Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Comptes rendusEcocritical perspectives on child...

Comptes rendus

Ecocritical perspectives on children’s texts and cultures

Christophe Meunier
Référence(s) :

Nina Goga, Lykke Guanio-Uluru, Bjørg Oddrun Hallås et Aslaug Nyrmes (dir.), Ecocritical perspectives on children’s texts and cultures. Nordic Dialogues, Cham (Suisse), Palgrave Macmillan, 2018, 296 p, 95 €.

Texte intégral

1Le présent ouvrage, dirigé par quatre enseignants-chercheurs de la Western Norway University of Applied Sciences de Bergen, rassemble les travaux du groupe de recherche « Nature in Children’s Literature: Landscapes and Beings - Fostering Ecocitizens » (NatChiLit) fondé en 2013 au sein de cette même université. L’objectif de NatChiLit est de répertorier et d’analyser les représentations de la nature dans la littérature et les objets culturels pour l’enfance et les jeunes adultes. Cet objectif est fondé sur deux postulats. Le premier est l’existence d’une tradition culturelle scandinave et d’une profonde attache, toujours entretenue, entre l’enfant et la nature. L’explorateur et diplomate norvégien, Fridtjof Nansen, parle en 1921 de friluftsliv, une tradition culturelle qui renvoie littéralement à « la vie en plein air ». Le second est le constat qu’une crise écologique traverse tous les pays occidentaux depuis les années 2000. En 2014, Hannes Bergthaler, professeur de littérature anglaise à l’Université de Chung-Hsing de Taïwan, spécialiste de l’histoire culturelle et littéraire environnementaliste américaine, affirmait dans Environmental Humanities que « la crise écologique n’est pas seulement une crise de l’environnement physique mais également une crise de l’environnement culturel et social ». En bref, la manière dont l’environnement est malmené par l’Homme n’est pas seulement motivée par des besoins physiques et économiques mais également par les représentations que l’Homme a de cet environnement. Pour Raymond William (1976), le terme « nature » devient difficile à définir dans la mesure où il revêt autant de sens différents que de représentations qui lui sont attachées.

2Depuis le xviiie siècle et l’Émile de Jean-Jacques Rousseau (1762), à la campagne et à la nature s’oppose l’hypocrisie de la vie en ville. La nature est alors un artefact socio-culturel renvoyant à tout un système de valeurs qui l’idéalise et la sacralise. L’idée de NatChiLit est donc de s’appuyer sur l’impact de la littérature pour enfants et jeunes adultes, dans les pays scandinaves, sur l’écologie, c’est-à-dire, au sens étymologique du terme, sur les relations qui unissent l’homme et son environnement. Le corpus étudié est à la fois la littérature scandinave, dont un bon nombre de titres a été traduit en anglais et dans d’autres langues comme le français, mais également les ouvrages étrangers traduits en langues scandinaves, à l’instar de l’Émile de Rousseau.

  • 1 Lawrence Buell, The Environment Imagination: Thoreau, Nature Writing, and the Formation of American (...)

3L’initiative de cette recherche trouve bien évidemment son origine dans les travaux fondateurs de Cheryll Glotfelty, de l’université américaine de Cornell (The Ecocriticism Reader: Landmarks in Literary Ecology, 1996) et de Greg Garrard, de l’université britannique de Bath Spa (Ecocriticism, 2004). Glotfelty définit l’écocritique comme l’étude des relations entre la littérature et l’environnement. Pour Garrard, l’écocritique analyse les représentations et les significations de l’environnement dans les textes eux-mêmes. Lorsque Lawrence Buell, professeur de littérature à Harvard, s’intéresse également à la définition, il lui apporte une autre dimension. Il fait de l’écocritique un acte performatif en le définissant comme une étude « conduite dans un esprit d’engagement aux pratiques environnementalistes1 ». Cette dernière référence nous ramène véritablement au cœur du travail de NatChiLit. Une autre source d’inspiration dans ce travail écocritique est à chercher du côté du post-humanisme et des travaux de la philosophe italienne Rosi Braidotti (The Posthuman, 2013). Cette dernière estime qu’il faut en finir avec le dualisme nature/culture, compris comme une dualité entre le Donné et le Construit, pour aller vers une interaction nature-culture qu’elle nomme le « continuum nature-culture ».

4Nourris par ces apports théoriques, soumis au corpus vaste de la littérature pour la jeunesse, NatChiLit a construit un outil de lecture qui faciliterait « l’analyse, la comparaison et le débat interdisciplinaire international » (p. 12). Cet outil systémique porte le nom de Nature in Culture Matrix (NatCul Matrix) et permet de ranger les objets culturels selon deux axes : celui du regard de l’homme envers la nature (célébrée ou bien problématisée) et celui de sa place au sein de cette nature (anthropocentrique ou bien écocentrique). En plus de ces deux axes de lecture, le système est circonscrit par une troisième dimension, celle de la tekhne. Le concept est emprunté à la rhétorique aristotélicienne et renvoie à la fabrication matérielle, s’opposant ainsi à la praxis. La dimension de la tekhne signale que tout objet culturel de l’enfance est déjà un ensemble de représentations de la nature médiées et donc construites.

Le NatCul Matrix (p. 12)

5Les diverses contributions de cet ouvrage ont été réparties en cinq thématiques : « éthiques et esthétiques », « paysage », « végétal », « animal » et « humain ».

Éthiques et esthétiques

6Dans cette partie, il s’agit de comprendre comment les questions d’éthique et d’esthétique peuvent s’influencer mutuellement. Elle comprend à la fois des analyses philosophiques sur la perception esthétique de la nature comme des approches plus pragmatiques sur la manière dont les enfants se construisent des images de la nature à travers la lecture d’iconotextes. L’ouvrage du Norvégien Svein Nyhus, Sånt som er [Les Choses telles qu’elles sont] est un ouvrage philosophique qui fait se croiser à la fois des pages de récits (page de gauche) et des planches montrant des collections d’objets (page de droite). L’histoire de cet album est celle d’une petite fille, Eli, qui se sent profondément seule et qui fait apparaître de son imagination une suite d’objets. En bref, Eli rassemble des objets pour créer un monde dans lequel elle devient elle-même. Pour l’auteure de l’article, Marianne Roskeland, l’album interroge sur la séparation entre les humains et la nature, c’est-à-dire les objets qui l’entourent, si tant est qu’on puisse considérer que l’on doive mettre sur le même plan, parmi les objets qui nous entourent, ceux qui sont donnés au départ (la pluie, l’océan, les montagnes et les forêts) et ceux qui sont issus des aménagements de l’homme avec la nature (les puits, les bois, les maisons, la confiture…). L’analyse de l’album, bien que très intéressante, n’est cependant pas assez tournée vers une géocritique qui amènerait à réfléchir sur la place de l’aménagement et donc de l’action humaine pour habiter la nature ou son environnement. La conclusion de l’article est assez expéditive et témoigne, à mon sens, de la partie la plus faible de cet ouvrage : la réception. En effet, l’auteur avance sans l’avoir véritablement démontré (p. 37) : « […] les représentations et les objets de la nature sont variés et jamais figés. Pour cela, Les Choses telles qu’elles sont peut influencer la représentation que les jeunes lecteurs peuvent se faire de la nature et donc contribue à la formation des écocitoyens ».

7Gunnar Karlsen s’intéresse aux travaux de la philosophe américaine Martha Nussbaum et notamment ceux portant sur la possibilité de s’éduquer moralement par la littérature, la reliant au concept de « capabilité » développé par Armatya Sen. La « capabilité » est la possibilité pour les individus (ici, les enfants) de faire des choix parmi les biens qu’ils jugent estimables (et qui seraient médiés par la littérature) et de les atteindre effectivement. À force d’exemples pris dans la littérature pour jeunes adultes, Karlsen montre assez bien comment la fiction, par le biais de l’imaginaire, peut jouer un rôle dans la formation d’une conscience morale écocitoyenne.

  • 2 Geraldine Massey, Clare Bradford, « Children as Ecocitizens: Ecocriticism and Environmental Texts » (...)

8Nina Goga décide de s’attaquer à l’écofantasy en menant une étude précise et intéressante du roman de l’auteure suédoise Frida Nilsson, Pirates des glaces, publié en français chez Bayard en 2018. Elle entend montrer que ce roman appartient à ce que Geraldine Massey et Clare Bradford2 nomment la « littérature environnementaliste pour enfants », la définissant comme :

Des textes qui prennent pour thèmes des sujets écologiques contemporains – qui reflètent les changements mondiaux et qui prédisent certaines probabilités futures. Une de leurs fonctions premières est de socialiser les jeunes lecteurs en en faisant des écocitoyens, pour qu’ils deviennent les adultes responsables et empathiques de demain. (p. 109)

Pour Goga, l’ouvrage de Nilsson offre aux lecteurs plusieurs possibilités d’appréhender les relations avec la nature et les autres êtres vivants.

Paysage

9Ici, les topoi de la pastorale et de l’idylle ou de l’Arcadie virgiliennes, du locus amoenus, sont confrontés aux paysages dystopiques et au concept récent de l’Anthropocène. Il est vrai que de nombreux livres pour enfants se déroulent dans une variété de paysages sauvages tels que la forêt, les mondes polaires, la jungle, l’insularité, voire certains paysages ruraux ou urbains. Aslaug Nynnes compare ainsi la représentation de la pastorale dans l’Émile de Jean-Jacques Rousseau (1762) avec celle qui transparaît dans le roman de la Norvégienne Maria Parr, La Petite Terreur de Glimmerdal, publié en français en 2012 par Thierry Magnier. L’auteur montre comment l’idylle et la pastorale, topoi issus d’un héritage rhétorique et romantique, ont été véritablement transformés en canons de la littérature nordique pour enfants aujourd’hui, menant à la construction d’un « Hiver pastoral nordique », autre topos, dans lequel les jeunes lecteurs comprennent l’intervention de l’homme sur la nature.

10Les paysages dessinés par l’auteur-illustrateur norvégien, Stan Hole, dans sa trilogie iconotextuelle construite autour du personnage de Garman, sont vus également comme des traces de la nature romantique par Ahmed Khateeb. L’Été de Garman, La Rue de Garman et Le Secret de Garman, trois albums publiés chez Albin Michel entre 2008 et 2011, présentent la nature comme un refuge pour Garman contre la société, et un endroit où le jeune garçon peut remettre de l’ordre dans sa tête.

Végétal

11La troisième thématique s’intéresse plus particulièrement aux arbres et aux forêts. Elle est guidée par une approche « posthumaniste » qui examine le rôle des arbres et des forêts scandinaves dans la littérature de jeunesse. Le premier article de ce chapitre se concentre sur l’univers de l’artiste norvégienne Åshild Kanstad Johnsen et de son petit héros, mi-humain mi-végétal, Tibois (Kubbe), une bûche de bois. En France, Rue du Monde n’a publié qu’un seul des 3 volumes de la série, Tibois fait de la musique, en 2012. Il existe Kubbe lager museum [Tibois construit son musée, 2010] ; Kubbes album om alt [L’album sur tout de Tibois, 2013] ; et deux applications numériques : Kubbe rydder [Tibois fait des nœuds, 2013] et Kubbe lager skyggeteater [Tibois fait des ombres chinoises, 2013]. L’auteur de l’article voit les albums de Tibois comme une résultante de la Tekhne, version fabriquée et médiée de la relation Homme/Nature. Le personnage, en tant que partie coupée d’un arbre, représente inconsciemment la violence humaine qui continuellement s’impose sur le monde végétal.

12Anna Karlskov Skyggeberg analyse les représentations de la forêt dans l’album de l’auteure et illustratrice danoise Karen Filskov, Skoven fra oven [The Forest from Above, 2015]. La vie dans ces espaces forestiers y est décrite comme une source de plaisir et de joie pour certaines espèces animales mais aussi comme ennuyeuse et difficile pour d’autres. La lecture de cet album conduit à une fascination de la nature qui, selon l’auteure de l’article, doit irrémédiablement mener au développement d’une écocitoyenneté chez le jeune lecteur, s’appuyant encore sur les propos de Massey et Bradford (2011).

Animal

  • 3 Urie Bronfenbrenner, The Ecology of Human Development: Experiments by Nature and Design, Cambridge (...)

13Dans cette partie, se pose la question de savoir comment le posthumanisme permet de repenser les relations entre l’homme et l’animal en s’appuyant, par exemple, sur l’étude de bestiaires imaginaires. Le premier article, que l’on doit à Kaisu Rättyä, étudie les relations entre animaux au sein d’un écosystème, à travers la lecture de l’album des Finnois Tomi Kontio et Elina Warsta, Koira nimeltaan Kissa (A Dog Called Cat, 2015). L’étude s’appuie sur une grille de lecture établie par le psychologue Urie Bronfenbrenner3 en 1997 dans sa théorie des systèmes écologiques. Il distingue quatre niveaux dans l’environnement : les microsystèmes, les mésosystèmes, les exosystèmes et les macrosystèmes. L’auteure ne retient que trois niveaux sur les quatre proposés par Bronfenbrenner :

Niveaux

Eléments sociaux

Eléments physiques

Eléments temporels

Microsystèmes

Contacts familiaux réguliers

Environnement immédiat

Temps court

Mesosytèmes

Contacts occasionnels

Environnement local ou régional

Temps moyen

Macrosystèmes

Nationalité, ethnicité, communauté religieuse ou idéologique, espèces

Environnement national ou international

Temps long

14L’album raconte le départ du personnage principal, un chien, depuis la forêt, où il vit seul dans la tristesse, vers la ville où il va trouver amitiés et joie. En bref, le personnage passe d’un microsystème à un autre. On ne voit pas bien, alors, la nécessité d’un exposé théorique, certes intéressant, sur l’emboîtement des écosystèmes, pour analyser un album qui parle avant tout d’habiter et de socio-spatialisation. L’animal, en tant que tel, n’est pas véritablement interrogé ; il n’est que l’image d’une zoomorphisation de l’humain : une Histoire de Babar le petit éléphant revisitée, en quelque sorte.

15 Les poèmes de Ted Hugues fournissent, quant à eux, une longue liste d’animaux dont les caractéristiques et les qualités sont mises en avant par le poète. Les poèmes apportent une connaissance et transmettent un respect pour les animaux décrits comme pour le milieu auquel ils appartiennent, montrant ainsi aux jeunes lecteurs que la nature animale n’est pas moins estimable que l’existence humaine.

  • 4 Le terme a été créé par Eugène Stoermer dans les années 1980 et popularisé en 2000 par Paul Crutzen

16 The Rabbits (1998), album de John Marsden et Shaun Tan, peut être lu comme une allégorie de la colonisation de l’Australie par les Britanniques voire, plus largement, de la colonisation tout court. La seconde lecture que propose Hege Emma Rimmereide est une lecture écocritique à travers le prisme de l’Anthropocène4, cette période géologique durant laquelle les activités humaines ont eu (et ont encore) un lourd impact sur la planète. Pour Rimmereide, The Rabbits est aussi une allégorie de l’impact humain sur la Terre. Les lapins/Britanniques/êtres humains se répandent et se multiplient sur une terre nouvelle qu’ils s’approprient sans prêter attention à cette terre qu’ils finissent par territorialiser et détruire.

Humain

17Cette dernière partie étudie le concept de Bildung humaine au sein de la nature sauvage. Dans la conception chrétienne, l’homme est créé à l’image (Bild) de Dieu. Pour Humbold, la Bildung va plus loin que le simple apprentissage, elle s’attache à la force créative de l’imagination de l’homme face à la nature. Dans cette dernière partie, les auteurs se sont intéressés, encore une fois, à la figure de l’enfant sauvage dans la littérature pour enfants, prenant comme corpus les romans de David Almond, Le Sauvage, publié chez Gallimard Jeunesse en 2010 ; de Philipp Pullman, J’étais un rat (Folio Junior, 2010) ou encore de Modicai Gustein, L’Enfant sauvage (École des Loisirs, 1999). Les conclusions rejoignent celles des travaux menés par Francis Marcoin et son équipe en 2002 dans Les Cahiers Robinson n° 12, « Enfants sauvages », qui, étant en français, ne sont pas mentionnés ni référencés dans l’article de Kerry Mallan.

18Kirsti Pedersen Gurholt et Ture Schwebs interrogent le rapport de l’homme face aux espaces sauvages lors d’explorations ou d’installation dans des milieux de l’extrême à travers d’autres médias que la littérature de jeunesse : les séries télévisées et les applications numériques. Villmarksbarna [Les Enfants sauvages] est une série documentaire de la TWC, chaîne de la télévision norvégienne, qui raconte les aventures de trois sœurs et de leur petit frère à travers l’Arctique. L’auteur voit dans cette série le moyen de conceptualiser les notions de « nature sauvage », d’enfants et de genre, redéfinissant le rôle des filles et des femmes dans une société dominée par les hommes. La grande popularité de la série montre l’importance accordée encore aujourd’hui dans les pays scandinaves à la frilutsliv.

19Le grand intérêt de cet ouvrage est d’avoir mis en relation une masse conceptuelle plus ou moins récente, d’avoir mis des concepts en perspectives et de les avoir proposés pour analyser un corpus d’albums, de romans et d’objets de l’enfance au service de l’écocritique. Au final, l’ouvrage ne comporte pas de conclusion. Et pour cause, il contribue davantage à ouvrir le champ des recherches et sans doute à inviter d’autres regards scientifiques à rejoindre le mouvement et je pense ici à la géographie culturelle et humaine, bien sûr, mais également à l’anthropologie, à la philosophie et à la sociologie.

20La question que posait le présent ouvrage en introduction, à savoir : « Un livre peut-il influencer l’image et les idées que se font les jeunes lecteurs de la nature, et comment contribue-t-il à la formation écocitoyenne ? » ne me paraît pas obtenir de réelle réponse. Les auteurs dessinent davantage les contours des moyens d’une capabilité qui resterait à saisir par les lecteurs. La question de la réception n’est jamais abordée. L’article de Bjørg Oddrun Hallås et Marianne Presthus Heggen n’interroge pas directement les représentations que les jeunes enfants ont de la nature. Il analyse le contenu de diverses enquêtes réalisées dans différentes conditions auprès d’enfants très divers, qu’ils aient lu ou pas des ouvrages similaires à ceux qui ont été présentés dans les pages précédentes. Un pan entier exploratoire reste donc à interroger.

21La dernière remarque qui peut être portée sur un ouvrage de ce type, qui consiste à collecter un certains nombres d’articles assez hétéroclites, réside dans sa conception. Les directeurs, dans leur désir d’en faire un ouvrage entièrement cohérent, ont souhaité une introduction très longue et très complète. Elle donne pratiquement tout le matériel conceptuel et historiographique, présente de manière intelligente les cinq parties et tous les articles. Tout y est dit, en somme, ou presque. Il faut véritablement être curieux pour aller voir plus loin.

Haut de page

Notes

1 Lawrence Buell, The Environment Imagination: Thoreau, Nature Writing, and the Formation of American Culture, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1995.

2 Geraldine Massey, Clare Bradford, « Children as Ecocitizens: Ecocriticism and Environmental Texts », dans : Kerry Mallan et Clare Bradford (dir.), Contemporary Children’s Literature and Film : Engaging with Theory, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2011, p. 109-126.

3 Urie Bronfenbrenner, The Ecology of Human Development: Experiments by Nature and Design, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1979.

4 Le terme a été créé par Eugène Stoermer dans les années 1980 et popularisé en 2000 par Paul Crutzen.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Le NatCul Matrix (p. 12)
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/6258/img-1.png
Fichier image/png, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Meunier, « Ecocritical perspectives on children’s texts and cultures », Strenæ [En ligne], 17 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/strenae/6258 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.6258

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search