Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Comptes rendusTranslating for children beyond s...

Comptes rendus

Translating for children beyond stereotypes / Traduire pour la jeunesse au-delà des stéréotypes

Susan Pickford
Référence(s) :

Adele d'Arcangelo, Chiara Elefante, Valeria Illuminati (dir.), Translating for children beyond stereotypes / Traduire pour la jeunesse au-delà des stéréotypes, Bologne, Bononia University Press, coll. « Studi Interdisciplinari su Traduzione, Lingue e Culture », 2019, 210 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ce volume, modeste par sa taille mais grand par sa portée, est issu des travaux du Centre MeTRa, consacré à la médiation et à la traduction de la littérature pour la jeunesse, à l'université de Bologne. Ce jeune centre de recherche, dont les premiers travaux datent de 2014, affiche sur son site web son ambition d'être un « punto di riferimento internazionale1 » en proposant toute une gamme de publications et de ressources bibliographiques, en organisant des conférences, colloques et autres ateliers, et en tissant des liens avec d'autres groupes de recherche consacrés aux Childhood Studies. À en juger par la qualité de cette publication, le centre est effectivement en voie de devenir une référence internationale dans ce domaine.

2L'ouvrage commence par une importante préface qui situe son champ de recherche, à la croisée de plusieurs domaines qui sont en voie de reconnaissance institutionnelle. La littérature de jeunesse est aujourd'hui reconnue en tant qu'objet de recherche ayant ses propres logiques culturelles, idéologiques, politiques, économiques et commerciales. Ces logiques trouvent un écho dans le tournant culturel en traductologie, autre domaine longtemps resté marginal en recherche. Tout indique qu'il s'agit là d'un riche terrain à défricher, offrant de multiples perspectives, tant synchroniques que diachroniques. La question des stéréotypes en traduction se révèle également un angle très fécond, se prêtant à des lectures féministe, queer, et post-coloniale.

3L'ouvrage consiste en cinq parties avec chacune entre un et trois articles. Si la majorité porte sur des études de cas soit du marché éditorial à l'échelle nationale soit d'un ouvrage et sa traduction, la dernière section, qui ne contient qu'un seul article, aborde un sujet à part : les enfants médiateurs linguistiques. Il est peut-être à regretter que cette sous-partie ne soit pas plus étoffée, car il y a certainement matière à dire sur la question.

4La première partie est consacrée aux tendances macro dans la traduction de la littérature de jeunesse, à l'échelle soit de l'industrie dans son ensemble, soit d'un pays dans une perspective diachronique. L'article de Mirella Piacentini porte sur ce qu'elle appelle le « prisme déformant » des stéréotypes dans la traduction de la littérature de jeunesse. Se situant en tête des chapitres, il dresse le cadre théorique pour la suite, tout d'abord en soulevant la problématique d'une littérature « mineure », voire « simple » (p. 29), dont paradoxalement les défis de traduction sont énormes : elle cite Rose-Marie Vassallo, traductrice anglais-français de littérature jeunesse, qui avance que « traduire du simple n'a rien de simple » (p. 30). Se pose ensuite la question du lectorat, forcément pluriel, les adultes (bibliothécaires, enseignant.e.s, parents...) ayant souvent un rôle de médiation et de prescription dans ce domaine. L'article se tourne ensuite vers l'asymétrie de la communication entre émetteur et destinataire, entre l'auteur adulte et le lecteur enfant, qui s'amplifient forcément en traduction autour des questions de domestication ou de dépaysement, pour reprendre la formule heureuse de Piacentini. Dans un troisième temps, elle aborde la littérature jeunesse au prisme de l'édition, en brossant le portrait du marché éditorial italien à travers les rapports de marché publiés par l'Association Italienne des Éditeurs en 2016 et 2017. Ces rapports font état d'une évolution positive dans ce secteur, en Italie comme ailleurs en Europe, où le secteur est globalement en hausse depuis quelques années. Le marché s'internationalise grâce aux coéditions et aux cessions de droit, faisant des traductions les « efficaces ambassadrices » d'un secteur littéraire à la vitalité exemplaire.

5Le deuxième article dans cette sous-partie, par Mathilde Lévêque, est consacré à une étude diachronique des logiques sérielles et genrées à l'œuvre dans l'édition jeunesse en France autour de 1968, période de « plein bouillonnement », comme le constate un critique contemporain (p. 45). L'article commence par un tableau général du paysage éditorial dans l'après-guerre avant de se pencher de manière approfondie sur les catalogues d'éditeurs français entre 1967 et 1970 pour recenser les traductions pour la jeunesse publiées en série à cette période. Lévêque constate une certaine diversité linguistique, avec des traductions du danois et du néerlandais, par exemple. Toutefois, c'est clairement la culture anglo-saxonne qui domine. L'offre se structure également selon les segments d'âge et le genre, avec des collections à destination des fillettes de 6 à 10 ans, par exemple. Lévêque met également à nu les procédés de traduction par lesquels les stéréotypes de genre sont amplifiés ou, plus rarement, démontés en traduction.

6La deuxième sous-section de trois articles est consacrée aux politiques éditoriales et aux stratégies de traduction autour des problématiques de genre. Chiara Elefante se penche sur le cas particulier d'un ouvrage rédigé en anglais par deux Italiennes, puis traduit en italien et en français. Good Night Stories for Rebel Girls pose la question des attendus genrés des biographies jeunesse. Par ailleurs, une analyse des traductions italienne et française soulève quelques pistes fort intéressantes autour du traitement de la voix narratrice (tutoiement pour un.e lecteur.trice individuel.le / vouvouiement pour un lectorat collectif). Annalisa Sezzi propose également une étude de cas entre l'anglais et l'italien, portant cette fois sur un ouvrage des années 1970, William's Doll, traduit en italien en 2014. Sezzi aborde notamment la traduction intersémiotique, inhérente à la littérature jeunesse, fortement illustrée. Pour Sezzi, les albums sont « ideologically imbued » avec une valeur « acculturative » (p. 81) ; leur traduction offre l'occasion soit de renforcer, soit de saper, les valeurs de la culture d'origine. L'album William's Doll visait déjà en 1972 à contrer les normes genrées de son époque en mettant en scène un garçon avec sa poupée, message renforcé dans la traduction italienne qui prend en compte les évolutions sociales depuis cette époque. Valeria Illuminati consacre un article aux traductions italienne et française de The Sleeper and the Spindle de Neil Gaiman, réécriture subversive des contes de fées Blanche Neige et La Belle au Bois Dormant visant à inscrire les personnages féminins dans un processus d'empowerment. Après avoir étudié les mécanismes de cette réécriture, elle aborde les stratégies de traduction employées dans les éditions française et italienne, notamment la gestion du genre grammatical masculin / féminin qui permet d'accroître ou, a contrario, de minimiser l'agentivité des personnages féminins, par exemple.

7La troisième sous-partie est consacrée à la littérature jeunesse queer au sens large. B. J. Epstein commence par esquisser le sens de queer et de « writing for children » avant d'aborder la place de la pensée queer dans la traduction. Epstein propose le néologisme « acqueering » (p. 131) pour décrire les processus de mise en cause de l'hétéronormativité, analogues aux processus de hijacking de la traduction féministe, et « eradicalisation » (p. 132) pour la minimisation du queer au cours d'un projet de traduction. L'article se penche ensuite sur deux brèves études de cas de littérature queer pour un lectorat jeune, Dance on my grave d'Aidan Chambers (1982) et Sugar Rush de Julie Burchill (2004), traduits en suédois selon une stratégie qui se révèle être éradicalisante. Dalila Forni propose à son tour une étude de cas d'un album américain mettant en scène l'homoparentalité en traduction italienne. Après un bref tour d'horizon des albums consacrés à ce thème, elle étudie le rôle de l'anthropomorphisme dans la littérature jeunesse avant d'aborder les stratégies de traduction en italien, notamment l'obligation de choisir entre « ti amo » et « ti voglio bene » pour l'anglais « I love you », le choix impliquant un amour de couple ou un amour de nature plus familiale (p. 149). Elle conclut son article par la réception de l'ouvrage dans le contexte américain et italien.

8La quatrième section est consacrée aux identités transnationales. Le premier article, par Virginie Douglas, prend pour objet le métissage culturel et la voix adolescente dans les romans jeunesse de Benjamin Zephaniah et d'Alex Wheatle, deux auteurs britanniques d'origine caribéenne. Douglas commence par se poser la question de savoir si la multiculturalité est un obstacle à la circulation internationale de la littérature jeunesse : Benjamin Zephaniah, notamment, occupe une place centrale dans le paysage éditorial jeunesse outre-Manche mais n'est quasiment pas traduit en français. Dans un deuxième temps elle aborde les défis de la traduction de l'oralité dans le roman Liccle Bit d'Alex Wheatle, fortement empreint de sociolectes différenciant les personnages au niveau générationnel ; cette polyphonie est difficile à transposer en français sans tomber dans ce que Gaëlle Rey, traductrice du roman, appelle le « petit nègre » (p. 162). Douglas note donc un certain lissage des expressions argotiques qui émaillent le texte original : « slab » sera normalisé en « immeuble » (p. 167), par exemple, gommant l'altérité linguistique de ce texte métissé. Alexandra Lopes prend un angle de vue plus large pour discuter de l'expérience du cosmopolitisme en enfance, à travers l'exemple d'Enid Blyton. Elle aborde dans un premier temps les rééditions de Blyton en 2010 qui modernisent son langage selon une stratégie qui s'avère difficile à cerner, les logiques genrées restant intactes (p. 178). Elle se tourne ensuite vers ses propres souvenirs de lectrice de Blyton en traduction portugaise, pour qui des culturèmes tels que des « scones » (p. 180) ouvraient des perspectives sur le monde au-delà de sa propre sphère.

9La dernière section présente en contribution unique l'article de Federica Ceccoli, traitant des perspectives parentales et enfantines sur les enfants occupant un rôle de médiateur.trice linguistique au sein de la famille. L'article présente les résultats d'une enquête de terrain menée par Ceccoli en 2016 auprès de douze adultes non-italophones et treize enfants en situation de bilinguisme plus ou moins développé. L'enquête visait à déterminer le profil démographique des familles concernées, qui dans la famille avait recours à l'enfant comme intermédiaire linguistique et dans quelles circonstances, et les attitudes des parents et leurs enfants envers cette pratique. Ceccoli conclut que s'il reste beaucoup de terrain à défricher dans ce domaine, les résultats de l'enquête indiquent que parents et enfants vivent cette situation de manière globalement positive (p. 203).

10Ce volume ouvre des perspectives passionnantes pour qui s'intéresse à la traduction et aux Childhood Studies au sens large. Notons simplement en passant qu'en matière de stéréotypes, il est peut-être significatif que le champ croisé entre traductologie et Childhood Studies semble pour l'instant très largement, si ce n'est entièrement, féminisé : cet aspect structurel du champ a-t-il un impact sur les orientations de recherche en son sein ? Quoi qu'il en soit, il est à espérer que cet ouvrage d'une grande richesse inspire d'autres études à son tour, en élargissant son terrain d'application à d'autres combinaisons de langues et à d'autres objets culturels de l'enfance faisant l'objet de transferts interculturels (cinéma, séries...). Nul doute qu'il reste encore bien des études de cas à mener en matière de démantèlement de stéréotypes dans le domaine de la culture jeunesse.

Haut de page

Notes

1 https://metra.dipintra.it/ consulté le 26 février 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Susan Pickford, « Translating for children beyond stereotypes / Traduire pour la jeunesse au-delà des stéréotypes », Strenæ [En ligne], 17 | 2021, mis en ligne le 22 mars 2021, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/strenae/6121 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.6121

Haut de page

Auteur

Susan Pickford

Université Paris-Sorbonne

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search