Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Fonds d'archives & collectionsLes illustrés pour petites filles...

Fonds d'archives & collections

Les illustrés pour petites filles du xxe siècle à la Bibliothèque nationale de France

Illustrated magazines for girls of the 20th century at the Bibliothèque nationale de France
Béatrice Guillier

Résumés

La Bibliothèque nationale de France conserve un fonds exceptionnel de périodiques illustrés pour petites filles du xxe siècle, consultables au Département Droit, économie, politique. Une collection partielle de ces mêmes périodiques est également présente au Centre national de la littérature pour la jeunesse, ex-Joie par les livres, qui a rejoint la BnF en 2008. Cet article présente quatre hebdomadaires parmi les plus populaires de l'époque, sources exceptionnelles pour l'histoire culturelle : La Semaine de Suzette, Fillette, Bernadette et Lisette. Quelques recherches ont déjà été menées sur le discours conservateur de ces périodiques et les bandes dessinées qui y sont publiées, mais de nombreuses pistes d'enquête restent à explorer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entre 1857 et 1904, ce sont ainsi 40 publications jeunesse qui apparaissent : 17 hebdomadaires, 7 b (...)

1À la fin du xixe siècle, à la faveur de l’alphabétisation croissante de la population dans le sillage des lois Ferry, le nombre de titres de presse pour enfants explose1. Parmi ceux-ci, de nombreux illustrés destinés à la jeunesse, publiés hebdomadairement, et généralement destinés à l’un ou l’autre sexe. À partir de 1905, avec la publication du premier numéro de La Semaine de Suzette par les éditions Gautier (futures Gautier-Languereau) s’affirme un modèle de journal pour petites filles qui sera décliné par les différentes maisons d’édition dans les années qui suivront. Les publications Offenstadt proposent à partir de 1909 l’hebdomadaire Fillette ; elles seront suivies par La Maison de la Bonne Presse qui édite Bernadette à compter de 1914. Enfin, les éditions de Montsouris créent en 1921 Lisette. Ces quatre hebdomadaires, destinés à des fillettes de 7-8 à 15 ans, connaissent des tirages particulièrement importants qui peuvent atteindre les 250 000 exemplaires par semaine, ainsi qu’une longévité remarquable, avec une seule période d’interruption pendant la Seconde Guerre mondiale et une disparition définitive entre 1960 et 1974. La Bibliothèque nationale de France conserve un fonds unique en France de cette presse éducative, source exceptionnelle pour l’histoire culturelle et l’histoire des médias.

La constitution du fonds de périodiques pour enfants de la BnF

2La création d’un département des périodiques à la Bibliothèque nationale est actée en 1942. À partir de 1947, le département reçoit et communique les deux dernières années de tous les périodiques publiés sur le territoire. Une collection double est formée parallèlement, dont une partie est envoyée à l’Annexe de Versailles, notamment les illustrés pour enfants. Le département des périodiques est supprimé lors du déménagement de la Bibliothèque nationale sur le site de Tolbiac en 1996, puisqu’une nouvelle organisation des départements est mise en place : les collections sont réparties par thèmes et non plus par support. Tandis que les périodiques ultérieurs à 1990 sont distribués dans les nouveaux départements d’après leur thématique générale, les collections antérieures à 1990, jusqu’alors conservées à l’Annexe de Versailles, rejoignent le département Droit, économie, politique et presse, sous la cote JO : y sont disponibles Lisette, Fillette et Bernadette ainsi qu’une collection parcellaire de La Semaine de Suzette.

3En 2008, l’association « La Joie par les livres », créée en 1993 à l’initiative d’Anne Gruner Schlumberger afin de favoriser le développement des bibliothèques pour enfants en France, rejoint la Bibliothèque nationale de France, dont elle devient un service spécialisé au sein du département Littérature et art. Elle prend alors le nom de Centre national de la littérature pour la jeunesse (CNLJ). Le CNLJ conserve 300 000 documents, dont une majorité de livres, mais aussi un fonds très important de presse enfantine des xixe et xxe siècles, dont la quasi-intégralité des périodiques contemporains. Il possède ainsi dans ses magasins de nombreux Lisette, Fillette, La Semaine de Suzette et Bernadette, sur lesquels j’ai pu travailler durant mes trois années en tant que chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France.

4Une partie des collections d’illustrés pour petites filles de la Bibliothèque nationale de France est visible sur Gallica. Les années 1915 et 1920 de La Semaine de Suzette ont été numérisées en couleur, et de nombreux Lisette microfilmés. La reproduction de ces microfilms est également consultable en ligne. Dans le cadre des évènements associés à « 2020 année de la bande dessinée », la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, sise à Angoulême, a versé 6 000 documents en couleur et en haute définition dans Gallica, dont des exemplaires de Lisette et de Fillette.

Un fonds méconnu et largement inexploité

5Les quatre illustrés que j’ai eu l’occasion d’étudier à la Bibliothèque nationale de France possèdent des caractéristiques communes en termes de maquette, de choix visuels et de contenus. Ces similitudes se font plus ténues après la Seconde Guerre mondiale, lorsque les journaux doivent mettre en place des stratégies de survie pour subsister dans un marché de la presse jeunesse qui s’étoffe et se diversifie. Au début du xxe siècle, ils offrent une même formule : un journal in-folio de seize pages, dont deux tiers de fictions (feuilletons, nouvelles, contes, puis par la suite bandes dessinées) et un tiers de rédactionnel. Quatre de ces pages sont en couleur : les deux pages centrales, la couverture et la quatrième de couverture. Ces hebdomadaires paraissent tous les jeudis, alors jour de repos des écoliers, ou le dimanche durant certaines périodes. On retrouve dans ces journaux des rubriques identiques : l’incontournable éditorial, en forme de leçon de morale, un courrier des lectrices ou un espace de recherche de correspondantes, et des rubriques d’apprentissage, visant à transmettre des savoir-faire liés à l’entretien de la maison et au soin d’autrui (cuisine, travaux d’aiguille, premiers soins, petits bricolages…).

  • 2 Kristine Moruzi, Constructing girlhood through the periodical press, 1850-1915, Farnham, Ashgate, 2 (...)

6Au-delà d’une maquette proche et de thématiques similaires, chacun de ces journaux manifeste une ligne éditoriale singulière. Pour s’y intéresser, il est nécessaire de s’attarder sur les qualités visuelles, graphiques et narratives de chacun de ces titres, jusqu’à présent peu exploités par la recherche. En France, le caractère féminin et enfantin de leur audience a sans doute sa part dans le désintérêt des historiens comme des spécialistes de littérature pour ces objets, tandis que les titres anglo-saxons ont retenu l’attention des chercheurs en childhood studies et cultural studies outre-Atlantique et en Grande-Bretagne2.

  • 3 Marie-Anne Couderc, La Semaine de Suzette : Histoires de filles, Paris, CNRS Éditions, 2005.
  • 4 Manon Pignot, « Suzette contre Fillette : La Grande Guerre de deux illustrés français », dans : Thi (...)
  • 5 Alain Tirefort, « Les petites Suzette aux colonies. La Semaine de Suzette et la culture coloniale p (...)
  • 6 Sylvette Giet, « Lisette, un illustré entre tradition et modernité (1937-1939) », dans : T. Crépin (...)
  • 7 M. Pignot, « Suzette contre Fillette », op. cit., p. 211-224 ; Francis Marcoin, « Trois journaux “c (...)
  • 8 Thierry Crépin, Thierry Groensteen, « On tue à chaque page ! »: la loi de 1949 sur les publication (...)
  • 9 Sylvain Lesage, L’Effet codex : quand la bande dessinée gagne le livre. L’album de bande dessinée e (...)
  • 10 Jessica Kohn, « Travailler dans les Petits Mickeys » : les dessinateurs-illustrateurs en France et (...)

7On ne trouve en effet que peu d’études sur ces périodiques pour petites filles consultables à la BnF. Seul l’un d’entre eux, La Semaine de Suzette, a fait l’objet d’un ouvrage monographique3. Lorsqu’ils sont traités, c’est le plus souvent comme source historique, porteuse d’un discours ancré dans une époque qu’ils refléteraient : outil d’émulation patriotique4, image de la France colonialiste5. La plupart des contributions scientifiques sur les illustrés pour petites filles sont issues des actes du colloque « Les Presses enfantines chrétiennes », qui rassemble des études monographiques sur Lisette et La Semaine de Suzette6, et deux approches comparatistes impliquant Fillette, la Semaine de Suzette et d’autres titres enfantins7. Dans la majorité des cas, c’est le côté conservateur voire réactionnaire de ces journaux qui est abordé. La recherche en bande dessinée et illustration produit cependant de nombreux ouvrages et thèses où il est question de ces journaux : c’est notamment le cas des travaux de Thierry Crépin sur la moralisation de la presse enfantine et la loi sur les publications destinées à la jeunesse8, de la thèse de Sylvain Lesage sur Casterman9, ou de celle de Jessica Kohn sur les illustrateurs et illustratrices d’après-guerre en France et en Belgique10.

La Semaine de Suzette (1905-1960)

8La Semaine de Suzette est le premier illustré pour petites filles du xxe siècle à connaître un tel succès et une notoriété persistante, notamment grâce à la popularité d’une de ses héroïnes, Bécassine. Publiée à compter du 2 février 1905 par les éditions Henri Gautier, qui deviennent en 1918 les éditions Gautier-Languereau, La Semaine de Suzette s’empare d’emblée d’une place encore inoccupée dans le paysage médiatique enfantin de l’époque : un journal uniquement pour les petites filles, destiné à des enfants de bonne famille, avec un ancrage religieux très assumé en cette année qui voit la séparation de l’Église et de l’État. Il coûte 10 centimes à sa sortie, et reste l’illustré pour petites filles le plus cher jusqu’à sa disparition. Comme la plupart des autres journaux pour enfants, il cesse de paraître pendant la Seconde Guerre mondiale, du 6 juin 1940 au 30 mai 1946. À sa reparution, dans un contexte de pénurie de papier qui touche particulièrement le secteur de la presse enfantine, jugée moins prioritaire que la presse adulte, le journal est d’abord bimensuel, puis redevient rapidement hebdomadaire, reprenant le principe d’une numérotation annuelle. La Semaine de Suzette passe en numérotation continue à compter du numéro du 28 novembre 1957, et cesse de paraître le 25 août 1960, après son numéro 144. Il est ainsi le premier des grands illustrés historique pour petites filles à disparaître, ne parvenant pas à s’adapter dans un contexte d’après-guerre extrêmement concurrentiel et face à un public dont les attentes évoluent en même temps que son accès inédit à une éducation mixte et prolongée. Les petites abonnées se voient proposer de recevoir à la place de leur illustré Le Journal de Mickey.

9Les années 1934 à 1960 de La Semaine de Suzette portent la cote FOL-JO-63, et sont disponibles avec des lacunes, de même que les années 1905 à 1934 (cote FOL-Y2-260).

Illustration 1 : La Semaine de Suzette, 5 août 1915.

Illustration 2 : La Semaine de Suzette, 23 décembre 1920.

Fillette (1909-1963)

10Fillette est un hebdomadaire fondé quatre ans après la sortie de La Semaine de Suzette et qui s’en inspire ouvertement pour sa maquette et son contenu. Ce sont les frères Offenstadt, juifs d’origine allemande, qui lancent ce journal ouvertement destiné à un public plus populaire que leur prédécesseur, vendu à 5 centimes (contre dix centimes, rappelons-le, pour La Semaine de Suzette). Fillette connaît un tel succès qu’elle est bihebdomadaire de 1912 à 1914, et paraît alors le jeudi et le dimanche. Le périodique est néanmoins la cible de nombreuses critiques, moins pour son contenu que du fait de la confession et de l’origine de ses créateurs. En 1928, les Publications Offenstadt deviennent la Société Parisienne d’Édition (SPE). Le journal disparaît du fait de la guerre après son numéro 1755 du 8 mars 1942. Le n° 1 de l’illustré d’après-guerre est publié le 2 mai 1946, et la série continue jusqu’au n° 544 de décembre 1956. Fillette change en effet de formule, comme les autres illustrés pour petites filles qui voient leur tirage baisser et peinent de plus en plus à trouver leur lectorat. Le journal assume un nouveau positionnement, s’adressant explicitement à des lectrices plus âgées, et prend le nom de Fillette Jeune Fille de ses numéros 545 à 900. Le dernier numéro du journal est publié le 17 octobre 1963. S’ensuivent pour la Société Parisienne d’Édition deux tentatives de relancer le journal, avec Jeunes filles magazine puis un périodique mensuel mixte, Paul et Mic, qui ne connaît qu’un succès limité et disparaît au bout de quelques numéros.

11Fillette et Fillette Jeune Fille sont consultables au Département Droit, économie, politique et presse sous la cote JO-65276.

Illustration 3 : Fillette, 13 octobre 1912.

Illustration 4 : Fillette, 30 mars 1924.

Illustration 5 : Fillette, 30 janvier 1938.

Illustration 6 : Fillette, 29 octobre 1939.

Bernadette (1914-1973)

12La Maison de la Bonne Presse a déjà lancé de nombreux journaux pour enfants quand elle publie en 1914 le premier numéro de Bernadette, au contenu plus ouvertement catholique que ses concurrentes La Semaine de Suzette et surtout Fillette. Nommée d’après Bernadette Soubirous (sainte Bernadette), le périodique propose leçons de catéchisme, vies de saints et rubriques centrées sur les rites de passages tels que le baptême, la communion et la confirmation. Bernadette est d’abord diffusée dans les patronages, et destinée à des petites filles de milieux ruraux. Après 31 numéros seulement, elle connaît une interruption de parution due à la Première Guerre mondiale, puis reparaît à compter du 4 mars 1923. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Bernadette change de titre et devient Marie-France (Limoges) en zone libre, et Gerbe d'histoires pour Bernadette, Marie-France et leurs frères en zone occupée. La publication cesse en 1944, puis le journal obtient son autorisation de reparaître en 1946 sous le titre Bernadette : illustré catholique des petites filles. En 1950, Bernadette récupère les abonnements d’un autre titre pour petites filles de la Maison de la Bonne Presse, Maristelle, et son supplément Maristelle – Cadette du Noël (1944-1950). En 1963, la rédaction de Bernadette fusionne avec celle de Lisette, qui appartient alors aux éditions de Montsouris, et se range sous l’égide de la Maison de la Bonne Presse, qui devient Bayard Presse en 1969. Bernadette modernise son titre et s’intitule dorénavant Nade. Les deux journaux publient alors le même contenu fictionnel, et partagent une partie de leur rédactionnel, quoique Nade garde une ligne éditoriale plus ancrée dans la religion. En 1971, Bayard Presse propose une nouvelle formule du journal, sous le titre Nade Télé jeune : l’hebdomadaire comporte un supplément encarté renseignant les lectrices sur les programmes télévisuels qui leur sont destinés. Le 29 avril 1973, Nade Télé Jeune disparaît définitivement, tandis que Bayard Presse redirige sa politique éditoriale vers des titres jeunesse mixtes.

13Bernadette, Nade et Nade Télé-Jeune sont conservées au département Droit, économie, politique et presse de la BnF, sous la cote JO-71161.

Illustration 7 : Bernadette, 15 janvier 1950.

Illustration 8 : Bernadette, 26 mars 1950.

Lisette (1921-1974)

14Le dernier né des périodiques pour petites filles que j’ai pu étudier à la Bibliothèque nationale de France est Lisette, sortie des presses des Éditions de Montsouris en 1921. La puissante maison d’édition, qui assoit son pouvoir depuis la fin du xixe siècle sur la popularité de son journal féminin Le Petit Echo de la Mode, propose avec Lisette un hebdomadaire pour petites filles sur un modèle à présent classique. Le journal connaît une certaine stabilité jusque dans les années 1960, où les éditions de Montsouris connaissent des difficultés liées à la baisse de leurs tirages et à la perte d’une partie de leurs revenus publicitaires. Si elles se séparent d’une partie de leurs titres au profit du groupe Dargaud, elles conservent Lisette, qu’elles coéditent à compter de décembre 1963 avec la Maison de la Bonne Presse. La rédaction de Lisette est à présent fusionnée avec celle de Nade, dans les locaux de la rue Bayard. En 1971, Lisette connaît le même destin que Nade : avec un montage similaire, elle devient Lisette Télé Jeune. Cette nouvelle version du journal ne paraît que d’octobre 1971 à mai 1973, date à laquelle le journal est cédé à la Société française de presse illustrée (SFPI), du groupe Chapelle. Il est alors fusionné avec un jeune périodique, Mlle Caroline, créé en 1970. Naît de cette union Lisette et Caroline, qui ne dure que trente-quatre numéros jusqu’à la disparition complète du journal en 1974.

15Lisette et Lisette Télé Jeunes sont communiquables sous la cote JO-71515 à la Bibliothèque nationale de France. Quant à Lisette et Caroline, elle porte la cote 4-JO-28195.

Illustration 9 : Lisette, 12 octobre 1930.

Illustration 10 : Lisette, 18 mars 1934.

Illustration 11 : Lisette, 26 septembre 1937.

Illustration 12 : Lisette, 27 novembre 1938.

Perspectives de recherche

16Les illustrés pour petites filles conservés à la Bibliothèque nationale de France constituent un fonds unique au monde, qui témoigne de la richesse et du caractère exceptionnel de la presse éducative française. Ils restent cependant mal connus, généralement étudiés pour le conservatisme de leur rédactionnel, qui dessine les contours d’un enseignement rigide, colonialiste, patriotique et différencié selon les genres. Des chercheurs en sciences sociales commencent cependant à étudier leurs bandes dessinées, en grande majorité de production française. Les qualités graphiques de ces journaux incitent à multiplier les enquêtes en culture visuelle sur leur contenu fictionnel et rédactionnel. La riche culture matérielle qui entoure ces périodiques (primes d’abonnement, lots de concours) constitue également un objet de recherche intéressant, qui permet d’étudier les intrications entre le secteur de l’édition pour la jeunesse et les industries du jouet et du textile.

17Ces illustrés mériteraient par ailleurs des enquêtes fines sur leurs lignes éditoriales, qui ont chacune leur spécificité. Ces politiques évoluent tout au long de la période, notamment après la Seconde Guerre mondiale, et les illustrés se font alors porteurs d’un discours de modernité centré sur une ode à la consommation, tout aussi pertinent à étudier que leurs discours réactionnaires de l’entre-deux guerres. Les périodiques pour petites filles conservés à la Bibliothèque nationale de France constituent en effet des témoignages intéressants à propos de leur période de parution. Mais en tant que titres éducatifs, ils apportent également de nombreuses connaissances sur l’évolution des représentations de l’enfance, ainsi que sur les liens entre histoire de la presse et histoire de l’éducation. De nombreuses enquêtes restent encore à réaliser sur ce corpus, et la recherche anglosaxonne livre des pistes intéressantes aux jeunes chercheurs et chercheuses en études culturelles, en les invitant à se focaliser sur la réception de ces journaux et non plus seulement leur contenu.

Haut de page

Notes

1 Entre 1857 et 1904, ce sont ainsi 40 publications jeunesse qui apparaissent : 17 hebdomadaires, 7 bimensuels et 16 mensuels. Alain Fourment, Histoire de la presse des jeunes et des journaux d’enfants(1768-1988), Paris, Éditions Eole, 1987, p. 88.

2 Kristine Moruzi, Constructing girlhood through the periodical press, 1850-1915, Farnham, Ashgate, 2012 ; Penny Tinkler, Constructing Girlhood: Popular Magazines for Girls Growing up in England, 1920-1950, Londres, Taylor & Francis, 1995 ; Mel Gibson, Remembered reading: memory, comics and post-war constructions of British girlhood, Louvain, Leuven University Press, 2015.

3 Marie-Anne Couderc, La Semaine de Suzette : Histoires de filles, Paris, CNRS Éditions, 2005.

4 Manon Pignot, « Suzette contre Fillette : La Grande Guerre de deux illustrés français », dans : Thierry Crépin et Françoise Hache-Bissette (dir.), Les Presses enfantines chrétiennes, Arras, Artois Presses Université, 2009, p. 211-224.

5 Alain Tirefort, « Les petites Suzette aux colonies. La Semaine de Suzette et la culture coloniale pendant l’entre-deux-guerres », Afrika zamani, n° 9-10, 2001-2002, p. 102-125.

6 Sylvette Giet, « Lisette, un illustré entre tradition et modernité (1937-1939) », dans : T. Crépin et F. Hache-Bissette (dir.), op. cit., p. 77-90 ; Catherine d’Humières, « Hagiographie, exemplarité et enseignement : les vies de saints dans La Semaine de Suzette entre 1930 et 1940 », dans : T. Crépin et F. Hache-Bissette (dir.), op. cit., p. 225-236.

7 M. Pignot, « Suzette contre Fillette », op. cit., p. 211-224 ; Francis Marcoin, « Trois journaux “catholiques” : Revue Mame, Le Noël, La Semaine de Suzette », dans : T. Crépin et F. Hache-Bissette (dir.), op. cit., p. 57-76.

8 Thierry Crépin, Thierry Groensteen, « On tue à chaque page ! »: la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, Paris, Éditions du Temps, 1999 ; Thierry Crépin, Haro sur le gangster ! : la moralisation de la presse enfantine, 1934-1954, Paris, Éditions du CNRS, 2001.

9 Sylvain Lesage, L’Effet codex : quand la bande dessinée gagne le livre. L’album de bande dessinée en France de 1950 à 1990, thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Jean-Yves Mollier, Université Versailles Saint-Quentin-En-Yvelines (UVSQ), 2014.

10 Jessica Kohn, « Travailler dans les Petits Mickeys » : les dessinateurs-illustrateurs en France et en Belgique de 1945 à 1968, thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Laurent Martin et Jean-Paul Gabillietn Université Sorbonne Paris Cité, 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration 1 : La Semaine de Suzette, 5 août 1915.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8942/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Légende Illustration 2 : La Semaine de Suzette, 23 décembre 1920.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8942/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Légende Illustration 3 : Fillette, 13 octobre 1912.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8942/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Illustration 4 : Fillette, 30 mars 1924.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8942/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Légende Illustration 5 : Fillette, 30 janvier 1938.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8942/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Illustration 6 : Fillette, 29 octobre 1939.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8942/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Illustration 7 : Bernadette, 15 janvier 1950.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8942/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Légende Illustration 8 : Bernadette, 26 mars 1950.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8942/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Illustration 9 : Lisette, 12 octobre 1930.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8942/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Illustration 10 : Lisette, 18 mars 1934.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8942/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Illustration 11 : Lisette, 26 septembre 1937.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8942/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Légende Illustration 12 : Lisette, 27 novembre 1938.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8942/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Guillier, « Les illustrés pour petites filles du xxe siècle à la Bibliothèque nationale de France », Strenæ [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 03 décembre 2021, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/strenae/8942 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.8942

Haut de page

Auteur

Béatrice Guillier

Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain – EHESS/CNRS

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search