Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20-21Dossier thématiqueLa Résistance en bulles

Dossier thématique

La Résistance en bulles

The Resistance in speech bubbles
Silvina Campo

Résumés

Le présent article se focalise sur le lien entre la Résistance et la bande dessinée dans une publication de la mouvance communiste : Le Jeune Patriote – Vaillant – Pif Gadget. Pour cela nous avons choisi trois BD, correspondant à trois moments différents de cet illustré, enracinés dans des contextes historiques divers : l’immédiate après-guerre, la guerre froide et les années de révolte – milieu des années 1960-milieu des années 1970. À travers Fifi gars du maquis, Jean et Jeannette et Le Grêlé 7/13 nous explorerons les changements et les continuités que la Résistance évoque dans ces publications pour des jeunes et des enfants.

Haut de page

Texte intégral

1Parmi les passés choisis par le Parti communiste français, la Résistance occupe une place déterminante en raison du réel engagement communiste dans l’armée des ombres, ainsi que du brevet de patriotisme qu’elle octroie à une formation créditée d’une fidélité aveugle envers Moscou. La participation des communistes à l’épopée résistante leur a permis de reconquérir de la crédibilité et de consolider leur position dans un espace public où ils risquaient d’être disqualifiés en raison des positions adoptées par le parti entre 1939 et 1941. Considérant l’importance de cette expérience qui a contribué à donner une légitimité refondatrice au PCF, quelles ont été les représentations construites autour d’elle à travers la presse du parti ? Pour répondre à cette question, ce travail se focalise sur les pages de Le jeune patriote – Vaillant appelé par la suite Le journal de Pif puis Pif Gadget.

  • 1 Bien que Le Jeune patriote naisse en 1942, cette analyse débute en 1944.
  • 2 Joël Mak, Histoire et bande dessinée, Grenoble, CRDP de l’Académie de Grenoble, 2006, p. 143.
  • 3 Ibid., p. 24.
  • 4 Ibid., p. 143.

2L’étude débute en 19441, date de la libération de la France, jusqu’à 1974, avec la célébration du 23e anniversaire de celle-ci. Il est possible de distinguer trois périodes : a) de 1944 à 1946 où la publication est éditée sous le nom de Le jeune patriote et puis de Vaillant ; b) entre 1947 et les années 1960, quand l’illustré est présenté comme Vaillant, puis comme Vaillant le journal de Pif (1965) ; c) entre 1969 et 1974, quand le journal adopte le nom de Pif Gadget. En fonction des trois périodes définies, trois bandes dessinées ont été choisies. Chacune illustre des étapes différentes où les représentations de la Résistance française ont connu des évolutions et possèdent des caractéristiques particulières. Il existe diverses manières d’évoquer la Résistance dans les publications sélectionnées, parmi lesquelle les récits biographiques lors de la commémoration des héros résistants et les entretiens avec des figures des années noires. Cependant, l’attention est focalisée sur la BD car « elle n’est pas uniquement un loisir ludique et futile, mais un objet culturel qui rend compte des événements marquants de notre monde et des représentations qu’ils ont suggérées2. » En tant que « témoin de son temps3 », la BD permet de « réfléchir à comment sont véhiculés dans la culture populaire, non seulement les références à l’histoire immédiate […] mais aussi le poids du passé4 » dans une société déterminée. En outre, le choix de trois BD permet d’analyser un corpus limité et homogène à la fois. Il s’agit donc de trois « instantanés » sur la Résistance.

3Pour que l’analyse soit complète, quelques comparaisons avec des publications de la même maison d’édition – les Éditions Vaillant – mais adressées exclusivement aux filles, ont été ajoutées. Certes, en 1946, Vaillant avait aussi lancé Vaillante, et en 1949, Dimanche Fillette. Même si celles-ci n’ont pas eu le succès attendu, il est intéressant d’étudier si ces publications ont fait l’objet d’un traitement spécial quand elles s’adressent à un public féminin.

1. L’immédiate après-guerre : Fifi, gars du maquis (1945-1947)

  • 5 Gilles Ragache, Les enfants de la guerre ; vivre, survivre, lire et jouer en France, 1939-1949, Par (...)

4Dans l’immédiate après-guerre, les publications s’adressant aux jeunes consacraient un large espace aux actions résistantes : pratiquement tous les journaux et albums illustrés de l’époque les évoquaient. C’est pour cela que certains auteurs parlent d’une vraie campagne pour « convaincre les enfants et les adolescents du rôle développé par les Français dans la libération du pays5 ». Dans ce contexte, la volonté des résistants regroupés autour de Jeune patriote pour diffuser les ouvrages sur leurs exploits destinés à un public jeune faisait partie d’un phénomène généralisé. La Résistance, encadrée par le Parti communiste français, s’est consacrée à la transmission des expériences de l’« armée des ombres ». En plus des publications inspirées par le PCF (Jeune patriote remplacé après par Vaillant), d’autres d’orientation catholique (Bayard, Cœurs vaillants, Âmes vaillantes, Fripounet et Marisette) et gaullistes (Patrie libérée, Jeune France et Les trois couleurs) ont aussi promu le souvenir des partisans.

  • 6 Désormais, JP.
  • 7 Hervé Cultru, Vaillant le journal le plus captivant, 1942-1969 : La véritable histoire d’un journal (...)
  • 8 Parmi eux : Ginette Cros, Madeleine Bellet, René Moreu, Roger Lécureux, Pierre Olivier, Jean Ollivi (...)

5Le nombre important de ce type de publications répond non seulement à une demande sociale souhaitant connaître ce passé récent, à l’admiration pour ces nouveaux héros, mais aussi à la volonté des acteurs de témoigner de leurs actions. Dans ce cas, cela est évident, car Jeune Patriote6 est né en 1942 comme organe d’un groupe résistant, le Front patriotique de la jeunesse, qui postérieurement va adhérer aux Forces unies de la jeunesse patriotique7. Presque tous les membres de la rédaction étaient des résistants communistes ou des sympathisants du PCF8.

  • 9 Le premier numéro légal de JP paraît le 13 octobre 1944.
  • 10 Nom donné par le PCF aux anciennes Jeunesses communistes (JC), comme fruit d’une stratégie visant à (...)
  • 11 JP annonçait dans son n° 30 du 12 mai 1945, la parution de Vaillant comme une contribution du Front (...)
  • 12 « 30 ans de bande dessinée française. Entretien de Roger Lécureux avec Georges Quiquère », La Vie O (...)

6Cette feuille artisanale clandestine a continué à être publiée après la Libération9 sous le patronage de l’UJRF10. Cependant, à partir du 1er juin 1945, Jeune Patriote a changé son nom en Vaillant, le journal des jeunes le plus captivant. Dans un effort pour se présenter comme la suite de la publication précédente, il a renoué avec la numérotation des exemplaires déjà édités11. Nonobstant, le public auquel il s’adressait n’était plus constitué par de jeunes adolescents mais par des enfants. Le tirage de l’illustré durant l’immédiate après-guerre avait atteint entre 100 000 et 200 000 exemplaires, la quantité de pages du journal n’étant pas toujours la même, oscillant de 8 à 16 pages, pour passer à 32 pages, et diminuant à certaines occasions12.

  • 13 Fifi est le surnom que familièrement on donnait aux intégrants des Forces françaises de l’intérieur (...)
  • 14 « Interview à R. Lécureux : Ma vie est une BD », HOP !, n° 94, juin 2002, p. 10.
  • 15 Cf. B. Rossignol, Du Jeune patriote, op. cit., p. 15.
  • 16 Par exemple Erik (ou André Joly) a successivement dessiné Dr Fulminate contre le prof Vorax pour Le (...)

7C’est dans ce contexte que la BD Fifi, gars du maquis est publiée entre 1945 et 194713. Le scénario est écrit par Michel d’Eaubonne (ou Debonne), et par la suite par Roger Lécureux, tandis que son illustrateur est Auguste Liquois, remplacé ensuite par Raymond Cazanave14. Le cas de Liquois illustre comment des dessinateurs et des auteurs collaborationnistes ou nazis se sont recyclés, en participant désormais à des publications auparavant interdites. Ainsi, après avoir travaillé chez Le Téméraire, Liquois est devenu le dessinateur responsable de l’album dédié au colonel Fabien pour finalement adhérer au PCF. Il n’est pas le seul à avoir une telle trajectoire. Eugène Giroud (Gire), Raymond Poïvet, Marcel Tourlin (Mat) et Francis Josse ont travaillé pour Vaillant après avoir participé au Téméraire15. D’ailleurs, dans les équipes d’autres illustrés, il y avait aussi des « collabos » qui sont passés à travers les mailles de l’épuration et qui ont réutilisé leurs créatures selon l’orientation idéologique des publications16.

  • 17 Henri Filippini, Dictionnaire thématique des héros de bandes dessinés, vol. I : Histoire-Western, G (...)
  • 18 Cf. n° 49 au 63 de Vaillant, en plus d’être publié comme récit complet en avril 1947 dans l’album q (...)

8Le premier épisode de Fifi a été publié par Le jeune patriote en 1945. La série a pris fin en 1947 dans Vaillant17, avec une brève disparition en 1945 due au mécontentement des dessinateurs face aux dispositions prises par le ministre de l’Information, Soustelle, qui a rationné le papier consacré aux BD. Finalement, avec le remplacement de Soustelle par Malraux, Fifi est réapparue dans le journal en 1946 avec une seconde aventure : Fifi gars du maquis-Rhin et Danube18. Parallèlement, Liquois a été remplacé par Raymond Cazanave en raison de son passé compromis avec le nazisme. En 1947, Raymond Cazanave et Lécureux ont proposé L’imbattable Fifi, du n° 118 au n° 132, celle-ci étant la dernière aventure de ce héros.

  • 19 Vaillant Le jeune patriote, le journal des jeunes le plus captivant, n° 31, 1 juin 1945.
  • 20 FTP : Franc-tireur partisan, archétype du résistant participant à la lutte armée, généralement issu (...)

9Fifi est présenté comme un ouvrier d’une usine de produits chimiques qu’il quitte avec l’arrivée des Allemands pour entrer en Résistance car les « “boches” sont venus piller, tuer et déporter les jeunes de France19 ». C’est de cette manière que Fifi échappe au Service de travail obligatoire (STO) et rejoint un maquis FTP20. Parmi les actions qu’il développe, en plus de combattre dans l’unité Rhin et Danube, sont mentionnées la livraison de documents confidentiels, la capture d’un officier allemand, l’attaque d’un convoi pour obtenir des armes, la destruction d’un pont ferroviaire, l’exécution de membres des SS. Capturé par les miliciens et torturé par les Allemands, il ne trahit pas ses camarades de lutte qui d’ailleurs l’ont libéré.

  • 21 Xavier Aumage, « Il était une fois la Résistance dans la bande dessinée, les codes de l’exposition  (...)
  • 22 Ibid., p. 25.
  • 23 Ibid., p. 43-44.

10Comme Fifi, d’autres bandes dessinées font référence au maquis : « Un du maquis » dans Jumbo, « Un petit gars du maquis » dans Pic et Nic et Cendrillon réunis, « Maquis » dans O ! hé Oh, édition spéciale pour la jeunesse de l’Aurore du Sud Est, « Bernard Chamblet dans le maquis » dans Wrill, « Gus et Gaétan au maquis » dans Pic et Nic et Cendrillon réunis, « Gilles du maquis » dans Cap’taine Sabord21. Comme la Résistance a été fréquemment associée à la lutte armée, notamment dans l’immédiate après-guerre, la figure du maquisard s’est vite imposée au détriment d’autres comportements résistants22. Le partisan est ainsi présenté en train de prendre les armes et de se battre, tandis que l’écoute de la BBC, la distribution de tracts et l’édition de la presse clandestine sont minorées ou ne sont simplement pas évoquées23. Évidemment, les titres des BD font écho à cette conception.

11Même si la Résistance est célébrée, ce sont toujours les actions des résistants de l’intérieur et non celles des Français libres qui sont décrites. Les tensions et les difficultés pour harmoniser les projets des résistants de l’intérieur et de l’extérieur sont passées sous silence. Les actions des maquisards auraient cependant été vaines s’ils n’avaient pas eu le soutien de la population qui les protégeait, informait et approvisionnait pour leur permettre de subsister. La vision de la Résistance présentée ici est le fruit des efforts de la majorité de la population, l’œuvre de tout un peuple comme le PCF l’a fréquemment souligné.

  • 24 H. Cultru, Vaillant, op. cit, p. 19.

12Le manichéisme et une vision sans nuances prédominent dans les vignettes dédiées à Fifi. Tout au long de ses aventures, l’ennemi allemand se caractérise par son sadisme et sa cruauté, ce qui s’explique par le peu de temps écoulé depuis la Libération. En contrepartie, les membres du maquis sont décrits, avec sympathie et bienveillance, comme des archétypes d’héroïcité. En outre, des références biographiques peuvent apparaître dans les aventures de Fifi : les épisodes faisant référence à libération de Limoges sont par exemple fondés sur l’expérience personnelle de Lécureux24.

  • 25 Cf. Vaillante, le magazine des petites filles de France, n° 47 à 50 des 11, 18, 25 décembre 1947 et (...)

13Quant aux publications pour les jeunes filles dans la mouvance communiste, leur existence a été éphémère. Vaillante le magazine des petites filles de France (puis Journal des fillettes) n’est édité qu’entre 1946 et 1948, et Dimanche Fillettes entre 1949 et 1950. Dans la première publication, supplément mensuel puis hebdomadaire de Vaillant, une bande dessinée est consacrée à une figure réelle de la Résistance, l’agent de liaison du colonel Fabien25. La BD qui aborde la vie de Nicole, par exemple, la présente en ces termes : « Voici l’histoire de Gilberte Lavaire (Nicole) une courageuse petite fille de France ». La jeunesse de Nicole – qui a 17 ans dans la BD – favorise l’identification du public féminin avec la jeune femme. Parmi les qualités attribuées à cet archétype sont mis en avant le sang-froid, le courage, l’intelligence, l’esprit de décision et l’amour pour la vie. Un trait singulier de cette héroïne est sa proximité avec la lutte armée car elle est présente sur les barricades parisiennes mais aussi dans les rangs des FTP qui partent vers le Rhin en suivant les hommes du colonel Fabien.

  • 26 « Une petite fille de France », article de Pierre Olivier sur Rose Blanc, Vaillante, n° 2, 15 décem (...)
  • 27 « Solweij, petite fleur des neiges », Vaillante, n° 4, 13 février 1947 ; « La présence d’esprit de (...)

14Le caractère exceptionnel de cette BD et la date de sa publication, au mois de décembre, qui coïncide avec l’anniversaire de la mort de Nicole, fait comprendre qu’il s’agissait d’une sorte d’hommage posthume. Si d’autres figures de la Résistance sont évoquées, il ne s’agit pas des personnages de BD. En revanche, des récits illustrés ou des articles faisant parfois allusion à des personnalités ayant existé26, parfois à des héroïnes de fiction françaises ou étrangères, sont cités27. Or, si dans Vaillante, il y a une BD consacrée à Nicole, dans les pages de Dimanche fillettes, aucune bande dessinée ne propose une histoire relative à la Résistance.

  • 28 « Vincentella », récit de Janie, Dimanche Fillettes, n° 35, du 28 novembre au 4 décembre 1949 et «  (...)
  • 29 Cf. « La serviette de cuir jaune », roman de Michèle Massane, Dimanche Fillettes, du n° 3, du 18 au (...)

15En outre, dans les pages de Vaillante, il n’y a pas de références abondantes relatives à la figure féminine résistante emblématique du panthéon communiste : Danielle Casanova. Le même phénomène est visible dans le cas de Dimanche Fillettes qui ne lui consacre que deux articles, dont l’un conseille aux lectrices de lire l’ouvrage de Simone Téry, Du soleil plein le cœur28. L’absence de cette héroïne n’est cependant pas synonyme d’un oubli total des années noires car certains récits de fiction portant sur cette thématique sont aussi publiés29. Certes, de nombreux récits fictionnels ont proposé des petites filles comme personnage principal d’histoires sur la Résistance. Il est probable que le recours aux figures du même âge que les lectrices du journal a été jugé plus pertinent pour transmettre les valeurs associées à la Résistance féminine. Le lectorat a pu s’identifier plus facilement à des êtres du même âge plutôt qu’à des femmes adultes comme Danielle Casanova. En outre, cela a facilité la lecture de la Résistance comme un phénomène populaire, englobant tous les âges et tous les peuples.

2. Aux temps de la guerre froide : Jean et Jeannette (1950-1962)

16Dans le contexte défini par la guerre froide, quel est le positionnement du journal face à la Résistance ? Le passé résistant n’est pas oublié mais se trouve au contraire valorisé. Le règlement intérieur distribué aux nouveaux recrutés par l’illustré, pendant les années 1950, est très clair à cet égard :

  • 30 H. Cultru, Vaillant, op. cit, p. 149.

Vous trouverez, ci-joint, le règlement intérieur adopté par le Comité de Direction. (…) Cependant, nous voudrions en premier lieu insister sur le fait que Vaillant a été créé à la Libération par des Communistes, des Résistants et des Démocrates qui voulaient donner au sortir de l’occupation un journal sain et humain pour les enfants30.

17Cette filiation n’est pas seulement rappelée à ceux qui participent à la publication mais aussi aux jeunes lecteurs. Ainsi, le Club des Quatre (composé de René Moreau, Jean Ollivier, Roger Lécureux et Pierre Olivier, chevilles ouvrières du journal) rappelle au lectorat la nécessité du culte des héros résistants :

  • 31 Cf. « C’est chic un héros », rubrique Le club de Vaillant, signé par « Les quatre », Vaillant, n° 1 (...)

Oui nous le crions bien fort : nous avons le culte des héros ! Non pas seulement nous les quatre mais vous tous les millions de petits Français, et plus particulièrement les lecteurs de Vaillant. (…) Il ne s’agit pas de glorifier n’importe quelle force – la force peut être au service du mal – mais celle qui se met au service des humbles et des opprimés. (…) Nous avons tous aimé Fifi, gars du maquis. Il n’était pas né dans un salon ni avait été dorloté par une servante. C’était un gars de chez nous, un fils du peuple. (…) Les Boches sont venus, appelés par les traîtres. Comme Fabien, comme Danielle, comme Guy, il a tout quitté pour faire son devoir. Et il a foncé sur l’ennemi. (…) Les héros de chez nous ne sont pas des hommes surnaturels. Tout le monde peut être un héros. Celui que sent battre son cœur lorsqu’il est témoin d’une injustice, celui qui est ému au spectacle de la misère, celui qui fait de grands efforts à l’école ou à l’atelier pour améliorer son travail, celui qui respecte et vénère ses parents, celui qui pense à faire le bien, toujours, et se refuse à faire le mal, celui-là a les qualités d’un héros… Il se conduit en homme31.

18Ce rappel permet aussi d’identifier quelles sont les qualités associées à ceux qui sont montrés comme des modèles à suivre : loyauté, courage, audace, sens de la justice et surtout patriotisme. En effet, si Vaillant publie à nouveau des récits résistants, cela répond au besoin du PCF de prouver son amour à la patrie : dans le contexte de la guerre froide, il est reproché au PCF d’être un « parti de l’étranger », c’est-à-dire de servir les intérêts de Moscou. Pour démentir cette accusation, Vaillant a eu recours à plusieurs stratégies. Parmi elles, le rappel des exploits résistants des communistes, la publication de récits sur la Révolution de 1789 ou la Libération, qui illustrent son attachement à l’histoire nationale, et la présentation de l’illustré comme « 100 % français », comme le rappelle le sous-titre du journal.

  • 32 Pour une analyse exhaustive du sujet se rapporter à Thierry Crépin, Haro sur le gangster ! La moral (...)

19En outre, l’exaltation des figures résistantes et le rejet de tout ce qui est lié aux États-Unis, y compris les héros surnaturels, très communs dans les publications outre-Atlantique, répond au climat de la guerre froide mais aussi au rejet de la concurrence américaine dans l’univers de la BD. Or le refus de la culture américaine ne se limite pas à Vaillant ni à la mouvance communiste. En effet, les socialistes, les catholiques et d’autres groupes et secteurs de l’opinion sont en désaccord avec les valeurs transmises par les illustrés américains. Ainsi, la stratégie du parti s’inscrit dans un débat initié dans les années d’avant-guerre et poursuivi après la Libération, sur la nécessité de moraliser la presse et l’édition destinées aux enfants et aux jeunes. Divers groupes de pression (catholiques, communistes, enseignants laïcs et organisations syndicales) critiquent l’influence exercée par la culture américaine sur l’éducation des nouvelles générations. Les illustrés américains sont accusés de transmettre de mauvais exemples et d’encourager la violence, l’alcoolisme et la délinquance juvénile32.

  • 33 Pascal Ory, « L’enfance stalinienne », dans : Natacha Dioujeva et François George, Staline à Paris, (...)
  • 34 L’article n° 2 de la loi affirme : « Les publications ne doivent comporter aucune illustration, auc (...)
  • 35 Pour connaître l'avis du PCF sur cette législation, se rapporter à « Des journaux et des livres dig (...)
  • 36 L’américanisation de la presse adressée aux enfants et aux adolescents n’a pas disparu complètement (...)
  • 37 Cf. P. Ory, « L’enfance stalinienne », op. cit., p. 202.

20Les autorités issues de la Résistance n’ont pas soutenu le retour des éditeurs qui ont encouragé cette américanisation et la guerre froide achève de radicaliser ce type de critiques. Déjà en 1947, le PCF présente un projet de loi pour limiter à 25 % l’espace accordé à la BD étrangère, mais cette proposition n’est pas adoptée33. La polémique aboutit finalement à l’adoption de la loi n°49-956 du 15 juillet 194934 qui tend à assainir les publications pour la jeunesse35. S’il est vrai que certains héros des États-Unis ont continué à être diffusés, ils ont perdu leur importance d’autrefois. Les super-héros sont remplacés par des héros français de l’avant-guerre et par d’anciens résistants36. Signe de l’intérêt du PCF pour ce sujet, il crée un Comité de défense de la presse et de la littérature enfantines qui publie la Revue de la presse enfantine. Celle-ci exalte Vaillant, en même temps qu’elle dénonce la presse étrangère, perçue comme synonyme d’histoires de gangsters37.

  • 38 Celle-ci n’est pas la seule BD publiée sur la Résistance dans ces années-là : Bobby Poirier a aussi (...)
  • 39 Vaillant, n° 257, 16 avril 1950.
  • 40 Vaillant, n° 260, 2 mai 1950.

21C’est dans ce contexte qu’une nouvelle BD apparaît dans Vaillant : Jean et Jeannette, dont le premier épisode est publié dans le n° 255 du 2 avril 195038. L’histoire raconte l’exode en 1940 de Marguerite Morvan et de ses deux enfants, Jean et Jeannette, sur les routes bombardées par l’ennemi. Tous trois quittent la capitale pour se réfugier en zone libre où ils apprennent la mort du père sur le front39. Quand les Allemands occupent cette zone, un commandant nazi s’installe chez eux dans leur ferme, ce qui fait penser à la situation décrite dans Le silence de la mer par Vercors40.

  • 41 Pierre Bruno, « Chronique culture jeune. Pif Gadget : qu’est-ce qu’un périodique progressiste pour (...)

22Dans ce cas, comme dans le suivant (le Grêlé et l’Ermite), la cellule héroïque minimale est la plupart du temps double : un aîné avec l’expérience du terrain et un cadet plus fragile et plus intellectuel. Dans ce cas, Jean est le plus fort, tandis que Jeannette est la plus sensible, non seulement en raison de son âge (elle plus jeune que son frère) mais aussi du fait des représentations de l’époque sur les femmes, caractérisées par la passivité. Le beau sexe est donc cantonné aux rôles secondaires41.

  • 42 Voir les n° 261, 262 et 263 du 14, 21 et 28 mai 1950, respectivement.
  • 43 Vaillant, n° 266, 18 juin 1950.

23L’instituteur, pour sa part, cristallise l’archétype du résistant qui enseigne à ses élèves l’histoire française (notamment la Révolution de 1789 et la Commune) de façon à démontrer que le peuple français n’a jamais plié face à l’ennemi. En contrepartie, le maire du village symbolise le collaborationniste qui n’hésite pas à dénoncer et à faire arrêter l’enseignant. La Résistance est décrite comme un phénomène comprenant toutes les couches sociales et tous les groupes d’âge, enfants inclus. De cette manière, quand Paul est arrêté, ce sont ses camarades d’école qui le libèrent en profitant d’un moment de distraction des gendarmes. Quand les nazis recherchent des armes dans la ferme, c’est Jean qui, sans recevoir aucun ordre, les cache. Les enfants imitent donc les attitudes et les comportements des adultes42. Jean parvient à sa maturité quand il devient agent de liaison des Francs-tireurs qui campent dans un maquis, non loin de lui43. Ses exploits plongent le personnage et son entourage dans la peur et le danger. En effet, il est capturé par les nazis et, même s’il arrive à s’échapper par la suite, sa mère tombe entre les mains de l’occupant.

  • 44 Vaillant, n° 271, 23 juillet 1950.

24En outre, cette BD se fait l’écho de l’un des dilemmes qui a secoué les militants communistes : doit-on soutenir l’action armée même si cela suppose l’exécution d’otages ? La réponse qu’un FTP donne à Jean le conforte dans l’acceptation de l’action directe44. En même temps, les aventures de Jean et Jeannette permettent de connaître un petit peu mieux la vie quotidienne sous le régime de Vichy, ainsi que dans d’autres pays soumis aux régimes autoritaires comme l’Italie fasciste.

  • 45 H. Cultru, Vaillant, op. cit., p. 216-217.
  • 46 H. Filippini, Dictionnaire thématique, op. cit., p. 235.
  • 47 Sylvain Lesage, « Récits complets, petits formats et Résistance », dans : I. Doré-Rivé et G. Krivop (...)
  • 48 Le poème Paris (d’Aragon sur la Libération), la bande dessinée sur la libération de la Corse Tous b (...)

25Ces premières aventures que les experts considèrent comme les plus intéressantes, sont dues à la plume de Jacques Souriau qui anime cette bande dessinée entre 1950 et 1954. Jacques Kamb ou Kambouchner, pour sa part, dès qu’il rejoint Vaillant en 1951, écrit des scénarios pour cette BD en s’inspirant de sa propre vie, marquée par la mort en déportation de son père et par sa fuite pour échapper aux nazis45. Une deuxième série d’aventures débute en 1959, cette fois avec René Deynis qui recrée la vie de personnages désormais tournés vers la recherche policière, jusqu’à sa fin en 196246. Ce changement dans la BD fait écho à une tendance plus générale qui veut que, dans le contexte de la guerre froide, les histoires d’espionnage soient les préférées des lecteurs. De même, les voyages d’aventures, les explorations, les exploits dans le monde de l’aviation étaient, à l’époque, des thèmes très à la mode47. Ces sujets, plébiscités par le public jeune et apparaissant comme la promesse d’une meilleure rentabilité, contribuent peut-être à expliquer pourquoi la Seconde Guerre mondiale n’occupait plus sa place hégémonique d’autrefois. En outre, le contexte international a complétement changé avec la guerre froide : l’euphorie et l’optimisme de l’après-guerre ont disparu. Tandis que beaucoup de résistants étrangers sont expulsés vers leur pays d’origine, parfois exposés à une mort certaine, et que les FTP français sont poursuivis par la justice, les collaborateurs réapparaissent dans les allées du pouvoir. De plus, au sein du PCF, malgré son caractère centralisateur et monolithique, coexistent des sensibilités diverses qui n’ont pas la même lecture du phénomène résistant. En conséquence, entre 1953 et 1957, les récits évoquant la Résistance se font de plus en plus rares48.

26En 1957, cette thématique réapparaît mais sans l’éclat qu’elle avait eu à la Libération. La vie de Fabien – publiée en plusieurs exemplaires – et les histoires de Jean Rivois (1958), de Jean Sanitas (1959-1960) ainsi que la nouvelle rubrique « Les grandes enquêtes de Vaillant dirigées par Jean Sanitas » (1960-1961) évitent la disparition de la Résistance en tant que sujet. À cela s’ajoute la publication, entre 1962 et 1963, d’une série de récits mettant en scène des évasions pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que le retour de la bande dessinée Bob Mallard.

  • 49 Vaillant, n° 274, août 1950.
  • 50 Vaillant, n° 496, novembre 1954 et H. Cultru, Vaillant, op. cit., p. 83.
  • 51 Vaillant, n° 921, janvier 1963, et H. Cultru, Vaillant, op. cit., p. 84.

27En outre, il faut préciser que l’évocation de la Résistance a revêtu différentes formes. Ainsi, l’épopée résistante est évoquée en lien avec la lutte contre les armements nucléaires49, avec la solidarité avec les peuples frappés par des catastrophes naturelles50 et avec la lutte pour l’indépendance algérienne51. Cela permet de déduire que cette référence historique a été mobilisée en fonction de l’agenda politique national et international communiste.

3. Aux temps des révoltes : Le Grêlé 7/13 (1966-1971)

  • 52 Même si cette étude se focalise sur la période 1944-1974, les histoires du Grêlé ont continué à êtr (...)

28Publiée entre 1966 et 1971, cette BD est diffusée sous la forme d’un récit complet, de récits à suivre (entre 1966 et 1968, avec quelques exceptions), pour revenir aux récits complets (entre 1969 et 1971) dans les pages de Vaillant mais aussi de Pif Gadget. En outre, un album consacré à ce personnage est publié en 1973, aux Éditions Vaillant52.

29Le scénariste, Roger Lécureux, s’inspire de sa propre jeunesse et de son passé résistant à Ménilmontant et dans le Limousin. Les dessinateurs sont Lucien Nortier et Christian Gaty. Le personnage principal est Jean-Pierre Gavroche qui, en 1940, quitte Ménilmontant pour se réfugier à Campagnac. Arrivé en province, le parisien combat les nazis, affrontant régulièrement le capitaine SS Von Hatzer. Ce dernier, irrité par ses moqueries, lui donne le surnom de Grêlé 7/13 à cause des taches de rousseur qu’il a sur les joues. Son grand compagnon d’aventures est un ancien braconnier nommé l’Ermite.

  • 53 « Le vengeur aux yeux clairs », Vaillant le journal de Pif, n° 1212, 25 août 1968.

30L’élément le plus important de cette BD est l’évolution tant de la figure du résistant que de celle de l’occupant. En écho à l’existence de deux Allemagnes, sont identifiés « des bons et des mauvais Allemands », distinction qui était impensable dans l’immédiate après-guerre, qui préfère des visions manichéennes et sans nuances de l’ennemi. Ainsi, Carl Fanuser raconte comment, suite à l’opposition politique de son père au nazisme, ce dernier est fusillé, sa mère déportée et, lui-même, enrôlé de force dans la jeunesse hitlérienne. Fanuser affirme : « Je n’ai jamais cédé ! Je déteste Hitler et son régime de terreur ! Quand on m’a muté dans les SS, il y a quelques semaines, j’ai guetté l’occasion de déserter53… ».

  • 54 X. Aumage, « Il était une fois », op. cit., p. 29.
  • 55 Ibid., p. 37.

31En outre, même si le mot « maquis » disparaît de certains titres de BD au cours des décennies 1960 et 1970, celui-ci continue à être synonyme de la Résistance. En effet, dans le cas du Grêlé 7-13, ses aventures se situent dans des zones rurales, dans la campagne et les forêts de France54. La déportation et l’aide aux personnes pourchassées sont absentes de cette BD car ces thèmes ne sont abordés que tardivement dans le monde de la BD en général, à l’exception de la publication catholique Message aux Cœurs Vaillants55.

  • 56 « Entretien avec Xavier Aumage. Concevoir une bande dessinée », dans : I. Doré-Rivé et G. Krivopiss (...)

32Ce retour de la Résistance dans la BD coïncide, d’une part, avec le vingtième anniversaire de la Libération et avec les succès de ce sujet au cinéma dans les années 1960 : Paris brûle-t-il ? (1966) et La grande vadrouille (1966)56. D’autre part, cet intérêt de la Résistance pour la BD s’inscrit dans la lutte que se livrent les gaullistes et les communistes pour s’approprier l’héritage résistant. Il est probable que les usages politiques de la Résistance par de Gaulle, après son retour au pouvoir, notamment avec la panthéonisation de Jean Moulin, ont encouragé à opposer des héros communistes et populaires à « l’homme du 18 juin », pour démontrer qu’il existait aussi une résistante intérieure.

  • 57 Par exemple l’entretien de Marc Gibaud avec la coopération du Patronage laïque de Romainville à Gab (...)

33De la même manière que pendant les périodes antérieures, la Résistance est au rendez-vous sur d’autres supports. La publication des témoignages des partisans dans les colonnes du journal illustre cette tendance57.

34Les trois BD choisies mettent en relief diverses appréciations sur les résistants et les occupants, produites dans des contextes historiques différents. Ces trois instantanés aident à connaître les strates sur lesquelles les publications successives ont réélaboré ce qu’elles entendaient par « Résistance ». Dans cette réélaboration, la trace et le poids de la Résistance n’ont pas été les mêmes.

  • 58 B. Rossignol, Du Jeune patriote, op. cit., p. 116.
  • 59 Le meilleur de Pif, Issy-les-Moulineaux, Vents d’Ouest, 2005.
  • 60 Cf. P. Bruno, « Chronique culture jeune », op. cit., p. 132.

35Il est vrai que tout au long de ces décennies, la Résistance a continué à être présente. La défense de la culture ouvrière et nationale, l’exaltation du peuple qui lutte pour ses droits dans n’importe quelle société, sont des idées exprimées dans les créations véhiculées par le journal y compris dans les BD analysées58. Si ces valeurs étroitement liées à l’épopée partisane persistent, c’est dans une moindre mesure en comparaison avec ce qu’elles étaient au moment de la naissance de Le jeune patriote et de la Libération. L’évocation de la Résistance en elle-même se fait de plus en plus rare jusqu’à disparaître totalement. Ainsi, dans une sélection publiée récemment qui propose de rassembler, comme son titre l’indique, le meilleur de Pif, aucun personnage ni aucune des BD ne font allusion à la lutte partisane59. Cela est peut-être une métaphore de l’évidente conversion qui a eu lieu dans ces pages. Le Jeune Patriote – Vaillant – Pif Gadget a été un moyen de transmission des idéaux progressistes, puis il a survécu mais en perdant de vue les valeurs présentes à sa naissance60.

Haut de page

Notes

1 Bien que Le Jeune patriote naisse en 1942, cette analyse débute en 1944.

2 Joël Mak, Histoire et bande dessinée, Grenoble, CRDP de l’Académie de Grenoble, 2006, p. 143.

3 Ibid., p. 24.

4 Ibid., p. 143.

5 Gilles Ragache, Les enfants de la guerre ; vivre, survivre, lire et jouer en France, 1939-1949, Paris, Perrin, 1997, p. 197.

6 Désormais, JP.

7 Hervé Cultru, Vaillant le journal le plus captivant, 1942-1969 : La véritable histoire d’un journal mythique, Paris, Vaillant Collector, 2006.

8 Parmi eux : Ginette Cros, Madeleine Bellet, René Moreu, Roger Lécureux, Pierre Olivier, Jean Ollivier.

9 Le premier numéro légal de JP paraît le 13 octobre 1944.

10 Nom donné par le PCF aux anciennes Jeunesses communistes (JC), comme fruit d’une stratégie visant à attirer des soutiens et des sympathisants appartenant à des couches sociales diverses et non exclusivement ouvrières, et cela dans le cadre d’une politique plutôt d’intégration républicaine que révolutionnaire. Après, l’UJRF laisse sa place à nouveau aux JC. La recherche de ce patronage répond à la situation d’après-guerre : seules les publications résistantes avaient le droit à des quotas de papier, denrée rare, ainsi qu’aux autorisations nécessaires pour être éditées. Ces raisons expliquent le lien entre JP et UJRF. Cf. Bruno Rossignol, Du Jeune patriote au journal le plus captivant : Vaillant 1945-1950, Mémoire de DEA en histoire sous la direction de Pascal Ory, Paris, IEP, 1982, p. 11-12.

11 JP annonçait dans son n° 30 du 12 mai 1945, la parution de Vaillant comme une contribution du Front de la jeunesse populaire pour la reconstruction et comme une réponse aux besoins de tous les jeunes Français. Dans ce sens, il voulait leur offrir des journaux, des publications variées, pour les éduquer, les former et les distraire, raisons pour lesquelles cette nouvelle formule a été adoptée.

12 « 30 ans de bande dessinée française. Entretien de Roger Lécureux avec Georges Quiquère », La Vie Ouvrière, n° 1593, 12 mars 1975.

13 Fifi est le surnom que familièrement on donnait aux intégrants des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

14 « Interview à R. Lécureux : Ma vie est une BD », HOP !, n° 94, juin 2002, p. 10.

15 Cf. B. Rossignol, Du Jeune patriote, op. cit., p. 15.

16 Par exemple Erik (ou André Joly) a successivement dessiné Dr Fulminate contre le prof Vorax pour Le Téméraire (1943-1944), transformé en Prof Tribacil (et Bisulfite) contre le docteur Klorat dans Coq Hardi pour finir en Triphenol contre Klorax dans Formule 1, la version 1969 de Cœurs Vaillants. Cf. Jean-Paul Morel, « De Vaillant à Pif », dans : Antoine Spire (dir.), La culture des camarades. Que reste-il de la culture communiste ?, Paris, Éditions Autrement, 1992, p. 254.

17 Henri Filippini, Dictionnaire thématique des héros de bandes dessinés, vol. I : Histoire-Western, Grenoble, Glénat, 1992, p. 355.

18 Cf. n° 49 au 63 de Vaillant, en plus d’être publié comme récit complet en avril 1947 dans l’album qui porte ce titre.

19 Vaillant Le jeune patriote, le journal des jeunes le plus captivant, n° 31, 1 juin 1945.

20 FTP : Franc-tireur partisan, archétype du résistant participant à la lutte armée, généralement issu des rangs communistes.

21 Xavier Aumage, « Il était une fois la Résistance dans la bande dessinée, les codes de l’exposition », dans : Isabelle Doré-Rivé et Guy Krivopissko (dir.), Traits résistants. La Résistance dans la bande dessinée de 1944 à nos jours, Lyon, Libel, 2011, p. 26.

22 Ibid., p. 25.

23 Ibid., p. 43-44.

24 H. Cultru, Vaillant, op. cit, p. 19.

25 Cf. Vaillante, le magazine des petites filles de France, n° 47 à 50 des 11, 18, 25 décembre 1947 et du 1er janvier 1948.

26 « Une petite fille de France », article de Pierre Olivier sur Rose Blanc, Vaillante, n° 2, 15 décembre 1946.

27 « Solweij, petite fleur des neiges », Vaillante, n° 4, 13 février 1947 ; « La présence d’esprit de Rolande », récit de Pagwadgi, Vaillante, n° 22, 19 juin 1947 ; « Odile, petite fille d’Alsace », récit de Pagawdgi, n° 30, 14 août 1947 ; « Garçon manqué », récit de Madeleine Riffaut, Vaillante, n° 43, 13 novembre 1947 ; « Mitsou au cinéma », Vaillante, n° 51, 15 janvier 1948 ; « Marie, fière enfant de Pologne », récit de Pagwadgi, Vaillante, n° 58, 24 février 1948. En outre, un récit à suivre de Boris constitue un cas curieux car, comme le titre l’indique, le héros de l’histoire est un animal : cf. « Noisette l’écureuil FFI », Vaillante, n° 34, 11 septembre 1947.

28 « Vincentella », récit de Janie, Dimanche Fillettes, n° 35, du 28 novembre au 4 décembre 1949 et « La lettre de Ficelle », Dimanche Fillettes, n° 36, du 5 au 11 décembre 1949 qui rend compte d’un voyage fait par les Vaillants et les Vaillantes en Corse, île dont Danielle était originaire.

29 Cf. « La serviette de cuir jaune », roman de Michèle Massane, Dimanche Fillettes, du n° 3, du 18 au 24 avril 1949 au n° 14, du 4 au 10 juillet 1949 ; « Comme une grande fête », récit de Max Rainat et présentation de l’auteur par Madeleine Riffaud, Dimanche Fillettes, n° 21, du 22 au 28 août 1949 ; « Le château de la Liberté », Dimanche Fillettes, n° 5, du 2 au 8 mai 1949 ; « L’évasion », récit de Janie, Dimanche Fillettes, n° 33, du 14 au 20 novembre 1949.

30 H. Cultru, Vaillant, op. cit, p. 149.

31 Cf. « C’est chic un héros », rubrique Le club de Vaillant, signé par « Les quatre », Vaillant, n° 112, 3 juillet 1947.

32 Pour une analyse exhaustive du sujet se rapporter à Thierry Crépin, Haro sur le gangster ! La moralisation de la presse enfantine, 1934-1954, Paris, CNRS, 2001.

33 Pascal Ory, « L’enfance stalinienne », dans : Natacha Dioujeva et François George, Staline à Paris, Paris, Ramsay, 1982, p. 203.

34 L’article n° 2 de la loi affirme : « Les publications ne doivent comporter aucune illustration, aucun récit, aucune insertion présentant sous un jour favorable le banditisme, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine, la débauche ou tous les actes qualifiés de crimes ou délits ou de nature à démoraliser l’enfance et la jeunesse ». Cité par P. Ory, « L’enfance stalinienne », op. cit., p. 203.

35 Pour connaître l'avis du PCF sur cette législation, se rapporter à « Des journaux et des livres dignes de nos petits », L’Humanité, n° 1518, 23 juillet 1949.

36 L’américanisation de la presse adressée aux enfants et aux adolescents n’a pas disparu complètement mais elle s'est trouvée limitée par cette législation. La perte de qualité des publications outre-Atlantique, la modification des goûts des lecteurs et l’apparition d’une nouvelle concurrence d’origine belge ont aussi contribué à freiner l’omniprésence américaine. Pour une analyse approfondie de cette problématique, se rapporter à Pascal Ory, « Mickey go home! », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, n° 4, 1984, p. 77-88.

37 Cf. P. Ory, « L’enfance stalinienne », op. cit., p. 202.

38 Celle-ci n’est pas la seule BD publiée sur la Résistance dans ces années-là : Bobby Poirier a aussi paru entre 1950 et 1951.

39 Vaillant, n° 257, 16 avril 1950.

40 Vaillant, n° 260, 2 mai 1950.

41 Pierre Bruno, « Chronique culture jeune. Pif Gadget : qu’est-ce qu’un périodique progressiste pour la jeunesse ? », Le français aujourd’hui, n° 161, 2008/2, p. 130.

42 Voir les n° 261, 262 et 263 du 14, 21 et 28 mai 1950, respectivement.

43 Vaillant, n° 266, 18 juin 1950.

44 Vaillant, n° 271, 23 juillet 1950.

45 H. Cultru, Vaillant, op. cit., p. 216-217.

46 H. Filippini, Dictionnaire thématique, op. cit., p. 235.

47 Sylvain Lesage, « Récits complets, petits formats et Résistance », dans : I. Doré-Rivé et G. Krivopissko (dir.), Traits résistants, op. cit., p. 91.

48 Le poème Paris (d’Aragon sur la Libération), la bande dessinée sur la libération de la Corse Tous bandits d’honneur ! (récit de Maurice Choury, dessins de Daniel Belloin), et Les chiche-kaput (récit de Jean Sanitas), constituent des exceptions. Cf. Vaillant, n° 483, 15 août 1954 ; Vaillant, n° 580, 24 juin 1956 ; Vaillant, n° 403, 6 décembre 1956, respectivement.

49 Vaillant, n° 274, août 1950.

50 Vaillant, n° 496, novembre 1954 et H. Cultru, Vaillant, op. cit., p. 83.

51 Vaillant, n° 921, janvier 1963, et H. Cultru, Vaillant, op. cit., p. 84.

52 Même si cette étude se focalise sur la période 1944-1974, les histoires du Grêlé ont continué à être publiées après cette date. Ses aventures ont été rééditées assez récemment sous la forme de treize volumes d’une collection aux éditions Topinambour.

53 « Le vengeur aux yeux clairs », Vaillant le journal de Pif, n° 1212, 25 août 1968.

54 X. Aumage, « Il était une fois », op. cit., p. 29.

55 Ibid., p. 37.

56 « Entretien avec Xavier Aumage. Concevoir une bande dessinée », dans : I. Doré-Rivé et G. Krivopissko (dir.), Traits résistants, op. cit., p. 173.

57 Par exemple l’entretien de Marc Gibaud avec la coopération du Patronage laïque de Romainville à Gaboureau, (de son vrai nom André Gorgousse), commissaire aux effectifs du maquis d’Oradour-sur-Vayre (2402, Cie FTPF). Ce chef d’un maquis limousin raconte aux enfants sa vie et son action dans le maquis à partir de mars 1943. Son témoignage s'accompagne de dessins et de photos afin de susciter l’intérêt des jeunes lecteurs et de valoriser le parcours de l’ancien FTP. Cf. « Les secrets de Gaboureau l’indomptable. Un témoignage sur la Résistance », Vaillant, le journal le plus captivant, n° 1003, 2 août 1964.

58 B. Rossignol, Du Jeune patriote, op. cit., p. 116.

59 Le meilleur de Pif, Issy-les-Moulineaux, Vents d’Ouest, 2005.

60 Cf. P. Bruno, « Chronique culture jeune », op. cit., p. 132.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvina Campo, « La Résistance en bulles »Strenæ [En ligne], 20-21 | 2022, mis en ligne le 01 octobre 2022, consulté le 18 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/strenae/9239 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.9239

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search