Navigation – Plan du site
Varia

Au temps passé d’une comptine : application d’outils phylogénétiques pour reconstruire une tradition orale

Julien d'Huy

Résumé

Un problème dans l’étude des jeux d'enfant est la reconstruction de leur histoire et de leurs formes ancestrales. Je proposerai ici d’emprunter des outils à la biologie évolutive pour ce faire. La méthode sera appliquée à un corpus bien daté d’une célèbre comptine anglaise : The Grenadier.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Angleterre

Chronologique :

1725-1954
Haut de page

Texte intégral

Remerciements : Trois relecteurs ont grandement contribué à améliorer la qualité de cet article : qu’ils en soient ici tous remerciés.

  • 1 Par exemple : Julien d’Huy, « Le conte-type de Polyphème : essai de reconstitution phylogénétique » (...)
  • 2 Par exemple : Julien d’Huy, « Un ours dans les étoiles : recherche phylogénétique sur un mythe préh (...)
  • 3 Par exemple : Alexandre Bouchard-Côté, David Hall, Thomas L. Griffiths et Dan Klein, « Automated re (...)

1Il est difficile de reconstruire les états ancestraux de certains objets ludiques, mais des méthodes statistiques, empruntées à la biologie évolutive et appliquées avec succès à certains objets oraux, comme les contes1, les mythes2 et les langues3 pourraient aider à une telle démarche. Considérant la proximité de deux taxa apparentés comme fonction approximative du temps écoulé depuis leur divergence, ces méthodes rendent possible la construction d’arbres phylogénétiques. Il n’est cependant pas question ici de calculer la distance temporelle exacte entre deux taxa que l’on suppose apparentés, mais de reconstituer leur filiation la plus probable. Il s’agit ensuite, après avoir évalué la solidité de ces arbres, de s’appuyer sur leur structure afin de reconstruire la probabilité, pour différents traits, d’avoir existé au niveau de tel ou tel nœud.

2Je souhaiterais ici élargir cette approche au monde du jeu, en tentant de l’appliquer aux comptines enfantines.

  • 4 Edward Burnett Tylor, Primitive culture: researches into the development of mythology, philosophy, (...)
  • 5 Henry Carrington Bolton, The counting-out rhymes of children: their antiquity, origin, and wide dis (...)

3Les comptines appartenant à la culture enfantine semblent en effet des candidates idéales pour l’application des méthodes phylogénétiques, celles-ci reposant sur la divergence progressive de deux taxa apparentés. En effet, les comptines évolueraient lentement, au point d'être parfois considérées comme des conservatoires de l'histoire4. Certaines d’entre elles, appartenant à la famille d'Eenie meenie, pourraient reprendre d'anciens systèmes numériques en bases quinze ou vingt, aujourd'hui disparus5.

  • 6 Marcel Griaule, Jeux dogons, Paris, France, Institut d’ethnologie, 1938, coll. « Travaux et mémoire (...)
  • 7 Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, France, Plon, 1960, p. 63
  • 8 Ibid., p. 67.
  • 9 Olivier Morin, Comment les traditions naissent et meurent : la transmission culturelle, Paris, Fran (...)

4Une hypothèse répandue fait ainsi des jeux un conservatoire de croyances perdues. Marcel Griaule a pu parler, à propos des jeux d'enfants dogons, « d’un phénomène qui montre de vivante façon comment peuvent surnager, après la disparition d'institutions énormes mais par là-même vulnérables, leurs humbles parodies.6 » Convoquant les exemples des moulins à vent depuis longtemps disparus de nos campagnes, des frondes et des chevaux de bois, Philippe Ariès soutient quant à lui que « les enfants constituent les sociétés humaines les plus conservatrices7 » et que leurs jeux seraient pour une grande part « le conservatoire des usages abandonnés par les adultes8 ». Cependant, l'idée que les traditions enfantines sont des vestiges de traditions adultes a été réfutée de nombreuses fois, amenant à une conclusion claire : « aucun jeu d'enfants, pour autant qu'on sache, ne descend d'un rituel oublié. Ce ne sont pas non plus des avatars d'anciens jeux d'adultes.9 » Si les jeux d’enfants se transmettent en effet dans la communauté enfantine, ils ne doivent généralement être considérés que comme des manifestations symboliques de l’appartenance à cette communauté. Cette transmission n’indique rien sur leur ancienneté, rien ne devenant si vite « ancien » qu’une occupation ritualisée. Faut-il cependant rejeter l’hypothèse que des jeux puissent perdurer à travers les millénaires ?

  • 10 Iona Archibald Opie et Peter Opie, Children’s games in street and playground: Chasing-Catching-Seek (...)

5En effet, certains jeux semblent extrêmement stables dans le temps, perdurant parfois plusieurs millénaires10. Les époux Opie remarquent que :

  • 11 « Boys continue to crack jokes that Swift collected from his friends in Queen Anne's time; they pla (...)

Les garçons continuent de faire des plaisanteries que Swift collectionnait auprès de ses amis à l'époque de la reine Anne ; ils jouent des tours que les garçons se jouaient à l'époque de Beau Brummel ; ils posent des devinettes qui ont été posées quand Henry VIII était enfant. Les jeunes filles continuent d'accomplir un exploit majeur de lévitation, dont Pepys a entendu parler. Les enfants gardent des billets d'autobus et des bouteilles de lait en souvenir lointain d'une fille déchirée par l'amour d'un père tyrannique ; ils apprennent à guérir les verrues (et réussissent à les guérir) comme Francis Bacon l'a fait lorsqu'il était jeune. Ils lancent après les larmes la même raillerie dont se souvient Charles Lamb ; ils crient « Moitié-moitié » pour quelque chose, ce que les enfants de Stuart avaient l'habitude de faire ; et ils réprimandent un des leurs qui cherche un cadeau avec un couplet utilisé à l'époque de Shakespeare. Ils tentent aussi de deviner leur futur en observant des escargots, des noix et des pommes, phénomène que le poète Gay a décrit il y a près de deux siècles et demi ; ils s'ouvrent les poignets pour savoir si quelqu'un les aime comme Southey le faisait à l'école pour dire si un garçon était un bâtard ; et quand ils se disent que le Notre Père, à l'envers, fait apparaître Lucifer, ils perpétuent une histoire qui en fin de compte n’était que des commérages au temps élisabéthain.11

Les époux Opie remarquent ainsi la continuité de certains types de jeu dans le temps, ce qui ne s’oppose ni aux fluctuations de contenu, certains jeux pouvant disparaître après parfois une seule génération, ni à la chaleur mise dans l’exécution de ces jeux.

6Olivier Morin note judicieusement que :

  • 12 O. Morin, Comment les traditions naissent et meurent : la transmission culturelle, op. cit., p 210.

calculée en générations (en nombre de fois où la population des enfants a été entièrement renouvelée, en mettant sept années pour un renouvellement d'une population enfantine et cinquante ans pour le renouvellement d'une population adulte, estimation basse), la longévité des traditions enfantines, déjà honorable, devient impressionnante. Les jeux de Gargantua qui ne sont joués que par des enfants ont un peu moins de cinquante générations enfantines en moyenne12

  • 13 Ibid., p. 207.
  • 14 Voir par exemple : Yuri Berezkin, Afrika, Migracii, mifologija. Arealyrasprostranenija fol‘klornyx (...)

7soit environ 2 500 ans en temps adulte. Le jeu de mains que Tylor identifiait chez Pétrone semble bien être l'ancêtre d'un jeu enfantin contemporain13, ce qui lui donnerait une profondeur historique de 2 000 ans en temps adulte. Cette stabilité n'est pas sans rappeler la stabilité de certains contes et mythes14.

  • 15 David C. Rubin, Memory in oral traditions: the cognitive psychology of epic, ballads, and counting- (...)
  • 16 Antoine Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes, Paris, France, Ha (...)
  • 17 I. A. Opie et P. Opie, Children’s games in street and playground, op. cit., p. 3.

8Parmi les jeux, les comptines enfantines ont particulièrement tendance à perdurer dans le temps sans grand changement. Ainsi, le psychologue David Rubin a demandé à une centaine d'étudiants de se remémorer plusieurs comptines célèbres, et a constaté que la transmission desdites comptines était remarquablement fiable comparée aux autres traditions orales étudiées, comme les épopées homériques et les ballades de Caroline du Nord15. Peut-être est-ce parce que, comme a pu l’écrire Antoine Meillet à propos de la langue, « tout se tient16 », par la rime et le sens. Iona et Peter Opie proposent un exemple particulièrement parlant de cette continuité quand ils notent que des enfants de 8 ans chantant dans les rues de Birmingham « Mister Fatty Belly » perpétuent un couplet dont la lignée remonte à l'époque de la Régence, 130 ans plus tôt17. Multipliant les exemples, ils en arrivent à la conclusion, quelque peu exagérée, que les enfants

  • 18 « They remain tradition's warmest friends. Like the savage, they are respecters, even venerators, o (...)

demeurent les soutiens les plus chaleureux de la tradition. Semblables au sauvage, ce sont des personnes respectueuses, voire des vénérateurs, de la coutume ; et dans leur communauté indépendante, le folklore et le langage de base semblent à peine changer de génération en génération.18

9Que les comptines évoluent lentement, chaque version divergeant lentement les unes des autres, et puissent persister dans le temps invite à y appliquer des outils phylogénétiques, ce qui ne pourra se faire qu’en s’appuyant sur plusieurs versions bien datées d’une même comptine. La ressemblance entre la structure de l’arbre reconstruit et la phylogénie réelle, telle qu’elle peut être déduite des dates où les versions d’une comptine ont été recueillies, constituerait un bon test pour la méthode phylogénétique appliquée à une tradition ludique orale.

1. Corpus

  • 19 Ibid., p. 10-11.
  • 20 Les informations proviennent de l’Oxford English Dictionary (http://www.oed.com/, consulté le 6 jan (...)

10En Angleterre, Iona et Peter Opie19 ont recueilli 12 versions d'une comptine intitulée « The Grenadier », s'échelonnant de 1725 jusqu'en 1954. Cette chanson, parlant d'un grenadier, ne peut être antérieure sous cette forme à l'invention de la grenade, qui date du xvie siècle. Le mot « grenadier » n'est attesté en anglais qu'en 1676, avec le sens de « lanceur de grenade », et ce n'est qu'au xviiie siècle que ce terme a pris, dans cette langue, le sens actuel de « membre d'un régiment d'infanterie ». La comptine date probablement de cette époque20.

11Chaque version a été précisément datée et localisée par les auteurs, auxquels nous renvoyons pour plus de précisions. Les 12 versions ont été reproduites dans l’annexe 1.

2. Méthode

2.1. Codage

12La méthode employée s’inspirera de divers travaux similaires. Un phénomène comparable, mais non identique, à la diffusion des comptines est celui des manuscrits. Au Moyen Âge, les manuscrits étaient en effet copiés manuellement par des scribes, dont les œuvres étaient à leur tour recopiées, et ainsi de suite. Chaque texte se révèle donc un marqueur de l'état d'une tradition à un moment précis.

  • 21 John G. Griffith, « A taxonomic study of the manuscript tradition of Juvenal », Museum Helveticum, (...)
  • 22 John G. Griffith, « Numerical taxonomy and some primary manuscripts of the Gospels », The Journal o (...)
  • 23 Arthur Lee, « Numerical taxonomy revisited: John Griffith, cladistic analysis and St. Augustine’s Q (...)
  • 24 Peter M. W. Robinson et Robert J. O’Hara, « Cladistic analysis of an Old Norse manuscript tradition (...)
  • 25 Robert J. O’Hara et Peter MW Robinson, « Computer-assisted methods of stemmatic analysis », Occasio (...)
  • 26 Adrian C. Barbrook, Christopher J. Howe, Norman Blake et Peter Robinson, « The phylogeny of The Can (...)
  • 27 Linne R. Mooney, Adrian C. Barbrook, Christopher J. Howe et Matthew Spencer, « Stemmatic analysis o (...)
  • 28 Michael Stolz, « New philology and new phylogeny: aspects of a critical electronic edition of Wolfr (...)
  • 29 Matthew Spencer, Elizabeth A. Davidson, Adrian C. Barbrook et Christopher J. Howe, « Phylogenetics (...)
  • 30 Caroline Macé, Philippe V. Baret et Anne-Catherine Lantin, « Philologie et phylogénétique : regards (...)
  • 31 Teemu Roos et Tuomas Heikkilä, « Evaluating methods for computer-assisted stemmatology using artifi (...)
  • 32 Wendy J. Phillips-Rodriguez, Christopher J. Howe et Heather F. Windram, « Some considerations about (...)

13Plusieurs chercheurs ont tenté d'appliquer les méthodes informatiques de la phylogénétique à de tels ensembles de textes, comme un ensemble de versions des manuscrits de Juvenal21, des débuts du Gospel22, des Quaestiones in Heptateuchum d'Augustin23, de la Svipdagsmál islandaise24, des Contes de Canterbury25, du Conte de la bourgeoise de Bath26 de Geoffrey Chaucer, des poèmes historiques sur les rois d'Angleterre27, de la légende allemande de Parzival28, de quelques parties du Nouveau Testament29, des écrits de Grégoire de Nazianze30, de la légende finnoise de Saint Henri31 ou encore du Mahabharata32, cette liste n'étant pas exhaustive.

  • 33 P. M. W. Robinson et R. J. O’Hara, « Cladistic analysis of an Old Norse manuscript tradition », op. (...)

14Les résultats de ces études montrent une bonne adéquation avec les résultats obtenus grâce à des méthodes plus traditionnelles. Par exemple, la filiation des manuscrits de la Svipdagsmál islandaise33 obtenue grâce à des méthodes phylogénétiques correspond à celle obtenue par Peter M.W. Robinson à partir de méthodes plus classiques qu'il décrit dans sa thèse de doctorat.

  • 34 M. Spencer et al., « Phylogenetics of artificial manuscripts », op. cit.

15Afin de tester autrement la fiabilité de la méthode phylogénétique, Matthew Spencer et son équipe34 ont confronté des approches informatiques et des approches plus traditionnelles pour analyser 38 manuscrits et livres imprimés du xve et xvie siècles, constituant autant de versions des « Kings of England » de Lydgate. En comparant les textes ligne par ligne, les chercheurs ont codé le mot le plus fréquemment utilisé par A, puis les variantes de ce mot par d'autres lettres de l'alphabet, en assignant la même lettre au même endroit pour chaque mot identique, avant de tirer de ce codage différents types d’arbres. Les résultats ont montré que l’approche phylogénétique et l’approche manuelle donnaient des résultats très similaires. Bien que la survivance des formes ancestrales et la polydescendance à partir d'un même ancêtre commun soient probablement bien plus fréquentes dans l'évolution des manuscrits que dans l'évolution biologique, les chercheurs sont parvenus à reconstruire statistiquement un arbre très similaire à la filiation réelle des manuscrits. Il s'agit là d'un signe de bon augure pour l'application de la méthode à l’évolution des comptines.

16La méthode de comparaison pour les récits manuscrits et les comptines diffère cependant singulièrement. Les textes manuscrits à comparer sont d'abord alignés, puis encodés, le plus souvent par un signe pour un mot. Un algorithme est ensuite appliqué, permettant de classer les versions par degré de proximité. Une comptine peut être quant à elle divisée en segments les plus petits possibles, et codée selon la présence ou l’absence desdits segments, sans alignement puisque les mots ou expressions peuvent se déplacer dans la comptine et que des expressions similaires peuvent signifier la même chose (voir infra). Cette approche ne prenant pas en compte la place des mots dans la comptine, elle conduit à une diminution de l’influence de l’interdépendance des traits, en particulier en ce que celle-ci concerne la covariance de plusieurs traits aux dépens d’un trait solitaire mais important.

17La distance entre les deux types d'encodage n'est cependant pas infranchissable : on peut en effet considérer que la comparaison des mots pour les traditions écrites et la comparaison des mots ou des segments pour les comptines reposent pareillement sur l'extraction de l'information utile présente dans chacun des corpus.

18J'ai divisé l'ensemble des versions de la comptine « The Grenadier » en 41 phrases ou morceaux de phrases typiques, présentées ici séparées par des barres verticales, les barres obliques indiquant des variantes :

  • 35 J'avais une petite brasserie. | Un cochon | un singe | Mickey Mouse | une grenouille | un homme | m (...)

I had a little beer shop. | A pig | monkey | Mickey Mouse | a frog | a man | walked / came | to my shop | in a public house. | Rat a tat tat, who is that? | Only grandma's pussy cat / pussy cat. | Far are ye gaeing'? | Across the gutter | Eenty, teenty, tuppenny bun | Pitching tatties doon the lum. | Now he acts. | Whoes there? | John Blair | the Grenadier | calling for/drink for. | What dye want / Fat for? | A pot / pint | a bottle | of beer | of milk | of gin | a loaf. | Répétition du mot « sir ». | where is his Money? | He | I | forgot. | In my pocket | my jacket. | Where is your pocket/jacket? | I forgot it! / I ain't got it. | Please. | Get you gone/go downstair / walk out. | A | you | drunken sot | silly pussy-cat.35

19Chaque phrase ou morceau de phrase a été codé par 1 lorsqu'il était présent dans la version étudiée de la comptine, par 0 lorsqu'il était absent.

20Afin de ne pas réduire la comptine à un simple agglomérat de mots, un autre corpus a été créé en ne retenant que les mots présents à la rime, soit : Beer ; Blair ; Bun ; Bunk ; Butter ; Cat ; Forgot ; Gaein’ ; Gin ; Gone ; Grenadier ; Gutter ; Here ; House ; In ; It ; Lum ; Milk ; Money ; Mouse ; Out ; Penny ; Pocket ; Shop ; Sir ; Sot ; That ; There ; Want ; Wanted. Le codage des rimes a été fait de la façon similaire au corpus précédent.

2.2. Construction des arbres

Analyse du premier corpus

  • 36 John P. Huelsenbeck et Fredrik Ronquist, « MRBAYES: Bayesian inference of phylogenetic trees », Bio (...)
  • 37 Pour les détails, voici les réglages réalisés : begin MrBayes ; set autoclose=yes nowarn=yes ; lset (...)

21J'ai utilisé l'algorithme MrBayes 3.2.136 pour construire un arbre phylogénétique37, puis cet arbre a été orienté en utilisant la méthode de l’enracinement médian, qui place la racine à mi-chemin entre les deux taxa les plus éloignés d'un point de vue phylogénétique (figure 1). Cette méthode permet d’éviter un enracinement arbitraire, mais postule une évolution constante dans le temps des différents éléments de la comptine.

Figure 1 : Arbre bayésien construit à partir de diverses versions de la comptine The Grenadier.

22L’algorithme à l’œuvre dans MrBayes s’appuie sur une méthode d'échantillonnage à partir de distributions de probabilités se basant sur le parcours de chaînes de Markov. Cet algorithme travaille à la manière d’un promeneur qui arpente une colline pour en trouver le point le plus haut. Il se place d’abord aléatoirement en un point, puis change de place, et estime lequel des deux points est le plus élevé ; le choix fait, il le retient, et s’essaie de nouveau. Il se déplace, s’accroupit, et calcule encore le point le plus haut. Il continue ainsi de nombreuses fois, faisant parfois un grand pas sur le côté, une autre, trois petits pas en avant. Progressivement, mesure après mesure, le cercle des pas se réduit, tenant progressivement dans une surface de plus en plus réduite. Cette surface, et l’ensemble des pas qu’elle contient, désigne alors l’endroit où se situe le point le plus haut. Celui-ci peut alors être mathématiquement estimé en faisant la moyenne des différentes mesures prise dans cette aire. De même, dans la méthode de Monte-Carlo par chaînes de Markov, l'algorithme commence par un arbre au hasard, dont les branches ont une longueur aléatoire ; une probabilité lui est associée au vu du modèle d'évolution demandé. L'étape suivante consiste à perturber l’arbre de manière aléatoire, par exemple en changeant sa topologie – soit la forme de l’arbre en faisant abstraction de la longueur de ses branches –, la longueur de ses branches ou une valeur dans le modèle d'évolution demandé. La probabilité de l'arbre est alors de nouveau calculée. Seul l'arbre possédant la probabilité la plus haute est conservé, avant d'être à nouveau mis à l'épreuve. Une méthode de Monte-Carlo par chaînes de Markov est donc constituée d'une série d'arbres qui, si on la fait durer suffisamment de temps, tendent à se suivre en possédant à peu près la même probabilité. Il faut cependant supprimer le début de la chaîne (la période dite de « burn-in »), qui correspond aux premiers pas du marcheur et où la probabilité varie fortement d’un arbre à l’autre. L'ensemble des arbres obtenus peut ensuite être synthétisé dans un seul et même arbre, dit de consensus. Sur ce graphe final, il est alors possible de faire apparaître la proportion d'arbres dans lesquels les clades représentés sont apparus.

23Ici, quatre-vingt millions d'arbres ont été générés en utilisant une méthode de Monte-Carlo par chaînes de Markov. Seul un arbre tous les dix mille a été conservé, et le premier quart de cet ensemble a été supprimé.

24Comme tout calcul bayésien, la création d'un tel arbre rend nécessaire un choix de paramétrage a priori, et donc une part d'arbitraire.

  • 38 Arnold van Gennep, « Contribution à la méthodologie du folklore », Lares, vol. 5, n° 1, 1934, p. 24 (...)

25J'ai fait le choix d'utiliser un modèle de type « standard », normalement employé pour les caractères morphologiques et où le « 0 » et le « 1 » ont une valeur égale, et non un modèle de type « restriction », généralement employé pour les caractères binaires et où le « 0 » a une valeur nulle. Ce choix est en accord avec la remarque d'Arnold Van Gennep qui, mettant en avant la méthode cartographique, soulignait déjà en 1934 l'intérêt de reporter tous les traits, aussi bien positifs que négatifs, ces derniers ayant aussi « une valeur positive aussi, mais de l'autre côté du Zéro38 ». Dans ces conditions, l'absence de Mickey Mouse dans une rime de 1774 constitue un trait négatif de cette rime, puisqu’il participe à l’éloignement des versions et appartient au corpus. Par contre, des traits n’apparaissant nulle part dans le corpus, comme le Grand Méchant Loup, et ne relevant d’aucune opposition structurale à l’intérieur dudit corpus ne peuvent pas être considérés comme traits négatifs.

26J'ai également utilisé pour mes calculs un modèle de substitution « General Time Reversible » avec un taux de variation entre les sites calculés grâce à une distribution gamma et une partie des sites restant invariables. Ce choix, réalisé là encore dans l'idée de donner au « 0 » l'importance qu'il mérite, implique de considérer le passage d'un 0 à un 1 et d'un 1 à un 0 entre deux versions et sur le même emplacement comme le changement d'un nucléotide (d'une base) par un autre nucléotide. La comparaison entre les nucléotides et les mots des comptines est motivée par le fait que les nucléotides sont des unités qui ne peuvent pas fonctionner isolément, mais seulement en combinaison avec d'autres, comme fonctionnent les mots dans une comptine. Sans commande contraire, MrBayes 3.2.1 suppose par ailleurs qu'il y a autant de chances pour un caractère de passer de 0 à 1 que de 1 à 0, ce qui correspond, dans notre cas, à un mot ou à un segment d'être gagné ou d'être perdu. La correction syntaxique de chaque comptine ne perd rien dans cette analyse, puisque la place du mot ou du groupe de mots étudiés n’influe pas sur son codage.

27Par défaut, MrBayes 3.2.1 tente de créer le modèle le plus simple possible. Si l'on précise les mêmes paramètres et les mêmes a priori pour plus d'un sous-ensemble, MrBayes 3.2.1 « liera » ces paramètres pour tous les sous-ensembles, supposant que les valeurs de tous ces paramètres s'appliqueront à tous les sous-ensembles impliqués. Aussi ai-je modifié divers paramètres afin que la fréquence des « nucléotides » stationnaires (unlink statefreq=(all)), les taux de substitution (unlink revmat=(all)), le paramètre de forme lié à la distribution gamma du taux de variation (unlink shape=(all)), la proportion de sites invariables (unlink pinvar=(all)) et la vitesse d'évolution (« prset applyto=(all) ratepr=variable ») puissent varier selon les branches.

  • 39 David Swofford, PAUP: Phylogenetic Analysis Using Parsimon (*and Other Methods). Version 4., Sunder (...)

28Il existe un grand nombre de méthodes diverses pour inférer des phylogénies à partir d’une collection de traits. Aussi, afin d’étayer les précédents résultats, un arbre a-t-il également été reconstruit en utilisant la méthode UPGMA (figure 2) et la méthode Neighbor-Joining (figure 3) grâce au logiciel PAUP* 4.0a14939 (réglages standards). Ces méthodes supposent de considérer l’absence d’une formule ou d’un mot comme une simple absence d’information.

Figure 2 : Arbre construit à partir de diverses versions de la comptine The Grenadier en utilisant la méthode UPGMA

Figure 3 : Arbre construit à partir de diverses versions de la comptine The Grenadier en utilisant la méthode Neighbor-Joining

  • 40 Naruya Saitou et Masatoshi Nei, « The neighbor-joining method: a new method for reconstructing phyl (...)

29La méthode Neighbor-Joining40 s'appuie sur l'établissement de « paires » de taxa et construit un arbre « de bas en haut ». L'algorithme commence en s'appuyant sur un arbre non résolu, dont la topologie ressemble à une étoile et pour lequel on ne suppose aucun groupement de taxa. Puis il recherche le couple de taxa a et b qui une fois groupés minimisent la longueur totale de l’arbre. Une fois les taxa a et b considérés comme un groupe (a, b) indissociable — autrement dit un nœud —, la matrice de distances est recalculée. L'algorithme est ensuite relancé jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de taxa dans la matrice.

  • 41 Robert R. Sokal et Charles D. Michener, « A statistical method for evaluating systematic relationsh (...)

30La méthode UPGMA41 (Unweighted pair group method with arithmetic mean en anglais) fonctionne par itérations successives, chacune d'entre elles associant dans l'arbre les deux éléments séparés par la plus faible distance et les remplaçant par un élément de « consensus ». Les nouvelles distances entre cet élément de consensus et les éléments restant dans la matrice sont ensuite recalculées par la moyenne arithmétique des deux éléments regroupés, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'éléments à regrouper. Il faut rappeler que cette méthode regroupe les taxa les plus similaires, indépendamment de leur vitesse d'évolution ou de leurs parentés L’arbre donne donc des informations sur les ensembles, mais pas sur leur phylogénie.

31De nouveaux enracinements médians ont été réalisés pour ces deux arbres, qui situent, comme la méthode bayésienne, la racine de l’arbre entre les versions de 1725 et de 1774.

  • 42 Wayne P. Madison et David R. Madison, Mesquite: A Modular System for Evolutionary Analysis. Version (...)
  • 43 I. A. Opie et P. Opie, Children’s games in street and playground, op. cit., p. 2.

32Les données ont ensuite été analysées grâce au logiciel Mesquite 3.242. J'ai calculé les 63 arbres les plus parcimonieux proposés par l’algorithme, à partir desquels le consensus majoritaire, autrement dit l'arbre ne conservant que les branches apparaissant dans au moins 50 % des arbres reconstruits, a pu être établi (figure 4). L’utilisation de cette méthode implique que les comptines évoluent lentement, par modifications minimes, ce que semble sous-entendre le couple Opie43. J'ai testé la solidité de l'arbre en employant une méthode émondant et regreffant les branches (méthode SPR) afin de vérifier si l'organisation proposée était la meilleure possible. L'enracinement précédent a été conservé, diminuant la probabilité de l’un des deux principaux clades.

Figure 4 : Arbre de consensus construit à partir de diverses versions de la comptine The Grenadier. À gauche, arbre construit à partir du premier corpus (ensemble des mots). À droite, arbre construit à partir du second corpus (seulement mots à la rime)

33Il convient ici d’aborder un reproche fréquemment fait aux approches phylogénétiques : 1) l'algorithme produit un arbre quel que soit l'input, même en l'absence de phylogénie sous-jacente ; 2) les résultats sont souvent impossibles à valider sur des données réelles.

  • 44 Charles L. Nunn, Christian Arnold, Luke Matthews et Monique Borgerhoff Mulder, « Simulating trait e (...)

34Pour répondre au premier reproche, il faut noter qu’un arbre n’est qu’un objet théorique proposant une explication de certaines ressemblances entre les unités d’analyse en termes d’ascendance commune et une explication d’autres ressemblances en termes de convergences ou d’inventions indépendantes. Les arbres reconstruits nous disent quels paris d’homologie ont été gagnés, et quels autres ont été perdus. Pour évaluer la part d’ascendance commune face à la part de convergences ou d’inventions indépendantes, il est possible d’utiliser un outil statistique dit « indice de rétention ». Celui de la figure 4 est de 0,67. L’indice de rétention répond à la formule (G - L) / (G - R) où G est le nombre maximal possible de transformations pour un caractère par rapport aux taxa analysés qui le possèdent, R est le nombre de changements d'état de caractères nécessaires pour observer tous les états de caractères observés et L est le nombre effectif de transformations sur l'arbre obtenu. Il représente donc le rapport entre le nombre d’homoplasies observables – soit les similitudes d'état de caractère chez différentes espèces non héritées par ascendance commune – et le nombre d’homoplasies observées. Son score oscille entre 0 et 1 et doit être le plus élevé possible. Ici, un score de 0,67 montre une transmission horizontale relativement forte et un sens de transmission globalement vertical, d'une génération à l'autre, sans exclure de nombreux emprunts44. Il est donc faux de dire que tout corpus peut produire un arbre solide, puisque seule la cohérence des données peut valider l’utilisation d’algorithmes phylogénétiques.

35Quant au second reproche, les versions analysées ici sont datées, permettant d’adosser l’arbre à un fond empirique et de le rendre, le cas échéant, réfutable. Les arbres permettent de mettre en évidence les relations de similarité ou de dissimilarité globale entre les comptines. Or une relative cohérence chronologique existe entre les versions, étayant l’idée que l’arbre représente aussi une phylogénie.

  • 45 Øyvind Hammer, David A. T. Harper et Paul D. Ryan, « Paleontological statistics software: Package f (...)
  • 46 Pour plus de détails, voir : Ian T. Jolliffe, Principal component analysis, New York, États-Unis d’ (...)

36Enfin, les données ont été analysées par une approche en composantes principales (matrice de variance-covariance) grâce au logiciel PAST 3.2445. Cette méthode permet de transformer des variables « corrélées » en nouvelles variables décorrélées les unes des autres, appelées « composantes principales » (figure 5). Les variables sont représentées dans un nouvel espace, selon des directions d'inertie maximale, et l'algorithme recherche les axes indépendants expliquant au mieux la variabilité des données, afin de transposer le nuage primaire de points-objets, situé dans un espace multidimensionnel complexe, dans un sous-espace plus simple46.

Figure 5 : Répartition des versions en utilisant une analyse en composantes principales.

Analyse du second corpus

37Un arbre de consensus faisant la synthèse des 1 000 arbres les plus parcimonieux a été construit en s’appuyant sur le second corpus grâce au logiciel Mesquite (figure 4). Le précédent paramétrage a été conservé de même que l’enracinement obtenu, et l’arbre a été mis en regard avec celui obtenu grâce au premier corpus. Son indice de rétention est de 0,71.

3. Résultats

Structure des arbres

38Les structures des arbres obtenus respectent relativement bien l'ordre chronologique des versions, quel que soit le corpus utilisé, leur consilience plaidant pour leur solidité générale.

39Pour le premier corpus, les trois versions les plus anciennes sont toujours situées à la racine de l'arbre. Deux lignées semblent avoir été préservées jusqu’au xxe siècle. La première ne se retrouve que dans une version datant de 1907. La deuxième, parfois présentée sous la forme d’une polytomie, peut s’expliquer par une diffusion et une diversification rapide de la comptine, ayant conduit à la perte de versions intermédiaires et à de multiples variantes.

40L’analyse en composantes principales corrobore l’analyse précédente, présentant un groupement unissant les versions les plus anciennes (1725, 1774, 1780, 1907) et un autre, lui-même divisé en deux ensembles (1910, 1916, 1943, 1952, 1954 et 1939, 1950, 1952) réunissant les versions les plus récentes (PC1 : 29,519 % de la variance expliquée ; PC2 : 18,777 % ; PC3 : 11,796%).

41L’analyse menée à partir du second corpus montre que l’évolution des rimes a en grande partie suivie celle de l’ensemble de la comptine, contribuant sans doute, par la structuration qu’elles impliquent, à la préservation de cette dernière.

Proto-comptine

42J'ai ensuite reconstruit la proto-comptine en m’appuyant sur l’arbre construit à partir du premier corpus grâce au logiciel Mesquite et en conservant l’enracinement entre les versions de 1725 et 1774. Aucune de ces deux versions ne peut être considérée comme la plus ancienne.

43Afin de reconstruire la proto-comptine, j’ai à la fois utilisé une méthode de parcimonie et de probabilité maximale (modèle Mk1) ; entre crochets sont indiquées la première, puis la deuxième probabilité. Seuls ont été conservés les traits reconstruits par l’une ou l’autre méthode avec une probabilité d’au moins 50 % :

Who is there? [50 %/48,13 %] The Grenadier [100 %/78,80 %] What do you want? [100 %/83,23 %] A pot [100 %/97,94 %] of beer [100 %/99,65 %]. Where is [your] money? [100 %/94,36 %] In my pocket. [50 %/51 %] Where is your pocket? [50 %/51 %] I [50 %/44,71 %] forgot it! [50 %/49,93 %] Go downstair [100 %/58,62 %], drunken sot [50 %/49,93%].

44En utilisant le second corpus, il est possible d’identifier les rimes suivantes dans la proto-version : beer [100 %/ 87,54%], forgot [50 %/51,39%], Grenadier [100 %78,87%], sot [50 %/51,39%]. Ces résultats corroborent la première reconstruction.

45On peut alors comparer cette reconstruction avec la chanson de 1725, la première recueillie. Les mots en gras et soulignés (probabilité moyenne oscillant entre 75 et 100%) et les mots seulement soulignés (probabilité moyenne oscillant entre 50 et 75%) montrent une coïncidence forte entre le récit reconstruit et la chanson d'origine ; les mots en italique sont des approximations des mots d'origine ; enfin, les mots sans formatage n’ont pas été reconstruits :

Now he acts the Grenadier,
Calling for a Pot of Beer :
Where's his money? He's forgot :
Get him gone, a Drunken sot.

46La méthode phylogénétique a donc permis de reconstruire, sur les 24 mots que comptent la chanson, plus de 54 % du probable contenu primitif ; 62,5 % si l’on accepte les probabilités supérieures à 50 % ; et 66,66 % si l’on prend en compte les approximations. Ces résultats ne sont cependant donnés qu’à titre indicatif. Il existe une ambiguïté inhérente à la version de 1725 transcrite dans le Namby Pamby d’Henry Carey (1726) qui a été « littérairalisée » en étant incluse dans un poème beaucoup plus long, sans intention explicite de recueillir une tradition orale (contrairement à toutes les autres versions).

4. Conclusion

47Cette analyse montre la possibilité d’automatiser la reconstruction des protoformes de certains jeux oraux, même en l’absence de chaînons intermédiaires. Si une limite de la méthode découle de l’hypothèse que les éléments étudiés forment un arbre phylogénétique, ce qui présuppose un faible nombre d’emprunt à d’autres versions de la même comptine, cette approche sera sans doute utile aux spécialistes pour reconstruire la préhistoire de différents jeux, et tenter de comprendre les facteurs qui les ont faits évoluer.

Haut de page

Bibliographie

Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, France, Plon, 1960, 316 p.

Adrian C. Barbrook, Christopher J. Howe, Norman Blake et Peter Robinson, « The phylogeny of The Canterbury Tales », Nature, vol. 394, 27 août 1998, p. 839.

Yuri Berezkin, Afrika, Migracii, mifologija. Arealyrasprostranenija fol‘klornyx motivov v istoričeskoj perspektive, Saint-Pétersbourg, Fédération de Russie, Nauka, 2013, 319 p.

Henry Carrington Bolton, The counting-out rhymes of children: their antiquity, origin, and wide distribution; a study in folk-lore, Londres, E. Stock, 1888, ix+121 p.

Alexandre Bouchard-Côté, David Hall, Thomas L. Griffiths et Dan Klein, « Automated reconstruction of ancient languages using probabilistic models of sound change », Proceedings of the National Academy of Sciences of America, vol. 110, n° 11, 2013, p. 4224-4229.

Sara Graça Da Silva et Jamshid J. Tehrani, « Comparative phylogenetic analyses uncover the ancient roots of Indo-European folktales », Royal Society open science, vol. 3, n° 1, 2016, p. 150645.

Arnold van Gennep, « Contribution à la méthodologie du folklore », Lares, vol. 5, n° 1, 1934, p. 20‑34.

Marcel Griaule, Jeux dogons, Paris, France, Institut d’ethnologie, 1938, coll. « Travaux et mémoires de l’Institut d’ethnologie », n˚ 32, 1938, vii+290 p.+12 pl.

John G. Griffith, « Numerical taxonomy and some primary manuscripts of the Gospels », The Journal of Theological Studies, vol. 20, n° 2, 1969, p. 389–406.

John G. Griffith, « A taxonomic study of the manuscript tradition of Juvenal », Museum Helveticum, vol. 25, n° 2, 1968, p. 101-138.

Øyvind Hammer, David A. T. Harper et Paul D. Ryan, « Paleontological statistics software: Package for education and data analysis », Palaeontologia Electronica, vol. 4, n° 1, 2001, p. 1-9.

John P. Huelsenbeck et Fredrik Ronquist, « MRBAYES: Bayesian inference of phylogenetic trees », Bioinformatics, vol. 17, n° 8, 2001, p. 754-755.

Julien d’Huy, « Le motif de la femme-oiseau (T111.2.) et ses origines paléolithiques », Mythologie française, n° 265, 2016, p. 4-11.

Julien d’Huy, « The evolution of myths », Scientific American, vol. 315, n° 6, 2016, p. 62–69.

Julien d’Huy, « Le conte-type de Polyphème : essai de reconstitution phylogénétique », Mythologie française, n° 248, 2012a, p. 47–59.

Julien d’Huy, « Matriarchy and prehistory: a statistical method for testing an old theory », Les Cahiers de l’AARS, vol. 19, 2017b, p. 159-170.

Julien d’Huy, « Un ours dans les étoiles : recherche phylogénétique sur un mythe préhistorique », Préhistoire du sud-ouest, vol. 20, n° 1, 2012b, p. 91-106.

Julien d’Huy et Yuri E. Berezkin, « How did the first humans perceive the starry night? On the Pleiades », The Retrospective Methods Network Newsletter, n° 12-13, 2017, p. 100-122.

Ian T. Jolliffe, Principal component analysis, New York, États-Unis d’Amérique, Springer-Verlag, coll. « Springer series in statistics », 1986, xiii+271 p.

Jean-Loïc Le Quellec, « Peut-on retrouver les mythes préhistoriques ? L’exemple des récits anthropogoniques », Bulletin de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, n° 1, 2015, p. 235-260.

Jean-Loïc Le Quellec, « En Afrique, pourquoi meurt-on ? Essai sur l’histoire d’un mythe africain », Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire [en ligne], 2015b, url : http ://afriques.revues.org/1717.

Arthur Lee, « Numerical taxonomy revisited: John Griffith, cladistic analysis and St. Augustine’s Quaestiones in Heptateuchum », Studia Patristica, vol. 20, 1989, p. 24-32.

Caroline Macé, Philippe V. Baret et Anne-Catherine Lantin, « Philologie et phylogénétique : regards croisés en vue d’une édition critique d’une homélie de Grégoire de Nazianze », dans : Andrea Bozzi (dir.), Digital technology and philological disciplines, Pisa, Italie, Istituti Editoriali e Poligrafici Internazionali, coll. « Linguistica computazionale (Testo stampato) », 2004, p. 305-341.

Wayne P. Madison et David R. Madison, Mesquite: A Modular System for Evolutionary Analysis. Version 3.2: http://mesquiteproject.org, 2017.

Antoine Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes, Paris, France, Hachette, 1903, xxiv+434 p.

Linne R. Mooney, Adrian C. Barbrook, Christopher J. Howe et Matthew Spencer, « Stemmatic analysis of Lydgate’s "Kings of England": a test case for the application of software developed for evolutionary biology to manuscript stemmatics », Revue d’histoire des textes, vol. 31, n° 2001, 2003, p. 275-297.

Olivier Morin, Comment les traditions naissent et meurent : la transmission culturelle, Paris, France, Odile Jacob, 2011, 290 p.

Charles L. Nunn, Christian Arnold, Luke Matthews et Monique Borgerhoff Mulder, « Simulating trait evolution for cross-cultural comparison », Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, vol. 365, n° 1559, 12 décembre 2010, p. 3807-3819.

Robert J. O’Hara et Peter MW Robinson, « Computer-assisted methods of stemmatic analysis », Occasional Papers of the Canterbury Tales Project, vol. 1, 1993, p. 53-74.

Iona Archibald Opie et Peter Opie, Children’s games in street and playground: Chasing-Catching-Seeking-Hunting-Racing-Duelling-Exerting-Daring-Guessing-Acting-Pretending, Oxford, Clarendon Press, 1969, xxvi+371 p.

Iona Archibald Opie et Peter Opie, The lore and language of schoolchildren, Oxford, Clarendon Press, 1959, xviii+417 p.

Thomas Parnell, Poems on Several Occasions, Bernard Lintot, at the Cross-Kyes [!] between the Temple gates in Fleet-street, 1726, 276 p.

Wendy J. Phillips-Rodriguez, Christopher J. Howe et Heather F. Windram, « Some considerations about bifurcation in diagrams representing the written transmission of the Mahābhārata », Wiener Zeitschrift für die Kunde Südasiens / Vienna Journal of South Asian Studies, vol. 52-53, 2010, p. 29-43.

Peter M. W. Robinson et Robert J. O’Hara, « Cladistic analysis of an Old Norse manuscript tradition », Research in Humanities Computing, vol. 4, 1996, p. 115-137.

Fredrik Ronquist et John P. Huelsenbeck, « MrBayes 3: Bayesian phylogenetic inference under mixed models », Bioinformatics, vol. 19, n° 12, 2003, p. 1572-1574.

Teemu Roos et Tuomas Heikkilä, « Evaluating methods for computer-assisted stemmatology using artificial benchmark data sets », Literary and Linguistic Computing, vol. 24, n° 4, 2009, p. 417-433.

Robert M. Ross, Simon J. Greenhill et Quentin D. Atkinson, « Population structure and cultural geography of a folktale in Europe », Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, vol. 280, n° 1756, 7 avril 2013.

David C. Rubin, Memory in oral traditions: the cognitive psychology of epic, ballads, and counting-out rhymes, Oxford, Oxford University Press, 1995, xi+385 p.

Naruya Saitou et Masatoshi Nei, « The neighbor-joining method: a new method for reconstructing phylogenetic trees. », Molecular biology and evolution, vol. 4, n° 4, 1987, p. 406-425.

Bernard Sergent, Les Indo-Européens : histoire, langues, mythes, Paris, France, Payot, 1995, 536 p.

Robert R. Sokal et Charles D. Michener, « A statistical method for evaluating systematic relationship », University of Kansas science bulletin, vol. 38, 1958, p. 1409-1438.

Matthew Spencer, Elizabeth A. Davidson, Adrian C. Barbrook et Christopher J. Howe, « Phylogenetics of artificial manuscripts », Journal of theoretical biology, vol. 227, n° 4, 2004, p. 503-511.

Matthew Spencer, Klaus Wachtel et Christopher J. Howe, « Representing multiple pathways of textual flow in the Greek manuscripts of the Letter of James using reduced median networks », Computers and the Humanities, vol. 38, n° 1, 2004, p. 1-14.

Michael Stolz, « New philology and new phylogeny: aspects of a critical electronic edition of Wolfram’s Parzival », Literary and Linguistic Computing, vol. 18, n° 2, 2003, p. 139-150.

David Swofford, PAUP: Phylogenetic Analysis Using Parsimon (*and Other Methods). Version 4., Sunderland, Sinauer Associates, 2002.

Jamshid J. Tehrani, « The phylogeny of Little Red Riding Hood », PloS One, vol. 8, n° 11, 2013, p. 78871.

Edward Burnett Tylor, « Remarks on the Geographical Distribution of Games. », The Journal of the Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, vol. 9, 1880, p. 23-30.

Edward Burnett Tylor, Primitive culture: researches into the development of mythology, philosophy, religion, art, and custom., London, Routledge/Thoemmes, 1994, vol. 1, x+453 p.

Edward Burnett Tylor, On American lot-games: As evidence of Asiatic intercourse before the time of Columbus, Leiden, EJ Brill, 1896, 15 p.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 – Les comptines données dans Opie et Opie 1969 : p. 10-11 :

1725

Now he acts the Grenadier,
Calling for a Pot of Beer:
Where’s his Money? He’s forgot:
Get him gone, a Drunken Sot.

1774

Whoes there
A Granidier
What dye want
A Pint of Beer.
Whoes there
A Granidier
What dye want
A Pint of Beer.

1780

Who comes here?
A Grenadier.
What do you want?
A Pot of Beer.
Where is your Money?
I’ve forgot.
Get you gone
You drunken Sot.

C. 1907

Eenty, teenty, tuppenny bun,
Pitching tatties doon the lum;
Who’s there?
John Blair.
What does he want?
A bottle of beer.
Where’s your money? I forgot.
Go downstairs, you drunken sot.

C. 1910

Far are ye gaein’?
Across the gutter.
Fat for?
A pund o’ butter.
Far’s yer money?
In my pocket.
Far’s yer pocket?
Clean forgot it!

1916

Rat a tat tat, who is that?
Only grandma’s pussy-cat.
What do you want?
A pint of milk.
Where’s your money?
In my pocket.
Where is your pocket?
I forgot it.
O you silly pussy-cat.

1939

A frog, walked into a public house
And asked for a pint of beer.
Where’s your money?
In my pocket.
Where’s your pocket?
I forgot it.
Well, please walk out.

1943

Rat tat tat, who is that?
Only Mrs. Pussy Cat.
What do you want?
A pint of milk.
Where’s your penny?
In my pocket. Where’s your pocket?
I forgot it.
Please walk out.

1950

Mickey Mouse In a public house
Drinking pints of beer.
Where’s your money?
In my pocket.
Where’s your pocket?
I forgot it.
Please walk out.

1952

A monkey came to my shop
I asked him what he wanted.
A loaf, sir. A loaf, sir.
Where’s your money?
In my pocket.
Where’s your pocket?
I ain’t got it.
Well, out you bunk.

1952

A pig walked into a public house
And asked for a drink of beer.
Where’s your money, sir?
In my pocket, sir.
Where’s your pocket, sir?
In my jacket, sir.
Where’s your jacket, sir?
I forgot it, sir.
Please walk out.

1954

I had a little beer shop
A man walked in.
I asked him what he wanted.
A bottle of gin.
Where’s your money?
In my pocket.
Where’s your pocket?
I forgot it.
Please walk out.

Annexe 2 : corpus prenant en compte l’ensemble des mots ou groupes de mot de chaque comptine

1725 00000000000000010011011000011010000011010
1774 00000000000000001010111000000000000000000
1780 00000000000000001010111000010110000010110
1907 00000000000001101100111000010110000010110
1910 00000000000110000000111000010101011000000
1916 00000000011000000000110100010101011000101
1939 00001010100000000001001000010101011110000
1943 00000000011000000000110100010100011110000
1950 00010000100000000001011000010101011110000
1952a 00100011000000000000100001110001011010000
1952b 01000010100000000001011000110100111110000
1954 10000111000000000000110010010101011110000

Annexe 3 : corpus prenant uniquement en compte les mots à la rime

1725 100000100010000000000000010000
1774 100000000010000000000000000110
1780 100000100110100000100000010010
1907 111000100000000010000000010000
1910 000010010001000100100010000000
1916 000001000000000101100010001010
1939 100000000000010100101010000000
1943 000001000000000101001110001010
1950 100000000000010100111010000000
1952a 000100000000000100100011100001
1952b 000000000000010000001000100000
1954 000000001000001100101011000001

Haut de page

Notes

1 Par exemple : Julien d’Huy, « Le conte-type de Polyphème : essai de reconstitution phylogénétique », Mythologie française, n° 248, 2012, p. 47–59 ; Jamshid J. Tehrani, « The phylogeny of Little Red Riding Hood », PloS One, vol. 8, n° 11, 2013, p. 78871 ; Robert M. Ross, Simon J. Greenhill et Quentin D. Atkinson, « Population structure and cultural geography of a folktale in Europe », Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, vol. 280, n° 1756, 7 avril 2013 ; Sara Graça Da Silva et Jamshid J. Tehrani, « Comparative phylogenetic analyses uncover the ancient roots of Indo-European folktales », Royal Society open science, vol. 3, n° 1, 2016, p. 150645.

2 Par exemple : Julien d’Huy, « Un ours dans les étoiles : recherche phylogénétique sur un mythe préhistorique », Préhistoire du sud-ouest, vol. 20, n° 1, 2012, p. 91-106 ; Julien d’Huy, « Le motif de la femme-oiseau (T111.2.) et ses origines paléolithiques », Mythologie française, n° 265, 2016, p. 4-11 ; Julien d’Huy, « The evolution of myths », Scientific American, vol. 315, n° 6, 2016, p. 62–69.

3 Par exemple : Alexandre Bouchard-Côté, David Hall, Thomas L. Griffiths et Dan Klein, « Automated reconstruction of ancient languages using probabilistic models of sound change », Proceedings of the National Academy of Sciences of America, vol. 110, n° 11, 2013, p. 4224-4229.

4 Edward Burnett Tylor, Primitive culture: researches into the development of mythology, philosophy, religion, art, and custom., Londres, Routledge/Thoemmes, 1994, vol. 1, p. 63-86.

5 Henry Carrington Bolton, The counting-out rhymes of children: their antiquity, origin, and wide distribution; a study in folk-lore, Londres, E. Stock, 1888, ix+121 p.

6 Marcel Griaule, Jeux dogons, Paris, France, Institut d’ethnologie, 1938, coll. « Travaux et mémoires de l’Institut d’ethnologie », n˚ 32, 1938, p. 15.

7 Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, France, Plon, 1960, p. 63.

8 Ibid., p. 67.

9 Olivier Morin, Comment les traditions naissent et meurent : la transmission culturelle, Paris, France, Odile Jacob, 2011, p. 202.

10 Iona Archibald Opie et Peter Opie, Children’s games in street and playground: Chasing-Catching-Seeking-Hunting-Racing-Duelling-Exerting-Daring-Guessing-Acting-Pretending, Oxford, Clarendon Press, 1969, p. 29-30. Cette permanence s’observe aussi pour des jeux autres qu’enfantins. Edward Tylor, le premier, a souligné que les jeux pourraient être utilisés pour fournir des indices sur les contacts culturels. Observant l’aire de diffusion des jeux de type « petits chevaux » dans l’Ancien et le Nouveau Monde, il en conclut que ceux-ci auraient été introduits sur le continent nord-américain à partir de l'Asie via le détroit de Béring, lorsque cela était encore possible, soit au Paléolithique supérieur (voir Edward Burnett Tylor, On American lot-games: As evidence of Asiatic intercourse before the time of Columbus, Leiden, EJ Brill, 1896, 15 p. ; voir aussi : Edward Burnett Tylor, « Remarks on the Geographical Distribution of Games. », The Journal of the Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, vol. 9, 1880, p. 23-30, pour une démonstration montrant que certains jeux se seraient répandus d'Asie du Sud-Est à travers le vaste district malayo-polynésien, jusqu'en Nouvelle-Zélande). Autre exemple, plus récent, dans Bernard Sergent, Les Indo-Européens : histoire, langues, mythes, Paris, France, Payot, 1995, p. 257.

« le jeu d’osselets appartient au fonds culturel indo-européen le plus ancien ; c’est à lui que remontent les règles de jeux et le vocabulaire hérité qui concerne le "coup du chien" et l’as (à l’origine, l’osselet unique laissé par la prise d’un joueur), la protection de telle déesse de l’amour, la fonction oraculaire... ». Il y a là, selon nous, des pistes à ouvrir et à développer, les jeux ajoutant une corde de plus à l’arc du préhistorien pour éclairer les routes empruntées jadis par l’humanité.

11 « Boys continue to crack jokes that Swift collected from his friends in Queen Anne's time; they play tricks which lads used to play on each other in the heyday of Beau Brummel; they ask riddles that were posed when Henry VIII was a boy. Young girls continue to perform a major feat of body raising (levitation) of which Pepys heard tell..., they hoard bus tickets and milk-bottle tops in distant memory of a love-lorn girl held ransom by a tyrannical father; they learn to cure warts (and are successful in curing them) after the manner in which Francis Bacon learnt when he was young. They call after the tearful the same jeer Charles Lamb recollected; they cry "Halves!" for something found as Stuart children were accustomed to do; and they rebuke one of their number who seeks back a gift with a couplet used in Shakespeare's day. They attempt, too, to learn their fortune from snails, nuts, and apple parings – divinations which the poet Gay described nearly two and a half centuries ago; they span wrists to know if someone loves them in the way that Southey used at school to tell if a boy was a bastard; and when they confide to each other that the Lord's Prayer said backwards will make Lucifer appear, they are perpetuating a story which was gossip in Elizabethan times. » (I. A. Opie et P. Opie, Children’s games in street and playground, op. cit., p. 2-3).

12 O. Morin, Comment les traditions naissent et meurent : la transmission culturelle, op. cit., p 210.

13 Ibid., p. 207.

14 Voir par exemple : Yuri Berezkin, Afrika, Migracii, mifologija. Arealyrasprostranenija fol‘klornyx motivov v istoričeskoj perspektive, Saint-Pétersbourg, Fédération de Russie, Nauka, 2013, 319 p. ; Jean-Loïc Le Quellec, « Peut-on retrouver les mythes préhistoriques ? L’exemple des récits anthropogoniques », Bulletin de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, n° 1, 2015, p. 235-260 ; Jean-Loïc Le Quellec, « En Afrique, pourquoi meurt-on ? Essai sur l’histoire d’un mythe africain », Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire [en ligne], 2015, url : http ://afriques.revues.org/1717 ; Julien d’Huy, « The evolution of myths », op. cit. ; Julien d’Huy, « Le motif de la femme-oiseau », op. cit. ; Julien d’Huy et Yuri E. Berezkin, « How did the first humans perceive the starry night? On the Pleiades », The Retrospective Methods Network Newsletter, n° 12-13, 2017, p. 100-122.

15 David C. Rubin, Memory in oral traditions: the cognitive psychology of epic, ballads, and counting-out rhymes, Oxford, Oxford University Press, 1995, xi+385 p.

16 Antoine Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes, Paris, France, Hachette, 1903, p. 407.

17 I. A. Opie et P. Opie, Children’s games in street and playground, op. cit., p. 3.

18 « They remain tradition's warmest friends. Like the savage, they are respecters, even venerators, of custom; and in their self-contained community their basic lore and language seems scarcely to alter from generation to generation. » (Ibid., p. 2).

19 Ibid., p. 10-11.

20 Les informations proviennent de l’Oxford English Dictionary (http://www.oed.com/, consulté le 6 janvier 2019).

21 John G. Griffith, « A taxonomic study of the manuscript tradition of Juvenal », Museum Helveticum, vol. 25, n° 2, 1968, p. 101-138.

22 John G. Griffith, « Numerical taxonomy and some primary manuscripts of the Gospels », The Journal of Theological Studies, vol. 20, n° 2, 1969, p. 389–406.

23 Arthur Lee, « Numerical taxonomy revisited: John Griffith, cladistic analysis and St. Augustine’s Quaestiones in Heptateuchum », Studia Patristica, vol. 20, 1989, p. 24-32.

24 Peter M. W. Robinson et Robert J. O’Hara, « Cladistic analysis of an Old Norse manuscript tradition », Research in Humanities Computing, vol. 4, 1996, p. 115-137.

25 Robert J. O’Hara et Peter MW Robinson, « Computer-assisted methods of stemmatic analysis », Occasional Papers of the Canterbury Tales Project, vol. 1, 1993, p. 53-74.

26 Adrian C. Barbrook, Christopher J. Howe, Norman Blake et Peter Robinson, « The phylogeny of The Canterbury Tales », Nature, vol. 394, 27 août 1998, p. 839.

27 Linne R. Mooney, Adrian C. Barbrook, Christopher J. Howe et Matthew Spencer, « Stemmatic analysis of Lydgate’s "Kings of England": a test case for the application of software developed for evolutionary biology to manuscript stemmatics », Revue d’histoire des textes, vol. 31, n° 2001, 2003, p. 275-297.

28 Michael Stolz, « New philology and new phylogeny: aspects of a critical electronic edition of Wolfram’s Parzival », Literary and Linguistic Computing, vol. 18, n° 2, 2003, p. 139-150.

29 Matthew Spencer, Elizabeth A. Davidson, Adrian C. Barbrook et Christopher J. Howe, « Phylogenetics of artificial manuscripts », Journal of theoretical biology, vol. 227, n° 4, 2004, p. 503-511.

30 Caroline Macé, Philippe V. Baret et Anne-Catherine Lantin, « Philologie et phylogénétique : regards croisés en vue d’une édition critique d’une homélie de Grégoire de Nazianze », dans : Andrea Bozzi (dir.), Digital technology and philological disciplines, Pisa, Italie, Istituti Editoriali e Poligrafici Internazionali, coll. « Linguistica computazionale (Testo stampato) », 2004, p. 305-341.

31 Teemu Roos et Tuomas Heikkilä, « Evaluating methods for computer-assisted stemmatology using artificial benchmark data sets », Literary and Linguistic Computing, vol. 24, n° 4, 2009, p. 417-433.

32 Wendy J. Phillips-Rodriguez, Christopher J. Howe et Heather F. Windram, « Some considerations about bifurcation in diagrams representing the written transmission of the Mahābhārata », Wiener Zeitschrift für die Kunde Südasiens / Vienna Journal of South Asian Studies, vol. 52-53, 2010, p. 29-43.

33 P. M. W. Robinson et R. J. O’Hara, « Cladistic analysis of an Old Norse manuscript tradition », op. cit.

34 M. Spencer et al., « Phylogenetics of artificial manuscripts », op. cit.

35 J'avais une petite brasserie. | Un cochon | un singe | Mickey Mouse | une grenouille | un homme | marchait / venait | à ma boutique | dans un pub. | Rat a tat tat tat, qui est-ce ? | Seulement la chatte / le chaton de Grand-Mère. | Partez-vous loin ? | De l'autre côté du caniveau | Eenty, teenty, tuppenny bun | Lancer des Tatties sur la lumière. | Maintenant, il agit. | Qui est là ? | John Blair | le Grenadier | demande à boire / boit. | Que voulez-vous / Pour quelle matière grasse ? | Un pot / pinte | une bouteille | de bière | de lait | de gin | un pain. | Répétition du mot « monsieur ». | Où est son argent ? | Il a oublié. / J'ai oublié. | Dans ma poche / ma veste. | Où est ta poche / veste ? | Je l'ai oublié ! / Je ne l'ai pas. | S'il vous plaît. | Je vais te faire descendre / sortir. | Un | Toi le | sot alcoolique |Stupide chaton.

36 John P. Huelsenbeck et Fredrik Ronquist, « MRBAYES: Bayesian inference of phylogenetic trees », Bioinformatics, vol. 17, n° 8, 2001, p. 754-755 ; Fredrik Ronquist et John P. Huelsenbeck, « MrBayes 3: Bayesian phylogenetic inference under mixed models », Bioinformatics, vol. 19, n° 12, 2003, p. 1572-1574.

37 Pour les détails, voici les réglages réalisés : begin MrBayes ; set autoclose=yes nowarn=yes ; lset nst=6 rates=invgamma ; unlink statefreq=(all) revmat=(all) shape=(all) pinvar=(all) ; prset applyto=(all) ratepr=variable ; mcmcp ngen= 80000000 relburnin=yes burninfrac=0.25 printfreq=10000 samplefreq=10000 nchains=4 savebrlens=yes ; mcmc ;sumt ; end

38 Arnold van Gennep, « Contribution à la méthodologie du folklore », Lares, vol. 5, n° 1, 1934, p. 24-25.

39 David Swofford, PAUP: Phylogenetic Analysis Using Parsimon (*and Other Methods). Version 4., Sunderland, Sinauer Associates, 2002.

40 Naruya Saitou et Masatoshi Nei, « The neighbor-joining method: a new method for reconstructing phylogenetic trees. », Molecular biology and evolution, vol. 4, n° 4, 1987, p. 406-425.

41 Robert R. Sokal et Charles D. Michener, « A statistical method for evaluating systematic relationship », University of Kansas science bulletin, vol. 38, 1958, p. 1409-1438.

42 Wayne P. Madison et David R. Madison, Mesquite: A Modular System for Evolutionary Analysis. Version 3.2: http://mesquiteproject.org, 2017.

43 I. A. Opie et P. Opie, Children’s games in street and playground, op. cit., p. 2.

44 Charles L. Nunn, Christian Arnold, Luke Matthews et Monique Borgerhoff Mulder, « Simulating trait evolution for cross-cultural comparison », Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, vol. 365, n° 1559, 12 décembre 2010, p. 3807-3819.

45 Øyvind Hammer, David A. T. Harper et Paul D. Ryan, « Paleontological statistics software: Package for education and data analysis », Palaeontologia Electronica, vol. 4, n° 1, 2001, p. 1-9.

46 Pour plus de détails, voir : Ian T. Jolliffe, Principal component analysis, New York, États-Unis d’Amérique, Springer-Verlag, coll. « Springer series in statistics », 1986, xiii+271 p.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Arbre bayésien construit à partir de diverses versions de la comptine The Grenadier.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/4194/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 2 : Arbre construit à partir de diverses versions de la comptine The Grenadier en utilisant la méthode UPGMA
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/4194/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Légende Figure 3 : Arbre construit à partir de diverses versions de la comptine The Grenadier en utilisant la méthode Neighbor-Joining
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/4194/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Légende Figure 4 : Arbre de consensus construit à partir de diverses versions de la comptine The Grenadier. À gauche, arbre construit à partir du premier corpus (ensemble des mots). À droite, arbre construit à partir du second corpus (seulement mots à la rime)
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/4194/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 5 : Répartition des versions en utilisant une analyse en composantes principales.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/4194/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien d'Huy, « Au temps passé d’une comptine : application d’outils phylogénétiques pour reconstruire une tradition orale », Strenæ [En ligne], 16 | 2020, mis en ligne le 17 juin 2020, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/strenae/4194 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.4194

Haut de page

Auteur

Julien d'Huy

IMAf, UMR 8171 - CNRS/IRD/EHESS/Univ.Paris1/EPHE/Aix-Marseille Univ-AMU
8 rue Paul Girondeau, 92290 Châtenay-Malabry
dhuy.julien@yahoo.fr

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals