Navigation – Sitemap
Comptes rendus

L’âge des enfants (xvie-xviie siècles)

Sophia Mehrbrey
Version(en):

Jean-Pierre van Elslande, L’Âge des enfants (xvie-xviie siècles), Genève, Droz, 2019, 262 p.

Volltext

Introduction

1L’ouvrage L’Âge des enfants (xvie-xviie siècles) de Jean-Pierre van Elslande, paru en 2019 chez Droz, représente un travail attendu qui cherche à pallier l’absence d’études systématiques sur l’enfant dans la littérature avant Rousseau. Si le plan chronologique permet de faire l’économie d’une problématisation plus poussée, l’auteur propose une analyse stimulante de la complexité des personnages enfants dans les textes choisis. Dès l’ouverture, l’auteur insiste sur l’importance d’une distinction méthodique entre l’enfant et l’enfance. Restant fidèle au postulat de Philippe Ariès selon lequel la sacralisation de l’enfance serait une invention de la fin du xviiie siècle, van Elslande considère toutefois que la première modernité constitue une période de transition importante qui donne une place inouïe aux figures d’enfants. Ce n’est donc pas l’enfance en général qui est valorisée – au contraire, les traités moraux et éducatifs donnent le plus souvent une image péjorative d’une enfance vulnérable et corrompue par le péché originel. Cependant, certains auteurs commencent à mettre en scène des exemples d’enfants qui se font remarquer précisément parce qu’ils se distinguent de ce cliché négatif. Van Elsande instaure ainsi la distinction entre « l’âge des enfants », qui regroupe les xvie et xviie siècles, et « le temps de l’enfance », inauguré par Jean-Jacques Rousseau. Se focalisant sur les xvie et xviie siècles, van Elsande opère une césure quelque peu radicale entre la fin du xviie siècle et les années 1760, suggérant qu’aucun intérêt n’est porté à l’enfant/l’enfance dans la littérature de la première moitié du xviiie siècle. Pour ne pas tomber dans le piège d’une vision téléologique, van Elslande précise qu’il ne cherche pas à retracer une évolution continue du Moyen Âge à Rousseau, mais à illustrer la dynamique inhérente à « l’âge des enfants ». Son objectif est d’étudier les différents modes de subjectivation des figures d’enfants qui, selon l’auteur, sont indissociablement liées à l’avènement des Temps modernes.

2Selon la thèse de l’auteur, les enfants figurant dans les textes de genres divers illustrent des bouleversements historiques, collectifs et individuels. Contrairement au xixe siècle, qui instaure une césure entre le monde de l’enfance et les affaires politiques et historiques, les xvie et xviie siècles mettent en scène des enfants précisément parce qu’ils jouent un rôle dans le déroulement de l’Histoire. Ne s’intéressant pas encore à l’enfance en général, les auteurs de l’époque exhibent les enfants exceptionnels. Ce faisant, ils ont recours à différents modes de subjectivation, représentant l’enfant soit comme symbolique d’un processus historique ou d’une promesse de l’avenir, soit comme témoin subjectif des événements. Avec beaucoup de subtilité, van Elslande montre que les auteurs accordent aux enfants un don d’observation, une lucidité précoce et une étonnante capacité d’adaptation aux circonstances. Les enfants restent pourtant des acteurs marginaux, leurs apparitions étant limitées à des circonstances bien précises. Les imaginaires de la naissance et de la formation constituent ainsi les modes privilégiés pour parler des enfants.

Compte-rendu des chapitres

3L’ouvrage s’ouvre sur un chapitre consacré aux récits généthliaques qui célèbrent la naissance des dauphins et d’autres princes dans la première moitié du xvie siècle. Dans le généthliaque de Clément Marot, composé en 1518 à l’occasion de la naissance de François, duc de Bretagne, ou dans le sonnet que Ronsard consacre à la naissance du premier fils d’Antoine de Bourbon et de Jeanne d’Albret, l’enfant occupe une fonction avant tout symbolique, dans la mesure où il promet le renouvellement de l’âge d’or. Sa vigueur et sa jeunesse apparaissant comme une analogie des commencements de la civilisation humaine, l’enfant illustre l’espoir de la réalisation d’un idéal humaniste. Van Elslande souligne le fait que les poètes de la Renaissance prennent leur inspiration dans la quatrième églogue de Virgile dans laquelle ils ont voulu voir une préfiguration de la naissance du Christ. Ainsi, leurs poèmes célèbrent simultanément un passé vénérable et un renouveau humain en se centrant sur le présent de la naissance d’un prince illustre.

4Tandis que le premier chapitre s’intéresse à quelques cas exemplaires d’enfants illustres, le deuxième chapitre se concentre sur les nouveaux efforts pédagogiques qui naissent à la Renaissance. Van Elslande accorde un intérêt particulier à Érasme et à son modèle d’instruction qui s’est rapidement répandu dans l’Europe renaissante. Dans ses écrits éducatifs, Érasme conçoit l’éducation comme le façonnage d’un matériau encore souple et malléable, vision qui se fonde en grande partie sur les lois de la médecine humorale. L’importance de cette conception explique également que, selon Érasme, une attention particulière doit être accordée à l’enfant en bas âge, particulièrement enclin aux influences extérieures à cause de la chaleur et de l’humidité de ses fibres. Chez Érasme, l’humanité apparaît donc comme le résultat du façonnage éducatif, comme une qualité qui s’acquiert grâce à une éducation réussie. Cependant, même si une éducation précoce permet de prévenir beaucoup de mauvais plis, l’humaniste admet que tous les enfants ne naissent pas avec les mêmes prédispositions : dans le système éducatif d’Érasme, il n’y pas de place pour les cancres – ils resteront au rang des bêtes. Van Elslande insiste sur le fait que le projet éducatif conçu par le penseur flamand embrasse tous les niveaux de la culture – l’éducation de l’esprit et de l’âme y trouvent autant leur place que celle du corps et de la conduite sociale. Enfin, Érasme n’hésite pas à intégrer ses réflexions sur l’éducation de l’Homme dans une pensée plus globale, laissant facilement apercevoir un lien entre son projet pédagogique et sa démarche philologique. En s’appuyant sur les étymologies latines, Érasme instaure un parallèle entre l’enfant et la libre pensée. L’enfant devient ainsi un esprit qui a droit à une éducation franche.

5Le chapitre suivant est consacré aux héros de Rabelais. Van Elslande nous propose ici une analyse très fine des enfances de Pantagruel et de Gargantua. L’organisation purement chronologique de l’ouvrage ne permet malheureusement pas de les mettre en lien avec celles du Page disgracié, de Francion ou de certains mémorialistes. Van Elslande avance dans ce chapitre que, grâce à la présence enfantine, Rabelais met en scène le renouveau historique sur un mode inattendu. Ainsi, la naissance de Pantagruel et de Gargantua n’est pas inscrite dans un déterminisme historique, mais elle met en scène un nouveau dynamisme et une ouverture vers l’avenir. Celle de Gargantua, qui serait allégorique de la Renaissance, illustre plus précisément un idéal politique. Cependant, la mise au monde de Gargantua n’a rien en commun avec celles des princes et des dauphins célébrées dans les généthliaques de la première moitié du xvie siècle. Elle est plutôt décrite comme le résultat chanceux d’un enchaînement d’événements aléatoires et n’a donc rien de programmatique. Ainsi, les enfants de Rabelais se distinguent des modèles. En exploitant sur un mode comique les écrits pédagogiques par l’exemple, Rabelais soustrait les enfants aux doctes jugés rigides pour marquer le début d’une ère nouvelle. Au lieu de voir les enfants comme des jeunes pousses qui doivent se plier entièrement aux préceptes éducatifs, il leur accorde le droit à la libre parole. Si Rabelais loue l’idéal éducatif humaniste, il met également en scène l’inventivité spontanée de l’enfant, qui mêle dans ses actes imitation et création. Lorsque Pantagruel fréquente Panurge, l’auteur met en évidence la capacité de l’enfant à s’adapter à des situations diverses ; déployant une « énergie aussi formidable qu’incontrôlable » (p. 67), l’enfant s’instruit avant tout grâce aux expériences vécues, mais aussi par ses jeux, jugés gratuits, qui lui permettent par moments de renverser les autorités établies.

6Dans le chapitre iv, van Elslande étudie la place de l’enfant dans la vogue des utopies. Si les personnages enfants y ressemblent de nouveau à des types, le critique montre que dans le contexte de l’avènement des Temps modernes, les remarques des utopistes à propos des enfants sont dignes d’intérêt. Dans des textes tels que Utopia (1516), Histoire des Sévarambes (1677) et La Terre australe connue (1667), l’attention accordée à l’éducation des enfants ne se justifie pas par la volonté de mettre en perspective un changement à venir. Il s’agit au contraire de montrer l’efficacité d’un système établi et de fournir des arguments pour le faire durer. En même temps, les auteurs donnent à voir une réflexion distancée sur les effets d’un tel système. Dans la logique utopique, l’éducation des enfants signifie un façonnage selon les besoins de la communauté. Ainsi peut-on constater une certaine indifférence affective de la part des parents. Les soins accordés aux enfants proviennent d’un intérêt purement ritualisé et institutionnel ; il revient au système de décider des prédispositions de chacun et de lui attribuer sa place au sein de la communauté. Dans l’Histoire des Sévarambes, Denis Vairas thématise la fondation de la civilisation utopique des Sévarambes. Il décrit comment le premier parmi eux bénéficiait d’une éducation qui répondait à ses prédispositions heureuses. Or, par la suite, les mesures éducatives adaptées à la personnalité d’un seul enfant se voient progressivement institutionnalisées pour devenir une norme qui n’est plus interrogée. Ainsi l’auteur nous montre-t-il comment le pouvoir cherche à faire perpétuer un système établi grâce à l’éducation ; la malléabilité des enfants n’encourage plus un renouveau longuement attendu, mais marque au contraire le statisme du système. Grâce à la distance d’un narrateur issu d’un univers étranger, l’auteur introduit une voix critique qui laisse sous-entendre qu’une telle éducation peut paraître problématique, dans la mesure où tous les enfants ne peuvent pas se conformer à une éducation aussi institutionnalisée.

7Le critique poursuit avec une riche analyse des Essais de Montaigne, auteur qui accorde un grand intérêt au caractère individuel de l’enfant. Au lieu de défendre un quelconque déterminisme ou programmatisme historique, Montaigne s’intéresse à la malléabilité des enfants qu’il associe à sa propre démarche, son style et sa position philosophique. La perspective qu’il cherche à proposer s’apparente à la fraîcheur du regard que les enfants portent sur le monde. Comme Érasme, Montaigne reconnaît dans le regard des enfants une sagesse qui peut servir de modèle aux adultes. C’est en renversant les rôles établis que les enfants s’intègrent dans le projet humaniste de Montaigne : comme les modernes surpassent les anciens, les enfants finissent par surpasser leurs maîtres. Le penseur humaniste dote les figures d’enfants d’une subjectivation immédiate, d’une nouvelle forme d’autonomie qui ne se réalise pas dans un avenir qui reste à construire mais dans l’instant présent. Or, Montaigne est loin du mignotage médiéval. S’il s’intéresse aux enfants, c’est parce que l’enfant peut dans certains cas, lorsqu’il s’affranchit de la parole d’autorité, porter un regard différent sur le monde. L’originalité de Montaigne, affirme van Elslande, consiste à voir dans l’enfant un être affranchi de préjugés et non pas dépourvu de jugement. Dans cette mesure, Montaigne invite à prendre exemple sur les enfants. En faisant le lien entre le regard enfantin et celui des cannibales, il suggère que ce regard est moins le résultat de l’âge biologique que de la « perspective adoptée sur la réalité » (p. 109).

8L’implication de l’enfant dans le récit de l’Histoire constitue le fil rouge de l’argumentation de van Elslande. Dans cette perspective, il analyse les enfants des mémoires comme des acteurs singuliers de l’Histoire qui s’approprient leur propre parcours. Il insiste sur le fait que les mémorialistes du xviie siècle évoquent leur enfance sans nostalgie, mais pour faire part du regard particulier, qu’enfants, ils ont porté sur le monde – un regard parfois révélateur des bouleversements historiques. Comme les généthliaques du xvie siècle, les récits de naissance, qui ouvrent bien des mémoires, annoncent régulièrement le parcours exemplaire du nouveau-né. Tout en s’y pliant, l’enfant des mémoires apporte son point de vue sur les événements qu’il vit et auxquels il prend part ; le scénario électif s’accompagne ainsi de traits de caractère proprement enfantins. Par ailleurs, le récit d’enfance, intégré dans le projet mémorialiste plus vaste, annonce souvent une carrière placée sous le signe de l’originalité : l’enfant, qui se distingue de la lignée, ne se plie pas entièrement aux soins éducatifs. Au contraire, il réussit, grâce à sa malléabilité, à s’adapter à toute situation. Le point de vue mémorialiste met en évidence que l’enfant vit au présent, alors que l’adulte y voit la préfiguration d’un avenir familial. On s’étonnera dans ce chapitre que van Elslande porte une attention particulière à Mme de Staal de Launay, née en 1684 et dont les mémoires sont rédigés dans la première moitié du xviiie siècle, alors qu’il omet des mémorialistes importants du xviie siècle, tels que Michel de Marolles ou la Grande Mademoiselle, qui accordent pourtant un intérêt inédit à leur enfance. Ceci est d’autant plus problématique que ce n’est qu’en excluant Michel de Marolles de son corpus (une seule note l’évoque) que van Elslande peut prôner l’absence de toute nostalgie d’enfance dans les mémoires de l’époque.

9Certains romans du xviie siècle suivent dans leur organisation le modèle mémorialiste, proposant à leurs lecteurs des récits de vie à la première personne qui incluent un récit d’enfance. Tel est le cas de l’Histoire comique de Francion et du Page disgracié. Plus encore que les mémoires, ces deux romans mettent en scène des enfants qui vivent au jour le jour, qui progressent grâce à leurs expériences et qui bouleversent les habitudes et les codes. Enfants, les deux protagonistes se trouvent le plus souvent livrés à eux-mêmes, et par là libres d’attache symbolique ou historique. Charles Sorel, par exemple, détourne sur un ton burlesque le récit de naissance de son héros pour présenter au lecteur un enfant qui saura s’approprier son destin. Ce garçon non-conformiste détourne également les structures du collège. Il y forme sa personnalité, mais à l’encontre des pouvoirs institutionnalisés, renversant dans le jeu burlesque les hiérarchies et les rôles préétablis. Le contact, défendu, avec les romans, représente pour lui l’occasion de s’inventer grâce à la force de l’imagination. Le récit du Page disgracié développe plus encore l’enfance de son protagoniste. Selon van Elslande, l’originalité du roman réside dans le fait de laisser apercevoir deux registres : celui de la vivacité de l’enfant qui « se forme au contact de l’expérience et se nourrit d’une culture de l’imagination » (p. 160) et celui du regard moralisateur de l’adulte qui continue à évaluer l’enfant qu’il a été à partir de lieux communs. L’allusion que T. L’Hermite fait dans le prélude à Montaigne, nous invite à croire qu’en prenant partie pour les « potentialités étonnantes » (p. 161) de l’enfant, il décide de plaider sa cause.

10Le chapitre viii est consacré à un genre, dont on croit les enfants souvent absents : le théâtre. Si van Elslande analyse en détail le rôle des enfants dans l’intrigue des pièces choisies, on attend en vain des remarques sur les particularités du genre théâtral, telles que le choix des acteurs ou les représentations théâtrales dans les collèges jésuites. Van Elslande se contente de montrer à partir de trois dramaturges majeurs du xviie siècle que les enfants y occupent malgré tout une certaine place. Souvent muets, voire absents de la scène à proprement parler, ils peuvent quand même jouer un rôle décisif pour l’intrigue. Dans Médée, le spectateur assiste à l’« assujettissement enfantin le plus extrême » (p. 164), dans la mesure où l’enfant y devient une arme de vengeance. Aucunement mis en valeur pour ce qu’ils sont, les enfants ne comptent chez Corneille que dans la mesure où les adultes agissent à travers eux. Bien qu’ils soient souvent absents de la scène, la tension dramatique repose toutefois sur « le caractère purement verbal du destin qui les attend » (p. 165). Chez Racine, la place attribuée à l’enfant paraît encore plus périphérique : ils seraient ainsi « privés de parole et de corps », entièrement passifs et « voué[s] au sacrifice » (p. 170). Dans Athalie, l’enfant joue un rôle particulier. Joas est un enfant d’exception, la promesse d’un grand avenir car il préfigure l’Histoire du Salut. Cependant, la représentation d’un tel récit électif laisse toujours une part d’incertitude, dans la mesure où le dramaturge met en évidence que les promesses ne se réalisent pas systématiquement et que c’est donc en vain que l’on attribue des rôles prédéterminés aux enfants. Enfin, les comédies de Molière montrent que les adultes se trompent dans leurs préjugés et que les enfants ont la capacité de les détourner à leur profit. Ainsi Agnès déjoue-t-elle Arnolphe sans que celui-ci s’en rende compte, pointant par là le ridicule d’une pédagogie qui se fonde entièrement sur la malléabilité de l’enfant et qui cherche à réduire à un enfant éternel une jeune fille qui se trouve sur le point de passer à l’âge adulte. Inversement, Molière met également en scène des personnages adultes au comportement enfantin et dont le ridicule devient évident grâce à la confrontation à des enfants plus matures qu’eux. Van Elslande donne ici l’exemple du Malade imaginaire. Pour déjouer son père, Louison se comporte en petite fille naïve, tout en traitant son père en enfant lorsque, pour pointer son ridicule, elle propose de lui conter des fables.

11Dans le chapitre suivant, van Elslande nous démontre dans une réflexion intéressante l’importance des figures d’enfants pour les écrits moralistes. Si le roman et le théâtre font preuve d’une grande inventivité dans la représentation fictionnelle de l’enfant, les traités de morale ne témoignent pas moins d’une volonté de façonner l’image de l’enfant afin de l’intégrer dans leurs argumentations. Dans la première moitié du xviie siècle, on peut décerner une visée pédagogique : des quatrains à visée moralisatrice cherchent à enseigner des principes immuables aux lecteurs enfants ou adultes. Ceux-ci déploient une vision déterministe de l’existence humaine. Cependant, dans la deuxième moitié du siècle, les auteurs se montrent sensibles au fait que la conception de l’enfant idéal, obéissant aux principes de conduite fournis dans ces textes, se heurte à la réalité. Par conséquent, les moralistes commencent à mettre en scène des figures d’enfants pour afficher l’artifice de ces coutumes. La Rochefoucauld déclare ainsi que les enfants plaisent naturellement, parce qu’ils ne se soucient pas encore de plaire à autrui. Cependant, cet état ne dure guère longtemps, car les enfants sont très tôt corrompus par la société. Si La Rochefoucauld ne développe pas de pédagogie pour préserver les enfants de cette influence négative, la marquise de Sablé, inspirée des idées du moraliste, considère que, pour former les enfants, il faut se mettre à leur niveau tout en les traitant en êtres raisonnables. Enfin, La Bruyère opère un renversement stratégique : en brossant un portrait péjoratif des enfants, il pointe surtout les défauts de l’être humain en général. En même temps, La Bruyère fait preuve d’une grande subtilité en nuançant en partie la condamnation initiale des enfants. Vivant entièrement dans le présent, les enfants sont encore exempts de vanité – pire défaut selon les moralistes – et se voient au-delà attribuer une sagesse naturelle : ils remarquent tout et deviennent par là des moralistes nés qui tendent un miroir aux vices adultes.

12Enfin, les fables et les contes, qui closent le panorama proposé par van Elslande, mêlent fiction et visée pédagogique et morale. Grâce à la mise en scène de personnages enfants, La Fontaine incite son lecteur à porter un « regard mobile sur soi-même et le monde » (p. 204). Ses fables ne conçoivent pas de projet éducatif arrêté, mais comptent sur un lecteur attentif. Adressées à un lecteur bien spécifique, les fables dessinent en creux une double image de l’enfant lecteur : celle d’un prince qui revêt d’ores et déjà le rôle attendu et celle d’un lecteur susceptible de prendre plaisir à renouveler sa vision du monde et de sa propre personne. Pour proposer au jeune monarque des leçons qui s’élaborent au fil des situations, La Fontaine invente des « personnages d’enfants soumis à des régimes d’apprentissage contrastés » (p. 207). Ainsi son projet éducatif se caractérise-t-il surtout par son ouverture. L’auteur considère que l’éducateur doit s’adapter aux circonstances, car tout projet prédéfini est voué à l’échec. Il considère au-delà qu’il faut s’adapter à l’esprit de l’enfant, en s’appropriant son style et des histoires à sa portée. En revanche, Charles Perrault s’adresse à un public adulte. Le héros enfant qu’il met en scène est un « sujet enfantin sans rapport avec l’enfance » à qui il « confère une autorité inédite » (p. 213). Les personnages enfants sont symboliques d’un renouvellement de l’Histoire, dans la mesure où, malgré la fatalité qui pèse sur leurs destins, ils sont dotés d’une liberté d’action originale. Les enfants de La Belle au bois dormant, par exemple, naissent d’un amour qui n’est pas prédéterminé, le Petit Chaperon Rouge jouit de sa liberté durant sa promenade dans la forêt, le Petit Poucet enfin s’affranchit des déterminismes qui accompagnent sa naissance. Évoluant au fil des événements, les enfants s’approprient ainsi leurs destins. Si le lecteur modèle de Perrault est un adulte, la préface des contes met en scène un auteur enfant : Pierre Darmancourt, le fils de Perrault. En présentant à son lectorat un enfant pédagogue qui donne des leçons de morale peu conventionnelles, Perrault opère un renversement dans la relation enfant-adulte, maître-élève. L’enfant auteur s’approprie les « histoires du passé » pour les réinventer. De ce point de vue, les contes acquièrent une dimension expérimentatrice : les moralités qu’ils proposent ne délivrent pas de messages prescriptifs, mais suggèrent différentes lectures possibles.

13Dans sa conclusion, van Elslande cherche à marquer la césure avec le « temps de l’enfance » inauguré par l’Émile de Rousseau et qui amène la sacralisation de l’enfance. À partir du xviiie siècle, l’enfance est considérée comme un état originel qu’il faut conserver, un état que l’adulte cherche à retrouver. En même temps, elle devient un état de faiblesse auquel l’enfant est condamné sans pouvoir s’y opposer. L’enfant est ainsi associé au statut de victime, grande différence, selon van Elslande, avec « l’âge des enfants » qui accorde aux enfants la possibilité de devenir les acteurs de l’Histoire et de leurs histoires. La façon dont le critique saisit l’originalité et la singularité de bien des personnages enfants de la littérature des xvie et xviie siècles représente le principal atout de cet ouvrage. Toutefois, en faisant l’impasse de la nostalgie exprimée dans les mémoires de Michel de Marolles ou de la représentation de l’enfance comme un état d’innocence dans le conte La Bonne femme de Mlle de La Force – pour ne donner que deux exemples – van Elslande cherche à renforcer une césure que la critique littéraire ferait mieux d’atténuer.

14Compte tenu de l’ampleur chronologique, cette entreprise ambitieuse ne peut que rester prototypique. Ainsi le critique ouvre-t-il un champ d’investigation dont il faut espérer qu’il sera exploité par d’autres études dans l’avenir. La richesse du corpus que propose van Elslande constitue en ce sens sa principale faiblesse. Faisant le choix de prendre en compte toute la palette littéraire, l’auteur se concentre sur les grands classiques de chaque genre, alors que ce sont souvent des textes moins connus qui donnent une place inédite aux enfants : on cherchera en vain des allusions aux contes de Mme d’Aulnoy, de Mme de Murat ou encore de Mlle de La Force, ou à d’autres œuvres romanesques, telles que les Histoires tragiques de Rosset (1619), L’Orphelin infortuné de Préfontaine (1660), l’Héroïne mousquetaire de Préchac (1677) ou Frédéric de Sicile de Catherine Bernard (1680). Parmi les traités d’éducation, on regrette l’absence des penseurs du xviie siècle, tels que Fénelon ou Poullain de La Barre. Fénelon fournit avec son Télémaque (1699) un ouvrage de fiction pédagogique qui marque un tournant pour la conception de l’enfant. Ces observations se veulent moins être une critique de l’entreprise de van Elslande qu’une invitation, destinée à la critique littéraire, à s’intéresser à ce champ de recherche qui reste encore largement inexploré, à savoir l’enfant et l’enfance dans la littérature d’Ancien Régime.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Online-Version

Sophia Mehrbrey, « L’âge des enfants (xvie-xviie siècles) », Strenæ [Online], 16 | 2020, Online erschienen am: 17 Juni 2020, abgerufen am 06 August 2020. URL : http://journals.openedition.org/strenae/4177

Seitenanfang

Autor

Sophia Mehrbrey

Ceredi, Université de Rouen

Seitenanfang
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals