Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La Belle au bois dormant en ses métamorphoses. Textualité, transtextualité, iconotextualité.

Corona Schmiele
Référence(s) :

Pascale Auraix-Jonchière, Frédéric Calas (dir.), La « Belle au bois dormant » en ses métamorphoses. Textualité, transtextualité, iconotextualité, Clermont-Ferrand, Maison des Sciences de l’Homme, 2018, 292 p.

Texte intégral

1Le présent ouvrage réunit dix chercheurs de différentes disciplines ‒ linguistique, histoire de l’art, littératures française, germanophone, anglaise et comparée – tous spécialistes de la littérature de jeunesse et plus particulièrement du conte, avec des contribution autour d’un seul et même noyau de texte, « La Belle au bois dormant » dans la version de Perrault et celle des Grimm (« Dornröschen » ‒ « Rose d’épines »), dans un premier temps en les faisant se répondre ou en étudiant la genèse des textes eux-mêmes, en analysant dans un deuxième temps leurs avatars et métamorphoses textuels, iconographiques et cinématographiques. La démarche est originale et se révèle porteuse : le volume, par la diversité des approches, fait bien entrevoir la grande richesse de la matière. Les contributions sont, pour la plupart, écrites par de vraies plumes, maniées avec élégance et esprit ; l’ensemble est réalisé avec soin, il fait plaisir à lire, plaisir à regarder ; une bonne bibliographie sur le sujet clôt le volume. Chaque contributeur, avec ses propres verres grossissants et sa propre boîte à outils, se focalise sur une facette différente. Et si le conte lui-même n’a que quelques pages, certains articles en agrandissent, à l’aide de la loupe de l’analyste, tel ou tel détail tandis que d’autres regardent de très près les variantes, les réécritures et les métamorphoses dans d’autres médias, si bien que le corpus est en fait tout sauf restreint. L’ouvrage montre l’incroyable fécondité de ce seul conte, sans même prétendre l’épuiser, illustrant ainsi la prémisse que la préface expose, à savoir « la plasticité » du genre, son potentiel inépuisable de renouvellement. L’introduction (à deux voix que l’on distingue bien, celles des deux directeurs de l’ouvrage), montre que le volume est issu d’une vraie interrogation scientifique et est bien ancré dans une vision de ce que c’est que le conte, quel en est l’intérêt, voire l’actualité. À l’instar de la belle protagoniste du conte qui fait l’objet de l’ouvrage, « les contes, comme les mythes, sommeillent pour ressurgir sous une forme autre », suivant ainsi ce qui, pour les directeurs de l’ouvrage, est « le principe même de toute littérature » : la métamorphose. L’idée aurait plu à un Goethe ‒ l’ensemble des contributions fait bien sentir ce potentiel infini de réincarnation. Au départ, il y a le dialogue, entre Perrault et Grimm, parfois problématique, consonant et dissonant à la fois, et à travers ces deux auteurs et ces deux textes, celui entre deux pays et deux époques différentes : l’Allemagne et la France, le xviie et le xixe siècles. L’approche relève de l’esthétique de la réception et est portée par une interrogation qui organise le tout : quelles sont les modalités de réception, de reformulation textuelles et iconiques à la lumière d’un contexte social, culturel, historique donné. Ceci se décline selon deux axes : la textualisation d’un côté, l’intermédialité de l’autre.

  • 1 Histories or Tales of Past Times with Morals, London, Printed by J. Pote, 1729.
  • 2 Martine Hennard Dutheil de la Rochère, « Les métamorphoses de La Belle au bois dormant en traductio (...)
  • 3 Ibid., p. 78.
  • 4 Catherine Tauveron, « Étude comparative de l’expérience temporelle de Rose d’épine (Grimm) et de La (...)
  • 5 Ibid., p. 49.
  • 6 Frédéric Calas, « De La Belle au bois dormant à Dornröschen : phénomènes interdiscursifs d’une rééc (...)

2Les contributions de la première partie (« textualisation ») mettent en lumière l’élasticité du conte de départ, d’une part le fait que les deux textes-sources restent eux-mêmes « work in progress », d’autre part la manière dont ils se métamorphosent d’un auteur à l’autre, sans pour autant perdre leur substance. Cyrille François nous emmène, en archéologue du texte, dans le laboratoire des Grimm et nous retrace, en linguiste, l’évolution du texte, tandis que Martine Hennard Dutheil de la Rochère analyse la métamorphose de la version Perrault dans la première traduction anglaise, par Robert Samber1, en constatant une « tendance d’infantilisation2 » de celle-ci. Elle donne ensuite un aperçu de la postérité de cette traduction en Angleterre, qui reflète, selon elle, une « grimmification3 » du conte. Les trois contributions suivantes de cette première partie étudient, à chaque fois avec une autre approche, un aspect différent de la réécriture du conte de Perrault par les Grimm. Catherine Tauveron et Pascale Auraix-Jonchière montent chacune un autre détail en épingle, détail en apparence insignifiant, qui fait des deux contes-sœurs des contes fondamentalement différents. Catherine Tauveron, chez qui on perçoit un très léger parti pris en faveur de Perrault par rapport aux Grimm, dirige ses verres grossissants sur la différence du traitement du temps qui s’écoule pendant le sommeil de la Belle : en effet, il est frappant de constater que dans le conte grimmien, on ne trouve aucune allusion au temps qui passe. Tout le château s’endort et se réveille au bout de cent ans avec la protagoniste, alors que chez Perrault c’est elle seule qui est plongée dans un sommeil centenaire, le château et ses habitants restant soumis au règne de la temporalité. Cela change tout, il est vrai, et fait, selon l’auteur, que seul Perrault fait vivre à sa protagoniste une « expérience temporelle4 », condition de toute évolution, ici sous forme de traumatisme, alors que le sommeil de Dornröschen n’est qu’un « non-évènement5 ». Ce n’est peut-être pas la seule interprétation possible : dans les deux versions, le monde au-delà de la haie d’épine continue à devenir et à périr sous le règne du Temps ; et c’est le propre de l’incubation que le temps est comme suspendu, que rien n’a l’air de bouger et que, néanmoins, tout d’un coup, de l’intérieur, tout a changé. Mais l’argumentation se tient et met le doigt sur cette étrange particularité du conte grimmien de faire si totalement l’économie de toute allusion au temps qui passe. Mais n’est-ce pas le propre du conte de chambouler les dures lois de l’espace et du temps, qui sont les axes de notre réalité ? Pascale Auraix-Jonchière explore, avec beaucoup de finesse et de justesse elle aussi, une particularité par laquelle Grimm se distingue de Perrault : le motif de la haie d’épines que le conte allemand a largement amplifié pour en faire un réel leitmotiv, qui reflète sur le plan de la structure des couches profondes de signification. Elle élargit ensuite sa perspective à la déclinaison de ce motif chez Jean Lorrain, Angela Carter et Philippe Beck. Frédéric Calas, de son côté, entreprend l’étude de la réécriture du conte perraltien par les Grimm par le biais de la stylistique et de l’analyse du discours, pour faire apparaître, lui aussi avec un très léger parti pris en faveur de Perrault, que l’ironie de l’auteur français fait place à une « euphémisation6 » chez les Grimm.

  • 7 François Fièvre, « La Belle au bois dormant d’Edward Burne-Jones et Walter Crane : en quête d’une f (...)

3Les articles réunis dans la deuxième partie (« intermédialité et iconotextualité ») déploient l’éventail des œuvres générées par les deux textes sources, avec tout ce que cela peut impliquer comme remise en question, critique, conflits générationnels, voire comme perte de substance. Deux des articles regroupés ici traitent des illustrations, au tournant du xixe au xxe siècle, du conte des Grimm et/ou de Perrault. Dominique Peyrache-Leborgne examine le motif du réveil de la Belle et du baiser qui lui coïncide chez Grimm, vu et renouvelé à l’époque de l’Art nouveau dans l’espace germanophone par Heinrich Lefler et Josef Urban, et interroge ces illustrations, à la lumière de la définition du kitsch par Walter Benjamin, sur leur tendance d’harmonisation et de banalisation de l’univers des contes. Kitsch ou dépassement du kitsch ? Peyrache-Leborgne plaide finalement de façon nuancée pour le dépassement. François Fièvre, quant à lui, étudie les représentations figurées (céramique, peinture, livre illustré) de « La Belle au bois dormant » par Edward Burne-Jones et Walter Crane, comparables, en dépit de bon nombre de différences d’interprétation, par le fait qu’ils mettent en avant précisément les deux motifs de la version Grimm qui distingue celle-ci de la version de Perrault : le motif de la rose sauvage et celui du sommeil du roi, pour se demander si ce dernier n’est pas à comprendre comme une « métaphore du sommeil de la souveraineté politique7 » face aux problèmes sociaux du royaume anglais à la fin du xixe siècle. Suivent deux articles qui traitent d’albums du tournant du xxie siècle qui reprennent le conte de la « Belle au bois dormant ». Christiane Connan-Pintado consacre son étude à la comparaison de deux relectures centrées sur le thème du rêve, mettant au premier plan le motif du sommeil de la Belle : l’album de Frédéric Clément, Songes de la Belle au bois dormant (1996), et celui de Nikolaus Heidelbach, La Treizième Fée (publication originale en allemand en 2002), l’un français, l’autre allemand, qui font du conte-source, chacun à sa manière, le miroir de leurs angoisses et désirs profonds. Nelly Chabrol-Gagne étudie, elle aussi, l’album de Frédéric Clément, pour insister sur le fait que cette réécriture s’insère dans un blanc du conte source, l’ellipse des cent ans de sommeil. Pour finir, Natacha Rimasson-Fertin, avec un article sur des versions filmiques de « Dornröschen » à l’époque du Nazisme et à celle de la RDA, l’une datant de 1936, réalisée par Alf Zengerling, l’autre de 1971, réalisée par Walter Beck, présente la récupération idéologique, voire le pervertissement, du conte de Grimm, en constatant une adhésion complète au régime dans le premier et en subodorant une nuance de critique de l’idéologie dans le deuxième.

4Pascale Auraix-Jonchière clôt l’ensemble, en épilogue, par une étude d’une re-scénarisation du conte grimmien, le roman américain de 1992 « Briar Rose », de Jane Yolen, sous-titré « A Novel of the Holocaust » qui explore et exploite à fond la cruauté originelle de ce conte merveilleux, en faisant du bois du conte-source un camp d’extermination et de la haie d’épines une clôture en barbelé. Pascale Auraix-Jonchière semble vouloir signaler par la position de son étude que cette relecture est à considérer comme hors-champ. Elle montre en effet le point extrême des relectures possibles et donne l’impression de surexploiter – dans une intention critique, certes ‒ la « plasticité » du conte, jusqu’à le vider de sa substance.

  • 8 Frédéric Calas, Pascale Auraix-Jonchière, « Introduction », dans : Pascale Auraix-Jonchière, Frédér (...)

5L’éventail déployé par les contributions est large, sans que le volume épuise le sujet : Elfriede Jelinek, par exemple, n’est mentionnée qu’en passant. Si le noyau de substance autour duquel se font toutes les métamorphoses est, comme le définit l’introduction, « [l]a réflexion sur le mariage, mais aussi, plus largement sur le lien amoureux8 », la réécriture de « Dornröschen » par Jelinek aurait pu ajouter une nuance intéressante, corrosive, à l’ouvrage.

  • 9 Le colloque « Séduction et métamorphoses de la Belle au bois dormant » a eu lieu les 27 et 28 novem (...)

6La démarche qui consiste à concentrer le corpus, pour susciter des analyses en profondeur émanant de spécialistes de différentes disciplines et pour favoriser en même temps l’établissement d’un véritable dialogue entre ces spécialistes, permet de générer un travail de grande qualité scientifique. Le groupe de chercheurs réunis autour de cette démarche est, en fait, déjà rodé et leur travail en profondeur a une histoire ; il commence en 2010 ; le groupe à géométrie variable, mais avec un noyau dur, a déjà bon nombre de manifestations et publications à son actif. Le présent volume rassemble les contributions du premier colloque9 de toute une série qui suit le même schéma. Depuis, il y a eu un colloque ainsi qu’une journée d’étude sur « Les Fées » de Perrault et la « Dame Hiver » (ou « Dame Holle ») des Grimm (2015 et 2016), puis un troisième sur « Le Roi grenouille ou Henri de Fer » des Grimm (en 2016) et un quatrième, en 2019, sur la « Peau d’âne » de Perrault et « Allerleirauh » des Grimm. Le programme portait au départ le titre « GRIMM. Réécritures, réception et intermédialité : Les contes des frères Grimm : (1810-2016) » et a comme responsables scientifiques précisément les directeurs de l’ouvrage dont nous traitons : Pascale Auraix-Jonchière et Frédéric Calas. Il est porté par la MSH de Clermont-Ferrand (2013-2016). S’il a comme objectif d’établir la preuve de l’éternelle jeunesse des contes, il a par ailleurs une autre particularité qui le rend intéressant : il ne s’adresse pas exclusivement à la communauté scientifique de spécialistes, mais aussi aux amateurs éclairés de tous horizons (artistes, établissements du secondaire, bref tous ceux qui s’intéressent aux contes).

7On souhaite à ce programme également une éternelle ou du moins durable jeunesse.

Haut de page

Notes

1 Histories or Tales of Past Times with Morals, London, Printed by J. Pote, 1729.

2 Martine Hennard Dutheil de la Rochère, « Les métamorphoses de La Belle au bois dormant en traduction : du salon mondain à la nursery victorienne », dans : Pascale Auraix-Jonchière, Frédéric Calas (dir.), La « Belle au bois dormant » en ses métamorphoses. Textualité, transtextualité, iconotextualité, Clermont-Ferrand, Maison des Sciences de l’Homme, 2018, p. 68.

3 Ibid., p. 78.

4 Catherine Tauveron, « Étude comparative de l’expérience temporelle de Rose d’épine (Grimm) et de La Belle au bois dormant (Perrault) : une Rose d’épine qui a perdu de son piquant ? », dans : Pascale Auraix-Jonchière, Frédéric Calas (dir.), La « Belle au bois dormant » en ses métamorphoses. Textualité, transtexutalité, iconotextualité. Clermont-Ferrand, Maison des Sciences de l’Homme, 2018, p. 45.

5 Ibid., p. 49.

6 Frédéric Calas, « De La Belle au bois dormant à Dornröschen : phénomènes interdiscursifs d’une réécriture », dans : Pascale Auraix-Jonchière, Frédéric Calas (dir.), La « Belle au bois dormant » en ses métamorphoses. Textualité, transtexutalité, iconotextualité. Clermont-Ferrand, Maison des Sciences de l’Homme, 2018, p. 110.

7 François Fièvre, « La Belle au bois dormant d’Edward Burne-Jones et Walter Crane : en quête d’une fleur perdue ? », dans : Pascale Auraix-Jonchière, Frédéric Calas (dir.), La « Belle au bois dormant » en ses métamorphoses. Textualité, transtexutalité, iconotextualité. Clermont-Ferrand, Maison des Sciences de l’Homme, 2018, p. 153.

8 Frédéric Calas, Pascale Auraix-Jonchière, « Introduction », dans : Pascale Auraix-Jonchière, Frédéric Calas (dir.), La « Belle au bois dormant » en ses métamorphoses. Textualité, transtexutalité, iconotextualité. Clermont-Ferrand, Maison des Sciences de l’Homme, 2018, p. 13.

9 Le colloque « Séduction et métamorphoses de la Belle au bois dormant » a eu lieu les 27 et 28 novembre 2014 à la MSH de Clermont-Ferrand.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corona Schmiele, « La Belle au bois dormant en ses métamorphoses. Textualité, transtextualité, iconotextualité. », Strenæ [En ligne], 16 | 2020, mis en ligne le 17 juin 2020, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/strenae/4147

Haut de page

Auteur

Corona Schmiele

Erlis, Université de Caen Normandie
50, Rue Lhomond, 75005 Paris
corona.schmiele@gmail.com

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals