Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Comptes rendusNina Goga, Sarah Hoem Iversen & A...

Comptes rendus

Nina Goga, Sarah Hoem Iversen & Anne-Stefi Teigland (eds.), Verbal and visual strategies in nonfiction picturebooks. Theoretical and analytical approaches

Cheyenne Olivier
Référence(s) :

Nina Goga, Sarah Hoem Iversen et Anne-Stefi Teigland (dir.), Verbal and visual strategies in nonfiction picturebooks. Theoretical and analytical approaches, Oslo, Scandinavian University Press, 2021.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Depuis ses origines en 1658 avec l'Orbis Sensualium Pictus de Jan Komensky, le livre illustré pour enfant est documentaire. Pourtant, peu d'études critiques, analytiques et théoriques lui ont été consacrées malgré une production grandissante. Le colloque, organisé en septembre 2019 à l'université de Norvège Occidentale en Sciences Appliquées par Nina Goga, Sarah Hoem Iversen et Anne-Stefi Teigland, ambitionne de mieux définir et poser les singularités de l'album documentaire. Les interventions portent sur les stratégies visuelles et verbales mises en place, avec l'ambition générale d'établir un meilleur cadre théorique. L'ouvrage s'articule autour de thèmes destinés à offrir des outils méthodologiques et analytiques pour mieux interpréter les albums documentaires contemporains et la production historique. Le premier thème regroupe des réflexions autour de la sémiotique et de la stylistique. Le deuxième aborde l'idéologie dans l'album documentaire tandis que le troisième porte sur le genre très populaire des biographies. Le quatrième thème aborde les questions animales et environnementales à l'épreuve de la véracité scientifique et de sa transmission. Le cinquième répond à l'intérêt grandissant pour la géographie, la cartographie et l'architecture. Le sixième et dernier thème se penche sur le tournant pictural et la dimension visuelle dans les albums documentaires.

2Marcus Martins et Celia Abicalil Belmiro observent les stratégies stylistiques mobilisées dans des documentaires sur les oiseaux. Le style graphique emprunte directement aux techniques de l'illustration scientifique et naturaliste héritée du xixᶱ siècle, en alliant acuité scientifique et transformation artistique de l'objet. L'introduction d'éléments de fiction verbaux et visuels tels que le hors-champ ou des personnages guidant le lecteur à travers le livre permet d'amplifier la dimension fictionnelle dans un environnement documentaire. Ce mouvement d'interaction attire la curiosité, l'amusement et l'éveil esthétique du lecteur et rappelle l'importance d'une éducation scientifique associée à une éducation artistique.

3Giorgia Grilli observe cette liberté dans le développement récent d'albums plus poétiques et expérimentaux, où les modalités formelles sont explorées systématiquement. Ces « album(s) documentaire(s) artistique(s) » forment selon elle une nouvelle catégorie éditoriale, malgré l'apparente incompatibilité des impératifs documentaires et de la liberté artistique. Car si le documentaire doit a priori fournir des informations utiles, vérifiées et objectives sur le monde, l'œuvre artistique se définit comme ouverte à de multiples interprétations. Pourtant, dans le corpus observé, les associations libres d'images et de mots dont le sens commun doit être cherché par l'enfant proposent bien un monde basé sur le réel mais dont la réalité devient révisable et participative.

4Smiljana Narančić Kovač prend elle aussi deux paires de catégories et leurs possibles interactions : narratif/non-narratif et fiction/non-fiction. Elle développe un modèle sémiotique de l'album où sa nature multimodale est mise en avant ainsi que ses multiples narrateurs visuels et verbaux. Son modèle de l'album documentaire diffère seulement dans la nature du contenu et des voix exprimées. Composé de données, de faits ou encore de concepts, le contenu serait organisé à travers les modes de discours que sont l'explication, la classification et la comparaison par un énonciateur et non plus un narrateur. Un modèle appliqué sur une sélection d'abécédaires, dont elle encourage l'extension à d'autres genres du documentaire.

5Les stratégies stylistiques mises en œuvre pour communiquer le savoir peuvent, selon Petros Panaou et Angela Yannicopoulou, tout aussi bien soutenir une idéologie rarement questionnée au sein même de l'album. Les informations transmises ne peuvent en effet s'envisager hors de la forme sous laquelle elles sont présentées. À partir de documentaires sur la statuaire, sujet prompt à attirer la symbolique patriotique et nationale, les auteurs pointent les stratégies qui incarnent l'idéologie et établissent la validité des informations, grâce notamment à la photographie, aux données et aux sources d'autorité présentées. Proposer plusieurs points de vue et suggérer le doute dans l'image et le texte peut cependant amener plus d'engagement critique de la part du lecteur.

6Sara Hoem Iversen questionne les représentations historiques du genre, dans la forme classique mais inventive de l'abécédaire. Le choix des images associées aux lettres, de l'univers et du thème déployé est révélateur d'une culture et d'une époque. Les enfant développent très tôt des stéréotypes genrés et il convient de leur montrer un vaste éventail de ce qu'ils peuvent devenir et des gens autour d'eux. Une diversité souhaitable mais difficilement compatible avec l'impératif de l'abécédaire, où les exemples les plus typiques d'un genre sont représentés par souci de clarté. Si l'auteure note des évolutions sur la place du père, elle appelle à plus de non-conformisme.

7Hanna Dymel-Trzebiatowska observe la traduction en polonais de trois albums suédois. Un exercice délicat lorsque les sujets tabous que sont la mort, le sexe et le caca sont abordés dans une société polonaise catholique et conservatrice. L'humour, les références culturelles et sociales propres au pays d'origine manquent, or ce sont ces décalages subtils entre le texte et l'image qui font la richesse du questionnement proposé. Les traductions produisent parfois des sens contradictoires lorsque seul le texte est modifié et non l'image. Certaines illustrations, comme celle d'une femme nue crucifiée, sont tout simplement effacées. Une perte des liens inter-textuels et extra-textuels qu'aggrave cette purification du contenu due aux différences des normes culturelles, sociales et politiques entre les deux pays.

8Ce sont les indications de lecteur implicite que cherche Nicola Daly dans deux albums néo-zélandais sur le suffrage féminin. La mise en place et en page dans l'album d'un public imaginé se fait grâce aux éléments para-textuels que forment les cartes, les « le sais-tu ? », les coupures de journaux, les photographies et les graphiques. L'emploi des termes spécifiques, la taille de la typographie, le choix d'expliquer ou non un mot et le bilinguisme contribuent à définir le niveau attendu du lecteur et les ressources convoquées. Un jeune public extraira plus volontiers ses informations des grandes illustrations colorées mettant en scène le personnage principal alors qu'un lecteur plus âgé ira puiser les faits dans les nombreux encadrés et photographies d'époque superposés dans les pages.

9Berit Westergaard Bjørlo cherche une vision plus nuancée et poétique de l'artiste mexicaine Frida Kahlo, icône culturelle héroïsée et surexposée dans l'album aujourd'hui. Ainsi, les albums qu'elle observe accentuent les difficultés rencontrées par l'artiste ou se focalisent sur un épisode de vie particulier. La création de Frida Kahlo est adaptée avec les moyens narratifs et visuels propres à l'album documentaire et son vocabulaire pictural se retrouve transposé dans l'espace de la page. Les auteurs vont même jusqu'à manipuler librement les éléments biographiques et considèrent l'album comme une création originale.

10C'est bien l'accord entre une écriture singulière – celle de deux poètes – et sa transcription dans le documentaire qu'observe Maria Casado Villanueva. Les informations sont adaptées et recoupées pour engager le lecteur, en lui parlant de lui-même, dans la vie d'une autre personne. Un univers familier se déploie et permet l'introduction à des techniques littéraires modernes, où l'expérience esthétique est mêlée à l'apport d'informations. Différentes fontes et tailles de texte jouent avec l'aspect visuel des poèmes tandis que la fragmentation de la structure narrative et des collages fait écho à l'approche cubiste des poètes évoqués. Une biographie est une création, un processus d'écriture et de mythification qui doit ouvrir sur ses propres failles.

11Ce ne sont pas des fermes de papier mais bien des fermes réelles qui préoccupent Fabrizio Bertolino et Anna Perazzone. Ils analysent le degré de réalisme et la précision des représentations dans soixante albums documentaires sur la ferme et la vie à la campagne. Arriérée et bucolique, dure et idyllique : avec la montée d'une conscience environnementale, la ferme fait l'objet de nombreuses projections idéales dans l'imaginaire collectif. Il est important pour les enfants d'être confrontés à ce lieu entre la nature sauvage et la civilisation et les documentaires sont de formidables outils pour sensibiliser. Pourtant, les albums renvoient rarement une vision juste et riche de la vie à la ferme, au point que les fermiers s'y conforment en retour et aménagent leurs espaces selon ces représentations. Une meilleure éducation à l'album pourrait permettre de mieux comprendre les simplifications opérées par rapport à la réalité.

12Beate Laudenberge fait également le constat d'une fiction dépassant la réalité avec le loup, figure classique de toutes les peurs dans l'album. Une peur et une expérience fictive car le loup a été progressivement éliminé des forêts européennes au cours des derniers siècles. L'auteure montre comment les variations des éléments textuels et visuels changent la perception du loup en jouant ou non sur les préjugés graphiques et littéraires existants. Elle recommande une approche graphique plus originale et plus picturale afin d'offrir une vision nuancée d'un animal à nouveau présent en Europe.

13Car il s'agit avant tout, pour Nina Goga, de créer de l'empathie avec les animaux à travers l'album. En s'appuyant sur les travaux de Cynthia Willett concernant la conscience interspécielle et sur un corpus d'abécédaires australiens, elle montre que la présentation des animaux peut apporter des informations scientifiques mais aussi préparer à une future rencontre. Une connexion établie grâce à un ton poétique qui prend en compte la réalité cruelle des animaux et qui place le lecteur dans la position d'un explorateur respectueux. Observer l'organisation et la présentation du savoir ainsi que la conceptualisation du lecteur potentiel permettrait d'envisager l'influence des albums documentaires sur les perceptions de l'enfant.

14Il est peut-être plus difficile d'éveiller affectivement les enfants avec des sujets sur les énergies fossiles, comme le montrent Bettina Kummerling-Meibauer et Jorg Meibauer. Les albums étudiés présentent pourtant l'usage et la place de ces sources d'énergies dans l'environnement familier et usuel de l'enfant. La question du travail est incarnée à travers des personnages pour sensibiliser l'enfant. Les stratégies visuelles et verbales sont adaptées au lectorat visé et associent des textes descriptifs, narratifs et explicatifs à des degrés plus ou moins schématiques de représentation graphique. Ces combinaisons complexes facilitent le processus d'acquisition de connaissances par l'enfant et requièrent en retour des compétences cognitives élevées afin de créer du sens.

15Marnie Campagnaro fait « Un pas dans le monde des maisons » en observant les albums documentaires sur l'architecture. Thème récurrent de l'album pour enfants, la maison condense l'existence, définit un espace humain et personnel où les besoins premiers et l'extension de soi peuvent s'articuler avec le cercle familial et hors de lui. L'album lui-même se fait alors architecture, crée un monde viable dans lequel le lecteur peut entrer et se déplacer. L'auteure établit une taxonomie de vingt albums, répartis selon leur degré de complexité et la part accordée au narratif. Une grille pour évaluer l'ouverture que font ces albums sur les bâtiments et architectes célèbres mais aussi sur les manières d'habiter le monde.

16Ana Margarida Ramos explore quant à elle l'espace public de la carte de ville, vue comme un album documentaire potentiel et un format éditorial alternatif. Si les codes et les secrets que renferme la carte sont attractifs pour les enfants, ils ont également un rôle dans le développement de leur capacités géographiques, spatiales et linguistiques. Les cartes analysées laissent place à l'interprétation et à l'histoire personnelle des auteurs-illustrateurs. Les choix graphiques et textuels révèlent leurs propres intérêts et ne sont pas toujours alignés avec ceux des enfants, mais ils offrent des visions de la ville tout aussi vraies. Ces cartes créent un genre hybride à la cohérence fragmentée, à la fois informatif, humoristique et personnel.

17Betul Gaye Dinc et Ilgim Veryeri Alaca observent le rôle d'intermédiaire des albums documentaires dans les musées. Ils se font les supports d'intérêt vers l'art au sein de musées de plus en plus orientés vers des expériences multi-sensorielles. Les documentaires offrent des clés de lecture, créent des scénarios fictifs pour mieux comprendre et accompagner le cheminement à travers les œuvres. Le musée et l'album sont après tout deux espaces de textes et d'images dans lequel une navigation conjuguée devient possible. Le savoir est personnifié, actif et vécu dans le jeu car, contrairement aux œuvres, les albums peuvent être manipulés. Ces expériences haptiques viennent soutenir l'acquisition de nouveaux savoirs avant et après la visite et incluent les œuvres dans les rythmes propres de l'enfant.

18Apprendre, jouer et s'endormir : c'est sur ces rythmes qu'Ines Costa aborde trois documentaires portugais. Son analyse part de la forme littéraire et graphique afin d'en induire les informations délivrées. Leur imprécision délibérée se fait au bénéfice d'une expérience esthétique stimulante et intrigante, qui permet une transition vers des livres plus complexes. Un ton informel, des rimes inventées, une dynamique interactive, des similitudes et décalages, des choix colorés simples et judicieux sont autant d'outils pour interagir avec l'image, trouver des objets, comparer, prédire, imaginer des histoires et jouer avec la page. Le livre réfléchit sur lui-même, crée des manques et des omissions où l’enfant peut investir ses propres émotions.

19Enfin, c'est bien le lien entre information et plaisir dans la transmission visuelle du savoir que souligne Anne-Stefi Teigland. Avec une sélection éclectique, elle se détache du « thème » trop souvent associé au documentaire pour marquer l'importance des stratégies visuelles dans la présentation du savoir. L'association complexe de différents codes visuels (technologiques, sensoriels, abstraits et naturalistes selon Kress et Van Leeuwen, 1996) contribue non seulement à porter l'information mais également à créer un cadre émotionnel et humoristique qui rapproche et inclut le lecteur.

20Interroger l'album documentaire questionne le savoir et sa transmission, son origine et son contexte. Une exploration cruciale face à l'intérêt qu'il suscite mais également face à la désinformation, ces albums étant plus souvent lus sans accompagnement, dans un cadre informel. Car communiquer des faits réels ne peut se faire sans réellement communiquer avec le lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cheyenne Olivier, « Nina Goga, Sarah Hoem Iversen & Anne-Stefi Teigland (eds.), Verbal and visual strategies in nonfiction picturebooks. Theoretical and analytical approaches », Strenæ [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 03 décembre 2021, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/strenae/8924 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.8924

Haut de page

Auteur

Cheyenne Olivier

doctorante à l’Université de Tours (laboratoire InTRu) et à l’ESAD d’Orléans (groupe de recherche Editions Médias Design à l' ECOLAB de l'Ecole Supérieure d'Art et de Design d'Orléans)

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search