Navigation – Plan du site
Collections & fonds d'archives

La production culturelle pour la jeunesse au prisme du dépôt légal

Alice Laforêt

Résumé

La Bibliothèque nationale de France fait paraître chaque année son Observatoire du dépôt légal, publication qui apporte un éclairage sur le monde éditorial et ses tendances à l’aune des documents et ressources reçus au titre du dépôt légal. L’édition de 2018 proposait un focus sur la production culturelle à destination de la jeunesse. Cet article a pour objet de revenir sur la question de la jeunesse dans les données bibliographiques de la BnF et de proposer des pistes et méthodologies d’exploitation de ces données.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Chaque année, plusieurs centaines de milliers de documents sont reçus par la Bibliothèque nationale de France (BnF) au titre du dépôt légal1, avant d’être catalogués par les services de bibliographie. Les notices qui les décrivent sont ensuite mises à la disposition du public dans le Catalogue général2 de la BnF notamment, ainsi que dans le site de la Bibliographie nationale française3. À l’heure d’une production éditoriale qui ne cesse de s’accroître et de se diversifier – orientations dont le dépôt légal, par son ambition d’exhaustivité, est le meilleur témoin – les données produites par la BnF sont une source de plus en plus précieuse pour le suivi des tendances de l’édition et pour la recherche dans ce domaine. Parmi les lots de documents qui transitent chaque jour dans les circuits du dépôt légal, ceux destinés à la jeunesse représentent évidemment une part bien visible.

2La production culturelle pour la jeunesse est désormais un objet d’étude bien établi et les données bibliographiques de la BnF ont pu être exploitées dans ce sens à de nombreuses reprises – et ce au sein même de l’établissement, puisque les notices bibliographiques provenant du dépôt légal sont souvent reprises et complétées par le Centre national de la littérature pour la jeunesse (CNLJ). La massification des ensembles de documents qui arrivent à la BnF fait de l’analyse de données un processus important de l’étude du paysage éditorial et culturel. La publication annuelle qu’est l’Observatoire du dépôt légal, dont la première édition date de 2011, participe de cette médiation des données bibliographiques à l’usage d’un public plus vaste. Dans cet Observatoire, les services de dépôt légal de la BnF fournissent des réservoirs de données brutes sous la forme de tableaux Excel. Ils proposent également une analyse de ces données et donnent ainsi à voir un panorama du paysage éditorial français, à travers les documents reçus au dépôt légal. Chaque année, un focus sur un domaine particulier est proposé. L’édition 2018, parue en juin 2019, s’est consacrée à la production culturelle pour la jeunesse, avec le concours du CNLJ, et a entrepris de donner à voir dix ans (2009 à 2018) de données bibliographiques. Les chiffres comme la synthèse sont mis à disposition du public en libre accès. Le texte de l’édition 2018 de l’Observatoire est accessible sur le site de la Bibliographie nationale française4 ainsi que sur la plateforme data.gouv.fr5, où on retrouvera également les jeux de données6 ayant servi de base à l’analyse.

Illustration 1 : Couverture de l’édition 2018 de l’Observatoire du dépôt légal (https://www.bnf.fr/​fr/​lobservatoire-du-depot-legal)

3Cet article a donc pour objet de présenter quelques-unes des pistes d’étude esquissées dans l’édition 2018 de l’Observatoire du dépôt légal et prolonge certaines de ces réflexions. Il ne s’agit bien évidemment pas de procéder à une analyse exhaustive des données mises à disposition, mais bien plutôt d’encourager leur utilisation par une communauté de chercheurs ou de curieux. Pour que ces données puissent être exploitées de la manière la plus pertinente possible, il est nécessaire de préciser les contours de la collection constituée par le dépôt légal et de la place que les ressources pour la jeunesse y occupent. Celles-ci sont en effet décrites selon certains critères qu’il est indispensable de comprendre avant de les étudier. Je reviendrai ensuite sur les questions de volumétrie, de plus en plus prégnantes, avant de montrer par quelques cas d’usage l’intérêt des données de la BnF dans l’étude de la chaîne de conception du document – du livre imprimé notamment. Il ne s’agit pas ici de prétendre à une analyse scientifique de ce corpus. Si les professionnels du dépôt légal, dont je fais partie, n’effectuent pas de recherche sur les nombreux ouvrages qui passent entre leurs mains, ils développent néanmoins une expertise sur les données produites à partir de ces ressources, qui peut venir nourrir la recherche scientifique.

Des livres aux globes, des magazines aux jeux-vidéo : la diversité d’un corpus et de ses apports pour la recherche

Une ambition d’exhaustivité

  • 7 Estampes, photographies, imagerie font l’objet d’un dépôt légal au département des Estampes et de l (...)

4Le dépôt légal s’organise en différentes sections documentaires, qu’on retrouve sur le site de la Bibliographie nationale française. Livres, périodiques, mais également son, vidéo, documents multimédia, partitions ou documents cartographiques, sans oublier les documents iconographiques7, sont collectés et catalogués par les services de la BnF. C’est donc la production jeunesse dans toute sa diversité qui est donnée à voir, des globes pédagogiques aux partitions d’opéra pour enfants.

5Par ailleurs, le dépôt légal trouve son sens et sa légitimité dans l’absence de jugement émis sur les ressources collectées et par l’ambition d’exhaustivité dont il fait preuve. Tout document diffusé en nombre à un public s’étendant au-delà du cercle de famille est concerné par cette obligation légale et peut être amené à rejoindre la collection de référence ainsi constituée dans les emprises de la Bibliothèque nationale de France. Contrairement aux collections issues d’une politique documentaire, nul critère – qu’il porte sur le contenu, la forme, la qualité supposée ou le producteur de la ressource – n’entre en ligne de compte. Le corpus ainsi formé a donc l’avantage de présenter une diversité et une complétude unique, puisque les ouvrages passant par la distribution commerciale sont loin d’être les seuls pris en compte : il s’y ajoute toute une production qui bien souvent passe sous le radar des enquêtes et des études sur le secteur culturel, celle des pouvoirs publics, des entreprises, des associations, ou encore des auteurs ou créateurs autoédités ou auto-diffusés. Pour la jeunesse, cela signifie donc qu’outre les livres et autres ressources produits par des producteurs professionnels et distribués commercialement, on trouve également des journaux d’écoles, des documents associatifs sur des questions de société, des cartes géographiques pédagogiques produites par des collectivités locales, etc. Les rééditions faisant partie du champ du dépôt légal, celui-ci est aussi un prisme idéal pour observer le succès éditorial de tel ou tel titre.

Comment exploiter ce corpus ?

6Dès lors, la question de la méthode d’exploitation de ce corpus massif se pose. Les données bibliographiques produites sont mises à disposition dans le Catalogue général, qui offre déjà des possibilités de tris et de filtres importants pour construire une recherche, ainsi que des fonctionnalités d’exports des notices sous différents formats afin de pouvoir les exploiter plus facilement et les réutiliser. Le nouveau site de la Bibliographie nationale française, mis en ligne en février 2020, est un autre des instruments mis à disposition par la BnF. Ce site présente un corpus plus restreint que celui du Catalogue général. La recherche s’effectue en effet uniquement dans les données issues du dépôt légal et permet donc d’explorer la production éditoriale produite et diffusée en France, tout en offrant la garantie de données bibliographiques de référence. Il donne la possibilité de structurer une recherche finement selon plusieurs critères. Le type de public – et donc le public jeunesse – étant l’un de ces critères, ce site est donc un outil de veille documentaire ou de recherche sur ce secteur.

Illustration 2 : Site de la Bibliographie nationale française : exemple d’une recherche filtrée sur le critère « public jeunesse » (https://bibliographienationale.bnf.fr/​)

7Néanmoins, il va sans dire que les données bibliographiques ne représentent pas forcément la source la plus aisée à manier, que certaines de ces données peuvent paraître bien obscures en dehors d’un cercle restreint de bibliothécaires et autres professionnels de l’information, et que leurs conditions de production peuvent apporter des biais à l’interprétation. L’objectif de l’Observatoire du dépôt légal est bien de constituer un panorama du paysage éditorial français en offrant une médiation sur les données, dont certaines ne sont d’ailleurs pas affichées dans les produits précédemment cités (il s’agit de données internes produites au moment de l’entrée des documents à la BnF, qui concernent notamment l’identité et le statut du déposant). Les réservoirs de données brutes donnent à voir des statistiques détaillées, qui ont déjà bénéficié d’une certaine mise en forme. La synthèse vient commenter les points marquants de ces statistiques et donner des éléments de contexte pour permettre d’appréhender correctement ces informations. Il est parfois nécessaire d’avoir un point de vue sur l’activité interne de la BnF, dont les remous et les aléas peuvent expliquer certains chiffres : il peut par exemple arriver que certains services ne soient pas en mesure de faire autant de veille éditoriale d’une année sur l’autre, ce qui peut expliquer certaines baisses, qui ne reflètent donc pas toujours de réelles tendances éditoriales.

8Les professionnel·le·s des bibliothèques assumant de plus en plus un rôle d’expertise de leurs métadonnées, leur apport peut donc être de guider les chercheur·se·s dans ce paysage complexe. L’Observatoire en est une tentative modeste, mais il est évident que des coopérations plus approfondies peuvent se nouer, quand il s’agit d’exploiter d’importants corpus et de comprendre finement certains référentiels, portant sur les sujets, les auteurs, les typologies de documents, etc. Ce travail conjoint peut s’avérer d’autant plus indispensable qu’il permet aux bibliothécaires d’enrichir la compréhension de leurs fonds et aux chercheur·se·s de ne pas faire de contre-sens sur les informations portées par les métadonnées.

Les limites du traitement bibliographique

9Les possibilités d’exploitation de ces données bibliographiques ont en effet leurs limites. En effet, comme le précise l’avant-propos de l’Observatoire, si le dépôt légal se veut d’une neutralité totale dans le processus de collecte des documents, la description bibliographique, quant à elle, ne se fait pas sans certains biais, inévitables dans la mise en place de toute consigne de travail. Il donc indispensable d’avoir ces éléments à l’esprit avant d’aborder les données bibliographiques de la BnF.

10Pour la jeunesse, le premier biais, et non des moindres, est tout simplement le périmètre de ce qui est traité comme ressource à destination du public jeune. Pour les documents imprimés, par exemple (livres et périodiques), les documents décrits dans le catalogue sont signalés par un indicateur précis s’ils sont destinés à la jeunesse. Définir les contours de ce qui s’adresse à la jeunesse n’est guère aisé – la mention réglementaire de la loi du 16 juillet 1949 constitue un critère objectif, mais loin d’être limitatif. Par ailleurs, l’utilisation de cet indicateur « jeunesse » par les équipes du dépôt légal traduit une conception ciblée – et peut-être restrictive, au regard de l’évolution des pratiques de lecture – de la jeunesse, puisque seuls les ouvrages strictement adressés aux enfants et adolescents sont ainsi catégorisés. Cette pratique de catalogage exclut de fait certaines tendances de l’édition au lectorat de plus en plus varié – notamment le secteur young adult. De même, les bandes dessinées, et notamment les comics et les mangas, ne sont pas classées en jeunesse si elles peuvent aussi être lues par un public plus large. Une appréhension plus vaste du secteur peut se faire via l’Univers jeunesse8 du Catalogue général de la BnF. Par ailleurs, dans le secteur des livres imprimés notamment, un traitement différencié s’opère pour certains types de documents : certaines catégories de publication ne sont en effet pas traitées en tant que « livres » et ne sont donc pas décrites à l’unité dans le catalogue général, échappant ainsi à nos entreprises de statistiques systématiques. Il s’agit notamment des livres d’activités ou de jeux qui n’ont pas d’auteur mentionné en page de titre, de certaines catégories d’ouvrages pédagogiques (livrets d’exercices, cahiers de vacances…) ou encore des livres de coloriages ou d’autocollants, ô combien nombreux dès lors qu’il s’agit du secteur jeunesse9.

  • 10 Les notices d’images animées ou de jeux vidéo les font figurer lorsqu’elles sont présentes sur le d (...)

11Un autre de ces biais est l’absence des catégories d’âge dans la plupart des notices. Ces catégories – qui ne figurent pas toujours sur les documents – peuvent être fournies par les éditeurs mais ne sont pas retranscrites dans les notices bibliographiques, pour les ouvrages imprimés notamment10. La catégorie « jeunesse » ne bénéficie donc pas de sous-catégories, et donne à voir dans un joyeux mélange les livres de bain destinés à la petite enfance, les mangas pour adolescent·e·s, ou encore les magazines en direction d’élèves de primaire, ce qui constitue un frein dès lors que l’étude se pose globalement sur l’une de ces catégories. Enfin notons que la littérature de fiction – qu’elle soit adressée à la jeunesse ou à un plus large public – ne bénéficie pas d’une indexation matière par des mots sujets, contrairement aux documentaires dont on peut dès lors analyser systématiquement les thématiques.

12Afin de demeurer pertinente, l’exploitation des données du dépôt légal pour des études sur le secteur jeunesse peut donc se faire surtout à deux niveaux. Ces données peuvent en effet permettre de suivre, à une échelle pour le moins macroscopique, les tendances de la production culturelle, de ses volumétries, de la répartition des éditeurs et des producteurs, ainsi que celle des thématiques abordées pour le documentaire. C’est l’approche qu’adopte l’Observatoire du dépôt légal. Mais ces données peuvent également alimenter des recherches sur une maison d’édition en particulier, un thème et son traitement dans la production culturelle pour la jeunesse, la production d’une créatrice ou d’un créateur ainsi que son succès éditorial, à travers les rééditions.

Un suivi des volumétries de la production

  • 11 Syndicat national de l’édition, Les chiffres de l’édition du SNE : l’édition jeunesse 2017-2018 [en (...)
  • 12 Chiffres issus de l’Observatoire édition 2019, en cours de rédaction.

1310 689 : c’est le nombre de livres pour la jeunesse catalogués par les services du dépôt légal au cours de l’année 2018, soit 13% des 82 036 ouvrages traités cette année-là. Ce pourcentage est certes moindre que celui exprimé par le Syndicat national de l’édition dans ses statistiques 2017-2018 de l’édition jeunesse11, où la jeunesse représente 16% des titres – cela est en grande partie dû aux critères plus restrictifs de catégorisation appliqués par la BnF, décrits précédemment. La volumétrie n’en demeure pas moins importante et c’est surtout sur son évolution qu’il convient de se pencher. Le graphique suivant donne à voir l’évolution du nombre de livres jeunesse reçus au dépôt légal en dix ans. Le constat d’une augmentation nette s’impose : il est à lier à l’augmentation globale de la volumétrie du dépôt légal des livres. Néanmoins, une augmentation spécifique du nombre de livre jeunesse peut s’observer, puisque le secteur passe de 11% à 13% du total des livres reçus. Cette augmentation se confirme en 2019, année où on comptabilise 10 532 titres jeunesse pour environ 78 868 livres traités, soit +0,3% de progression de la part de la jeunesse par rapport à l’année précédente12.

Illustration 3 : La volumétrie du livre jeunesse reçu au dépôt légal : évolutions sur dix ans. Graphique issu de l’édition 2018 de l’Observatoire du dépôt légal, p. 8.

  • 13 Viviane Ezratty, « Un peu, beaucoup, à la folie... passionnément ? », Bulletin des bibliothèques de (...)
  • 14 Daniel Vallauri, Chloé Moitié, Manon Garin, Antoine Meunier, Lika King, Julien Tavernier (dir.), Le (...)

14Ces informations liées à la volumétrie de la production sont donc parmi les premières que vient chaque année illustrer l’Observatoire du dépôt légal. Elles ne sont pas sans entrer en résonnance avec les questions de surproduction récurrentes dans le monde de l’édition depuis une dizaine d’années, et mettent en jeu des questions centrales comme la rémunération des auteurs, les circuits de distribution et l’empreinte écologique de la filière livre. Le secteur jeunesse est loin d’être étranger à ces interrogations, qui se posent avec une acuité particulière pour les professionnel·le·s des bibliothèques. Viviane Ezratty évoquait dans un article de 2004 le « vertige » éprouvé par les bibliothécaires jeunesse « devant les milliers de livres présentés au Salon du livre de jeunesse de Montreuil13 » et revenait sur l’historique de cette production qui se densifie. La question se pose d’ailleurs au-delà du monde du livre pris dans un sens restreint. Il y a deux ans, le WWF consacrait ainsi une étude aux conséquences écologiques du marché du livre jeunesse14, et la production pléthorique que donnent à voir les statistiques – qu’elles soient issus du Syndication national de l’édition ou de la BnF – n’est pas étrangère à ce genre d’interrogations.

15Cette volumétrie galopante s’observe surtout dans le domaine du livre, mais peut se lire différemment quand on se penche sur d’autres segments documentaires. Dans le secteur de la presse par exemple, la part de la documentation jeunesse est moindre : au 1er janvier 2019, 506 titres de périodiques adressés à la jeunesse sont signalés comme « vivants » (paraissant toujours et régulièrement reçus au dépôt légal) : cela représente environ 1,5% des 34 240 titres reçus. Le nombre de nouveaux titres est assez stable et représente 3 à 4% du total des titres reçus annuellement. Néanmoins, il est à noter que les publications périodiques du secteur jeunesse se distinguent par un important taux de renouvellement : parmi les « nouveaux titres » catalogués, nombreux sont en réalité des « changements de titre », où l’éditeur décide de modifier la ligne éditoriale de son magazine de manière assez conséquente pour qu’une nouvelle description bibliographique soit établie par la BnF. Ainsi, sur les 101 nouveaux titres de presse jeunesse catalogués en 2009, 82 sont déclarés en cessation ou ont changé de titre au bout de dix ans. Le fort renouvellement du secteur est à l’image du nombre croissant de livres : il peut sans doute se lire comme un moyen de gagner en visibilité sur le marché. Le pourcentage stable des ressources dédiées à la jeunesse dans des domaines qui présentent plutôt une tendance à la baisse s’observe. Il en va ainsi dans le secteur du jeu-vidéo : 115 jeux pour la jeunesse ont été reçus en 2018, soit près de 60% des jeux vidéo sur support. De même dans un domaine où la présence du public jeunesse est plus inattendue, celui de la cartographie : les documents cartographiques pour la jeunesse représentent un pourcentage réduit des dépôts, mais sont en accroissement continu, passant de 0,5% des documents reçu à 2% en dix ans.

16L’analyse de ces données chiffrées ne peut se faire qu’à l’aune d’une bonne connaissance de chacun de ces secteurs et des dynamiques qui lui sont propres. S’il n’appartient pas aux professionnel·le·s du dépôt légal de tirer de conclusions définitives ni sur les origines si sur les conséquences de cette volumétrie de la production, il n’en demeure pas moins que ce phénomène s’observe au quotidien dans les services chargés de la collecte et du catalogage de ces documents. C’est aussi en cela que le dépôt légal est un bon observatoire de la production – voire de la surproduction – éditoriale, sujet qui figurait également au programme des deuxièmes Assises de la jeunesse, co-organisées en octobre 2019 par le SNE et la BnF, et où les chiffres de l’Observatoire furent présentés15.

Les rouages de la production pour la jeunesse

17La richesse des données bibliographiques produites par les services de dépôt légal de la BnF tient notamment aux nombreux liens effectués vers des notices d’autorité auteur (que ces autrices et auteurs soient des personnes physiques ou des collectivités, et quel que soit leur rôle défini dans les données – auteur du texte, illustrateur, directeur de publication, etc) ou sujet (langage Rameau ou Dewey).

Un exemple d’utilisation des données : les illustratrices et illustrateurs à la loupe

  • 16 Cette analyse avait été réalisé en partenariat avec le CNLJ et est également développée dans un art (...)
  • 17 Bruno Racine, L’auteur et l’acte de création, Ministère de la culture, janvier 2020, p. 25. Le rapp (...)

18Les liens aux notices d’autorité auteur permettent d’analyser les créatrices et créateurs de la production culturelle pour la jeunesse. L’Observatoire du dépôt légal avait ainsi procédé à une analyse des autrices et auteurs de livres jeunesse les plus prolifiques16. Rejoignant la courbe ascendante de la volumétrie de ces livres, cette analyse permettait de montrer une concentration de plus en plus marquée de la production. Sur les deux dernières années prises en compte (2017-2018), les trois autrices jeunesse les plus déposées avaient écrit plus de soixante livres chacune (rééditions prises en compte) – les dix premiers noms du classement avaient tous signé plus de quarante livres. Une comparaison avec les deux années 2009 et 2010 montre que cette concentration s’est accrue, puisque le trio de tête tourne autour d’une quarantaine de livres. Ce « top 15 » donne également à voir la féminisation importante (et croissante) du secteur, en écho avec une constatation qui, si elle n’est pas nouvelle, a été récemment mise par écrit dans le rapport de Bruno Racine portant sur le statut des artistes-auteurs, qui note bien que « les femmes sont surreprésentées dans la littérature pour la jeunesse, pour laquelle les taux de rémunération en droits d’auteur sont les plus faibles (5% environ)17. »

Illustration 4 : La volumétrie des livres jeunesse reçus au dépôt légal en 2017 et 2018 : classement par auteur du texte. Graphique issu de l’édition 2018 de l’Observatoire du dépôt légal, p. 12.

Illustration 5 : La volumétrie des livres jeunesse reçus au dépôt légal en 2009 et 2010 : classement par auteur du texte. Graphique issu de l’édition 2018 de l’Observatoire du dépôt légal, p. 12.

  • 18 Table des codes de fonction applicables dans le format Unimarc (Agence bibliographique de l’enseign (...)

19Cette petite étude menée dans l’Observatoire s’était cependant limitée aux auteurs des textes ce qui, pour la littérature jeunesse, est forcément réducteur. Les jeux de données mis à disposition permettent d’aller plus loin en se fondant sur les codes fonctions18 présents dans le format bibliographique, et qui précisent la fonction de chaque autorité auteur liée à une notice bibliographique. Prenons pour cas d’usage le domaine de l’illustration du livre jeunesse. Le code « 0440 » permet de désigner les autorités auteur qui ont une fonction relative à l’illustration. Une exploitation des données fournies dans le tableau Excel peut se faire en isolant tous les noms suivis de ce code, formulé comme suit : « $30440 », à la fois dans la colonne « auteur principal » et dans la colonne « auteur secondaire ». Il est ensuite possible de traiter ces informations par un tableau croisé dynamique qui nous rapporte le nombre d’occurrence de ces autorités auteur et donc le nombre d’ouvrages illustrés. Nous avons procédé à ce traitement pour les années 2017 et 2018. Sans surprise, les illustratrices et illustrateurs sont un peu moins « prolifiques » que les autrices et auteurs de texte, mais les chiffres demeurent importants. Des noms reconnus, comme celui de Quentin Blake, continuent à figurer en tête de classement et confortent le succès du fonctionnement en séries – Petit ours brun avec Danièle Bour, Tom-Tom et Nana avec Bernadette Després, T’choupi avec Thierry Courtin.

Illustration 6 : La volumétrie des livres jeunesse reçus au dépôt légal en 2017 et 2018 : classement par illustrateur.

20D’autres noms moins connus font également partie du palmarès. Ces illustratrices et illustrateurs, souvent beaucoup plus jeunes, sont pour beaucoup rattaché·e·s à de grandes maisons d’édition et vont illustrer leur production, réaffirmant ainsi l’identité de certaines séries ou collections. C’est le cas d’Ariane Delrieu, qui illustre plusieurs séries pour Albin Michel jeunesse, ou d’Aurélie Grand qui œuvre notamment chez Milan ou Rageot.

De l’édition à l’impression

21Les chiffres du dépôt légal sont également une bonne piste pour l’étude des acteurs de la chaîne du livre – tout comme de la chaîne de production d’autres types de ressources. Une étude portant sur les maisons d’édition jeunesse peut s’avérer plus complexe, car, contrairement aux notices d’autorité auteur, il n’existe pas dans le catalogue de la BnF de notices d’autorité éditeur. Le nom de la maison d’édition est donc enregistré tel qu’il figure sur la publication, ce qui rend un traçage systématique plus complexe. Néanmoins, il est possible de tirer certaines conclusions. L’Observatoire montrait ainsi une forte concentration de l’activité éditoriale, puisqu’en 2018, les dix principaux éditeurs de livres jeunesse concentraient 28% des dépôts. Cependant, le dépôt légal témoigne aussi de la permanence de petits déposants (maisons d’édition associatives, collectivités territoriales, auto-édition…). En 2018, plus de 1000 éditeurs ont ainsi déposé moins de 5 titres.

  • 19 D. Vallauri, C. Moitié, M. Garin, A. Meunier, L. King, J. Tavernier (dir.), Les livres de la jungle (...)

22Le secteur de l’impression peut également être passé au crible des données du dépôt légal. Les imprimeurs de livres sont systématiquement indiqués, dès lors que leur mention figure bien sur la publication. Ce domaine est particulièrement visé par l’étude du WWF sur l’impact écologique de la filière du livre jeunesse. On y lit ainsi que « une part de l’édition française est aujourd’hui imprimée dans des pays à risques potentiels en ce qui concerne l’approvisionnement en papier. Les impressions en Asie (Chine, Malaisie, Singapour) représentent 3,9% en moyenne du nombre de titres français entre 2006 et 2016. Pour l’édition jeunesse, ce même taux est égal à 14,1%19. » Les chiffres du dépôt légal confirment que l’édition jeunesse est particulièrement concernée par la délocalisation des activités d’impression et donnent des ordres de grandeur encore supérieurs. Ainsi, en 2018, 64% des livres jeunesse édités ou diffusés en France étaient imprimés en dehors de France – cette proportion retombe à 38% si on examine l’ensemble des livres reçus en 2018. Les impressions réalisées en Chine représentent 20% des impressions de livre jeunesse, contre 18% dix ans plus tôt. Des typologies de documents bien particulières sont concernées, comme les livres pop-up, les livres-objets, les coffrets, etc. En Europe, ce sont notamment l’Espagne (13% des impressions), l’Italie (8%) ou encore la Pologne et la Roumanie (3%) qui occupent une place importante sur ce marché.

23Les données bibliographiques issues du dépôt légal peuvent donc venir à l’appui d’études sur le secteur culturel ou d’analyses scientifiques, illustrer des axes de recherche ou en ouvrir d’autres. Si l’Observatoire et le présent article esquissent certaines pistes, il va de soi que de multiples autres possibilités s’ouvrent à celles et ceux qui se plongent dans cet univers foisonnant.

Haut de page

Notes

1 Pour en savoir plus sur le dépôt légal, il est possible de consulter les pages dédiées sur le site de la BnF : https://www.bnf.fr/fr/quest-ce-que-le-depot-legal ainsi que les statistiques des documents reçus : https://www.bnf.fr/fr/depot-legal-chiffres-cles.

2 https://catalogue.bnf.fr/.

3 https://bibliographienationale.bnf.fr/.

4 https://bibliographienationale.bnf.fr/content/bibliographie?selectedComp=observatoire.

5 https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/observatoire-du-depot-legal/.

6 https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/r/31da76e3-8347-4251-a7d8-680c4c0a669e.

7 Estampes, photographies, imagerie font l’objet d’un dépôt légal au département des Estampes et de la photographie de la BnF, mais les notices de ces documents ne sont pas publiées dans la Bibliographie nationale française.

8 https://catalogue.bnf.fr/recherche-uni-jeun.do?pageRech=ruj.

9 S’ils ne font pas l’objet de notices bibliographiques unitaires, ces documents sont néanmoins bien conservés à la BnF : ils sont en effet traités par lots et rejoignent le fonds des Recueils du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, ou le département des Estampes et de la photographie.

10 Les notices d’images animées ou de jeux vidéo les font figurer lorsqu’elles sont présentes sur le document, mais une exploitation systématique demeure difficile.

11 Syndicat national de l’édition, Les chiffres de l’édition du SNE : l’édition jeunesse 2017-2018 [en ligne], juin 2018, url : https://www.sne.fr/document/synthese-des-chiffres-jeunesse-2017-2018/ [consulté le 10-03-2020].

12 Chiffres issus de l’Observatoire édition 2019, en cours de rédaction.

13 Viviane Ezratty, « Un peu, beaucoup, à la folie... passionnément ? », Bulletin des bibliothèques de France (BBF) [en ligne], 2004, n° 3, p. 13-21, url : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2004-03-0013-003 [consulté le 01-03-2020].

14 Daniel Vallauri, Chloé Moitié, Manon Garin, Antoine Meunier, Lika King, Julien Tavernier (dir.), Les livres de la jungle. L’édition jeunesse française abîme-t-elle les forêts ? [en ligne], Paris, WWF-France, 2018, url : https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc-2018-03/180312_rapport_livres_de_la_jungle.pdf [consulté le 01-03-2020].

15 Les interventions et leur compte-rendu sont accessibles à la page suivante : https://www.sne.fr/evenement_sne/assises-de-la-litterature-jeunesse-2eme-edition/ [consultée le 15-03-2020].

16 Cette analyse avait été réalisé en partenariat avec le CNLJ et est également développée dans un article dédié à l’Observatoire dans la Revue des livres pour enfants, voir : « 88 027 livres et 1 009 périodiques jeunesse ! 10 ans de dépôt légal à la loupe », Revue des livres pour enfants, n° 308, septembre 2019, p. 195-199.

17 Bruno Racine, L’auteur et l’acte de création, Ministère de la culture, janvier 2020, p. 25. Le rapport note ainsi que d’après la Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesse, les femmes représenteraient près de 70% des auteurs de littérature pour la jeunesse.

18 Table des codes de fonction applicables dans le format Unimarc (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur, guide du Sudoc) : http://documentation.abes.fr/sudoc/formats/unmb/DonneesCodees/CodesFonctions.htm Le format employé à la BnF étant le format Intermarc, les codes de fonction peuvent être légèrement différents.

19 D. Vallauri, C. Moitié, M. Garin, A. Meunier, L. King, J. Tavernier (dir.), Les livres de la jungle, op. cit., p. 6.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration 1 : Couverture de l’édition 2018 de l’Observatoire du dépôt légal (https://www.bnf.fr/​fr/​lobservatoire-du-depot-legal)
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/4641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Illustration 2 : Site de la Bibliographie nationale française : exemple d’une recherche filtrée sur le critère « public jeunesse » (https://bibliographienationale.bnf.fr/​)
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/4641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Illustration 3 : La volumétrie du livre jeunesse reçu au dépôt légal : évolutions sur dix ans. Graphique issu de l’édition 2018 de l’Observatoire du dépôt légal, p. 8.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/4641/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Illustration 4 : La volumétrie des livres jeunesse reçus au dépôt légal en 2017 et 2018 : classement par auteur du texte. Graphique issu de l’édition 2018 de l’Observatoire du dépôt légal, p. 12.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/4641/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Illustration 5 : La volumétrie des livres jeunesse reçus au dépôt légal en 2009 et 2010 : classement par auteur du texte. Graphique issu de l’édition 2018 de l’Observatoire du dépôt légal, p. 12.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/4641/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Illustration 6 : La volumétrie des livres jeunesse reçus au dépôt légal en 2017 et 2018 : classement par illustrateur.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/4641/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Laforêt, « La production culturelle pour la jeunesse au prisme du dépôt légal », Strenæ [En ligne], 16 | 2020, mis en ligne le 17 juin 2020, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/strenae/4641 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.4641

Haut de page

Auteur

Alice Laforêt

Bibliothèque nationale de France
alice.laforet@bnf.fr

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals