Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le jouet et la culture enfantine, Guide des collections du Musée du Jouet de Poissy

Olivier Berger
Référence(s) :

Michel Manson, Hélène Meyer-Roudet, Le jouet et la culture enfantine, Guide des collections du Musée du Jouet de Poissy, Paris, Mare et Martin, 2019, 120 p., ISBN 979-10-92054-98-9, 19 Euros.

Texte intégral

1Le nouveau catalogue des collections, particulièrement somptueux dans sa présentation et riche dans son contenu, vient de paraître à la suite de la rénovation du Musée du Jouet de Poissy. Institution fondée en 1976, c’est une référence en France, avant la création d’un second musée à Moirans (Jura), entres autres, dans une région historique de fabrication de jouets.

  • 1 Collectif [Musée du Jouet de Poissy], Drôles de jouets ! André Hellé ou l’art de l’enfance, Paris, (...)

2La direction scientifique en a été assurée par Michel Manson, Professeur émérite de l’Université Paris XIII, spécialiste des objets culturels de l’enfance, et Hélène Meyer-Roudet, Conservateur du patrimoine, directrice des musées de la Ville de Poissy. Il s’agit du même éditeur de livres d’art qui avait publié un catalogue de l’exposition temporaire consacrée à André Hellé, en 20121.

3À l’occasion des travaux de rénovation, les espaces intérieurs du musée ont été transformés afin de renouveler totalement la muséographie. Désormais, l’approche choisie est à la fois chronologique et thématique. Ceci se vérifie dans le sommaire de l’ouvrage, qui propose des chapitres s’ouvrant par une présentation générale, suivie d’une illustration du sujet par des objets représentatifs, issus des collections du Musée, qui a bénéficié d’un dépôt du Louvre pour la partie concernant les jouets de l’Antiquité.

  • 2 Michel Manson, Annie Renonciat, « La culture matérielle de l’enfance : nouveaux territoires et prob (...)

4La bibliographie et les crédits photographiques, comme les crédits des objets des collections, montrent un travail préparatoire très solide. Il est difficile de bien cerner le jouet qui déborde l’histoire sociale, touchant à la fois à l’histoire des techniques, l’histoire de l’enfance, ou encore à l’histoire des loisirs et de la vie privée. Ici les auteurs développent une argumentation convaincante très documentée, ce qui apporte de la valeur ajoutée à leur catalogue. Pour un bilan historiographique détaillé sur le sujet, on peut se reporter à l’introduction du numéro 4 de Strenae (2012), par Michel Manson et Annie Renonciat2.

5L’ouvrage est bien problématisé (p. 11), les auteurs reviennent sur une idée reçue voulant qu’une culture de l’enfance aurait existé de tous temps, dans toutes les civilisations. Aussi, en s’appuyant sur des sources très variées telles que l’archéologie, la littérature ou l’iconographie, ils relatent la naissance des jouets dans l’Antiquité et le Moyen Âge, où commencent à apparaître certains types de jouets, notamment dans le monde gréco-romain. Les matériaux sont « écologiques », produits par l’enfant et son entourage : terre, sable, bois, os, mais aussi ivoire, terre cuite, bronze. Ce sont les parents qui fabriquent les jouets, sinon des artisans. On retrouve des hochets, poupées, billes et balles, chariots et animaux miniatures. Ils ont une fonction religieuse ou symbolique, sans être forcément utilisés pour le jeu. Le xiie siècle révèle une nouvelle sensibilité vis-à-vis de l’enfance. Des artisans vendent des jouets aux pèlerins, on en trouve aussi dans les grandes foires. L’iconographie prouve un usage des jouets en tant que symboles des différents âges de l’enfant.

6Dans la France du xvie au xviiie siècle, les jouets sont d’abord des sous-produits de l’artisanat, car les artisans fabriquent en miniature, dans des matériaux identiques, ce qu’ils fabriquent en taille normale : dînettes chez le potier, poupées de chiffons chez le couturier… Les corporations entraînent une production plus commerciale des jouets, se distinguant des productions « écologiques », suivant la place plus importante accordée à l’enfant dans la société. Ce sont les merciers qui deviennent les premiers marchands de jouets généralistes. Ils se mettent à en fabriquer eux-mêmes, à en exporter, et réunissent des artisans qui travaillent pour eux. La production, qui commence à atteindre une grande quantité au xviiie siècle, montre que l’on fabrique une gamme variée allant du très bon marché au produit de luxe. On connaît ces jouets par l’image, dont les tableaux de Brueghel, suivis par des gravures ou estampes témoignant d’une volonté encyclopédique de nommer ou montrer l’ensemble des jouets. Des portraits d’enfants mettent en scène ces derniers dans leurs rapports à leurs jouets, reproduits avec de plus en plus de précision, tels les cerceaux, toupies, balles ou poupées. C’est à partir de 1534 que le mot jouet fait son apparition, les traités d’éducation en parlent, ainsi chez Montaigne, Locke, ou Rousseau. Ces auteurs s’accordent sur l’utilité du jouet qui doit instruire en amusant. On retrouve les jouets mis en scène dans la littérature de jeunesse vers le milieu du xviiie siècle, on affirme que le temps de l’enfance doit être un temps respecté et que le jouet contribue à l’épanouissement de l’enfant – chez Madame de Genlis par exemple. Les collections du Musée présentent des gravures accordant une place nouvelle au jouet, devenu plus réaliste, et vendu par des marchands ambulants dans la rue.

7L’aventure du jouet se poursuit dans la première moitié du xixe siècle : la Révolution française supprime les corporations, libérant la profession de marchand ou créateur de jouets. Ces marchands ou fabricants sont de plus en plus nombreux au fil du siècle, employant des centaines d’ouvriers dans de petits ateliers : le secteur est en phase de pré-industrialisation. Un marché est en train de se développer, certainement par suite de la demande des classes supérieures de la société, qui offrent des jouets lors de la période de Noël. Le commerce devient international, avec des exportations, et les expositions universelles de 1851 et 1855 jouent le rôle de vitrine des fabricants. On doit désormais compter avec la concurrence de l’Allemagne, pays qui a entraîné un changement de perception de l’enfance dans une acception positive, grâce au romantisme : le jouet contribue au bien-être et au développement de l’enfant. Néanmoins, cette valorisation arrive dans la seconde moitié de ce siècle. Toute une littérature aborde la question des jeux de garçons ou de filles : activités physiques ou militaires contre jeux de poupées, afin de préparer les uns et les autres à leur rôle futur dans la société. Le savoir sur le monde de l’enfance préfigure les recherches en psychologie : les Allemands introduisent le jouet dans l’école en vue de développer la créativité, suivis bien plus tard par les Français. Les auteurs ont raison de souligner les contradictions de cette période, où la bourgeoisie s’émerveille devant l’enfant qu’elle fait travailler en usine ou dans les mines… De même, l’accès aux jouets diffère selon la catégorie sociale et, malgré un abaissement des prix, il reste réservé aux classes supérieures. Les poupées au corps en bois et tissu ou cuir bourré de sciure font leur apparition, les chevaux en bois connaissent un certain succès, les petits soldats napoléoniens servent aussi la propagande du régime. Beaucoup de jeux affirment un caractère pédagogique à l’instar de la littérature de jeunesse, tandis que d’autres sont faits pour distraire, comme le phénakistiscope, premier d’une grande lignée de jouets d’optique.

  • 3 Cet aspect était particulièrement visible dans l’exposition Guerre et poste, l’extraordinaire quoti (...)

8Le secteur du jouet se développe davantage à partir du Second Empire, prenant de l’ampleur comme on le constate en examinant les différentes expositions universelles jusqu’à celles de la jeune IIIe République. Cette seconde moitié du xixe siècle est considérée par les auteurs comme l’âge d’or des jouets. Le jouet témoigne de la place nouvelle prise par l’enfant mais reflète aussi la société industrielle en plein essor, les travaux d’Haussmann repoussant les usines à l’Est de Paris, sinon en banlieue, où l’usine Jumeau, à Montreuil, maîtrise toute sa chaîne de production. Le jouet en tant que secteur se structure à travers des chambres syndicales sous la IIIe République, les grands magasins intègrent un rayon spécialisé, leurs catalogues le font connaître lors de la période de Noël, devenue une fête des enfants. Michel Manson voit une véritable pensée esthétique derrière le jouet, notamment le jouet d’artiste (Caran d’Ache puis André Hellé, plus tard), intégrant le souci du design. Des auteurs réfléchissent à l’histoire du jouet, dont Henri-René d’Allemagne (1902). Un univers enfantin, favorisé par l’école et la société industrielle qui considère l’enfant comme un client potentiel, est en train de se mettre en place. Dans les familles bourgeoises, les enfants ont leur chambre, leurs livres, leurs meubles. Le jouet participe non seulement de la formation initiale, mais contribue au formatage des enfants avant la Grande Guerre, dans le cadre de l’hostilité à l’Allemagne née de la défaite de 1870-18713. Cette hostilité se poursuit, en attendant, dans une guerre commerciale contre les jouets d’Outre-Rhin. La période étudiée ici est abondamment illustrée par des objets du Musée. On notera l’évolution dans la fabrication des poupées, auxquelles les petites filles doivent s’identifier, la sortie du Bébé de Jumeau leur permettant d’envisager leur futur rôle de mère. La mode de l’époque se reflète sur les vêtements ou le mobilier de ces poupées. On voit que la scolarisation des enfants contribue à diffuser le livre, notamment illustré, dans les familles, aussi la littérature jeunesse suit-elle le mouvement. Beaucoup de jeux d’optique préfigurent le cinématographe.

  • 4 L’un d’eux, reproduit en p. 82, s’intitule Kamerad (camarade). Il consiste à abattre trois soldats (...)

9La première moitié du xxe siècle, avant le cataclysme de la Grande Guerre, correspond selon les auteurs à la mise en place des bases de ce qui devient le jouet contemporain. Un saut qualitatif et quantitatif s’opère avec l’industrialisation du jouet, le souci esthétique, ceci en lien avec les sciences de la pédagogie et de la psychologie de l’enfant. Quand le choc de la guerre survient, une césure s’opère. En effet, les historiens de l’enfance ont démontré l’embrigadement total des enfants à travers des jouets guerriers4 ; en même temps, la propagande lance la guerre contre le jouet allemand, qu’il s’agit de détrôner par des jouets de production nationale. Après guerre, les soldats mutilés sont en partie reconvertis dans la fabrication de jouets en bois sans connotations militaires. Un regroupement s’opère alors entre les industriels du jouet français contre la concurrence germanique. De nouveaux matériaux apparaissent, comme le celluloïd, lavable et léger, autour de 1910 ; il prend son essor entre les années 1930 et les années 1950, au détriment de la porcelaine. Des industriels du jouet en ferblanterie s’associent en 1902 pour former la marque JEP, le Jouet de Paris. Les trains et voitures se développent pour les garçons, avec les jouets scientifiques : on retiendra les marques Solido, Dinky Toys, Hornby, créateur du Meccano, jeu au succès notoire qui connaît un développement réussi dans l’entre-deux-guerres. En 1903, c’est la naissance de l’ours en peluche, dont les formes ont su évoluer pour s’arrondir, révélant une réflexion sur la relation de l’enfant à sa peluche.

10En fait, c’est la société marchande qui prend conscience de la place de l’enfant en tant que clientèle à part entière, ce qui n’est pas exprimé clairement dans le livre, alors même que l’attention portée à l’enfant par les milieux de la pédagogie ou de la psychanalyse poussent vers un changement de perception de l’univers des êtres au jeune âge. C’est ainsi que les grands magasins parisiens proposent du mobilier en bois pour enfant. André Hellé en est l’un des stylistes. Du côté des écoles, on cherche à rendre les enfants plus actifs. Ces derniers bénéficient de la multiplication des titres de presse ou de bandes dessinées bon marché qui leur sont destinés dans l’entre-deux-guerres, des personnages font leur entrée en scène : Babar, Mickey, personnages du cinéma d’animation de Walt Disney. Les fabricants industriels, en bons commerçants, ne manquent pas de lancer sur le marché des produits dérivés, qui connaissent du succès après la Seconde guerre mondiale. Il faut préciser ici que la plupart de ces jouets sont onéreux, donc réservés à une clientèle bourgeoise. Les tendances du jouet émanent directement de cette catégorie sociale qui est en position de force pour imposer son modèle de l’enfance, comme le notent les auteurs dans le titre de cette partie.

  • 5 Il s’agit d’une évocation d’un bus lié à une compagnie de chemin de fer. Ces compagnies, antérieure (...)
  • 6 Citation d’André Citroën de 1923, rapportée dans Philippe Addor, Suzy Doleyres, Magali Koenig, Joue (...)

11On peut constater que le jouet, quelle que soit sa nature, est toujours le reflet de la société, de ses technologies, d’un contexte culturel ou politique. Tous les ingrédients sont réunis pour identifier la naissance d’une société de consommation de masse, avec des éléments qui sont amenés à devenir des référentiels d’une culture commune : les héros de la littérature jeunesse de Rabier, Brunhoff, Hellé, Disney, arrivent dans le monde de la culture de l’enfance. La production de masse parvient à donner les mêmes jouets par centaines aux jeunes enfants : puzzles en carton, jeux de constructions en bois initiant à la ville moderne ou maison de poupées comme une étonnante « villa Deauville », en p. 99, inspirée des maisons victoriennes de type bay and gable. Les jeux de plage font leur apparition avec l’engouement pour les colonies de vacances ou les premiers séjours de congés payés, sous l’impulsion du mouvement hygiéniste conjugué au courant pédagogue. Le jouet suit l’évolution technique des moyens de transports, ainsi que le montre la partie des collections du Musée consacrée à l’automobile, le train, l’avion ou le bateau en tôle pliée. Les véhicules s’inspirent des Renault (doc. 4 p. 1025, doc. 5 p. 103) avec le capot caractéristique en « gueule d’alligator », Citroën édite ses propres jouets, réalistes (doc. en photo et doc. 3 p. 102), qui servent de publicités, puisque selon son patron, « l’enfant est le client de l’avenir6 » [sic], le jouet étant un support servant à pénétrer les foyers pour se faire connaître. La mode du design transparaît avec la voiture du doc. 6 p. 103, du type Chrysler Airflow, inspiré du style streamline moderne, repris par Peugeot avec la ligne « fuseau Sochaux » (sur les Peugeot 202, 302 et 402). L’autorail Bugatti PLM ou la Micheline sont réinterprétés par les fabricants JEP ou LR. Avions ou bateaux, enfin, sont de tous styles, du plus simple au plus sophistiqué, pour tous les budgets. Encore une fois, la Seconde guerre s’incarne dans les jouets ou se reflète sur ceux-ci. Le Maréchal est sur les puzzles, les tickets de rationnement entrent dans un jeu de société, plus tard, la panoplie du petit résistant permet de rejouer à la Libération, avec une arme inspirée du fusil-mitrailleur Thompson et une grenade allemande à manche. On a l’impression que le jouet est là pour dédramatiser, exorciser la guerre, ou la rendre acceptable aux yeux des plus jeunes, comme si elle faisait partie de leur environnement.

  • 7 La mode de la girafe serait née au xixe siècle, suite à la venue de la girafe offerte à Charles X p (...)

12Tout change depuis la Seconde guerre mondiale, ou plutôt après sa fin. La victoire des Américains introduit en Europe leur culture de la consommation. Les auteurs observent une continuité entre les types de jouets, mais ce sont les matières qui changent avec l’introduction du plastique, tout comme l’échelle de production, qui devient massive, au fur et à mesure de l’entrée de la France dans les Trente Glorieuses, après l’introduction du plan Marshall pour relancer l’économie. Les fabricants du Jura passent du bois au plastique, Smoby, Jouef, Berchet se lancent dans une production de masse à prix accessibles, inscrivant leur succès dans la longue durée. Une nouvelle culture de l’enfance se développe, qui est très liée à l’essor de la télévision et s’incarne dans la création de nombreux produits dérivés. Le secteur de la psychologie de l’enfant, à travers des experts, est consulté par les fabricants avant la commercialisation de jouets du premier âge, ce qui est une nouveauté de la seconde moitié du xxe siècle, comme l’affirment avec raison les auteurs. Le caoutchouc ou le plastique étant résistants et hygiéniques, ils sont les matériaux indiqués pour les hochets ou jouets mous en forme d’animaux, telle la girafe Sophie7, de Delacoste. Si les animaux continuent à figurer parmi les jeux traditionnels d’imitation du monde de la ferme, et que le bois résiste (comme la firme Jeujura spécialisée dans les maisons miniatures à construire), ce sont de nouveaux univers ludiques qui caractérisent la période : les jeux de construction Lego, les Playmobil, consacrent le plastique pour créer une diversité infinie de jouets dans les années 1950 à 1970 (et jusqu’à aujourd’hui). Les poupées ne sont pas en reste : la figure de Barbie est déclinée dans tous les métiers, avec tous les vêtements imaginables. La télévision amène de nouveaux personnages, ceux de Bonne nuit les petits, du Manège enchanté, ou encore les héros américains comme Spiderman ; Disney, quant à lui, occupe une place de choix. La thématique du jouet est alors saisie en tant qu’objet de recherche par des universitaires (on pense à Philippe Ariès), le loisir commence à prendre une certaine place dans la société.

  • 8 Ce point aurait mérité plus de développement : le jouet est devenu un outil de propagande dans les (...)
  • 9 En p. 125 (photo 6), le taxi Dinky Toys aux couleurs de la compagnie G7 n’est pas une Simca Ariane (...)
  • 10 Dans Le Professionnel de Georges Lautner (1981), on peut voir une collection de robots-jouets dans (...)
  • 11 Martine a été déclinée en poupée avec accessoires par la firme Berchet.
  • 12 Cette série de BD belge, éditée par Dupuis, est emblématique des années 1970. Son auteur est fascin (...)

13Suite aux bouleversements technologiques ayant donné naissance à l’informatique, les premiers ordinateurs et consoles de jeux vidéo apparaissent dans les années 1960 pour prendre un développement considérable. Un nouvel univers de la culture de l’enfance investit le virtuel : monde d’aventure, de violence, de performance dans des contrées fantastiques, accompagnés de produits dérivés, basés par exemple sur les personnages de Super Mario de Nintendo ou Sonic de Sega. Il s’est ajouté à cela une certaine mode pour l’espace et la science-fiction – sur fond de guerre froide entre les deux Blocs8 – qui n’a cessé de fasciner le public, comme en témoigne la saga Star Wars (1977). Ici, la rupture est brutale. Comme elle semble durable par rapport aux jeux traditionnels, ce point ne nous paraît pas assez souligné dans le livre, ni dans le Musée qui pourrait accorder une place plus importante à ce secteur dans la présentation des collections. Néanmoins, les auteurs notent à juste titre que le jouet/jeu et la culture enfantine sont entrés dans une phase de mondialisation et de production industrielle de masse, car cette culture « s’est construite par hybridation des aires culturelles américaine, européenne et asiatique » [sic, p. 111]. La révolution internet ne peut que maintenir ce mélange de modes qui se diffusent toujours plus rapidement, et dont les résultats ne sont pas forcément heureux. Parmi les objets présentés, les trains en tôle vivent leurs derniers jours, les voitures en zamak de Dinky Toys connaissent un engouement extraordinaire sous les Trente Glorieuses9, le jouet devient plus accessible, moins élitiste, il suit les évolutions technologiques, influencé par la robotique et l’électronique10. Entre BD et mangas, la littérature jeunesse continue d’être florissante. De nouveaux personnages apparaissent : Martine de Marcel Marlier11, Caroline de Pierre Probst, Pif le chien de José Arnal, Tintin de Hergé, Le Club des Cinq, Yoko Tsuno de Roger Leloup…12 Plus tard, les dessins animés japonais, à partir de la fin des années 1970, ouvrent la voie à de nouvelles figures, les séries télévisées Bioman, dans la décennie suivante, permettent de lancer de nouveaux jouets et produits dérivés (figurines, images à coller dans un album…). Les supports nouveaux que sont les tablettes, embarquant des jeux virtuels, constituent encore une rupture en ce début du xxie siècle.

  • 13 Des précisions manquent parfois dans le catalogue. En page 57 (photo 6), la maison explosive sert à (...)
  • 14 Dans l’idée, émise par Clouscard, de séduire l’acheteur pour lui faire consommer n’importe quoi. Cf (...)

14Cet ouvrage est tout à fait simulant. Il reste à explorer en profondeur certains aspects du sujet13, qui pourront donner lieu à des catalogues thématiques, en lien avec des expositions temporaires. L’étude des jeux de société, des maquettes à monter, de l’aéromodélisme ou du modélisme ferroviaire, entre le jouet pour enfant et le jeu pour adulte, sont autant de pistes à ouvrir. Il en serait de même d’une étude des objets promotionnels offerts avec un achat (comme les cadeaux des lessives Bonux ou les jouets des céréales du matin), révélateurs des pratiques de consommation des familles avec enfants. Il serait intéressant d’examiner le marketing du jouet, l’évolution de la publicité et des emballages, pour susciter l’acte d’achat14. Comment ces politiques ont-elles été pensées dans le temps ? Quelles étaient les clientèles de telle catégorie de jouet ? Comment expliquer le succès ou le déclin de tel produit ?

  • 15 Clive Lamming, Les jouets anciens, Paris, Éditions Atlas (édité en Belgique et en Suisse), 1982, ré (...)
  • 16 P. Addor, S. Doleyres, M. Koenig, Jouets d’autrefois, op. cit.
  • 17 Ainsi de l’expert François Theimer, qui s’appuie sur l’étude des brevets d’invention du domaine du (...)

15Si le chercheur ou le curieux souhaite parcourir d’autres collections, il peut compléter sa lecture par des ouvrages généraux, sinon spécialisés sur un thème ou une marque. On citera comme somme d’érudition sur le sujet, même si elle est un peu datée, Les jouets anciens, de Clive Lamming, parue en 1982, dont l’auteur est un spécialiste de l’histoire des techniques qui a rédigé plusieurs monographies sur le train-jouet15. Tout aussi intéressante est l’approche de Philippe Addor, psychopédagogue suisse, dans Jouets d’autrefois, qui examine les jouets anciens selon une approche culturelle et anthropologique16. On ne s’étonnera pas que certains de ces auteurs soient également des collectionneurs, la passion pour cet objet d’études qu’est le jouet ne s’arrêtant pas à la porte des laboratoires d’universités17.

Haut de page

Notes

1 Collectif [Musée du Jouet de Poissy], Drôles de jouets ! André Hellé ou l’art de l’enfance, Paris, Mare et Martin, 2012, 80 p., ISBN 9782849341117, 10 Euros. Compte-rendu par nos soins sur Histara, mis en ligne le 10 juillet 2013, url : http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=1905&lang=fr [page consultée le 13 octobre 2019].

2 Michel Manson, Annie Renonciat, « La culture matérielle de l’enfance : nouveaux territoires et problématiques », Strenae [en ligne], n° 4, 2012, url : https://journals.openedition.org/strenae/750 [page consultée le 26 novembre 2019].

3 Cet aspect était particulièrement visible dans l’exposition Guerre et poste, l’extraordinaire quotidien des Français en temps de guerre, 1870-1945, tenue au Musée de La Poste de Paris, d’octobre 2007 à mars 2008. Cf catalogue d’exposition, par Laurent Albaret, illustrations de Jacques Tardi, Bruxelles, Casterman, 2007, 102 p.

4 L’un d’eux, reproduit en p. 82, s’intitule Kamerad (camarade). Il consiste à abattre trois soldats allemands levant les bras à l’aide d’un lance-pierre. Ils sont censés prononcer le mot Kamerad, pour exprimer leur reddition et leur crainte d’être exécutés, donnant d’eux une image de lâcheté. Le message est clair : il ne faut pas faire de prisonniers. C’est donc un jeu éloigné de l’esprit des conventions de Genève.

5 Il s’agit d’une évocation d’un bus lié à une compagnie de chemin de fer. Ces compagnies, antérieures à la SNCF (donc à 1938), ayant eu pour habitude de développer le tourisme en couplant leurs trains supplémentaires, dits « trains de plaisir », avec des autocars sous leur bannière, le monde du jouet ne pouvait ignorer cet aspect.

6 Citation d’André Citroën de 1923, rapportée dans Philippe Addor, Suzy Doleyres, Magali Koenig, Jouets d’autrefois, Lausanne, Mondo, coll. Trésors des collections suisses, 1990, 155 p., p. 73.

7 La mode de la girafe serait née au xixe siècle, suite à la venue de la girafe offerte à Charles X par le Pacha d’Égypte. Cf Eric Baratay, « Une girafe à la ville (1826-1827). Écrire la rencontre de son point de vue », Revue d’histoire du xixe siècle, vol. 1, n° 54, 2017, p. 47-62, ici p. 47-48.

8 Ce point aurait mérité plus de développement : le jouet est devenu un outil de propagande dans les deux camps notamment celui de l’Ouest, dont la France faisait partie, en montrant aux enfants que son camp dispose d’une technologie sophistiquée face à toute menace de guerre contre des « ennemis virtuels » qui ne sont pas nommés mais que beaucoup auront reconnu comme les Soviétiques. Chars lunaires et vaisseaux spatiaux étaient également produits dans le Bloc de l’Est jusqu’à sa chute, avec des techniques dépassées de tôle lithographiée et agrafée, l’outil de production n’y ayant pas évolué depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

9 En p. 125 (photo 6), le taxi Dinky Toys aux couleurs de la compagnie G7 n’est pas une Simca Ariane mais une Peugeot 404, devant la boîte d’une Ariane.

10 Dans Le Professionnel de Georges Lautner (1981), on peut voir une collection de robots-jouets dans l’appartement du capitaine Valéras / Michel Beaune.

11 Martine a été déclinée en poupée avec accessoires par la firme Berchet.

12 Cette série de BD belge, éditée par Dupuis, est emblématique des années 1970. Son auteur est fasciné par la technologie. Il a exécuté pour Hergé les dessins de machines dans Tintin.

13 Des précisions manquent parfois dans le catalogue. En page 57 (photo 6), la maison explosive sert à démontrer l’utilité du paratonnerre ; en p. 59 (ph. 2), le jeu se rapporte aux guinguettes réelles du Plessis-Piquet, devenu le Plessis-Robinson, qui avait des restaurants avec tables suspendues dans des cabanes sur des arbres. En page 71 (ph. 5), il s’agit du viaduc d’Auteuil représenté sur un cube.

14 Dans l’idée, émise par Clouscard, de séduire l’acheteur pour lui faire consommer n’importe quoi. Cf Michel Clouscard, Le Capitalisme de la séduction, Paris, Éd. sociales, 1981, 247 p., rééd. Paris, Delga, 2006, 340 p.

15 Clive Lamming, Les jouets anciens, Paris, Éditions Atlas (édité en Belgique et en Suisse), 1982, rééd. 1985, 240 p. Cet auteur, qui s’est appuyé notamment sur les collections de Poissy, a consacré des livres au modélisme ferroviaire depuis les années 1960, avec une approche innovante, contribuant à faire passer le train miniature du jouet pour enfant au modèle pour collectionneur adulte. L’auteur, par ailleurs docteur en histoire, a publié notamment Hornby, les trains français en O et HO, Auray, Loco Revue Presse, 2007, 290 p. ; Un siècle de trains miniatures en France, 1915-2015, Auray, LR Presse, 2015, 280 p. ; Patrimoine ferroviaire, Paris, Éditions du Patrimoine, coll. Patrimoines en perspective, 2017, 256 p. ; Jouef l’intégrale, Auray, LR Presse, 3e éd. 2018, 350 p.

16 P. Addor, S. Doleyres, M. Koenig, Jouets d’autrefois, op. cit.

17 Ainsi de l’expert François Theimer, qui s’appuie sur l’étude des brevets d’invention du domaine du jouet, dans Les jouets, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 1996, n° 3056, 128 p. Il s’est spécialisé dans les poupées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Berger, « Le jouet et la culture enfantine, Guide des collections du Musée du Jouet de Poissy », Strenæ [En ligne], 16 | 2020, mis en ligne le 17 juin 2020, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/strenae/4746

Haut de page

Auteur

Olivier Berger

28 Résidence La Vallée
91120 Palaiseau

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals