Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Comptes rendusJournal de l’éducation des prince...

Comptes rendus

Journal de l’éducation des princes d’Orléans, décembre 1777-janvier 1782

Cécile Boulaire
Référence(s) :

Bernard de Bonnard, Journal de l’éducation des princes d’Orléans, décembre 1777-janvier 1782, Paris, Classiques Garnier, coll. « Correspondances et mémoires » n° 42, 2019, 692 p.

Texte intégral

1Dominique Julia a publié en 2019 dans la collection « Correspondances et mémoires » des éditions Classiques Garnier un épais volume réunissant d’une part l’intégralité du Journal de l’éducation des princes d’Orléans tenu par le chevalier de Bonnard entre décembre 1777 et janvier 1782, d’autre part une très copieuse introduction à ce journal (elle fait plus de cent pages). L’ensemble constitue un jalon important dans notre connaissance de ce xviiie siècle qui voit se modifier considérablement la culture enfantine des classes supérieures. À cet égard, l’introduction de ce volume pourrait à elle seule faire l’objet de la lecture de tous ceux qui s’intéressent aux questions éducatives. Passionnante et suffisante en elle-même, elle donne pourtant très envie de plonger dans la masse des notations quotidiennes du chevalier Bernard de Bonnard, et de faire la connaissance de l’ami (3 ans) et de frère (5 ans), les deux plus grands fils du duc de Chartres, dont l’aîné sera roi des Français sous le nom de Louis-Philippe. La publication intégrale de ce Journal est aussi l’occasion de défaire le mythe que Madame de Genlis a commencé à élaborer elle-même, tant dans ses œuvres publiées au moment des faits (Adèle et Théodore, ou lettres sur l'éducation contenant tous les principes relatifs à l’éducation des Princes, des jeunes personnes et des hommes, 1782) que dans la vision rétrospective qu’après-coup elle souhaite laisser de son action (Leçons d’une gouvernante, 1791 ; Mémoires inédits de Madame la comtesse de Genlis, 1825). Tout occupée de justifier la position, totalement extraordinaire, que lui octroie le duc de Chartres en la faisant « gouverneur » des enfants d’Orléans, une fonction jamais occupée par une femme, Madame de Genlis s’emploie en effet à disqualifier l’éducation reçue par les deux petits garçons avant qu’elle la prenne en charge. Or la lecture du Journal suffit à se convaincre que, contrairement à ce qu’elle prétend, les jeunes ducs de Valois et de Montpensier reçoivent, de 1777 à fin 1781, une éducation soignée, tout à fait inspirée des Lumières, rationnelle, ouverte et chaleureuse tout à la fois.

  • 1 Dominique Julia, « Bernard de Bonnard, gouverneur des princes d'Orléans et son Journal d'éducation (...)
  • 2 Préface au livre de Simone Gougeaud-Arnaudeau, La vie du chevalier de Bonnard 1744-1784 ou le bonhe (...)
  • 3 Dominique Julia, « Madame de Genlis et l’éducation des princes », Musée des arts et métiers. La rev (...)

2Ce n’est pas, et de loin, la première fois que Dominique Julia se penche sur le dossier de l’éducation des enfants d’Orléans. Une première version du portrait de Bernard de Bonnard est parue en 1997 dans les Mélanges de l’École Française de Rome1 ; il a aussi préfacé la biographie de Bonnard par Simone Gougeaud-Arnaudeau en 20052. De nombreuses autres publications sont également consacrées à l’œuvre d’éducatrice de Madame de Genlis3. Il peut donc légitimement écrire, en ouverture de ce volume, que « l’enfance du futur Louis-Philippe Ier, roi des Français, est sans aucun doute l’une des mieux documentée de France pour la période moderne, à l’instar de celle de Louis XIII. Paradoxalement, elle est encore l’une des moins bien étudiées. » (p. 13) L’objectif de cette édition intégrale des journaux de Bonnard est bien de déconstruire l’auto-apologie genlisienne, en mettant au jour le système qu’élabore le Chevalier de Bonnard pour penser et mettre en application son programme d’éducation. « Il est temps, en tout cas, que la figure du chevalier de Bonnard sorte de l’ombre où elle est demeurée pendant plus de deux siècles » (p. 15) nous dit l’auteur. Son livre réalise pleinement ce projet.

3Bernard de Bonnard est bourguignon. Issu d’une famille de robe récemment anoblie mais peu fortunée, orphelin dès l’adolescence, il tente sa chance à Paris, où il publie des vers et essaie de se trouver une position, mais il lui faut vite se rendre à l’évidence : la modestie de son réseau ne lui ouvre aucune porte. Il se met alors à étudier les mathématiques pour réussir le concours d’entrée à l’école d’artillerie de Bapaume où il est reçu élève en 1766, et d’où il sort officier la même année.

Le concours a donc été pour Bonnard une expérience libératrice et fondatrice, comme il l’a probablement été pour une majorité d’officiers des corps techniques de l’armée : ce n’est pas là le moindre des paradoxes de la société d’Ancien Régime que cette importance croissante du principe du mérite au cœur de l’ordre fondé sur la distinction de la naissance. (p. 24)

4Il entame alors une carrière militaire très classique, mais peu spectaculaire, faute de soutiens. En parallèle, il songe déjà à un état de pédagogue au service d’un jeune prince. Seulement, pour ces carrières-là aussi il faut des appuis. On lui conseille alors, s’il s’intéresse aux enfants d’Orléans dont l’aîné est né en 1773, de se rapprocher de Madame de Genlis, alors la favorite du duc de Chartres. La concurrence est rude, mais les amis de Bonnard parviennent à convaincre Madame de Genlis d’appuyer sa candidature. En décembre 1777, le voilà nommé sous-gouverneur des deux fils du duc de Chartres, les jeunes ducs de Valois et Montpensier, qui vont donc « passer aux hommes » à 5 et 3 ans en novembre 1778, l’aîné avec un peu de retard sur la tradition, le cadet un peu avant l’âge. Il est décidé, contre l’usage, de ne pas nommer de gouverneur, afin que Bonnard soit le seul maitre de sa pédagogie. Il a donc les coudées franches, du moins jusqu’en janvier 1782.

5Le Journal couvre donc ces trois années pleines pendant lesquelles il vit au quotidien avec les deux garçonnets, abandonnant toute vie privée, même si, dans cet intervalle, il se marie. Nous avons donc sous les yeux un témoignage méticuleux de ce que peut être une éducation princière dans cette fin de xviiie siècle largement gagnée aux idéaux d’éducation des philosophes. Destiné à une lecture entièrement privée – seule la duchesse de Chartres a connaissance de l’existence de ce journal, qu’elle demande à lire par amour pour ses fils – le Journal relève davantage du « bulletin de situation » que de la mise en forme concertée d’un programme éducatif. Il est passionnant précisément pour cette raison : on y envisage la globalité des contingences éducatives, de l’hygiène corporelle à l’éducation morale, de l’emploi du temps au choix des jeux et jouets, en passant par l’intégration des usages sociaux ou la négociation des menus et des salaires de l’équipe. Après l’éviction du Chevalier de Bonnard par Mme de Genlis qui s’octroie les pleins pouvoirs sur l’ensemble de la fratrie d’Orléans, la femme de celui-ci, Sophie, lira le journal et écrira à son mari : « je ne fais plus que penser à ces chers enfants ». Le lecteur contemporain n’est pas loin de faire de même.

6Bonnard évoque, pêle-mêle, la totalité des questions que lui pose au jour le jour sa charge de sous-gouverneur. Il s’est entouré d’une équipe réduite qui partage ses valeurs : Papon de Rochemont est nommé gentilhomme d’éducation ; l’abbé Guyot sera le précepteur, et le jeune chevalier de Broval (22 ans) le secrétaire de l’éducation (sorte de répétiteur) ; les fonctions de valet de chambre seront assumées par Prieur ; à ce noyau dur s’ajoutent des professeurs pour l’anglais, la musique… Sa mission ne consiste en effet pas tant à leur enseigner qu’à former leur cœur, comme le rappelle l’Encyclopédie à l’article « gouverneur » :

  • 4 Jean Le Rond d’Alembert et Denis Diderot (dir.), Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences (...)

L’objet du gouverneur n’est pas d’instruire son élève dans les lettres ou dans les sciences. C’est de former son cœur aux vertus morales, et principalement à celles qui conviennent à son état et son esprit par rapport à la conduite de la vie, à la connaissance du monde et des qualités nécessaires pour y réussir4.

7Avant d’accepter ces fonctions, il a beaucoup lu, beaucoup réfléchi, et c’est méticuleusement qu’il organise le « passage aux hommes » des deux bambins. Leurs nourrices et gouvernantes leur ont en effet fait redouter cette étape, il lui faut donc s’attacher à leur faire aimer ce qu’ils font en sa compagnie. Cette ligne, il la tiendra tout au long de ces trois années : beaucoup de douceur et de considération pour ce que vivent et perçoivent ses jeunes élèves, beaucoup de clarté et de fermeté dans ses principes éducatifs, mais jamais rien qui dépasse ce que chacun, compte tenu de son âge, peut soutenir. Nous partageons donc le quotidien de cette maisonnée, où les parents, grands-pères, familiers, mais aussi quelques courtisans, ne font que de brèves apparitions. Bonnard, qui dort au plus près des jeunes princes, s’attache à tout ce qu’ils vivent : leurs plaisirs et leurs peurs, ce qu’ils mangent et ce qui les rend malades et, surtout, leur langage, et la manière dont ils raisonnent. Soucieux de leur instruction, il est à l’affût de toutes les innovations pédagogiques de son temps. Mais il accorde au moins une égale importance à leur formation physique et morale. Il consacre ainsi de longues pages à l’évocation de leur retraite, lors de l’inoculation des deux enfants, au cours de laquelle il surveille scrupuleusement leur état physique. En parallèle, il se fait du souci pour la nature timorée du duc de Valois, et ne cesse de mettre en œuvre des stratégies visant à lui faire prendre des risques. Mais l’essentiel de ses notations quotidiennes concerne l’éducation morale des deux garçonnets : comment leur faire sentir ce qui est bien ? Comment éradiquer leurs mauvais réflexes ? Il livre au lecteur, au quotidien, ses observations, ses démarches, ses sentiments.

8Les lecteurs de Strenæ, chercheurs spécialisés dans les objets culturels de l’enfance, qui se plongeront dans le Journal de Bonnard, ne sauront plus où donner de la tête. Il faut dire que les enfants d’Orléans sont gâtés. Le chevalier l’écrit avec un peu d’amertume en septembre 1781 :

Madame a apporté aux princes un coffre rempli de bijoux achetés à la foire, lanternes, boites à bonbons, étuis… Le cœur d’une mère s’occupe toujours de son objet, de ce qui peut contribuer au bonheur de ses enfants… Mais ici le but est outrepassé. Les joujoux ne sont plus de leur âge et d’ailleurs depuis longtemps l’abondance a produit la satiété. C’est le malheureux sort des princes même enfants de ne pouvoir jouir de rien parce qu’ils ont trop de tout. (p. 577)

9Il faut dire que chaque nouvelle année est l’occasion de présents magnifiques de la part des parents et des grands-pères. En 1778, le duc de Penthièvre, grand-père paternel, leur offre deux jouets automates : une tour carrée sur laquelle une garde française va prendre son poste au son du tambour, « une plate-forme où un capitaine suisse fait faire différentes évolutions à sa compagnie » (p. 195) ; leur père leur offre deux jeux de roulette. L’année suivante, le duc d’Orléans, grand-père paternel, offre « un petit billard, un combat naval, une garde montante » (p. 332), et le duc de Penthièvre ajoute d’autres joujoux militaires. En 1780, les enfants ont grandi, Penthièvre leur offre des lunettes d’approche, et leur père, un jeu d’échecs. Les enfants jouent aux volants, au furet, au pot-de-chambre (les quatre coins), au renard (le renard et les poules, un jeu de plateau), au sabot (une toupie qu’on fouette), à l’épingle, à colin-maillard, à cligne-musette (jeu de cache-cache), à la marine (un jeu de l’oie), aux Polonaises (jeu de dames) ou au corbillon (jeu de société), mais sont trop grands pour le moulin à vent. Les instruments d’éducation eux-mêmes doivent le plus possible ressembler à des jouets. Ainsi, les enfants apprendront à lire avec la méthode de Berthaud, le Quadrille des enfants :

  • 5 [note 53] En marge, Bonnard a fait l’ajout suivant : « Ces 88 images d’objets connus et familiers a (...)

La méthode qu’employait M. Alexandre pour apprendre à lire aux princes avait servi à feu M. le duc de Bourgogne. […] En effet il faut amuser les enfants, il faut les attacher par les yeux, il faut fixer leur imagination volage en mettant toujours la chose à côté du mot. Ici c’était le son qui appelait l’image, et l’image qui appelait le son. 88 figures collées sur des fiches à jouer représentaient des objets connus des enfants ou qu’on leur faisait connaître avant de leur montrer les lettres qui étaient derrière la figure5. Ces lettres formaient des syllabes et ces syllabes étaient presque toujours les dernières du mot. Par exemple, une des figures était un évêque donnant la bénédiction. L’enfant reconnaissait l’évêque et la bénédiction ; qu’est-cela – c’est une bénédiction disait-il. Alors on lui montrait le revers de la figure où la syllabe ction était imprimée en gros et en petits caractères, et l’enfant disait bénédiction, ction. Ce son très difficile était donc parfaitement saisi et n’était plus oublié parce qu’il était joint à l’idée de la chose représentée. (p. 161)

10Le plaisir pris au jeu donne à Bonnard l’idée de développer cette éducation ludique. Il fait donc l’acquisition pour eux de « puzzles » destinés à apprendre la géographie :

Je fis faire à Paris d’une part, et de l’autre je fis venir de Bourgogne des cartes découpées de géographie en carton et en bois. […] Il n’est point d’enfant qui ne prenne un plaisir singulier à arranger lui-même une carte entière en rassemblant ses parties ; il les distingue à la forme, il en retient les noms sans peine et sans étude et la géographie s’apprend sans qu’il s’en doute et s’imprime si bien dans son esprit qu’il ne peut plus l’oublier jamais. (p. 182)

11Le succès pédagogique de ces cartes-puzzles est si grand que Bonnard veut prolonger l’expérience en l’étendant à de nouvelles disciplines :

L’heureux succès qu’avaient eu les cartes découpées pour l’étude ou plutôt pour le jeu de la géographie me fit naître l’idée d’employer un moyen à peu près semblable pour leur donner quelques notions de géométrie. En effet cette science est de toutes celles qui sont le plus susceptibles d’être démontrées aux yeux, puisque presque tous ses problèmes peuvent se résoudre par la superposition. Je communiquai mon idée à Baradelle6, artiste intelligent, qui connaissait parfaitement la théorie, la pratique et la mécanique de son art ; il exécuta 80 figures de buis, toutes sur le même module depuis la ligne aux sections coniques. Le tout coûta cent écus avec la belle boite qui le renfermait. Les princes étaient fort envieux d’ouvrir cette belle boite et de jouer au jeu de la géométrie ; mais je me gardai bien de satisfaire leur envie sur-le-champ ; je voulus aiguiser le désir et faire de cette étude un objet de récompense7. (p. 209)

12Ajoutons à cela que les enfants disposent d’instruments d’optique, d’estampes à coulisses, d’images de toutes sortes… Pourtant, plus on avance dans leur éducation, et plus c’est sur les livres que Bonnard s’appuie. Plus précisément, sur des livres illustrés – à estampes. Quels sont ces livres ? Une Bible « illustrée de figures », les Fables de La Fontaine, le Magasin des enfans de Madame Leprince de Beaumont, le Théâtre à l’usage des jeunes personnes de Madame de Genlis qui est tout récent, la géographie de Buffon, Télémaque, et surtout, comme récompense du soir, les volumes de planches de l’Encyclopédie. On est frappé de la diversité des pratiques.

13Le livre est l’instrument à partir duquel se déploie la pédagogie. Ainsi que le disait déjà Érasme dans la Declamatio de pueris, l’image, qui excite la curiosité de l’enfant, est le point de départ de questions, à partir desquelles le maître construit le savoir. Bonnard va plus loin, relevant les vertus mnémotechniques de l’image :

Aussi pour préparer au souper, après le siège ou la chasse du cerf, nous voyions les estampes des arts et métiers dans l’Encyclopédie que nos princes aimaient fort. Ils faisaient des questions ; on y satisfaisait […]. Nous n’y manquions jamais et cette méthode qui est la seule bonne a toujours été suivie du succès. Elle fait seule les bons esprits, c’est-à-dire les esprits justes. (p. 179)

C’est dans ce temps-là (8 mai) que les princes commencèrent à joindre à leur lecture ordinaire celle d’un chapitre de l’Ancien Testament par leçon. Nous choisîmes, comme de raison, une Bible abrégée dans le texte et enrichie de figures. La représentation gravait les faits dans la mémoire, et l’image attachait au livre. On s’occupa beaucoup d’Abel qui était bon et de Caïn qui n’était pas bon. (p. 216)

14La contemplation des images, qui suscite un véritable engouement chez les jeunes princes, est instituée comme une récompense – dont on peut alors priver celui qui s’est mal comporté et refuse de le reconnaître, comme dans cet exemple de décembre 1778 :

Il veut voir les estampes de la Bible « — L’ami les belles estampes de la Bible ne sont pas pour les enfants désobéissants. » Et je les fais enlever. J’attendais en vain le retour d’un bon mouvement. (p. 173)

15Les livres et leurs images sont donc au cœur de la pédagogie de Bonnard. De ce rapport aux livres et à leurs histoires, il entend tirer pour ses élèves un profit intellectuel et moral : parce que les enfants, peu à peu, mettent en relation les histoires entre elles, les histoires et leur existence, les valeurs mises en jeu dans les livres et celles qui concernent leurs petits débats. Ainsi de la lecture des Fables, que Bonnard estime adaptées à ses élèves de 3 et 5 ans, ou du Magasin des enfans, qui a été, lui, rédigé pour des enfants :

L’ami lit dans La Fontaine la fable du lion, de la génisse et de la chèvre, et après l’avoir lue il se fâche contre le lion et dit : « Ce lion-là est un méchant, il fait des injustes ». (p. 347)

En lisant dans le Magasin des enfants, M. de Valois voit un jeune prince livré à lui-même et séparé de son gouverneur à 14 ans. Il fait là-dessus des questions à M. l’abbé Guyot, lui demande si nous resterons avec lui jusqu’à 16, 17, 18 ans. (p. 347)

  • 8 Stéphane Bonnéry et Christophe Joigneaux, « Des littératies familiales inégalement rentables scolai (...)

16Les deux petits garçons font de constants va-et-vient des textes à leur vie, parlent comme dans les livres, citent La Fontaine, s’émeuvent comme il se doit au théâtre d’éducation… Voilà finalement une littératie assez semblable à celle que les sociologues observent aujourd’hui chez les enfants de la sphère cultivée8, où la fréquentation des livres et des histoires joue sur tous les tableaux, de l’immersion fictionnelle (typique du « lisant » selon les théories de M. Picard) à la prise de distance consciente, la culture littéraire devenant un filtre à travers lequel examiner le réel :

L’ami lit dans le théâtre de Mme de Genlis la jolie pièce d’Agar, et voilà que dès la seconde page il se met à pleurer sur le sort d’Ismaël qui va mourir, dit-il. (p. 406)

Lecture de la jolie comédie de L’île heureuse [de Mme de Genlis]. À la scène où les deux rivales se reconnaissent mutuellement de la préférence pour la couronne, chacun des chers enfants veut qu’en cas pareil on préfère son frère, et l’aîné le dit et le répète avec le ton du sentiment… (p. 411)

Dans notre promenade du soir nous sommes arrêtés près d’une porte par une voiture chargée que les chevaux ne peuvent tirer de l’ornière. M. le duc de Valois vient à mon oreille et me dit : « C’est bien là le charretier embourbé de la fable »… L’application était juste. (p. 421)

L’ami lit la comédie de L’Enfant gâté [de Mme de Genlis] ; frère l’a lue et s’en souvient ; tous deux semblent en sentir les finesses ; tous deux n’y veulent jouer que le rôle de Toinette, tous deux lisent leur rôle avec plaisir et lui donnent souvent l’intonation du goût et du sentiment. […]« — C’est vrai, mon frère, qu’hier j’ai fait un peu la Dorine ». Il est difficile de ne pas être content de ce petit dialogue. (p. 423)

17Bonnard est de fait très « content » des effets que ces livres exercent sur ses deux élèves, et on le comprend aisément à la lecture de ces extraits. La lecture développe l’esprit comme le sentiment des deux petits garçons, elle leur donne des outils pour comprendre le monde qui les entoure (sans La Fontaine, connaîtraient-ils des « charretiers embourbés » ?), des modèles à l’aune desquels évaluer l’adéquation de leurs propres comportements aux situations vécues. Pourtant Madame de Genlis se saisira aussi de cette éducation littéraire pour orchestrer la disgrâce de Bonnard, ourdie de longue date.

18Dès le printemps 1781 en effet, la comtesse de Genlis, dont la position au sein de la maison d’Orléans s’est affermie au point qu’elle seule pose, au milieu des cinq enfants, pour une gravure que veut faire réaliser le duc de Chartres, lance ses attaques contre Bonnard, dont elle convoite la place au mépris des usages. Lors d’une promenade qui est l’occasion de divers reproches à l’égard de l’éducation des jeunes princes, le roman de Fénelon est l’occasion d’un premier conflit ouvert – en présence des enfants, ce que Bonnard juge « mal, très mal » :

  • 9 [note 898] Dans les Leçons d’une gouvernante, op. cit., tome I, p. 2, Mme de Genlis se flatte du fa (...)

Elle demande à l’abbé s’ils apprennent le latin, quels livres ils lisent, et sur la réponse détaillée de cet excellent abbé, elle dit que pour la mythologie il n’y a d’autre livre que Diodore de Sicile et qu’il est mal, très mal, de lui faire lire actuellement Télémaque, Télémaque, le plus beau des livres, sur lequel il sera blasé, et qui eût fait ses délices à 15 ans9. Cependant M. de Valois le lit avec transport, s’attendrit et pleure de joie en le lisant. Il n’en saisit sans doute ni le plan, ni l’ensemble, ni le but politique, mais les vérités de détail sont à sa portée et le charme du sujet l’intéresse au dernier point… (p. 514)

19Quinze jours plus tard, c’est encore Télémaque qui semble le point de fixation d’une série d’attaques contre le régime éducatif mené par Bonnard, qui défend sa pédagogie :

  • 10 Petit-neveu de Fénelon.

Maman Beau [la marquise de Rochambeau, qui a été la nourrice des princes] et l’abbé de Fénelon10 nous mettent dans le cas de parler du Télémaque. Je dis comme je le crois que presque toutes les œuvres de Fénelon à commencer par les petits contes dont nous parlait son neveu continuant par Télémaque et finissant par les Directions pour la conscience du Roi, sont des ouvrages de tous les âges et même de tous les états. Je ne serais pas embarrassé de le prouver. L’abbé insiste sur le Télémaque ; il a ses raisons pour cela, et Madame dans son silence, ne paraît pas le désapprouver… (p. 521)

20Le soutien fidèle de l’abbé Guyot, l’apparente approbation de la duchesse de Chartres n’y feront rien : la cabale est lancée, Mme de Genlis a fourbi ses arguments depuis longtemps, et Télémaque n’est qu’une des armes préparées contre le jeune homme. Elle ne cessera pourtant d’y revenir, aussi bien dans les Leçons d’une gouvernante en 1791 que dans Adèle et Théodore, soulignant à quel point il lui paraît ridicule de mettre entre les mains des enfants des chefs d’œuvre comme ceux de Fénelon, Racine ou La Fontaine.

21Madame de Genlis aspire à être la seule et unique éducatrice des enfants d’Orléans. Elle parvient à ses fins en janvier 1782, lorsque le duc de Chartres annonce à Bonnard qu’il a attribué la place vacante de gouverneur à celle qui est, de notoriété publique, sa maîtresse, et pour qui il a fait construire le pavillon de Bellechasse afin qu’elle y élève les enfants d’Orléans (et les siens) dans une forme de retraite rousseauiste. Ainsi s’achève, prématurément, la carrière d’éducateur de Bonnard. Évincé par celle qu’il croyait sa protectrice, il fut en outre constamment dénigré par Mme de Genlis elle-même. Si les Mémoires de Mme de Genlis firent encore l’objet de moqueries, souvent misogynes, dans les années 1820 (Saint-Beuve en fait une critique féroce, soulignant la sévérité de ses jugements sur autrui tout autant que la complaisance de son auto-portrait11), ces critiques ont peu à peu été oubliées, et Madame de Genlis a souvent été érigée en pionnière des réformes éducatives du siècle des Lumières. Les lecteurs du xxe siècle ont en effet accordé foi aux Leçons et aux Mémoires qui reprenaient habilement la profession de foi d’Adèle et Théodore, et ont parfois oublié un peu vite qu’il y a loin du dire au faire12. La publication du Journal du chevalier de Bonnard permettra de mettre au jour les mensonges de Genlis – par exemple, sur la pratique des langues vivantes dont elle prétend à tort avoir imposé l’usage. L’ouvrage de Dominique Julia, tant par sa remarquable introduction que par la plongée qu’il offre dans le quotidien éducatif de deux petits nobles de la fin du xviiie siècle, nous offre la matière à nous faire une opinion éclairée.

22On peut signaler que le volume est très onéreux (65 € pour la version brochée, 102 € pour la version reliée). Les éditions Classiques Garnier ont une politique commerciale articulée d’une part sur les achats des bibliothèques universitaires (d’où les versions reliées très coûteuses, mais plus solides) et d’autre part sur l’édition numérique, là encore à un coût prohibitif, mais fort utile pour la « fouille  de texte » qui pourrait intéresser les chercheurs spécialisés dans les questions éducatives ou les objets culturels de l’enfance : il sera ainsi plus facile de relever dans la masse du texte (plus de 500 pages) les références aux livres, jeux, jouets, vêtements (nouveaux habits, port des lisières, etc.) et habitudes d’hygiène des enfants d’Orléans. Si l’on peut regretter que l’édition française se mette au diapason des pratiques américaines en matière de prix des ouvrages universitaires, il faut cependant saluer la qualité de l’édition de ce texte.

Haut de page

Notes

1 Dominique Julia, « Bernard de Bonnard, gouverneur des princes d'Orléans et son Journal d'éducation (1778-1782) », Mélanges de l'École française de Rome. Italie et Méditerranée, tome 109, n° 1, 1997, p. 383-464, DOI : https://doi.org/10.3406/mefr.1997.4492.

2 Préface au livre de Simone Gougeaud-Arnaudeau, La vie du chevalier de Bonnard 1744-1784 ou le bonheur de la raison, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 9-11.

3 Dominique Julia, « Madame de Genlis et l’éducation des princes », Musée des arts et métiers. La revue. Histoire, Sciences et Techniques, n° 35, juin 2002, p. 16-27 ; « L’empire d’une gouvernante : Madame de Genlis au service de la maison d’Orléans », dans : Discours sur l'éducation au xviiie siècle. Pédagogie et utopies pédagogiques, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 2021, p. 263-314 ; « Princes et élèves : les études des princes d’Orléans sous l’autorité de Madame de Genlis (1782-1792) », Histoire de l’éducation, n° 151, 2019/1, p. 63-121.

4 Jean Le Rond d’Alembert et Denis Diderot (dir.), Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, tome 7, Paris, 1757, p. 792. L’auteur de l’article est André Lefèvre, cousin de l’écrivain Pierre-Jean Grosley. Cité par D. Julia dans « L’empire d’une gouvernante », op. cit., p. 280.

5 [note 53] En marge, Bonnard a fait l’ajout suivant : « Ces 88 images d’objets connus et familiers aux enfants représentent tous les sons fondamentaux de la langue et ceux qui sont pour ainsi dire la racine des autres. Cette méthode évite la confusion des idées, applique les enfants sans qu’ils s’en aperçoivent, leur apprend aisément l’orthographe parce que les sons et les lettres qui les expriment se gravent en même temps dans la mémoire ».

6 [note 128] Nicolas-Eloi Baradelle, ingénieur du roi pour les instruments de mathématiques, a repris en 1771 l’enseigne qu’avait ouverte en 1725 son père Nicolas-Jacques (1701-1779) quai de l’Horloge-du-Palais : « À l’Observatoire ». Il fabriquait des instruments de navigation, des cadrans solaires, des sphères astronomiques et géographiques.

7 On peut voir un tel coffret dans les collections du Louvre : https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010115371.

8 Stéphane Bonnéry et Christophe Joigneaux, « Des littératies familiales inégalement rentables scolairement », Le français aujourd’hui, n° 190(3), 2015, p. 23-34.

9 [note 898] Dans les Leçons d’une gouvernante, op. cit., tome I, p. 2, Mme de Genlis se flatte du fait que l’un de ses premiers actes dans l’éducation des princes ait été de retirer de leurs mains « les Fables de La Fontaine, Télémaque, Racine, et substitué à ces ouvrages des livres d’histoire, et des ouvrages de morale » à leur portée.

10 Petit-neveu de Fénelon.

11 https://obvil.sorbonne-universite.fr/corpus/critique/sainte-beuve_premiers-lundis-01 - body-7.

12 Ce phénomène s’observe encore aujourd’hui, comme en témoigne cet article de vulgarisation récent : https://theconversation.com/redecouvrir-la-maison-pedagogique-de-madame-de-genlis-134620.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Boulaire, « Journal de l’éducation des princes d’Orléans, décembre 1777-janvier 1782 », Strenæ [En ligne], 18 | 2021, mis en ligne le 21 juin 2021, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/strenae/6409 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.6409

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search