Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Comptes rendus« Fantasy et enfance », Cahiers R...

Comptes rendus

« Fantasy et enfance », Cahiers Robinson n° 49

Marie Besson
Référence(s) :

Marie-Lucie Bougon, Justine Breton, Amelha Timoner (dir.), « Fantasy et enfance », Cahiers Robinson n° 49, 2021, 202 p.

Texte intégral

1Dans leur avant-propos, Marie-Lucie Bougon, Justine Breton et Amelha Timoner rappellent les liens étroits qui unissent la littérature de jeunesse et la fantasy, genre que la recherche et la critique francophones ont bien du mal à définir et que ce numéro des Cahiers Robinson se proposera pourtant d’explorer. En abordant la fantasy comme une « articulation de l’apprentissage et de l’émerveillement » dont les modalités sont si diverses qu’elles donnent lieu à un « vaste panorama de l’enfance », les trois chercheuses se saisissent de cette incertitude définitionnelle, voire définitoire, pour « explorer » la fantasy sous l’angle de la littérature jeunesse. Les articles ici réunis sont donc volontairement divers, tant dans leurs objets que dans leurs approches : l’originalité de cet ouvrage tient peut-être à l’imprécision des bornes de son objet. Il ne s’agit pas de fournir un effort collectif pour répondre efficacement et précisément à une problématique commune, mais au contraire de laisser la multiplicité des problématiques exprimer la richesse et la porosité des univers de la fantasy, au risque de ne faire qu’esquisser seulement les pistes ainsi éclairées.

2Deux grands axes émergent pourtant de la multitude des approches : certains articles s’attachent à considérer la fantasy comme une modalité particulière du roman d’apprentissage, voyant dans le recours à l’imaginaire une ressource éducative efficace. D’autres abordent la fantasy sous l’angle de la réécriture, qui doit beaucoup aux études mythographiques. Au croisement de ces deux questionnements, les trois premiers articles proposent des analyses centrées chaque fois sur deux personnages, posant la question de la subversion du personnage typique et de son évolution.

3Ouvrant la revue par une perspective subversive, Hélène Cordier vient circonscrire les limites du roman d’apprentissage. Son étude des deux romans jeunesse Chien du heaume (2009) et Mordred (2013) de Justine Niogret, centrée sur les personnages de Noalle et Mordred, propose d’y voir deux représentations de l’enfance comme une barrière qui empêcherait l’épanouissement social. Le cadre de la fantasy permet alors la mise en scène de deux situations réalisant les deux modalités mortifères de l’enfance : c’est sa condition de chevalier qui arrache Mordred à l’enfance, l’enfermant dans un corps adulte souffrant dont il n’aura de cesse de s’échapper par la rêverie mélancolique d’un retour impossible ; et c’est la vie de cour qui conduit au mariage « blanc » de Noalle, jeune fille de neuf ans qui nie son enfance pour tenter d’embrasser la position de femme qui lui est à la fois infligée et refusée. Ce cadre constitue encore un horizon d’attente, condition sine qua non de la subversion, qui permet à Hélène Cordier d’affirmer que « Mordred et Noalle ont pris un chemin inverse par rapport aux enfants de la fantasy classique ».

4L’article d’Isabelle Olivier vient prolonger cette réflexion sur la subversion du personnage-type en proposant de considérer Luna Lovegood et Neville Londubat comme « deux (faux) anti-héros dans le cycle de Harry Potter » (J. K. Rowling, 1997-2007). L’autrice s’attache à démontrer que les deux personnages les plus fantaisistes, qui peuvent sembler n’apporter qu’un relâchement de la tension dramatique par le comique (Neville) ou le nonsense (Luna), sont aussi ceux qui par leur évolution incarnent le mieux l’indépendance et la résilience. L’« héroïne alternative » qui oppose l’imaginaire à la rationalité d’Hermione et le « self-made hero » qui dédouble Harry en se plaçant « hors champ » y gagnent un statut essentiel, faisant du roman de fantasy un « panorama des différentes incarnations de l’héroïsme et de l’épanouissement » invitant le lecteur à se construire lui-même. Pascale Laplante-Dubé propose un nouveau retournement, en considérant les héroïnes Cendorine (Dealing with Dragons, Patricia C. Wrede, 1990) et Alyne (Histoire de la Princesse et du Dragon, Elisabeth Vonarburg, 1990). Elle montre que la « prémisse de la princesse et du dragon » y est l’objet d’un renversement axiologique qui conduit au refus des rôles traditionnels féminins (passivité) et masculins (violence). La « création d’une situation initiale alternative » dans laquelle les princesses s’allient aux dragonnes pour fuir le mariage et la vie de château joue sur les attentes de la « fairy tale fantasy », usant d’un comique souvent parodique pour réaliser non une inversion, mais une subversion : ici encore, ce que la fantasy permet de mettre en évidence, c’est l’enfermement que créent les rôles-types, dont seule la fermeture est à rejeter.

5Le texte de Patrick Tourchon et Leniiw Roman, « Le foreshadowing chez Georges Bayard », s’inscrit dans ces questionnements, en transposant sur le plan géographique puis sur le plan macro-textuel la question de la subversion. En travaillant sur les aventures du jeune Michel, en particulier dans Michel connaît la musique (1976), les auteurs s’attachent à distinguer le réel du fictif dans la géographie d’Antony, pour faire des jeux de symétrie qui saturent le roman des avatars du foreshadowing qu’ils se proposent de considérer comme un « chronotope » bakhtinien, à même de faire entrer en filigrane l’enquête dans l’univers de la fantasy. À l’aune de cette affirmation, ils mènent alors une étude structurelle du roman qui les conduit à affirmer que son originalité tient dans le refus des ressorts typiques du roman d’enquête pour jeune public, « démontés par Georges Bayard dès le premier quart de son opus » au profit d’une esthétique du creux et de la suggestion.

6Centré lui aussi sur deux personnages dans une approche comparatiste, l’article d’Abigail Fine, quatrième de l’ouvrage, marque l’entrée dans le thème de l’éducation proprement dit, par un contrepoint subversif qui permet de faire de la fantasy une représentation en creux de ce qu’une société véhicule au sujet de l’enfance, et de remettre en question les attentes sociales qui s’y attachent. Alice et Coraline, héroïnes des romans éponymes (Lewis Carroll, 1865 et Neil Gaiman, 2002), sont alors interprétées comme des petites filles hors-société, dont l’incursion dans un autre monde subvertit les visions adultes de la girlhood. Le second texte des varia vient donner une résonance historique à cette question en étudiant non la subversion mais le conformisme d’un roman pour adolescents – s’éloignant du domaine de la fantasy proprement dit –, Histoire de Léna et Jean, solitaires (Bernard, 1943). Une lecture contextualisée et rétrospective permet à Alain Chiron d’y voir une invitation à la collaboration réalisée dans une utopie vichyste.

7Les trois articles qui suivent celui d’Abigail Fine développent le thème de l’éducation. L’étude de Caroline Duvezin-Caubet met en question l’école dans la fantasy uchronique, en particulier néo-victorienne. Elle montre comment ce cas particulier de la school story se sert du cadre creux de la finishing school, métamorphosé par la fantasy qui en fait le « cocon de [la] métamorphose » des héroïnes, pour mettre en scène une « anti-éducation » dans laquelle se mêlent indépendance, sororité, conservatisme et folie, à même d’interroger la complexité de la condition féminine et d’y gagner une vertu libératrice pour les lectrices. C’est aussi une éducation à la liberté que théorise Amelha Timoner dans son analyse de l’autorité dans À la croisée des mondes (Philip Pullman, His Dark Materials, 1995-2000). Si elle présente cette réécriture du Paradis perdu de Milton comme un roman d’apprentissage, elle y voit une forme d’auto-éducation qui se fait par la défaillance des figures d’autorité successives – figures parentales puis de substitution. L’affirmation systématique de la volonté par le refus (pour Will) et le mimétisme (chez Lyra) sont deux stratégies dont l’échec transforme la quête d’autorité en une quête d’autonomie, dont Amelha Timoner distingue les grandes étapes – « acceptation de la mortalité », « découverte de la sensualité » et « réintégration dans la société ». La fantasy se fait alors espace de réflexion et d’expérimentation.

8Justine Breton décèle dans trois romans de T. H. White (The Sword in the Stone, 1938-1958, Mistress Masham’s Repose, 1946, et The Master, 1957) un usage plus direct de la fantasy comme mode d’éducation, à travers la représentation de personnages de maîtres usant de la magie comme d’un « enseignement diffracté » à même de mettre les enfants en situation d’« apprendre à apprendre », par l’expérimentation. Les transpositions opérées par les personnages, qui appliquent le savoir acquis grâce à l’expérience magique, sont alors vouées à être transposées à leur tour par le lecteur. La fantasy, représentant en creux l’absence de savoir comme une violence, est alors un acte de foi dans l’éducation par lequel les romans « cherchent tous à prolonger un chef-d’œuvre de la littérature anglophone » (Le Morte d'Arthur, Les Voyages de Gulliver, L’Île au trésor) par une « réorientation pédagogique de la structure des contes ».

9Les trois articles qui suivent approfondissent et précisent les relations structurelles que les récits de la fantasy pour jeune public entretiennent avec le conte et le mythe. Françoise Lecocq propose une étude mythographique centrée sur le phénix, sous la forme d’une typologie des rôles occupés par l’oiseau que la fantasy réinvestit comme un motif de la littérature enfantine, loin du sérieux de ses mythes antiques. Elle recense ainsi une multitude de variations autour de trois traits définitoires (« le phénix est toujours unique, un être de feu qui se régénère périodiquement »), entre inventions contemporaines (« dark phoenix » ou encore « rencontre anachronique du phénix et de la postérité de son mythe ») et réinvestissement de traditions antiques multiples. Elle montre ainsi comment le phénix passe du mythe au conte puis à la fantasy jeunesse, en une succession de réécritures dans laquelle le syncrétisme occupe une place centrale. En concluant que « c’est à la fois l’inventivité de l’auteur et la richesse des références […] qui font l’intérêt et l’originalité des livres », Françoise Lecocq fait de la réécriture syncrétique le moteur de la fantasy pour jeune public.

10La réécriture est au cœur de l’étude menée par Yannick Bellanger-Morvan sur L’Histoire sans fin (Michael Ende, 1979). Le lecteur, à travers le personnage de Bastien, se pense comme un recréateur : par l’analyse de ce procédé, le chercheur pointe la fantasy, et en particulier la « métafantasy », comme un moyen de « réfléchir sur l’imagination des hommes et l’imaginaire des enfants » et « à leur influence sur la réalité et la société » – ce que manque selon lui le film de Wolfgang Petersen (1984), qui transmet une « reconstitution nostalgique de l’enfance […] à l’ère du divertissement reaganien ». Yannick Bellanger-Morvan voit dans L’Histoire sans fin, dans laquelle il identifie une reprise de nombreux motifs et schèmes issus de la tradition romantique, une mise en spectacle du phénomène de réécriture créative, dans lequel la fantasy prend tout son sens, se donnant comme richesse d’une imagination opposée à l’appauvrissement provoqué par le mensonge prôné par le matérialisme capitaliste. Fanny Geuzaine propose une lecture de l’album Instructions (Neil Gaiman et Charles Vess, 2010) qui se saisit elle aussi de l’approche métalittéraire pour questionner la puissance imaginative associée à l’enfance. En questionnant l’illustration comme moyen de rendre le texte accessible aux enfants, elle propose de voir dans l’album une porte d’entrée permettant au jeune public de s’approprier le matériau générique du conte et de la fantasy. Le texte, sans trame diégétique claire ni protagoniste identifié (le mode impératif désignant seulement le lecteur comme protagoniste, hors de toute catégorie de genre notamment), devient alors un imaginaire à investir, un « répertoire du conte » qui se sert de ses motifs typiques pour réinvestir la fonction didactique du genre – à travers notamment la superposition de références plus ou moins complexes qui ouvre l’horizon d’une « co-lecture » entre enfant et parent. C’est ainsi « la force suggestive et signifiante du conte » que Gaiman retient pour sa réécriture et que Fanny Geuzaine met en évidence.

  • 1 Fanique : Relatif aux fans. Même si le sens de ce mot est transparent, il ne figure pas (ou pas enc (...)

11Les deux derniers articles adoptent des approches plus systémiques de la fantasy à destination de la jeunesse. En comparant le « cycle alavirien » de Pierre Bottero (2003-2010) à la série Harry Potter (J. K. Rowling, 1997-2007), Marie-Lucie Bougon s’attache à décrire parallèlement, au-delà d’une communauté de motifs et d’une même appartenance au genre de la low fantasy, les deux modèles de communautés faniques1 nées des œuvres. Elle distingue ainsi l’implication des potterheads, prompts à prolonger l’histoire de nombreuses fanfictions, de la distance des « marchombres » qui investissent par le pastiche poétique la puissance subversive portée par un cycle qui fait acte de « résistance à l’institution scolaire ». C’est donc encore la liberté et la pluralité que promet la fantasy. Enfin, l’étude de Caroline Dumont pose la question de la réception à l’échelle du genre, en rendant compte d’une série d’entretiens menés auprès de jeunes lecteurs à la médiathèque municipale Louis-Aragon d’Amiens. Donner la parole aux enfants et adolescents permet à l’autrice de constater ce qu’eux-mêmes viennent chercher et trouvent dans ces lectures subversives, souvent « mal perçues par les parents » et disposées sur des étagères spécifiques. En faisant une typologie des sous-genres de la fantasy à travers les titres les plus demandés par chaque tranche d’âge, Caroline Dumont résume finalement la formule de la fantasy pour jeune public : « valeurs morales et évasion » – auxquelles s’ajoute encore, au vu de ses remarques sur les types de romans et les émules de best-sellers, la réitération.

12Aussi ce numéro des Cahiers Robinson dresse-t-il un panorama des problématiques ouvertes par la littérature de fantasy à destination du jeune public, sans s’embarrasser des traditionnels problèmes de délimitation du genre, de la jeunesse et de l’enfance. Si le résultat peut parfois sembler hétéroclite, c’est précisément cette pluralité qui fait l’intérêt de la revue – et, à en croire celle-ci, la puissance subversive de la fantasy.

Haut de page

Notes

1 Fanique : Relatif aux fans. Même si le sens de ce mot est transparent, il ne figure pas (ou pas encore) dans les dictionnaires (NDLR).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Besson, « « Fantasy et enfance », Cahiers Robinson n° 49 », Strenæ [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 03 décembre 2021, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/strenae/8858 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.8858

Haut de page

Auteur

Marie Besson

ENS Paris

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search