Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Dossier thématiqueIntroduction : le texte de jeunes...

Dossier thématique

Introduction : le texte de jeunesse au risque de l’école

Introduction: the children’s text under threat in education
Hélène Weis

Texte intégral

  • 1 De nombreux articles, au fil des numéros, évoquent naturellement le contexte, les pratiques et les (...)

1Pourquoi convoquer l’école élémentaire et sa façon très particulière d’aborder le livre de jeunesse dans Strenae, revue qui, par son titre même, évoque des moments privés où l’enfant rencontre le livre-cadeau ? La revue s’est donnée comme objet l’ensemble de la culture matérielle et littéraire de l’enfance et n’avait jamais affronté l’école primaire1. Si un numéro portant sur l’école peut se comprendre dans une perspective interdisciplinaire comme celle de la revue, l’appel, pour autant, n’était-il pas d’emblée rendu obsolète par l’importance des recherches déjà construites dans ce domaine ?

  • 2 Nous n’ambitionnions nullement de construire une histoire croisée de ces recherches, sur laquelle l (...)

2La préparation a supposé une relecture des travaux de recherche dans les champs croisés de l’histoire de la lecture, de la littérature de jeunesse, de la didactique, qui s’empare des corpus de littérature de jeunesse après son institutionnalisation dans les programmes de 2002, et dans celui de la sociologie qui porte le doute, dans la tradition bourdieusienne, sur les objets culturels transmis par l’école2.

  • 3 Le mot texte ici correspond à une acception large, pour un objet culturel qui intègre toute forme p (...)
  • 4 Marie-Claire Martin et Serge Martin, Quelle littérature pour la jeunesse ?, Paris, Klincksieck, 200 (...)
  • 5 Francis Marcoin, À l’école de la littérature, Paris, Éditions ouvrières, 1992.

3L’objectif était de centrer l’attention sur le texte3 de jeunesse dans sa relation à l’école, avec un point de vue distancié propre à l’histoire culturelle d’une part et d’autre part une attention précise à sa poétique singulière. Objectif bien trop ambitieux pour un numéro ! Lorsque Serge Martin consacre en 2009 un chapitre de son livre Quelle littérature pour la jeunesse ? à la scolarisation de la littérature de jeunesse, il cite le colloque de Metz en 1995 qui, en présentant l’expérience déjà longue de nombreux formateurs du domaine, abordait largement la question de la légitimité et des frontières culturelles4. Serge Martin dit le danger de dissolution de ces corpus dans les prescriptions scolaires, comme dans la « généralisation des formes scolaires de la vie sociale et culturelle ». Francis Marcoin, en 19925, avait déjà longuement réfléchi sur les relations de l’école à la littérature, montrant le développement d’une littérature spécifique de l’école élémentaire, parallèle à celui de l’introduction, plus rapide que l’institutionnalisation ne le montre, de la littérature de jeunesse dans le milieu scolaire.

  • 6 Poésie de l’école, n° 11 (2002), Le roman scolaire entre littérature et pédagogie, n° 29 (2011), He (...)
  • 7 Marie-France Bishop, « Que lit-on à l’école primaire au cours du xxe siècle, corpus de textes de 18 (...)
  • 8 Anne-Marie Chartier, « L'éclatement des références », Cahiers pédagogiques, n° 462, La littérature (...)

4Cette construction par l’école d’une relation intime à des textes bien spécifiques, qui marque profondément la culture française, Francis Marcoin la saisit dès les choix dans les premiers programmes d’historiettes exemplaires, très naturellement issues des berquinades pré-révolutionnaires. Il montre à la fois la préférence pour des textes brefs et éloignés du romanesque et la prédilection pour un style simple et direct, intégrant la mise en fiction des objectifs didactiques. Les Cahiers Robinson reviendront sur ces alliances en étudiant le roman scolaire, mais aussi la poésie très singulière prônée par l’école, ici absente, ainsi que l’œuvre choisie d’auteurs-instituteurs6. Les recherches attentives de Marie-France Bishop rejoignent ces conclusions, mais touchent essentiellement les grandes classes7. Or, d’autres textes sont présents dès le début de l’école, comme le conte, comme des formes très particulières d’imagiers jouxtant l’album, comme l’album lui-même à partir du Père Castor, François Faucher ayant une conscience précise de la nécessité d’une alliance avec le milieu scolaire. Si Anne-Marie Chartier parle judicieusement « d’éclatement des références8 » après les années 1980-1990, lorsque la littérature de jeunesse entre à l’école et avant son intronisation, l’histoire même du texte scolaire, qui est souvent un texte de jeunesse, reste à travailler : les critères qui s’institutionnalisent après 2002 sont à l’opposé des traits distinctifs des textes antérieurs dont nous maintenons qu’il s’agit bien de textes de jeunesse pour l’école.

5La présentation des articles se fera donc à partir de deux axes. Tout d’abord, les recherches actuelles se rattachent très logiquement aux prescriptions anciennes qui forment un substrat culturel puissant pour les enseignants. En second lieu, la réflexion sur des corpus moins légitimés et sur de nouveaux métissages scolaires ouvre sur de nouveaux usages. Ainsi les contributions de ce numéro permettent-elles de prendre pied sur une piste qui, comme le montre la conclusion de cette synthèse, avance à la fois sur les scansions historiques traversées par le texte de jeunesse à l’école et sur ses spécificités.

Où la tradition scolaire impose sa marque

6Le témoignage de Sandra Dobek, enseignante formée à la littérature de jeunesse à la fois à l’Université avant son entrée dans la formation des maîtres puis dans cette période brève où il y eut dans les IUFM un enseignement systématique dans ce domaine, montre avec une grande précision toutes les difficultés des maîtres à s’emparer des corpus prescrits par les listes officielles, particulièrement en ce qui concerne les albums.

  • 9 Annie Renonciat (dir.), L’image pour enfants : pratiques, normes, discours France et pays francopho (...)

7Valérie Ducrot rend compte de la lecture des albums sans texte d’Anne Brouillard et de Suzy Lee par des classes invitées à compléter systématiquement la narration graphique par un écrit, qui peut se réaliser en maternelle par le biais de la dictée à l’adulte. Ce procédé renvoie certainement à la tradition longue d’une image lisible, support d’un récit perceptible avec évidence, imposée et pratiquée à partir de la Commission de la décoration des écoles et de l’imagerie scolaire en 1879. Un travail historique sur l’usage des imagiers et de l’image dénotative dans les manuels, en particulier pour l’apprentissage de la lecture, reste à conduire, dans les pas des recherches d’Annie Renonciat9. L’article propose des modes de dépassement de ces approches.

  • 10 Références dans l’article.

8Hélène Raux étudie le succès de deux séries d’Yvan Pommaux, devenues des « classiques » de l’école depuis la constitution des listes officielles. Elle s’inscrit dans le droit fil des recherches d’André Chervel reprises par Nathalie Denizot10 autour de la scolarisation et du genre scolaire. Elle offre ainsi des éléments de réponse aux interrogations posées par Sandra Dobek et Valérie Ducrot concernant la relation du monde enseignant à l’image, marquée en particulier par l’exclusion longue de la bande dessinée, genre honni par les éducateurs depuis le début du xxe siècle.

  • 11 En particulier à partir des recherches de Véronique Boiron, qui commencent en 2010, « Lire des albu (...)

9Hélène Weis reprend les problématiques d’élémentarisation et de progressivité concernant la compréhension du récit à l’école maternelle, objet d’un courant de recherche spécifique qui a entraîné en partie les modifications programmatiques en 201511. Le conte en randonnée s’avère un genre aisément scolarisé depuis les programmes de 1887 : ce mini-genre scolaire proposerait-il des progressions plus aisées à adapter au développement de l’enfant ?

  • 12 Pef, La Belle Lisse Poire du prince de Motordu, Paris, Gallimard, coll. « Folio cadet », 1980.

10Christiane Connan-Pintado se saisit d’un corpus très particulier, genre scolaire si l’on considère qu’il est construit sous la commande implicite de l’école : des fictions ludiques qui jouent avec la langue, comme le très classique Prince de Motordu12. Elle interroge des pratiques où la lecture littéraire reste le parent pauvre, alors que ces textes jouxtent à l’évidence la fonction poétique.

Nouveaux usages, nouveaux corpus, nouveaux métissages

11L’enquête menée par Lucile Berthot et Lydie Laroque autour des pratiques des élèves de CP fait la jonction entre prescriptions anciennes et nouvelles, tenant compte également de l’attention récente et fondamentale des pratiques de lecture des enfants et des familles. Les élèves de CP, comme bien d’autres lecteurs débutants, s’appuient sur des historiettes proches de leur univers personnel. Il est intéressant de voir les procédures actuelles des enseignants pour accepter ces corpus, comme d’ailleurs les récits en série de la petite enfance, pour les relier à des textes plus variés et plus complexes, comme s’il y avait, en deux siècles d’acculturation de l’enfance, une sorte d’inversion des valeurs formelles : le texte pour enfants ne peut plus à l’école se targuer de simplicité, comme l’image ne peut plus s’avérer uniquement « lisible ».

12Christophe Meunier reprend, de façon connexe et très différente à la fois, l’usage des textes littéraires pour des apprentissages disciplinaires, tentation constante des maîtres à laquelle la formation répond par des montages théoriques complexes touchant la pluridisciplinarité. Il démontre comment la compréhension du récit en images participe des apprentissages spatiaux, sans pour autant réduire les albums à une redondance texte-image plus ancienne : il s’agit bien pour les élèves de maternelle de s’initier à un langage très contemporain où se mêlent mots et images, pour la construction de compétences en synergie.

13L’écart aux prescriptions et les questions posées par la légitimité des corpus sont repris à la fois par Dominique Perrin et par Sonia Castagnet-Caignec. Dominique Perrin montre les enjeux que sous-entend la présence minorée des albums de grande diffusion dans la liste maternelle, publiée en décalage par rapport aux précédentes, en 2013. Elle poursuit la réflexion dans un second article, en reprenant les recherches récentes concernant la maternelle et touchant l’utilisation, en quelque sorte parallèle au discours officiel, de ces corpus dans l’institution. Sonia Castagnet-Caignec défend des corpus transfictionnels proches de la culture contemporaine des élèves, habitués à une production de fictions multimédiatiques que l’école devrait désormais intégrer dans leur parcours : il s’agit autant de construire une posture réflexive de lecteur que d’affiner le regard sur de nouveaux objets scolaires.

Texte de l’école, texte littéraire, littérature de jeunesse, littérature de l’élève ?

  • 13 Selma Lagerlöf, « Le livre de Noël », dans : Le livre de Noël, récits traduits du suédois par Marc (...)

14Selma Lagerlöf publie en 1933 un petit texte intitulé « Le livre de Noël13 ». Il s’agit d’un souvenir d’enfance où, petite fille, elle attend les cadeaux, le soir de Noël, à la table familiale. Elle met en scène une tension très forte, où le livre apparaît comme l’objet du plus grand désir, à l’encontre des objets de couture qui lui sont d’abord systématiquement offerts. Finalement, le livre convoité sera… en français, parce qu’il s’agit des Contes de la Comtesse de Ségur, illustrés par Gustave Doré ! Sauvée par l’image qui lui permet une plongée dans l’ouvrage, l’auteur affirme avoir fait ensuite beaucoup plus de progrès qu’avec une méthode scolaire de langue.

  • 14 Jean Giono, Jean le Bleu, 1932, Albert Camus, Le premier homme, 1960. On aurait pu citer Vallès et (...)

15À cette date, ce texte s’inscrit dans une tradition déjà longue de récits autour de la relation de l’enfant et du livre, à la fois maléfique et sauveur, ici enchâssé dans l’environnement mémoriel du futur écrivain, construit au sein d’une culture familiale qui réprouve la lecture des femmes mais accepte l’apprentissage du français, langue européenne avant l’anglais. Le récit rappelle d’autres rencontres qui, comme celle de Giono citant l’éblouissement que fut pour lui la lecture à haute voix de L’Iliade ou celle de Camus14, montrent à la fois l’importance de l’école et celle des bibliothèques. Dans ces deux derniers cas, il ne s’agit pas du livre pour enfants, le corpus restant à construire.

  • 15 La transformation de l’enfant en animal, puis sa métamorphose en jeune homme capable est métaphoriq (...)
  • 16 G. Bruno (pseudonyme de Augustine Fouillée Tuillerie), Le Tour de la France par deux enfants : honn (...)
  • 17 Francis Marcoin, À l’école de la littérature, op. cit.

16Reprenons Nils Holgerson, texte de commande pour l’enseignement de la géographie. Nul besoin de convoquer l’argument bien connu, nul besoin de souligner la facture modélisante capitalisant plus d’un siècle d’expériences autour du texte pour enfants : récit réaliste et conte à la fois, roman pour petits et pour adolescents (le tout petit Poucet est en fait un ado infernal), berquinade moralisatrice et roman de formation, initiation à la vie dans la nature et ode nationale, les aventures sont sans cesse regardées du point de vue du protagoniste, de son besoin d’action et de son intelligence pragmatique, chaque mot est pesé pour être à la fois compris mais sans simplification excessive, les descriptions ne dépassant jamais un demi-paragraphe avant que ne reprenne une action souvent fondée sur un mouvement très visuel, qui s’imprime dans la mémoire. À la fin du récit qui apparaît finalement comme une fable, Poucet (re)devient homme, quittant magie et monde animal ; personne n’ajoute de morale, la métamorphose suffisant à l’hominisation15. Le texte scolaire encore lisible – ici contrairement au Tour de la France par deux enfants16  manifeste une densité forte de caractéristiques : il sert à tout et pourtant, c’est un texte littéraire... réellement adressé à des élèves. Francis Marcoin montre élégamment que l’épisode de la vaccine est tressé comme une méditation sur la fiction : « la propagation de la vaccine diffuse en quelque sorte le virus romanesque : l'histoire circule, fait souche17. »

17C’est ainsi que la scolarisation, en imposant pour chaque période des contraintes très spécifiques, transforme le texte de jeunesse, l’oblige en quelque sorte et ouvre aussi sur la création :

  • 18 René-Guy Cadou, La blanche école où je vivrai…

Un oiseau naîtra de la plume
Tremblante au bord de l'encrier18

Haut de page

Notes

1 De nombreux articles, au fil des numéros, évoquent naturellement le contexte, les pratiques et les corpus scolaires.

2 Nous n’ambitionnions nullement de construire une histoire croisée de ces recherches, sur laquelle les revues de didactique, Repères, Le français aujourd’hui, Pratiques, ainsi que les colloques de l’AIRDF ont régulièrement proposé analyses et synthèses. Les travaux de Stéphane Bonnery marquent la reprise de débats autour des corpus associés à la réussite scolaire, selon l’origine familiale des élèves.

3 Le mot texte ici correspond à une acception large, pour un objet culturel qui intègre toute forme possible, image, mais aussi troisième dimension, lien hypertexte, etc... « un texte correspond à un ensemble organisé d'éléments signifiants pour une communauté donnée » : Bertrand Gervais, « Naviguer entre le texte et l'écran. Penser la lecture à l'ère de l'hypertextualité », dans : Jean-Michel Salaün et Christian Vandendorpe (dir.), Les défis de la publication sur le Web : hyperlectures, cybertextes et méta-éditions [en ligne], Lyon, Presses de l'ENSSIB, 2004, URL : https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/68263-les-defis-de-la-publication-sur-le-web.pdf.

4 Marie-Claire Martin et Serge Martin, Quelle littérature pour la jeunesse ?, Paris, Klincksieck, 2009. Pierre-Marie Beaude , André Petitjean et Jean-Marie Privat (dir.), La scolarisation de la littérature de jeunesse, Metz, Université de Metz, coll. « Didactique des textes », 1997.

5 Francis Marcoin, À l’école de la littérature, Paris, Éditions ouvrières, 1992.

6 Poésie de l’école, n° 11 (2002), Le roman scolaire entre littérature et pédagogie, n° 29 (2011), Hector Malot, l’écrivain-instituteur, n° 45 (2019), Paul-Jacques Bonzon, n° 48 (2020).

7 Marie-France Bishop, « Que lit-on à l’école primaire au cours du xxe siècle, corpus de textes de 1880 à 1995 », dans : Annie Rouxel, Brigitte Louichon (dir.), Du corpus de texte à la bibliothèque intérieure, Rennes, PUR, 2010.

8 Anne-Marie Chartier, « L'éclatement des références », Cahiers pédagogiques, n° 462, La littérature de jeunesse, une nouvelle discipline scolaire, 2008.

9 Annie Renonciat (dir.), L’image pour enfants : pratiques, normes, discours France et pays francophones, xvie-xxe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « La Licorne », 2007. Cf. aussi l'article Imagerie scolaire du Nouveau Dictionnaire de pédagogie et d’instruction publique, http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=2892.

10 Références dans l’article.

11 En particulier à partir des recherches de Véronique Boiron, qui commencent en 2010, « Lire des albums de littérature de jeunesse à l’école maternelle : quelques caractéristiques d’une expertise en actes », Repères, n° 40, 2010, p. 105-126.

12 Pef, La Belle Lisse Poire du prince de Motordu, Paris, Gallimard, coll. « Folio cadet », 1980.

13 Selma Lagerlöf, « Le livre de Noël », dans : Le livre de Noël, récits traduits du suédois par Marc de Gouvenain et Lena Grumbach, Arles, Actes Sud, 2018.

14 Jean Giono, Jean le Bleu, 1932, Albert Camus, Le premier homme, 1960. On aurait pu citer Vallès et Robinson Crusoë, plus proche de la construction fictionnelle.

15 La transformation de l’enfant en animal, puis sa métamorphose en jeune homme capable est métaphorique du processus éducatif et en relation, comme toute fable, avec l’hominisation, au sens anthropologique.

16 G. Bruno (pseudonyme de Augustine Fouillée Tuillerie), Le Tour de la France par deux enfants : honneur et patrie, Belin, 1877.

17 Francis Marcoin, À l’école de la littérature, op. cit.

18 René-Guy Cadou, La blanche école où je vivrai…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Weis, « Introduction : le texte de jeunesse au risque de l’école », Strenæ [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 03 décembre 2021, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/strenae/8718 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.8718

Haut de page

Auteur

Hélène Weis

Université de Cergy-Pontoise, INSPE académie de Versailles, retraitée.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search