Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Comptes rendusMegan Brandow-Faller (dir.), Chil...

Comptes rendus

Megan Brandow-Faller (dir.), Childhood by design. Toys and the material culture of childhood, 1700-Present

Michel Manson
Référence(s) :

Megan Brandow-Faller (dir.), Childhood by design. Toys and the material culture of childhood, 1700-Present, New York, Bloomsbury Visual Art, 2018 (2020 pour l'édition brochée), XIX-332 p.

Texte intégral

  • 1 Gilles Brougère, Jouets et Compagnie, Paris, Stock, 2003, p. 299, voir p. 297-308.
  • 2 Sharon Brookshaw, « The Material Culture of Children and Childhood: Understanding Childhood Objects (...)
  • 3 C’est ce qu’écrivaient Egle Becchi et Dominique Julia dans leur introduction à Histoire de l’enfanc (...)

1Voici un ouvrage collectif qui s’inscrit dans un courant récent de recherches qui voit s’accroître les publications d’art et d’histoire du design, examinant des aspects souvent négligés de la vie quotidienne et de ses traces matérielles. Singulièrement, le domaine de l’enfance est bien représenté dans ce courant, et, parallèlement, les expositions sur l’enfance et ses jouets se multiplient. Le volume collectif dirigé par Megan Brandow-Faller (Université de New York), entend apporter une nouvelle pierre à cet édifice en formation : une approche pluridisciplinaire sur l’enfance et les jouets, du xviiie au xxe siècle, avec des études de cas sur l’Angleterre, la France, l’Allemagne, la Tchécoslovaquie, les U.S.A., la Nouvelle-Zélande, la colonie allemande de l’Afrique du sud-est (actuelle Namibie), la Russie et la Chine. Sa longue préface est suivie par quatorze chapitres dont les auteurs sont historiens de l’art, du design ou de l’architecture, conservateurs de musée, historiens. L’éditrice annonce un projet ambitieux : l’histoire de la culture matérielle de l’enfance ne doit pas se contenter comme on le fait d’habitude de creuser les idées et les réalisations des adultes dans leur création de jouets et d’un environnement matériel de l’enfance, mais se pencher aussi sur les appropriations enfantines de ces objets et sur leurs propres créations. Il s’agit de sortir d’une vision « passive » des jouets qui seraient un pur reflet des attitudes de la société envers l’enfance et les enfants, pour montrer comment ceux-ci défient, subvertissent et résistent aux significations que les adultes ont inscrites dans les jouets. C’est le concept d’« agency » que la sociologie de l’enfance utilise depuis plusieurs années, considérant l’enfant comme « un acteur de la construction de son être social et culturel1 ». Pour les jouets et la culture matérielle, Sharon Brookshaw distingue dans un article de 20092 « the material culture of childhood » pour les objets produits par les adultes, et « the material culture of children », pour ceux fabriqués par les enfants. Ce n’est pas une idée complètement nouvelle, car les historiens de l’enfance se sont bien rendu compte qu’on n’abordait cette histoire qu’à travers des traces indirectes, celles laissées par les adultes, et que les objets de l’enfance pouvaient être bien étiquetés et classés, mais que, pour en connaître le sens, il faudrait avoir des sources sur leur usage3. Les trouve-t-on dans cet ouvrage ? Il est divisé en trois parties : 1. Inventing the Material Child : Childhood, Consumption and Commodity Culture ; 2. Child’s Play? Avant-Garde and Reform Toy Design ; 3. Toys, Play and Culture as Instruments of Political and Ideological Indoctrination. Vu la complexité de la matière, les ponts sont nombreux entre ces trois axes. Pour autant, le but que s’était fixé Megan Brandow-Faller est-il atteint ? Pouvons-nous maintenant, grâce à ces études, mieux pénétrer dans l’expérience vécue des enfants du passé ? Leur invisibilité historique a-t-elle vraiment reculé ? Pour répondre à ces questions et exposer le contenu de cet ouvrage, nous l’examinerons en utilisant trois thèmes qui ne recouvrent pas exactement les parties citées mais permettent de tisser des liens entre les articles.

1. Le marché du jouet et l’éducation des enfants à la consommation.

  • 4 John Brewer, « Childhood Revisited: The Genesis of the Modern Toy », History Today, vol. 30, n° 2, (...)
  • 5 Michel Manson, Jouets de toujours, de l’Antiquité à la Révolution, Paris, Fayard, 2001, 382 p.
  • 6 Chapitre 2 : « Transitional Pandoras: Dolls in the Long Eighteenth Century » (p. 47-65).
  • 7 J. H. Plumb, « The New World of Children in Eighteenth-Century England », Past and Present, vol. 67 (...)

2Il faut d’abord éclairer la conception historique qui domine dans cet ouvrage. Pourquoi commencer l’histoire du jouet au xviiie siècle ? Au départ, donc « …the eighteenth century, which witnessed the invention of the toy as an educational plaything and a proliferation of new material artifacts designed expressly for children’s use… » (p. 4). Et Megan Brandow-Faller précise, en utilisant l’article célèbre de John Brewer4, que l’Europe moderne ne connaissait pas la culture du jouet, entendu comme un objet fait exclusivement pour le jeu et l’édification des enfants. Et, s’il existait des poupées, le cheval bâton, etc., ce n’étaient que des objets improvisés à partir de matériaux naturels ou domestiques. Les objets fabriqués par des artisans étaient très rares et réservés aux familles royales et à une élite. Cette idée, longtemps propagée par les collectionneurs, s’est révélée complètement fausse, car les archives ont montré l’existence dans le commerce de jouets populaires dès la fin du Moyen Âge5. Les textes des xve-xviie siècle montrent l’amour des parents pour leurs enfants, à qui ils font plaisir en achetant des jouets, lesquels sont effectivement conçus pour eux et non pour le culte ou l’amusement des parents comme l’auteur le dit (p. 5). Ariane Fennetaux, dans son chapitre sur les poupées6, situe elle aussi l’émergence de la culture matérielle de l’enfance au xviiie siècle, en citant Ariès et l’article de Plumb de 19757, oubliant quarante-cinq ans de publications sur le sujet. Laissons de côté cette méconnaissance de l’histoire du jouet pour les périodes antérieures au xviiie siècle et voyons comment le marché du jouet et la consommation enfantine sont présentés dans ce livre.

  • 8 Chapitre 1 : « Training the Child Consumer: Play, Toys, and Learning to Shop in Eighteenth-Century (...)
  • 9 Elle fait une synthèse sur l’enfant consommateur qui ignore Valérie-Inès de La Ville (éd.), L’enfan (...)
  • 10 Cf. notre étude « Variations sur le jouet de Locke et de Coste (1693-1708) », dans : Jacques Tramso (...)

3Serena Dyer8 s’attache à montrer comment, dans l’Angleterre du xviiie siècle, se met en place une volonté de former l’enfant consommateur9, dans son jeu et avec ses jouets. Pour cela, une littérature didactique surgit, qui veut l’aider à s’auto-réguler dans sa consommation de jouets. Au départ on trouve le rôle fondamental de John Locke qui utilise le jeu dans son arsenal pédagogique10. L’autrice développe le rôle de John Newberry (1713-1767) qui publie en 1744, A Little Pretty Pocket-Book. Ceux qui l’achetaient recevaient une balle (pour les garçons) et un coussin à épingles (pour les filles). D’autres publications pour enfants du même éditeur fournissent des tables et des connaissances sur les monnaies pour que les enfants apprennent à noter leurs dépenses et recettes, pour gérer leur argent de poche. Ainsi est prônée une éducation à la consommation qu’Anna Laetitia Barbauld (1743-1825) considère comme un moyen de libération progressive pour l’enfant. D’autres auteurs et des archives privées, comptes et journaux, permettent à l’autrice d’affirmer que ce désir de la classe moyenne de réguler les dépenses des enfants est une réponse « to the proliferation of toys and new material goods for children » (p. 36). Aider les enfants à résister à la montée des marchandises tentatrices au xviiie siècle était un enjeu pédagogique pour des auteurs comme Locke et Edgeworth et des éditeurs comme Newbery et les Fullers. L’un des moyens pour ne pas utiliser des jouets du commerce est de les fabriquer soi-même, ce que conseillait John Locke et ce que les pays communistes verront d’un bon œil en période de pénurie, comme l’expliquent Marie Gasper-Hulvat pour la Russie (chapitre 13) et Valentina Boretti pour la Chine (chapitre 14). Ce thème est particulièrement développé à propos des poupées, que les fillettes doivent habiller elles-mêmes.

  • 11 Chapitre 3 : Sarah A. Curtis, « The (Play)things of Childhood: Mass Consumption and Its Critics in (...)
  • 12 Cf. mon livre Histoire(s) des jouets de Noël, Paris, Téraèdre, 2005.

4Avec les Grands Magasins s’instaure en France une consommation de masse dont Sarah A. Curtis11 nous rend compte, avec les critiques qu’elle suscite. L’évolution culturelle et sociale a fait du bonheur des enfants une clé de la vie familiale et incite donc à la dépense pour eux. En même temps, une critique s’exprime contre la quantité des jouets qu’on donne aux enfants, qui ne s’y intéressent que peu de temps, et souvent les cassent. Inspirés par le mouvement d’art décoratif international, des designers aspirent à produire des jouets simples et beaux, à créer une renaissance du jouet français. Entre la guerre de 70 et celle de 14, les jouets ont été à la fois des objets de consommation qui définissent l’enfance de l’époque, et des lieux où s’inscrivent les identités nationales et les compétitions économiques et politiques. Après 1850, les classes moyennes sont soumises à de nouvelles stratégies de marketing favorisées par l’ouverture des magasins de nouveautés et des Grands Magasins. L’autrice signale la nouvelle position des étrennes et de Noël dans ce marketing et regrette que peu d’études sur les Grands Magasins se préoccupent de l’enfance, ce qui n’est pas tout à fait exact12. L’industrie ne cesse de créer de nouveaux jouets liés aux évènements et l’autrice pense que le marketing a créé de nouveaux désirs chez les enfants. En cette fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, les critiques pleuvent sur les jouets industriels, dont on pense qu’ils privent les enfants de la créativité du jeu, et tout un mouvement milite pour l’extension de l’art à l’enfance. On encourage les artistes à créer de beaux jouets, et l’autrice cite Caran d’Ache, Benjamin Rabier, André Hellé, et les expositions de l’époque. On oppose alors l’élégance de la poupée française à la laideur des poupées allemandes, et, pour Léo Claretie, cette différence esthétique est une différence de race. Et l’autrice conclut : « Toys, more than other consumer goods, had the power to shape children’s minds and souls and therefore, in the minds of these critics, could not be left to mere market forces. At the same time, the overwhelming evidence suggests that the power of the market could not be denied. » (p. 83).

  • 13 Chapitre 7 : Michelle Millar Fisher, « Work Becomes Play: Toy Design, Creative Play and Unlearning (...)

5Une autre façon d’opposer la création de jouets par des artistes ou designers avec l’industrie du jouet est celle du Bauhaus, créé en 1919, et c’est Michelle Millar Fisher qui nous présente cela13, car elle estime que la littérature universitaire a occulté les jouets du Bauhaus. La fabrication des jouets au Bauhaus eut lieu dans la première période de son histoire, celle de Weimar, de 1919 à 1925. Y compris pour le premier directeur du Bauhaus, Walter Gropius (1919-1928), la notion de jeu apparaît comme très importante, d’où des fêtes très conviviales et la mise en place d’ateliers de fabrication de jouets. De nombreux étudiants étaient pauvres, le Bauhaus manquait de financement, et il s’agissait de vendre les jouets fabriqués. Les artistes du Bauhaus, comme Johannes Itten, veulent faire table rase de l’ancienne culture, aborder la création avec l’innocence de l’enfant. Le Bauhaus n’a pas les moyens de produire les objets dont les prototypes sont sortis des ateliers, et, à partir de 1926, Gropius favorise la production industrielle d’objets standards. Le design de jouets cesse alors dans les ateliers. À la place, on fait du design de meubles standardisés pour enfants. Mais, s’il n’y a plus de design de nouveaux jouets, ceux qui ont été créés continuent à être fabriqués à la main dans les années 1920, et des poupées et marionnettes sont imaginées pour des buts privés durant cette période.

  • 14 Chapitre 4 : Colin Fanning, « Building Kids: LEGO and the Commodification of Creativity » (p. 89-10 (...)

6On ne peut pas évoquer le marché du jouet contemporain sans s’interroger sur la montée et l’irruption d’une entreprise comme LEGO. Colin Fanning nous en retrace l’histoire14 en insistant sur la marchandisation de la créativité. Les jeux de construction qui combinent un apprentissage rationnel et une expression libre du joueur sont un bon terrain pour comprendre comment les aspirations des adultes se sont inscrites dans un dessein pour les enfants. Le champ industriel du jouet au milieu du xxe siècle est un milieu global où de grandes compagnies, qui font des économies d’échelle et une production de masse, tendent à dominer les petits producteurs. Dans cet environnement compétitif, le design était perçu comme un facteur crucial pour la conduite des ventes de jouets. Lego, passant du jouet traditionnel en bois aux briques plastiques, est devenu une entreprise mondiale sans cesse obligée de s’adapter à un nouveau marché et à de nouvelles idées sur le jeu. La firme a traduit l’idée abstraite de créativité en un acte concret de construction ludique.

2. Les poupées, les maisons de poupées et la « Girlhood ».

  • 15 Miriam Forman-Brunell, Made to Play House: Dolls and the Commercialization of American Girlhood, 18 (...)
  • 16 Miriam Forman-Brunell, « Interrogating the Meanings of Dolls: New Directions in Doll Studies », Gir (...)

7La poupée et les maisons de poupée sont les jouets qui ont le plus retenu l’attention des auteurs de ce livre, car quatre chapitres y sont consacrés et la plupart des autres chapitres en font état. Cela tient à l’importance prise par les courants féministes, les gender studies et les girlhood studies, particulièrement aux USA. Il faut noter à ce propos l’importance de l’œuvre de Miriam Forman-Brunell, qui, depuis son livre fondateur de 199815, creuse ce sillon jusqu’à la publication d’un article qui fait le point sur ce champ de recherche16. Ce sont ces travaux, et quelques autres, qui servent de base aux auteurs de ce livre lorsqu’ils retracent l’histoire de la poupée.

  • 17 C’est le genre d’anecdotes que la littérature de jeunesse à ses débuts, au xviiie siècle, raconte v (...)
  • 18 Chapitre 10 : James E. Bryan, « Material Culture in Miniature: Nüremberg Kitchens as Inspirational (...)
  • 19 Chapitre 6 : Bryan Ganaway, « The Unexpected Victory of Character-Puppen: Dolls, Aesthetics, and Ge (...)
  • 20 Chapitre 8 : Cathleen M. Giustino, « Simply Child’s Play? Toys, Ideology, and the Avant-Garde in So (...)

8Mais que les poupées soient des idoles désacralisées comme le dit Megan Brandow-Faller (p. 7), cela reste à prouver, en dehors de l’Afrique, pour les sociétés de l’Europe moderne. Rentrons dans le vif du sujet avec l’article d’Ariane Fennetaux dans le chapitre 2 déjà cité. Au xviiie siècle, les poupées jouent un rôle pédagogique dans la préparation des filles à l’âge adulte, mais « we should remember that girls retained agency and were not necessarily the docile objects of the disciplinary zeal displayed by pedagogues, moralists, or doll producers. » (p. 47) et « …girls could resist and challenge adult prescriptions, and, through play, reappropriate the meaning of dolls » (p. 48). Aucune preuve n’étaye cependant cette affirmation. L’autrice s’attache ensuite à montrer que les poupées occupent un terrain contesté entre les adultes et les enfants, entre l’usage utile et l’improductivité du jeu. Ce sont d’un côté les poupées de modes (les Pandoras), de l’autre un exemple d’une adulte, Laetitia Powell, qui collectionne les poupées depuis ses quinze ans jusqu’à soixante et onze ans. Ce n’est qu’un seul exemple qu’il serait peu scientifique de généraliser ! Les poupées permettent aux fillettes d’acquérir de bonnes pratiques domestiques et de maîtresse de maison, et c’est pourquoi les maisons de poupée, depuis le xvie siècle, sont des jeux pédagogiques. Il s’agit aussi d’inciter les fillettes à faire elles-mêmes les vêtements de leurs poupées, ce qui peut les amener à la charité envers les pauvres, en faisant des vêtements pour les « poupées vivantes » que sont les enfants pauvres17. L’histoire des maisons de poupées et de leur rôle est à nouveau abordé par James E. Bryan18 qui s’attache aux maisons de poupée de Nüremberg réduites à une seule pièce, la cuisine, ou une boutique. La première cuisine miniature date de 1572, pour la Princesse de Saxe, avec 275 accessoires. Ces cuisines ont été considérées comme des jouets, mais qui servaient à instruire les fillettes sur les travaux ménagers et la cuisine. Pour l’auteur de l’article, la miniaturisation ouvre des possibilités de rêverie et un sens de la sécurité, ce qui fait que ces cuisines seraient plus inspiratrices qu’éducatrices. Les parents allemands qui achetaient ces cuisines au xixe siècle étaient persuadés du rôle éducatif de ces jouets. De fait, ces miniatures sont plus décoratives qu’utilisables, souvent transmises de mères en filles et donc en décalage par rapport à la réalité de la culture matérielle de l’époque. Nous ne quittons pas l’Allemagne et les poupées avec le chapitre de Bryan Ganaway19. Les poupées dans l’Allemagne impériale (1871-1918) forment une part très importante du marché des jouets de l’époque, alors que les entreprises allemandes contrôlent vers 1900 60 % du marché mondial. Mais elles sont aussi, selon l’auteur, le lieu d’un combat sur l’identité féminine de la classe moyenne. Deux camps s’affrontent. Celui des entrepreneurs et des experts de l’enfance qui font de la poupée une bonne actrice de la vie domestique et familiale, et celui des féministes pour qui la poupée contribue à transformer les fillettes en femmes à la fois mères nourricières mais aussi artistiquement créatives, possédant des compétences culturelles inaccessibles aux hommes. Les deux camps de ce débat sont des consommateurs qui ont un idéal esthétique différent. Les premiers veulent un objet qui ressemble le plus possible à la réalité, dans des formats standardisés, ce qui pour eux représente le progrès. Les seconds veulent rompre cette uniformité avec des modèles explorant diverses possibilités de façon réaliste, chaque poupée devenant un enfant au visage unique. Dans ce deuxième camp se rangent des artistes qui vont être créatrices des « poupées caractères », Marion Kaulitz et Käthe Kruse. La première explore les possibilités artistiques et culturelles de la poupée, la seconde veut fabriquer des objets à fort pouvoir émotionnel, qu’on puisse aimer, et qui ne soient pas des objets technologiques avec mécanismes sophistiqués. Les industriels vont cependant s’emparer de cette idée et produire en masse ce genre de poupées. Avec les poupées d’artistes, qui existent aussi dans d’autres pays en ce début du xxe siècle, nous sommes bien dans le design et les Avant-Gardes. Cathleen M. Giustino20 évoque des designers tchécoslovaques de la première moitié du xxe siècle, Minka Podhajska, Ladislav Sutnar, Jean Pistorius, Viktor Fixl, entre l’art populaire et le design industriel. Parmi les trois entreprises d’état, Hamiro est celle qui produit des poupées, des marottes, en celluloïd puis en plastique, et des peluches. Dans le Pavillon tchécoslovaque à l’exposition de 1958 à Bruxelles, on trouve une section « Enfants et Puppets » qui montre que le Dégel a permis de donner une plus grande liberté aux designers.

  • 21 Chapitre 9 : Karen Stock & Katherine Wheeler, « Reconstructing Domestic Play: The Kaleidoscope Hous (...)

9Plus récemment, en 2001, et aux États-Unis, une maison de poupée due à l’architecte Peter Wheelwright et à l’artiste photographe Laurie Simmons, veut renverser les stéréotypes de genre et s’inscrire dans un idéal moderniste, à la fois sculpture et jouet21. Cette Maison Kaléïdoscope montre une architecture de verre et une structure qui emprunte des principes à Le Corbusier, et elle rejette les stéréotypes de genre qui président à l’idéal américain de la maison familiale où règne la mère et épouse.

3. L’utilisation idéologique et politique des jouets.

  • 22 Chapitre 5 : Andrea Korda, « Cultivating Aesthetic Ways of Looking: Walter Crane, Flora’s Feast, an (...)
  • 23 Jacqueline Rose, The Case of Peter Pan, or, The Impossibility of Children’s Fictions, Philadelphie, (...)

10Offrir des jouets aux enfants provient du désir de leur faire plaisir et/ou de les éduquer, parfois de les « formater », en fonction de la représentation que la société se fait de l’enfance. Il peut s’agir, dans certaines couches de la société, d’une représentation inconsciente, et, dans d’autres milieux sociaux, d’idées clairement exprimées par les « experts » du moment, éducateurs, pédagogues, médecins et acteurs du marché du jouet. Un ensemble d’idées formant un système clos s’appelle une idéologie, mais les frontières entre des idées largement partagées et une idéologie sont parfois difficiles à cerner. Nous avons vu que les artistes et designers appuyaient leurs pratiques sur une conception de l’enfance et son rapport à l’art. Il en est de même pour les auteurs et illustrateurs de livres pour enfants. Plusieurs auteurs de ce volume ont fait appel à la littérature de jeunesse comme source de l’histoire de l’enfance, de l’éducation et des jouets. Serena Dyer et Ariane Fennetaux pour le xviiie siècle et les débuts du xixe siècle, Sarah A. Curtis citant un périodique français pour enfants, La Poupée Modèle, et deux autres livres sur la poupée des années 1850 et 1860. Avec le chapitre consacré à Walter Crane, Andrea Korda va plus loin22. Walter Crane, peintre et illustrateur, fait partie de ce courant Arts and Crafts qui rejette le capitalisme, coupable de dégrader l’art et l’humanité. Ses idées esthétiques et socialistes en politique l’amènent à préférer l’artisanat. Pour promouvoir ces idées, il pense que les livres illustrés pour enfants ont un rôle à jouer dans leur éducation au beau. L’auteur de l’article se demande si Jacqueline Rose23 a raison de penser qu’il y a une impossibilité de fiction pour les enfants et que leurs livres seraient donc en premier pour et sur les adultes. On pourrait dire cela des livres de Crane qui expriment ses désirs esthétiques et politiques. Mais, en prenant l’exemple de Flora’s Feast: A Mask of Flowers (1888), Andrea Korda montre qu’il a été inspiré par les propres enfants de Walter Crane, et qu’il s’agissait au départ d’un jeu imaginaire de la famille. À la lecture de son livre, en regardant ses images, les enfants lecteurs deviennent des participants actifs dans la production et la réception de ce livre illustré. Si une idéologie existait comme soubassement de son écriture, Walter Crane a su trouver une écriture qui la dépasse et laisse la place à l’agency des enfants lecteurs.

11Quand l’idéologie n’est pas individuelle mais celle d’un pouvoir étatique, le sens de la culture matérielle de l’enfance change, et, en particulier, celui des jouets. Deux cas sont abordés dans l’ouvrage, celui du colonialisme et celui des pays communistes.

  • 24 Chapitre 11 : Lynette Townsend, « Making Paper Model in 1860s New Zealand: An Exploration of Coloni (...)

12Tout d’abord, il s’agit plutôt de culture coloniale que d’idéologie coloniale, avec l’étude par Lynette Townsend d’un jouet réalisé par des enfants anglais d’une famille de colons installée en Nouvelle-Zélande24. Il s’agit d’un village anglais de papier découpé et peint à la main, réalisé vers 1864 par les enfants de la famille Saxton. Ces enfants ont réuni trois modèles de papier à découper pour en former un seul, un village anglais qui comporte des maisons victoriennes, une ferme avec des animaux et une gare avec une locomotive, le tout monté dans une caisse en bois avec des attaches permettant de l’accrocher au mur. Cela donne une scène « anglaise », très différente de ce que montre la ville coloniale de Nelson. Ces jouets à construire, en papier, sont considérés comme éducatifs car ils favorisent l’habileté manuelle, ils fournissent des applications concrètes à la géométrie, ils donnent un savoir des proportions et ils encouragent le goût pour les arts et le design. Mais en transformant les intentions des fabricants, ces enfants ont plaqué sur une « culture matérielle de l’enfance » leur propre « culture matérielle des enfants ». L’autrice, qui est conservatrice de musée, cherche à tirer de cet objet une valeur historique qui n’est peut-être pas aussi importante qu’elle semble le croire.

  • 25 Chapitre 12 : Jacob Zollmann, « Toys for Empire? Material Cultures of Children in Germany and Germa (...)

13Le deuxième cas est plus caractéristique de l’idéologie colonialiste. Jacob Zollmann25 examine les jouets allemands en Allemagne et dans la colonie allemande du Sud Ouest de l’Afrique à la lumière de la colonisation (1890-1918). Sous Guillaume II (1888-1918), le monde allemand s’est élargi par le colonialisme et les jouets de l’époque évoquent cet état de fait : soldats de plomb, animaux africains, livres d’enfants, manuels scolaires sont marqués de l’empreinte coloniale. Les jouets étant genrés, les petits soldats sont pour les garçons, les poupées noires (Negerpuppen, gollywog) sont pour les petites filles, ce que l’auteur interprète comme un instrument d’endoctrinement racial. Mais l’usage que les enfants ont fait de ces poupées nègres n’est pas forcément conforme à l’idéologie que les adultes y ont investie, affirmation de l’auteur qui ne s’appuie sur aucune preuve. Les bazars avec des produits coloniaux seraient, pour l’auteur de l’article, une façon de montrer aux enfants que l’habileté allemande transforme la nature africaine et le chaos en produits commercialisables. Dans la colonie elle-même, l’actuelle Namibie, ces jouets allemands pénètrent, mais l’endoctrinement n’est pas évident, car il existe un millier d’enfants nés d’une union mixte, et la correspondance des époux Rohrbach montre la complexité de ce vécu. Les trois enfants du couple ont des nurses africaines, apprennent leurs langues, jouent avec les enfants africains, et c’est un partage de deux cultures ludiques qui s’opère.

14Pour l’idéologie communiste, les trois pays examinés offrent des similitudes. La Tchécoslovaquie, la Russie, la Chine connaissent des tensions entre les partisans des jouets populaires traditionnels et ceux qui veulent des jouets nouveaux qui inculquent aux enfants les valeurs communistes.

15Pour Cathleen M. Giustino, la croyance au pouvoir de transformation des jouets, que la pédagogie soviétique essaye de mettre en œuvre, ne tient pas compte de la réalité de l’enfance en Tchécoslovaquie. Par contre, les entreprises de jouets sont confisquées et des firmes d’état sont créées, Tofa Semily pour les jouets en bois, Hamiro, déjà citée ci-dessus, et, à la fin des années 1950, Fatra Napajedla qui produit des jouets en plastique. En 1951 est créé un Advisory Council for Toys, qui approuve ou non les prototypes de jouets. On les juge en fonction de leurs capacités éducatives, qui doivent être conformes à l’idéologie du Parti. Dans le périodique de design industriel Tvar (Forme), un numéro sur les jouets, en 1952, oppose les jouets capitalistes, pour le plus grand profit personnel, aux jouets socialistes qui sont des moyens pour l’éducation de l’homme nouveau. Avec le Dégel qui suit la mort de Staline en 1953, une part plus grande est faite à la créativité et à l’imagination des enfants. Mais ces idées avaient déjà été exprimées par les Avant-gardes de l’entre-deux guerres.

  • 26 Chapitre 13 : Marie Gasper-Hulvat, « Public Nostalgia and the Infantilization of the Russian Peasan (...)
  • 27 On complètera cet article par ceux publiés récemment dans le n° 17 de Strenae, 2021, celui de Cécil (...)

16En Russie, selon Marie Gasper-Hulvat26, les jouets populaires viennent de deux genres de primitivisme, celui des paysans et celui des enfants. L’auteur veut montrer qu’entre la mort de Lénine en 1924 et les débuts des grandes purges staliniennes en 1936, la réception par les adultes soviétiques des jouets populaires confond ces deux populations « primitives », et cela a infantilisé la paysannerie, ce qui n’est pas sans rapport avec les politiques publiques qui ont conduit à des famines. Le conservateur du Musée du jouet, Nicolaï Bartram, se réfère souvent à l’intelligence des artisans qui emploient les matériaux les plus simples, le bois, la terre, la laine, le duvet de canard. Le paysan se voit ainsi assigner des qualités qu’on attribue aux enfants, comme le fait James Sully dans Studies of Childhood (1895), traduit en russe en 1901. L’identité paysanne nostalgique que l’on évoque à propos des jouets populaires contraste fortement avec la réalité de la population rurale contemporaine, qui subit la collectivisation de l’agriculture. Les paysans ne peuvent plus produire des jouets comme autrefois, et ceux-ci doivent s’enraciner dans l’idéologie soviétique. En fait, à cause des faibles ressources fournies à la production de jouets dans les ateliers ruraux, de nombreux jouets sont fabriqués à la maison et l’on publie des livres pour ce faire en récupérant n’importe quel matériau, afin de gérer la rareté en cette période de transition27.

  • 28 Chapitre 14 : Valentina Boretti, « The “Appropriate” Plaything: Searching for the New Chinese Toy, (...)
  • 29 Valentina Boretti a publié dans le numéro de Strenae cité ci-dessus un autre article qui complète c (...)

17Valentina Boretti28 étudie les discours normatifs sur le jouet dans la Chine des années 1910-1970. Il faut fabriquer de bons jouets, qui soient « appropriés », telle est l’idée de base qui se répète depuis 1910 jusque dans les années 1940. La société ancienne n’a pas su être attentive aux enfants, comprendre le rôle décisif des jouets dans leur vie. Des jouets « appropriés » pourraient cultiver des talents, des savoirs et des qualités qui serviraient la société et la nation. Il s’agit donc de faire des jouets « éducatifs », selon les analyses des experts, qui critiquent les jouets traditionnels, alors que des artistes insistent sur leur valeur artistique qui suscite bien plus l’imagination des enfants que les jouets scientifiques venus de l’étranger. Dans la Chine communiste, les jouets sont toujours considérés comme devant jouer un rôle éducatif crucial. Le pouvoir développe l’industrie du jouet, mais, parallèlement, se fait entendre un autre récit sur les jouets traditionnels et populaires, que Mao Zedong lui-même a amorcé dans un texte de 195629.

  • 30 Artemis Yagou, recension de l’ouvrage dans The Design Journal, février 2019.

18L’ouvrage que nous venons de présenter offre au lecteur de nombreuses pistes de réflexion sur l’histoire du jouet, souvent liées aux nouvelles tendances historiographiques qui se penchent sur le genre, sur le colonialisme, sur les problèmes raciaux, etc. Mais la détermination affichée de mettre l’accent sur la perspective des enfants n’aboutit guère. Les sources citées sont indirectes, faites par des adultes, comme les correspondances privées et les journaux intimes. Je rejoins ainsi la constatation faite par Artemis Yagou : « …despite the determination to emphasize the children’s perspective, the children-generated material presented in most chapters is insufficient; primarily adult sources have been used. Children remain elusive; the concrete evidence on their own ways of thinking and acting is scant.30 » On pourra s’étonner que des historiens de l’art et du design aient négligé les sources iconographiques qui mettent en scène des enfants qui jouent avec leurs jouets, gravures, peintures, photographies depuis le xixe siècle. Il reste cependant que les matériaux contenus dans cet ouvrage sont importants et ouvrent aux chercheurs de nombreuses pistes pour continuer les recherches dans un champ qui ne cesse de s’ouvrir à de nouvelles problématiques.

Haut de page

Notes

1 Gilles Brougère, Jouets et Compagnie, Paris, Stock, 2003, p. 299, voir p. 297-308.

2 Sharon Brookshaw, « The Material Culture of Children and Childhood: Understanding Childhood Objects in the Museum Context », Journal of Material Culture, vol. 14, n° 3, 2009, p. 365-383.

3 C’est ce qu’écrivaient Egle Becchi et Dominique Julia dans leur introduction à Histoire de l’enfance en Occident, t. 1. De l’Antiquité au xviie siècle, Paris, Le Seuil, 1998 (1ère éd. italienne, 1996).

4 John Brewer, « Childhood Revisited: The Genesis of the Modern Toy », History Today, vol. 30, n° 2, 1980, p. 32-39.

5 Michel Manson, Jouets de toujours, de l’Antiquité à la Révolution, Paris, Fayard, 2001, 382 p.

6 Chapitre 2 : « Transitional Pandoras: Dolls in the Long Eighteenth Century » (p. 47-65).

7 J. H. Plumb, « The New World of Children in Eighteenth-Century England », Past and Present, vol. 67, n° 1, 1975, p. 64-95.

8 Chapitre 1 : « Training the Child Consumer: Play, Toys, and Learning to Shop in Eighteenth-Century Britain » (p. 31-45).

9 Elle fait une synthèse sur l’enfant consommateur qui ignore Valérie-Inès de La Ville (éd.), L’enfant consommateur. Variations interdisciplinaires sur l’enfant et le marché, Paris, Vuibert, 2005. Et, dans Jouets de toujours, op. cit., p. 141-154.

10 Cf. notre étude « Variations sur le jouet de Locke et de Coste (1693-1708) », dans : Jacques Tramson (dir.), Du Livre au Jeu : points de vue sur la culture de jeunesse. Mélanges pour Jean Perrot, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 205-215.

11 Chapitre 3 : Sarah A. Curtis, « The (Play)things of Childhood: Mass Consumption and Its Critics in Belle Epoque France » (p. 67-87).

12 Cf. mon livre Histoire(s) des jouets de Noël, Paris, Téraèdre, 2005.

13 Chapitre 7 : Michelle Millar Fisher, « Work Becomes Play: Toy Design, Creative Play and Unlearning in the Bauhaus Legacy » (p. 153-172).

14 Chapitre 4 : Colin Fanning, « Building Kids: LEGO and the Commodification of Creativity » (p. 89-109).

15 Miriam Forman-Brunell, Made to Play House: Dolls and the Commercialization of American Girlhood, 1830-1930, Baltimore, John Hopkins University Press, 1998.

16 Miriam Forman-Brunell, « Interrogating the Meanings of Dolls: New Directions in Doll Studies », Girlhood Studies, vol. 5, n° 1, été 2012, p. 3-13.

17 C’est le genre d’anecdotes que la littérature de jeunesse à ses débuts, au xviiie siècle, raconte volontiers. Voir Jouets de toujours, op. cit., chap. XIII. « La poupée au service de la morale », p. 231-250.

18 Chapitre 10 : James E. Bryan, « Material Culture in Miniature: Nüremberg Kitchens as Inspirational Toys in the Long Nineteenth Century » (p. 215-233).

19 Chapitre 6 : Bryan Ganaway, « The Unexpected Victory of Character-Puppen: Dolls, Aesthetics, and Gender in Imperial Germany » (p. 133-151).

20 Chapitre 8 : Cathleen M. Giustino, « Simply Child’s Play? Toys, Ideology, and the Avant-Garde in Socialist Czechoslovakia before 1968 » (p. 173-191).

21 Chapitre 9 : Karen Stock & Katherine Wheeler, « Reconstructing Domestic Play: The Kaleidoscope House » (p. 193-211).

22 Chapitre 5 : Andrea Korda, « Cultivating Aesthetic Ways of Looking: Walter Crane, Flora’s Feast, and the Possibilities of Children’s Literature » (p. 113-131).

23 Jacqueline Rose, The Case of Peter Pan, or, The Impossibility of Children’s Fictions, Philadelphie, University of Pennsylvania press, 1984.

24 Chapitre 11 : Lynette Townsend, « Making Paper Model in 1860s New Zealand: An Exploration of Colonial Culture through Child-Made Objects » (p. 236-253).

25 Chapitre 12 : Jacob Zollmann, « Toys for Empire? Material Cultures of Children in Germany and German Southwest Africa, 1890-1918 » (p. 255-272).

26 Chapitre 13 : Marie Gasper-Hulvat, « Public Nostalgia and the Infantilization of the Russian Peasant: Early Soviet Reception of Folk Art Toys » (p. 273-292).

27 On complètera cet article par ceux publiés récemment dans le n° 17 de Strenae, 2021, celui de Cécile Pichon-Bonin : « Les enjeux éducatifs du jouet fabriqué par l’enfant dans la Russie des années 1910-1920 », et celui d'Elitza Dulguerova, « Potentialité du jouet dans la pensée de Nicolaï Bartram ».

28 Chapitre 14 : Valentina Boretti, « The “Appropriate” Plaything: Searching for the New Chinese Toy, 1910s–1960s » (p. 293-315).

29 Valentina Boretti a publié dans le numéro de Strenae cité ci-dessus un autre article qui complète celui-ci : « Instructing Adults, Attracting Children : Toy Displays in Republican China ».

30 Artemis Yagou, recension de l’ouvrage dans The Design Journal, février 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Manson, « Megan Brandow-Faller (dir.), Childhood by design. Toys and the material culture of childhood, 1700-Present », Strenæ [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 20 novembre 2021, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/strenae/8889 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.8889

Haut de page

Auteur

Michel Manson

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search