Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19VariaSuis-moi ! de Maja Kastelic

Varia

Suis-moi ! de Maja Kastelic

Une déambulation graphique au 34 de la rue Andersen
A boy and a House by Maja Kastelic. A graphic wandering at 34 Andersen street
Anne Wattel

Résumés

Dans Suis-moi !, Maja Kastelic nous invite à entrer en conte dans le sillage d’un garçonnet qui pénètre dans l’étrange bâtisse du 34 de la rue Andersen. Comme l’indique l’illustratrice, il s’agit là d’un « hommage à la littérature, à l’illustration et à la beauté nostalgique d’antan et des choses intemporelles ». L’article consiste à explorer la manière dont un album tout en images peut être un hommage à la littérature, au scriptural. Au sein d’une maison mystérieuse, pleine de trésors accumulés, fusionnent arts du texte et arts visuels. Le lecteur, comme l’enfant de l’album, est entraîné dans un véritable jeu de piste et, glanant pas à pas les indices textuels, les références qui parsèment les illustrations, il remonte aux sources.

Haut de page

Texte intégral

Illustration 1 : Maja Kastelic, Suis-moi !, Bruxelles, Alice Éditions, 2017, page de titre.

  • 1 Maja Kastelic, Suis-moi !, Bruxelles, Alice Éditions, 2017 [Deček in Hiša, Mladinska Knjiga Zalozba (...)
  • 2 Voir le storyboard initial (illustration 2) dans lequel l’enfant atteint bien le grenier puis le to (...)

1L’album Suis-moi !1 de Maja Kastelic, relate, sans texte, la rencontre entre un petit garçon et une vieille maison comme le signale le titre original, Deček in Hiša, un garçon et une maison. L’enfant, au petit matin, quitte sa demeure, cartable au dos et déambule dans la rue ; attiré et guidé par un chat noir, par la lumière, par la curiosité, il pénètre, au 34 de la rue Andersen, dans une vieille demeure qu’il arpente, étage après étage, glanant sur son chemin des dessins d’enfants comme autant de petits cailloux. Sa quête s’achève lorsqu’enfin il atteint la petite illustratrice qui l’attend dans le grenier. Il s’agit là du premier album de Maja Kastelic ; un album particulièrement soigné, qu’elle mit deux ans à peaufiner et dont elle modifia la chute2 [illustration 2].

Illustration 2 : Maja Kastelic, storyboard 1.

  • 3 Voir les deux blogs suivants : https://blog.picturebookmakers.com/post/157230439041/maja-kastelic, (...)
  • 4 Christiane Connan-Pintado, « Des histoires sans paroles ou presque. Regards sur les albums sans tex (...)
  • 5 Valérie Ducrot, « L’album muet : une esquisse de textes dissimulés », Le français aujourd’hui, n° 1 (...)
  • 6 Sophie Van der Linden, « Les albums “sans” », dans : Cécile Boulaire (dir.), Le livre pour enfants  (...)
  • 7 Nelly Delaunay, « Pourquoi appeler album tout en images un album sans texte ? », Libbylit, Hors sér (...)

2Comme l’indique l’illustratrice slovène, l’album est « a homage to literature, illustration, and to the nostalgic beauty of old times and timeless things3 ». Mais comment un album « sans texte4 », un « album muet5 », un « album sans6 » – la terminologie varie – peut-il être un hommage à la littérature, au scriptural ? Si on le dit « sans texte », on suggère d’entrée une incomplétude, voire une mutilation ; si on le dit « muet », on signe un handicap, une déficience, un empêchement ou un stade de développement non abouti encore, comme le signale la tombée en désuétude du cinéma muet dès lors que la technique permit l’avènement du parlant. Comme d’autres avant nous, nous rechignons à qualifier ce type d’albums par un manque, une privation car il est à lire non comme un moins mais comme un plus : il s’agit bien de laisser parler les images. Nous emprunterons donc à Nelly Delaunay la dénomination « album tout en images7 ».

3Mais le « tout en images », paradoxalement, n’est pas sans texte. Si l’album est un vibrant hommage à l’illustration, il vise également à mettre en lumière l’avers et le revers de l’ut pictura poiesis, à faire se rencontrer, se côtoyer, se répondre, à fusionner arts du texte et arts visuels. L’image en effet est truffée de fragments textuels ; le texte devient décor. Et l’intertextualité, l’intericonicité se conjuguent ici pour rendre un double hommage, à l’image et au texte.

4Mais pour y accéder, encore faut-il accepter d’entrer en conte, de passer de l’autre côté du miroir ; encore faut-il accepter de déambuler dans cette maison-mémoire au charme nostalgique, qui emprunte à Andersen et à Ruth Brown aussi ; encore faut-il glaner, comme l’enfant de l’album, les mots-images, les indices textuels, les références qui parsèment les illustrations et, pas à pas, remonter, aux sources.

L’entrée en conte

5Au seuil de l’œuvre, sur la page de garde, une envolée de dessins enfantins – forêt, château, écuyère, souris… – qui voltigent et sur lesquels on identifie l’univers du conte. La teinte sépia, à peine rehaussée d’une touche d’aquarelle bleue sur un détail, le papier plus épais, ne sont pas sans rappeler les vieux ouvrages à page de garde marbrée. Nous entrons dans un passé indéfini. Sur la page de titre, une illustration, encadrée, arrête le regard. Un lourd cadre carré aux arabesques à l’ancienne est fixé là, comme sur un mur, par deux clous. Le lecteur identifie un miroir et aperçoit, en partie, la frimousse étonnée d’un enfant qui semble l’observer de l’autre côté du miroir. C’est une invite ici, une invite à passer avec lui de ce côté-là, une invite à entrer dans le monde des merveilles et du conte, en tournant la page… Par la suite, tout cadre disparaît et le lecteur plonge dans des doubles pages et des images à fond perdu qui font le charme de cet album tout en images. Le voici prêt à suivre la quête initiatique de ce garçonnet qu’il retrouve déambulant rue Grimm. Attiré par un chat noir, l’enfant se laisser guider à l’intérieur d’une mystérieuse bâtisse au 34 de la rue Andersen. Passer le seuil du 34 de la rue Andersen, c’est entrer en conte. C’est quitter le monde des adultes que l’on croise dans la rue, ombres qui déambulent, silhouettes entraperçues derrière les fenêtres.

6Dès lors, le lecteur sera assailli, page après page, par des réminiscences. Le Petit Poucet n’est pas loin, car quelqu’un a égrainé, dans chacune des pièces de la maison, des petits papiers couverts d’illustrations, de dessins enfantins, qui invitent à un véritable jeu de piste. Le garçonnet, qui a opté pour le principe de plaisir, le chemin des épingles, en suivant le chat noir et en se déroutant, les ramasse un à un, réunissant peu à peu une liasse. Il ne faut pas qu’il se perde dans ce labyrinthe... Le chat passeur, qui, dans la double page, se trouve toujours à droite, excepté à la fin de l’album lorsque la quête est achevée, invite l’enfant à le suivre. Par ailleurs, le parcours est fléché : sur la façade de la deuxième double page, à hauteur d’enfant, on peut lire « Plus loin » et une flèche indique la direction à suivre. Dans le hall de la maison, les flèches invitent à gravir les escaliers et, parfois même, une main dessinée sur les murs pointe d’un doigt une direction à suivre, un détail à observer : c’est le cas dans la cage d’escalier au-dessus du chambranle de la porte sur la cinquième double page, et sur la septième, en haut à droite. Le garçonnet, de porte en porte, suit un trajet initiatique balisé par les petits papiers blancs, trajet qui n’est pas sans rappeler celui des princes de conte dont la belle est enfermée en haut d’une tour. Comme le château de la Belle au Bois Dormant, les pièces que le héros arpente dans la vieille maison ont quelque chose de pétrifié. Les habitants semblent s’être volatilisés comme par magie ; les tasses sont pleines encore : on y buvait il y a peu ; les jeux sont épars au sol, on y jouait… Un sortilège semble peser sur la vieille maison.

7Le lecteur est entré, avec l’enfant, au pays des merveilles. Le titre français de l’œuvre, Suis-moi, injonctif, n’est d’ailleurs pas sans évoquer le « mangez-moi », « buvez-moi » de l’œuvre de Lewis Carroll. Ce n’est pas un lapin blanc que suit le garçon, entraîné, comme Alice, par la curiosité, mais un chat noir ; le héros ne chute pas dans un terrier, mais monte peu à peu, guidé par le chat passeur qui l’entraîne.

  • 8 Lewis Carroll, Aventures d’Alice au pays des merveilles [en ligne], traduit de l’anglais par Henri (...)

8Maja Kastelic rend ici hommage à Lewis Carroll et à son illustrateur, John Tenniel. Elle dialogue avec les images qui la précèdent. Comme l’enfant qui collecte pièce après pièce des dessins épars, elle parsème son album de déjà-vu, d’images immortalisées par Tenniel, créant, par l’intericonicité, du lien avec le temps d’avant, et une connivence avec son lecteur. Dans la salle à manger, une réplique du Mad Tea-Party : la table couverte d’une nappe blanche, la théière, les tasses et sous-tasses, les cartes à jouer éparpillées, sont autant d’indices à glaner. Ici et là, des bouteilles étiquetées, des fioles étonnantes, ainsi, dans l’armoire, aperçoit-on un étrange liquide qui contient un reptile. Sous un escalier, la minuscule porte entrouverte proche d’une tenture rouge, au-dessus de laquelle est suspendu un trousseau de clés, n’est pas sans rappeler l’illustration bien connue d’Alice, clé d’or en main, écartant le rideau et découvrant une petite porte d’environ quinze pouces de haut qui ouvre sur « un étroit passage à peine plus large qu’un trou à rat8 ». Il est intéressant de noter que, dans l’album de Maja Kastelic, la taille du garçonnet ne varie pas, mais que dans les premières planches et sur la première de couverture, il paraît minuscule et comme écrasé par les hautes façades et la plongée initiale. Dans la maison toutefois, les choses sont à hauteur d’enfant : les objets, les livres, les jouets jonchent sur le sol ; les petites portes sont accessibles…

Le 34 de la rue Andersen : une maison-mémoire

9La maison est un véritable labyrinthe, les pièces se succèdent, les portes se multiplient, les escaliers – dont la matière (bois, pierre), la forme (droit, colimaçon…) et le nombre de marches varient –, abondent : on en dénombre sept qui disent l’ascension progressive du héros. Au fil des pages, le lecteur avance dans la maison, pièce après pièce, comme l’enfant.

  • 9 « I sketched a number of old houses and their interiors (I looked at photographs of old Slovenian t (...)

10Pour peindre la maison de la rue Andersen, Maja Kastelic s’est inspirée de photographies d’anciennes maisons slovènes et de sa propre demeure9. La lumière, comme le révèlent les planches préparatoires de l’illustratrice, a été particulièrement travaillée : l’enfant, à gauche, dans la pénombre, suit l’appel de la lumière (à droite) qui émane d’une issue, d’une porte. Chat et lumière assurent les raccords entre les images et invitent au tourne-page. La technique du clair-obscur domine et renforce l’aspect mystérieux des lieux ; sur l’un des storyboards de l’illustratrice, on peut lire « CHIAROSCURO (Rembrandt) » [illustration 3] et l’escalier en colimaçon de la planche 9 (numérotée 6 dans le storyboard initial) est directement inspiré de celui-là même qu’on trouve dans le Philosophe (1632) de Rembrandt.

Illustration 3 : Maja Kastelic, storyboard 2.

  • 10 Hans Christian Andersen, « La vieille maison », dans : Contes d’Andersen [en ligne], trad. du danoi (...)
  • 11 Ibid., p. 148.
  • 12 Ibid., p. 151.

11Quelle est donc cette étrange bâtisse dans laquelle l’enfant pénètre ? La plaque « 34 rue Andersen » qui figure sur la façade nous met sur la piste d’un conte de l’écrivain danois, « La vieille maison ». Andersen y décrit une vieille bâtisse qu’observe de la maison d’en face « un petit garçon aux joues fraîches et rouges et aux yeux brillants10 ». Le garçonnet de l’album correspond en tout point à cette description. Chez Andersen, l’enfant qui « aimait beaucoup la vieille maison » est, à l’instar de la fillette de Suis-moi ! qui sème ses papiers, un dessinateur : il s’amuse « à copier les têtes grimaçantes, les ornements qui renfermaient des soldats armés de hallebardes, et les gouttières qui ressemblaient à des dragons et des serpents ». La vieille maison d’Andersen est habitée par un vieillard qui ne reçoit pas de visites mais la solitude ne lui pèse guère : il n’est pas « absolument seul », « de vieilles pensées viennent parfois le visiter11 ». Tout dans ce conte est en lien avec l’illustration : les dessins du petit garçon, les portraits qui ornent le corridor, le livre d’images du vieil homme « où l’on voyait des processions magnifiques, des carrosses bizarres, comme il n’y en a plus, et des soldats portant l’uniforme du valet de trèfle ». Tout est en lien avec le souvenir, les « vieilles pensées » et le temps d’avant : les anciens portraits, les carrosses « comme il n’y en a plus », les « anciennes cartes énormes et dorées12 », l’« ancienne chanson » que fredonne le vieillard. « Cette demeure ressemble à une tombe », se lamente le soldat de plomb que l’enfant a offert au vieil homme. La vieille maison d’Andersen est une maison-souvenir, une maison-nostalgie, vide et pourtant pleine.

12C’est ainsi que Maja Kastelic conçoit la maison du 34 de la rue Andersen, vide d’êtres, apparemment, mais pleine de souvenirs, de traces et de vestiges : y abondent les vieilles clés, les trousseaux, les photos de famille, les écrits d’hier, relégués au grenier, les archives, les jouets abandonnés sur le sol… Partout on y trouve des objets d’une vie d’avant, cheval à bascule, père Noël relégué dans un carton, renard suspendu à une patère, vieux patins à glace… Cette maison tient du cabinet de curiosités et s’apparente à ces albums spécifiques qu’étudie Danielle Dubois-Marcoin, qui permettent

  • 13 Danielle Dubois-Marcoin, « Entrer dans l’album comme dans un magasin de curiosités, l’éloge de la d (...)

des lectures fonctionnant selon une succession de modalités et de temporalités différentes : une lecture libre, linéaire ou suspendue, menée en dilettante, sorte de voyage en zigzag opéré dans l’ensemble des pages pour sauter éventuellement à une lecture plus pénétrante, plus attentive, plus réflexive, méditative : on passe généralement de l’une à l’autre à mesure que l’album se laisse apprivoiser13.

  • 14 Pour reprendre l’expression de Gaston Bachelard, Poétique de l’espace, Paris, PUF, 1957, p. 143.
  • 15 Roland Barthes, La Chambre claire. Note sur la photographie, Paris, Gallimard, Le Seuil, 1980, p. 4 (...)

13Il va sans dire que l’illustratrice expose son « chosier14 », propose une scénographie de l’objet et nous offre un « supplément de vue15 », comme dirait Barthes. L’album tout en images invite à isoler un objet, un élément de l’image, à le retrouver de page en page (une pelote de laine héritée des contes russes, un ballon rouge, un trou de souris) ; il invite à suivre des micro-histoires dans l’histoire, comme celle des deux souris toujours présentes, là, derrière une fenêtre, ici, se hissant sur une armoire ou juchées sur de vieux canotiers, et dont on suit les démêlés avec une noix récalcitrante qui ne se laisse pas éventrer.

14Comme Andersen, Maja Kastelic relate donc la rencontre d’un garçon et d’une maison ; avec Andersen, Maja Kastelic bâtit la sienne, rend hommage aux arts du texte, aux objets du passé, à la beauté nostalgique d’antan. Mais pour peindre sa maison-souvenir, sa maison-conte, encore faut-il un style graphique qui corresponde au projet, qui donne un climat particulier à l’oeuvre. Sur son blog16, l’illustratrice indique qu’elle a expérimenté diverses techniques : encre, aquarelles, encre et acrylique, gouache [illustration 4].

Illustration 4 : Maja Kastelic, essais : encre, aquarelles, encre et acrylique, gouache.

  • 17 Jean-Pierre Montier, « Sépia, couleur de l’encre, teinte du temps », Polysèmes [en ligne], n° 14, 2 (...)
  • 18 Ibid.

15Elle a finalement opté pour l’aquarelle qui lui permet de donner à ses planches quelque chose du charme des photographies anciennes grâce à la teinte sépia. Ce brun clair et fade, cette « teinte sépia qui va devenir par la suite la couleur du temps qui fuit (chez les romantiques), ou de la référence au passé (à l’époque moderne)17 », confère à l’album son charme nostalgique. Selon Jean-Pierre Montier, avant de devenir « la couleur de la photographie du xixe siècle », « les dégradés monochromes de la sépia », à l’époque romantique, « sont associés à la mode gothique, au fantastique, à l’occulte, voire au satanique » ; c’est le chromatisme « de la mélancolie, de la folie […]. C’est la teinte du spleen face aux temps nouveaux […]18 ». Il y a dans l’album de Maja Kastelic toutes ces nuances de la sépia. L’illustratrice peint d’abord ses scènes en noir et blanc, retrouvant ainsi la texture de la photographie, créant une sorte de négatif, tout en estompe, avant de les rehausser, ici et là, de touches de couleur (rouge, ocre, brun). Voilà qui donne à son style graphique un air intemporel de nostalgie, une mélancolie vaguement inquiétante, un charme désuet, et rend hommage au temps passé [illustrations 5, 6, 7 et 8].

Illustrations 5, 6, 7 et 8 : Maja Kastelic, la couleur.

  • 19 Ruth Brown, Une histoire sombre, très sombre, Paris, Gallimard Jeunesse, 1981.
  • 20 Impossible d’explorer plus avant la comparaison entre ces deux albums dans le cadre de cet article  (...)

16Il reste un point à aborder concernant cette vieille maison. Si elle emprunte, nous l’avons vu, à Andersen, aux arts du texte, elle est redevable aussi aux arts visuels. Dans la ville de Maja Kastelic, que la plongée des première et quatrième de couverture donne à voir, il y a une rue représentée par le panoramique des doubles pages 1 et 2 ; dans la rue, une maison ; dans cette maison, des pièces ; dans ces pièces des armoires… Ce jeu d’emboîtement, attirant le regard vers le petit, le détail, n’est pas sans évoquer l’album de Ruth Brown, Une histoire sombre, très sombre19. Même chat noir que l’on suit pas à pas, même déambulation au sein d’une demeure mystérieuse, mêmes escaliers, portes, tentures, tableaux aux murs ; des objets similaires (cheval à bascule, jouets, armoires, clés) ; même vide et impression d’abandon. Si l’on observe d’un peu plus près l’architecture de certaines pièces, la spatialité de certaines images, alors l’emprunt ne fait plus aucun doute. Dans les deux illustrations, la porte extérieure de la demeure, à laquelle on accède par une marche, bien que d’esthétique différente, est entrouverte et laisse apercevoir la tête du chat. Le feuillage à droite de l’illustration de R. Brown, semble s’être mué en une silhouette de femme chez M. Kastelic. À l’intérieur, des arcs de cercles, des voûtes similaires et une même profondeur de champ. Mais l’album de R. Brown n’est pas tout en images ; le texte guide le lecteur, l’image illustre20. La maison du 34 de la rue Andersen ne fait pas, par ailleurs, frémir comme celle de Brown. Certes, les murs sont un peu fanés, partout, des trous de souris, là, quelques toiles d’araignées. On entraperçoit bien quelques créatures étranges, une queue qui dépasse d’une porte, un Gremlins des studios Ghibli (p. 6, 11, 13), des yeux scrutateurs dans une maison de poupée (p. 9), des poignées de porte à visage (p. 4, 8), des photos qui s’entre-regardent (p. 8), pourtant l’enfant, jamais, ne semble inquiet et, s’il affiche parfois une mine étonnée – au début, à la fin – le reste du temps, un grand sourire illumine son visage. Visiblement, il prend plaisir à la quête et n’imagine rien d’autre qu’un happy end.

Un hommage tout en images ?

Dans le « tout en images » s’illustre le texte

  • 21 Sophie Van der Linden, « Les albums “sans” », op. cit.

17Selon Sophie Van der Linden, les « albums sans » sont « une forme extrême de l’album par la suprématie totale de l’image inversant le rapport de force institué dans le livre illustré21 ». Pourtant, comme bien des albums tout en images, Suis-moi ! n’est ni sans parole, ni sans texte. Il réalise la fusion entre le scriptural et le pictural car le texte y est signe, lisible, visible : les mots sont peints, deviennent des mots-images. C’est dans le pictural même que s’inscrit le texte, dans le décor, dans les livres abandonnés au sol, rangés dans l’armoire ou la bibliothèque – et dont les tranches ou la première de couverture sont souvent lisibles – ; dans les liasses de journaux et magazines, Le Monde, The New Yorker, entassés au grenier. L’empreinte scripturale est partout présente : sur les plaques signalétiques ou commémoratives dans la rue (« La comtesse de Ségur a séjourné ici », « Barbier ») ; dans les graffitis et inscriptions qui ornent les façades (« make love not war », « nuit », « porte », « conseil »), ou les murs intérieurs (« carpe diem » sur le rebord d’une fenêtre du grenier, « fermez la porte », « imperfection », « patience », « surprises »). Partout, cet album laisse place à l’écrit : un calendrier dans la cage d’escalier arbore un « juin » en cursive, des bouts de papiers griffonnés, qu’il est parfois possible de décrypter, sont fixés aux murs ou sur les portes, ainsi en va-t-il de la note de la concierge, une certaine Maja, placardée dans le hall près de la porte d’entrée, du « Be back soon » épinglé sur une porte. Des proverbes, sentences, conseils et mises en garde ornent les meubles et les murs : « Les grains de nos rêves se transformeront en arbre », « Laisse une chance au destin », « Regarde le ciel pour trouver la clé », « Regarde sous tes pieds ».

  • 22 Natacha Thiéry, « La parole dans le cinéma muet », Labyrinthe [en ligne], n° 7, 2000, URL : http:// (...)
  • 23 Ibid.

18C’est peu dire qu’il y a à lire dans cet album qui incorpore le texte et interpelle, à l’impératif, invite à regarder. L’album est adressé… Il ne peut être qualifié de muet. Car, comme le dit Natacha Thiéry qui analyse la parole dans le cinéma muet, « l’absence surdétermine la présence22 ». Dans le silence de l’album, la parole se fraie son chemin, la moindre trace scripturale fait signe, fait sens, interroge : le peu d’écrit rend l’écrit précieux. Comme le cinéma muet qui « relève d’une expérience sensible et sensuelle23 », l’album tout en images va permettre que se développe une parole d’en-dedans. Quel plus bel hommage aux contes qu’un album qui sollicite le racontage, fût-ce le racontage intérieur. Ainsi dirons-nous avec Valérie Ducrot, Serge Martin et al. qu’en feuilletant ce type d’œuvre, enfants, adultes,

  • 24 Serge Martin, Carla Campos Cascales, Charlotte Guennoc, Valérie Ducrot et Alexis Hubert, « Faire at (...)

[t]ous deviennent des raconteurs, voire des co-raconteurs. Loin d’être sans paroles, ces albums inventent non seulement un dialogue entre le livre et son lecteur, entre son auteur et ses lecteurs, mais également entre le lecteur et lui-même, allant jusqu’à transformer chaque lecteur en un raconteur particulier entendu par un JE, qu’il soit autre ou pas24.

  • 25 Mathilde Arrivé, « L’intelligence des images – l’intericonicité, enjeux et méthodes », e-Rea [en li (...)

19Avec et par les illustrations, l’album relie. Et l’intericonicité se met au service de l’intertextualité. Comme le précise Mathilde Arrivé, « l’intericonicité est autant une manière de faire (pour l’artiste) qu’une certaine manière de voir (pour le critique), un type de regard porté sur un objet, un mode de réception à part entière25 » : elle est mise en réseau, elle permet une réflexion sur le temps, elle dit, en image, de quoi, de qui l’illustrateur hérite, quel est son bagage, son musée, sa bibliothèque ; elle est trace du passé dans le présent ; elle crée une communauté de lecteurs, (ceux qui ont les codes, ceux qui repèrent) et fait naître une communauté d’enquêteurs, (ceux qui cherchent les images-sources, jouent le jeu de piste auquel est convié l’enfant de Maja Kastelic). L’intericonicité nous guide peu à peu, pas à pas, illustration après illustration, jusqu’à la source, à l’artiste, à une petite fille dans un grenier…

Remonter aux sources

  • 26 Cécile Boulaire, « Les deux narrateurs à l’œuvre dans l’album : tentatives théoriques » [en ligne], (...)

20La posture de l’adulte face à un album tout en images est délicate. Comme l’indique Cécile Boulaire, les adultes sont désarçonnés, « éjectés de fait de ce couple fusionnel parleur-regardeur26 », que constituent traditionnellement l’adulte lisant et l’enfant écoutant. Pourtant, poursuit-elle, « l’album sans texte raconte parfaitement, sans l’aide de notre voix pour porter un texte ». L’adulte perd, d’une certaine façon, voix au chapitre.

21Sans le guidage d’un texte, dessaisi des mots, le lecteur doit donc glaner les illustrations, les ramasser, pièce après pièce, à l’instar du garçonnet, conscient de ce que le dessin d’enfant, et plus largement l’illustration, est précieux, pour ne pas se perdre, pour se construire, pour tisser des liens. Le lecteur doit se laisser guider, suivre l’enfant qui suit le chat et la lumière, s’élever en récoltant, précieusement, les illustrations qui parsèment la maison-souvenir de Maja Kastelic.

22Suis-moi !, nous l’avons dit, regorge de livres, rangés dans des armoires (double page 6), dans des bibliothèques (p. 8), empilés au sol (p. 6, 9, 13) dont les premières de couverture et les tranches sont souvent lisibles. Que contient donc cette bibliothèque intérieure ? Des albums, bien sûr, ceux d’illustrateurs d’hier et d’aujourd’hui auxquels M. Kastelic rend hommage : dans l’armoire, on déchiffre sur les tranches des ouvrages les noms « Provensen » et « Uri Shulevitz », illustrateurs américains de renom ; « Auladell », le bédéiste espagnol. On aperçoit également le Tales From Outer Suburbia (Contes de la banlieue ordinaire, 2009), de Shaun Tan. Dans la bibliothèque, dominent les ouvrages slovènes : le Močvirniki de l’illustrateur Peter Skerl, publié en 2012 ; Le Cujec (L’Étranger, de Camus), illustré par Alenka Sottler en 2012 ; un essai de Kastelic elle-même, Pravi Umetnik, de 2010 ; le Zgodba o Sidru de Damilan Stepančič (2010). Mais l’illustration n’a pas de frontières et l’on entrevoit le Soie (2012) de Rebecca Dautremer et Alessandro Barrico, la Conférence des oiseaux de Peter Sìs et le roman graphique de Shaun Tan, The Arrival.

23Si l’hommage aux illustrateurs, au pictural, est indéniable, des auteurs apparaissent également, çà et là : un Joyce, dans l’armoire ; dans la bibliothèque, un Roland Barthes, une œuvre du poète finlandais Arto Paasilinna, un Gabriel Garcia Marquez ; au sol, sur la double page 9, un Herbarius (de Paracelse ?) et, dans la même pièce, sur le rebord de la fenêtre, Le Livre d’un été de l’écrivaine Tove Jansson, la mère des Moumines ; dans le grenier un Grand livre des contes... L’hommage englobe, on le voit, et les arts visuels et les arts du texte ; il n’a pas de frontières.

24Maja Kastelic insère également dans son décor les illustrations de ses confrères et consœurs. Toutes proviennent d’albums, de romans graphiques. Encadrées, elles sont élevées au statut d’œuvres d’art, exposées dans une véritable galerie de tableaux ou accrochées aux murs.

  • 27 Alenka Sottler et Grimm, Pepelka, Ljubljana, Mladinska Knjiga Založba, 2006.
  • 28 Marlenka Stupica et Grimm, Trnuljčica, Ljubljana, Natisnila Tiskarna Mladinska knjiga, 1973.
  • 29 Damilan Stepančič, Zgodba o Sidru, Ljubljana, Mladinska Knjiga Založba, 2010.
  • 30 Peter Sìs, La Conférence des oiseaux, Paris, La Martinière, 2012.
  • 31 Notons également la présence, à droite, de la petite fille et du géant du Slovène Tomislav Torjanac (...)

25Dans la galerie de tableaux que traverse l’enfant, on trouve des images provenant d’œuvres de grands illustrateurs slovènes. Deux d’entre elles sont des illustrations de contes de fées – incontournables dans cette maison des merveilles qu’est le 34 rue Andersen. Le plus grand des tableaux reproduit une page du Cendrillon illustré par Alenka Sottler27 à laquelle, peut-être, Maja Kastelic emprunte ses oiseaux à la fonction à la fois poétique et ludique. En haut, à gauche de la pliure, le jardin édénique, à l’esthétique médiévale, de La Belle au Bois Dormant de Marlenka Stupica28. Est mis également à l’honneur le navire échoué en pleine ville du Zgodba o Sidru29 de Damilan Stepančič, – illustrateur slovène qui imagine, à partir de l’ancre qui se trouve dans le parc Zvezda de la ville de Ljubljana, l’histoire d’un navire volant en quête de dragons. En bas, page de droite, on découvre la reproduction d’une planche de La conférence des oiseaux30, le conte Soufi illustré par le Tchèque Peter Sìs, dont l’intrigue n’est pas sans rappeler la quête du garçonnet de Suis-moi ! qui s’élève étage après étage, et finit par atteindre les toits et rejoindre une nuée d’oiseaux. Tout en bas, sous le bateau de Stepančič, on aperçoit un dessin de Sempé, représentant le Petit Nicolas et les fameuses jumelles et, à gauche, le dragon de Quentin Blake qui fait la cuisine31.

  • 32 Shaun Tan, Là où vont nos pères, [The Arrival, 2006], 2007 pour l’édition Dargaud, 128 p.
  • 33 Vincent Marie, « Là où vont nos pères de Shaun Tan », Hommes & migrations [en ligne], n° 1297, 2012 (...)
  • 34 Entretien entre Shaun Tan et Nicolas Verstappen, URL : https://www.du9.org/entretien/shaun-tan/, ja (...)

26Après la galerie de tableaux, l’enfant parcourt une pièce dans laquelle, au-dessus d’un fauteuil rouge, est reproduite la première de couverture du roman graphique sans texte de l’australien Shaun Tan, Là où vont nos pères32. Cette œuvre, une « histoire de migration sans mots33 », comme l’indique Vincent Marie, qui « interroge sur le déracinement, l’identité et l’appartenance » et qui « se feuillette comme un album de photographies » est, elle aussi, à considérer comme une mine d’images sources. Dans l’œuvre de Shaun Tan, les objets du quotidien sont largement représentés : ce sont de maigres possessions ; ils disent l’ancrage, la vie d’avant (horloge, cocotte, théière, chapeau, portrait de famille, dessins d’enfants…), et ce sont des objets similaires qui parsèment la maison de la rue Andersen. Les dessins, la teinte sépia, assimilent Là où vont nos pères à un album photographique. Shaun Tan considère que l’absence de mots dans sa BD ralentit « le flot de la narration34 », que les mots « auraient trop accéléré le récit et probablement aussi interféré avec une interprétation libre » : « Je crois aussi, dit-il, que même si l’on apprend à “lire” les images […], on aura toujours le sentiment face aux dessins les plus réussis que quelque chose nous dépasse encore, quelque chose qui tiendrait de la poésie ». Il explique que le texte, les mots sont aussi « très linéaires et ont un “rythme” inhérent qui vous donne envie de découvrir presque instantanément ce qui suit ». Les images, selon lui, « ont une plus grande disposition à permettre à l’œil de se promener au hasard de manière latérale, d’aller en avant et en arrière (comme certains détails passés et futurs se renforcent mutuellement) et de se déplacer plus vite ou plus lentement ». Maja Kastelic, sans doute, ne renierait pas un de ces propos : il y a bien dans Suis-moi ! quelque chose qui nous dépasse et tient de la poésie, la possibilité d’une interprétation libre, un ralentissement de la narration ; et l’œil du lecteur se promène, accroché par un détail, par un papier blanc illustré.

27Avec Suis-moi !, ce superbe album tout en images, Maja Kastelic accueille donc le lecteur dans sa maison-souvenir, une maison mystérieuse, chaleureuse et hantée, pleine de trésors accumulés et qui permet de remonter, comme le fait le garçonnet, à la source de l’illustration, de suivre la petite fabrique de l’album. Ce que l’artiste nous dit ici, c’est que l’illustration, le dessin, est un don, un guide qui permet d’accéder aux étages supérieurs, de relier à l’autre, à la petite fille du grenier, aux temps d’avant, aux artistes et écrivains d’hier et d’aujourd’hui. Par l’art, on s’extirpe de l’obscurité, on apprend à abolir les frontières, à voir le monde d’en haut, à s’évader. À la plongée initiale qui isolait le petit héros dans une rue obscure, vide d’hommes, à l’espace rempli et saturé du milieu urbain, que le panoramique donnait à voir sur la couverture et la première image – façades bouchant l’horizon, ciel grisâtre et en portion congrue, clocher indiquant six heures quinze –, s’oppose un final où l’enfant, entouré de ses nouveaux amis – petite fille, chat, souris –, accède à l’horizon, à un ciel lumineux où les avions de papier se confondent avec les oiseaux. Les pages de garde offrent d’ailleurs un résumé graphique du déroulé de l’album : les dessins enfantins de la fillette, qui commençaient de voleter au début de l’œuvre, se muent, à la fin, en avions de papier, s’éparpillent dans la lumière, et réunissent enfin tous les protagonistes.

  • 35 Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1999 [première éditio (...)

28Impossible alors de ne pas songer au Petit Prince de Saint-Exupéry, à son dessin de serpent boa qui digère un éléphant et que les grandes personnes ne peuvent comprendre ; à « la migration d’oiseaux sauvages », cette première aquarelle qui ouvre l’œuvre du poète aviateur, et assure l’évasion du Petit Prince. Et nous relisons Maja Kastelic autrement encore : son garçonnet nous semble un nouveau Petit Prince qui, solitaire dans la rue, ne croise que des ombres d’adultes, des visages et silhouettes derrière des vitres, inaccessibles, mais suit la leçon du renard et apprivoise, pas à pas, une amie. Mais pour ce faire, confie le renard, « il faut être très patient » et opter pour le silence car « le langage est source de malentendus35 ». C’est alors que l’album tout en images prend tout son sens, quand, sur la dernière page, les illustrations-avions-oiseaux voltigent pour aller atterrir ici et là, partout, transmettre, relier. C’est alors que nous refermons l’ouvrage et n’avons plus qu’un désir : retourner au 34 rue Andersen et relire, avant d’entrer, ce mot de la concierge, cloué derrière la porte [illustration 9] :

Illustration 9 : Maja Kastelic, Suis-moi !, op. cit., planche 4 (détail).

Haut de page

Notes

1 Maja Kastelic, Suis-moi !, Bruxelles, Alice Éditions, 2017 [Deček in Hiša, Mladinska Knjiga Zalozba, d. d., Ljubljana, 2014].

2 Voir le storyboard initial (illustration 2) dans lequel l’enfant atteint bien le grenier puis le toit, mais n’a d’autre compagnie que le chat.

3 Voir les deux blogs suivants : https://blog.picturebookmakers.com/post/157230439041/maja-kastelic, et http://majakastelic.blogspot.com.

4 Christiane Connan-Pintado, « Des histoires sans paroles ou presque. Regards sur les albums sans texte », Nous voulons lire !, n° 176, octobre 2008, p. 23-33.

5 Valérie Ducrot, « L’album muet : une esquisse de textes dissimulés », Le français aujourd’hui, n° 186, 2014, p. 66-74.

6 Sophie Van der Linden, « Les albums “sans” », dans : Cécile Boulaire (dir.), Le livre pour enfants : Regards critiques offerts à Isabelle Nières-Chevrel [en ligne], Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, URL : http://books.openedition.org/pur/41354, consulté le 15 février 2021.

7 Nelly Delaunay, « Pourquoi appeler album tout en images un album sans texte ? », Libbylit, Hors série [Anne Brouillard], 2016, p. 32-41.

8 Lewis Carroll, Aventures d’Alice au pays des merveilles [en ligne], traduit de l’anglais par Henri Bué, ouvrage illustré de 42 vignettes par John Tenniel, Londres, Macmillan and Co., 1869, p. 8, URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1045580k/f11.item, consulté le 12 février 2021.

9 « I sketched a number of old houses and their interiors (I looked at photographs of old Slovenian town houses). I like their grandness and elegance, but also their dusky mysteriousness », confie-t-elle sur son blog (https://blog.picturebookmakers.com/post/157230439041/maja-kastelic).

10 Hans Christian Andersen, « La vieille maison », dans : Contes d’Andersen [en ligne], trad. du danois par David Soldi, 2e édition, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1862, p. 146, , URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6566537p/f168.item, consulté le 15 février 2021.

11 Ibid., p. 148.

12 Ibid., p. 151.

13 Danielle Dubois-Marcoin, « Entrer dans l’album comme dans un magasin de curiosités, l’éloge de la discontinuité », dans : Christiane Connan-Pintando, Florence Gaiotti et Bernadette Poulou (dir.), L’album contemporain pour la jeunesse : Nouvelles formes, nouveaux lecteurs ? [en ligne], Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2008, URL : http://books.openedition.org/pub/6867, consulté le 9 février 2021.

14 Pour reprendre l’expression de Gaston Bachelard, Poétique de l’espace, Paris, PUF, 1957, p. 143.

15 Roland Barthes, La Chambre claire. Note sur la photographie, Paris, Gallimard, Le Seuil, 1980, p. 49.

16 https://blog.picturebookmakers.com/post/157230439041/maja-kastelic.

17 Jean-Pierre Montier, « Sépia, couleur de l’encre, teinte du temps », Polysèmes [en ligne], n° 14, 2015, URL : http://journals.openedition.org/polysemes/570, consulté le 15 février 2021.

18 Ibid.

19 Ruth Brown, Une histoire sombre, très sombre, Paris, Gallimard Jeunesse, 1981.

20 Impossible d’explorer plus avant la comparaison entre ces deux albums dans le cadre de cet article ; mais cela demanderait, à n’en pas douter, plus ample développement.

21 Sophie Van der Linden, « Les albums “sans” », op. cit.

22 Natacha Thiéry, « La parole dans le cinéma muet », Labyrinthe [en ligne], n° 7, 2000, URL : http://journals.openedition.org/labyrinthe/807, consulté le 15 février 2021.

23 Ibid.

24 Serge Martin, Carla Campos Cascales, Charlotte Guennoc, Valérie Ducrot et Alexis Hubert, « Faire atelier de littérature(s) : expériences de voix continuées avec les œuvres », Elfe xx-xxi [en ligne], n° 8, 2019, URL : http://journals.openedition.org/elfe/1642, consulté le 16 février 2021.

25 Mathilde Arrivé, « L’intelligence des images – l’intericonicité, enjeux et méthodes », e-Rea [en ligne], n° 13.1, 2015, URL : http://journals.openedition.org/erea/4620, consulté le 15 février 2021.

26 Cécile Boulaire, « Les deux narrateurs à l’œuvre dans l’album : tentatives théoriques » [en ligne], communication lors du colloque international Le parti pris de l’album ou de la suite dans les images, Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal, février 2009, URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01165639/document, consulté le 6 février 2021.

27 Alenka Sottler et Grimm, Pepelka, Ljubljana, Mladinska Knjiga Založba, 2006.

28 Marlenka Stupica et Grimm, Trnuljčica, Ljubljana, Natisnila Tiskarna Mladinska knjiga, 1973.

29 Damilan Stepančič, Zgodba o Sidru, Ljubljana, Mladinska Knjiga Založba, 2010.

30 Peter Sìs, La Conférence des oiseaux, Paris, La Martinière, 2012.

31 Notons également la présence, à droite, de la petite fille et du géant du Slovène Tomislav Torjanac (Djevojčica i div, Ljubljana, Mladinska Knjiga Založba, 2009) ; en haut à gauche, la reproduction de la couverture du Vorrei avere… de l’italienne Simona Mulazzani (Milan, TopiPittori, 2010) et, en dessous, l’oiseau de feu de Ančka Gošnik Godec (Zlata Ptica, Ljubljana, Mladinska Knjiga Založba, 2011).

32 Shaun Tan, Là où vont nos pères, [The Arrival, 2006], 2007 pour l’édition Dargaud, 128 p.

33 Vincent Marie, « Là où vont nos pères de Shaun Tan », Hommes & migrations [en ligne], n° 1297, 2012, URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/1549, consulté le 15 février 2021.

34 Entretien entre Shaun Tan et Nicolas Verstappen, URL : https://www.du9.org/entretien/shaun-tan/, janvier 2008, consulté le 15 février 2021.

35 Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1999 [première édition : 1943], p. 73.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration 1 : Maja Kastelic, Suis-moi !, Bruxelles, Alice Éditions, 2017, page de titre.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Illustration 2 : Maja Kastelic, storyboard 1.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8949/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Illustration 3 : Maja Kastelic, storyboard 2.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8949/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Illustration 4 : Maja Kastelic, essais : encre, aquarelles, encre et acrylique, gouache.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8949/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8949/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8949/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8949/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Illustrations 5, 6, 7 et 8 : Maja Kastelic, la couleur.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8949/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Illustration 9 : Maja Kastelic, Suis-moi !, op. cit., planche 4 (détail).
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/8949/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Wattel, « Suis-moi ! de Maja Kastelic », Strenæ [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 03 décembre 2021, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/strenae/8949 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.8949

Haut de page

Auteur

Anne Wattel

INSPE Lille-HdF, Université de Lille, ULR 1061 – ALITHILA

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search