Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Éco-graphies. Écologie et littératures pour la jeunesse

Euriell Gobbé-Mévellec
Référence(s) :

Nathalie Prince et Sébastian Thiltges (dir.), Éco-graphies. Écologie et littératures pour la jeunesse, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2018, 344 p.

Texte intégral

Introduction

1L’ouvrage dirigé par Nathalie Prince et Sébastian Thiltges est le résultat des travaux menés entre 2014 et 2016 dans le cadre du projet régional EcoLitt porté par l’Université d’Angers et associant les universités du Mans et de Nantes. Ce projet, coordonné par des chercheurs en littérature comparée, portait sur l’analyse des rapports entre la littérature et les préoccupations environnementales et comportait un axe dédié à la littérature de jeunesse, dont Nathalie Prince était la responsable.

Cadre théorique

2Le cadre théorique de cet ouvrage est donc celui de l’écocritique (ecocriticism), un champ de recherche littéraire et interdisciplinaire bien développé aux USA, moins implanté pour l’instant en Europe, même s’il s’institutionnalise progressivement. L’écocritique étudie les relations entre écologie et littérature et s’intéresse, ce faisant, à l’existence d’une écologie culturelle et littéraire, complémentaire de l’écologie scientifique et politique, où s’exprimeraient de nouvelles manières d’habiter le monde, où s’inventeraient de nouvelles interactions entre l’homme et son environnement, où se développeraient de nouvelles formes discursives liées à la révision du dualisme nature/culture. L’introduction de Sébastian Thiltges propose un état des lieux du développement de l’écocritique en Europe et en France et référence les quelques travaux portant plus précisément sur la littérature de jeunesse dans ce domaine (notamment le travail de Christian Chelebourg sur les écofictions). L’ouvrage s’intéresse donc à un corpus encore peu exploré, celui de l’écolittérature pour la jeunesse, à l’échelle européenne, et convoque fréquemment des références issues de l’écologie philosophique et scientifique (Hans Jonas, Aldo Leopold, Michel Serres, Gregory Bateson, Philippe Descola, Arne Naess, etc.) pour éclairer ce corpus, construisant ainsi un dialogue interdisciplinaire particulièrement stimulant.

Objectif de l’ouvrage

3L’objectif de l’ouvrage est d’étudier la place de l’écologie dans la littérature de jeunesse, considérant qu’il existe, précise Nathalie Prince en préambule, « une sorte de relation co-naturelle entre la littérature de jeunesse et une expression singulière de la nature ». L’opposition entre nature et culture recoupe en effet à bien des titres l’opposition entre enfant et adulte, ce dont témoigne la figure emblématique de Peter Pan, cet enfant éternel qui fuit le monde civilisé des adultes pour trouver refuge dans la nature. Cette co-naturalité expliquerait pourquoi les inquiétudes écologistes se manifestent dans la littérature de jeunesse depuis les années 1970, au point de créer un courant de littérature engagée. Il s’agit donc pour l’ouvrage d’analyser à la fois les contextes dans lesquels cette littérature se développe, les modalités de son discours, la façon dont elle responsabilise un lecteur écocitoyen : développe-t-elle un discours alarmiste ? culpabilisant ? optimiste ? humoristique ? poétique ? Ce que s’attache à analyser l’ouvrage, surtout, ce sont les formes, fictionnelles, esthétiques, médiatiques, prises par cette écolittérature pour la jeunesse. Le terme d’« éco-graphies », qui interpelle depuis le titre de l’ouvrage, reflète cette volonté de prise en compte dans la réflexion de la diversité et de l’hybridité des médias et des supports où se déploient les écofictions (jeux vidéos, séries, films, etc.).

4Les compétences des deux directeurs de l’ouvrage sont complémentaires pour ce projet. Nathalie Prince, professeure de littérature comparée à l’Université du Mans, auteure notamment de La Littérature de jeunesse. Pour une théorie littéraire (Amand Colin, coll. « U », réédité en 2015), s’intéresse depuis longtemps à la question des genres. Sébastian Thiltges quant à lui, à la suite d’une thèse en littérature comparée sur le paysage silencieux, consacre ses travaux à l’étude des rapports entre écologie et littérature au travers de deux projets de postdoctorat. Ils ont rassemblé dans cet ouvrage les contributions de vingt-trois chercheurs issus de différentes disciplines. Au-delà en effet des contributions de chercheurs en littérature (générale, comparée, espagnole), on trouve des chercheurs en sociologie, en philosophie, et en sciences de l’éducation, issus de différentes universités françaises, mais également d’Espagne, des USA et d’Italie.

5Chaque contribution est précédée et suivie de passages en italique rédigés par les directeurs de l’ouvrage, qui opèrent un utile travail de synthèse et de croisements entre les différentes contributions et accompagnent le lecteur dans le déroulé du plan de l’ouvrage, donnant ainsi cohérence et unité à cet ouvrage collectif.

6L’ouvrage s’appuie sur une conviction profonde, que développe le préambule de Nathalie Prince : si la littérature de jeunesse constitue un terreau fertile pour l’émergence d’une écolittérature engagée, du fait des relations privilégiées qu’y ont toujours entretenues l’enfance et la nature, ce mouvement ne peut cependant être réduit à l’apparition d’un nouveau thème, voire d’une nouvelle esthétique. Il introduit au contraire une rupture profonde, dans la mesure où la dimension éthique et moralisatrice, fréquente en littérature de jeunesse, s’y trouve renversée. Le modèle à suivre n’est plus l’adulte puisqu’il est le responsable de la dégradation de la planète : les espoirs sont placés en l’enfant dont on espère qu’il fera mieux que les générations qui l’ont précédé, dont on espère qu’il protègera une planète vulnérable, tel le Petit Prince de Saint Exupéry sur la couverture de l’ouvrage. L’écolittérature introduit également un nouveau rapport au temps puisqu’elle projette un monde qui n’existe pas encore, pour des générations à venir.

Chapitre premier : Écogenèse : histoire d’une sensibilité en formation

7Le premier chapitre de l’ouvrage adopte une perspective historique et réinterroge des productions pour la jeunesse antérieures à l’émergence de l’écolittérature dans les années 1970, afin d’y déceler, à travers les manifestations d’une sensibilité environnementale particulière, les prémices d’une conscience écologique moderne. Les auteurs devancent le reproche qui pourrait leur être adressé d’une relecture anachronique des œuvres et présentent leur démarche comme une « écogenèse » allant de pair avec « un changement de posture éthique » consistant à se décentrer de l’humain pour prendre davantage en considération la place de l’environnement et du non-humain dans ces textes. Les différents exemples développés dans ce chapitre s’attachent à montrer que la vision des rapports entre l’homme et son environnement est révélatrice d’une certaine conception de l’enfant et contribue à marquer les étapes de l’évolution de la littérature de jeunesse.

8Fernando Copello s’attarde sur deux classiques de la littérature de jeunesse espagnole, El Fabulario (1613) de Sebastián Mey et Platero y yo (1914) de Juan Ramón Jiménez, afin de montrer comment la représentation de la nature y est intimement liée au projet éducatif des auteurs. Dominique Peyrache-Leborgne interroge quant à elle la pensée de la nature véhiculée par les textes de tradition collective et populaire antérieurs à l’ère industrielle, plus particulièrement les contes des frères Grimm, et constate que la vision d’une communion harmonieuse entre les différents règnes du vivant y prédomine, et que les contes eux-mêmes en sont présentés comme la manifestation directe et authentique, comme des fragments de Naturpoesie. Cette « sagesse naturelle » des contes, leur potentiel de remise en question de l’homo economicus moderne, expliqueraient pourquoi ils continuent d’être lus, publiés, réécrits, actualisés aujourd’hui. De la même façon, Agathe Salha montre comment les livres illustrés de Walter Crane, publiés en pleine révolution industrielle anglaise, s’inspirent des cosmogonies harmonieuses des fables d’Esope pour illustrer l’idéal socialiste de l’auteur, celui d’une société harmonieuse et juste, à rebours du développement industriel et du capitalisme. Aurélie Gille Comte-Sponville conclut cette écogenèse en s’intéressant à l’avènement du roman scout en France durant les Trente Glorieuses, qui apparaît dans un contexte d’exode rural. La nature y apparaît comme le lieu de toutes les aventures, lieu de l’enfance par excellence, cristallisant des projections idéalisées et nostalgiques et permettant l’expression, dans la littérature de jeunesse, d’une critique possible du progrès et de l’urbanisation.

Chapitre deuxième : Écomotifs et écothèmes. Petit dictionnaire de l’écologie : Alimentation, Arbre, Cabane, Chasseur, Dodo, Loup…

9Le second chapitre de l’ouvrage se tourne vers les productions contemporaines dans le champ de l’écolittérature et propose de les analyser par le biais des thèmes et des motifs qui s’y développent en relation avec les préoccupations environnementales. Le sous-titre du chapitre, « Petit dictionnaire de l’écologie », ne doit pas laisser penser à un recensement exhaustif de ces thèmes et motifs et révèle plutôt la démarche métonymique et dialectique qui a animé les auteurs. Le chapitre s’ouvre en effet sur une étude de cas, traitant des albums publiés en Espagne entre 1976 et 2014, et c’est à partir de certaines des conclusions de cette étude qu’il se construit ensuite, en les confrontant à d’autres langues et cultures.

10Patricia Mauclair relève ainsi dans son étude de cas le fort potentiel métaphorique et métonymique de certains motifs, celui de l’arbre, par exemple, mais remarque également que d’autres thèmes, que l’on aurait a priori immédiatement situés du côté de l’écologie, ne sont pas toujours utilisés dans cette perspective. C’est le cas par exemple des animaux : extrêmement présents dans les pages de la littérature de jeunesse, ils y sont cependant rarement les représentants d’une cause animale à défendre, parce qu’elle serait en souffrance ou en voie d’extinction.

11L’analyse suivante s’intéresse aux « cabanes » de la littérature de jeunesse, autre motif indissociable d’une réflexion sur la place de l’écologie dans ces productions puisque celle-ci désigne, étymologiquement, la science de l’oikos, de l’habitat. Bertrand Guest considère même le « récit de cabane » comme le « cœur originel du canon écocritique » tant cet habitat primitif, à l’interface entre le monde sauvage et le monde civilisé, joue un rôle décisif dans la façon dont l’individu choisit de se relier à son environnement. La fonction de la cabane, selon les époques et les productions, varie donc énormément : tantôt bastion de civilisation au milieu de l’hostilité sauvage, tantôt refuge contre la barbarie du monde civilisé, elle peut tout autant être le lieu d’une initiation « en miniature » aux normes de la vie en société, d’une domination progressive du monde sauvage, qu’un seuil vers un monde de liberté, d’aventure, de subversion. Sa position invite à une observation distanciée et favorise une prise de conscience socio-environnementale, qui débouche, parfois, sur la transformation de soi et l’action.

12Gwenola Caradec poursuit quant à elle la réflexion initiée par Patricia Mauclair sur l’écomotif de l’arbre et montre qu’il joue fréquemment un rôle initiatique pour rapprocher de la nature et de son temps cyclique des lecteurs qui s’en seraient éloignés, notamment à travers une expérience de lecture tactile et visuelle (Cf. Mon arbre à secrets, d’Olivier Ka et Martine Perrin, Dans la forêt du paresseux d’Anouck Boisrobert, Louis Rigaud et Sophie Strady).

13Patricia Mauclair constatait que les personnages d’animaux, foisonnants dans la littérature de jeunesse, soutenaient pourtant rarement un propos écologique. Nadja Maillard et Dominique Ulma poursuivent cette réflexion, s’intéressant cette fois à la présence d’animaux relevant d’espèces en voie de disparition ou disparues. Elles choisissent le dodo, espèce endémique de l’Ile Maurice disparue il y a trois cents ans et passée dans la culture populaire, pour montrer comment s’articulent dans la littérature de jeunesse le souci documentaire et le pouvoir empathique et symbolique de la fiction. Elles montrent qu’il s’agit là d’un difficile équilibre, et que l’objectif de sensibiliser à la menace écologique est d’autant mieux atteint – lorsqu’il est atteint – que la puissance du mythe est convoquée.

14C’est davantage dans une optique dialectique que se déploie l’étude suivante, qui se penche sur la figure du chasseur dans la littérature de jeunesse. Cible du discours écologiste car il incarnerait une menace pour l’environnement, il peut aussi, à l’inverse, symboliser une forme de proximité avec la nature. Son intérêt réside également dans le fait que sa présence dans le système des personnages oblige à « désanthropomorphiser » les animaux, à les ramener à leur statut d’animal, propice à l’expression de préoccupations environnementales. Florence Gaïotti montre cependant, dans ce panorama qui remonte au xviie siècle (Rôti Cochon), que la figure du chasseur cristallise davantage les critiques sociales (satire de la bourgeoisie) et politiques (engagement en faveur des plus faibles, antimilitarisme) qu’il n’ouvre vers une réflexion environnementale. Cette étude pointe également, au milieu de cette galerie de chasseurs essentiellement grotesques et ridicules, quelques figures moins stéréotypées : celle de chasseurs présentés de façon réaliste (albums du Père Castor), ou de chasseurs repentis (Yakouba, de Thierry Dedieu).

15Laurence Allain-Le Forestier conclut ce chapitre en s’intéressant aux valeurs portées par l’acte nourricier et à la façon dont il est représenté en littérature de jeunesse. Elle présente divers exemples où le fait de se nourrir est synonyme de surabondance ou bien, à l’inverse, de manque, et se relie dans les deux cas à des préoccupations écologiques sur la surexploitation des matières naturelles, le partage des richesses, la surconsommation, etc. Laurence Allain-Le Forestier montre sur ces exemples que la construction binaire soutient un discours axiologique, avec une visée éducative claire, qui peut confiner parfois au « catéchisme écologique ». Elle s’interroge sur l’efficacité de ces ouvrages où la sensibilisation laisse davantage place à une moralisation. On peut peut-être regretter que cette analyse ne précise pas comment le corpus d’œuvres a été défini, ce qui ne permet pas au lecteur de savoir si ces exemples sont représentatifs de la littérature de jeunesse actuelle ou si l’on peut trouver des œuvres plus nuancées.

Chapitre troisième : Pluralité des écogenres : comment l’écologie fabrique-t-elle la littérature pour la jeunesse ?

16Le troisième chapitre constitue le cœur de l’ouvrage car il aborde la question et les modalités de l’émergence d’un nouveau genre littéraire, celui de l’écolittérature de jeunesse, postulant que celui-ci introduit une rupture profonde dans le champ de la littérature de jeunesse. Ce chapitre s’intéresse ainsi à la diversité des formes prises par les écofictions, de la fantasy arthurienne (Isabelle Périer) aux jeux de simulation (Olivier Caïra) en passant par l’expérimentation du teatro de animación de Luis Matilla (Simon Arnaud) ou les romans utopiques ou dystopiques pour adolescents (Laurent Bazin).

17Du côté du roman, la contribution d’Isabelle Périer montre comment le travail de réécriture dans la fantasy arthurienne « recycle » certains motifs naturels en les teintant d’une problématique environnementale. Laurent Bazin propose quant à lui une typologie très convaincante des romans pour adolescents en fonction de leur traitement de la menace écologique. Il rappelle que le roman pour adolescents obéit à d’autres règles que celles de la littérature enfantine et qu’il est désormais moins le reflet des valeurs des adultes prescripteurs que le « laboratoire emblématique de l’imaginaire collectif des nouvelles générations ». La dimension pédagogique s’y trouvant nettement plus effacée que dans la littérature enfantine, c’est sous la forme de récits d’évasion que se manifestent les préoccupations environnementales. Celles-ci s’incarnent dans des univers tantôt utopiques, tantôt dystopiques, où, généralement, une entreprise de reconstruction est à l’œuvre, ou du moins envisagée comme possible, loin du catastrophisme et du désenchantement qui teintent la littérature pour adultes. Et ce qui caractérise ces romans, c’est que la réinvention des rapports entre l’homme et son environnement est étroitement liée à la maturation psychologique du héros : « l’aventure écologique est d’abord et surtout une expérience intérieure dans laquelle le sujet construit dans la durée une nouvelle relation à soi-même qui le prédispose à une nouvelle relation à son environnement » (p. 195). Cette perspective psychologique de l’écologie fait de ces romans le lieu d’expérimentations de nouveaux modes relationnels dans l’écosystème (refus de certains clivages, notamment entre l’homme et l’animal) et à travers ces expérimentations, invente peut-être les nouvelles images et les nouveaux mythes des futures générations.

18Les deux études qui suivent envisagent la fiction dans une perspective intermédiale : d’inspiration souvent littéraire, celle-ci peut prendre la forme d’un jeu de simulation, d’un film, d’une série, etc., souvent sous des formes interactives. Olivier Caïra établit un parallèle entre l’activité d’un joueur amené à faire des choix dans un environnement fictionnel, et donc à assumer les conséquences de ses décisions, et la projection requise par une prise de conscience écologique. Il considère donc à ce titre que les jeux de simulation, numériques ou sur table, sont complémentaires des écofictions narratives par l’expérience interactive qu’ils proposent. Il distingue dans son analyse deux expériences écofictionnelles interactives : celle qui consiste, dans un jeu « à hauteur d’homme », à essayer d’assurer sa survie dans un environnement meurtri, et celle qui adopte un point de vue surplombant, de gestion globale, où le joueur est invité à réparer cet environnement dégradé. Dans les deux cas, le jeu de simulation permet de pratiquer une « irresponsabilité responsabilisante », il concrétise l’effort de projection que supposent les problématiques écologiques, offre la possibilité de prendre la place des générations futures pour assister aux conséquences de nos actes présents et expérimenter des solutions.

19Simon Arnaud s’intéresse à une autre forme d’expérience interactive, celle imaginée par Luis Matilla à travers sa proposition, notamment, de teatro de animación. Pour ce dramaturge espagnol, il n’y a qu’un pas entre l’engagement physique et émotionnel des jeunes spectateurs dans un dispositif fictionnel et leur engagement intellectuel, voire politique, et c’est un pas qu’il franchit dans deux pièces porteuses d’un message écologique. El bosque fantástico, qui relève du teatro de animación, a pris la forme de longues représentations théâtrales itinérantes (plusieurs heures), se déroulant dans des espaces ouverts, comme des parcs ou des jardins. Ces représentations ont une trame narrative souple, qui s’adapte aux réactions des enfants, et trouée, car elle ménage des temps de débat et de participation des spectateurs. El baile de las ballenas, publié dans le recueil Teatro para armar y desarmar, poursuit cette logique sur un autre mode : les jeunes lecteurs sont invités à mettre en scène et à jouer les textes, avec l’aide de conseils et de croquis de professionnels.

20Le point de vue développé par Ezio Puglia à la fin de ce chapitre diffère des précédentes contributions puisqu’il s’intéresse moins aux formes contemporaines des écofictions qu’au regard renouvelé que l’écologie permet de porter sur des fictions antérieures. On retrouve en ce sens la démarche « écogénétique » du premier chapitre, mais l’objectif est cependant ici étroitement lié à la redéfinition du genre ou du canon littéraire envisagé, celui du conte. Ezio Puglia revendique en effet une approche écologique du conte, qui permet de l’envisager comme une « chronotopie ouverte », comme un réseau de correspondances évolutives entre des personnages, des objets, des animaux, un environnement, etc. capables de se transformer, comme un « plurivers [qui] devient un monde au fur et à mesure que l’action et la lecture se développent » (p. 233).

Chapitre quatrième : L’écologie en contexte(s) : environnements à hauteur de culottes courtes

21Le dernier chapitre de l’ouvrage s’intéresse aux contextes socio-culturels dans lesquels les œuvres écolittéraires apparaissent et sont reçues. Cette perspective, classique dans le champ de la littérature comparée, acquiert une dimension particulière du fait de la question abordée ici : toute contextualisation n’est-elle pas déjà en soi une démarche écologique puisqu’elle s’intéresse aux relations entre le sujet et son milieu, considérant qu’ils se construisent mutuellement ? La question du milieu, du rapport au(x) lieu(x) est ainsi très présente dans ce chapitre et concentre des tensions, entre effort de reterritorialisation de l’être humain d’une part (logique locale), et prise en compte du contexte de déplacements et d’échanges globaux.

22Hélène Cassereau-Stoyanov indique que la place de l’écologie dans la littérature de jeunesse portugaise est ancienne et s’est structurée à partir des années 1970, grâce à des prix littéraires et à une articulation avec les programmes scolaires. Elle analyse plus précisément deux œuvres fondatrices de ce mouvement : Valéria e a vida (Sidónio Muralha et Inês de Oliveira) et Beatriz e o Plátano (Ilse Lisa et Lisa Couwenbergh) et montre comment ces deux récits sont traversés par des concepts scientifiques rigoureux qui trouvent à s’incarner dans certaines images, certaines figures de style, contribuant à éclairer et à responsabiliser le jeune lecteur.

23Les intersections entre écocritique et études postcoloniales amènent Foteini Thoma à s’intéresser à un roman grec de Vassilis Papatheodorou, La Grève des flamants roses, qui se déroule en Camargue, où ont émigré des travailleurs grecs depuis le début du xxe siècle. Trois enfants s’y opposent aux projets des adultes qui menacent l’écosystème et s’efforcent, avec l’aide d’une sorcière, figure maternelle ambivalente, de restaurer une unité perdue avec la nature.

24L’œuvre de l’auteur congolais Dominique Mwankumi croise elle aussi enjeux multiculturels et écologiques. Anne Cirella-Urrutia s’appuie sur trois albums afin d’illustrer la vision bio-centrique du monde portée par l’auteur. Les lieux représentés dans ses récits sont en effet bien autre chose que le simple cadre des actions des personnages. Qu’il s’agisse de la décharge de Kinshasa ou de l’estuaire congolais, ces lieux fonctionnent comme de véritables milieux : ils sont les creusets des relations entre les humains et entre les humains et leur environnement, ils règlent les échanges et participent ainsi à la construction et à la survie de communautés. Dans ces espaces en lisière du monde s’entrelacent enjeux écologiques et multiculturels, comme dans cette réflexion autour du jouet, objet de consommation de la société occidentale, objet recyclé par les enfant congolais et vendu pour survivre.

25Esther Laso y León s’intéresse ensuite au motif de la mer dans des récits pour la jeunesse ou adaptés pour la jeunesse et souhaite à travers les exemples choisis montrer combien la relation entre l’homme et la mer varie selon le contexte de leur apparition, et notamment selon le contexte technologique régissant les relations entre les hommes et le milieu marin. Son corpus comprend deux romans du xixe qui ont a posteriori été adaptés pour des collections pour la jeunesse, Les Travailleurs de la mer de Hugo (1866) et Pêcheur d’Islande de Pierre Loti (1886), et un roman contemporain pour la jeunesse, Alerte à la marée noire, de Nathalie Daladier et Gilbert Maurel (2000). Des romans du xixe siècle au roman contemporain, on assiste à une inversion de la valeur symbolique du motif puisque la mer passe du statut d’élément sauvage à domestiquer à celui de victime, et que l’on passe de l’admiration pour les moyens technologiques nouveaux de pêche et de navigation à une méfiance et au souhait de revenir à des méthodes plus artisanales.

26La dernière contribution de ce chapitre se centre sur un contexte à petite échelle, celui de la salle de classe. Edwige Chirouter montre comment la littérature de jeunesse constitue une médiation efficace à l’heure d’aborder les problématiques environnementales avec de jeunes élèves, à mi-chemin entre le concept philosophique, trop abstrait, et l’anecdote personnelle, qui n’autorise pas le regard objectif et distancié. Pour Edwige Chirouter, les écofictions pour la jeunesse utilisées dans le cadre de débats à visée philosophique peuvent permettre d’éviter l’écueil de la moralisation.

Conclusion

27La conclusion de Christian Chelebourg revient utilement, à l’issue d’un chapitre consacré aux contextes d’émergence et de réception des écofictions, sur la question de la nature médiatique de ces récits. Ses exemples empruntent autant à la littérature qu’au cinéma ou au jeu, ce qui ne signifie pas qu’il les envisage comme des supports équivalents. Il souligne en effet combien la médiativité du support, c’est-à-dire son potentiel expressif et communicationnel (P. Marion, 1997) est lié à l’efficacité du message qu’il fait passer. Sa conclusion permet également de relever d’autres grands traits des écofictions pour la jeunesse actuelles : leurs affinités avec le numérique et les digital natives pour lesquels l’expérience de l’interconnexion est très concrète, l’émergence de nouvelles figures d’« écohéros » qui possèdent « le sens de la responsabilité collective ».

28L’ouvrage dirigé par Nathalie Prince et Sébastian Thiltges ouvre ainsi de nombreuses pistes de réflexion sur les liens entre littérature de jeunesse et écologie. Il participe à l’identification des écofictions pour la jeunesse comme un genre à part entière, et à la définition des caractéristiques de ce genre (thèmes, motifs, formes, supports, lectorat, modalités de réception, etc.). Le dialogue constant avec des références scientifiques et philosophiques de l’écologie contribue également, plus largement, à légitimer l’existence d’une écologie culturelle et littéraire comme espace de réflexion, voire comme discipline à part entière. Les chapitres abordent des corpus, des périodes ou des problématiques très variés, liés aux spécialités des auteurs, et il est vrai que l’on s’interroge parfois sur certaines absences (notamment dans la partie sur l’écogénèse) ou sur les raisons qui ont présidé au choix de telle ou telle période, de tel ou tel corpus, de telles ou telles œuvres. Cependant, le soin apporté au plan de l’ouvrage et les transitions systématiques proposées par les deux directeurs pallient cette hétérogénéité en construisant un fil de réflexion qui donne son unité à l’ouvrage et ménage même les futures « niches » scientifiques restant à explorer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Euriell Gobbé-Mévellec, « Éco-graphies. Écologie et littératures pour la jeunesse », Strenæ [En ligne], 16 | 2020, mis en ligne le 17 juin 2020, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/strenae/4167

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals