Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Fonds d'archives & collectionsPoupée-objet/Poupée-sujet : la co...

Fonds d'archives & collections

Poupée-objet/Poupée-sujet : la collection du Musée de la Vie wallonne

Julie Degré

Résumé

Depuis un siècle, le Musée de la Vie wallonne constitue une importante collection de jouets sur une période allant du xixe siècle à nos jours. Celle-ci comprend de nombreuses poupées.
Dans un musée d’ethnographie et de société tel que le Musée de la Vie wallonne, les collections sont, notamment, les porte-paroles d’un discours critique sur les mœurs et les symboles d’un ou de plusieurs groupes sociaux. Le jouet reflète les bouleversements qui ont transformé l’époque contemporaine. Au-delà de la conservation des pièces phares, quelle place donner à ces objets au sein d’un musée ? Comment les présenter, les décrypter ?
L’exposition Jouet Star qui s’est tenue au Musée du 18 janvier 2015 au 07 janvier 2018 présentait au public une déconstruction des messages véhiculés par les jouets. Elle affichait une volonté de casser les codes muséographiques des musées de jouets en mélangeant les époques, les styles, les matières et en offrant un découpage davantage thématique.
La poupée est un sujet « bon à penser » mais aussi un objet bon à conserver et à exposer dans les musées. La muséalisation de cet objet, au lieu de le figer, doit le rendre vivant aux yeux des visiteurs. Dès son entrée en collection, le jouet devient passeur de mémoire et révélateur des représentations sociales et symboliques passées, présentes et à venir.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Belgique
Haut de page

Texte intégral

Le Musée de la Vie wallonne, du musée de folklore au musée société

1Le Musée de la Vie wallonne voit le jour le 15 mars 1913 à Liège en Belgique. Depuis sa création, l’institution muséale et ses collections ont connu de nombreux changements.

2Trois grandes périodes caractérisent cette mutation du musée de folklore en musée de société.

Première période : la création du musée

  • 1 Nous utiliserons l’acronyme MVW pour désigner le Musée de la Vie wallonne.
  • 2 Pour un Musée de la Vie wallonne. Un appel aux Wallons, Liège, Brochure imprimée par H. Vaillant-Ca (...)

3Le MVW1 doit son existence à plusieurs fondateurs dont Joseph-Maurice Remouchamps. Le MVW est un musée qui se veut résolument populaire, c’est un musée du peuple pour le peuple. Dès 1924, date de création des enquêtes ethnographiques du MVW, les Wallons sont invités à participer à la collecte des objets2.

4Les collections sont constituées dans le but de sauvegarder les vestiges du passé ou les objets en passe de le devenir. C’est cette volonté de conserver des traces matérielles (objets, archives, livres) et immatérielles (photographies et des films) qui caractérise le MVW.

Illustration 1 : M. Castille, cinéaste du MVW, filmant Mme Deloge, une des dernières dentellières au travail en 1937, 1033153.

Développement d’une identité propre

5Dès 1955, le musée se dote d’un service éducatif. Son but est de mettre les richesses du musée à disposition de tous les publics (chercheurs, scolaires, grand public) et d’organiser des activités (visites guidées). Le MVW se trouve un lieu définitif en 1962 (le couvent des Frères mineurs où il est encore aujourd’hui).

6Le parcours muséal ne fait pas de distinction entre une présentation pour les « avertis » et pour le « grand public ». Le MVW mélange les reconstitutions et les objets présentés seuls ou selon un classement qui reflète fidèlement le travail minutieux des enquêtes ethnographiques. La présentation des pièces est réalisée dans un esprit de proximité, presque d’intimité avec les visiteurs (d’où la relative absence de vitrines). Véritables outils de promotion, les expositions temporaires permettent également d’enrichir les collections, de réaliser des enquêtes thématiques et de générer des publications.

Illustration 2 : Vitrines de l’exposition temporaire Parures et Métiers de la femme au MVW, 1977, 1103478-002 & 017.

Un musée de société

7Avec le temps, les musées comme celui de la Vie wallonne ont éprouvé des difficultés à rester actuels ou à susciter l’intérêt du jeune public.

8Tout d’abord, le monde rural s’éteint petit à petit. Ce qui en subsiste est complètement différent. Le monde industriel, quant à lui, connait toutes sortes de transformations.

  • 3 À la réouverture du MVW, la disparition de la reconstitution d’une cuisine ardennaise suscita quelq (...)

9Ensuite, les identités et appartenances des Wallons (terreau sur lequel le musée s’est construit) sont chamboulées avec les premières vagues d’immigration et la globalisation des sociétés. Face à la rapidité de mutation de notre société, le risque de devenir un musée contemplatif s’accroît également. De plus, l’attachement transgénérationnel du public est parfois un frein à l’actualisation du propos3.

  • 4 André Desvallées, François Mairesse, Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Éditions Arm (...)

10Dans les années 1990, un nouveau modèle de musée sert d’inspiration au MVW pour sa future rénovation : le musée de société4. Dans le modèle du musée de société, il ne s’agit plus de proposer au visiteur un miroir prétendument objectif mais de l’inviter à se questionner sur la vie en société. Il propose au visiteur un point de vue, un discours affirmé que l’objet vient servir. En ce sens, les musées qui ont choisi ce mode d’exposition n’ont plus comme point central l’objet en lui-même, mais celui-ci en tant que signe au service du discours.

  • 5 Cécile Quoilin, « Le projet muséal du Musée de la Vie wallonne, entre évolution et continuité », Le (...)

11Le projet de rénovation du MVW s’inspire clairement de ce renversement. Ainsi, au tournant des années 2000, le MVW entame un profond renouveau et ce, à plusieurs niveaux : architectural, scénographique et idéologique5.

Illustration 3 : Cloître du MVW rénové.

Réouverture et actualisation des collections

  • 6 Guide du visiteur, Liège, Musée de la vie wallonne, 2012.

12Le nouveau MVW ouvre ses portes en 2008 après quatre années de travail réflexif. La scénographie est complètement repensée en relation avec le propos scientifique. De nouvelles vitrines présentent des thématiques illustrées par les objets de la collection : les différentes facettes de la Wallonie, la communication, la vie économique, les rites de passages, la société de consommation, les loisirs, l’éducation…6

Illustration 4 : Salle Espace Wallonie(s).

13Cette volonté de transmettre autrement le message passe aussi par l’augmentation de l’offre d’évènements satellites tels que des concerts, des projections cinématographiques, des conférences, des stages, des animations et d’autres activités qui visent à attirer un large public (et donc la société) au MVW.

14La programmation d’expositions temporaires suit également cette tendance au sein des deux espaces qui leur sont dédiés. La muséographie employée s’efforce toujours de proposer aux visiteurs un nouveau regard sur les collections du musée, parfois en dialogue avec des collections d’institutions extérieures ou des artistes contemporains. Ces expositions assument une intention d’ancrer leur propos dans le présent et d’aborder la complexité de notre rapport au monde.

15Lors de la rénovation, un travail en profondeur est entamé au sein des collections. Celles-ci sont déplacées en 2004 vers de nouvelles réserves sur le site d’Ans, à 12 km de Liège. Tout doit être réorganisé, reclassé, ré-inventorié. À cette occasion, certains manques sont comblés, surtout en ce qui concerne la période de la fin du xxe siècle. La collection s’étoffe donc d’objets contemporains pour davantage coller à la réalité sociale et culturelle.

16À ce moment, les équipes redécouvrent, avec intérêt, la collection de jouets et constatent l’importance des poupées dans celle-ci.

Illustration 5 : Exposition Au nom du foot au MVW, 2017.

La collection de jouets du Musée de la Vie wallonne

Les poupées au MVW

  • 7 Guide du visiteur, op. cit., p. 205.

17Depuis un siècle, le MVW constitue une importante collection de jouets sur une période allant du xixe siècle à nos jours. Celle-ci comprend de nombreuses poupées : de la plus précieuse à la plus actuelle et de la plus connotée à la plus innocente. Un extrait du guide du visiteur indique « les poupées nous renseignent non seulement sur les formes prises au 19e siècle par ce type éternel de jouet où se manifeste l’instinct déjà maternel de la fillette, mais aussi indirectement sur la mode féminine du temps7. »

  • 8 Principales divisions du catalogue suivies des règles principales de l’orthographe wallonne, Liège, (...)

18Dans l’ancien catalogue du MVW8, le jouet, y compris les poupées, occupe une place bien précise : sous l’index 12.G. La poupée, dans ce sens, est vue comme un témoin privilégié de l’âge tendre, essentiellement féminin. Ce classement spécifique se rapporte à une période de la vie (l’enfance) et non pas à l’utilisation fonctionnelle de l’objet en tant que jouet d’imitation orienté en fonction de trois grandes thématiques : le fait de s’occuper de la maison, la maternité et la mode.

Illustration 6 : Extrait du catalogue du MVW, 1966.

  • 9 Musée de la Vie wallonne. Thésaurus thématique pour la classification et l’indexation des collectio (...)

19Aujourd’hui, le nouveau thésaurus thématique du MVW9 intègre le jouet non plus sous sa forme matérielle mais dans la classe des activités ludiques et éducatives qui se trouve dans la partie des activités de loisirs. Les poupées y occupent le groupe du jeu d’imitation et la section des figurines. La figurine permet de regrouper les objets représentant un être humain, un animal ou un personnage de fiction. Elle peut être articulée ou non-articulée.

20Les poupées et leurs accessoires occupent une place importante dans la collection. En effet, sur les 5560 objets catégorisés comme jouets, environ 1300 sont encodés sous la description de « poupée », ce qui représente une proportion d’à peu près un quart !

21Comment s’est constituée la collection de jouets et, plus précisément, de poupées, du MVW ? Le don, le dépôt ou l’achat sont les principales sources d’acquisition du MVW. Ce dernier reçoit un jouet dont le donateur n’a plus usage, il peut s’agir d’un objet qui lui appartient directement ou qu’il reçoit en héritage.

22Le jouet est un objet particulier. Tout d’abord, c’est un objet investi émotionnellement par son propriétaire. La poupée est souvent le jouet préféré, tout comme la peluche. L’enfant donne plus qu’un nom à son jouet, il lui donne vie, lui invente une histoire, une famille et des amis. Ainsi, le jouet est rarement cédé par l’enfant lui-même mais souvent par ses parents ou l’adulte qu’il est devenu.

23Parfois, un passionné peut transmettre sa collection. Parmi ceux-ci, citons, Eugène Polain (1865-1951), notable liégeois passionné de folklore et d’histoire qui fut conservateur du MVW de 1923 à 1926. Sa collection comporte bon nombre d’objets du quotidien populaire. Il laisse en dépôt au musée de nombreux jouets et objets liés à l’enfance. Parmi ceux-ci, nous trouvons des poupards en bois ou en carton-pâte, de petits jouets musicaux comme des sifflets et des guimbardes, des poupées ethnographiques, des animaux en bois, quelques jouets d’imitation (outils, ustensiles de ménage), des accessoires de poupées, des toupies et ce que l’on appelle à l’époque « la bimbeloterie ».

24Ceux-ci ont pour particularité d’être des objets de peu de valeur, si ce n’est celle d’être des témoins fugaces d’une activité ludique ordinaire au xixe siècle.

25Dans une telle perspective, c’est le rôle du musée de conserver de tels objets appelés à se désagréger au fil du temps car délaissés par l’enfant qui grandit, endommagés par le jeu ou passés de mode pour certains. L’objet est porteur d’une valeur ethnographique et patrimoniale et arrive au musée en tant que tel.

26Afin de compléter sa collection de jouets qui couvre pour la plupart les années 1850 à 1950, le MVW a également fait l’acquisition de poupées et jouets plus récents datant de la deuxième moitié du xxe siècle. Parmi ceux-ci, un exemple particulier : la poupée Golden Princess de Sebino. Le MVW acquiert une machine à coudre-jouet Golden Panoramic de Singer. Suite à des recherches, les agents du MVW découvrent que la machine est liée à une poupée, la Golden Princess et à des ensembles prêts à coudre pour celle-ci. Dans un souci de cohérence, la poupée est acquise en complément ainsi que ses modèles de tenues à confectionner. Ceux-ci portent tous des prénoms typiques des années 60-70 (Corinne, Valérie, Isabelle, Aline, Nathalie).

Illustration 7 : Poupée Golden Princess de Sebino et sa machine à coudre Singer, MVW, 5053329 & 5053330.

27Le MVW peut également accueillir des pièces dans le cadre d’expositions temporaires. Celles-ci peuvent provenir d’une personne privée ou d’un musée. Par exemple, pour l’exposition Jouet Star, que nous aborderons plus tard, des emprunts ont été réalisés auprès d’une association visant la sauvegarde des jeux vidéo et jouets des années 1980.

Les marques emblématiques

28Le jouet ancien au musée est perçu comme un objet d’artisanat, exemple du savoir-faire des manufactures belges et wallonnes.

29Quels fabricants de poupées sont emblématiques dans nos collections ? Certaines marques sont spécialisées dans la poupée, d’autres les incluent dans un assortiment plus large (peluches, accessoires, jouets d’éveil).

  • 10 Jean-Louis Boussart, Le jouet à Liège de la belle époque aux années 50, Liège, éditions du Perron, (...)

30Le Jouet liégeois est une fabrique coopérative créée pendant la Première Guerre mondiale. C’est une œuvre patriotique qui a pour but de remettre au travail les chômeurs et invalides de guerre10. La particularité de ces jouets est leur ancrage local : les poupées du Jouet liégeois représentent souvent le type féminin populaire wallon avec une prédilection pour les petits métiers de la rue.

31Le MVW possède une maison de poupée de la marque avec tous ses accessoires (mobilier, poupées, vaisselle, pots de fleurs, rideaux et nappes). Il s’agit de la maison Renson située rue Chéravoie à Liège et démolie en 1927. La maison Renson était une boutique de bouquiniste et de perruquier. Elle fut transformée en café à l'enseigne de maillet.

  • 11 Porteuses de charbon et de légumes qui effectuaient la jonction entre la ville et la campagne.
  • 12 Marchande de légumes.

32Dans le catalogue de la firme, également conservé au musée, on trouve différentes figurines de 55 cm de hauteur, au corps en bois et à la tête en plâtre munies de leurs accessoires : la botteresse11, la marchande du pays de Herve, l’ardennaise de Spa, la cotiresse12… Le Jouet liégeois produisait également des poupées plus rudimentaires en étoffe de 30 cm de hauteur, qui représentaient également des types populaires inspirés des petits métiers comme la balayeuse de rue ainsi que des personnages inspirés de la commedia dell’arte (Pierrot et Polichinelle).

Illustration 8 : Maison de poupée Renson et ses accessoires du Jouet Liégeois, MVW, 1917, 5011158.

Illustration 9 : Poupée ethnographique du Jouet Liégeois, la Marchande du pays de Herve, MVW, 5003253.

Illustration 10 : Extrait du catalogue du Jouet Liégeois, poupées d’étoffe, MVW, 2021336.

  • 13 Paul Herman, Poupées made in Belgium, Bruxelles, Glénat, 1988, p. 37.

33L’entreprise Unica, de Courtrai, est créée en 1923 par Jeanne Verhoye et Joseph Deckmyn. Il s’agit du plus important fabricant de poupées belges jusqu’aux années 1970. La plupart des travailleurs étaient des artisans allemands spécialisés dans les jouets venus trouver du travail en Belgique après la guerre13. Les matériaux utilisés sont le carton-pâte et les matières plastiques. La firme déposera de nombreux brevets concernant la fabrication et le moulage des têtes.

34La poupée Mamzelle Paname se démarque de la douzaine détenue par le MVW. Lancée dans les années 1960, elle a pour particularité d’être habillée par le couturier français Jacques Esterel. Destinée à concurrencer la poupée Barbie, elle arbore un corps de rêve et de nombreuses toilettes alignant minijupes et robes trapèzes. Avec sa moue mutine et ses grands yeux, elle apparaît comme le parfait esprit de son époque, celle des yéyés et du twist.

Illustration 11 : Poupée Mamzelle Paname d’Unica, MVW, 1960, 5053192.

35Gaumel, concurrent d’Unica, créé en 1937 dans la banlieue anversoise, commercialise des poupées au corps en tissu rembourré et à la tête en carton. La production se fait à grande échelle avec des modèles peu sophistiqués représentant des clowns ou des personnages aux vêtements chamarrés et colorés dont le MVW possède quelques exemplaires.

36À Bruxelles, c’est la firme Chantrain qui se démarque durant les années 1920 par ses poupées originales aux visages recouverts d’un tissu « peau de pêche » et aux yeux peints. Leur design, peu réaliste, est inspiré du mouvement art déco et leur donne un air caractéristique de jeune femme ingénue. Le MVW possède dans ses collections une poupée de salon de la marque. Ces poupées n’étaient pas destinées aux enfants, elles ornaient les intérieurs bourgeois en tant que décoration et témoin du bon goût.

Exposer les poupées au Musée : le cas de l’exposition Jouet Star

37Quel rôle donner aux poupées dans un musée de société ? Au-delà de la représentativité historique d’une époque, il s’agit de faire parler le jouet en tant que porteur de discours.

38Les jouets sont peu présents dans le parcours de référence actuel du MVW. Les rares jouets exposés le sont souvent dans le but d’illustrer une thématique spécifique. Par exemple, une poupée de mode et sa malle contenant des vêtements se trouve dans la vitrine consacrée au tourisme et aux voyages.

39Pour pallier ce manque, plusieurs jouets sont exposés dans un section du parcours de référence. L’équipe de la médiation culturelle intègre celle-ci à certaines visites destinées aux écoles.

  • 14 Catalogue de l’exposition « Jouet Star », Musée de la Vie wallonne, Liège, éditions de la Province (...)

40Suite à l’abondance de jouets dans la collection, l’exposition Jouet Star14 ouvre ses portes, du 18 novembre 2015 au 07 janvier 2018. L’exposition s’adresse tant aux enfants qu’aux adultes, et elle joue donc sur deux niveaux de lecture.

41Le premier est évident : l’émerveillement face à des jouets surprenants, drôles et qui rappellent l’enfance.

42L’objectif second de l’exposition est de démontrer aux visiteurs que les jouets sont porteurs de messages, de valeurs, de croyances et de stéréotypes.

43Le jouet trouve sa fonction première au travers de l’activité ludique de l’enfant. La thématique de la chambre d’enfant en désordre est prise comme point de départ pour des mises en scènes dynamiques, « comme si un enfant avait joué ». Ce parti pris scénographique sert le propos de l’exposition qui veut éviter une présentation des objets par époque, par matière ou par marque. L’idée de départ est d’éviter une muséalisation et une mise à distance trop grande (malgré la présence de vitrines) avec un objet empreint d’intimité.

Illustration 12 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.

44Une autre volonté est de provoquer le débat : les jouets sont-ils sexistes ? Peuvent-ils être utilisés à des fins de propagande ? Prônent-ils la consommation à tout prix ? Sont-ils des outils de prosélytisme déguisés ? Pour ce faire, il a été choisi de parfois forcer le trait.

45Ainsi, tout au long du parcours, le message délivré par l’intermédiaire du jouet et l’activité créatrice de l’enfant par le jeu sont toujours mis en tension. Le visiteur (qu’il soit grand ou petit) est appelé à se questionner sur l’inné et l’acquis.

46En ce qui concerne les poupées, fabriquées par des adultes et plus souvent mises à disposition des petites filles, elles sont présentes dans presque toutes les thématiques abordées dans l’exposition à l’exception de celle consacrée aux jouets et à la technologie (jouets mécaniques, robots, trains et jeux vidéo).

Les enfants modèles

47La première thématique abordée est la plus évidente. Tellement évidente qu’elle nous paraît naturelle. Aux petites filles, on associe le rose et aux petits garçons le bleu. Au-delà de cette vision caricaturale, le monde des enfants ne semble pas concerné par les discours officiels d’égalité des genres promu dans les démocraties occidentales.

Les petites filles modèles

48Trois grands types de poupées pour filles sont exposés :

49Le premier est la poupée d’initiation du xixe siècle, laquelle prépare la petite fille des classes aisées à son rôle de maîtresse de maison. Elle représente souvent une jeune femme. La qualité esthétique de ces onéreux objets et de leurs trousseaux n’autorise d’ailleurs que de sages jeux sous l’œil vigilant des adultes. Parmi celles-ci, une poupée Steiner & Bourgoin de 1884 richement vêtue. Sa tête est en biscuit et ses cheveux en mohair. Son corps est en composition. Elle est accompagnée de son trousseau. La poupée est munie d’un mécanisme d’horlogerie rendant ses yeux mobiles.

50Le deuxième type de poupée exposé est celui qui figure un bébé ou un petit enfant. La poupée « bébé », qui représente un enfant, apparaît vers le milieu du xixe siècle. Le corps de cette poupée a la taille moins marquée et les membres sont plus potelés. Lors de l’exposition, un bébé de la célèbre marque Bru est présenté, c’est un « bébé téteur » à la tête en porcelaine et au corps en peau. Il possède un mécanisme relié par une poire en caoutchouc qui lui permet de mimer la tétée.

Illustration 13 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.

51Les changements dans le monde de la poupée nous apportent de précieuses informations sur notre vie en société. Petit à petit, suite à l’évolution des mœurs, on reconnaît à l’enfant le droit de jouer avec davantage de liberté. Parallèlement, des matériaux moins fragiles et moins nobles favorisent une relation plus maternelle entre la fillette et sa poupée. Le maternage est de plus en plus encouragé, notamment par le petit baigneur qui peut être immergé dans l’eau.

Illustration 14 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.

52Dans l’exposition, les poupées sont mises dans des situations illustrant ce phénomène : là où la poupée en peau de chevreau prend la pose symboliquement, le pied dans son bassin en porcelaine, les bébés Collin en celluloïd et Schildkröt en vinyle prennent un bon bain moussant…

53Le troisième type est la poupée mannequin moderne dont la plus répandu est la Barbie de Mattel.

54En 1959, alors que la femme au foyer accède, peu à peu, au monde du travail, la poupée Barbie apparaît. D’emblée, elle affiche sa différence face aux poupées classiques. Barbie représente un monde adulte, désirable, fait de beauté, de richesse et d’indépendance loin du foyer. L’objet est à contre-courant des valeurs traditionnelles. Son corps irréaliste est fortement sexualisé avec des courbes marquées et une poitrine affirmée. Son monde tout en rose est celui des loisirs futiles.

55Afin de marquer la rupture que représente Barbie, nous la plaçons dans une situation inédite : une manifestation pour le droit des femmes. Ainsi, le défilé comporte une série de poupées Barbie dans différentes tenues brandissant des pancartes aux messages tels que : « Le rose ça pue ! » ou « Je n’attends pas le prince charmant ». En arrière-plan, une reproduction d’une photo de manifestation des femmes ouvrières de la Fabrique Nationale de Herstal (archive du MVW) en 1966 avec comme revendication un salaire égal à celui des hommes.

56À droite, une maison de poupée fabriquée par Christain Hacker vers 1880, termine la mise en scène.

Illustration 15 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.

57Avec ce dispositif mettant en dialogue plusieurs expôts, le message diffusé amène le visiteur à remettre en perspective certaines idées préconçues. La poupée Barbie diffuse aujourd’hui un message stéréotypé mais il n’en a pas été toujours ainsi. La liberté d’inventer des histoires avec les jouets peut devenir un moyen d’exprimer une émancipation, notamment, vis-à-vis des discours sexistes. Les jouets servent aux enfants à se confronter aux stéréotypes, à les tester et à les comprendre.

Poupées de garçons

58Du côté bleu de l’espace des « enfants modèles », se trouvent les jouets de garçons : véhicules, soldats, jeu de construction, machines en tout genre, armes avec lesquels le petit garçon est amené à maîtriser son environnement. Au cœur du discours, le thème récurrent de la conquête est omniprésent tant dans les domaines géographique et scientifique que magique.

59Dans plusieurs vitrines, se trouve une poupée : Action Man et ses diverses déclinaisons qui découlent du célèbre GI-Joe d’origine américaine. Première poupée articulée pour garçon, Action Man est une version de la Barbie ultra-masculinisée. Contrairement à son homologue féminin, il peut se tenir debout seul. Une des figurines que possède le MVW possède une garde-robe impressionnante et de multiples accessoires rangés dans un coffre de mission : tenues de combat, chaussures, armes, parachute. Comme Barbie, il est vendu avec une aventure à vivre dans la jungle, le désert, les profondeurs marines ou l’espace.

Illustration 16 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.

  • 15 Concours de culturistes organisé à Saint-Nicolas, 12 mai 1962.

60Dans l’exposition, l’accent est mis sur la physionomie de ces héros. Pour continuer la comparaison avec la poupée star de Mattel, on peut affirmer que les petits garçons sont également soumis à des diktats de corps bodybuildés à l’extrême. Une vitrine joue sur ce parallélisme en exposant les célèbres Masters of the Universe (emprunt réalisé par le MVW), et des Action Man en pleine démonstration de force dans un monde médiéval. Au fond de la scène nous y avons ajouté une photo de culturistes provenant du fond d’archives Desarcy Robyns du MVW15.

De tout & de rien

61Parfois, l’enfant crée son propre jouet à partir de simples éléments : chiffons, ficelles, emballages ou bouts de bois dont les formes présentent les traits d’un visage.

62Perdues ou détériorées, ces créations résistent mal au temps qui passe. Sans valeur marchande, elles sont l’antithèse du jouet commercial produit en série.

S’amuser avec peu

63Dans l’Anti-Atlas marocain, cette pratique se révèle très courante. En effet, dans ces milieux ruraux, les adultes n’offrent pas ou peu de jouets. Les poupées sont fabriquées par les enfants eux-mêmes au moyen de matériaux de récupération, de sacs plastiques et de roseaux. Cependant, celles-ci n’échappent pas à des modèles prescrits par leur environnement social. Les thématiques ludiques sont fortement semblables à celle pratiquées dans nos sociétés occidentales. Aux poupées femmes sont réservés les soins aux jeunes enfants, la préparation du repas, le mariage et la grossesse. Les poupées hommes, moins fréquentes, figurent un jeune marié, un cavalier, un berger. La réalisation de ces poupées semble obéir à une tradition transmise de génération en génération. Elles sont utilisées principalement dans des jeux en groupe dont le rôle induit est de consolider le collectif.

64Dans l’exposition, les poupées marocaines étaient issues de la collection de Jean-Pierre Rossie conservée au Musée du Jouet de Moirans-en-Montagne. Elles étaient placées en regard de la collection de jouets éphémères du MVW créés par des enfants.

Illustration 17 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.

Illustration 18 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.

En-jeux

65D’une façon explicite ou subtile, certains jouets inculquent une croyance ou distillent une idéologie. Rien de surprenant, dès lors, à ce que les religions ou certains régimes politiques les utilisent au service de leur cause.

66Cet espace, situé à mi-parcours de l’exposition est un moment de respiration et de réflexion accrue. Les poupées de cette thématique sont les seules présentées sans mise en scène « comme si un enfant avait joué » car leur expression symbolique (religieuse, magique, raciale ou politique) est très chargée. Cependant, nous n’avons pas voulu tomber dans le piège de la censure ou de la fausse neutralité.

67Ces poupées sont tellement étonnantes, voire interpellantes, qu’elles appellent la sobriété dans leur présentation.

Illustration 19 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.

Croire

68Parmi les poupées avec une destination religieuse explicite se trouve une poupée moniale de marque Unica faisant partie des collections du MVW. Son corps est en étoffe et sa tête en carton-pâte. Ce genre de poupées était utilisé afin de créer des vocations chez les petites filles à l’instar des jeux de messe pour les petits garçons.

Illustration 20 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.

  • 16 Anne Morelli, « Les jouets religieux dans les collections belges », dans : Enquêtes du Musée de la (...)

69L’usage de cette poupée peut revêtir plusieurs formes. Outre le jeu classique d’imitation, la poupée pouvait être utilisée dans des scénettes miniatures contenues dans une boîte vitrée. Ces boîtes de nonne représentaient la religieuse dans sa cellule. Parfois, on pouvait offrir à la famille de la novice une poupée religieuse lors de son entrée dans les ordres. Elle était destinée à prendre la place de la jeune fille dans la maison16.

70Parmi les jouets à connotation religieuse, on trouve aujourd’hui de nombreux jouets musulmans dont la poupée Chifa. Cette poupée est dotée d’un dispositif sonore et lumineux. Elle récite en français et en arabe des sourates du Coran. Lorsqu’elle parle, ses oreilles s’éclairent, « La science étant lumière » comme mentionné sur la boîte. Chifa permet d’apprendre les incantations à réciter au lever et au coucher mais aussi celles destinées à guérir de maladies et à se protéger du mal. Cette poupée est révélatrice d’un marketing qui recourt principalement à la religion comme argument de vente sur internet.

71Son succès commercial via la vente en ligne est probablement lié à une volonté des parents de transmettre des valeurs et des croyances absentes des autres productions ludiques. Le MVW en a fait l’acquisition ainsi que d’autres jouets lors de la foire musulmane de Bruxelles en 2014.

Pouvoir

72Vers la fin du xixe siècle, l’industrie de la poupée est en plein essor, cela coïncide également avec l’apparition des premiers empires coloniaux. Les Européens se confrontent à une autre culture. Cela favorise la création de poupées noires. La plupart des fabricants se contentent, au début, de colorer le corps et le visage occidental. D’autres, par souci de réalisme, réalisent des moules spécifiques qui reproduisent plus ou moins fidèlement les traits et la chevelure des ethnies concernées. Une des poupées présentées est de marque Heubach et date des années 1920, sa tête est en biscuit, son expression bouche entrouverte laisse apparaitre deux dents, ses yeux dormeurs sont en verre, il a les lobes des oreilles percés ornés d’anneaux. Son corps, semi-articulé, était à l’origine vraisemblablement recouvert d’un pagne, selon les stéréotypes de l’époque.

73Dans la vitrine consacrée aux jouets de la colonisation, figure également une poupée gonflable dont l’aspect raciste nous fait réagir aujourd’hui, et ce d’autant plus qu’elle date des années 1970. C’est un jouet publicitaire de la marque de caramels MI-Cho-Ko de la Pie qui chante.

  • 17 Maquillage qui consiste pour une personne blanche à se grimer en une caricature stéréotypée de pers (...)

74Son accoutrement, les traits de son visage, ses oreilles exagérément trouées ne sont pas sans rappeler la caricature du « Black face17 ».

Illustration 21 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.

La poupée au Musée, un objet de collection ethnographique

75La dernière section de l’exposition pose la question : que deviennent les jouets de notre enfance ? Ils peuvent être vendus, remisés à la cave ou transmis à la génération suivante pour faire le plaisir d’autres enfants.

76Parfois, ils finissent dans les mains d’adultes, la poupée, ancienne ou moderne, étant un des jouets les plus conservés. Le collectionneur entretient d’ailleurs une relation ambigüe avec l’objet de ses désirs. Celui-ci convoite un parfait exemplaire doté de tous ses accessoires d’origine ; en réalité, une poupée avec laquelle personne n’a joué.

77Les poupées deviennent également des objets « bons à conserver et à exposer » dans les musées de société. Dès son entrée en collection, la poupée devient souvent passeuse de mémoire et révélatrice des représentations sociales et symboliques passées, présentes et à venir. Elle nous renseigne sur de nombreux paramètres de la vie en société.

  • 18 Gilles Brougère, « Le jouet, objet extrême », Design Recherche, septembre 1992, p. 37-44.

78Mais n’oublions pas que ces informations sont bien souvent tronquées. La poupée (et ses divers accessoires), associe valeur symbolique et fonction18. En vérité, elle est un outil de simulation du monde réel fabriqué à l’attention des enfants. En ce sens, elle n’est pas une pièce ethnographique comme les autres car elle est créée pour jouer à « faire semblant ».

79La muséalisation d’un jouet comme la poupée, au lieu de la figer, doit la rendre vivante aux yeux des visiteurs. Pour ce faire, nous pouvons lui donner une place en tant que sujet de débat de société. Ce discours est porté par l’exposition, tant par le propos scientifique et la médiation qui l’accompagne que par la scénographie. La poupée est amenée à susciter la discussion au sein d’un récit muséal. L’expérience vécue par le visiteur l’encourage à écrire, ensuite, sa propre histoire.

Haut de page

Notes

1 Nous utiliserons l’acronyme MVW pour désigner le Musée de la Vie wallonne.

2 Pour un Musée de la Vie wallonne. Un appel aux Wallons, Liège, Brochure imprimée par H. Vaillant-Carmasse, 1913.

3 À la réouverture du MVW, la disparition de la reconstitution d’une cuisine ardennaise suscita quelques émotions négatives de la part de certains visiteurs.

4 André Desvallées, François Mairesse, Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Éditions Armand Colin, 2011, p. 628.

5 Cécile Quoilin, « Le projet muséal du Musée de la Vie wallonne, entre évolution et continuité », Le Musée de la Vie wallonne. Entre continuité et renouvellement, Actes du colloque des 26 et 27 février 2013, Liège, 2014, p 9.

6 Guide du visiteur, Liège, Musée de la vie wallonne, 2012.

7 Guide du visiteur, op. cit., p. 205.

8 Principales divisions du catalogue suivies des règles principales de l’orthographe wallonne, Liège, Musée de la Vie wallonne, 1966, p. 25.

9 Musée de la Vie wallonne. Thésaurus thématique pour la classification et l’indexation des collections muséales, Liège, éditions de la Province de Liège, 2017.

10 Jean-Louis Boussart, Le jouet à Liège de la belle époque aux années 50, Liège, éditions du Perron, 2001.

11 Porteuses de charbon et de légumes qui effectuaient la jonction entre la ville et la campagne.

12 Marchande de légumes.

13 Paul Herman, Poupées made in Belgium, Bruxelles, Glénat, 1988, p. 37.

14 Catalogue de l’exposition « Jouet Star », Musée de la Vie wallonne, Liège, éditions de la Province de Liège, 2016.

15 Concours de culturistes organisé à Saint-Nicolas, 12 mai 1962.

16 Anne Morelli, « Les jouets religieux dans les collections belges », dans : Enquêtes du Musée de la Vie wallonne, tome XIII, Liège, Musée de la Vie wallone, 1972-1974, p. 221-227.

17 Maquillage qui consiste pour une personne blanche à se grimer en une caricature stéréotypée de personne noire.

18 Gilles Brougère, « Le jouet, objet extrême », Design Recherche, septembre 1992, p. 37-44.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration 1 : M. Castille, cinéaste du MVW, filmant Mme Deloge, une des dernières dentellières au travail en 1937, 1033153.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Illustration 2 : Vitrines de l’exposition temporaire Parures et Métiers de la femme au MVW, 1977, 1103478-002 & 017.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Illustration 3 : Cloître du MVW rénové.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Légende Illustration 4 : Salle Espace Wallonie(s).
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende Illustration 5 : Exposition Au nom du foot au MVW, 2017.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Illustration 6 : Extrait du catalogue du MVW, 1966.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Légende Illustration 7 : Poupée Golden Princess de Sebino et sa machine à coudre Singer, MVW, 5053329 & 5053330.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende Illustration 8 : Maison de poupée Renson et ses accessoires du Jouet Liégeois, MVW, 1917, 5011158.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Légende Illustration 9 : Poupée ethnographique du Jouet Liégeois, la Marchande du pays de Herve, MVW, 5003253.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Légende Illustration 10 : Extrait du catalogue du Jouet Liégeois, poupées d’étoffe, MVW, 2021336.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Légende Illustration 11 : Poupée Mamzelle Paname d’Unica, MVW, 1960, 5053192.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Illustration 12 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Illustration 13 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Légende Illustration 14 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Légende Illustration 15 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 15M
Légende Illustration 16 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Légende Illustration 17 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Légende Illustration 18 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Légende Illustration 19 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Illustration 20 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Légende Illustration 21 : Exposition Jouet Star au MVW, novembre 2015.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6063/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Degré, « Poupée-objet/Poupée-sujet : la collection du Musée de la Vie wallonne », Strenæ [En ligne], 17 | 2021, mis en ligne le 22 mars 2021, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/strenae/6063 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.6063

Haut de page

Auteur

Julie Degré

Chargée des expositions – Médiation culturelle
Musée de la Vie wallonne
Cour des Mineurs
4000 Liège
Belgique

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search