoire. Dans l’invisible quotidien sous le système silencieux et répétitif des servitudes quotidiennes dont on s’acquitte comme par habitude, l’esprit ailleurs, dans une série d’opérations exécutées machinalement dont l’enchainement suit un dessin traditionnel dissimulé sous le masque de l’évidence première, s’empile un montage subtil de gestes, de rites et de codes, de rythmes et de choix, d’usages reçus et de coutumes pratiquées.

10Le repas familial en général est un cadre essentiel de la transmission de pratiques sociales liées aux interactions familiales et un site privilégié pour l’appropriation par les enfants des patrimoines alimentaires des parents. Il est constitué de pratiques collectives structurées, aux plans temporel, spatial comme social. Parents et enfants sont rassemblés autour de la table et le dîner s’organise comme une partition en mouvements distincts (entrée, plat, fromage, fruit ou dessert), auxquels tous tentent de participer en rythme. On attend que tout le monde ait fini pour attaquer le mouvement suivant. C’est l’inscription de ces pratiques dans le temps long de l’enfance qui permet leur transmission dans un processus dynamique qui varie selon les cultures et les familles. Un geste va alors évoquer le goût d’une soupe délicieuse, une inflexion de voix, l’odeur de la cannelle, un regard, la texture des ravioles, un mot, la couleur des framboises partagées avec équité après moult négociations (Kremler-Sadlik et al. 2015 ; Morgenstern et al., 2015 ; Morgenstern, 2016).

11L’expérience répétée de ces moments où tous les sens sont convoqués, où bouffées et bouchées de joie, de plaisir, de colère, de tristesse, de saveurs, d’odeurs se mêlent, construit pour chaque enfant un patrimoine de mets et de mots, qu’il pourra à son tour transmettre avec sa propre palette de couleurs. C’est aussi dans ces regroupements familiaux que se raconte la journée à l’école des enfants et la journée de travail des parents, que l’on partage les souvenirs de vacances ou que l’on programme collectivement le repas du dimanche ou la sortie du samedi soir.

  • 1 On comment parfois l’erreur savante de rattacher l’étymologie de « politesse » à polis (cité en gre (...)

12C’est aussi un ensemble de règles de civilité qui est en jeu dans la performativité de ces rituels. Autour du repas familial, les parents orchestrent la prise de parole de chacun et transmettent aux enfants des règles implicites et explicites en coordonnant pratiques de table et pratiques langagières. (Morgenstern et al. 2015). Ces règles de politesse se doivent d’être acquises durant l’enfance donc particulièrement mises en travail au cours de ces rituels. Le terme politesse peut référer au polissage du vivre ensemble que permet l’observation des règles de politesse entre individus, ou à la mise en œuvre des règles de la vie de la cité1 manifestant les modes d’appartenance à une communauté de vie (Habib, 1994). Ainsi au cours des anniversaires de l’enfance s’apprennent, s’enseignent et se transmettent les règles de la construction du lien social au travers de la séquence du « donner, recevoir, rendre », ainsi que Marcel Mauss l’a formalisé dans son Essai sur le don, ce que mettent en œuvre par exemple à la fois l’impératif catégorique des cadeaux et la règle de l’invitation. Savoir offrir, savoir recevoir, savoir remercier, s’apprend au cours de l’accomplissement du rite de ces anniversaires qui tout au long de l’enfance contribue à l’apprentissage des manières de dire l’amitié. Car la pire insulte des cours de récréation est bien « ben, je t’inviterai pas à mon anniversaire », l’invitation signifiant l’intégration ou l’exclusion du groupe des copains. Il s’agit d’une instance de socialisation devenue essentielle dans la période contemporaine, d’où l’apparition de cette forme de potlatch contemporain qu’est l’anniversaire entre copains devenus banalité si ce n’est obligation (Sirota, 2001, 2004, 2014). Elle met en œuvre à la fois les règles de politesse les plus classiques, et les formes les plus contemporaines de la culture enfantine au travers des cadeaux échangés ou des thématiques organisant l’anniversaire, qui sont bien souvent signifiées dès l’envoi du carton d’invitation (Sirota, 2006, 2008).Tel Harry Potter devenu une thématique d’élection de cette culture en convergence (Jenkins, 2013) qui partant du livre mêle culture cinématographique et produits dérivés en constituant non pas seulement une culture de masse médiatique mais aussi une culture de génération. On voit bien ici comment les rites contribuent à la fois à la reproduction et à la transmission des règles sociales les plus classiques et à leur renouvellement en s’appuyant sur des éléments culturels les plus contemporains ; ainsi se réinventent et s’actualisent les rituels de l’enfance.

13C’est pourquoi dans ce numéro de Strenae nous avons rassemblé un certain nombre de travaux retraçant ces nouveaux rites de l’enfance. Numéro constitué en partie à la suite de l’école de printemps pluridisciplinaire sur les rituels de l’enfance organisée au Moulin d’Andé en juin 2017 qui a réuni une quarantaine d’enseignants-chercheurs et de doctorants des Universités Paris Descartes, Sorbonne Nouvelle et Paris 13.

14On s’intéresse donc au travers de ces rituels à la construction des identités, des civilités, du lien social, à travers les pratiques langagières et sociales ou leurs représentations qui sont constamment internalisées et réinventées par chacun, en particulier quand se racontent des histoires. C’est lors de ces moments clés de l’enfance que se tissent les liens affectifs, que se nouent des mondes imaginaires avec le monde quotidien, et que se goûte le plaisir partagé de répéter par cœur une histoire que l’on connaît déjà et dont on savoure les mêmes mots devenus familiers. Les articles présentés mettent en lumière la construction, la structuration, les usages des rituels qui tournent autour de la narration d’histoires avec ou sans le support de livres, mais aussi comment les rituels du quotidien sont représentés, déployés, investis, dans les ouvrages jeunesse. Ce, en partant d’environnements de l’enfant différents : famille, école, lieux de convivialité entre enfants en majorité dans la culture occidentale, mais aussi en Amazonie. Les approches sont issues des humanités et sciences sociales : sociologie, anthropologie, linguistique, et littérature. Les travaux s’appuient sur des données précises : travaux de terrain, corpus ethnographiques et extraits littéraires.

Raconter des histoires.

15Quoi de plus banal, de plus ordinaire, de plus quotidien que de lire et raconter des histoires entre parents et enfants ! Pour saisir ce moment, ici ce sont tout d’abord les outils du linguiste qui permettent d’analyser comment se met en œuvre le rituel, en l’explorant au fil des années de manière longitudinale, non pas dans une situation expérimentale, mais en milieu naturel, en famille. Envers de la richesse de la situation proposée, il s’agit d’un corpus constitué autour d’un seul enfant. Monographie de longue durée, qui permet de suivre, au fil des ans, l’apprentissage de la langue et le développement de l’enfant en saisissant son cadre interactionnel à partir d’une situation bien précise. Située dans un milieu social donné la recherche n’est pas destinée à chercher à appréhender les différences dans l’acquisition de la langue mais à aller au plus fin dans l’analyse des modalités d’acquisition. Ce, dans une situation qui permet une observation de longue durée, car elle permet – chose rare – de rentrer dans la sphère privée, au sein du foyer, en profitant de la familiarité existant entre chercheurs et famille.

16L’article de Pauline Beaupoil-Hourdel, Marie Leroy-Collombel et Aliyah Morgenstern qui ouvre le numéro est centré sur la lecture partagée à la maison dans une famille française. Cette activité répétée au quotidien est vécue comme un rituel ludique qui permet à l’interaction entre une mère et son enfant de se diversifier et de s’enrichir. Cette situation permet à l’adulte de transmettre des ressources linguistiques nouvelles et de développer les compétences narratives de l’enfant. En naviguant entre les expériences personnelles vécues et les situations représentées par l’image et le texte des albums utilisés, l’adulte expert et l’enfant novice mettent en voix et incarnent ensemble les liens entre réalité et fiction. L’approche des auteurs est écologique (l’enfant étudiée a été filmée par l’une des auteures dans son environnement naturel, sa maison, en famille), longitudinale (l’enfant a de 1 à 4 ans) et multimodale (les prises de parole, les gestes, les regards, les actions, la manipulation des livres sont analysés ensemble). Les auteures ont choisi de présenter des analyses qualitatives détaillées afin de montrer comment le rituel de lecture auquel elle est exposée dès le plus jeune âge permet à l’enfant de s’approprier un script partagé. Ce script est mis en œuvre depuis le début du corpus par la mère sous forme d’actions, de gestes, de constructions linguistiques spécialisées et va progressivement être parfaitement maîtrisé par l’enfant au point d’arriver à construire un récit autonome dont elle s’est approprié tous les codes. L’originalité des analyses tient à la fois dans la prise en compte de toutes les ressources communicationnelles déployées par la mère et l’enfant et des « affordances » (Gibson, 1977) de la situation et des albums manipulés. Il s’agit ainsi d’analyser en profondeur le potentiel qu’apporte la situation de lecture partagée dans toute sa dynamique interactionnelle et dans ses usages répétées, ritualisés, en association avec la relation intime entre une mère et son enfant qui s’appuie sur leur expérience de vie au quotidien, pour mieux cerner son impact sur le développement du langage de l’enfant.

17Puis c’est une observation de type anthropologique qui saisit ce rituel dans un jeu de narration entre enfants, pour comprendre comment se constituent les règles du jeu quand elles sont élaborées dans le groupe de pairs, mettant en évidence la transmission des rites au travers d’un réseau non plus vertical mais horizontal.

18L’article de Chantal Medaets nous emmène dans le bas Tapajos (Amazonie brésilienne) dans le village de Pinhel où nous partageons un jeu, répété à intervalles réguliers, entre enfants d’âges et de compétences différentes qui consiste à se raconter des histoires qui font peur. Cette situation de communication se déroule dans une communauté linguistique dans laquelle on valorise l’activité de narration. L’auteure l’analyse à travers les règles tacites qui la régissent et qui ont trait à la fois aux trames narratives utilisées, à la distribution de la parole entre enfants, à leur disposition en rond à l’ombre d’un arbre, au moment où elle peut prendre place – quand ils n’ont pas de tâches à accomplir pour leurs parents et viennent en général de prendre part à une activité où ils se sont dépensés physiquement. La chercheuse découvre et formule ces règles qu’elle analyse comme faisant partie d’un processus de ritualisation empreint de souplesse, grâce à ses observations ethnographiques, dans lesquelles elle est amenée à constater à la fois des répétitions et des transgressions explicitées et souvent dévalorisées. Ce jeu des histoires est repris d’une activité largement pratiquée par les adultes, dont les enfants sont régulièrement témoins et à laquelle ils empruntent à la fois les processus et une constellation de personnages tout en essayant d’en créer d’autres à partir des contes transmis à l’école. L’auteure montre comment la régulation de la participation des enfants comme par exemple le droit octroyé à raconter, ou même à évaluer la pertinence et la forme du récit, en fonction de la compétence, est également élargie à d’autres activités partagées dans lesquelles s’affirme l’asymétrie et la hiérarchisation entre enfants d’âges et de compétences différentes. Les enfants reproduisent entre eux une situation quotidienne de la vie adulte, pour s’y essayer et acquérir ainsi progressivement l’expertise qui leur permettra d’être socialisés aux pratiques socialement valorisées de leur communauté linguistique et culturelle.

19C’est le rite de passage de la rentrée scolaire en France qui est ensuite analysé par Nathalie Mangeard tel qu’il est mis en scène et institutionnalisé dans les livres pour enfants. La littérature enfantine est devenue un excellent observatoire pour le sociologue car à la fois reflet et partie prenante des évolutions des modes de socialisation, elle permet d’en capter et lire les mutations en cours. La quasi-totalité des enfants est maintenant scolarisée en maternelle, au point de permettre d’en rendre la fréquentation obligatoire. Mais l’enfant ayant pris une place différente dans la sphère familiale, une attention plus grande est maintenant portée à ses affects et ses émotions à ainsi qu’à la réussite scolaire. C’est pourquoi le rite de la rentrée scolaire au travers du premier jour d’école est devenu une thématique classique de la littérature enfantine. Travaillant ainsi, au travers de ce rituel, l’articulation entre instances de socialisation, la famille, l’école, l’article s’interroge sur son mode de représentation : comment passe-t-on du métier d’enfant au métier d’élève ? Comment la littérature enfantine met-elle en écriture ce nouveau rituel de l’enfance au travers de ce premier jour à la fois tant attendu et tant appréhendé ?

20De nombreux ouvrages dépeignent le déroulement de la rentrée, ce rite qui permet à l’enfant de s’engager dans le passage symbolique d’une instance de socialisation à l’autre, d’un univers à l’autre, d’un espace-temps à un autre. Il entre dans un monde non familier, cette sphère publique que représente l’école, et se détache ainsi du monde de la famille et de la maison. Il s’agit pour l’enfant d’intégrer les codes de l’école, ses règles, d’acquérir le métier d’élève. L’auteure a travaillé sur un corpus de 158 ouvrages publiés sur une durée de 43 ans. Considérant la rentrée comme un véritable rite de passage, en s’appuyant sur les travaux de Van Gennep, elle en analyse les différentes étapes.

21Toutes les séquences de rentrée ont été décryptées afin de mettre au jour leurs spécificités en fonction des maisons d’édition, des années de parution, des lieux de distribution et du prix des ouvrages. La lecture de ces ouvrages est en elle-même un processus dans lequel s’engagent les familles pour mieux encadrer et ritualiser la rentrée de leur enfant afin de mieux maîtriser les inquiétudes suscitées par le processus de séparation qu’il implique.

22L’article de Doriane Montmasson se penche sur le rituel du repas avec sa dimension collective, tel qu’il est capturé dans les albums illustrés et par lequel se transmettent pratiques de table et pratiques langagières grâce à la coordination des goûts, des saveurs et des échanges verbaux. Son corpus d’ouvrages publiés entre 1960 et 2012 est destiné aux enfants de 5 à 8 ans. L’auteure analyse l’ensemble des normes sociales et alimentaires telles qu’elles sont transmises aux enfants à travers les albums, mais aussi leur évolution au cours du temps et les différences dont elles sont empreintes selon les publics en fonction de la classe sociale et du genre de l’enfant. Elle se penche sur le repas en tant que créateur de lien social, sa transformation selon les époques avec le passage de la sphère familiale à la sphère amicale, la transmission de normes alimentaires qui participent à des inégalités sociales et des inégalités de genre. À travers l’analyse du texte et de l’iconographie, on peut ainsi montrer que lectrice et lecteurs ne sont pas destinataires des mêmes normes : une petite fille sera vue comme ayant de mauvaises habitudes et succombant à la tentation, alors que le petit garçon sera décrit comme délicieusement gourmand. La perspective diachronique dont est nourri l’article de Doriane Montmasson permet à la fois de montrer la permanence du repas en tant que rituel clé dans la fabrique de l’enfance, mais également comment évoluent les pratiques et leur transmission. Les analyses fines des différences selon les publics éclairent le rôle de la littérature jeunesse en tant que vecteur de segmentation sociale.

23Le dernier article de ce numéro spécial est consacré aux rituels de politesse à la fois dans les albums jeunesse et le théâtre jeune public et a permis à deux jeunes chercheuses, Victoria Chantseva et Marie Sorel, de nouer un dialogue autour de leurs disciplines respectives en croisant littérature, sociologie et sciences de l’éducation. En croisant leurs regards, les auteures montrent comment l’enfant est invité à s’approprier des règles grâce à leur mise en fiction qui va de pair avec une distanciation et un assouplissement. Le mode de diffusion des normativités a profondément évolué. La transmission des règles morales se doit d’être plus souple, euphémisée et rencontre ainsi parfois l’humour. Les civilités qui régissent les rapports sociaux n’ont certes pas disparu mais elles sont en constante redéfinition, qu’il s’agisse des relations de genre ou entre générations. Le statut de l’enfant ayant profondément évolué, cela amène à ne plus simplement exiger de lui une obéissance passive, mais à la fois l’intériorisation des normes et une certaine autonomie. La politesse se marque à la fois par des gestes et actions codifiés et par des routines langagières qui les accompagnent. Les auteurs dévoilent comment une certaine mise à distance des rituels de politesse opérée grâce à différents procédés humoristiques dans la littérature enfantine marque un nouveau rapport aux normes et des relations plus égalitaires entre parents et enfants. Une quarantaine d’ouvrages publiés entre 1990 et 2016 ont été sélectionnés avec un effort de diversification des éditeurs. Cette mise en évidence de l’évolution des normes de socialisation permet ainsi de saisir le travail éducatif des adultes, qu’ils soient parents ou éducateurs, autant que le travail des émotions du côté des enfants.

24Ainsi, quand se racontent des histoires, quand se fabriquent des rituels, se construit le lien social et se transmettent ainsi tant verticalement qu’horizontalement des éléments culturels, relayés par une société marchande et prenant appui sur les objets de l’enfance. Au carrefour de ces études et de ces approches centrées sur les rituels et les histoires racontées aux enfants ou entre enfants, nous pouvons ainsi saisir quelques-unes des clés de la socialisation au quotidien qui construit l’enfance.

Haut de page

Bibliographie

BERENI, L., CHAUVIN S., JAUNAIT, A., REVILLARD, A. (2012) Introduction aux études sur le genre, Bruxelles : de boeck.

BOURDIEU, P. (1982) « Les rites comme actes d’institution », Actes de la recherche en sciences sociales, 43, p58-63.

CAPLOW, T. (1986) « Les cadeaux de Noël à Middletown ou comment faire respecter une règle sans pression apparente », Dialogue n° 91, n° spécial, Des rites familiaux.

CHAUMIER, S. (2004) « Fête des enfants ! ou comment l’imaginaire social construit l’identité sexuée : lecture critique des catalogues de jouets » in Diasio, N., Au palais de Dame Tartine, Paris : L’harmattan.

CROMER, S., DAUPHIN, S., NAUDIER, D. (2010) « Les objets de l’enfance », Cahiers du genre, n°49.

GIANINI BELOTTI, E. (1973) Du côté des petites filles, Paris : Les éditions des femmes.

GIARD, L., MAYOL, P. (1990) L’invention du quotidien, T.2, Habiter, Cuisiner, in GIARD, L., DE CERTEAU, M., L’invention du quotidien, Paris : Gallimard.

GIBSON, J. J. (1977) « The theory of affordances ». In Shaw, R., & Bransford, J. (Eds.), Perceiving, acting, and knowing: Toward an ecological psychology (67-82). Hillsdale, NJ: Lawrence Erlbaum Associates, Inc.

GIRARD, D. (1998) « Enterrer sa vie de jeunes fille », Ethnologie française, n°4, réed. 2001.

GLEVAREC, H., MACE, E., MAIGRET, (2008) Cultural Studies, Paris : Armand Colin.

HABIB, C. (1994) « Quand le cœur s’accorde aux formes », Politesse et sincérité, Paris : Editions Esprit.

HOBSBAWN, E., (1995) « Inventer des traditions », Enquête, [En ligne], 2 | 1995, mis en ligne le 10 juillet 2013, consulté le 30 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/enquete/319 ; DOI : 10.4000/ enquete.319

JENKINS, H. (2013) La Culture de la convergence, Paris : A. Colin.

KREMER-SADLIK T., MORGENSTERN A., Peters, C., BEAUPOIL HOURDEL, P., CAËT, S., DEBRAS, C., LE MENE, M. (2015). Eating fruits and vegetables : An Ethnographic Study of American and French Family Dinners. Appetite. 84-92.

MAUSS, M. (1924, 2012) Essai sur le don, Paris : P.U.F.

MORGENSTERN, A., DEBRAS, C., LE MENE, M., CAET, S., BEAUPOIL, P & KREMER-SADLIK, T. (2015). « L’art de l’artichaut et autres rituels : transmission de pratiques sociales et alimentaires dans les diners familiaux parisiens ». Numéro spécial sur les Patrimoines alimentaires et enfantins. The anthropology of food. https://aof.revues.org/7836

MORGENSTERN A. (2016). « Pratiques langagières et comportements du patient en milieu familial : apport des méthodes ethnographiques multimodales pour la recherche en médecine ». Ethics, Medicine and Public Health, 2, 641-649.

OCTOBRE S., DETREZ C., MERCKLE P., BERTHOMIER N. (2010) L’enfance des loisirs, Paris : Ministère de la culture et de la communication.

ROBERGE, M. (2014) Rites de passage au XXIe siècle, entre nouveaux rites et rites recyclés, Québec : Presse de l’université de Laval/Hermann.

ROUSSIER, M. (2017) Les cadeaux de naissance, Mémoire de M2R, Université Paris Descartes.

SEGALEN, M. (1998) Rites et rituels contemporains, Paris : Nathan.

SERAPHIN, G. (2012) « Introduction, Familles et rites », Recherches familiales, 2012/1, n°9,

SIROTA, R. (1998) « Les copains d'abord. Les anniversaires de l'enfance, donner et recevoir », Ethnologie française, n°4, réed. 2001.

SIROTA, R. (2002) « When the birthday invitation knocks again and again on the door. Learning and construction of manners », Zeitschrift für Qualitative Bildungs-Beratung und Socialforschung, 1-2002, p.11-39.

SIROTA, R. (2006) « Prendre au sérieux un rite de l’enfance », in SIROTA, R. (dir), Eléments pour une sociologie de l’enfance, Rennes : PUR.

SIROTA, R. (dir), (2006) Eléments pour une sociologie de l’enfance, Rennes : PUR.

SIROTA, R. (2008) « Les nourritures célestes d’une fabrication identitaire   le gâteau d’anniversaire », Les cahiers de l’OCHA, Nourrir de plaisir.

SIROTA, R. (2010) « De l’indifférence sociologique à la difficile reconnaissance de l’effervescence culturelle d’une classe d’âge », in OCTOBRE, S. (ed) Enfance et Culture, Paris : Ministère de la culture et de la communication.

SIROTA, R. (2013) « Enfance modèle, modèle d’enfance ? La représentation de l’enfance au travers du rituel de l’anniversaire dans la littérature enfantine », in Schneider, B., Mitkiewicz, M.-C., (ed), Des écrits pour et sur l’enfance, Figures de l’enfance et relations éducatives : représentations, savoirs, normes, Ramonville : Erès.

SIROTA, R. (2014) « L’anniversaire : un potlatch de l’enfance contemporaine », in DIANTHEIL,E., (ed), Marcel Mauss, en théorie et en pratique, Archives Karéline : Paris.

STORA, B. (2015) Les clés retrouvées, une enfance juive à Constantine, Paris : Stock.

VINCENT, S. (2001) « Le jouet dans la construction sociale de l’enfance », Recherches et Prévisions, n° 64.

ZEGAI M. (2010) « La mise en scène de la différence des sexes dans les jouets et leurs espaces de commercialisation », Cahiers du genre, n°49.

Haut de page

Notes

1 On comment parfois l’erreur savante de rattacher l’étymologie de « politesse » à polis (cité en grec).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aliyah Morgenstern et Régine Sirota, « Rituels de l’enfance et transmission: raconter des histoires », Strenæ [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 18 octobre 2019, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/strenae/4112 ; DOI : 10.4000/strenae.4112

Haut de page

Auteurs

Aliyah Morgenstern

Université Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Régine Sirota

Université Paris Descartes

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals