Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Dossier thématiqueThéories et pratiques du jouet da...

Dossier thématique

Théories et pratiques du jouet dans la première moitié du xxe siècle

Cécile Pichon-Bonin et Michel Manson

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Objet particulier, parce qu’il est l’instrument du jeu de l’enfant, le jouet peut être de différentes natures : élément naturel ou objet du quotidien converti en jouet par le pouvoir de l’imagination de l’enfant – tel le bâton devenant fusil ou cheval ; objet manufacturé fabriqué par des artisans ou des industriels à l’attention de l’enfant (jouet du commerce) ; jouet confectionné par l’enfant lui-même, avec ou sans l’aide des adultes qui l’entourent, à partir d’objets trouvés, de matériaux empruntés à l’environnement naturel ou de petit matériel de bricolage, selon des techniques relevant de l’artisanat, des arts plastiques ou du jeu de construction. L’importance des jouets dans l’éducation fait, au moins depuis le xviie siècle, l’objet de nombreuses réflexions de la part des pédagogues, rejoints au xixe siècle par les folkloristes, puis les historiens et les ethnologues avant que la psychologie et la sociologie ne s’en emparent à leur tour au xxe siècle.

2Le présent dossier s’intéresse au jouet dans ses dimensions théoriques et pratiques, sous l’angle de sa matérialité, de ses représentations et de sa symbolique (Michel Manson). Il s’agit de l’inscrire dans ses systèmes idéologique, culturel et économique, afin de voir notamment ce qu’il nous apprend de l’enfant, construit et réel, qui à la fois définit le jouet et est défini par lui. La première moitié du xxe siècle se présente comme un moment charnière. Dans le domaine de la création et de la production, cette période voit la tradition artisanale et artistique du xixe siècle et les débuts de son industrialisation se prolonger, se modifier et se confronter à l’essor d’une fabrication industrielle toujours plus mécanisée et sophistiquée. Le jouet produit par les adultes pour les enfants se démocratise ainsi lentement par l’abaissement des coûts de production et le développement des grands magasins, avant l’essor de la consommation de masse à partir des années 1960 et la progressive mondialisation du marché du jouet. Par ailleurs, se déploient également les réflexions théoriques sur les formes et fonctions du jouet, en particulier autour de la traditionnelle opposition ou association de ses fonctions éducative et divertissante ; le développement des jardins d’enfants et des écoles maternelles offrant un terrain privilégié d’observation et d’expérimentation.

3Les réflexions s’insèrent parfois dans des contextes idéologiques forts qu’il convient de soumettre à l’analyse, comme en URSS ou en Chine républicaine, que trois articles considèrent ici. Pour autant, dans l’esprit de décloisonnement qui anime les recherches actuelles sur ces régimes totalitaires, ce dossier privilégie un double point de vue : diachronique tout d’abord, afin d’explorer les continuités, ruptures et inflexions entre les années qui ont précédé la mise en place de ces régimes et celles de leur existence ; synchronique ensuite, en ouvrant largement la zone géographique concernée, pour examiner tout autant les différences que les tendances fortes qui se manifestent à l’échelle internationale, les échanges et les circulations. Ainsi, deux textes portent sur la France et un dernier envisage les avant-gardes artistiques européennes, en particulier les cas allemand, italien et tchèque.

4Les types de jouets convoqués dans nos articles sont relativement variés : du jouet ancien au jouet industriel, en passant par le jouet artisanal et celui fabriqué par l’enfant. Les discours et les sources étudiés le sont tout autant, entre textes théoriques d’artistes, de folkloristes, d’hommes de musée, d’éducateurs, livres d’instruction pour la fabrication des jouets et catalogues des grands magasins. Se croisent ainsi histoire de l’éducation et histoire de l’art pour aborder un jouet tour à tour objet de collection, d’exposition, d’art et d’étude ou bien instrument d’éducation. Ce numéro offre des sujets et des approches diversifiés.

5Parmi les axes de recherche envisagés initialement pour ce projet, trois se trouvent particulièrement développés dans ce numéro. Le premier concerne les approches théoriques et idéologiques du jouet, intégrant notamment les représentations qu’une époque se fait de son destinataire. Le deuxième porte sur l’organisation et les fonctions des collections, des expositions et des musées du jouet. Le dernier est dédié aux enjeux éducatifs du jouet (moraux, psychologiques, esthétiques). Les articles s’inscrivent généralement simultanément dans plusieurs de ces thématiques. Oriol Vaz Romero explore la place et le rôle du jouet dans les pensées utopiques des avant-gardes artistiques européennes, analysant en particulier l’espace de rencontre entre l’art et le politique. Michel Manson envisage les aspects patrimoniaux et historiques du jouet avec un regard qui porte aussi bien sur les expositions publiques que sur les collections privées et sur l’historiographie dans la France du début du xxe siècle. Elitza Dulguerova invite à découvrir la pensée originale et multidimensionnelle de l’érudit russe Nikolaï Bartram. François Mesqui retrace l’évolution de l’intérêt pour le jouet militaire dans cette période marquée par plusieurs conflits, en utilisant les catalogues des grands magasins, une source qui représente l’offre de jouets la plus importante pour l’époque. Valentina Boretti examine une série d’expositions organisées en République de Chine et destinées à éclairer enfants, parents, éducateurs et fabricants dans leur choix et leur approche du jouet conçu comme un outil éducatif. Et Cécile Pichon-Bonin pose le cadre des réflexions entourant le jouet fabriqué par l’enfant dans la Russie et l’URSS des années 1910-1920, en insistant sur les discours définissant leurs fonctions éducatives.

6La question des circuits économiques et de l’organisation de la production et de la distribution des jouets est abordée par François Mesqui et appelle d’autres recherches à venir. Il en va de même des usages des jouets, de leur appropriation ou non par l’enfant selon les lieux et les modes d’utilisation. L’histoire semble achopper sur les sources disponibles pour traiter des usages du jouet, à moins de faire un travail systématique sur les autobiographies, les lettres, toutes les sources du for privé, en les complétant par l’analyse des œuvres littéraires et cinématographiques, sans compter l’immense répertoire d’images qu’offrent les cartes postales et les photographies de famille. Ainsi pourrait-on traiter du problème de la représentation des jouets dans chaque société étudiée, en n’oubliant pas les autres produits culturels de l’enfance, comme les livres, les illustrés et le cas particulier des livres-jouets. En outre, si la circulation des idées sur les jouets apparaît notamment entre la France et la Russie et entre les artistes européens, la question des transferts des théories et des formes des jouets pourrait faire l’objet d’un travail spécifique. Nous espérons que les articles réunis dans ce dossier, en situant le jouet dans le contexte discursif et éducatif de la première moitié du xxe siècle, ouvriront la voie à diverses approches problématisées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Pichon-Bonin et Michel Manson, « Théories et pratiques du jouet dans la première moitié du xxe siècle », Strenæ [En ligne], 17 | 2021, mis en ligne le 22 mars 2021, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/strenae/6326 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.6326

Haut de page

Auteurs

Cécile Pichon-Bonin

Chargée de recherche au CNRS, LIR3S et chercheuse associée au CERCEC

Articles du même auteur

Michel Manson

Professeur émérite de l’Université Paris 13, Laboratoire Experice

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search