Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Comptes rendus« Écritures jeunesse », Genesis, ...

Comptes rendus

« Écritures jeunesse », Genesis, n° 48

Florence Gaiotti
Référence(s) :

« Écritures jeunesse », Genesis, n° 48, 2019, sous la direction de Christine Collière-Whiteside et Karine Meshoub-Manière.

Texte intégral

1Genesis, revue internationale de critique génétique, après avoir consacré un numéro à la bande dessinée1 a ouvert ses pages, dans le numéro 48, aux « Écritures jeunesse » dans un dossier dirigé par Christine Collière-Whiteside et Karine Meshoub-Manière2.

2Dans une ample introduction, très informée, les deux directrices déploient une belle réflexion sur les enjeux, les contraintes, les limites et les apports d’une approche génétique de la littérature de jeunesse : cette dernière en effet propose un corpus supplémentaire pour l’approche génétique mais ouvre-t-elle pour autant un nouveau champ de recherche spécifique ?

3Revenant sur des définitions possibles de la littérature de jeunesse (spécificité du lectorat / création qui fait l’objet d’une collaboration entre créateur, éditeur et parfois même jeune lecteur / double lectorat), cette introduction propose une réflexion dynamique sur les manières dont la génétique peut interroger la littérature de jeunesse. La réflexion porte aussi sur l’intérêt ou les limites des supports qui sont à disposition des chercheurs. Si quelques documents se trouvent dans des archives institutionnelles comme l’IMEC, d’autres corpus s’avèrent souvent partiels (ou partiaux) : certains font d’ailleurs plus de place à l’image qu’au texte ; d’autres sont proposés par les éditeurs eux-mêmes, ou apparaissent sur des blogs d’auteurs/illustrateurs.

4Toutefois, malgré de nombreuses contraintes qui appellent à la précaution dans une démarche génétique, Christine Collière-Whiteside et Karine Meshoub-Manière défendent avec enthousiasme l’intérêt de cette approche qui peut concerner également l’étude des procédés de pré-création, l’observation des correspondances entre auteur et jeune lecteur. Si l’enjeu d’une approche génétique permettrait la diffusion plus large de documents et d’études auprès d’un public averti mais aussi amateur, elles songent également au jeune lecteur/auteur en formation : se référant aux travaux précurseurs de Claudette Oriol-Boyer, elles affirment l’intérêt didactique non négligeable d’une mise à disposition raisonnée des « brouillons d’écrivains », notamment, dans le cadre de l’apprentissage à la lecture et à l’écriture littéraire en classe.

5Sous la première entrée du dossier, intitulée « Enjeux », deux contributions vont montrer les intérêts de certains procédés génétiques appliqués aux textes destinés à la jeunesse. Dans la première, Vanessa Joosen, Vincent Neyt et Dirk Van Hulle ont travaillé sur l’épigénèse de certains contes de Grimm, à partir de collation assistée par ordinateur (CollateX, en l’occurrence). Les révisions épigénétiques des Grimm au fil des éditions publiées de leur vivant – l’étude de cas porte ici sur l’évolution des mots liés à la religion – sont alors plus visibles et peuvent affiner, nuancer ou renouveler les interprétations établies de manière plus traditionnelle. Pour les auteurs, cet outil pourrait même être accessible aux élèves et étudiants qui entreraient alors dans des recherches collaboratives. Il permettrait de faire mieux comprendre « comment les représentations de l’enfance façonnent les artefacts culturels dédiés aux enfants ».

6La contribution de Catherine Boré s’appuie pour sa part sur l’étude d’un manuscrit des Malheurs de Sophie : l’auteure y observe plus précisément les modifications concernant les dialogues considérés comme « moteur de l’invention » et comme une représentation de la pensée enfantine en construction (à l’appui notamment des travaux de Vygotski). L’observation des propos de jeunes élèves dans le cadre d’une écriture collaborative vient confirmer le constat fait pour la Comtesse que le dialogue est véritablement au cœur de l’invention. Cette étude suggère ainsi le parallèle possible entre la démarche et les objets d’observation du généticien et ceux du didacticien observant les procédures d’écriture de jeunes enfants scripteurs.

  • 3 Sylvie Massicotte, directrice de la collection « Poésie » chez La courte échelle, maison d’édition (...)

7Les quatre contributions réunies sous le titre « Études » déclinent des supports et des approches diverses. Ainsi, c’est à partir des tapuscrits du seul recueil pour adolescents écrit par Louise Dupré, Les Mots secrets, qu’Annie Tanguay met en évidence les modifications opérées par la poétesse afin d’« ajuster sa voix à celle de son public » : dans un dialogue avec son éditrice3, elle modifie l’énonciation de certains des poèmes, préférant le « je » à un « tu » qui aurait pu être compris comme une voix de l’autorité de l’adulte à l’égard du jeune lecteur, nourrissant successivement ses écrits de manière à enrichir, renforcer le mystère, effacer les formes trop enfantines.

8C’est au dossier génétique de Fantastic Mr Fox et plus précisément aux dessins/maquettes de Roald Dahl lui-même, que Christine Collière-Whiteside s’intéresse. L’approche génétique, à l’appui des différents tapuscrits illustrés ainsi que des échanges entre Dahl et Fabio Coen, qui travaille pour Random House, souligne l’évolution de l’œuvre, d’abord pensée pour de tout jeunes enfants. La forme initiale s’apparente à celle d’un album puis, progressivement, les personnages s’étoffent, le récit s’amplifie et évolue pour éviter des critiques morales. L’analyse des images de Dahl permet à Christine Collière-Whiteside d’interpréter les évolutions des personnages, notamment celles de Mr Fox et des autres « fouisseurs », de mettre en évidence l’une des qualités du renard qu’il partage avec son auteur, à savoir son aisance à se déplacer dans l’espace tridimensionnel.

9Guy Degas se focalise pour sa part sur les quatre ouvrages pour enfants écrits par l’écrivain algérien Mohammed Dib. Il fait d’abord le constat que les archives concernant ces quatre ouvrages sont assez réduites, ce qui pourrait signaler la moindre valeur accordée à cette partie-là de l’œuvre de l’auteur. Après une description des différentes éditions d’un des contes, et plus précisément des illustrations produites à différentes époques, il interroge les tensions au fil des versions entre tradition occidentale et maghrébine mais aussi les liens entre certains contes et l’œuvre pour adulte de l’écrivain.

  • 4 Agnès Rosenstiehl, Liberté, Égalité, Fraternité, Paris, Le Seuil, 1999.

10Enfin, l’analyse développée par Karine Meshoub-Manière des archives d’Agnès Rosenstiehl, conservées à l’IMEC et en particulier de tous les avant-textes et images concernant l’ouvrage Liberté, Égalité, Fraternité4 s’avère très convaincante. En effet, les archives sont très conséquentes et permettent de suivre l’évolution des étapes d’écriture. L’étude qui en est proposée montre de manière méticuleuse comment Agnès Rosenstiehl, d’un premier canevas aux différentes versions de chemin de fer, en passant par un carnet proche de la version éditée, cherche à associer simplification et efficacité ; comment, par tâtonnements successifs, elle prend en compte son tout jeune lectorat pour l’amener à réfléchir à des notions bien abstraites. Un cheminement où l’on voit « la forme se construi(re), dans et par l’écriture », dans des mouvements qui attestent très clairement de l’attention aux spécificités du lecteur.

11La partie « Entretiens » rassemble deux échanges. Le premier entretien, mené par Christine Collière-Whiteside, permet à Rachel White, responsable des collections et archiviste au Roald Dahl Museum à Great Missenden de souligner la quantité considérable des archives Dahl, tout particulièrement pour ce qui concerne les livres pour enfants : manuscrits, tapuscrits, correspondances mais aussi photographies, et même la fameuse cabane où Dahl écrivait. La majorité du fonds d’archives a été constituée par Dahl lui-même et a été ensuite léguée par sa veuve. Rachel White met en avant l’intérêt de ce matériau pour comprendre la démarche de l’écrivain, son perfectionnisme, son attention au jeune lecteur. L’observation des archives permet d’analyser la manière dont l’écrivain a pu travailler, notamment avec Quentin Blake. Enfin, après avoir présenté les diverses activités et fonctionnement du musée, elle souligne le fait qu’il s’agit sans doute d’un des rares musées à articuler étroitement l’utilisation littéraire des archives et les démarches didactiques, pour comprendre et expérimenter le travail d’écriture.

12Le second entretien, mené par Evelyne Rosen, permet à Jean-Pierre Robert, didacticien du FLE, d’évoquer la manière dont, à 15 ans d’écart, il a réécrit son roman pour la jeunesse publié aux éditions Couleurs locales à Djibouti : un texte publié qui a alors statut d’avant-texte en vue d’une nouvelle publication. Il évoque des adaptations en lien avec le contexte actuel des migrants, le changement de nom du personnage principal, comme en attestent les extraits reproduits de deux états du texte.

13La partie suivante est consacrée à la présentation de corpus génétiques concernant deux auteurs/illustrateurs qui sont quasiment devenus des classiques : Solène Audebert-Poulet qui a eu accès à une conséquente partie des travaux préparatoires d’Yvan Pommaux se centre sur l’analyse des différents états de l’album Puisque c’est ça, je pars pour montrer comment le texte, premier chez Pommaux, est absorbé par l’image, avant que le créateur ne trouve un équilibre entre les deux modes de représentation.

14Karine Meshoub-Manière, quant à elle, nous fait entrer dans l’atelier et les petits papiers de Christian Voltz et, à partir des documents préparatoires à l’album Heu-reux ! elle montre comment, contrairement aux déclarations du créateur qui voudraient que le surgissement de l’image tende à la réduction du texte, la réalisation des croquis et chemins de fer nourrit le texte, le modifie, sans nécessairement le réduire. Cette étude illustre aussi les précautions que doit prendre le généticien (mais sans doute tout chercheur) concernant les déclarations des créateurs !

15Enfin, le dossier se clôt sur la présentation de fonds d’archives qui peuvent constituer des corpus intéressants pour des études génétiques à venir : la Kerlan Collection à l’Université du Minnesota, présentée par Lisa von Drasek, les brouillons d’illustrateurs au Centre de l’illustration de la médiathèque André Malraux à Strasbourg, présentés par Elise Canaple, et enfin les archives de Seven Stories à Newcastle, décrites par Kristophe McKie et Lucy Pearson. Ces trois présentations sont introduites par un texte court et très dense de Christine Collière-Whiteside, qui fait une liste d’autres fonds à explorer en France et à l’étranger. Ce rappel nous semble très utile pour tous les chercheurs en littérature de jeunesse et sonne comme un appel à de nouvelles recherches.

16Ce dossier illustre la diversité des corpus et des méthodes dans le cadre d’une démarche génétique. On peut souligner la qualité des reproductions de manuscrits, de chemins de fer et autres maquettes qui éclairent les propos des contributeurs. Il vient conforter l’idée initialement formulée par ses directrices que la génétique peut ouvrir des perspectives de recherches en littérature de jeunesse. Certes, le travail sur des manuscrits, des chemins de fer, des carnets d’illustrateurs a pu, dans des recherches qui ne se réclamaient pas de la génétique à proprement parler, déjà faire l’objet d’analyses. Mais cela peut inciter les chercheurs à explorer plus systématiquement les coulisses des œuvres pour la jeunesse. Parmi les intérêts du dossier, nous retiendrons également le bénéfice de ce type de recherches, mises au service de la formation du lecteur/scripteur, de l’école à l’université.

Haut de page

Notes

1 « Bandes dessinées », Genesis, n° 43, 2016, sous la direction de Pierre-Marc de Biasi et Luc Vigier.

2 L’ouvrage est désormais accessible en ligne : https://journals.openedition.org/genesis/4171

3 Sylvie Massicotte, directrice de la collection « Poésie » chez La courte échelle, maison d’édition québécoise.

4 Agnès Rosenstiehl, Liberté, Égalité, Fraternité, Paris, Le Seuil, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Gaiotti, « « Écritures jeunesse », Genesis, n° 48 », Strenæ [En ligne], 17 | 2021, mis en ligne le 22 mars 2021, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/strenae/6239 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.6239

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search