Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Comptes rendusLa Littérature de jeunesse par se...

Comptes rendus

La Littérature de jeunesse par ses textes

Anne-Marie Chartier
Référence(s) :

Bénédicte Milland-Bove et Marie Sorel (dir.), La Littérature de jeunesse par ses textes, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, coll. « Les fondamentaux de Sorbonne Nouvelle », 2020, ISBN : 978-2-37906-0, 196 p.

Texte intégral

1Voici un ouvrage dont le titre, La littérature de jeunesse par ses textes, rend curieux : n’est-ce pas toujours « par les textes » que celle-ci est lue ? Bénédicte Milland-Bove et Marie Sorel précisent leur intention dans l’avant-propos : « analyser les textes de jeunesse à l’université ». Il s’agit de rendre compte de pratiques d’enseignement nourries par la recherche et qui pourraient d’ailleurs inspirer d’autres « sujets de recherche (mémoires, thèses) ». Cependant, au-delà de ces visées savantes, le livre veut être aussi un « manuel » pour un public plus large que les étudiants. En effet, « l’analyse par extraits, pratique dominante dans les classes, est encore rare pour les textes de littérature de jeunesse peu présents dans les manuels et les anthologies ». L’enjeu est donc double : d’une part, montrer que des spécialistes peuvent « mettre à l’épreuve les outils mobilisés en littérature générale sur des textes de jeunesse », en adoptant la formule classique de l’analyse d’extraits, c’est-à-dire en les traitant « comme des textes » (comprenons : « comme des textes littéraires ») ; d’autre part, parier que cette approche offrirait « des pistes à creuser avec les élèves », « des idées de corpus et d’activités à expérimenter avec leurs classes » à ceux et celles qui sont ou seront en poste dans l’enseignement.

2Le défi n’est pas dans la mise à l’épreuve des outils d’analyse (Barthes a montré depuis longtemps qu’on peut analyser James Bond et Racine avec les mêmes outils), mais dans les effets attendus : peut-on espérer une meilleure intégration de la littérature de jeunesse dans la littérature générale grâce à « l’analyse d’extraits » ? Et quelles pistes pédagogiques peut-on en tirer ? Aux lecteurs de juger sur pièces.

3Chaque brève contribution (4-5 pages) suit une feuille de route en 4 points : Repères, Enjeux, Pistes de lecture, Ouvertures et prolongements. Le déroulé situe l’auteur, l’œuvre, fait lire l’extrait retenu. Suivent le motif du choix et l’étude de l’extrait. Un encadré final liste des références commentées ou non, sur l’auteur, l’œuvre, le thème, et les supports apparentés, livres, articles, CD, films, adresses en ligne, archives sur Youtube. Avec quatre pages de dates-clefs, un index notionnel (débordant) et quelques « grandes questions » en introduction (la littérature de jeunesse a-t-elle toujours existé ? Est-elle une « vraie » littérature ? Un « genre » particulier ? Peut-elle être « libre » ? etc.), l’ouvrage a bien les traits d’un manuel, consultable au gré des curiosités ou des recherches d’information. Ou plutôt, du fait des choix subjectifs des signataires, une anthologie éclectique sans prétention d’exhaustivité (avec, faute d’images, un grand absent : l’album).

4Au total, 26 exemples ordonnés au fil du temps : Mme de Genlis et Berquin pour le xviiie, sept « classiques » du xixe (Dumas, Andersen, Ségur, Carroll, Verne, Bruno, Malot, Spyri). Le xxie siècle l’emporte largement sur le xxe siècle (11 extraits contre 4) : poésie (Desnos, Roubaud, Acevedo), théâtre (Py, Jouanneau, Mouawad, Thibaud, Levey) et même deux essais (sur le terrorisme : Ben Jelloun ; sur une invention scientifique : Mérat).

5On se souvient des diatribes contre la littérature en miettes des Lagarde et Michard, fille de la pénurie pédagogique (manque de livres, manque de temps). Le livre de poche avait vaincu la première, la littérature de jeunesse se moquait de la seconde, car elle échappait au carcan des horaires et des programmes. Doit-elle y entrer « pour devenir grande » en se présentant en extraits ? Pari gagné dès l’ouverture pour Genlis et Berquin. La célébrité durable de ces auteurs est une énigme, car une seule de leur page suffit à ôter tout désir de relire cette littérature morte : heureusement qu’il y a des spécialistes (M.-E. Plagnol, J. Chiron) pour nous en donner quelques clefs. En revanche, pourquoi a-t-on envie d’en savoir plus sur Lucette, imaginée par une Joséphine-Blanche Colomb, célébrité oubliée (L’oncle d’Amérique, 1890) ? Parce qu’elle fait peur à sa vieille tante rentière en voulant monter un commerce pour gagner sa vie ? Ou parce qu’elle fait entendre une voix singulière ?

6Faire entendre des voix : c’est ce qui semble avoir guidé bien des choix de romans. Voix de Sophie et Paul en conflit devant la tentation des fraises dans la forêt (Les malheurs de Sophie, Ségur, 1859) ; voix discordantes des chevaux et de leurs cavaliers en fuite (Le monde de Narnia, Lewis, 1954) ; interpellation du lecteur par la voix de Rémi (« je suis un enfant trouvé », Sans famille, Malot, 1877), de Caden Bosh dérivant hors du temps dans un bateau-hôpital menaçant (« Je n’arrive pas à me rappeler quand ce voyage a commencé », Le goût amer de l’abîme, Shusterman, 2015) ou de Julie prisonnière d’un rêve (« Jamais un rêve n’a été aussi réel », Dans la forêt de Hokkaïdo, Pessan, 2017). La lecture cursive de ces extraits réunis (avantage du manuel) permet de distinguer des registres : à côté des voix singulières, les voix exemplaires. Le Tour de la France par deux enfants (Bruno, 1877) affiche le didactisme serein d’un manuel scolaire, qui affleure aussi dans Le terrorisme expliqué à nos enfants (Tahar Ben Jelloun, 2016). C’est qu’il fait disparaître « le combat de la narration et du dialogue » (pour citer Isabelle Nières-Chevrel). Une fois situés le lieu, le temps et les acteurs, le dialogue doit faire surgir des voix « non convenues ».

7La « lisibilité » de bien des extraits retenus semble tenir à cette double allégeance. Dès que la narration disparaît (théâtre, poésie) ou au contraire dès que les voix se taisent (récit, description), l’extrait devient bien plus énigmatique. Sauf si le propos est clairement informatif (Mérat, Un portrait-robot lu dans le cerveau, 2017), il faut alors des « explications ». Des explications pour faire percevoir l’ironie subversive de Dumas peignant un négrier sans scrupule dans Le Capitaine Pamphile (1835), des explications pour dévoiler l’allégorie cosmique sous-jacente aux brefs extraits de La Reine des Neige (1844), des explications pour montrer le « point de vue » de Cyrus Smith dans l’ascension du volcan (L’île Mystérieuse, Verne, 1875). Inversement, quand on n’a plus que les dialogues des scènes de théâtre (et quelques didascalies), manque la présence corporelle des acteurs. Il est difficile d'« imaginer » et de « comprendre », sans eux, la danse des squelettes devant la princesse et le jardinier (La jeune fille, le diable et le moulin, Py, 1995), le délire verbal de l’entomologiste lilliputienne devant le masque guerrier du grand Kadouma (Mamie Ouate en Papoâsie, Jouanneau, 1999), le drame de Julie parlant avec sa grand-mère morte et son chien (Pacamambo, Mouawad, 2000), Marie rencontrant le Loup de la Cité Fauré/Forêt (La Petite fille qui disait non, Thibaud, 2018), la marche d’Abdul vers l’exil escorté par son frère Hakeem (Aussi loin que la lune, Levey, 2019). Faut-il penser que les ressources en ligne auront permis, avant de lire, de voir les mises en scènes ? Sans elles, on risque de se trouver comme au temps où il fallait dire pourquoi « dans cette scène », le monologue d’Harpagon est comique et la tirade de Bérénice, pathétique : de quoi figer le rire et les pleurs.

8Quatre contributions ont trouvé une autre voie : pour traiter les extraits « comme des textes », elles confrontent extrait et traduction. Devant deux versions en présence, on peut aller de l’une à l’autre pour y voir de plus près. En mettant en regard du texte original allemand trois traductions de Heidi, Mathilde Lévêque rend visibles les censures et déformations du texte source : de quoi ouvrir les yeux sur la façon dont l’édition traite, maltraite, « interprète » un classique de l’enfance. Virginie Douglas a retenu le terrible dialogue d’Alice avec le Chat du Cheshire. Elle donne l’origine proverbiale d’allusions « intraduisibles en français » qui éclaire bien des nonsense et le traducteur (Papy) fait percevoir « l’écriture » de Carroll, son laconisme, ses ruptures et dérèglements syntaxiques, ses sophismes : portrait du Chat exerçant son emprise sur Alice. Même prise de conscience des écarts entre langues avec la traduction (C. Beauvais) du long extrait d’Elizabeth Acevedo, tiré de The Poet X. Le journal intime de Xiomara devenant « elle-même » en s’identifiant à une poétesse noire fait alterner la brièveté scandée et les versets fluides du slam en anglais. Quant à Christian Poslaniec, il « traduit » Gargantua ou plutôt transpose et recompose des extraits de Rabelais en français moderne : jubilation des équivalences qui font lire de près l’inventivité délirante et savoureuse du lexique original. Dans chaque cas, il y a « un reste », le signifié n’épuise pas le signifiant. Le pari de Claire Doquet était plus risqué : présentant quatre états de tapuscrits corrigés à la main du Paul Honfleur de Rascal, avant l’édition en BD, elle fait voir ce que Rascal-écrivain a d’emblée fixé et le lieu des ratures : cette analyse génétique passionnera les rascaliens, mais on ne saura pas, faute d’images, si les repentirs ont eu ou non des effets sur les crayonnés gris-bleu d’Alfred.

9Puisqu’il s’agit de textes écrits pour de jeunes lecteurs, une question reste tout du long en suspens. Pourquoi certains extraits sont-ils limpides malgré leur brièveté, alors que d’autres supportent moins bien d’être arrachés à leur trame narrative ? Est-ce là ce qui distingue les classiques (ou ceux qui le deviendront) ? Cette lisibilité dépend souvent du sous-texte, qui tantôt fait partie de la culture commune (le Petit Chaperon Rouge dans la version moderne de La Petite fille qui disait non), tantôt reste bien plus opaque : les allusions (ironiques, parodiques, politiques) dont le lecteur ne peut « jouir » d’emblée sont comme autant de private jokes, elles excluent. En les mettant (didactiquement) à jour, les contributions rendront les étudiants plus savants, ce qui est un gain appréciable. Ils sauront tout ce qu’il faut savoir du rondeau, mais en entendront-ils mieux la chanson subtile du Rondeau des rondeaux de Roubaud ? Débrouiller toutes les allusions baroques de Desnos à Ponce-Pilate, les aidera-t-il à rire et faire rire leurs élèves en relisant L’éléphant qui n’a qu’une patte ? Un test simple permettrait d’en juger : lire l’extrait à voix haute et constater que la classe écoute. La lecture magistrale transforme le savoir textuel (le recueil d'informations, si utile aux examens) en expérience partagée : faire « entendre » le sens d'un texte. C'est ce que pensait le vieux Legouvé (L’Art de la lecture, 1877) qui rêvait d’introduire des « professeurs de lecture » dans ces enseignements privés du privilège du latin et de l’explication de texte : les classes destinées aux jeunes filles et les écoles normales d'instituteurs et d'institutrices. Ce sont d'ailleurs par elles et eux que les morceaux choisis de « nos grands écrivains » entreront à l'école primaire sous la forme des « lectures expressives ».

10On referme donc La littérature de jeunesse par ses textes avec satisfaction et perplexité. Satisfaction d’avoir beaucoup appris ou révisé, ce qui est utile et agréable. Mieux, la réunion de ces extraits « traités comme des textes » (littéraires) questionne et fait penser. Perplexité quant aux visées attendues : les pistes de travail avec les élèves restent effectivement « à creuser ». Quant à permettre une meilleure intégration de la littérature de jeunesse dans la littérature générale, qui vivra verra. Est-ce d’ailleurs un problème si grave ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Chartier, « La Littérature de jeunesse par ses textes », Strenæ [En ligne], 18 | 2021, mis en ligne le 21 juin 2021, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/strenae/6620 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.6620

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Chartier

LARHRA, ENS/Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search