Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20-21Dossier thématiqueLe Grêlé 7/13 de Roger Lécureux :...

Dossier thématique

Le Grêlé 7/13 de Roger Lécureux : montrer la guerre pour promouvoir la paix

Le Grêlé 7/13 of Roger Lécureux, showing war to promote peace
Matthieu Blin

Résumés

Présente de manière continue dans le cinéma et la littérature, la Seconde Guerre mondiale disparaît en grande partie des récits de bande dessinée entre 1950 et 1965. Les aventures du Grêlé 7/13, portées par le scénariste et ancien résistant Roger Lécureux, dans les revues Vaillant puis Pif, offrent une vision nouvelle de la guerre à une jeunesse qui ne l’a pas connue. Si mettre en scène un jeune héros masculin solitaire auquel les lecteurs peuvent s’identifier est classique dans les illustrés, le Grêlé permet à l’auteur de représenter une époque qu’il tente de définir d’une manière pédagogique et subjective. Dans un contexte marqué par la guerre du Viêtnam et le rapprochement franco-allemand, Lécureux décrit ainsi la lutte entre deux jeunes maquisards et l’occupant nazi, en conjuguant faits historiques et point de vue très personnel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vaillant, n° 1101, 19 juin 1966.
  • 2 Pif, n° 118, Vaillant, n° 1353, 27 mai 1971.
  • 3 Hebdomadaire publié du 1er juin 1945 au 24 février 1969, dirigé, dans un premier temps, par des per (...)
  • 4 Hebdomadaire qui succède à Vaillant à partir de février 1969 jusqu’en février 1993 dans sa première (...)
  • 5 On peut cependant noter le petit format Marouf, principalement scénarisé par Félix Molinari, aux éd (...)

1En 1966, vingt ans après le dernier grand récit sur la Résistance dans Vaillant, déjà grandement scénarisé par Roger Lécureux, la France occupée est de nouveau au cœur d’une longue aventure dans l’hebdomadaire proche des communistes. Le Grêlé 7/13 est publié du 19 juin 19661 au 27 mai 19712, dans Vaillant3 puis Pif Gadget4, toujours sous la plume de Lécureux accompagné des dessinateurs et encreurs Christian Gaty et Lucien Nortier. Elle est alors la seule série dans une revue destinée à la jeunesse relatant cette période5. À l’aide de collections privées, nous avons pu étudier l’ensemble des récits du Grêlé, comprenant 58 épisodes et 655 pages publiés, dans lesquels le héros éponyme, aux sept taches de rousseur sur la joue gauche et 13 sur l’autre, lutte depuis une région rurale contre l’occupant, de l’été 1940 à la Libération. Or on observe une différence majeure de publication entre les deux revues. Alors que dans Vaillant, les récits du Grêlé étaient « à suivre » sur de nombreuses semaines, Pif Gadget oblige Lécureux à fournir des récits complets de dix pages par numéro.

2En 1966, Roger Lécureux (1925-1999), ancien résistant, scénariste majeur de Vaillant depuis sa création en 1945, n’en est plus le rédacteur en chef depuis 1963 mais garde néanmoins un rôle important dans la rédaction. Il n’est plus membre du Parti communiste français (PCF) depuis 1956 et affirme garder une réelle liberté au sein du journal. Il en est l’un des auteurs les plus prolifiques, déjà reconnu pour ses récits Les Pionniers de l’Espérance avec Raymond Poivet, Nasdine Hodja avec Pierre Le Guen, ou encore Fils de Chine avec Paul Gillon. Il a déjà mis en scène l’Occupation dans des récits d’après-guerre des premiers Vaillant, dans Fifi, gars du Maquis, avec Auguste Liquois puis Raymond Cazenave de 1945 à 1947, et a participé à l’écriture d’épisodes de Jean et Jeannette, dessiné par Jacques Souriau à partir de 1950.

  • 6 Publication de plusieurs ouvrages d’historiens, comme celui d’Henri Michel, Vichy. Année 40, Paris, (...)
  • 7 Henry Rousso, Le Syndrome de Vichy. De 1944 à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, 2016 (2e édition (...)
  • 8 Henry Rousso, op. cit., p. 19. Concept forgé en 1987, désignant le mythe selon lequel les Français (...)
  • 9 Paris brûle-t-il ?, film réalisé par René Clément, octobre 1966. La Grande Vadrouille, film réalisé (...)
  • 10 Nicolas Rouvière, Astérix ou la parodie des identités, Paris, Flammarion, 2008.
  • 11 Collectif, Le Parti communiste français dans la Résistance, Paris, Éditions sociales, 1967.
  • 12 Marie-Claire Lavabre, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la FNSP, (...)
  • 13 Jean-Pierre Besse, Thomas Pouty, Les Fusillés. Répression et exécutions pendant l’Occupation (1940- (...)

3Les aventures du Grêlé font irruption à un moment où la mémoire de la Seconde Guerre mondiale est très sollicitée6, en particulier depuis le retour du général de Gaulle. Henry Rousso désigne ainsi l’année 1964 comme « l’apogée d’une vision rassurante de l’Occupation, celle d’un peuple qui “résiste encore et toujours à l’envahisseur”7 ». Elle correspond notamment à la panthéonisation de Jean Moulin, ainsi qu’à la création du Concours national de la Résistance et de la déportation. Le mythe résistancialiste8 est à son apogée dans la culture populaire française, marquée par les succès au cinéma de Paris brûle-t-il ? et de La Grande Vadrouille9 voire, de manière plus implicite, des aventures d’Astérix le Gaulois10. Après une quinzaine d’années de quasi-silence du PCF, la Résistance redevient un sujet politique majeur de ce dernier, notamment après la mort de Maurice Thorez en 1964. Le tabou imposé en interne est désormais dépassé par le retour du résistancialisme communiste, illustré par l’ouvrage collectif Le Parti communiste français dans la Résistance11 publié en 196712. Le parti veut écrire et mettre en valeur son rôle durant l’Occupation13, dans une période de concurrence des mémoires.

  • 14 Vaillant, n° 1200, 12 mai 1968. « Communiqué de l’Union des Vaillants et Vaillantes à l’occasion du (...)
  • 15 Vaillant, n° 1205, 7 juillet 1968.

4Enfin, cette série est publiée en pleine guerre du Viêtnam, en particulier quelques mois après l’intervention massive des troupes américaines sur le sol asiatique. L’équipe de rédaction de Vaillant/Pif soutient explicitement la résistance vietnamienne, à travers la publication d’un communiqué de l’Union des Vaillants et Vaillantes pour soutenir moralement et financièrement les enfants vietnamiens14 et une histoire scénarisée par Georges Rieu narrant l’aventure de deux jeunes Viêt-Congs15. Un parallèle semble établi avec les aventures du Grêlé et de ses Francs-Tireurs Partisans (FTP) harcelant l’occupant qui n’hésite pas à s’attaquer aux civils en représailles.

5La représentation que Roger Lécureux donne de la Seconde Guerre mondiale, et en particulier de l’affrontement entre résistants et occupants à un public qui n’a pas connu la guerre interroge. Quelles sont les finalités de ce récit, parfois violent, dans un magazine à la fois proche de l’idéologie communiste et destiné à la jeunesse ?

6Dans un premier temps, nous verrons la volonté du scénariste de représenter avec pédagogie la France occupée et unie contre l’ennemi, puis analyserons la manière dont il dénonce les horreurs de la guerre et du fascisme, avant de montrer en quoi Roger Lécureux prend certaines libertés avec la ligne du parti communiste.

I/ La Résistance racontée aux enfants

7Si les aventures du Grêlé, publiées dans une revue de jeunesse, ont évidemment pour but premier de divertir ses lecteurs, Roger Lécureux semble également vouloir décrire l’occupation allemande contre laquelle, selon lui, la population résiste et lutte pour se libérer par elle-même.

  • 16 Vaillant, n° 1104, 10 juillet 1966.

8Le Grêlé ne semble exister que par les actions qu’il mène. Seules quelques informations permettent de connaître une partie de son passé avant l’exode. Dans l’un des premiers épisodes16, interrogé par un colonel, il déclare s’appeler Jean-Pierre Gavroche, nom qui ne sera plus évoqué par la suite, et être orphelin depuis ses deux ans, élevé par un oncle mort mitraillé par un « stuka » durant l’exode. Il est originaire d’un faubourg parisien, Ménilmontant, ce qu’il ne cesse de rappeler par les expressions populaires qu’il assène comme des morales en conclusion des épisodes, qu’il justifie par « comme on dirait à Ménilmontant ». En fait, cette origine populaire et parisienne du héros, qui se retrouve pourtant en plein centre de la France, est calquée sur la propre vie du scénariste, qui a quitté Paris en janvier 1944, bien plus tardivement que son héros, pour rejoindre un maquis près de Limoges. Enfin, le fils de Lucien Nortier a servi de modèle pour la représentation physique du Grêlé.

  • 17 HOP !, n° 100, décembre 2003.
  • 18 Henri Filippini, Histoire du journal et des éditions Vaillant, Grenoble, Éditions Glénat, 1978.
  • 19 Adrien Genoudet, Dessiner l’histoire. Pour une histoire visuelle, Paris, Éditions Le Manuscrit, 201 (...)
  • 20 Pif, n° 65 ; Vaillant, n° 1303, 18 mai 1970.
  • 21 Vaillant, n° 1154, 25 juin 1967.

9Les histoires se veulent réalistes et pédagogiques, destinées à un lectorat principalement adolescent qui n’a donc pas connu la guerre, ni même les nombreuses bandes dessinées décrivant les actes héroïques des résistants, publiées à la Libération. D’après l’auteur, cette série a été très bien accueillie par les enfants, « les parents, quant à eux, pensaient que ce n’était plus l’époque de rappeler ces souvenirs17 ». Les retours nombreux de lecteurs, évoqués dans cet entretien, probablement reçus à la rédaction car absents de l’hebdomadaire, ont pu orienter la volonté didactique de ce récit. De même, Lécureux, dans un autre entretien18, insiste sur sa volonté de réalisme et d’objectivité, à la fois dans le scénario, qui reprend des faits de résistance, et dans le dessin, où Gaty et Nortier s’appuient sur des documentations et maquettes, en particulier pour les véhicules et costumes. Une « grammaire visuelle19 » est instaurée par la présence d’affiches placardées sur les murs, en faveur de la Milice française contre le bolchévisme20 ou faisant la publicité pour des films (L’Eternel retour de Jean Delannoy et Jean Cocteau, grand succès dans les salles françaises, sorti le 15 octobre 1943) ainsi qu’une affiche Travail-Famille-Patrie21 en arrière-plan, sur une maison.

  • 22 Vaillant, n° 1181, 31 décembre 1967.
  • 23 Pif, n° 118 ; Vaillant, n° 1353, 24 mai 1971.
  • 24 Pif, n° 9 ; Vaillant, n° 1247, 24 avril 1969.
  • 25 Pif, n° 114 ; Vaillant, n° 1349, 26 avril 1971.
  • 26 Les Francs-tireurs et partisans sont un mouvement de résistance fondé et dirigé par le Parti commun (...)
  • 27 Pif, n° 12 ; Vaillant, n° 1250, 12 mai 1969.
  • 28 Pif, n° 24 ; Vaillant, n° 1262, 4 août 1969.
  • 29 Pif, n° 111 ; Vaillant, n° 1349, 5 avril 1971
  • 30 Vaillant, n° 1219, 13 octobre 1968.
  • 31 H. Filippini, Histoire du journal et des éditions Vaillant, op. cit.

10La volonté pédagogique s’exprime par le rappel régulier des contextes nationaux et internationaux, dans les lesquels s’inscrivent les actions du Grêlé. À plusieurs reprises, l’auteur évoque la période, sous forme de saison (« en cet été de 194322 ») dans laquelle se situe l’histoire narrée, permettant de montrer l’évolution chronologique des aventures. Ces dernières, en particulier les ultimes récits, sont en lien direct avec la grande Histoire. Dans « Les derniers combats », qui clôt les aventures du Grêlé, tout le pays se soulève après le débarquement en Normandie du 6 juin 1944. Le jeune héros, qui commande désormais plusieurs centaines de maquisards, obtient la reddition des troupes allemandes et participe donc à la libération, village par village, de la France avec les Forces françaises libres (FFL). Il observe le recul des troupes ennemies sur des cartes, et le dessin d’un soldat soviétique plantant le drapeau sur le Reichstag à Berlin en ruine conclut l’histoire23. La volonté pédagogique se caractérise aussi par des explications, sous les dessins, du vocabulaire spécifique utilisé dans le récit. Les termes de « terroristes », « gestapo », « mouton24 », « miliciens25 » sont définis. Lécureux expose le rôle des différents groupes présents sur le territoire français, insistant sur le rôle fondamental des Francs-Tireurs partisans26 qui semblent au cœur de la lutte contre l’occupant. Certains faits historiques sont évoqués de manière explicite, comme l’infiltration d’un groupe de travailleurs incorporés dans l’Organisation Todt27 par le héros, ou plus implicitement à l’image de la rencontre d’une jeune Tzigane dont la famille a été massacrée par les nazis en Bohême28. Sous réserve d’inventaire, cette allusion furtive semble être la première présente dans des pages de bande dessinée concernant le génocide des Tziganes. Les FTP dérobent un train chargé d’armes allemandes29 ; l’auteur, insistant en conclusion sur l’authenticité de cette histoire, cite le train enlevé par des maquisards et cheminots en gare de Brive le 8 août 1944. D’autres récits et actes héroïques peuvent aussi faire écho à de réels faits de résistance. L’Ermite, fidèle compagnon du Grêlé, préfère sauter par la fenêtre de la salle d’interrogatoire de la Kommandantur pour ne pas dénoncer ses camarades, et rappelle ainsi la mort de Pierre Brossolette30. Dans un entretien publié en 197831, Lécureux affirme que la plupart des aventures du Grêlé sont fondées sur des faits authentiques, qu’il a pu observer lui-même ou recueillir de la bouche même de résistants. Cependant, si la violence et les morts sont omniprésents, l’auteur a souhaité ne pas rappeler certains évènements, par respect pour les victimes et pour éviter « de donner le ton de la tragédie » à son histoire. Il refuse d’évoquer Oradour, les pendus de Tulle, ou les camps de la mort. En contre-point, on peut remarquer que la résistance menée par le Grêlé, avec la formation de son maquis, intervient dès l’été 1940, avant même la fin de l’exode.

  • 32 Notamment incarnée par le film La Bataille du rail (1946, René Clément).
  • 33 Vaillant, n° 1123 (20 novembre 1966) à Vaillant, n° 1130 (8 janvier 1967).
  • 34 Pif, n° 12 ; Vaillant, n° 1250, 31 mars 1969.
  • 35 Benoît Peeters, La Bande dessinée, Paris, Flammarion, 1993, p. 84.

11Ce territoire français du Grêlé, principalement rural, mais avec quelques excursions à Paris et même un trajet vers l’Afrique du Nord, semble habité par un peuple presque unanimement résistant. Lécureux inscrit pleinement son récit dans le mythe résistancialiste, décrit par Henry Rousso. Le régime de Vichy et Pétain sont totalement absents et la quasi-totalité de la population résiste ou soutient les groupes de résistants. Si les actions de lutte contre l’occupant sont réalisées par un groupe de jeunes hommes qui semble s’étoffer au cours des épisodes, ces derniers sont protégés et nourris par les paysans locaux qui connaissent tous la cachette des maquisards. Toutes les professions rencontrées aident, cachent, ou encouragent ces combattants qui risquent leur vie. Infirmières et médecins permettent au Grêlé ou à l’Ermite de régulièrement s’échapper des hôpitaux où ils sont soignés. De plus, entretenant la représentation née dès la Libération32, les cheminots incarnent une profession entièrement résistante, aidant et informant les maquisards lors de leurs opérations contre les convois allemands. L’épisode intitulé « Le Grêlé tient parole »33 symbolise ainsi la résistance et l’héroïsme des cheminots. Soupçonnés d’être complices des FTP locaux, des cheminots sont menacés d’exécution par Von Hartzer à chaque nouveau déraillement. Puis deux d’entre eux sont pris en otage et le colonel promet une récompense équivalente à deux cents mois de salaire à ceux qui dénonceraient le Grêlé. Malgré la somme promise, aucun cheminot ne parle, montrant leur héroïsme et leur solidarité contre l’occupant. L’Ermite piège le colonel, récupère l’argent et le distribue à tous, mais les deux otages sont exécutés, criant « Vive la France, vive le maquis ». Si les femmes sont peu présentes dans ces aventures, conformément à la vision très masculine de la Résistance des années 1960, elles jouent néanmoins un certain rôle dans la lutte. Elles sont infirmières, agentes de liaison ou cuisinières, dans une répartition très genrée des tâches, ou cachent avec bravoure de la dynamite comme Eliane Morel, qu’enlace le Grêlé pour la féliciter, formant, pour le narrateur, un couple « symbole de la jeune France résistante34 ». Toutefois, comme dans la grande majorité des bandes dessinées des années 1960, la part des femmes demeure très faible et celles-ci figurent surtout en soutien des héros masculins, ce que Benoît Peeters a nommé la « misogynie par l’absence35 ».

II/ Une dénonciation de la guerre et des crimes nazis

12En décrivant les aventures d’un jeune résistant dans la France occupée, Roger Lécureux a également l’ambition de dénoncer la guerre et le fascisme, alors que se déroule à la même période une guerre d’indépendance médiatisée en Asie du Sud-Est. De quelles manières le scénariste représente-t-il la lutte entre le peuple français et l’occupant, marquée par la violence tout en rejetant une forme de manichéisme ?

  • 36 Vaillant, n° 1102, 26 juin 1966.
  • 37 Sylvain Lesage, L’Effet codex : quand la bande dessinée gagne le livre. L’album de bande dessinée e (...)
  • 38 Vaillant, n° 1246 ; Pif, n° 41, 1er décembre 1969.
  • 39 Sylvain Lesage, « Paniques morales et bande dessinée. Loi n° 49-956 sur les publications destinées (...)

13Dans une revue qui diffuse en parallèle Placid et Muzo, Pif ou Arthur, le fantôme justicier, on peut être étonné de voir surgir une telle violence dans les récits du Grêlé. La brutalité s’observe tant dans les dessins que dans les propos. Des attentats mortels, des cadavres, tortures, menaces d’exécution sont représentés. Dès le deuxième récit, le Grêlé, alors jeune Parisien ayant suivi « le flot de l’Exode » tue, sans hésitation, deux soldats éclaireurs, puis cache leurs cadavres36. L’omniprésence de la violence a d’ailleurs valu à Pif des critiques de la part de l'Union nationale des associations familiales37 en mars 1971. La violence et la mort touchent tant les Français que les Allemands. De nombreux soldats, en patrouille, en tant que sentinelles ou traquant les résistants, sont tués ou blessés. Du côté français, ce sont surtout les civils qui subissent la brutalité des occupants, car peu de maquisards perdent la vie. L’épisode « 7 + 13 = 1… ? » illustre pleinement cette escalade possible de la violence, dans lequel, en réponse aux attaques contre l’armée d’occupation, cinq civils sont exécutés (aux cris de « Vive la France ! À bas Hitler ! »). Puis les résistants se font justice en abattant des officiers dans de nombreux lieux publics38, un type d’action éloigné de la réalité en raison des représailles allemandes depuis octobre 1941. Ces scènes de règlements de comptes ciblés rappellent clairement celles des films de gangsters. La violence des maquisards semble nécessaire pour obtenir la libération du territoire et chasser les Allemands. Contrairement au premier grand récit de Lécureux sur l’Occupation, Fifi, gars du Maquis et sa suite l’Imbattable Fifi, publiés juste après guerre, la violence des résistants n’est ni gratuite, ni valorisée. Désormais, les fusils ne sont plus en gros plan et pointés vers le lecteur. Le héros se désole de la mort de ses adversaires, et tente même parfois de sauver les blessés. La violence qui était celle des récits de l’après-guerre, marquée par une justice sommaire, une loi du Talion, n’a plus lieu d’être dans une période où les lecteurs n’ont jamais connu la guerre en métropole. De plus, la loi du 16 juillet 194939 sur les publications destinées à la jeunesse empêche désormais la représentation de ces actes vengeurs pouvant être qualifiés de crimes ou de délits, de même que la valorisation des armes. Cette omniprésence de la violence semble donc avoir désormais comme objectif principal de dénoncer les horreurs de la guerre, de l’occupation d’un pays par une armée étrangère, et non de vilipender les Allemands.

  • 40 Pif, n° 35 ; Vaillant, n° 1273, 20 octobre 1969.
  • 41 Pif, n° 30 ; Vaillant, n° 1268, 15 septembre 1969.
  • 42 On peut citer l’ouvrage de Wolfram Wette, Les Crimes de la Wehrmacht, Paris, Éditions Perrin, 2005 (...)
  • 43 Pif, n° 74 ; Vaillant, n° 1312, 20 juillet 1970.
  • 44 Pif, n° 89 ; Vaillant, n° 1327, 2 novembre 1970.

14Si l’on compare ces épisodes avec ceux de Fifi, la représentation des Allemands est diamétralement différente. Sur le plan graphique, dans Fifi, ils sont tous hideux, avec des visages déformés, de longs cous, des yeux globuleux, tels des monstres déshumanisés. Ce n’est pas le cas dans le Grêlé, où les soldats sont souvent jeunes, grands, musclés mais ne se distinguent pas des jeunes maquisards, permettant au héros ou à l’Ermite de régulièrement se faire passer pour des sentinelles. Von Hartz, l’officier et ennemi récurrent du héros, n’est ni caricaturé, ni défiguré, et seule sa moustache, similaire à celle d’Hitler, le distingue. Lécureux souhaite les montrer comme de simples hommes. Cependant, la représentation de l’Allemand demeure essentialisée et est marquée par une certaine ambiguïté. L’auteur reprend en effet certains stéréotypes tels que les officiers à monocle, les soldats grands, blonds, sûrs d’eux-mêmes, et leur goût pour la choucroute. Dans Pif n° 35, le colonel SS Von Hartz clame : « Nous sommes un peu comme Attila. Où les SS passent, l’herbe ne repousse plus40 ! » Néanmoins, si des attitudes ou vocabulaires hérités des précédents conflits avec les Allemands sont présents, Lécureux n’utilise plus le qualificatif de « Boches », très régulier dans Fifi en 1946, reprenant toutefois le terme de « Frisés » à quelques reprises. De plus, l’auteur prend soin de distinguer et d’opposer les nazis aux Allemands, en expliquant les différences entre Wehrmacht, SS et Gestapo. Les nazis symbolisent la violence, la terreur, appliquée par les envahisseurs en terre occupée. Ils ne font pas de prisonniers et tuent sans pitié. Ils s’opposent régulièrement aux officiers de la Wehrmacht, qui rejettent leur inhumanité. Ces derniers peuvent préférer avertir les maquisards du danger aux dépends même de la vie des SS41. Ce récit entre pleinement dans le mythe d’une « Wehrmacht aux mains propres » créé après la guerre en RFA dans un contexte de lutte pour sa souveraineté et en France dans celui de la construction européenne, et finalement dénoncé depuis les années 1990, en particulier par les historiens allemands42. Les SS incarnent le nazisme, seul réel adversaire du Grêlé et de ses partisans. Certains soldats expriment leur humanité, aidant le héros, tentant de fuir leur armée, ou sont sauvés de leurs compatriotes ou de la mort par le jeune héros. S’opère donc une solidarité antinazie, au-delà des nationalités. Alors qu’il était absent de nombreux récits d’après-guerre, Hitler figure sous différentes formes. Son portrait orne les murs de la Kommandantur ; il envoie des troupes spéciales, des lettres, ou des ordres à ses officiers en France43. Il incarne le responsable de la guerre et de ses conséquences en France. Des troupes spéciales sont directement envoyées depuis Berlin. Cette présence et cette chaîne hiérarchique peut être interprétée comme une forme de déresponsabilisation des soldats, soumis aux ordres du dictateur. Alors qu’il évoque l’espoir de l’après-guerre, le Grêlé explique à ses partisans « que le peuple allemand comprendra qu’il a été trompé par Hitler et sa clique ! Nous pourrons nous entendre avec lui ! Ce que nous devons écraser, c’est Hitler et sa dictature ! C’est le nazisme et ses SS44 !! » La présentation des Allemands n’est donc plus aussi manichéenne et négative que dans les récits de l’après-guerre. Les effets du rapprochement franco-allemand, débuté dès 1950, et symbolisé par le Traité de l’Élysée en 1963 sont ici pleinement ressentis.

  • 45 Archives départementales de Haute Vienne, dossier 1517 W 239.
  • 46 Vaillant, n° 1180, 31 décembre 1967.
  • 47 Pif, n° 113 ; Vaillant, n° 1321, 19 avril 1971.
  • 48 Vaillant, n° 1184, 21 janvier 1968.
  • 49 Vaillant, n° 1188, 18 février 1968.

15Contrairement aux occupants, les collaborateurs et miliciens incarnent clairement le mal, la trahison et l’absence de rémission possible. Roger Lécureux ne l’a jamais raconté avec précision lors de ses entretiens mais il a quitté Paris, le 1er janvier 1944, à 18 ans, pour la Haute-Vienne, craignant d’être envoyé comme travailleur forcé en Allemagne. Alors qu’il devait rejoindre un groupe de réfractaires, dans un bois près de Cussac, il intègre finalement un groupe de Francs-tireurs partisans puis est arrêté, les armes à la main, lors d’une opération contre le garage de la police de Limoges dans la nuit du 22 au 23 janvier 1944. Incarcéré, il échappe à la peine de mort, contrairement à deux de ses compagnons, car il n’a pas fait usage de son arme, et est condamné à 15 ans de travaux forcés. Au cours de sa courte expérience, il témoigne avoir assisté à des représailles sur un milicien à Cussac et son groupe a également mené une autre opération punitive contre un milicien à Oradour sur Vayres. Ces deux opérations sont les seules qu’il évoque lors de son interrogatoire par la brigade de gendarmerie de Limoges, les 23 et 24 janvier 194445, et semblent avoir marqué son vécu de résistant. Il n’a pas directement affronté de soldats allemands mais a puni des Français collaborateurs ou lutté contre eux. Dans son récit, ceux considérés comme traîtres sont rares mais marqués par l’absence d’ambivalence tant dans leur caractère que dans leur rôle. La narration définit les miliciens comme « ce ramassis d’aventuriers et de traîtres qui, durant l’occupation du pays, s’était mis au service de l’ennemi46 ». Les miliciens sont considérés comme des « traîtres », « pleutres », « chiens »47 par les maquisards. Ils sont aux ordres directs des S.S, présentés comme cupides, n’hésitant pas à tuer d’autres Français pour discréditer les maquisards48. En représailles, le Grêlé n’hésite pas à les tuer, en faisant exploser leur véhicule49.

  • 50 Vaillant, n° 1118, 16 octobre 1966. On peut ajouter également une autre allusion raciste, dans le V (...)
  • 51 Vaillant, n° 1163, 27 août 1967.
  • 52 Pif, n° 71 ; Vaillant, n° 1309, 29 juin 1970.
  • 53 Vaillant, n° 1180, 31 décembre 1967.

16Des figures individuelles de traîtres sont ainsi présentes dans plusieurs récits. Les motivations de ces derniers sont toujours liées à la cupidité. Des hommes dénoncent ou infiltrent les maquisards pour obtenir de l’argent des occupants, qui ne leur font pas pour autant confiance. L’un d’entre eux, nommé Barnier, espionne les résistants pour les dénoncer aux SS contre de l’argent. Son visage, laid, avec un long nez, est proche des caricatures antisémites50. Un autre infiltre le groupe du Grêlé, informe Von Hartz, mais le héros se sert de lui pour piéger les Allemands. Il est ensuite abattu par l’Ermite, pour qui « Justice est faite51 ». Cette justice sommaire et illégale rendue par les résistants est une exception dans les récits du Grêlé. Un autre, symboliquement dénommé Denis Mouchard52, trahit aussi pour de l’argent et finit exécuté. Les traîtres français sont donc plus sévèrement punis que les occupants. La volonté de montrer quelques traîtres, voire de les nommer, exprime une forme de singularité face à une grande majorité résistante. D’ailleurs, un capitaine SS affirme « qu’il y a peut-être une exception sur mille53 » de Français qui ne sont pas contre les Allemands. Cette violence et la vengeance envers les traîtres pourraient avoir comme objectif de justifier l’attitude de certains communistes lors de l’épuration.

III/ Un éloignement de l’orthodoxie communiste ?

  • 54 Maël Rannou, Le communisme par la bande : Transmission de l'idéologie communiste dans les bandes de (...)

17Roger Lécureux profite de la liberté de ton et d’une forme d’indépendance de la rédaction de Vaillant puis de Pif vis-à-vis du PCF54 pour narrer une histoire dans laquelle certaines valeurs s’éloignent de la ligne communiste. Il est intéressant d’observer dans quelle mesure le scénariste fait écho au discours anti-impérialiste des communistes ou s’il exprime un point de vue plus personnel.

  • 55 HOP !, n° 110, juin 2006.

18Dans ses entretiens, Lécureux, membre majeur de la rédaction, met en avant le fait que cette histoire n’est pas une commande mais plutôt une envie personnelle de décrire, vingt ans après, la France occupée et en particulier la Résistance. Comme nous avons pu le voir précédemment, la mémoire de cette période dans différents supports de la culture populaire est très présente à la fin des années 1960. Il n’est plus membre du parti depuis 1956, en raison de son opposition à l’intervention soviétique à Budapest. « Au moment de l’affaire de Hongrie, j’ai lancé ce slogan : “Quand les chars entrent, Lécureux sort55 !” » Contrairement à son confrère dessinateur André Joy, il n’a pas pour autant quitté la rédaction de l’hebdomadaire. Dans son long entretien enregistré à la fin des années 1990, il insiste sur le fait que le PCF n’a jamais rien imposé au journal, ni exigé la carte du parti pour y travailler. Il conforte son propos en rappelant qu’il est resté six ans à la tête du journal malgré son retrait du PCF. Dans ce contexte, l’auteur en profite pour présenter une histoire assez personnelle et parfois éloignée des valeurs communistes.

  • 56 Annie Burger-Roussenac, « Argenteuil, de nouvelles noces entre les intellectuels et le mouvement co (...)
  • 57 HOP !, n° 110, juin 2006.
  • 58 Pif, n° 89 ; Vaillant, n° 1327, 2 novembre 1970.
  • 59 Vaillant, n° 1204, 30 juin 1968.
  • 60 Pif, n° 47 ; Vaillant, n° 1285, 12 janvier 1970.

19Cette liberté de ton s’épanouit dans un contexte d’ouverture culturelle du PCF. Le comité central d’Argenteuil de mars 196656 rompt avec l’art au service du parti, et les artistes, journalistes et intellectuels peuvent s’écarter d’un art doctrinaire et diffuser des valeurs de gauche plus rassembleuses. On peut observer l’hétérodoxie de ce récit en la comparant avec une autre grande histoire de Lécureux, publiée dans Vaillant de 1950 à 1953, Fils de Chine. Dans cette fresque, très marquée idéologiquement, un jeune adolescent participe aux grands évènements de la révolution populaire. Le communisme triomphe contre ses ennemis, malgré la brutalité de la lutte. Dans le Grêlé, le communisme n’est pas explicitement évoqué, même si certains éléments y font référence, comme nous le verrons après. Lors de ses entretiens postérieurs à la rédaction du Grêlé, le scénariste rappelle maintenir une « ligne de conduite rejoignant l’idéal de Résistance. À savoir : amitié entre les peuples, paix, lutte contre les trusts, antimilitarisme, antiracisme. Une ligne qui était celle du PC en 194557. » C’est sans doute pourquoi, dans le récit, transparaissent davantage des valeurs et idéaux de gauche qu’un communisme doctrinaire. Son héros, de par son jeune âge, est souvent insouciant, provocateur, n’obéit pas à un chef expérimenté et réalise des actions personnelles, agissant par instinct, sans discipline. S’il mène un groupe de FTP plus âgés que lui, ses victoires sont majoritairement obtenues par des exploits individuels, liés à son courage et à sa malice, contrairement au récit précédent de Fifi, gars du maquis, marqué par un héroïsme plus collectif. Un seul autre résistant est nommé, présent dans la majorité des épisodes, « L’Ermite », doté d’une grande force physique, jouant un rôle de second, reprenant le modèle des sidekicks des comics étatsuniens. Ces aventures sont également marquées par un réel patriotisme de tout le peuple français : ce dernier est fier, courageux, et se libère par lui-même. À chaque exécution, les otages meurent en criant : « Vive la France ! », illustrant leur sacrifice pour la patrie. Lorsque des prisonniers sont convoyés, ils chantent La Marseillaise58. L’épisode « Le train de la liberté »59 célèbre le 14 juillet ; « les patriotes » y sont galvanisés par un train traversant le pays, avec des drapeaux tricolores et des inscriptions prônant la libération de la France. Il n’y a pas de lutte de classe, avec une dichotomie entre les Français selon leur classe sociale. Si les FTP semblent issus de milieux populaires, ce que ne cesse de rappeler le Grêlé à travers ses origines de Ménilmontant, toute la population française, à quelques rares exceptions déjà évoquées, résiste à la présence allemande. La bourgeoisie, globalement absente des récits, aide et cache le Grêlé et l’Ermite, poursuivis par les soldats, qui pénètrent dans un appartement cossu le soir du réveillon de la nouvelle année60.

  • 61 Pif, n° 62 ; Vaillant, n° 1300, 27 avril 1970.
  • 62 Pif, n° 83 ; Vaillant, n° 1321, 21 septembre 1970.
  • 63 Vaillant, n° 1147 à 1155, du 7 mai 1967 au 2 juillet 1967.
  • 64 Pif, n° 118 ; Vaillant, n° 1353, 24 mai 1971.
  • 65 Ibid.

20Si « le PCF » ou le terme « communiste » ne sont pas cités, demeurent cependant un vocabulaire et des représentations issus du monde communiste. La fête du 1er mai est célébrée dans l’une des aventures. Le Grêlé en explique l’origine et le symbole à ses camarades, et met ensuite en place une stratégie pour distribuer les muguets récupérés aux Allemands61. Le Grêlé insiste sur la célébration d’un jour de lutte et non pas d’un jour de travail, selon la dénomination donnée par le régime de Vichy. Une solidarité prolétarienne internationale figure également, malgré l’opposition armée. En effet, un soldat allemand, vigneron avant la guerre, s’oppose à l’attaque d’une coopérative viticole par les SS, reconnaissant la valeur de ce travail62. Dans la lutte qui occupe la totalité des récits, les maquisards sont principalement nommés FTP. Lors des régulières mises en contexte introduisant les récits, le front de l’Est et l’avancée progressive des troupes soviétiques sont bien plus évoqués que le combat mené par les États-Unis et la Grande-Bretagne. Les troupes occidentales sont rarement mises en valeur ou considérées comme déterminantes dans l’issue de la guerre. Elles apparaissent moins actives et en mouvement que l’armée soviétique. Lorsqu’un avion allié est abattu, quatre soldats étatsuniens sont sauvés et protégés par le Grêlé et ses camarades. Ces « cowboys du ciel » repartent, grâce à l’aide des FTP, impressionnés par le courage du jeune héros et des Français63. Enfin, dans le récit clôturant les Grêlé par la libération de la France et de l’Europe, le débarquement allié, « tant attendu64 », introduit l’aventure, mais c’est l’armée soviétique « qui disloque » l’armée allemande et qui libère d’immenses territoires, avec la reprise de l’iconique photographie du soldat soviétique plantant le drapeau dans Berlin en ruine65, s’insérant cette fois pleinement dans l’orthodoxie communiste.

21Ainsi, motivé par sa volonté de présenter sa propre vision de la Résistance, Roger Lécureux offre aux jeunes lecteurs de Vaillant puis de Pif un affrontement entre un jeune héros et son nemesis allemand, dans un cadre historique s’appuyant sur des faits authentiques et son expérience personnelle de résistant. L’auteur propose un récit aux valeurs de gauche mais qui s’éloigne de l’orthodoxie communiste. Il met en scène l’opposition entre liberté et oppression, et exalte un peuple presque unanimement résistant qui affronte avec courage l’occupant aux ordres d’un dirigeant fasciste. Cette description peut ainsi faire résonance avec la lutte menée par les combattants Viêt-Congs, soutenue par la rédaction de Pif, contre l’impérialisme américain. Ce récit, très ancré dans son époque, n’a pas trouvé autant d’échos dans l’histoire de la bande dessinée que d’autres aventures scénarisées par Lécureux, tels Les Pionniers de l’Espérance ou Rahan, toutes deux parues dans Pif.

Haut de page

Notes

1 Vaillant, n° 1101, 19 juin 1966.

2 Pif, n° 118, Vaillant, n° 1353, 27 mai 1971.

3 Hebdomadaire publié du 1er juin 1945 au 24 février 1969, dirigé, dans un premier temps, par des personnalités issues de la résistance communiste à l’image de Madeleine Bellet et René Moreu.

4 Hebdomadaire qui succède à Vaillant à partir de février 1969 jusqu’en février 1993 dans sa première version.

5 On peut cependant noter le petit format Marouf, principalement scénarisé par Félix Molinari, aux éditions Artima (1969-1981).

6 Publication de plusieurs ouvrages d’historiens, comme celui d’Henri Michel, Vichy. Année 40, Paris, Fayard, 1966.

7 Henry Rousso, Le Syndrome de Vichy. De 1944 à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, 2016 (2e édition), p. 101.

8 Henry Rousso, op. cit., p. 19. Concept forgé en 1987, désignant le mythe selon lequel les Français auraient unanimement résisté à la présence allemande, dès le début de l’Occupation.

9 Paris brûle-t-il ?, film réalisé par René Clément, octobre 1966. La Grande Vadrouille, film réalisé par Gérard Oury, décembre 1966

10 Nicolas Rouvière, Astérix ou la parodie des identités, Paris, Flammarion, 2008.

11 Collectif, Le Parti communiste français dans la Résistance, Paris, Éditions sociales, 1967.

12 Marie-Claire Lavabre, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la FNSP, 1994.

13 Jean-Pierre Besse, Thomas Pouty, Les Fusillés. Répression et exécutions pendant l’Occupation (1940-1944), Paris, Éditions de l’Atelier, 2006. Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Éditions du Seuil, 2005.

14 Vaillant, n° 1200, 12 mai 1968. « Communiqué de l’Union des Vaillants et Vaillantes à l’occasion du Festival de la Jeunesse qui aura lieu, cet été, à Sofia (Bulgarie). Au Viêt-Nam, tous les enfants souffrent d’une guerre horrible. La Télévision et la presse nous montrent des images terribles d’enfants tués, mutilés, d’enfants pour qui le mot vie est synonyme de famine. L’Union des Vaillants et Vaillantes, organisation fidèle à la solidarité et à l’amitié des enfants du monde entier, te donne l’occasion d’exprimer ta sympathie aux enfants du Viêt-Nam, en étant certain que ton ami vietnamien y sera très sensible. »

15 Vaillant, n° 1205, 7 juillet 1968.

16 Vaillant, n° 1104, 10 juillet 1966.

17 HOP !, n° 100, décembre 2003.

18 Henri Filippini, Histoire du journal et des éditions Vaillant, Grenoble, Éditions Glénat, 1978.

19 Adrien Genoudet, Dessiner l’histoire. Pour une histoire visuelle, Paris, Éditions Le Manuscrit, 2015.

20 Pif, n° 65 ; Vaillant, n° 1303, 18 mai 1970.

21 Vaillant, n° 1154, 25 juin 1967.

22 Vaillant, n° 1181, 31 décembre 1967.

23 Pif, n° 118 ; Vaillant, n° 1353, 24 mai 1971.

24 Pif, n° 9 ; Vaillant, n° 1247, 24 avril 1969.

25 Pif, n° 114 ; Vaillant, n° 1349, 26 avril 1971.

26 Les Francs-tireurs et partisans sont un mouvement de résistance fondé et dirigé par le Parti communiste français, en 1942, fusionnant ensuite avec l’Armée secrète pour former les Forces françaises de l’intérieur.

27 Pif, n° 12 ; Vaillant, n° 1250, 12 mai 1969.

28 Pif, n° 24 ; Vaillant, n° 1262, 4 août 1969.

29 Pif, n° 111 ; Vaillant, n° 1349, 5 avril 1971

30 Vaillant, n° 1219, 13 octobre 1968.

31 H. Filippini, Histoire du journal et des éditions Vaillant, op. cit.

32 Notamment incarnée par le film La Bataille du rail (1946, René Clément).

33 Vaillant, n° 1123 (20 novembre 1966) à Vaillant, n° 1130 (8 janvier 1967).

34 Pif, n° 12 ; Vaillant, n° 1250, 31 mars 1969.

35 Benoît Peeters, La Bande dessinée, Paris, Flammarion, 1993, p. 84.

36 Vaillant, n° 1102, 26 juin 1966.

37 Sylvain Lesage, L’Effet codex : quand la bande dessinée gagne le livre. L’album de bande dessinée en France de 1950 à 1990, thèse de doctorat en Histoire sous la direction de Jean-Yves Mollier, Université Versailles Saint-Quentin-En-Yvelines (UVSQ), 2014, p. 760.

38 Vaillant, n° 1246 ; Pif, n° 41, 1er décembre 1969.

39 Sylvain Lesage, « Paniques morales et bande dessinée. Loi n° 49-956 sur les publications destinées à la jeunesse », Parlement[s], Revue d'histoire politique [en ligne], 2019/1, n° 29, p. 225-237, DOI : 10.3917/parl2.029.0225, URL : https://www.cairn.info/revue-parlements-2019-1-page-225.htm.

40 Pif, n° 35 ; Vaillant, n° 1273, 20 octobre 1969.

41 Pif, n° 30 ; Vaillant, n° 1268, 15 septembre 1969.

42 On peut citer l’ouvrage de Wolfram Wette, Les Crimes de la Wehrmacht, Paris, Éditions Perrin, 2005 (pour la traduction française).

43 Pif, n° 74 ; Vaillant, n° 1312, 20 juillet 1970.

44 Pif, n° 89 ; Vaillant, n° 1327, 2 novembre 1970.

45 Archives départementales de Haute Vienne, dossier 1517 W 239.

46 Vaillant, n° 1180, 31 décembre 1967.

47 Pif, n° 113 ; Vaillant, n° 1321, 19 avril 1971.

48 Vaillant, n° 1184, 21 janvier 1968.

49 Vaillant, n° 1188, 18 février 1968.

50 Vaillant, n° 1118, 16 octobre 1966. On peut ajouter également une autre allusion raciste, dans le Vaillant, n° 1199, 5 mai 1968, où le Grêlé se vante de « mener un combat de nègres dans un tunnel », car « presque aussi noirs que les SS ».

51 Vaillant, n° 1163, 27 août 1967.

52 Pif, n° 71 ; Vaillant, n° 1309, 29 juin 1970.

53 Vaillant, n° 1180, 31 décembre 1967.

54 Maël Rannou, Le communisme par la bande : Transmission de l'idéologie communiste dans les bandes dessinées de Vaillant à Pif Gadget (1942-1969), mémoire de Master 1 de Lettres Modernes sous la direction de Sylvie Servoise, Laval, Université du Maine, 2014.

55 HOP !, n° 110, juin 2006.

56 Annie Burger-Roussenac, « Argenteuil, de nouvelles noces entre les intellectuels et le mouvement communiste français ? », La Revue du projet, n° 20, octobre 2012.

57 HOP !, n° 110, juin 2006.

58 Pif, n° 89 ; Vaillant, n° 1327, 2 novembre 1970.

59 Vaillant, n° 1204, 30 juin 1968.

60 Pif, n° 47 ; Vaillant, n° 1285, 12 janvier 1970.

61 Pif, n° 62 ; Vaillant, n° 1300, 27 avril 1970.

62 Pif, n° 83 ; Vaillant, n° 1321, 21 septembre 1970.

63 Vaillant, n° 1147 à 1155, du 7 mai 1967 au 2 juillet 1967.

64 Pif, n° 118 ; Vaillant, n° 1353, 24 mai 1971.

65 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Blin, « Le Grêlé 7/13 de Roger Lécureux : montrer la guerre pour promouvoir la paix »Strenæ [En ligne], 20-21 | 2022, mis en ligne le 01 octobre 2022, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/strenae/9105 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.9105

Haut de page

Auteur

Matthieu Blin

Doctorant en histoire contemporaine. Unité de recherche : POLEN Pouvoirs, Lettres, et Normes. EA4710 Université d’Orléans

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search