Skip to navigation – Site map

HomeNuméros17Comptes rendus14-18 en bande dessinée et en lit...

Comptes rendus

14-18 en bande dessinée et en littérature de jeunesse. Temps et enjeux d’une thématique guerrière

Christophe Meunier
Bibliographical reference

Jean-Louis Tilleul et Louis Vandecasteele (dir.), 14-18 en bande dessinée et en littérature de jeunesse. Temps et enjeux d’une thématique guerrière, Namur, Presses Universitaires de Namur, 2019, 254 p.

Full text

1Dans la suite des nombreux travaux et expositions qui ont pu se dérouler pour célébrer le centenaire de la Première Guerre mondiale, les universités de Namur, de Louvain et de Lille 3 viennent de sortir, aux éditions des Presses Universitaires de Namur, les actes d’un colloque qui s’est tenu les 3 et 4 juin 2014 à Namur et qui portait sur la Grande Guerre dans la bande dessinée et la littérature de jeunesse. Dans l’appel à communications du colloque, les organisateurs souhaitaient « étudier les représentations du premier conflit de masse de l’histoire dans des formes d’expressions variées qui au cours du xxe siècle allaient acquérir leurs lettres de noblesse ». Dans les présents actes, le propos est bien de se focaliser sur deux types de production « qui occupent désormais une place de choix, tant symbolique qu’économique » (p. 10) : la bande dessinée et la littérature de jeunesse.

2Comme il est également précisé dans l’introduction, le sujet n’est pas nouveau et a été traité de manière approfondie en amont et pendant le Centenaire. Rappelons, par exemple, l’ouvrage de l’historien Bruno Denéchère et du scénariste de BD Luc Révillon, 14-18 dans la bande dessinée, en 2008 ; celui dirigé par l’historien de la BD Vincent Marie, La Grande Guerre dans la bande dessinée, en 2009 ; ou la thèse de Laurence Olivier-Messonnier soutenue en 2012, intitulée Guerre et littérature de jeunesse (1913-1919). L’historien spécialiste de la Grande Guerre, Stéphane Audouin-Rouzeau avait consacré, quant à lui, un ouvrage en 1993, réédité en 2004, à La Guerre des enfants. Enfin, plus récemment, en 2013, La Revue des Livres pour enfants avait publié un numéro spécial sur les Enfants en temps de guerre et, en 2014, un dossier sur « Écrire et représenter la guerre ». Nous n’évoquerons pas les nombreux articles, numéros spéciaux de revues d’art et de littérature consacrés également au premier conflit dans la bande dessinée ou la littérature de jeunesse. Dans un tel contexte, Jean-Louis Tilleul et Louis Vandecasteele, qui ont dirigé cette publication, tentent d’apporter leur pierre à l’édifice.

3L’ouvrage est découpé en quatre grandes sections dans lesquelles se répartissent quinze articles qui croisent les regards d’historiens, d’historiens de la littérature, de sémiologues, de plasticiens et de sociologues. La première section est composée d’un seul texte que l’on doit à la présidente du comité de pilotage belge « Commémorer 14-18 », l’historienne Laurence Van Ypersele, membre de l’Académie Royale de Belgique. La deuxième section met en relation la guerre et l’art (roman, histoire illustrée et bande dessinée) et cherche à mettre en avant les choix stylistiques. La troisième section, en s’appuyant toujours sur la littérature de jeunesse et la bande dessinée, cherche à déceler les topiques, les valeurs véhiculées. La quatrième section, pour terminer, s’intéresse aux ouvrages pour la jeunesse et aux bandes dessinées qui, postérieurement, ont choisi la Première Guerre mondiale comme temps de leurs récits. C’est l’occasion pour les auteurs des sept articles de questionner la distance nécessaire pour s’échapper de l’idéologie héroïque et patriotique des productions contemporaines de 14-18.

14-18 au plus près de la jeunesse

4La difficulté majeure dans la publication des actes d’un colloque est d’en faire un ouvrage « lissé » sans être trop lisse, portant une problématique à laquelle répondent tous les articles avec un certain degré d’harmonisation. L’exercice n’est pas aisé et ce premier article, qui constitue à lui seul une section, en est l’illustration. En effet, la parole donnée à Laurence Van Ypersele, professeure à l’Université catholique de Louvain, historienne et spécialiste de la Première Guerre mondiale, peut se comprendre mais l’article n’aborde que de loin le sujet de ces actes en s’appuyant sur les récits autobiographiques de trois adolescents belges qui ont voulu s’engager dans le conflit. Il ne s’agit là ni de littérature de jeunesse, ni de bande dessinée mais de jeunes face à la guerre.

Roman pour la jeunesse, histoire illustrée et bande dessinée

5Dans cette deuxième partie qui réunit quatre articles, il est question de comprendre comment guerre et art arrivent à faire « bon ménage ». C’est vers des approches stylistiques que vont converger l’ensemble des articles proposés dans cette section, ce qui n’est absolument pas perceptible à travers le titre choisi pour cette partie de l’ouvrage. Anne Guibert-Lassalle, plasticienne, analyse un corpus de 43 couvertures d’ouvrages (albums de bande dessinée et romans) publiés principalement après 2000. Elle examine les couleurs dominantes et leur utilisation. Ainsi observe-t-elle que « l’alternative gris bleu foncé ou bien gris bleu clair et beige semble représentative de la Première Guerre mondiale dans le livre pour enfants en France » (p. 46). Les codes chromatiques associés à la guerre 14-18 correspondent à un registre grave. Le deuxième article, de Laurent Bozard, porte sur les peintres de guerre dans quelques bandes dessinées réalisées entre 2004 et 2012. Il insiste sur la volonté des auteurs de montrer des soldats peignant le conflit dans les tranchées. Les travaux de l’historien Philippe Dagen, quoique nuancés par Annette Becker, tendent à montrer le contraire, à savoir que les artistes ont très souvent été impuissants à représenter les souffrances, le quotidien des tranchées, la morgue ou les atrocités des batailles. Benoît Claude s’intéresse, dans un autre article, à la transcription du parler populaire dans la série des Pieds Nickelés. Il veut montrer que le travail de Forton a préfiguré ce qu’il appelle la « conquête du son et de l’oralité populaire » dans les romans parlant de Barbusse ou Louis-Ferdinand Céline, deux vétérans de la Première Guerre mondiale. Stéphanie Delneste veut interroger à la fois la littérature de jeunesse produite pendant la guerre 14-18 et celle produite après et traitant du thème de ladite guerre. Elle pose à ce double corpus la question suivante : « la littérature a-t-elle les moyens de rendre compte d’une thématique criante d’une réalité dramatique ? » (p. 89). Dans le cas du premier corpus, elle observe que la littérature de jeunesse, pour participer à l’effort de guerre, exalte le sentiment patriotique et stigmatise l’ennemi allemand. Dans le cas du second corpus, la littérature de guerre pour la jeunesse est un lieu de mémoire virtuel avec une portée didactique, éthique et moralisatrice, jouant sur la forte signifiance du texte et des images.

Prégnance et mise à distance d’un contexte guerrier

6Les trois articles de cette troisième section, d’après l’introduction, avaient pour objet de relever les thèmes et les valeurs véhiculées par des productions d’époque ou des productions portant sur la guerre de 14. Si deux articles entrent totalement dans le sujet de ce recueil, à savoir la littérature de jeunesse et la bande dessinée, on est surpris de trouver un article consacré aux clichés de la Grande Guerre dans le magazine L’Illustration entre 1914 et 1918. Éric Baratay a choisi d’étudier le cas des chiens soldats à travers un roman de Walter Alden Dyer, Pierrot, chien de Belgique, un chien mitrailleur, inconnu dans les pays anglophones, pays d’origine de ses lecteurs. L’ouvrage, publié en 1915, fut traduit en français dès 1916. À une vision américaine qui cherche à déclencher un sursaut de dons et de prises de position des Américains en faveur du conflit mondial, se surimpose une vision française belliciste, germanophobe et nationaliste. Florie Steyaert, quant à elle, s’intéresse aux albums de guerre de Bécassine et des Pieds Nickelés et plus particulièrement à la manière dont la fiction tient compte du réel à ce moment précis de l’histoire. Si pour Forton, la guerre est une plaisanterie et les aventures des Pieds Nickelés une sorte de comédie patriotique pour les enfants, les albums de Pinchon sont de plus en plus sérieux et graves au fur et à mesure où la guerre semble s’éterniser. Cependant, l’auteure note que les héros de Forton, anarchistes hors-la-loi, se métamorphosent également progressivement tout au long du conflit en mettant peu à peu leurs talents au service d’une noble cause. Ainsi, Bécassine, Ribouldingue, Filochard et Croquignol sont-ils « transcendés par le service à la patrie, par le dépassement de l’individualité en faveur de la collectivité » (p. 127). Les albums de Pinchon et Forton ont en commun de diaboliser l’Allemagne, de consolider la « haine du boche ». Ils constituent de véritables œuvres de propagande à destination de la jeunesse.

Auteur, éditeur et représentations. La créativité contemporaine face aux événements de 14-18

7Cette dernière section, indubitablement la plus longue dans la mesure où elle contient sept articles, est destinée à étudier les représentations de la guerre de 14 dans les productions postérieures au conflit. Telle est du moins l’annonce qui est faite dans l’introduction. Laurent Déom, après avoir montré que le roman scout qui, apparu vers 1913, affichait très clairement un engagement militaire et ce dès 1916 avec le roman de Marie de La Hire, Deux boy-scouts à Paris pendant la guerre, a continué à vanter ces mêmes valeurs dans les romans d’après la Seconde Guerre mondiale. Jean-Louis Foncine, auteur important dans ce genre littéraire et qui écrit à partir des années 1945, élabore des récits dont l’action se passe pendant la Première Guerre mondiale. Ses héros réactivent la carte du lieu de mémoire, « témoin sensible du passé ». Pour l’auteur, le passé doit chez le jeune lecteur féconder le présent. Le souvenir du courage des combattants d’autrefois peut donner de l’audace aux générations actuelles. Alain Demarco analyse les représentations de la guerre 14-18 dans la série des Mattéo de Jean-Pierre Gibrat. Il montre que la série participe à la vision archétypale du conflit qui en montre l’horreur afin de « faire la guerre à la guerre ». Jean-Matthieu Méon se concentre sur un corpus de comic books, les EC comics, parus dans les années 1950. Pour leur éditeur, auteur, dessinateur et scénariste, Harvey Kurtzman, la guerre de 14 est également une horreur. Tous les 46 récits traitant de la Première Guerre mondiale portent sur les combats aériens. Le front est ainsi vu du ciel. Pour tous les pilotes, l’héroïsme mène irrémédiablement à la mort. Philippe Delisle se penche sur la série des albums « Les Belles histoires de l’oncle Paul », parus en février 1951 dans le périodique belge Spirou. Cette série didactique est due, en grande partie, au scénariste Octave Joly. Elle est centrée sur des destins exemplaires de la Première Guerre mondiale qui permettent de réactiver l’idéal chevaleresque médiéval idéalisé sous les formes d’une bravoure face à des ennemis plus nombreux et d'un sens de l’honneur sans faille. Sabrina Messing cherche à embrasser dans un seul article toute la production d’albums pour enfants représentant les Première et Seconde Guerre mondiales. Le challenge est de taille tant la production est grande et diverse, mêlant à la fois des ouvrages sur la guerre elle-même, le front et l’arrière mais également sur un sujet qui nous éloigne de la Première Guerre mondiale, la Shoah. Pierre Marlet questionne la série des quatre albums Notre mère la guerre de Kris et Maël à la lueur de ce qu’écrit Tardi dans Putain de guerre ! La guerre peut-elle être juste, comme le souhaiterait Péguy en 1913 ? Quel sens donné au combat et aux nombreux morts ? Enfin, Jean-Louis Tilleul, dans une sorte de conclusion, s’interroge sur l’intérêt de traiter la guerre 14-18 dans la BD. Ceci peut s’expliquer par la volonté de comprendre pourquoi les poilus, lucides d’être pris dans une affaire qui les dépasse, sont restés sur le front. Pour ce faire, les auteurs ont décidé, à la suite de Tardi, de montrer la monstruosité des combats, vérité historique longtemps cachée dans la littérature pour enfants.

8Globalement, 14-18 en bande dessinée et en littérature de jeunesse est un ouvrage assez mal construit dont les titres des sections ne sont pas éclairants sur ce qu’ils réunissent. Ces actes de colloque sont un assemblage hétéroclite d’articles à la fois originaux et d’un grand classique. Certains d’entre eux apportent de réels éléments nouveaux à l’entreprise lancée par les travaux du Centenaire sur la réactualisation des savoirs et l’interrogation de nouveaux objets. La dernière section montre, de toute évidence, que séparer analyse stylistique et thématique est une incongruité.

Top of page

References

Electronic reference

Christophe Meunier, « 14-18 en bande dessinée et en littérature de jeunesse. Temps et enjeux d’une thématique guerrière », Strenæ [Online], 17 | 2021, Online since 15 March 2021, connection on 24 June 2021. URL : http://journals.openedition.org/strenae/6258 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.6258

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search