Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Dossier thématiqueLa vogue du jouet militaire dans ...

Dossier thématique

La vogue du jouet militaire dans la première moitié du xxe siècle

The vogue for military toys in the first half of the 20th century
François Mesqui

Résumés

La présente étude longitudinale propose une méthodologie de quantification de la vogue du jouet militaire sur la première moitié du xxe siècle. Du début du siècle jusqu’aux années 1920, l’engouement pour le jouet militaire est aussi fort qu’au siècle précédent mais culmine pendant la Première Guerre mondiale pour retomber à un niveau bien inférieur à celui d’avant le conflit, qu’il garde jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Cette vogue semble être liée à l’importance du rôle éducatif du jouet militaire dans la préparation patriotique des jeunes, empreinte d’une forte culture militaire héritée du xixe siècle. Dans les années 1920 et 1930, sous l’influence des mouvements féministes et pacifistes, l’éducation embrasse un idéal républicain moins chauvin, plus humaniste et respectueux des nations, qui réduit l’attractivité du jouet militaire.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Europe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Léo Claretie, Jeux et Jouets - Rapport du Jury International, Gr. XV Cl. 100 - Exposition de 1900, (...)
  • 2 Léo Claretie, Les Jouets, Paris, Librairies-Imprimeries Réunies, circa 1893. Voir aussi : L. Claret (...)

1« Le premier jouet que réclament les petits garçons, c’est un fusil1. » Ainsi commence le paragraphe consacré aux armes et équipements militaires du Rapport du Jury International à l’Exposition de 1900, rédigé par Léo Claretie, homme de lettres féru de jouets auxquels il a consacré de nombreux articles, chroniques et ouvrages2. Il se termine par : « Le bazar est un arsenal qui ne leur fournit jamais assez d’armes. »

  • 3 Henry René D’Allemagne, Musée rétrospectif de la classe 100 : jouets à l'exposition universelle int (...)
  • 4 Peter Friedrich Catel, Mathematisches und physikalisches Kunst-Cabinet, Berlin, Lagarde et Friedric (...)
  • 5 Georg Hieronimus Bestelmeier, Systematisches Verzeichnis eines Magazins von verschiedenen Kunst-und (...)
  • 6 Paul Parfait, « Les Boutiques de Joujoux à un Sou », Musée universel, octobre 1870, p. 210.
  • 7 Jean-Henri Marlet, Le Jour de l’An, Paris, 1824, Lithographie au Musée Carnavalet.
  • 8 Annonce publicitaire Walter, Gazette de France, 29 décembre 1836, p. 4. À noter qu’une lettre minis (...)
  • 9 François Guizot, « Un premier jour de collège », Annales de l’Éducation, vol. 2, Paris, 1811-1813, (...)
  • 10 J. Claretie, « La philosophie des étrennes », dans : Jules Claretie, La vie à Paris : 1880-1910, 18 (...)
  • 11 Jules Delbruck, John Lemoinne, « France - 3 août - Au Rédacteur », Journal des débats politiques et (...)
  • 12 George Smith, The Soldier’s Wife, 1878, huile sur toile, 98 x 136 cm, Torquay, Torre Abbey Museum.

2Les armes font partie des jouets militaires dont Henry René D’Allemagne, archiviste-paléographe et bibliothécaire, retrace la longue tradition dans sa rétrospective3 de 1902. D’Allemagne y divise le jouet militaire en deux classes, les soldats de plomb et les équipements militaires. Nous proposons ici une segmentation plus fine en sept catégories, détaillée dans la vue d’ensemble [ill. 2]. Selon notre estimation, le jouet militaire représente environ 10 % des jouets proposés dans les tout premiers catalogues de vente de jouets par correspondance de Catel4 et de Bestelmeier5 du début du xixe siècle. Il connaît un essor commercial important tout au long du siècle. Le jouet militaire est alors vendu par des camelots, dans des boutiques à un sou6, des boutiques foraines7, des bazars, des magasins d’armes8, des magasins de jouets et enfin, dans le dernier quart du xixe siècle, dans les grands magasins. Il est un cadeau d’étrennes usuel9 et même salué par beaucoup de chroniqueurs et auteurs pour ses vertus d’apprentissage viril du service à la nation10, bien que certaines voix11 se soient élevées contre son effet pernicieux dans l’éducation des garçons. Il n’est pas réservé aux classes aisées comme en attestent deux peintures de la fin du xixe siècle, The Soldier’s Wife12 et Le Coup de Canon [ill. 1].

Illustration 1 : le coup de canon

Illustration 1 : le coup de canon

Charles d’Entraygues, « Le Coup de Canon », Le Monde Illustré, n° 1910, 4 novembre 1893, p. 297

Illustration 2 : Typologie des jouets en sept sous-catégories

Illustration 2 : Typologie des jouets en sept sous-catégories

1a : armes blanches (épées et sabres), 1b : armes de tir (fusils, pistolets, mitrailleuses, canons, etc.) ; 2 : figurines (soldats de bois, plomb ou pâte, en boîte avec diorama) et compositions de carton et bois représentant des scènes militaires (chambrée, écurie, casernement, fort ou fortification, champ de bataille) ; 3 : panoplies ; 4 : jouets mécaniques (automobiles, camions, avions, navires) ; 5 : « poupées » militaires (figurines de feutre ou de carton articulées portant un uniforme) ; 6 : uniformes militaires pour enfants et 7 : jeux de société à thème militaire.

  • 13 Antonin Rondelet, « Les jouets d’enfants à l’Exposition Universelle », L'Univers, 11 septembre 1878 (...)
  • 14 Stéphane Audoin-Rouzeau, La Guerre des enfants : 1914-1918 : essai d’histoire culturelle, Paris, Ar (...)
  • 15 Heike Hoffmann, « „Schwarzer Peter im Weltkrieg“. Die deutsche Spielwarenindustrie 1914-18 », dans  (...)
  • 16 Sonia Müller, « Untold War - New Perspectives in First World War Studies », dans : Heather Jones, J (...)
  • 17 André Postert, Kinderspiel Glückspiel Kriegspiel Grosse Geschichte in kleinen Dingen, Munich, dtv, (...)

3Antonin Rondelet, professeur de philosophie, économiste et romancier, s’amuse à l’issue de sa visite à l’Exposition Universelle de 1878 des « vogues13 » de certaines catégories du jouet militaire, et rapproche ces modes de changements sociétaux. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, la plupart des quotidiens français publient à l’approche des étrennes, souvent en première page, une rubrique d’information sur les nouveautés en matière de jouets et leurs vogues, sans oublier le jouet militaire. Stéphane Audoin-Rouzeau14, en marge de son étude sur la mobilisation de la jeunesse au cours de la Première Guerre mondiale, note au début du conflit une recrudescence des nouveautés dans la catégorie des jouets militaires, tout comme Hoffmann15 et Müller16 pour l’Allemagne et l’Angleterre. Le jouet militaire de l’entre-deux-guerres est surtout étudié sous l’angle de l’embrigadement de la jeunesse par certains totalitarismes de pays voisins (André Postert17). En revanche, il y a peu de publications sur la vogue du jouet militaire durant cette période en France, qui est pourtant marquée par des débats passionnés entre ses adeptes et ses détracteurs. La présente étude longitudinale propose une grille de lecture unique pour tenter d’appréhender la vogue que le jouet militaire a suscitée dans la première moitié du xxe siècle en France.

  • 18 L. Claretie, Jeux et Jouets - Rapport du Jury International, op. cit., p. 343-344.

4Le chiffre d’affaires annuel des ventes de jouets militaires se prêterait bien à caractériser leur succès. Or, de tout temps, les fabricants ou les commerçants répugnent à communiquer leurs chiffres d’affaires, qui sont de nature sensible sur le plan concurrentiel et commercial. Les quelques statistiques publiées dans les rapports d’Expositions Universelles sont peu fiables, comme celles qui sont estimées18 de manière fantaisiste par Léo Claretie, dans son rapport ci-dessus mentionné.

  • 19 Estimation d’après : A. Clavel, Annuaire officiel des jouets & jeux, des bazars, bimbeloterie, arti (...)

5Dans la méthodologie originale proposée ici, l’offre dans une catégorie de jouets désigne le choix de produits distincts proposés à la vente dans cette catégorie. Nous posons comme hypothèse, dont la plausibilité est discutée plus loin, que le choix – l’offre – dans une catégorie donnée est un indicateur de la vogue de cette catégorie. Seule une infime proportion des quelques trois mille bazars et magasins de jouets19 de France publiait un catalogue. Force est donc de se concentrer sur l’offre très bien documentée dans les catalogues de bazars et magasins de jouets disponibles aujourd’hui. Le nombre faible – voire inexistant – de catalogues pendant et après la Seconde Guerre mondiale ne réduit pas l’intérêt de l’étude, puisque la commercialisation de jouets militaires a connu un arrêt quasi-total en France pendant le conflit et a ensuite repris très lentement.

  • 20 Dans le cadre de cette étude, 33 000 références de jouets ont été examinées dans 142 catalogues et (...)

6Nous n’avons pas la prétention d’examiner l’histoire du jouet militaire sous l’angle de l’histoire culturelle ou celui de l’histoire sociale, car notre contribution se concentre sur l’examen de sources très peu utilisées dans leur ampleur par les historiens20. Le choix méthodologique du quantitatif s’explique par le volume des données examinées. Ce premier éclairage apporté à ces sources, très descriptif, devra être complété par des études qualitatives s’inscrivant dans les problématiques de l’histoire culturelle et sociale.

Matériels et méthodes

  • 21 J. Claretie, La vie à Paris : 1880-1910. 1894, op. cit., p. 412.

7Nous avons choisi d’utiliser les catalogues de grands magasins pour essayer de caractériser les vogues du jouet militaire au cours du xxe siècle en France, en suivant ainsi l’opinion de Jules Claretie, qui écrit en 1894 : « Le curieux qui ferait collection de ces catalogues de nouvel an aurait un jour en sa bibliothèque, un recueil tout à fait précieux pour l'histoire de nos mœurs21 ».

L’offre du jouet militaire comme moniteur de sa vogue

8L’offre d’un catalogue commercial désigne ici le choix des produits qui y sont publiés. L’hypothèse d’un lien entre la vogue d’une catégorie et l’importance du choix de ses produits constitutifs est plausible. En effet, sans préjuger de la complexité ni de la multiplicité des critères présidant à la constitution d’une offre-produits, un commerce ajuste généralement son offre en retirant à terme les produits peu vendus ou désuets, et en ajoutant des produits à la mode, quitte à adapter leur prix, leur qualité ou leur sophistication pour toucher la clientèle désirée.

9L’intention ici est de pousser plus loin le dépouillement de catalogues impulsé par Stéphane Audoin-Rouzeau, qui se focalise sur la progression des nouveautés d’une année à l’autre :

  • 22 S. Audoin-Rouzeau, La Guerre des enfants : 1914-1918 : essai d’histoire culturelle, op. cit., p. 63 (...)

La consultation des catalogues de jouets édités par les grands magasins parisiens pour les fêtes de Noël permet de donner une mince indication quantitative : alors qu’avant 1914 la proportion de jouets de guerre s’établit en moyenne de 20 à 25 % des nouveautés proposées chaque année, cette proportion s’élève, dans le premier Noël de guerre à 50 % pour certains grands magasins comme le Printemps ou les magasins du Louvre.22

10L’offre dans une catégorie tient compte non seulement des nouveautés considérées par S. Audoin-Rouzeau, mais aussi des produits désuets retirés de la catégorie. Sous réserve que l’offre rende bien compte de la vogue, il est nécessaire de qualifier sa diffusion géographique et dans les classes sociales.

Le rayonnement de la mode parisienne

  • 23 Claudine Chevrel, « Une histoire des grands magasins », Revue SABF, n° 193, 2012.

11Les principaux grands magasins parisiens sont à l’époque des lanceurs de modes, diffusées bien au-delà de leurs quartiers d’implantation jusqu’en province, par la publicité et leurs catalogues. Ces derniers, qui sont distribués à travers toute la France, sont des supports indispensables aux ventes par correspondance. Selon Claudine Chevrel, conservateur en chef de la bibliothèque Forney, elles « représentent 30 à 40 % du volume total dans les années 1880 et 1890, avec près de 4 000 commandes journalières par la poste23. »

L’offre des grands magasins et leur clientèle

  • 24 Pierre Du Maroussem, La Question Ouvrière – Le Jouet Parisien, les Grands Magasins, Paris, A. Rouss (...)
  • 25 George d’Avenel, « Le Mécanisme de la Vie Moderne - Les Grands Magasins », La Revue des deux mondes(...)
  • 26 Dominique Gillet, « Les Grands Magasins », dans : Jacques Boudet, Le monde des affaires de 1830 jus (...)

12Nous renvoyons à Pierre du Maroussem24, au vicomte d’Avenel25 et à D. Gillet26 pour un traitement plus complet du sujet. Seules quelques observations importantes pour la présente étude sont évoquées ici.

  • 27 D., « Les Bazars Modernes », La Revue des Bazars, Galeries et Nouveautés, 24e année, n° 265, p. 3-5 (...)

13Les grands magasins ont la réputation de viser principalement la haute et moyenne bourgeoisie parisienne. Or, il vient d’être montré qu’ils ne visent pas qu’une clientèle parisienne. Les Grands magasins ont, selon leurs priorités commerciales voire concurrentielles, des stratégies différentes de référencement de jouets bon marché et de luxe dans leur offre. Un rédacteur de la Revue des Bazars de 1919 note : « De même que les magasins de nouveautés se dégagent de leur aristocratique dédain pour les marchandises qui leur semblait indigne de vendre, de même les bazars abandonnent le commerce d’articles trop bon marché pour trafiquer de manière plus confortable » et ajoute quelques lignes plus loin : « Tout se démocratise et tend à se rapprocher d’un niveau commun. Cette démocratisation est celle d’un peuple dont le bien-être et le pouvoir d’achat augmentent sans cesse27» Ces différentes stratégies expliquent la diversité de l’éventail de l’offre et des prix entre grands magasins. Le graphe [ill. 3] illustre cette variété de l’offre d’un grand magasin à l’autre et la nécessité de rapporter l’offre d’une catégorie de produits à l’offre totale de produits pour pouvoir la comparer entre magasins.

Illustration 3 : Éventail des produits (jouets) et des prix

Illustration 3 : Éventail des produits (jouets) et des prix

Le portefeuille-produits de 712 articles-jouets du Bon Marché est bien plus important que celui du Pont-Neuf (286 articles) et de la Maison-Dorée (262). Malgré une disparité importante de l’éventail de l’offre et des prix, le Bon Marché aligne sensiblement le même nombre d’articles à moins de 5 francs (25% du portefeuille-produits, soit 178), que le Pont-Neuf (50% du portefeuille-produits, soit 143) et la Maison Dorée (75%, soit 196). Le ratio du nombre d’articles militaires par rapport au nombre total de jouets est, dans cet exemple, comparable, et tourne autour de 10%.

  • 28 La quantité et la qualité des catalogues d’étrennes mis en ligne sur le site des Bibliothèques Muni (...)

14Le tableau [ill. 4] présente une vue d’ensemble des catalogues de grands magasins parisiens identifiés28 sur la période 1900 à 1950 et de ceux qui sont retenus dans le cadre de ce travail. Les cinq grands magasins considérés, Le Bon Marché, Les Grands Magasins du Louvre, Le Printemps, La Samaritaine et les Galeries Lafayette visent une très vaste clientèle parisienne et provinciale, dont les classes populaires ne sont pas exclues.

Illustration 4 : État des catalogues de grands magasins

Illustration 4 : État des catalogues de grands magasins

Chaque case à l’intersection d’une ligne (année des étrennes, c'est-à-dire du Nouvel-An) et d’une colonne (grand magasin) contient une source de consultation du catalogue correspondant. Peu de catalogues sont disponibles pour la période 1900-1904, et pour celle des années pendant et après la Seconde Guerre mondiale. Le cadre rouge marque l’ensemble des catalogues dépouillés, soit 81% du total des catalogues publiés dans la période 1905-1939.

Méthodes

  • 29 Un jouet référencé et décliné en plusieurs variantes avec des attributs différents (taille, couleur (...)
  • 30 La classification est parfois arbitraire, car le même jouet peut relever de plusieurs catégories. L (...)

15L’offre d’articles et de références29 militaires par catégorie est établie en les totalisant selon leur appartenance30 à l’une des sept catégories précitées pour chaque catalogue comme montré dans l’image [ill. 5]. Pour pouvoir comparer l’offre d’un magasin à l’autre, les totaux absolus sont normés en pourcentage du nombre total de jouets annuel. Une courbe « médiane » de tendance est créée [ill. 6], dont chaque point est le médian annuel de ces pourcentages pour le groupe considéré de grands magasins.

Illustration 5 : Concepts d’offre, référence et article mis en perspective

Illustration 5 : Concepts d’offre, référence et article mis en perspective

L’offre en panoplies des Grands Magasins du Louvre comporte 5 références et 23 articles en 1905 et 3 références et 15 articles en 1914.

Illustration 6 : Évolution du pourcentage du nombre de références militaires par rapport au nombre total de références de jouets proposées par les cinq grands magasins considérés

Illustration 6 : Évolution du pourcentage du nombre de références militaires par rapport au nombre total de références de jouets proposées par les cinq grands magasins considérés

La courbe en mauve passe par les médians des offres relatives annuelles de jouets militaires proposés par les cinq grands magasins. L’aire en mauve, qui contient tous les points mesurés, montre les écarts de l’offre de chaque grand magasin par rapport à la courbe de tendance.

16Le nombre de jouets par catégorie rapporté au nombre total de jouets militaires permet de visualiser la contribution relative de la catégorie considérée et donc de comparer leurs tendances relatives [ill. 7].

Illustration 7 : Offres relatives des références militaires en pourcentage du nombre total des références

Illustration 7 : Offres relatives des références militaires en pourcentage du nombre total des références

Chacun des tracés représente la contribution relative de la catégorie au total de l’offre du jouet militaire.

  • 31 Max Roser, Mohamed Nagdy, « Military Spending », ourworldindata.org [en ligne], url : https://ourwo (...)

17Le graphe [ill. 8] montre l’évolution des dépenses militaires françaises rapportées en pourcentage du PIB31 superposée à la courbe de tendance déjà montrée dans l’illustration 5. Ces dépenses sont une mesure de l’engagement de la nation à soutenir son armée, en temps de paix pour la préparation à la guerre et en temps de conflit armé pour poursuivre l’effort des opérations en cours. Il nous a semblé intéressant de corréler cet engagement des adultes avec l’engouement des enfants pour le jouet militaire.

Illustration 8 : Offre en jouets militaires et dépenses militaires

Illustration 8 : Offre en jouets militaires et dépenses militaires

La courbe en mauve représente la tendance de l’offre du jouet militaire et celle en rouge montre les dépenses militaires. L’échelle de dépenses militaires (à droite) a été arbitrairement ajustée pour faire coïncider les minima des deux courbes et les valeurs respectives de 1916-1917. La zone en vert met en évidence les écarts entre les deux courbes.

Résultats

La courbe de tendance et les offres relatives des catégories

18Pendant toute la première moitié du xxe siècle, les catégories des figurines et des panoplies fournissent la majeure contribution à l’offre du jouet militaire.

19En croisant les observations des courbes présentées dans les illustrations 6 et 7, trois périodes se dégagent :

  • Du début du xxe siècle jusqu’en 1923 : les sept catégories du jouet militaire sont représentées à des degrés divers. L’offre passe par un minimum vers 1911, culmine en 1917 pour baisser rapidement jusqu’en 1923. La catégorie des jeux de société à thème guerrier connait un succès grandissant à partir de 1912 et celle des jouets mécaniques est en progression continue dès le début du siècle.

  • Les années 1920 : seules quatre catégories subsistent, du fait de la disparition des poupées militaires, des uniformes et des jeux de société à thème guerrier. L’offre de la catégorie des jouets mécaniques est en baisse et amorce une timide reprise vers la fin des années 1920. L’offre du jouet militaire tombe à un niveau nettement inférieur à celui d’avant la Première Guerre mondiale.

  • Les années 1930 : Après la disparition de la catégorie des armes de type militaire vers 1933, trois catégories restent : les figurines, les panoplies et les jouets mécaniques. L’offre, en légère hausse, atteint à nouveau le niveau de 1911 à l’aube de la Seconde Guerre mondiale.

Superposition des courbes de dépenses militaires et d’offre du jouet militaire

20Leurs tracés sont en général assez similaires dans les années 1920 et 1930, alors que l’écart de leurs amplitudes est plus marqué dans les années d’avant la Grande Guerre. Nous insistons sur l’aspect exploratoire de cette représentation, qui ne permet en aucun cas de conclusion quantitative.

Discussion

  • 32 J. Claretie, La vie à Paris, op. cit., p. 415.
  • 33 Le rapporteur de la classe de bimbeloterie à l’Exposition de 1868, note dans son rapport à propos d (...)
  • 34 Bertrand Joly, « La France et la Revanche (1871-1914) », Revue d'histoire moderne et contemporaine, (...)

21Au début de xxe siècle, le jouet militaire est rationalisé dans la logique d’éducation soldatesque des garçons au sacrifice pour la patrie, héritée du xixe siècle32. Beaucoup d’illustrations de couvertures de catalogues ne sont pas moins martiales que celles abondamment publiées à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale [ill. 9]. Le jouet militaire est en vogue bien avant la débâcle de 187033. Par la suite, cet engouement n’est pas animé par l’esprit de revanche, dont Bernard Joly34 met en doute l’existence, mais par l’exaltation que les guerres coloniales victorieuses suscitent, sous-tendue par le goût de l’aventure dans de lointains pays et de la mission civilisatrice de la nation et de son armée.

Illustration 9 : Couvertures de catalogues antérieurs à la Première Guerre mondiale

Illustration 9 : Couvertures de catalogues antérieurs à la Première Guerre mondiale

L’image de gauche date de la fin du xixe siècle. Beaucoup de couvertures antérieures à la Première Guerre mondiale mettent en scène des enfants-soldats dans des attitudes martiales, le sabre-jouet au clair. Celle du milieu thématise la répression de la révolte des Boxers et celle de droite la guerre au Maroc, qui ont inspiré les jouets militaires de l’époque.

Première période : 1905 à 1923

22La croissance de l’offre en jouets mécaniques militaires exprime l’engouement suscité par les nouveaux engins motorisés militaires, comme les équipements automobiles, le sous-marin et l’aéroplane, d’autant plus que maintes nouveautés impressionnantes sont déployées massivement au cours de la Première Guerre mondiale.

23De 1905 à 1911, quelques panoplies et boîtes de soldats russes et japonais émergent de la monotonie de l’offre héritée du siècle passé. Cette thématisation de la guerre russo-japonaise et le bombardement de Port-Arthur en Chine (1904) n’est pas étrangère à l’admiration suscitée par la bravoure des Russes auprès de l’opinion française.

  • 35 La loi des trois ans de 1913 augmente la durée du service militaire de deux à trois ans en vue de p (...)
  • 36 Georges d’Avenel, « Jouets français contre Jouets allemands », Revue des deux mondes, mai 1915, p.  (...)
  • 37 Léon Groc, « Voici les jouets pour 1913 », Excelsior, 15 décembre 1913, p. 9.
  • 38 Charles Callet, Collection Henri Leblanc donnée à l'État le 4 août 1917. La Grande Guerre. Iconogra (...)

24De 1912 à 1914, l’européanisation des tensions et conflits (guerre italo-turque avec débarquement à Tripoli en 1911-1912, guerres balkaniques 1912-1913) inquiète l’opinion et inspire quelques jouets militaires. D’Avenel constate, sans citer de sources, que la vente de fusils d’enfants augmente en 1913 « au moment du vote de la loi de trois ans35, avec le noble réveil de l'esprit patriotique36. » Ce sursaut patriotique semble expliquer le fait que la hausse de l’offre du jouet militaire précède d’un ou deux ans la soudaine montée des dépenses militaires. La discontinuité de la courbe de l’offre autour de 1913 est liée à la désorganisation du marché français causée par des importations massives de jouets d’Allemagne37 de 1911 à 1913 et par leur arrêt en 1914. Des jeux de société à thème militaire, dont certains sont listés dans le catalogue de la collection Leblanc38, apparaissent vers 1912 et leur offre se développe dans les années suivantes.

  • 39 S. Müller, « Untold War - New Perspectives in First World War Studies », op. cit., p. 253.

25De 1915 à 1917, la courbe des dépenses militaires et celle de l’offre montent en flèche. Ceux des fabricants français qui n’ont pas été mobilisés ou dont la manufacture n’a pas été réquisitionnée pour produire des équipements de guerre, profitent, tout comme les grands magasins, du marché porteur pour offrir du jouet militaire. Une volonté étatique de propagande, qui aurait motivé les fabricants et les grands magasins à proposer plus de jouets militaires pour galvaniser les enfants, est peu crédible, comme le trouve aussi Müller pour l’Allemagne et l’Angleterre39. Les poupées alsaciennes et lorraines apparaissent pour la première fois dans le catalogue du Louvre en 1915. Les catégories d’uniformes, de poupées militaires et de panoplies s’étoffent de jouets célébrant l’engagement des Alliés au côté des Français.

  • 40 Ibid., p. 241.
  • 41 Émile Vuillermoz, « Étrennes », L’École et la Vie, 12 janvier 1918, p. 283-284.
  • 42 Anonyme, « La question du fer-blanc », La France Universelle, 1 août 1917, p. 2.
  • 43 Anonyme, « La seconde Foire de Lyon », Le Jouet, Paris, 1e avril 1917, p. 2.

26L’offre en jouets militaires décline en France dès 1917, comme en Allemagne et en Grande Bretagne40. La prolongation du conflit et les souffrances endurées par la population et les combattants sur le front tempèrent l’engouement pour le jouet militaire. Une lettre d’un Poilu41, horrifié à la vision des jouets militaires publiés au catalogue d’étrennes qui a servi d’emballage au colis envoyé par sa femme, est transmise aux directeurs des grands magasins. Cette baisse de l’offre est certainement aussi liée aux pénuries de fer-blanc42, qui limitent la production, comme en témoigne ce compte-rendu télégraphique de la seconde Foire de Lyon : « Exposition restreinte de jouets métal. Jouets militaires, canons, soldats plomb manquent toujours [sic]43. »

  • 44 Anonyme, Les étrennes parisiennes pour 1860, Paris, Lagny, 1860, p. 43.

27La page du jouet militaire dont l’écriture avait commencé au xixe siècle se tourne définitivement autour de 1923 quand les catégories « jeux de société à thème militaire », « poupées militaires » pour petits enfants et surtout « uniformes » disparaissent définitivement. La fin des uniformes pour enfants n’est pas anecdotique, car elle exprime une altération de la relation de l’enfant à la geste militaire. En effet, les uniformes, fidèles miniatures des tenues de soldats et d’officiers français et couramment offerts comme cadeaux d’étrennes44 au xixe siècle, ont une fonction plus représentative que ludique [ill. 10]. Ces tenues, auxquelles s’ajoutent celles de soldats et officiers alliés vers le milieu de la guerre, symbolisent, contrairement aux panoplies à but ludique, une forme d’allégeance à l’idéal du sacrifice héroïque pour la patrie. Or ce sacrifice est devenu dramatiquement concret à l’issue de la guerre, même victorieuse…

Illustration 10 : Vêtements pour garçonnets et jeunes gens

Illustration 10 : Vêtements pour garçonnets et jeunes gens

Cette page, extraite du catalogue de la Samaritaine de 1909, montre un choix de vêtements pour garçons dont les uniformes, véritables tenues militaires miniatures.

Illustration 11 : Enfant en costume de spahi, vers 1900

Illustration 11 : Enfant en costume de spahi, vers 1900

Photographie de Lamusse, Le Havre

Deuxième période : 1924-1930

  • 45 Anonyme, « La motion Buisson au Congrès de la Paix à La Haye », La Lanterne, 20 décembre 1922, p 3.
  • 46 Madeleine Vernet, « Les Mères devant la guerre », La Mère éducatrice, Epône, janvier 1918, p. 4.
  • 47 Madeleine Vernet, « Contre la Petite Guerre aussi bien que contre la Grande », Le Peuple, 27 juin 1 (...)
  • 48 Marthe Bray, « Contre les jouets guerriers », Le Poilu Républicain, Décembre 1930, p. 8.
  • 49 Marcel Coulaud, « Les enfants jouent toujours aux soldats... », Paris-midi, 7 décembre 1929, p. 2.
  • 50 Eugène Clery, « Des panoplies d'enfant à l'uniforme de conscrit », La Liberté, 30 décembre 1929, p. (...)
  • 51 Ligue des Droits de l’Homme, Congrès National de 1932, Paris, 1932, p. 382.

28Les Années folles sont marquées par une reprise de la consommation, alors que l’offre de jouets militaires stagne à un niveau très bas. Dès la fin du conflit, de nombreux mouvements pacifistes éclosent, dont ceux d’intellectuels, de féministes, d’anciens combattants et des partis de gauche, avec des buts et stratégies divergents, mais avec une refondation de l’éducation de l’enfant comme thème central. Buisson propose une motion au Congrès de la Paix en 1923 prônant une nouvelle éducation de l’humanité45. Les détracteurs, souvent de gauche, et les fervents du jouet militaire, souvent de droite, s’écharpent dans des débats abondamment relayés par la presse sur l’influence du jouet militaire sur l’enfance. Madeleine Vernet, qui a déjà publié46 en 1918 son indignation contre les jouets militaires ressentie lors de sa visite en 1914 au rayon des jouets du Printemps, renouvelle ses vibrants appels aux mères à éduquer leurs enfants dans l’amour et à les éloigner des jouets militaires47. Au même moment, Marthe Bray, présidente de l’Action Féminine, multiplie l’envoi de circulaires aux directeurs des grands magasins pour les dissuader de vendre des jouets militaires48. Les reportages des quotidiens sur les jouets en vogue à l’approche des étrennes se font plus rares mais plus partisans qu’avant la Première Guerre mondiale. Par exemple ceux de Coulaud49 et Clery50 prêtent à un chef de rayon-jouets non identifié d’un grand magasin non cité des affirmations infondées sur les ventes persistantes de jouets militaires pour railler les effets des actions des détracteurs du jouet militaire. Cette absence de rigueur est aussi à reprocher à une déléguée de la Ligue française des droits de l’Homme en 1932. Elle constate51 sans chiffres à l’appui que, pendant deux ans après une tentative d’interdiction de leur fabrication, les jouets militaires auraient quasiment disparu des grands magasins, mais qu’en revanche, ils auraient envahi les tout petits magasins et les merceries.

Troisième période : années 1930

  • 52 Anonyme, « En U.R.S.S. », Le Matin, 29 avril 1935, p. 3.

29L’offre des jouets militaires repart lentement à la hausse en France et un peu plus nettement vers la fin de la crise financière de 1930, au moment où le national-socialisme oriente l’industrie du jouet allemand vers une glorification du système politico-militaire. Les jouets mécaniques militaires bénéficient d’un regain d’engouement avec des engins motorisés mis au goût du jour, tels que transports de troupe, camions DCA et autres tanks tandis que celui pour les armes disparaît dès 1933. Les fervents du jouet militaire français profitent d’un article des Izvestia de 1935, qui demande de familiariser l'enfance soviétique avec l'armée, la flotte et l'aviation en répandant largement des jouets militaires52, pour violemment attaquer la croisade persistante des pacifistes et antimilitaristes contre ces jouets. Les soldats d’aluminium et la ligne Maginot sont à l’honneur vers la fin des années 1930 dans l’offre des grands magasins, qui croît sensiblement sur fond de délitement des mouvements pacifistes et d’augmentation des dépenses militaires.

Conclusion

  • 53 Mona Siegel, The Moral Disarmament of France, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

30Le traitement de la vogue du jouet militaire telle qu’elle est déduite de l’offre proposée dans des catalogues de grands magasins aboutit à une vision cohérente de l’évolution conjointe de l’histoire du pays et de celle des jouets militaires. Le rôle important du jouet militaire dans l’éducation et la préparation des jeunes garçons à leurs « devoirs sacrés » au service de la patrie explique sa vogue importante jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale. L’écart d’amplitude entre la courbe de vogue du jouet militaire et celle des dépenses militaires d’avant la Grande Guerre peut être interprété comme une manifestation de la profonde confiance que la société fondamentalement pacifique accorde à son armée et à la culture militaire prévalente. La vogue du jouet militaire culmine tandis que la culture militaire se mue en culture guerrière au cours du conflit. L’engouement chute avant même la fin du conflit quand l’opinion réalise le coût du sacrifice infligé par ces armements, que les jouets militaires reproduisent. L’éducation républicaine des années 1920 et 1930, qui se débarrasse des poncifs chauvins et haineux pour promouvoir un patriotisme humaniste et respectueux des nations (Siegel53), ringardise le jouet militaire. Les croissances similaires de l’offre du jouet militaire et des dépenses militaires avant la Seconde Guerre mondiale, indiquent que la société, tout aussi pacifique qu’en 1914, ne baigne plus dans la même culture militaire qu’avant la Première Guerre mondiale.

Haut de page

Notes

1 Léo Claretie, Jeux et Jouets - Rapport du Jury International, Gr. XV Cl. 100 - Exposition de 1900, Paris, Imprimerie Nationale, 1902, p. 240-241.

2 Léo Claretie, Les Jouets, Paris, Librairies-Imprimeries Réunies, circa 1893. Voir aussi : L. Claretie, Les jouets de France, Paris, Libraire Delagrave, 1920.

3 Henry René D’Allemagne, Musée rétrospectif de la classe 100 : jouets à l'exposition universelle internationale de 1900 : Rapport, Paris, 1902, p. 161-205.

4 Peter Friedrich Catel, Mathematisches und physikalisches Kunst-Cabinet, Berlin, Lagarde et Friedrich, 1790.

5 Georg Hieronimus Bestelmeier, Systematisches Verzeichnis eines Magazins von verschiedenen Kunst-und andern nüzlichen Sachen, Nuremberg, 1803, p. 3-12.

6 Paul Parfait, « Les Boutiques de Joujoux à un Sou », Musée universel, octobre 1870, p. 210.

7 Jean-Henri Marlet, Le Jour de l’An, Paris, 1824, Lithographie au Musée Carnavalet.

8 Annonce publicitaire Walter, Gazette de France, 29 décembre 1836, p. 4. À noter qu’une lettre ministérielle de 1840 encadre le périmètre des armes d’enfants pour la bimbeloterie : Direction générale des douanes et droits indirects, Tarif général des douanes de France, Paris, mars 1844, p. 340.

9 François Guizot, « Un premier jour de collège », Annales de l’Éducation, vol. 2, Paris, 1811-1813, p. 53 ; Emile Marcelin, « Les joujoux, Etrennes aux petits et aux grands enfants bien sages », Le Journal pour rire, n° 66, 1er janvier 1853, p. 1-5, dont des extraits ont été republiés dix ans plus tard dans : E. Marcelin, « Étrennes et Autres - Joujoux d'étrennes », La Vie Parisienne, n° 1, 3 janvier 1863, p. 7-9 ; « La philosophie des étrennes », dans : Jules Claretie, La vie à Paris : 1880-1885. Année 4, 1881-1886, p. 494. À noter que Jules Claretie revient à des sentiments plus pacifistes à la veille de la Première Guerre mondiale, dans la conclusion de sa contribution reprise dans : J. Claretie, « La philosophie du jouet », Le Jouet français, n° 187, juin 1914, p. 6-8.

10 J. Claretie, « La philosophie des étrennes », dans : Jules Claretie, La vie à Paris : 1880-1910, 1896, p. 415-416 ; L. Claretie, Les Jouets, op. cit., p. 134.

11 Jules Delbruck, John Lemoinne, « France - 3 août - Au Rédacteur », Journal des débats politiques et littéraires, 4 août 1851, p. 1 ; Hippolyte Rigault, « Exposition Universelle. Les jouets d’enfants », Journal des débats politiques et littéraires, 29 juillet 1855, p. 2-3 ; Édouard Champury, « À propos d’étrennes », Le Devoir, tome 2, n° 16, 29 décembre 1878, p. 243-245. Voir aussi : É. Champury, « À propos des jouets militaires », op. cit., p. 296-297.

12 George Smith, The Soldier’s Wife, 1878, huile sur toile, 98 x 136 cm, Torquay, Torre Abbey Museum.

13 Antonin Rondelet, « Les jouets d’enfants à l’Exposition Universelle », L'Univers, 11 septembre 1878, p. 1-2.

14 Stéphane Audoin-Rouzeau, La Guerre des enfants : 1914-1918 : essai d’histoire culturelle, Paris, Armand Colin, 2004, p. 59-80.

15 Heike Hoffmann, « „Schwarzer Peter im Weltkrieg“. Die deutsche Spielwarenindustrie 1914-18 », dans : Gerhard Hirschfeld, Gerd Krumeich, Dieter Langewiesche, Hans-Peter Ullmann, Kriegserfahrungen. Studien zur Sozial- und Mentalitätsgeschichte des Ersten Weltkrieges, Essen, Klartext Verlag, 1997, p. 323-335.

16 Sonia Müller, « Untold War - New Perspectives in First World War Studies », dans : Heather Jones, Jennifer O'Brien et Christoph Schmidt-Supprian, History of Warfare, vol. 49, Leyde, Brill, 2008, p. 233-257.

17 André Postert, Kinderspiel Glückspiel Kriegspiel Grosse Geschichte in kleinen Dingen, Munich, dtv, 2018.

18 L. Claretie, Jeux et Jouets - Rapport du Jury International, op. cit., p. 343-344.

19 Estimation d’après : A. Clavel, Annuaire officiel des jouets & jeux, des bazars, bimbeloterie, articles de Paris et des industries annexes, Paris, 1897.

20 Dans le cadre de cette étude, 33 000 références de jouets ont été examinées dans 142 catalogues et plus de 200 articles de presse de la période considérée compulsés. Nous tenons à remercier le professeur Michel Manson pour ses conseils et encouragements précieux.

21 J. Claretie, La vie à Paris : 1880-1910. 1894, op. cit., p. 412.

22 S. Audoin-Rouzeau, La Guerre des enfants : 1914-1918 : essai d’histoire culturelle, op. cit., p. 63-64.

23 Claudine Chevrel, « Une histoire des grands magasins », Revue SABF, n° 193, 2012.

24 Pierre Du Maroussem, La Question Ouvrière – Le Jouet Parisien, les Grands Magasins, Paris, A. Rousseau, tome iii, p. 217-234.

25 George d’Avenel, « Le Mécanisme de la Vie Moderne - Les Grands Magasins », La Revue des deux mondes, tome 124, p. 329-369.

26 Dominique Gillet, « Les Grands Magasins », dans : Jacques Boudet, Le monde des affaires de 1830 jusqu’à nos jours, Paris, Société d’édition de dictionnaires et d’encyclopédies, 1952, p. 400-409.

27 D., « Les Bazars Modernes », La Revue des Bazars, Galeries et Nouveautés, 24e année, n° 265, p. 3-5 (l'article est signé « D. » : l'auteur n'a pas pu avoir plus de précisions sur son identité).

28 La quantité et la qualité des catalogues d’étrennes mis en ligne sur le site des Bibliothèques Municipales Spécialisées de la Ville de Paris (https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/in/faces/homeInBook.xhtml) sont absolument remarquables. À l’heure de l’écriture du présent document, certains catalogues étaient inaccessibles car en cours de numérisation. À saluer ici aussi, le Musée National de l’Éducation (Munae, https://www.reseau-canope.fr/notice/catalogue-des-collections-du-munae.html), qui propose également un grand choix en ligne de catalogues d’étrennes numérisés. Le Musée de Poissy dispose d’une respectable collection de catalogues originaux. Que soient ici remerciés MM. Frédéric Marchand et François Theimer de nous avoir mis à la disposition quelques catalogues rares de leur collection.

29 Un jouet référencé et décliné en plusieurs variantes avec des attributs différents (taille, couleur, matériau) compte pour une « référence » et autant d’« articles ».

30 La classification est parfois arbitraire, car le même jouet peut relever de plusieurs catégories. Les fusils et les pistolets ne sont retenus dans la catégorie « Armes » que si leur description commerciale fait explicitement état de leur nature militaire (par exemple « à baïonnette » ou type « Lebel ») pour les différencier des armes de tir dit « sportif ».

31 Max Roser, Mohamed Nagdy, « Military Spending », ourworldindata.org [en ligne], url : https://ourworldindata.org/military-spending/ [consulté le 12 mars 2017].

32 J. Claretie, La vie à Paris, op. cit., p. 415.

33 Le rapporteur de la classe de bimbeloterie à l’Exposition de 1868, note dans son rapport à propos des jeux militaires : « Ce sont encore malheureusement des jouets favoris. Les enfants sont de petits hommes. » Voir : Jules Delbruck, « Bimbeloterie », dans : Rapport du Jury International sur la Bimbeloterie de l’Exposition Universelle de 1867 - Groupe IV. - Classe 39, Paris, Paul Dupont, 1868, p. 534.

34 Bertrand Joly, « La France et la Revanche (1871-1914) », Revue d'histoire moderne et contemporaine, avril 1999, p. 325-337.

35 La loi des trois ans de 1913 augmente la durée du service militaire de deux à trois ans en vue de préparer l'armée française à une guerre éventuelle avec l'Allemagne, qui surviendra l'année suivante.

36 Georges d’Avenel, « Jouets français contre Jouets allemands », Revue des deux mondes, mai 1915, p. 359

37 Léon Groc, « Voici les jouets pour 1913 », Excelsior, 15 décembre 1913, p. 9.

38 Charles Callet, Collection Henri Leblanc donnée à l'État le 4 août 1917. La Grande Guerre. Iconographie. Bibliographie. Documents divers, tome 7, Paris, Emile-Paul frères, 1920, p. 390-393.

39 S. Müller, « Untold War - New Perspectives in First World War Studies », op. cit., p. 253.

40 Ibid., p. 241.

41 Émile Vuillermoz, « Étrennes », L’École et la Vie, 12 janvier 1918, p. 283-284.

42 Anonyme, « La question du fer-blanc », La France Universelle, 1 août 1917, p. 2.

43 Anonyme, « La seconde Foire de Lyon », Le Jouet, Paris, 1e avril 1917, p. 2.

44 Anonyme, Les étrennes parisiennes pour 1860, Paris, Lagny, 1860, p. 43.

45 Anonyme, « La motion Buisson au Congrès de la Paix à La Haye », La Lanterne, 20 décembre 1922, p 3.

46 Madeleine Vernet, « Les Mères devant la guerre », La Mère éducatrice, Epône, janvier 1918, p. 4.

47 Madeleine Vernet, « Contre la Petite Guerre aussi bien que contre la Grande », Le Peuple, 27 juin 1926, p. 2.

48 Marthe Bray, « Contre les jouets guerriers », Le Poilu Républicain, Décembre 1930, p. 8.

49 Marcel Coulaud, « Les enfants jouent toujours aux soldats... », Paris-midi, 7 décembre 1929, p. 2.

50 Eugène Clery, « Des panoplies d'enfant à l'uniforme de conscrit », La Liberté, 30 décembre 1929, p. 2.

51 Ligue des Droits de l’Homme, Congrès National de 1932, Paris, 1932, p. 382.

52 Anonyme, « En U.R.S.S. », Le Matin, 29 avril 1935, p. 3.

53 Mona Siegel, The Moral Disarmament of France, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : le coup de canon
Légende Charles d’Entraygues, « Le Coup de Canon », Le Monde Illustré, n° 1910, 4 novembre 1893, p. 297
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6008/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Illustration 2 : Typologie des jouets en sept sous-catégories
Légende 1a : armes blanches (épées et sabres), 1b : armes de tir (fusils, pistolets, mitrailleuses, canons, etc.) ; 2 : figurines (soldats de bois, plomb ou pâte, en boîte avec diorama) et compositions de carton et bois représentant des scènes militaires (chambrée, écurie, casernement, fort ou fortification, champ de bataille) ; 3 : panoplies ; 4 : jouets mécaniques (automobiles, camions, avions, navires) ; 5 : « poupées » militaires (figurines de feutre ou de carton articulées portant un uniforme) ; 6 : uniformes militaires pour enfants et 7 : jeux de société à thème militaire.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6008/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Illustration 3 : Éventail des produits (jouets) et des prix
Légende Le portefeuille-produits de 712 articles-jouets du Bon Marché est bien plus important que celui du Pont-Neuf (286 articles) et de la Maison-Dorée (262). Malgré une disparité importante de l’éventail de l’offre et des prix, le Bon Marché aligne sensiblement le même nombre d’articles à moins de 5 francs (25% du portefeuille-produits, soit 178), que le Pont-Neuf (50% du portefeuille-produits, soit 143) et la Maison Dorée (75%, soit 196). Le ratio du nombre d’articles militaires par rapport au nombre total de jouets est, dans cet exemple, comparable, et tourne autour de 10%.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6008/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Illustration 4 : État des catalogues de grands magasins
Légende Chaque case à l’intersection d’une ligne (année des étrennes, c'est-à-dire du Nouvel-An) et d’une colonne (grand magasin) contient une source de consultation du catalogue correspondant. Peu de catalogues sont disponibles pour la période 1900-1904, et pour celle des années pendant et après la Seconde Guerre mondiale. Le cadre rouge marque l’ensemble des catalogues dépouillés, soit 81% du total des catalogues publiés dans la période 1905-1939.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6008/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Illustration 5 : Concepts d’offre, référence et article mis en perspective
Légende L’offre en panoplies des Grands Magasins du Louvre comporte 5 références et 23 articles en 1905 et 3 références et 15 articles en 1914.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6008/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Illustration 6 : Évolution du pourcentage du nombre de références militaires par rapport au nombre total de références de jouets proposées par les cinq grands magasins considérés
Légende La courbe en mauve passe par les médians des offres relatives annuelles de jouets militaires proposés par les cinq grands magasins. L’aire en mauve, qui contient tous les points mesurés, montre les écarts de l’offre de chaque grand magasin par rapport à la courbe de tendance.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6008/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Illustration 7 : Offres relatives des références militaires en pourcentage du nombre total des références
Légende Chacun des tracés représente la contribution relative de la catégorie au total de l’offre du jouet militaire.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6008/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Illustration 8 : Offre en jouets militaires et dépenses militaires
Légende La courbe en mauve représente la tendance de l’offre du jouet militaire et celle en rouge montre les dépenses militaires. L’échelle de dépenses militaires (à droite) a été arbitrairement ajustée pour faire coïncider les minima des deux courbes et les valeurs respectives de 1916-1917. La zone en vert met en évidence les écarts entre les deux courbes.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6008/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Illustration 9 : Couvertures de catalogues antérieurs à la Première Guerre mondiale
Légende L’image de gauche date de la fin du xixe siècle. Beaucoup de couvertures antérieures à la Première Guerre mondiale mettent en scène des enfants-soldats dans des attitudes martiales, le sabre-jouet au clair. Celle du milieu thématise la répression de la révolte des Boxers et celle de droite la guerre au Maroc, qui ont inspiré les jouets militaires de l’époque.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6008/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Illustration 10 : Vêtements pour garçonnets et jeunes gens
Légende Cette page, extraite du catalogue de la Samaritaine de 1909, montre un choix de vêtements pour garçons dont les uniformes, véritables tenues militaires miniatures.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6008/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Illustration 11 : Enfant en costume de spahi, vers 1900
Légende Photographie de Lamusse, Le Havre
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6008/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Mesqui, « La vogue du jouet militaire dans la première moitié du xxe siècle », Strenæ [En ligne], 17 | 2021, mis en ligne le 22 mars 2021, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/strenae/6008 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.6008

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search