Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Comptes rendusFormes brèves en littérature de j...

Comptes rendus

Formes brèves en littérature de jeunesse

Cécile Boulaire
Référence(s) :

Élodie Bouygues, Yvon Houssais, Formes brèves en littérature de jeunesse, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2020, 250 p.

Texte intégral

1Le volume édité par Élodie Bouygues et Yvon Houssais réunit 14 textes issus d’un colloque organisé à l’Université de Franche-Comté en 2017. Organisé en 4 parties (« Faire bref » ; « Brèves de conteurs » ; « Le bref dans tous ses états », « Pratiques des formes brèves »), l’ouvrage croise des témoignages d’auteurs ou éditeurs (Bernard Friot, Christian Poslaniec), des réflexions sur des usages pédagogiques dans divers contextes, des analyses littéraires. Si le volume dans sa globalité est d’une lecture très agréable, on peut regretter que plusieurs des textes présentant l’œuvre d’un auteur aient été confiés à des universitaires dont la littérature jeunesse n’est pas le cœur des recherches, ce qui les amène soit à sortir du sujet, soit à présenter des évidences, en ignorant la bibliographie existante et en ne tenant pas compte du fait que ces corpus sont, pour la plupart d’entre eux, déjà extrêmement balisés dans la pratique de classe, certains depuis les années 1980. Mais peut-être ces retours sur des auteurs du « canon » scolaire ne seront-ils pas inutiles pour des enseignants débutants : on révisera donc Gripari avec Cécile Meynard ou Yak Rivais avec Marie-Laurentine Caëtano. De manière plus constructive et nouvelle, on approfondira sa connaissance de Tournier avec Danièle Henky, celle de Le Clézio avec Michel Viegnes – on évitera toutefois de suivre Shoshana-Rose Marsel sur Ségur, tant l’auteure semble tout ignorer des études séguriennes, pourtant abondantes. Emmanuel Vernadakis, parlant d’Oscar Wilde, en oublie complètement que le volume est supposé parler de littérature jeunesse et de jeune lecteur : sa prose est donc à peu près perdue pour les lecteurs de ce volume. Michel Viegnes, tout aussi érudit, n’oublie pas, lui, la question du jeune public, ni celle de la délimitation des genres que sont le conte et la nouvelle – fils conducteurs de l’ensemble du volume. Après une élégante mise au point sur chacun des genres qu’il connaît intimement, il propose une subtile lecture de deux textes de Le Clézio autour des notions d’enchantement et de désenchantement du monde par le regard qu’y portent enfants ou adultes.

2Car c’est bien la tension générique autour des genres brefs par excellence, conte et nouvelle, qui anime les plus théoriciens des auteurs de ce volume collectif. L’intérêt réside donc dans ce croisement des regards sur la notion de genre et de frontière générique : Michel Viegnes, je l’ai dit, propose une précise et subtile définition de chacun, tandis que Danièle Henky s’appuie sur les propos nombreux de Tournier à ce sujet, lui qui défendait le bref, et en particulier le conte, dans lequel il retrouvait la force des mythes et la magie qui l’avait séduit, enfant, dans Nils Holgersson. Dans la troisième partie, Christiane Connan-Pintado et Élodie Bouygues vont explorer les porosités et les hybridations génériques. Cela conduit Christiane Connan-Pintado à sortir rapidement de l’exploration des formes brèves puisque, partant certes du conte, elle en explore les « dérivations », « extensions » et « expansions » qui font passer le lecteur du côté de formes finalement très longues (romans et théâtre notamment). Dans un texte intitulé « Du conte au poème, de la prose au vers, s’allumer de feux réciproques », Élodie Bouygues, co-éditrice du volume, nous emmène sur le terrain bien moins fréquenté du conte en poésie. Spécialiste de poésie elle-même, ce qui explique le lexique assez technique qui pourrait intriguer le lecteur, son panorama des contes mis en poèmes – ou des poèmes inspirés de contes – offre un plaisir rafraîchissant. Des formes ludiques aux haïkus, elle en propose une exploration généreuse en exemples : au-delà des Jean Tardieu, Georges Jean, Jacques Charpentreau, Jacqueline et Claude Held, bien connus du monde scolaire, elle nous invite à rencontrer Benoît Jacques, Agnès Domergue, Anne Ikhlef, Philippe Beck, Ariane Dreyfus, Thomas Vinau. Nul doute que son tour d’horizon donnera des envies de lectures et de partages, et ce d’autant plus qu’elle nous convainc, en clôture de son texte, que ces contes-en-poésie ont le mérite de faire échapper à la morale en court-circuitant leurs éventuels enjeux didactiques.

3Cette question de l’ouverture à des textes moins connus que ceux que l’école pratique déjà irrigue bon nombre de réflexions. C’est ainsi que, dans le dernier article du volume, Anne-Claire Raimond déplore que les manuels de Français Langue Étrangère, déjà assez chiches en textes littéraires, ne conservent, parmi les textes brefs qu’ils proposent aux élèves, qu’un corpus restreint, concentré autour de quelques titres et quelques auteurs : Le Petit Prince, Le Petit Nicolas (en somme, l’enfant sage et l’enfant terrible !), Bernard Friot et Philippe Delerm. Elle regrette que le monde du FLE (enseignants et auteurs de manuels) ignore encore assez largement la littérature jeunesse et ses richesses, qui seraient pourtant un atout dans l’enseignement du français. Dans sa contribution, Yvon Houssais s’efforce lui aussi d’élargir la connaissance des collections de nouvelles publiées pour la jeunesse. Son inventaire des collections, publié juste après la contribution de Christian Poslaniec, pâtit de cette proximité (Poslaniec étant un acteur central de certaines d'entre elles !), mais l’article devient très intéressant quand il s’attache à faire découvrir quelques nouvelles contemporaines : on imagine qu’il inspirera les enseignants désireux d’élargir leur corpus de textes brefs, et contribuera à développer l’étude scolaire de ces formes brèves. Un exemple inverse à la situation française semble fourni, dans la contribution de Patrizia d’Antonio, par l’école italienne, où l’usage quasi systématique d’anthologies littéraires fait connaître aux élèves, enfants et adolescents, un pan important du patrimoine littéraire italien, soulignant le lien fort entre formes brèves et oralité. Son propos évoque bien sûr la Grammaire de l’imagination de Rodari auquel fait référence aussi Bernard Friot, comme on va le voir. Elle souligne d’ailleurs l’apport essentiel de Rodari et de Munari dont l’influence n’a jamais diminué, mais elle rappelle aussi que les grands noms de la littérature italienne ont écrit des textes brefs, de Boccace à Pirandello, de Buzzati à Moravia, de Sciascia à Calvino – sans parler du roman « par épisodes » qu’est Pinocchio. S’attardant sur diverses stratégies pédagogiques et dispositifs visant à articuler lecture et écriture, elle insiste beaucoup – plus, me semble-t-il, que ne le fait l’école à la française – sur l’intérêt thématique que peuvent soulever ces textes – ainsi du texte de Sciascia intitulé « Le long voyage » (dans La Mer couleur de vin), qui est l’occasion d’évoquer avec les élèves d’aujourd’hui les passages de migrants de part et d’autre de la Méditerranée. On s’approche ici de la dynamique de l’actualisation que défend Yves Citton dans Lire, Interpréter, actualiser (Amsterdam, 2017) – comme quoi l’étude de textes littéraires brefs n’empêche pas de mobiliser des procédures de lecture élaborées.

4Au sein de ce volume qui brasse des questions importantes, aussi bien sous l’angle littéraire et esthétique que sous l’angle des pratiques enfantines de lecture, trois articles se dégagent nettement.

5Dans « Brèves histoires textiles. Les fils tirés de l’album et de la nouvelle graphiques », Julie Peslier propose une très inattendue exploration des albums dont l’illustration fait usage du textile : collage, broderie, couture, patchwork… Pourquoi formes « brèves » ? Parce qu’il s’agit d’albums d’une part (pas tous pour enfants, d’ailleurs) ; et parce que la difficulté inhérente à toute création textile conduit quasi nécessairement à se limiter à de petites formes. Si l’écriture volontiers complexe de l’auteure fait parfois obstacle à la transmission, il faut reconnaître que c’est l’un des textes les plus intrigants du volume. Il aurait simplement gagné à être très abondamment illustré (seules trois images en couleur suivent l’article), chose difficile à imaginer, pour des raisons économiques, dans une publication papier de type universitaire. C’est dommage, car on meurt d’envie de découvrir plus d’images des broderies latino-américaines de Francisca Robles, on voudrait voir les illustrations de La Vie tissée de Louise Bourgeois, on prévoit de se précipiter, en bibliothèque, sur les livres de Joanna Concejo, de Beatrice Allemagna, d’Iwona Chmielewska, de Louise-Marie Cumont et de toutes les illustratrices et artistes textiles dont le travail est évoqué avec une grande finesse. Impossible de résumer l’article, qui déploie la métaphore textile dans sa structure même : on se plaît à espérer que l’auteure, qui n’est pourtant pas du tout spécialiste de livres pour enfants, donnera à cette recherche une plus large ampleur sur un support permettant une plus généreuse illustration !

6Par ailleurs, le texte d’ouverture du volume reprend tel quel le texte prononcé par Christian Poslaniec lors du colloque. Ce n’est pas toujours une bonne idée, lors de l’édition des actes d’un colloque, mais dans ce cas, il faut reconnaître que la verve de l’écrivain-chercheur-éditeur entraîne le lecteur dès l’ouverture du volume. On se plonge donc avec un grand plaisir dans ce parcours qui, s’il suit la trajectoire biographique de son auteur, a surtout le mérite de porter sur un demi-siècle d’édition pour jeunes lecteurs le regard très informé de quelqu’un qui en a été un acteur de premier plan. Ainsi, non seulement nous voyons se dérouler l’évolution des politiques éditoriales, l’émergence ou le déclin de telle ou telle collection, l’apparition d’idées neuves et le suivisme de certains éditeurs mais, surtout, Christian Poslaniec nous donne à comprendre de l’intérieur ces évolutions, dans le frottement entre le monde de l’édition et celui des exigences scolaires, entre la création imprévisible (qu’on pense au Petit Nicolas) et l’émergence de modes, entre la puissance d’attraction des genres et sous-genres littéraires et l’apparition de « niches » éditoriales. C’est absolument passionnant, et, pour dire la vérité, très impressionnant. On retiendra de ce brillant papier la notion de « roman par nouvelles », fil conducteur de l’article qui nous invite à regarder autrement certains ouvrages qu’on n’aurait pas eu l’idée d’évoquer dans ces termes.

7Enfin, le volume propose d’entrer dans la « fabrique » de l’un des auteurs contemporains les plus singuliers dans le domaine de la forme brève : le traducteur et auteur Bernard Friot, dont on ne présente plus les Histoires pressées – le premier recueil est paru en 1988 dans la collection « Zanzibar » que dirigeait chez Milan… Christian Poslaniec. Sans longs discours, Bernard Friot livre ici le récit de l’écriture d’une de ses Histoires pressées, depuis la germination de l’idée jusqu’à la version livré aux éditeurs (et pas encore aux enfants lecteurs !). L’intérêt de cet aperçu des « coulisses de l’écriture » est double.

8D’une part, il révèle une manière de faire unique, entre manies personnelles (« Chaque écrivain a sa méthode pour élaborer cette construction. Personnellement, je n’écris rien », p. 39) et méthodologie clairement assumée, depuis la référence à la « bible » qu’est la Grammaire de l’imagination de Gianni Rodari (1973) jusqu’à la maîtrise bien rodée des techniques narratives (« là, il manque vraiment un chaînon »). Le mouvement réflexif de l’artisan-écrivain est exposé sans la moindre coquetterie, comme lorsque Friot revient de manière sévère sur une des étapes liminaires de son invention de l’intrigue : « tentation […] de contrôler l’histoire, de l’encadrer dans un système d’interprétation socialement et culturellement acceptable ». Il y a ici un mouvement de balancier, très au point, entre la nécessité de laisser à l’imagination la bride sur le cou, et la volonté, tout aussi impérative, d’exercer un jugement sans complaisance sur ces courtes histoires, depuis l’étape de l’invention du synopsis jusqu’à la rédaction finale : « en réduisant un texte, comme on réduit une sauce, on le rend plus concentré, plus goûteux ».

  • 1 Jacqueline Rose, The Case of Peter Pan, or the impossibility of children's fiction, Palgrave Macmil (...)
  • 2 Sébastien Chapleau, « Childist Criticism and the Silenced Voice of the Child: A Widening Critical a (...)
  • 3 Fanny Barnabé, « Les polémiques autour de la littérature jeunesse, ou la quête sans cesse rejouée d (...)
  • 4 Dominick LaCapra, « 1857, Deux procès », dans : Denis Hollier (dir.), De la littérature française, (...)

9L’autre intérêt de cet article est la conscience, plusieurs fois affirmée, d’écrire dans un cadre. Contrairement à beaucoup d’auteurs pour la jeunesse, Bernard Friot ne se cache pas derrière des formules faciles, lorsqu’on prétend écrire sans savoir « à » qui ou « pour » qui. Il assume écrire pour être lu par des enfants, et il assume aussi écrire pour être publié par des éditeurs, qui vont intervenir, à leur niveau, sur les textes – ne serait-ce que pour les rendre lisibles, c’est-à-dire compréhensibles. Il est ainsi très intéressant de le voir insister, avec modestie, sur la nécessité que le texte soit ensuite « testé » par de nombreux lecteurs. De même, on lit avec curiosité la note qu’il rédige à l’intention de l’éditeur, précisant que telle ou telle partie de son texte doit marquer, par un usage typographique singulier, qu’il y a un jeu entre réel et imaginaire. Cet aspect de l’article me semble particulièrement stimulant. En France, les théories de la réception (Jauss, Iser, l’école de Constance) ont finalement été peu appliquées à la littérature pour la jeunesse, alors qu’elles ont largement dominé la critique anglo-saxonne pendant plusieurs décennies, notamment à cause de la transactional reader-response theory (jamais introduite dans les études françaises) de la critique et universitaire américaine Louise Rosenblatt. C’est une différence fondamentale entre les spécialistes français de littérature jeunesse et leurs homologues de culture anglo-saxonne qui ont pu, par exemple, disserter autour des propositions de Jacqueline Rose dans The Case of Peter Pan1, puis inventer l’idée d’une « childist criticism2 ». Nous les avons, nous Français, assez largement ignorées. Polémiques à part, nous aurions pu pourtant nous appuyer sur ces approches pour essayer de venir à bout du préjugé tenace selon lequel la littérature pour la jeunesse serait une littérature « comme les autres3 » ou, mieux, une littérature « à l’égal de Flaubert et Baudelaire4 ». C’est au nom d’un tel préjugé que nous échouons, bien souvent, à proposer une approche intégrée, dans le cadre scolaire, de la littérature pour la jeunesse et de la littérature dire « générale ». Bernard Friot, ici, ne se prend pas les pieds dans le tapis : il écrit pour les enfants, et il les connaît bien, très bien même ; et il écrit pour être publié par des adultes éditeurs qui s’arrogent le droit, pour de nombreuses raisons, de lui suggérer des interventions sur son texte. Voilà qui est clairement dit, pensé et expliqué.

  • 5 Qui prolonge, pour un autre public, l’intéressant numéro thématique de la Revue des livres pour enf (...)

10En somme, Élodie Bouygues et Yvon Houssais proposent, avec cette exploration des formes brèves5, un volume certes inégal (comme tous les collectifs), mais très pertinent. Réunissant des littéraires, des enseignants davantage impliqués dans la pratique pédagogique et des créateurs, il fait un pas dans le sens du dialogue au sein de la communauté des adultes qui s’intéressent aux textes pour enfants. On aimerait que les deux éditeurs poursuivent, toujours autour de ces réjouissantes formes brèves, leur tentative pour faire entrer en résonance les approches critiques, les pratiques de classes et celles de la création artistique.

Haut de page

Notes

1 Jacqueline Rose, The Case of Peter Pan, or the impossibility of children's fiction, Palgrave Macmillan, 1984, jamais traduit en français.

2 Sébastien Chapleau, « Childist Criticism and the Silenced Voice of the Child: A Widening Critical and Institutional Re-Consideration of Children’s Literature », dans : Stories For Children, Histories of Childhood. Volume II: Literature [en ligne], Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2007, URL : https://books.openedition.org/pufr/4932 (généré le 03 septembre 2021).

3 Fanny Barnabé, « Les polémiques autour de la littérature jeunesse, ou la quête sans cesse rejouée de la légitimité », COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature, n° 10, 7 avril 2012.

4 Dominick LaCapra, « 1857, Deux procès », dans : Denis Hollier (dir.), De la littérature française, Paris, Bordas, 1993.

5 Qui prolonge, pour un autre public, l’intéressant numéro thématique de la Revue des livres pour enfants, « L’Art du bref », n° 317, mars 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Boulaire, « Formes brèves en littérature de jeunesse », Strenæ [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 03 décembre 2021, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/strenae/8899 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.8899

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search