Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Dossier thématiqueLe jouet, objet historique et pat...

Dossier thématique

Le jouet, objet historique et patrimonial

Collections, expositions et recherches sur le jouet en France de 1900 à 1950
The Toy, historical and heritage object. Collections, exhibitions and research on toys in France from 1900 to 1950
Michel Manson

Résumés

Sous le Second Empire, les débuts de l’industrialisation du jouet font naître une nostalgie à l’égard des jouets de l’enfance des contemporains de cette évolution. Ainsi commence le désir de les collectionner, et, progressivement, celui de comprendre leur histoire, leur importance. Dès lors, un lien étroit va apparaître entre les expositions de jouets anciens, les collections et les recherches sur le jouet. Il s’agit dans cet article de montrer comment évoluent dans la première moitié du XXe siècle autour du jouet les multiples enjeux de notre société, éducatifs, patrimoniaux, historiques, culturels. L’axe de notre réflexion restera cependant l’aspect patrimonial et historique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : les fondements des recherches sur le jouet au xixe siècle1

  • 1 Nous renvoyons pour des analyses plus développées sur l’historiographie du jouet à un article à par (...)
  • 2 Pour les antécédents de cette histoire du jouet avant le xixe siècle, voir Michel Manson, Jouets de (...)
  • 3 Henri Nicolle, Les Jouets, ce qu’il y a dedans, Paris, Dentu, 1868. Articles publiés dans L’Étendar (...)
  • 4 Louis Becq de Fouquières, Les Jeux des Anciens, leur origine, leur description, leurs rapports avec (...)

1Dans la première moitié du xixe siècle et surtout sous le Second Empire, l’intérêt pour le jouet commence à s’afficher dans la presse2. Les chroniqueurs, les éducateurs, les économistes découvrent l’importance du jouet dans l’éducation, dans la société et dans l’industrie, et les Expositions industrielles, nationales (depuis 1849) ou universelles (depuis Londres, 1851), sont l’occasion de dresser des bilans et des réflexions sur le jouet. Le premier livre sur le jouet est ainsi un recueil d’articles publiés à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris en 1867, et principalement orientés sur l’industrie et le commerce du jouet3. Au même moment, en 1869, l’histoire du jouet trouve l’un de ses premiers fondements dans l’ouvrage de Louis Becq de Fouquières (1831-1887), étudiant les jeux de l’Antiquité, et n’hésitant pas à mettre largement en relation ce domaine avec la société globale, la religion et les arts en particulier4.

  • 5 Paul Eudel, « Les jouets de Mme Agar », dans : Collection et collectionneurs, Paris, G. Charpentier (...)
  • 6 Frédéric Dillaye, Les Jeux de la jeunesse, leur origine, leur histoire, et l’indication des règles (...)
  • 7 Édouard Fournier, Histoire des jouets et des jeux d’enfants, Paris, Dentu, 1889. Deux chapitres con (...)
  • 8 Michel Manson, « Le jouet à l’école, d’Oberlin à Pauline Kergomard, signe de modernité ? », dans : (...)

2C’est sous la Troisième République que furent données au jouet ses lettres de noblesse par la publication d’ouvrages de référence et par des expositions de plus en plus nombreuses et importantes. Les expositions universelles et nationales avaient eu des sections sur les jouets, et, sous la Troisième République, les collectionneurs de jouets sont reconnus, comme l’actrice Mme Agar exposant sa collection de jouets au Palais de l’Industrie en 18825. C’est pour fournir à la jeunesse les moyens de pratiquer correctement des jeux nombreux et variés tout en mesurant l’importance culturelle provenant de leur histoire, que Frédéric Dillaye publie son livre en 18856. Moins ambitieux, paru en 1889, le livre d’Édouard Fournier (1819-1880) reste dans la tradition des chroniques du Second Empire7. Déjà, en 1887, Victor Fournel (1829-1894) proposait de créer « le Musée du Jouet de l’enfant », dont il envisageait l’installation dans une salle libre du palais du Trocadéro. Écho des jardins d’enfants de Fröbel, où le jouet avait toute sa place, le jouet pénétrait officiellement dans l’école maternelle française (textes officiels de 1881, 1882 et 1887), grâce à Pauline Kergomard, inspectrice générale des écoles maternelles, qui mène un véritable combat pour le jouet à l’école, dans la revue professionnelle L’Ami de l’Enfance8.

  • 9 Léo Claretie, Les Jouets, Histoire, fabrication, Paris, ancienne Maison Quantin, s.d. [1893].
  • 10 Pierre Robert du Maroussem, La question ouvrière… Tome III : Le jouet parisien, grands magasins, «  (...)
  • 11 Mme Gustave Demoulin, Les jouets d’enfants, Paris, Hachette, 1e éd. 1882, 5e éd. 1899.
  • 12 Gaston Tissandier, Jeux et jouets du jeune âge : choix de récréations amusantes et instructives, Pa (...)
  • 13 Louis Esquieu, Les jeux populaires de l’enfance à Rennes, Rennes, Caillère, 1890. Auguste Fourès, « (...)
  • 14 Alfred Franklin, La vie privée d’autrefois : l’enfant, la layette, les jouets et les jeux, Paris, P (...)

3Le premier grand livre sur les jouets date de 1893 : c’est celui d’un universitaire, devenu journaliste et collectionneur de jouets, Léo Claretie (1862-1924)9. Avec son collègue, ancien élève de l’École nationale des chartes, Henri-René d’Allemagne (1863-1950), un grand mouvement de promotion du jouet est en route, préparé aussi par des études plus rigoureuses, par exemple sur l’industrie du jouet, celle de Pierre du Maroussem en 189410, et sur la pédagogie, les livres de Mme Demoulin11 et de Gaston Tissandier12. Les jeux et jouets traditionnels font aussi l’objet d’enquêtes de folkloristes et d’ethnologues13. Et l’histoire de la vie privée amène le bibliothécaire et historien Alfred Franklin à s’intéresser aux jouets14. Ainsi, le xixe siècle a ouvert beaucoup de pistes de recherches et de réflexions sur le jouet. Cet objet « frivole » est devenu un objet d’histoire, un objet de collection, un objet de l’enfance sur lequel pédagogues et psychologues ont commencé à se pencher. Toutes ces pistes vont se prolonger et s’étoffer dans la première moitié du xxe siècle, après une effervescence extraordinaire au début de ce siècle. Le jouet sera engagé dans des problématiques économiques et industrielles, dans des rapports étroits avec l’évolution de la pédagogie et il sera soumis à des influences internationales.

L’effervescence autour du jouet avant la Grande Guerre : expositions, collections, histoire

  • 15 Michel Lévy, « Quatrième partie. Industrie. Classe 100. Bimbeloterie », dans : Rapports du jury int (...)
  • 16 Léo Claretie, « Jeux et Jouets », dans : Rapport du jury international. Groupe XV. Industries diver (...)
  • 17 Henri-René d’Allemagne, sous un premier titre Musée rétrospectif de la classe 100. Jeux et jouets à (...)
  • 18 H.-R. d’Allemagne, Histoire des jouets, op. cit., p. 8.

4L’Exposition universelle de Paris en 1900 est la manifestation qui va générer une multitude de travaux et de réflexions sur le jouet. Les jouets sont présents dans la classe 100, la bimbeloterie, rapidement évoquée par Michel Lévy dans son rapport de synthèse sur l’industrie15. Il renvoie à celui de Léo Claretie, un littéraire à l’origine, sur la section des jouets contemporains16. Mais à côté des jouets du jour, on trouvait 1 400 objets anciens proposés par 56 collectionneurs, dans une Exposition rétrospective des jouets et jeux anciens, dont Henri René d’Allemagne était chargé. Son rapport sur ce premier « musée des jouets » est devenu un énorme livre d’histoire des jouets17, le premier et la référence obligée pour les générations suivantes. Les deux rapports commencent par des déclarations sur le rôle et l’importance des jouets. Importance économique pour le pays, car son industrie est en constant progrès, importance sociale et morale car « on ne saurait imaginer une famille sans jouets. Là où est l’enfant, là aussi est le jouet, qui est le premier instrument de la vie humaine18. » Pour Claretie :

  • 19 L. Claretie, « Jeux et jouets », op. cit., p. 235.

le Jouet étant le premier ami et le premier conseiller de l’enfant, a une importance décisive sur l’esprit d’une race ; il la forme, il la prépare, il décide l’avenir des peuples. (…) Le jouet a un rôle éducateur.19

  • 20 Gilles Brougère, Jeu et éducation, Paris, L’Harmattan, 1995, particulièrement « La rupture romantiq (...)

Cette importance du jouet dans l’éducation et la vie de l’enfant, est maintenant bien répandue. Tout le discours des romantiques sur le jouet20 est ainsi récupéré et prolongé. Le troisième volet abordé par nos deux auteurs est celui du patrimonial et de l’histoire. Curieusement, avant de consacrer tout son volume à l’histoire du jouet de l’Antiquité au xixe siècle, Henri René d’Allemagne nous parle de mémoire, de souvenir. Évoquant le succès des expositions de jouets anciens, il ajoute :

Elles ont en effet bien leur charme, toutes ces reliques, et quand on veut les étudier d’un peu près, il s’en dégage un souvenir doux et agréable (…). Avec tous ces vieux jouets, on arrive à reconstituer l’histoire de plusieurs générations disparues (…) (p. 7)

  • 21 Auguste Marguillier, « Histoire des jouets, par Henri René D’Allemagne », La Gazette des Beaux-Arts(...)

C’est ici le collectionneur qui parle en premier, avec ce rapport affectif à l’objet. Ensuite, l’archiviste qu’il est aussi utilisera les sources de l’histoire : archives, sources imprimées, iconographie et les objets eux-mêmes. De son côté, Léo Claretie s’intéresse à l’histoire de la classification des jouets depuis le xviiie siècle et à l’évolution de l’industrie du jouet, à travers les expositions de l’industrie. Henri René d’Allemagne décrit les jouets du passé, avec une grande érudition, bien qu’il ne cite pas toujours ses sources et qu’il le fasse parfois de façon erronée. Son travail reste empirique, avec un plan tiré d’une typologie non scientifique des jouets, et si sa documentation impressionne, l’esprit critique qu’on attendrait d’un archiviste n’est pas toujours présent. Sa seule problématique est l’accumulation des objets, des anecdotes et des faits curieux, sans concevoir que l’enfant a une histoire, que les jouets en ont une aussi. Il pense implicitement que l’enfant a toujours eu des jouets et que la tâche de l’historien est de retrouver les formes diverses que les jouets ont prises au fil des siècles. Mais son livre constitue une telle somme de connaissances qu’il a été une révélation sur l’histoire des jouets et a servi de référence pendant tout le xxe siècle. Les contemporains l’ont salué dès sa sortie, et l’écho qu’en donne Auguste Marguillier (1862-1945) mérite d’être cité21. Il évoque l’exposition rétrospective des jouets, l’une des plus intéressantes de l’Exposition de 1900, et ajoute :

  • 22 Ibid., p. 257.

Tous les menus objets : hochets, poupées, pantins, soldats, amusements de toute espèce, qui, des Grecs et des Romains à nos ancêtres du xviiie siècle, charmèrent des générations sans nombre à leurs débuts dans la vie, étaient là rassemblés, tranquilles maintenant et comme morts, mais, sous leur humble apparence, singulièrement évocateurs de la vie et des mœurs dont ils furent les témoins.22

Grâce au « beau livre de M. Henry d’Allemagne », les collectionneurs auront connaissance de ces jouets du passé. Cette recension d’un historien de l’art, secrétaire de la Gazette des Beaux-Arts, est intéressante par l’éclairage qu’elle donne sur le pouvoir évocateur des objets exposés, et parce qu’il souligne l’importance des collectionneurs. Pour qui travaille sur les beaux-arts, les jouets ne sont que d’« humbles objets », que de « charmantes futilités », mais ils sont porteurs d’une histoire « de la vie et des mœurs » que le visiteur va percevoir en les regardant. Il faut des collections et des collectionneurs pour conserver ce patrimoine, et des historiens pour en faire l’histoire.

5L’Exposition universelle de 1900 nous permet d’insister sur cette corrélation entre les expositions de jouets et la recherche sur le jouet, les deux productions culturelles fonctionnant dans un étroit rapport dialectique. C’est parce que Léo Claretie et H.-R. d’Allemagne collectionnent les jouets et ont commencé à mener des recherches sur ce sujet, qu’ils sont chargés des deux expositions de 1900, lesquelles les contraignent à augmenter leur savoir et à en écrire les résultats dans les Rapports de l’Exposition Universelle. Grâce à ces deux auteurs, le jouet sera de plus en plus considéré comme un objet patrimonial qu’on collectionne et qu’on expose, et un objet d’histoire.

  • 23 Léo Claretie raconte cela dans L’Enfant à travers les âges. Le Guide Remboursable, édité par Femina(...)
  • 24 Liste des exposants dans Ibid., p. 177-196.
  • 25 Ibid., p. 73.
  • 26 Robert de la Sizeranne, « L’Esthétique de l’Enfance au Petit Palais », Revue des Deux Mondes, 5e(...)
  • 27 Ibid., p. 176.

6Pour prolonger l’Exposition de 1900, eut lieu les 4-5 juillet 1901 l’Exposition de l’Enfance, au Petit Palais. Léo Claretie qui rêvait de reprendre la rétrospective des jouets et jeux anciens dans un espace plus digne que celui, étriqué, de la classe 100, s’en voit offrir la possibilité par l’organisateur, Me Rollet, qui lui propose de se charger d’un « Musée de l’Enfant »23. L’Exposition de l’Enfance comporte plusieurs sections, dont une des beaux-arts, qui montre « L’Enfant à travers les âges », et une autre consacrée au « Musée de l’Enfant » avec une partie sur « L’Enfant au Foyer. Jouets, images, costumes et meubles ». Cette section est présidée par Léo Claretie et parmi les membres du comité d’installation on trouve Fernand Martin, le président du Syndicat des Fabricants de Jouets Français et Roussel, fabricant de jouets. Des collectionneurs y exposent des jouets anciens24. Léo Claretie reprend son discours sur le « rôle foncièrement éducateur du jouet25 » et lorsqu’il évoque la section sur « l’Enfant dans l’art », il met toutes ces représentations sous l’égide d’une enfance universelle, intangible dont les diverses formes d’art la représentant ne sont que des facettes. Pourtant, on sent bien que cette Exposition de l’Enfance a voulu poser le problème d’une histoire de l’enfant, y compris dans la section de l’art, si l’on suit Robert de la Sizeranne lorsqu’il nous dit : « Le peintre est, en effet, le véritable historien de l’enfant26 ». Pour cet auteur, seul le peintre d’aujourd’hui voit l’enfant tel qu’il est au lieu de voir en lui l’homme futur, comme le font les écrivains et les pédagogues. Dans le passé, les peintres ont donné aux enfants des attitudes correspondant à chaque époque. L’auteur s’intéresse aussi aux jouets, disant que ceux qu’il voit dans les vitrines de l’Exposition sont ceux avec lesquels les enfants n’ont pas joué, sinon ils seraient cassés. « Ce que nous voyons-là ne sont que des choses mortes27. »

  • 28 Dans Conférences données au Petit Palais, publiées avec introduction par Marcel Kleine, Paris, Bure (...)
  • 29 Ibid., p. 11-28.

7L’Exposition accueillit aussi des conférences, dont une sur « L’enfant au XVe siècle » par l’abbé Fontaine28, et une autre sur « L’enfant sous l’Ancien Régime », par Jacques Bonzon29. Celui-ci met en place des repères juridiques et quotidiens sur l’enfant sous l’Ancien Régime qui constituent une amorce d’histoire de l’enfant, histoire sans laquelle on ne peut pas construire une histoire des jouets.

  • 30 G. Chalmarès, « Concours de jouets », La Nature, n° 1489, 7 décembre 1901, p. 11-14, citation p. 11
  • 31 G. Chalmarès, « Le Concours de jouets 1902 », La Nature, n° 1535, 25 octobre 1902, p. 350-352. Pend (...)

8Cette même année 1901, le préfet de police Louis Lépine, crée le concours qui porte son nom, et dans lequel les inventeurs de jouets vont pouvoir s’illustrer. G. Chalmarès donne la raison de cette innovation : il faut réveiller une industrie qui sommeille30. Le succès est au rendez-vous et les petits fabricants et inventeurs de jouets se constituent en société, qui organise une vaste exposition en 1902 aux Champs Élysées, attirant plus de 10 000 visiteurs le dimanche31.

  • 32 « Lettre de Léo Claretie aux membres fondateurs, 1er février 1905 », Les Jouets et Jeux anciens, to (...)

9Les collectionneurs et les personnes intéressées par ces objets constituent en 1905 une « Société d’amateurs de Jouets et Jeux anciens », présidée par Léo Claretie et H.-R. d’Allemagne, avec un autre collectionneur comme vice-président, Arthur Maury. La Société publie un bulletin, intitulé Les Jouets et Jeux anciens en 1905 et 1906, et de janvier 1907 à 1914, L’Art et l’Enfant. Parmi les projets qu’envisage l’association à sa naissance, il y a celui de la création « à Paris d’un Musée de Jouets et Jeux comme il en existe à Amsterdam, Bâle, Budapest, Londres, Munich, Nuremberg, Vienne, …32 ». Léo Claretie justifie, avec ses arguments habituels, l’intérêt que la société doit porter au jouet. Et il insiste sur cette idée forte : « une époque se peint, se révèle, se trahit par les joujoux qu’elle offre à ses enfants ». Le jouet est bien perçu comme un objet au centre d’enjeux multiples, éducatifs, économiques et culturels, offrant à l’histoire un domaine neuf, et procurant à l’imagination et à la sensibilité les moyens de se satisfaire en collectionnant les jouets anciens.

  • 33 M. Braunschwig, L’art et l’enfant, essai sur l’éducation artistique, Toulouse/Paris, Privat, 1907.
  • 34 Annie Renonciat, « L’art pour l’enfant : actions et discours, du xixe siècle aux années 1930 », dan (...)
  • 35 Léo Claretie, « Les Jouets et l'Art », dans : L'Art pour l'Enfance, Paris, Musée Galliera, 1913, p. (...)

10Un thème important domine les débats de l’époque, celui des rapports unissant l’enfant, les jouets et l’art. Mouvement amorcé dès le romantisme, il s’est répandu et institutionnalisé à l’étranger, plus vite qu’en France. Certains Français constatent ce retard et tentent de le combler, en défendant « les droits de l’enfance à la beauté33 ». C’est donc lentement que, depuis 1870, le mouvement s’amorce en France, en particulier dans la chambre d’enfant, avec un mobilier, des papiers peints, des livres et des jouets correspondant à une volonté de n’offrir aux enfants que des objets ayant une réelle qualité artistique34. La revue L’Art et l’Enfant joue donc son rôle dans ce mouvement, entretenu par des expositions. Ainsi, celle du Salon d’Automne, en 1910, avec une section consacrée à « l’Art et les enfants ». La même année, au Palais du Domaine de Bagatelle se tient une exposition intitulée Les Enfants, leurs portraits, leurs Jouets, où figurent des jouets anciens mais aussi des créations d’artistes contemporains. Cet effort pour faire émerger une création artistique dans l’univers de l’enfance, se manifeste à nouveau dans l’exposition de L’Art pour l’Enfance, au Musée Galliera, en 1913, avec des livres, des jeux, des jouets, du mobilier d’enfant, des vêtements, etc. Léo Claretie tire la leçon de cette évolution et son nationalisme le conduit à réaffirmer la supériorité du jouet français sur le jouet allemand35. Une institution va accompagner et encourager cette volonté de créer des jouets esthétiques, l’Union Centrale des Arts Décoratifs (U.C.A.D.) qui ouvre son Musée des Arts Décoratifs en 1905, dans l’aile Rivoli du Louvre, l’année de la création de la Société d’Amateurs de Jouets et Jeux Anciens.

  • 36 Plusieurs articles répandent cette idée. Léo Claretie, « Les jouets Français pour les Petits França (...)

11Ainsi, à la veille de la Première Guerre mondiale, les jouets anciens et les créations de jouets par les artistes étaient défendus par les mêmes personnes, à la fois collectionneurs, auteurs de livres sur les jouets et organisateurs d’expositions. Mais la « renaissance » du jouet français, devient la grande idée développée pendant la Grande Guerre36, et sans doute au détriment de l’intérêt pour les jouets anciens. La guerre va modifier les priorités dans les enjeux du jouet énoncés par H.-R. d’Allemagne et Léo Claretie. L’UCAD va faire deux expositions en 1916 et 1917, et les enjeux économiques, nationaux et artistiques du jouet l’emportent alors sur la collection et les enjeux patrimoniaux liés aux jouets anciens. D’autres enjeux contemporains vont venir s’ajouter à ceux que nous venons de citer car les progrès de la psychologie de l’enfant et de la « science » de l’éducation vont faire du jouet un enjeu dans le développement de l’enfant.

Le jouet, un enjeu dans le développement de l’enfant grâce aux nouvelles sciences : la psychologie et l’éducation avant 1914

  • 37 Cf. Dominique Ottavi, Pour une histoire de la psychologie de l’enfant, Paris, CNRS Éditions, 2001.
  • 38 Il publie Leçons de psychologie appliquée à l’éducation, Paris, Colin, 1882 et Le mouvement des idé (...)
  • 39 G. Brougère, « La psychologie, science du jeu de l’enfant » dans : Jeu et éducation, op. cit., surt (...)
  • 40 Léo Claretie, « Jeux et jouets », op. cit., p. 235.

12Il est ici nécessaire de revenir avant la guerre pour montrer comment le discours de Léo Claretie sur le jouet éducateur s’inscrivait dans un contexte de construction de savoirs nouveaux en psychologie de l’enfant37, avec des hommes comme Wilhem Preyer (1841-1897), Bernard Perez (1836-1903), James Sully (1842-1923), Frédéric Queyrat (1858-1926). De même, dans le domaine de la pédagogie, une « science de l’éducation » est en train de naître, avec Alexander Bain (1818-1903), et Henri Marion (1846-1896), nommé professeur de « Science de l’éducation » à la faculté des Lettres de Paris en 1883, enseignement devenu une chaire en 1887, qu’il occupe jusqu’en 189638, ayant pour successeur Ferdinand Buisson (1841-1932). Un autre acteur de cette science en construction est Gabriel Compayré (1843-1913), qui est partisan de bâtir la science de l’éducation sur les principes de la psychologie. Est-ce que ces penseurs préoccupés par l’enfant se sont intéressés aux jouets ? Gilles Brougère a montré39 comment la psychologie est devenue « science du jeu de l’enfant », et il évoque la théorie de la récapitulation et la « théorie des instincts et du pré-exercice », dont les cadres théoriques sont empruntés à la biologie, à l’anthropologie et à l’observation des animaux. La place du jouet dans cette construction est le plus souvent celle d’un matériel permettant d’illustrer tel ou tel caractère psychique. Les psychologues s’intéressent surtout au jeu, et les jouets n’interviennent dans leurs notations que comme éléments du jeu. Il s’agit d’une posture radicalement différente de l’approche matérielle du jouet, muséale ou ethnographique, centrée sur l’objet-jouet. Cependant, il serait intéressant de reprendre les notations des psychologues comme des matériaux du regard sur le jouet de cette époque. Les jouets le plus souvent choisis sont la poupée et les jouets militaires, au cœur des interprétations psychologiques du jeu de l’enfant. Quand Léo Claretie disait dans son rapport que le jouet est éducateur, il ne développait ensuite que ces deux exemples de jouets40, et dans son livre de 1893, il citait un industriel qui voyait dans ces jouets la manifestation des instincts particuliers des filles et des garçons. C’était là l’opinion générale, mais les psychologues et les éducateurs y mettaient des nuances et des débats. Pour Karl Groos (1861-1946), psychologue allemand :

  • 41 Karl Groos, Les jeux des animaux, Paris, F. Alcan, 1902, p. 75-76 (1e éd. allemande, Die Spiele der (...)

S’il n’y avait pas, dans les jeux d’imitation des enfants, des impulsions héritées, on ne pourrait pas s’expliquer pourquoi la différence des sexes se manifeste si clairement dans le choix des actes à imiter, pourquoi le petit garçon préfère ses soldats à la plus belle poupée et pourquoi, d’autre part, la petite fille veut jouer à la petite maman et à la maîtresse de maison.41

  • 42 Bernard Perez, L’art et la poésie chez l’enfant, Paris, Alcan, 1888, p. 26.
  • 43 Ibid., p. 38.
  • 44 Frédéric Queyrat, Les jeux des enfants, étude sur l’imagination créatrice chez l’enfant, Paris, Fél (...)
  • 45 Ibid., p. 118.
  • 46 Henri Marion, La psychologie de la femme, Paris, Colin, 1900, p. 74.

Donc les jeux des enfants reposent sur des instincts, lesquels se perfectionnent par l’exercice, les jeux constituants donc des « pré-exercices » par rapport aux futures activités adultes. L’instinct maternel des petites filles se développe grâce à l’instinct d’imitation. Cette position avait été réfutée par Bernard Perez en 1888, qui s’élevait contre une position trop tranchée : « Si les petites filles aiment tant la poupée, c’est surtout parce qu’on les y habitue, et non par frivolité pure, encore moins en vertu de l’instinct maternel, qui n’a pas encore fait son apparition à cet âge42. » Il cite de nombreuses observations de garçons jouant à la poupée et, pour cet auteur, « L’hérédité, la sélection sexuelle, n’ont donc rien à faire ici43 », dans le goût des garçons et des filles pour la parure ou le jeu à la poupée. Par contre, Frédéric Queyrat44 adhère aux théories de Groos, qu’il cite longuement. Il insiste sur la valeur éducative du jeu et consacre un chapitre à la poupée « parce qu’il est d’une importance sans égale pour les petites filles, et aussi parce qu’il est universel » (introduction, p. II). Ce jeu existe, selon lui, chez tous les peuples et dans toutes les époques. Il est très populaire, car « Il satisfait d’abord chez la petite fille à la fois l’instinct de maternité et l’instinct d’imitation ; il satisfait aussi le besoin de jouer le rôle de cause, qui est l’agrément suprême du jeu, le désir de manifester sa puissance, d’exercer la domination45. » Dans ses leçons à la Sorbonne sur la psychologie de la femme, Henri Marion admet l’instinct maternel mais, pour lui, l’éducation, les habitudes de vie se greffent sur des prédispositions naturelles et favorisent le choix de l’univers de la poupée pour la fille et celui des jouets de guerre pour les garçons. Cela n’empêche pas les petites filles d’aimer les jeux des garçons et ceux-ci de se plaire à jouer à la poupée avec leurs sœurs. « Mais est-il bien nécessaire de faire le départ entre l’instinct naturel et l’habitude reçue ? C’est une nature encore que celle qui est acquise, quand elle l’est universellement et d’une façon tant de fois séculaire46. ». Alors même que l’observation montre que l’usage des jouets n’obéit pas aux strictes lois de l’hérédité, le modèle biologique reste présent. Quant au docteur Henri Bouquet (1909), il trouve que dans les premières années il n’y a pas de différences entre les sexes, et que les jeux à la poupée comme ceux avec des soldats ne sont que de l’imitation, pas de l’instinct.

  • 47 Henri Bouquet, L’évolution psychique de l’enfant, Paris, Bloud & Cie, 1909, p. 69.

De là cette sollicitude de tous les instants pour ce jouet, sollicitude où quelques-uns ne sont pas loin de voir un instinct maternel fruste et pour ainsi dire en puissance et où il n’y aura, en réalité, que de l’imitation tout simplement. Imitation encore que ce jeu du soldat auquel l’enfant se livre plus volontiers qu’à tant d’autres.47

  • 48 Ibid., p. 76.

Cette imitation est complétée par une autre « faculté psychique », l’imagination. Nous ne sommes plus en présence d’instincts, de biologie, mais de facultés psychiques, donc de psychologie. C’est grâce à l’imagination que l’enfant peut « animer les choses non douées de vie48 ».

  • 49 Édouard Claparède, Psychologie de l’enfant et pédagogie expérimentale, Genève, Kündig, 2e éd. 1909, (...)
  • 50 Pour ces aspects, voir Gilles Brougère, Jeu et éducation, op. cit., qui analyse l’œuvre de Piaget, (...)

13De toutes ces approches psychologiques sur le jeu et le jouet, les éducateurs vont tirer parti pour promouvoir le rôle éducatif du jouet. Le docteur Édouard Claparède (1873-1940), s’appuyant sur les théories de Karl Groos, y voit le fondement de la pédagogie : le jeu est une impulsion instinctive et l’instrument naturel du développement de l’enfant49. Ainsi, à la veille de la Première Guerre mondiale, le jeu a reçu un cadre théorique qui le valorise et le rend intrinsèquement pédagogique. Durant l’entre-deux-guerres, ces fondements vont trouver des prolongements dans la psychologie de Piaget et dans l’éducation nouvelle50, et ils fournissent une base solide pour considérer que les jouets, instruments du jeu de l’enfant, sont des auxiliaires précieux dans son développement et son éducation. Est-ce que toute cette effervescence autour du jouet d’avant 1914, qui voit cet humble objet de l’enfance transformé en éducateur, en objet de collection, en objet d’histoire, en objet économique porteur de travail et de richesse, est-ce que ce mouvement de promotion du jouet suffira à susciter de nouvelles recherches historiques scientifiques ?

Une histoire du jouet à reconstruire ?

  • 51 B. Schweitzer, « Eine Attische Tonpuppe », Römische Mitteilungen, vol. 44, 1929, p. 1-25 ; Kate Mc (...)
  • 52 Ludwig Deubner, « Spiele und Spielzeug der Griechen », Antike, vol. 6, 1930, p. 162-177.
  • 53 Anita Klein, Child Life in Greek Art, New York, Columbia University Press, 1932.
  • 54 Edmond Pilon, La vie de Famille au xviiie siècle, Paris, Jonquières, 1928 (réédition Albin Michel, (...)

14Après les synthèses de Becq de Fouquières, Léo Claretie et Henri-René d’Allemagne, la recherche sur l’histoire des jeux et des jouets a continué de façon dispersée avec des publications de sources et des articles spécialisés, œuvres le plus souvent d’universitaires, ce qui est nouveau. Ce sont les jouets antiques qui bénéficient le plus de l’avancée de l’archéologie, avec des publications de fouilles, des catalogues de collections, des articles sur certains jouets, particulièrement sur la poupée, sous la plume d’auteurs allemands, américains, suisses51, avec de timides tentatives de synthèse52, et une utilisation des vases grecs pour montrer la vie des enfants, avec leurs jeux et leurs jouets53. En France, l’histoire du jouet semble « en panne », même si nous trouvons une certaine préoccupation pour l’histoire de l’enfant, mais encore très peu problématisée54.

  • 55 Léo Claretie, Les jouets de France, leur histoire, leur avenir, Paris, Delagrave, 1920.
  • 56 Pierre Calmettes, préf. Anatole France, Les joujoux, leur histoire, leur technique, les artisans et (...)
  • 57 Alfred Broquelet, Le Manuel du fabricant de Jouets, Paris, Librairie J. Baillière et fils, 1922. Av (...)

15En fait, c’est encore l’industrie qui préoccupe les auteurs de livres sur les jouets d’après-guerre. Le deuxième livre de Léo Claretie55 est une mise au point sur le jouet français depuis le début du siècle jusqu’au lendemain de la guerre, avec une insistance particulière sur les efforts de la France pour lutter contre la concurrence allemande. Ensuite, un gros ouvrage de Pierre Calmettes56, préfacé par Anatole France – ce qui nous montre que le jouet est devenu un enjeu reconnu par les intellectuels –, fait le tour des techniques, des ateliers, des usines qui fabriquent des jouets vers 1920, avec les tendances du marché, les nouveautés, les prix. Il s’agit donc, dans les deux cas, d’enquêtes industrielles et commerciales, dont la dimension historique n’est pas la préoccupation majeure. Il n’est donc pas étonnant de voir que c’est à la même époque que paraît un Manuel du fabricant de Jouets57.

  • 58 Henri-René d’Allemagne, « Le Village du Jouet à l’Exposition internationale des Arts Décoratifs de (...)
  • 59 René d’Angamella (Henri-René d’Allemagne), La très véridique histoire de Nette et Tintin visitant l (...)
  • 60 Paul Léon, Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes, Paris 1925. Rappo (...)

16Avec ce nouvel horizon des connaissances sur l’industrie du jouet, s’ouvre l’Exposition internationale des Arts Décoratifs et des Industries Modernes de 1925, avec son Village du Jouet, quai d’Orsay. Le rapporteur de la classe XVI, celle des jouets, n’est autre qu’Henri-René d’Allemagne ! Il publie une courte présentation du « Village des jouets »58 avant de présenter son rapport sous la forme originale d’un livre pour enfants59. Cependant, un rapport général insiste sur les aspects techniques nouveaux qui sont entrés dans la fabrication des jouets, montrant ainsi une évolution historique depuis la fin du xixe siècle60.

  • 61 Karl Gröber, Kinderspielzeug aus alter Zeit. Ein Geschichte des Spielzeugs, Berlin, 1928.
  • 62 Max von Boehn, Puppen und Puppenspiele, München, F. Bruckmann, 2 vol., 1929 ; Max von Boehn, Dolls (...)
  • 63 Theodor Hampe, Der Zinnsoldat. Ein deutsches Spielzeug, Berlin, H. Stubenrauch, 1924.
  • 64 Charles Geoffrey Holme, Children’s Toys of Yesterday, Londres, New York, The Studio Limited, 1932.
  • 65 Esther Singleton, Dolls, New York, 1927.
  • 66 Janet Pagter Johl, The Fascinating Story of Dolls, New York, 1941; Janet Pagter Johl, More about Do (...)
  • 67 Eleanor St. George, The Dolls of Yesterday, New York, 1948.
  • 68 Claude Sezan, Les Poupées anciennes, Paris, Les Éditions pittoresques, 1930, très encyclopédique, a (...)
  • 69 Johan Huizinga, traduit par Cécile Seresia, Homo-ludens, essai sur la fonction sociale du jeu, Pari (...)

17Après l’Exposition de 1925, et malgré celle, internationale, de 1937, l’industrie du jouet est moins novatrice et dynamique et les recherches stagnent. Pourtant, à l’étranger, les collectionneurs publient. En Allemagne, Karl Gröber61, Max von Boehn (1860-1932)62, et Theodor Hampe63, à New York Charles Geoffrey Holme (1887-1954)64, Esther Singleton65, Janet Pagter Johl66 et Eleanor St.-George67. Comme leurs collègues étrangers, les collectionneurs français ne s’attaquent pas à de vastes synthèses, mais explorent plutôt l’histoire de chaque type de jouets, et surtout celle de la poupée68. Ce sont les années 1950 et 1960 qui connaitront une explosion de publications monographiques sur toutes sortes de jouets anciens. Les collectionneurs accumulent des matériaux considérables, souvent illustrés par des photographies, abordant les problèmes des fabricants, des marques, et cherchant à en faire l'inventaire. Toutes ces recherches n'ont cependant pas été faites avec les critères de rigueur scientifique et les méthodes propres aux travaux universitaires. Mais l’anthropologie et l’ethnologie vont ouvrir la voie au renouvellement épistémologique de l’histoire du jeu et du jouet qui se dotera de nouvelles bases à partir des années 1950 et 196069.

  • 70 Nicole Belmont, « Folklore et histoire », dans : Arnold Van Gennep, le créateur de l’ethnographie f (...)
  • 71 Celle sur les jeux de quilles, d’Hélène Trémaud, aboutit à son livre, Les Français jouent aux quill (...)
  • 72 Marcel Griaule, Jeux dogons, Paris, Institut d’ethnologie, 1938, coll. Travaux et Mémoires de l'Ins (...)

18Le traducteur de Karl Groos en 1902 était Arnold van Gennep (1873-1957), celui qui a donné un statut scientifique à l’ethnographie de la France, et ce n’est donc pas un hasard si son œuvre considérable comporte de nombreuses enquêtes sur les jeux et les jouets populaires, qu’il ne sépare pas de leur histoire et de leurs fonctions dans la vie sociale et familiale70. George Henri Rivière, directeur de 1937 à 1967 du Musée national des arts et traditions populaires contribua au renouveau des enquêtes d’ethnographie française dont celles sur les jeux71. Quant à l’ethnologie de terrain en Afrique, elle s’enrichit d’une thèse complémentaire de doctorat ès lettres, sur les Jeux dogons, par Marcel Griaule (1898-1956)72. Il s’y montre attentif aux jouets et cherche à classer cette grande variété de jeux recueillis dans 26 villages dogons. Nul doute que ces travaux des ethnologues ne puissent fournir à l’historien matière à réflexion sur l’histoire des jouets selon la place de l’enfant et le type de société dans laquelle il vit. Mais les travaux qui sortiront de ces nouvelles visions du jeu et du jouet ne surgiront que dans la deuxième moitié du xxe siècle.

Conclusion : écrire l’histoire du jouet, un défi sans cesse renouvelé

  • 73 Mais cela vient de se produire : Michel Manson et Hélène Meyer-Roudet, Le jouet et la culture enfan (...)
  • 74 Michel Manson, Jouets de toujours, op. cit., et « Écrire l’histoire du jouet : un défi scientifique (...)
  • 75 Michel Manson, « Les jouets et la différenciation sexuelle : une longue histoire culturelle », dans (...)
  • 76 Michel Manson & Annie Renonciat, « La culture matérielle de l’enfance : nouveaux territoires et pro (...)
  • 77 Michel Manson, « Une histoire des biens de l’enfant jusqu’en 1850 », dans : Gilles Brougère et Anto (...)

19L’histoire du jouet ne pouvait pas, dans la première moitié du xxe siècle, sortir des courants historiographiques dans lesquels elle était apparue. La conception de l’histoire de Léo Claretie est événementielle et anecdotique, et il ne conçoit pas qu’il puisse y avoir une histoire de l’enfant indissociable de l’histoire des jouets. S’inscrivant dans le courant d’une histoire positiviste, il n’en prend pas la rigueur consistant à se référer précisément aux documents de première main. D’Henry-René d’Allemagne, archiviste paléographe, on aurait pu s’attendre à plus de « métier » dans le travail historique, mais nous avons vu que ce n’est pas le cas. Leurs successeurs dans la première moitié du xxe siècle restent dans cette lignée, plus empreinte de la ferveur du collectionneur que du désir d’accomplir un travail scientifique. Dans le domaine patrimonial, il faudra que les collections privées débouchent sur des musées et que certains d’entre eux se dotent d’un projet scientifique, ce qui sera encore plus long73. L’histoire du jouet et sa prise en compte patrimoniale sont en effet obligées de se renouveler en même temps que l’historiographie et que les conceptions du patrimoine. Pour sortir de cet horizon historiographique de la première moitié du xxe siècle, il faudra que l’école des Annales ouvre le champ historique à l’économique, au social et enfin au culturel. Il va falloir découvrir que la famille et l’enfant ne sont pas des invariants biologiques et psychologiques, mais ont une histoire. Et, après l’œuvre pionnière de Philippe Ariès, il faudra construire une histoire scientifique du jouet. Nous avons essayé d’en définir les directions et les exigences dans nos différents travaux74. Parmi les directions récemment renouvelées, il y a l’élargissement des problématiques avec une approche de l’histoire du genre75, des recadrages théoriques avec l’histoire matérielle de la culture d’enfance76, et la prise en compte des jouets parmi les biens de l’enfant77. Construire un savoir scientifique sur un objet matériel demande donc de longs cheminements, des prises de consciences diversifiées qui touchent les acteurs des différentes sciences, chacune évoluant à son rythme et selon ses propres exigences. Nous espérons que l’esquisse que nous avons tracé en prenant le jouet comme territoire d’une telle construction, en a montré la richesse et la complexité et suscitera de nouveaux travaux.

Haut de page

Notes

1 Nous renvoyons pour des analyses plus développées sur l’historiographie du jouet à un article à paraître aux Presses Universitaires de Liège, « Faire du jeu et des jouets des enfants un objet d’histoire. Un long cheminement du xvie au xixe siècle », dans : Véronique Dasen (dir.) Jouer dans l’Antiquité. Définition, transmission, réception.

2 Pour les antécédents de cette histoire du jouet avant le xixe siècle, voir Michel Manson, Jouets de toujours, de l’Antiquité à la Révolution, Paris, Fayard, 2001.

3 Henri Nicolle, Les Jouets, ce qu’il y a dedans, Paris, Dentu, 1868. Articles publiés dans L’Étendard en 1867.

4 Louis Becq de Fouquières, Les Jeux des Anciens, leur origine, leur description, leurs rapports avec la religion, l’histoire, les arts et les mœurs, Paris, Reinwald, 1869. Cf. notre étude « Un érudit inattendu : Louis Becq de Fouquières, le premier historien des jeux et jouets de l’Antiquité », à paraître aux Presses Universitaires de Liège, dans la réédition de l’ouvrage de Becq de Fouquières.

5 Paul Eudel, « Les jouets de Mme Agar », dans : Collection et collectionneurs, Paris, G. Charpentier, 1885, p. 67-78. Pour l’auteur, les poupées sont « contemporaines du premier enfant, aussi vieilles que le monde » et aussitôt après il en donne la date de naissance liée à Poppée, femme de Néron.

6 Frédéric Dillaye, Les Jeux de la jeunesse, leur origine, leur histoire, et l’indication des règles qui les régissent, Paris, Hachette, 1885. Les jouets se retrouvent disséminés dans de nombreux chapitres, et leur histoire est menée de l’Antiquité au temps de l’auteur, qui s’attache ensuite à en donner les usages.

7 Édouard Fournier, Histoire des jouets et des jeux d’enfants, Paris, Dentu, 1889. Deux chapitres concernent le jouet, le premier sur l’industrie, le second sur l’histoire des corporations et des métiers du jouet.

8 Michel Manson, « Le jouet à l’école, d’Oberlin à Pauline Kergomard, signe de modernité ? », dans : Sylvie Rayna, Gilles Brougère (dir.), Jeu et cultures préscolaires, Lyon, INRP, 2010, p. 49-75.

9 Léo Claretie, Les Jouets, Histoire, fabrication, Paris, ancienne Maison Quantin, s.d. [1893].

10 Pierre Robert du Maroussem, La question ouvrière… Tome III : Le jouet parisien, grands magasins, « sweating system », Paris, Rousseau, 1894.

11 Mme Gustave Demoulin, Les jouets d’enfants, Paris, Hachette, 1e éd. 1882, 5e éd. 1899.

12 Gaston Tissandier, Jeux et jouets du jeune âge : choix de récréations amusantes et instructives, Paris, Masson, 1884.

13 Louis Esquieu, Les jeux populaires de l’enfance à Rennes, Rennes, Caillère, 1890. Auguste Fourès, « Les jeux d’enfants en Lauraguais, arr. de Castelnaudary », Revue des langues romanes, tome XXXV, 1891, p. 263-280.

14 Alfred Franklin, La vie privée d’autrefois : l’enfant, la layette, les jouets et les jeux, Paris, Plon, 1896. Voir le chapitre sur les jeux et les jouets, de l’Antiquité au xviiie siècle, p. 229-310. Il cite ses sources (et longuement Héroard) en véritable historien mais se contente le plus souvent d’additionner les anecdotes.

15 Michel Lévy, « Quatrième partie. Industrie. Classe 100. Bimbeloterie », dans : Rapports du jury international. Introduction générale, tome II, Paris, Imprimerie nationale, 1903, p. 382.

16 Léo Claretie, « Jeux et Jouets », dans : Rapport du jury international. Groupe XV. Industries diverses. Deuxième partie. Classes 98 à 100, Paris, Imprimerie nationale, 1902, p. 233-356.

17 Henri-René d’Allemagne, sous un premier titre Musée rétrospectif de la classe 100. Jeux et jouets à l’exposition universelle internationale de 1900 à Paris. Rapport du Comité d’installation, Saint-Cloud, Imprimerie Belin frères, s.d., republié sous le titre Histoire des jouets, Paris, Hachette, s.d. [1902].

18 H.-R. d’Allemagne, Histoire des jouets, op. cit., p. 8.

19 L. Claretie, « Jeux et jouets », op. cit., p. 235.

20 Gilles Brougère, Jeu et éducation, Paris, L’Harmattan, 1995, particulièrement « La rupture romantique », p. 63-95.

21 Auguste Marguillier, « Histoire des jouets, par Henri René D’Allemagne », La Gazette des Beaux-Arts, 1er mars 1903, p. 257-261.

22 Ibid., p. 257.

23 Léo Claretie raconte cela dans L’Enfant à travers les âges. Le Guide Remboursable, édité par Femina, Paris, Ch. Duhamel & Cie, [1901], p. 20-103.

24 Liste des exposants dans Ibid., p. 177-196.

25 Ibid., p. 73.

26 Robert de la Sizeranne, « L’Esthétique de l’Enfance au Petit Palais », Revue des Deux Mondes, 5e période, tome 4, 1901, p. 160-197, citation p. 162.

27 Ibid., p. 176.

28 Dans Conférences données au Petit Palais, publiées avec introduction par Marcel Kleine, Paris, Bureau de L’Enfant, [1901], p. 103-120.

29 Ibid., p. 11-28.

30 G. Chalmarès, « Concours de jouets », La Nature, n° 1489, 7 décembre 1901, p. 11-14, citation p. 11.

31 G. Chalmarès, « Le Concours de jouets 1902 », La Nature, n° 1535, 25 octobre 1902, p. 350-352. Pendant quelques années, G. Chalmarès rend compte du Concours Lépine dans La Nature. L’association des inventeurs (AIFF) crée un périodique, étudié par Marine Granger, Le jeu et le jouet à travers le journal de l’AIFF, 1910-1926 et 1949-1960 [Mémoire de DESS Sciences du Jeu sous la direction de Michel Manson, Université Paris 13, Paris], 1985, 344 f.

32 « Lettre de Léo Claretie aux membres fondateurs, 1er février 1905 », Les Jouets et Jeux anciens, tome I, n° 1, juin 1905, p. 15. Léo Claretie avait déjà publié en 1901 un article « Un Musée de jouets », Le Monde Moderne, p. 469-480, 9 illustrations.

33 M. Braunschwig, L’art et l’enfant, essai sur l’éducation artistique, Toulouse/Paris, Privat, 1907.

34 Annie Renonciat, « L’art pour l’enfant : actions et discours, du xixe siècle aux années 1930 », dans : Annie Renonciat (dir.), L’image pour l’enfant : pratiques, normes, discours (France et pays francophones, xvie - xxe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007 (rééd.), p. 201-217.

35 Léo Claretie, « Les Jouets et l'Art », dans : L'Art pour l'Enfance, Paris, Musée Galliera, 1913, p. 49. Catalogue illustré par Poulbot, avec une couverture de Willette.

36 Plusieurs articles répandent cette idée. Léo Claretie, « Les jouets Français pour les Petits Français », Le Monde Illustré, 25 décembre 1915, affirme : « L’idée est heureuse de faire reposer la renaissance de la poupée sur le sol même de France. » Jeanne Doin, « La renaissance de la poupée française », La Gazette des Beaux-Arts, décembre 1916, p. 432-449. C.M., « Le goût parisien et la renaissance du jouet », L’Œuvre économique, 25 décembre 1916, p. 28-31.

37 Cf. Dominique Ottavi, Pour une histoire de la psychologie de l’enfant, Paris, CNRS Éditions, 2001.

38 Il publie Leçons de psychologie appliquée à l’éducation, Paris, Colin, 1882 et Le mouvement des idées pédagogiques en France depuis 1870, Paris, Imprimerie nationale, 1889. Après sa mort, A. Darlu publie ses cours de 1892-93 et 1893-94, sous le titre Psychologie de la femme, Paris, Colin, 1900, 307 p.

39 G. Brougère, « La psychologie, science du jeu de l’enfant » dans : Jeu et éducation, op. cit., surtout p. 97-113.

40 Léo Claretie, « Jeux et jouets », op. cit., p. 235.

41 Karl Groos, Les jeux des animaux, Paris, F. Alcan, 1902, p. 75-76 (1e éd. allemande, Die Spiele der Tiere, Iéna, 1896).

42 Bernard Perez, L’art et la poésie chez l’enfant, Paris, Alcan, 1888, p. 26.

43 Ibid., p. 38.

44 Frédéric Queyrat, Les jeux des enfants, étude sur l’imagination créatrice chez l’enfant, Paris, Félix Alcan, 1905.

45 Ibid., p. 118.

46 Henri Marion, La psychologie de la femme, Paris, Colin, 1900, p. 74.

47 Henri Bouquet, L’évolution psychique de l’enfant, Paris, Bloud & Cie, 1909, p. 69.

48 Ibid., p. 76.

49 Édouard Claparède, Psychologie de l’enfant et pédagogie expérimentale, Genève, Kündig, 2e éd. 1909, p. 84 et suivantes.

50 Pour ces aspects, voir Gilles Brougère, Jeu et éducation, op. cit., qui analyse l’œuvre de Piaget, la psychanalyse (Mélanie Klein), l’école maternelle et le rôle de l’éducation nouvelle (Maria Montessori, Ovide Decroly), sous l’angle du jeu dans ses rapports avec l’éducation.

51 B. Schweitzer, « Eine Attische Tonpuppe », Römische Mitteilungen, vol. 44, 1929, p. 1-25 ; Kate Mc Elderkin, « Jointed Dolls in Antiquity », American Journal of Archeology, 1930, vol. 34.4, p. 455-479 ; W. Deonna, « Études d’Art antique. À propos de quelques monuments du Musée de Genève, II, L’enfance et ses jeux : les poupées à membres mobiles », Genava, vol. X, 1932, p. 113-118.

52 Ludwig Deubner, « Spiele und Spielzeug der Griechen », Antike, vol. 6, 1930, p. 162-177.

53 Anita Klein, Child Life in Greek Art, New York, Columbia University Press, 1932.

54 Edmond Pilon, La vie de Famille au xviiie siècle, Paris, Jonquières, 1928 (réédition Albin Michel, 1941).

55 Léo Claretie, Les jouets de France, leur histoire, leur avenir, Paris, Delagrave, 1920.

56 Pierre Calmettes, préf. Anatole France, Les joujoux, leur histoire, leur technique, les artisans et les ouvriers, les ateliers et les usines, Paris, Douin, 1924. (Bibliothèque sociale des métiers, dirigée par Georges Renard, professeur d'histoire du travail au Collège de France).

57 Alfred Broquelet, Le Manuel du fabricant de Jouets, Paris, Librairie J. Baillière et fils, 1922. Avant-propos du préfet Lépine (Bibliothèque professionnelle, dirigée par René Dhommée).

58 Henri-René d’Allemagne, « Le Village du Jouet à l’Exposition internationale des Arts Décoratifs de Paris, 1925 », Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, 125e année, mai 1926, p. 399-409.

59 René d’Angamella (Henri-René d’Allemagne), La très véridique histoire de Nette et Tintin visitant le village du Jouet, Paris, Schmitt, 1927.

60 Paul Léon, Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes, Paris 1925. Rapport général. Vol. VIII : Jouets, appareils scientifiques, instruments de musique, moyens de transport (classes 16 à 19), Paris, Larousse, 1928, p. 7-30, XLII planches.

61 Karl Gröber, Kinderspielzeug aus alter Zeit. Ein Geschichte des Spielzeugs, Berlin, 1928.

62 Max von Boehn, Puppen und Puppenspiele, München, F. Bruckmann, 2 vol., 1929 ; Max von Boehn, Dolls and Puppet, Londres, G. G. Harrap & Company, 1932.

63 Theodor Hampe, Der Zinnsoldat. Ein deutsches Spielzeug, Berlin, H. Stubenrauch, 1924.

64 Charles Geoffrey Holme, Children’s Toys of Yesterday, Londres, New York, The Studio Limited, 1932.

65 Esther Singleton, Dolls, New York, 1927.

66 Janet Pagter Johl, The Fascinating Story of Dolls, New York, 1941; Janet Pagter Johl, More about Dolls, New York, 1946.

67 Eleanor St. George, The Dolls of Yesterday, New York, 1948.

68 Claude Sezan, Les Poupées anciennes, Paris, Les Éditions pittoresques, 1930, très encyclopédique, allant des poupées antiques aux poupées en costumes régionaux, évoquant les poupées d'autres civilisations et les marionnettes. Ce n'est qu'une compilation des textes d’H.-R. d'Allemagne, Léo Claretie, etc.

69 Johan Huizinga, traduit par Cécile Seresia, Homo-ludens, essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard, 1951. Roger Caillois, Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1958. Charles Béart, Jeux et jouets de l’Ouest africain, Dakar, I.F.A.N., 2 vol., 1955, collection Mémoires de l’Institut français d’Afrique noire, n° 42.

70 Nicole Belmont, « Folklore et histoire », dans : Arnold Van Gennep, le créateur de l’ethnographie française, Paris, Payot, 1974, p. 132-140.

71 Celle sur les jeux de quilles, d’Hélène Trémaud, aboutit à son livre, Les Français jouent aux quilles, Paris, Maisonneuve et Larose, 1964.

72 Marcel Griaule, Jeux dogons, Paris, Institut d’ethnologie, 1938, coll. Travaux et Mémoires de l'Institut d'Ethnologie, tome XXXII.

73 Mais cela vient de se produire : Michel Manson et Hélène Meyer-Roudet, Le jouet et la culture enfantine, guide du Musée du jouet de Poissy, Paris, éditions Mare et Martin & Ville de Poissy, 2019.

74 Michel Manson, Jouets de toujours, op. cit., et « Écrire l’histoire du jouet : un défi scientifique », dans : Jeux et jouets dans les musées d’Ile-de-France, Paris, éditions Paris-Musées, 2004, p. 72-92.

75 Michel Manson, « Les jouets et la différenciation sexuelle : une longue histoire culturelle », dans : Danielle Chabaud-Rychter & Delphine Gardey (dir.), L’engendrement des choses. Des hommes, des femmes et des techniques, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 2002, p. 103-121, notes p. 310-314.

76 Michel Manson & Annie Renonciat, « La culture matérielle de l’enfance : nouveaux territoires et problématiques », Strenæ [en ligne], n° 4, novembre 2012, url : http://strenae.revues.org/750

77 Michel Manson, « Une histoire des biens de l’enfant jusqu’en 1850 », dans : Gilles Brougère et Antoine Dauphragne (dir.), Les biens de l’enfant. Du monde marchand à l’espace familial, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2017, p. 13-34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Manson, « Le jouet, objet historique et patrimonial », Strenæ [En ligne], 17 | 2021, mis en ligne le 22 mars 2021, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/strenae/6038 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.6038

Haut de page

Auteur

Michel Manson

Professeur émérite de l’Université Paris 13, Laboratoire Experice.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search