Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20-21Dossier thématique« Cher Pif… ». Le courrier des le...

Dossier thématique

« Cher Pif… ». Le courrier des lectrices et des lecteurs de Pif Gadget

Dear Pif… Readers’ mail in Pif Gadget
Sylvain Lesage

Résumés

Le courrier des lecteurs et lectrices peut constituer une source précieuse pour comprendre l’histoire de la presse jeunesse. En dépit d’un dispositif discursif très encadré, le courrier constitue un espace où on peut appréhender des traces de ce qui constituaient les pratiques de lecture de la bande dessinée et, plus largement, les pratiques sociales de la presse jeunesse : lecture en groupe, en famille, compulsive ou buissonnière, engagement dans des réécritures… À partir d’un échantillon de numéros de Pif Gadget, cet article montre que les lectorats de la presse jeunesse sont plus divers que ne le suggèrent les récits d’amateurs ; il montre notamment un lectorat nettement plus féminisé. Cette étude ambitionne de poser les jalons d’une histoire plus approfondie des magazines illustrés centrée non pas sur leurs contenus, mais sur la vie sociale intense dans laquelle ils s’insèrent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 https://labrechebd.com/les-brechoises/.
  • 2 Jessica Kohn, Dessiner des petits Mickeys. Une histoire sociale de la BD en France et en Belgique ( (...)
  • 3 Catriona MacLeod, Invisible Presence: The Representation of Women in French-Language Comics, Bristo (...)
  • 4 Roger Chartier, Pratiques de la lecture, Marseille, Rivages, 1985.
  • 5 Pour une invitation à relire la bande dessinée au fil des numéros hebdomadaires des illustrés, voir (...)
  • 6 La quête lancée en 2011 par un ancien lecteur du Tarn, Joël Fauré, pour retrouver les sapins offert (...)

1Le cadre dominant de la recherche sur la bande dessinée reste, encore aujourd’hui, empreint d’un regard très masculin. Le projet Les Bréchoises1, la thèse de Jessica Kohn2, parmi d’autres chantiers3, ont permis d’entamer le travail de réévaluation de l’importance des autrices dans l’histoire de la bande dessinée « franco-belge ». Je voudrais ici contribuer à réinterroger non pas l’importance historique de ces autrices, mais les pratiques ordinaires de lecture de la bande dessinée4. À rebours de la fascination pour les lectures expertes des bédéphiles qui imprègne encore nos imaginaires de la lecture, je voudrais ici revenir à l’expérience hebdomadaire de la lecture de Pif. Relire le magazine au fil des numéros5, semaine après semaine, permet en effet de mettre à distance l’imaginaire et les représentations que Pif a légués. La question du lectorat de Pif est généralement réduite aux enjeux liés au gadget. Cet intérêt est d’autant plus légitime que ces objets ont pu bénéficier d’une vie longue – les sapins Pif, par exemple, traqués et retrouvés des décennies après par d’anciens lecteurs passionnés6. Ces gadgets ont pu cristalliser une culture matérielle de l’enfance originale, témoignant d’une tension entre bricolage et consumérisme. Mais le gadget n’est-il pas l’arbre qui cache la forêt du lectorat ?

  • 7 Henri Filippini, Histoire du journal et des éditions Vaillant, Grenoble, J. Glénat, 1978 ; Hervé Cu (...)
  • 8 À ce stade, un dépouillement du courrier des 100 premiers numéros du journal a été réalisé ; l’enqu (...)
  • 9 Nicolas Hube, « Le courrier des lecteurs. Une parole journalistique profane ? », Mots. Les langages (...)
  • 10 Véronique Rohrbach, Le courrier des lecteurs à Georges Simenon : l’ordinaire en partage, Rennes, Pr (...)

2Interroger le courrier des lecteurs permet pourtant d’envisager différemment Pif Gadget. Loin de l’image masculine construite par les générations différentes d’hagiographes du journal7, le dépouillement systématique (sur une poignée d’années-clés8) du courrier des lecteurs permet d’esquisser un autre profil. Étudier le courrier de près permet également de s’interroger sur les modalités d’engagement dans le journal, les types d’interaction qui s’esquissent : pourquoi écrit-on au journal ? Avec quels effets ? Le courrier discute abondamment des gadgets et des jeux mais il accorde également une place importante aux bandes dessinées, à leurs scénarios, leur style… L’analyse du courrier permet d’approcher une expertise profane9, élargissant ainsi le corpus des discours sur la bande dessinée plus structurés qui gagnent les pages de la presse spécialisée. À côté d’expertises spécialisées, on assiste alors à un « ordinaire en partage10 » qui redouble l’expérience du journal.

  • 11 Henry Jenkins, Textual poachers: television fans & participatory culture, New York, Routledge, coll (...)
  • 12 Le courrier des lecteurs reste à ce jour encore peu étudié en histoire des médias. Parmi les travau (...)

3Alors que les études sur les fans et leurs modalités d’engagement sont nombreuses11, cet article tente donc, à travers son étude de Pif, de dégager une méthode d’investigation de ce corpus inexploré des études sur la bande dessinée que constitue le courrier des lecteurs12.

Lire et écrire à Pif

  • 13 Sylvain Lesage, L’Effet codex : quand la bande dessinée gagne le livre. L’album de bande dessinée e (...)
  • 14 Sur l’histoire de Pif Gadget : Maël Rannou, Pif Gadget et le communisme. 1969-1993, un hebdomadaire (...)

4Pour délimiter le lectorat de Pif, il n’est pas inutile de commencer par les grands ensembles. Pif Gadget est, tout au long des années 1970, le magazine de bande dessinée le plus vendu en France, devançant même le Journal de Mickey qui était jusqu’à présent le plus fort tirage de la presse illustrée française. Les statistiques de vente certifiées par l’OJD manifestent avec éclat cette position au sommet de la presse illustrée pour enfants, le magazine se maintenant pendant toute la décennie au-dessus de 450 000 exemplaires payés par semaine, et même au-delà de 500 000 exemplaires entre 1971 et 197513. À eux seuls, ces chiffres de diffusion manifestent l’importance du magazine dans les cultures enfantines de la France des années 1970, et justifient l’importance du chantier entrepris pour en restituer l’histoire14 (fig. 1).

Figure 1 : Diffusion payée de Pif, Le Journal de Mickey et Le Journal de Spirou, 1970-1976. Données OJD.

  • 15 Les archives du Parti communiste, déposées aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis, ne co (...)

5Au sein de ce lectorat particulièrement nombreux, celles et ceux qui écrivent au journal ne représentent bien sûr qu’une fraction, délicate à évaluer mais assurément très minoritaire. Cette fraction du lectorat, autre évidence, ne présente aucun caractère de représentativité. On le sait depuis longtemps : se sentir légitime à écrire, écrire au journal, voir sa lettre publiée, suppose une série de filtres. Toutes les catégories de lecteurs n’écrivent donc pas équitablement au journal, et à aucun moment on ne peut voir dans le journal un observatoire de son lectorat réel. C’est d’autant plus problématique lorsque, faute d’archives éditoriales15, on doit se contenter du courrier publié, qui est à la fois choisi et mis en scène (fig. 2).

Figure 2 : la mise en scène du courrier des lecteurs dans Pif n° 3, 10 mars 1969, p. 39.

  • 16 On décèle, au passage, l’élégance de la situation élaborée dans Spirou autour du personnage de Gast (...)

6Le dessin publié dans le n° 3 s’inscrit bien dans cette construction d’une communauté par le courrier. Il s’inscrit certes dans une rubrique particulière, puisqu’il met en scène les réponses à la rubrique des jeux. Mais il témoigne de la confusion opérée entre courrier de Pif et courrier de Pif : dans l’espace du dessin, c’est bien le chien qui entreprend de répondre personnellement à l’avalanche de courriers qui menace de l’ensevelir. La situation est d’autant plus problématique qu’en parallèle, le téléphone sonne avec tant d’insistance que le combiné bondit de ses crochets. Le flot de paroles écrites et orales est absorbé par un Pif bien esseulé. Le dessin traduit ainsi une tension entre une rédaction qui se représente, littéralement, à l’écoute de son lectorat, et la difficulté à gérer la déferlante de parole16.

  • 17 Ce courrier a fait l’objet d’un double traitement : quantitatif d’abord, à partir des indications f (...)

7Le courrier est donc trompeur, car il permet de dépasser la froide statistique des ventes à l’exemplaire, d’agrégats commerciaux impersonnels. Mais cette chair des lectrices et des lecteurs, cette vie intime qui fait irruption dans le journal n’est pas représentative de l’extrême diversité des lectorats et des modes de relation au journal. Les écrivant.e.s ne représentent donc qu’une fraction étroite des lectorats : les lectrices et lecteurs les plus investi.e.s, pour qui lire et écrire à Pif revêt une importance suprême. Ces effets de filtre sont classiques, et ne sont pas propres à Pif. Pour autant, l’abondant courrier fournit un matériau très riche pour mieux appréhender les lectorats pluriels17. Il permet également de comprendre comment Pif construit ces lectorats : la médiation de la rédaction est en effet essentielle, à la fois dans la sélection des courriers, dans les réponses qui leur sont apportées, et dans la mise en scène de ces lectorats. Or Pif accorde une importance décisive au courrier. Cette importance n’est pas immédiatement acquise : sur les 38 premiers numéros, 25 comprennent un courrier des lecteurs. Après une phase de rodage, le courrier s’impose comme un espace crucial du journal, qui symboliquement ouvre et referme le journal. Il occupe la page 2, avec l’éditorial, et l’avant-dernière page (la dernière page, elle, étant en couleurs) : le courrier encadre la lecture de l’illustré, c’est lui qui lui donne son sens, dans la construction d’une communauté – qui est d’ailleurs plus large : concours continu de devinettes envoyées par les lecteurs, courrier des gadgets…

  • 18 Dans la mesure où le courrier a une vocation publique, j’ai fait le choix de ne pas anonymiser les (...)

8Comme d’autres journaux, le courrier est un espace de réclamation : lecteurs et lectrices s’étonnent, voire s’offusquent, de ne pas voir leur nom apparaître. Ainsi, Jean-Michel Buisson reproche à la rédaction : « Pourquoi m'avez-vous répondu personnellement et non pas dans le journal ? » (Pif n° 14)18. Ce qui compte pour le lecteur n’est pas tant, ici, de recevoir une réponse de la part du journal, que de voir sa réponse dedans. Exister dans et par le journal constitue une ambition partagée que manifestent de nombreux courriers. Plus virulent, Johan Baleux, d’Origny-Sainte-Benoîte, adresse un courrier de reproches amers :

Je reprends une nouvelle fois ma plume pour te dire que je suis déçue (sic.). Chaque semaine, j’attendais avec impatience le moment où ma mère me rapportait Pif. Je bondissais dessus et l’ouvrais à toutes les rubriques Gadgetus, De vous à nous, les lecteurs nous racontent les meilleurs. Mais rien, jamais mon nom n’est paru dans votre journal. Pourquoi ? Je trouve tout cela injuste et de nombreux lecteurs se trouvent certainement dans ma situation. Tous ces lecteurs, Claude Desart, Fabienne Dupart, Michèle Despretz, ont-ils un nom à résonance plus agréable ou leur lettre est-elle plus enrichissante, plus intelligente que la mienne ? (Pif n° 112)

9Face à ces revendications récurrentes, cette envie de se voir reconnu par le journal, Pif élabore pourtant précocement une solution originale : celle de publier des listes de lecteurs et lectrices dont le courrier n’a pas pu être publié. Dès le n° 9, au moment où le journal commence à publier du courrier, la rédaction recourt à cette astuce :

Nous remercions particulièrement M. Filippini à Coulommiers, Elisabeth Maret à Marseille-3e, Patrick Mercier à Peyraud, Michel Albrand, Le Brux, Georges Boukoff à Sofia (Bulgarie), Alain Chevron, Strombeck-Bever (Belgique), Liliane Picard à Melun de leurs envois. (Pif n° 9)

10La liste de correspondants dont le courrier n’est pas publié s’allonge peu à peu, au point de fournir une quasi-rubrique à part entière. Cette deuxième liste est ainsi particulièrement intéressante, dans la mesure où elle permet de cerner les contours de ce lectorat actif, mais dont la participation n’est pas jugée suffisamment intéressante par le journal pour avoir pleinement sa place ou être citée dans ses pages. La participation à la vie du journal peut ici devenir une activité compétitive, où il importe d’être suffisamment intéressant pour trouver sa place dans le courrier.

11Quoi qu’il en soit, ces listes de contributeurs fournissent un matériau extrêmement riche pour cerner, encore une fois, non pas tant le lectorat de Pif que la fraction de celui-ci qui est la plus engagée dans la lecture et la vie du magazine. J’ai ainsi procédé au dépouillement des lecteurs et lectrices ayant écrit à Pif, en relevant l’ensemble des informations fournies par le journal : nom, prénom, ville de résidence – et, parfois, l’âge. Ce dépouillement a été effectué sur les 500 premiers contributeurs au courrier des lecteurs, un chiffre quelque peu arbitraire mais qui permet de disposer d’un premier échantillon de taille correcte. Dans l’idéal, il conviendrait de comparer ce premier ensemble – qui court sur les 38 premiers numéros de Pif – à un deuxième prélèvement, opéré plus tard dans la vie du journal. D’ores et déjà, ce premier carottage du lectorat actif de Pif fournit un certain nombre d’enseignements.

12On peut déjà répartir ces 500 premiers courriers par sexe, en s’aidant du prénom. Sur les 200 premiers correspondants, on compte 62 lectrices, 120 lecteurs, et 18 prénoms épicènes. On a donc un rapport d’environ un tiers (34 %) / deux tiers, ce qui est déjà d’une proportion plus importante de lectrices qu’on ne pourrait s’y attendre à la lecture des souvenirs et histoires de Pif. Mais si on regarde un peu plus dans le détail, on s’aperçoit que les filles voient leur courrier publié à 26,5 %, contre 35 % pour les garçons. Autrement dit, le courrier publié par les petites filles est jugé moins digne d’intérêt !

  • 19 Guillaume Roubaud-Quashie, Les jeunes communistes en France (1944 - fin des années 1970) : les muta (...)

13Ainsi, le lectorat de Pif apparaît plus féminin qu’on aurait pu s’y attendre : alors que le courrier des lecteurs de Spirou ou de Pilote semble structuré par une identité masculine très forte, c’est beaucoup moins net dans le cas de Pif, au lectorat plus mixte. Faut-il y voir l’héritage d’un idéal communiste de construire un mouvement de jeunesse mixte19 ? En effet, le communisme de mouvements parallèles laisse la place, dans les années 1960, à une approche de masse, mixte ; Pif, lancé en 1969 dans le prolongement de Vaillant, promeut explicitement cette mixité de façade. Alors que Spirou, Tintin ou Pilote ciblent explicitement les jeunes garçons (puis, dans le cas de Pilote, les adolescents), témoignage de l’héritage des mouvements de jeunesse et du scoutisme qui imprègne leurs projets éditoriaux de départ, Pif adopte un ciblage du lectorat différent.

14Le lectorat de Pif est également plus familial : les parents s’investissent, ponctuellement, dans le courrier. Les courriers sélectionnés mettent soigneusement en scène les lectures familiales de Pif, et le statut du journal comme objet culturel partagé au sein du foyer. Ainsi, Joëlle Caillet, de Cachan :

J’ai dix ans et je t’ai connu à la clinique. Cela fait maintenant un an et, depuis, mon père, ma mère, mon frère et moi te lisons. Je suis une grande admiratrice de Corinne et Jeannot, mais contrairement aux autres lecteurs, quand une fille et un garçon se disputent, je dis « chacun pour soi ». (Pif n° 89)

15De même, Catherine Abt, de Metz : « […] C’est une camarade de classe qui m’a fait connaître ton journal. Il plaît à toute la famille. Maman fait les mots croisés, papa aime les bandes dessinées, mon petit frère regarde les images. Quant à moi, tout me ravit ». (Pif n° 71). Ou encore Martine et Marguerite Jalkowska, de Paris :

J’ai treize ans. J’achète ton journal toutes les semaines. Je lis d’abord les histoires comiques et ma sœur Martine, qui a dix ans, lit les histoires de Rahan, de Loup Noir, etc. Ma mère et ma grand-mère aiment faire les mini-tests, mon père s’intéresse aux mots croisés et mon petit cousin, qui a un an et demi, se contente de dire REU, REU en regardant les images. (Pif n° 74)

16De façon très significative, cette mise en scène de la lecture de Pif comme activité familiale, objet éventuellement de conflits mais participant, ultimement, de la concorde du foyer, semble revenir sous la plume des lectrices – et non des lecteurs.

Améliorer le journal, bâtir une communauté

17Le courrier n’a cependant pas pour seule fonction de voir son nom publié, d’être reconnu comme quelqu’un entretenant un lien spécial avec le journal. Il a également pour vocation de contribuer à la construction d’une communauté. Lecteurs et lectrices sont ainsi régulièrement invité.e.s à formuler leurs séries et rubriques de prédilection, et se saisissent du courrier comme un espace d’appropriation du journal, pour le modeler à leur goût. Certains courriers se contentent ainsi de hiérarchiser leurs préférences. Mireille Laurent, de Toulouse, rapporte ainsi les goûts au sein de sa famille :

Mon cher Pif, cela fait au moins trois ans que j’achète ton journal et je le trouve très amusant et surtout plein de gaieté. Ma mère aime beaucoup Gai-Luron ; moi je préfère les histoires de Pifou, mais ce qui m’emballe le plus, ce sont tes histoires avec Hercule. (Pif n° 70)

18D’autres courriers vont plus loin, et suggèrent des pistes d’amélioration. Fabienne Lekieffre, d’Haveluy, écrit ainsi :

[…] Pif est le journal hebdomadaire que je préfère. Mais je l’aimerais encore plus si l’histoire du Grêlé 7-13 était remplacée par une histoire de lycée, ou d’école, dans lequel ou laquelle se passeraient des aventures très courtes et amusantes et ça permettrait aux garçons comme aux filles d’être satisfaits, car le Grêlé 7-13 est plutôt une histoire pour les garçons. (Pif n° 51)

19Renée Huon, de Mâcon, va même jusqu’à suggérer de publier plusieurs versions de Pif :

Mes parents n’ont pas du tout les mêmes goûts que moi : les histoires qu’ils préfèrent sont Corto Maltèse (sic.), Gai-Luron mais je préférerais qu’il y ait plus de Placid et Muzo ou d’Horace que de M. le Magicien. Est-ce que vous ne pourriez pas faire un Pif spécial parents (sans les gadgets) et un Pif normal avec deux gadgets pour les autres ? (Pif n° 124)

20Enfin, d’autres courriers s’apparentent, de façon plus originale, à de véritables critiques de séries ou d’auteurs publiés dans le journal. Michèle Mébrard, de Paris, consacre ainsi un long courrier à Loup Noir :

Loup Noir est le héros que je préfère et je regrette qu’il ne passe pas plus souvent dans Pif. Ce que j’aime chez lui, c’est d’abord son courage, mais aussi son honnêteté (par rapport aux Blancs, par exemple) et son honneur. On a trop l’habitude de voir des Indiens qui ne sont pas de vrais Indiens : Loup Noir en est un, je le sais parce que je collectionne les livres sur les Peaux-Rouges et je peux comparer les vrais Indiens avec ceux qui paraissent dans les bandes dessinées. Bravo à Jean Ollivier et à Kline. (Pif n° 102)

21Certaines de ces critiques tombent à côté de leur cible, comme par exemple Yves Jeannes, d’Alès, qui croit déceler un changement d’auteur du Concombre masqué : « Vraiment le Concombre Masqué est de plus en plus “dément” ! Surtout depuis que c'est Mandryka qui le dessine à la place de Kalkus… » (Pif n° 14). D’autres critiques se font particulièrement virulentes, comme celle de François Colombet, de Paris :

Pif gagnerait à voir disparaître des histoires comme Rahan, qui n’ont ni queue, ni tête. D’autant plus que c’est une histoire qui passe toutes les quatre semaines alors que d’autres récits d’aventures passent toutes les sept semaines. Si vous voulez mon avis, il serait bien de le supprimer purement et simplement. D’abord, parce que ses histoires ne tiennent pas debout, ensuite parce que le dessinateur ne sait pas dessiner. J’exige que vous passiez cette lettre afin que la majorité des lecteurs de Pif puisse vous écrire s’ils sont d’accord avec moi. (Pif n° 101)

22Six semaines plus tard, le courrier d’un lecteur amateur de Rahan fournit à la rédaction l’occasion de répondre à François Colombet : « Quelques jours après la parution de cette fameuse lettre, nous avons reçu 288 lettres réprouvant l’opinion de François Colombet et une lettre d’un lecteur d’accord avec lui. Sans commentaires ! » (Pif n° 107).

23Lecteurs et lectrices se répondent, surtout après une critique négative. Ainsi Roland Gérard entreprend de défendre M. le Magicien :

J’ai lu dans la rubrique « De vous à nous » qu’un lecteur n’aimait pas M. le Magicien : j’en profite pour vous dire que moi non plus je ne l’aimais pas au début. Je trouvais que le dessin était vraiment quelconque et que les histoires étaient complètement idiotes. Et puis, un jour, mon père m’a dit que c’était l’histoire qu’il préférait. J’ai d’abord été étonné, puis je me suis décidé à lire M. le Magicien plus sérieusement. Je crois que mon père avait raison. Ensuite j’ai lu dans Pif que Mattioli, le dessinateur de M. le Magicien, avait reçu un prix pour ses recherches graphiques. Alors, je dis au lecteur qui a écrit que M. le Magicien est une bande dessinée idiote que tout le monde n’est pas d’accord avec lui. (Pif n° 107)

24On trouve ainsi dans les pages de Pif l’ébauche d’expertises qui témoignent de l’appropriation des discours bédéphiles, et de formes de savoirs sur la bande dessinée qui ouvrent un chantier considérable sur les bédéphilies amateurs. Daniel Passelergue, professeur de mathématiques à Dourdan, représente un de ces spécialistes improvisés ; il écrit un long courrier concluant que « M. le Magicien c’est le Boris Vian de la bande dessinée comique » (Pif n° 79). Cette bédéphilie amateure prolonge en partie la bédéphilie savante (fig. 3). Ainsi, la réévaluation par Roland Gérard de M. le Magicien est facilitée, dit-il, par le prix obtenu par Mattioli, un prix largement relayé par Pif :

Tout récemment, le Congrès de Lucca décernait à nos éditions le Grand prix international de la bande dessinée. Cette haute distinction récompensait les efforts de notre hebdomadaire, lequel est, désormais, non seulement le journal illustré le plus important de France mais également d’Europe ! Plus récemment encore, pleuvait sur nos auteurs une série de Prix : Prix « Phénix » pour Corto Maltese, Prix de la meilleure série comique pour Corinne et Jeannot, Prix de la recherche et de l’originalité pour M. le Magicien, etc. […]. (Pif n° 101, éditorial)

Figure 3 : « Les grands, eux aussi ! », Pif n° 42 : l’illustré pour enfants se fait chambre d’écho des initiatives bédéphiles.

25Pif participe activement à la construction d’une communauté à travers la mise en scène du dissensus. Un exemple paraît frappant : celui du référendum. Il s’agit là d’un dispositif communément employé par la presse illustrée pour la jeunesse pour nourrir l’impression d’une participation des lecteurs à la vie du journal. On retrouve ce dispositif dans les pages de Spirou, de Tintin comme de Pilote. Il est cependant frappant de relever que, là où la mise en scène du référendum dans Spirou apparaît classificatoire (il s’agit de hiérarchiser les meilleures séries, et de se débarrasser des mal-aimées), dans Pif la mise en scène des préférences est antagoniste : il s’agit de trancher entre des aspirations contradictoires. L’éditorial annonçant l’organisation du référendum repose ainsi explicitement sur cette logique (fig. 4) :

Figure 4 : « Qui faut-il croire ? », Pif n° 49.

26Faut-il voir dans cette posture antagoniste le fruit de l’héritage d’une culture politique communiste contestataire ? Il est sans doute prématuré, à ce stade, de conclure à la spécificité du modèle de Pif, mais on peut déjà en soulever l’hypothèse. Quoi qu’il en soit, ce dissensus mis en scène permet de bâtir le consensus :

Chaque semaine vous nous envoyez des idées, suggestions, critiques, qui font de votre Pif un journal pas tout à fait comme les autres, un journal où nos lecteurs participent et décident.

Mais ces milliers de lettres ne nous suffisaient pas. Il nous fallait aussi l’avis de tous nos amis. C’est chose faite. Grâce au référendum 1970 de Pif, chacun de vous a pu donner ses appréciations, ses préférences sur les héros de Pif, le gadget, le journal des jeux, l’avenir de votre journal. Les statistiques les plus précises ont pu être établies et, désormais, nous savons ce que vous préférez, sur quoi il faudra porter notre effort, ce qu’il nous faudra réviser ou créer. (Pif n° 54)

27Magie de la démocratie représentative, l’expression populaire permettrait-elle de surmonter les cultures graphiques antagonistes ? La rédaction tient en tout cas à laisser s’exprimer les avis divergents ; dans le n° 113, elle publie ainsi le courrier de Richard Ledoux, de Bagneux, un lecteur qui s’offusque justement des critiques adressées à son cher journal :

[…] C’est tout de même un comble ! Près de la moitié des lettres que vous passez dans « De vous à nous » ne sont pas d’accord avec ce qui paraît dans « Pif ». Un jour c’est un « lecteur » qui demande qu’on supprime « Hercule », un autre jour c’est un autre lecteur qui veut faire disparaître « Corinne et Jeannot », ou qui veut faire supprimer le Journal des Jeux… j’en passe et des meilleures. C’est à se demander si les lecteurs lisent « Pif » à contrecœur ! « Pif » est bien comme il est et n’a pas besoin d’être changé. Je voudrais avoir votre avis là-dessus. (Pif n° 113)

Figure 5 : « La parole est aux rouspéteurs », éditorial du n° 26.

28Sans surprise, le journal défend l’expression critique (fig. 5) :

Nous ne sommes pas tout à fait d’accord avec toi ! Pif peut encore évoluer, s’améliorer et sans les suggestions de tous nos amis, nous ne saurions pas ce qui plaît ou déplaît. Bien sûr, toutes les lettres que nous passons ne représentent pas obligatoirement l’avis unanime des lecteurs de Pif, mais il faut que chacun d’entre vous puisse s’exprimer. (Pif n° 113)

29Plus prosaïquement, la publication de courriers critiquant tel ou tel héros permet de susciter de l’engagement, d’inciter lecteurs et lectrices à intervenir. Cet engagement atteint dans les pages de Pif un véritable paroxysme autour de la publication de Corinne et Jeannot de Jean Tabary, qui est l’occasion pour le journal de mettre en scène les conflits filles-garçons. Ainsi, l’identité mixte du journal, au cœur de son identité médiatique dans le paysage de la presse de bande dessinée des années 1970, fait l’objet d’une mise en abyme dans les pages de bande dessinée. Mais la série pousse les choses plus loin : non seulement elle constitue une sorte de métaphore des affrontements filles-garçons dans les pages de bande dessinée, mais le courrier constitue une arène de représentation de ces conflits et de leur lecture par les lectorats masculin et féminin. En 1969-1970, la question de savoir qui est pro-Corinne ou pro-Jeannot déchire le lectorat. Un seul exemple : Joëlle D., de Pierrefitte, qui s’interroge : « Pourquoi, dans Corinne et Jeannot, c’est toujours Corinne qui fait les blagues ? Alors qu’en réalité, nous les filles, nous sommes adorables, tandis que les garçons… » (Pif n° 64).

30Au-delà du courrier, abondant, la rédaction redouble l’engagement des lecteurs et lectrices, en mettant en scène cet affrontement, notamment dans l’éditorial du n° 14 :

« J’aimerais que les “Jeudis de Corinne et Jeannot” changent ; car c'est toujours Corinne qui gagne. Je voudrais que ce soit Jeannot ! »

Cet extrait de lettre n'est pas plus de Pierre LASSAGNE de Paris que de Georges VILLINTE à Nice ou de Annie BERTHOU à Orléans, mais plutôt de toutes ces centaines de lettres qui prennent la défense de Jeannot.

Mais pour être objectif et c'est notre rôle, il faut citer les centaines d'autres lettres qui nous disent : « Bravo à Corinne, enfin une fille qui ne se laisse pas faire et qui est la plus forte ! » ou bien : « Hourra pour votre Rédaction, enfin une héroïne dans le journal. Jusqu'ici, il n'y avait pour héros que des garçons ou des hommes ».

Une conclusion s'impose à la lumière de tout ce courrier passionné. Cette histoire plaît terriblement. En serait-il de même si c'était Jeannot qui gagnait une semaine, et Corinne une autre ? Terminées, les grandes discussions de toute la famille réunie autour du PIF ; terminés, les sacs de lettres gonflés à faire craquer la toile, pour notre préposé au courrier (René – il s'appelle ainsi – ne s'en plaindrait sûrement pas ! et encore, sait-on jamais ! Corinne parvient à attendrir même les « cœurs les plus durs ! ») ; terminées, les « empoignades », verbales bien sûr ! […] Écrivez-nous (tant pis pour René !). Donnez-nous votre avis sur ce drame humain ! (Pif n° 14, éditorial)

Figure 6 : « De vous à nous », Pif n° 83.

  • 20 Je développe plus longuement le cas exceptionnel de Corinne et Jeannot et de l’engagement qu’il sus (...)

31Mettre en scène le courrier des lecteurs est un procédé classique : il est de bon ton, pour un journal, d’évoquer « l’avalanche » de courrier engendrée par la qualité incomparable du journal (fig. 6). Mais Pif pousse les choses plus loin, puisque le courrier déborde des seules pages rédactionnelles. Comme dans Spirou à travers le personnage de Gaston Lagaffe, le courrier déborde sa fonction initiale de mise en scène de l’unanimisme, non seulement pour mettre en scène de l’affrontement, ce qui est plus original, mais également pour susciter un engagement multiple20.

  • 21 Sylvain Lesage, L’effet livre. Métamorphoses de la bande dessinée, Tours, Presses universitaires Fr (...)

32Cette exploration du courrier des lecteurs et lectrices de Pif ne constitue qu’une première étape. Pour bien saisir les modalités d’engagement des lectorats de la presse de bande dessinée, il est bien entendu indispensable d’envisager non seulement un empan chronologique élargi, mais également un corpus de publications diversifié. Par son lectorat mixte et par sa singularité éditoriale (celle d’un magazine de BD qui tourne le dos au modèle de l’album21), Pif constitue cependant un laboratoire de choix pour explorer les modalités d’engagement du lectorat avec le magazine, et du magazine avec ses lectorats.

  • 22 Geneviève Sellier, « La réception des films de la Nouvelle Vague dans le courrier des lecteurs de C (...)
  • 23 Michel de Certeau, L’invention du quotidien. I, Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.
  • 24 Béatrice Guillier, « “Croyez-vous, chère Marraine, que je puisse me corriger ?” », Lisette, Suzette (...)

33L’étude du courrier permet ainsi d’appréhender des expertises ordinaires22, enrichissant considérablement nos regards sur la bande dessinée et permettant de sortir de l’illusion des lectures savantes qui, trop souvent, faussent notre perception des pratiques de lecture. Le courrier permettrait ainsi de saisir la manière dont lectrices et lecteurs peuvent « braconner » leurs séries dessinées23 et, au-delà, leurs lectures enfantines. Le chantier a été entamé, à l’initiative notamment de Béatrice Guillier24. Une fois élargi et approfondi, nul doute que ce chantier pourra renouveler notre compréhension de la manière dont jeunes lectrices et lecteurs donnent sens à leurs illustrés.

Haut de page

Notes

1 https://labrechebd.com/les-brechoises/.

2 Jessica Kohn, Dessiner des petits Mickeys. Une histoire sociale de la BD en France et en Belgique (1945-1968), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2022.

3 Catriona MacLeod, Invisible Presence: The Representation of Women in French-Language Comics, Bristol, Intellect Books, 2021 ; Margaret C. Flinn, Drawing (in) the Feminine: Women and Bande Dessinée, Ohio State University Press, à paraître.

4 Roger Chartier, Pratiques de la lecture, Marseille, Rivages, 1985.

5 Pour une invitation à relire la bande dessinée au fil des numéros hebdomadaires des illustrés, voir notamment Alain Boillat, Françoise Revaz, Marine Borel et Raphaël Oesterle, Case, strip, action! Les feuilletons en bandes dessinées dans les magazines pour la jeunesse (1946-1953), Gollion (Suisse), Infolio, 2016.

6 La quête lancée en 2011 par un ancien lecteur du Tarn, Joël Fauré, pour retrouver les sapins offerts avec le n° 347 du 20 octobre 1975, a ainsi rencontré un écho médiatique considérable. Voir par exemple Sophie Gindensperger, « Les “emPifés” du sapin », Libération, 19 décembre 2011.

7 Henri Filippini, Histoire du journal et des éditions Vaillant, Grenoble, J. Glénat, 1978 ; Hervé Cultru, Mariano Alda et Richard Medioni, Vaillant : le journal le plus captivant : 1942-1969 : la véritable histoire d’un journal mythique, Paris, Vaillant Collector, 2006 ; Richard Medioni, Mon camarade, Vaillant, Pif gadget : l’histoire complète. 1901-1994 : les journaux pour enfants de la mouvance communiste et leurs BD exceptionnelles, Pargny-la-Dhuys, Vaillant Collector, 2012..

8 À ce stade, un dépouillement du courrier des 100 premiers numéros du journal a été réalisé ; l’enquête n’en est donc qu’à ses débuts, tant il paraît nécessaire d’étudier le prolongement des tendances esquissées dans les premières années de Pif.

9 Nicolas Hube, « Le courrier des lecteurs. Une parole journalistique profane ? », Mots. Les langages du politique, n° 87, 21 juillet 2008, p. 99‑112.

10 Véronique Rohrbach, Le courrier des lecteurs à Georges Simenon : l’ordinaire en partage, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2017.

11 Henry Jenkins, Textual poachers: television fans & participatory culture, New York, Routledge, coll. « Studies in culture and communication », 1992 ; Dominique Pasquier, La culture des sentiments : l’expérience télévisuelle des adolescentes, Paris, Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France », 1999 ; Mélanie Bourdaa, « Les fans studies en question : perspectives et enjeux », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 7, 1 juillet 2015, http://journals.openedition.org/rfsic/1644 ; Mélanie Bourdaa, « Les fans, ces publics si spécifiques. Définition et méthodologie pour le chercheur », Belphégor. Littérature populaire et culture médiatique, n° 17, 9 mars 2019, http://journals.openedition.org/belphegor/1701.

12 Le courrier des lecteurs reste à ce jour encore peu étudié en histoire des médias. Parmi les travaux qui mobilisent cette source délicate mais très riche : André Rauch, « Des bancs de l’école au courrier du cœur. Une histoire du corps ragaillardie », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 98-2, 14 avril 2008, p. 71‑88 ; Béatrice Damian-Gaillard, « Le courrier des lecteurs et des lectrices d’Union : scripts culturels de l’amour sexuel », Le Temps des medias, n° 19-2, 27 novembre 2012, p. 130‑144.

13 Sylvain Lesage, L’Effet codex : quand la bande dessinée gagne le livre. L’album de bande dessinée en France de 1950 à 1990, Thèse de doctorat en histoire sous la direction de Jean-Yves Mollier, Université Versailles Saint-Quentin, 2014.

14 Sur l’histoire de Pif Gadget : Maël Rannou, Pif Gadget et le communisme. 1969-1993, un hebdomadaire de BD et ses liens avec le Parti communiste français, Montrouge, PLG, coll. « Mémoire vive », 2022.

15 Les archives du Parti communiste, déposées aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis, ne comprennent pas de série consacrée aux publications enfantines. Alors que les archives internes du journal L’Humanité ont été déposées (300 mètres linéaires à ce jour), les archives des publications pour la jeunesse n’ont manifestement pas été conservées.

16 On décèle, au passage, l’élégance de la situation élaborée dans Spirou autour du personnage de Gaston : le courrier en retard de réponse, objet récurrent de récriminations dans le courrier, devient à travers Gaston Lagaffe un élément ludique permettant de mettre en scène le contrat de lecture.

17 Ce courrier a fait l’objet d’un double traitement : quantitatif d’abord, à partir des indications fournies permettant de spécifier le genre et la commune de résidence, parfois l’âge ; ces deux dernières informations sont cependant délicates à manier à ce stade, faute de point de comparaison. Ensuite, un traitement qualitatif, s’attachant à la fois à catégoriser les thèmes abordés par le courrier, les modalités d’adresse au journal (écrit-on à Pif ? à la rédaction ? à Pif ? aux autres lecteurs et lectrices ? etc.), les registres mobilisés…

18 Dans la mesure où le courrier a une vocation publique, j’ai fait le choix de ne pas anonymiser les contributeurs et contributrices. Cela permet également d’éviter les assignations problématiques de pseudonymes ; sur ce point, voir Baptiste Coulmont, « Le petit peuple des sociologues », Genèses, n° 107-2, 2017, p. 153‑175.

19 Guillaume Roubaud-Quashie, Les jeunes communistes en France (1944 - fin des années 1970) : les mutations d’une expérience politique en milieux juvéniles et populaires, Thèse de doctorat sous la direction de Michel Pigenet, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2020.

20 Je développe plus longuement le cas exceptionnel de Corinne et Jeannot et de l’engagement qu’il suscite dans le courrier des lecteurs dans Sylvain Lesage, « Discusssing gender in a communist comics magazine: Corinne et Jeannot, 1970 », dans : Eva van de Wiele, Donna Pursall (dir.), Sugar, Spice, and the Not So Nice, Louvain, Leuven University Press, à paraître (2022).

21 Sylvain Lesage, L’effet livre. Métamorphoses de la bande dessinée, Tours, Presses universitaires François Rabelais, coll. « Iconotextes », 2019.

22 Geneviève Sellier, « La réception des films de la Nouvelle Vague dans le courrier des lecteurs de Cinémonde », Communication. Information médias théories pratiques, vol. 32, n° 1, 29 novembre 2013, URL : https://journals.openedition.org/communication/4951.

23 Michel de Certeau, L’invention du quotidien. I, Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.

24 Béatrice Guillier, « “Croyez-vous, chère Marraine, que je puisse me corriger ?” », Lisette, Suzette, Fillette et les autres [en ligne], 9 avril 2020, URL : (https://pressefille.hypotheses.org/154). La thèse en cours de Béatrice Guillier fournira des éléments plus développés aux premiers résultats qu’elle y expose là.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Diffusion payée de Pif, Le Journal de Mickey et Le Journal de Spirou, 1970-1976. Données OJD.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/9558/img-1.png
Fichier image/png, 90k
Légende Figure 2 : la mise en scène du courrier des lecteurs dans Pif n° 3, 10 mars 1969, p. 39.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/9558/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende Figure 3 : « Les grands, eux aussi ! », Pif n° 42 : l’illustré pour enfants se fait chambre d’écho des initiatives bédéphiles.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/9558/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Figure 4 : « Qui faut-il croire ? », Pif n° 49.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/9558/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Figure 5 : « La parole est aux rouspéteurs », éditorial du n° 26.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/9558/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Figure 6 : « De vous à nous », Pif n° 83.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/9558/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Lesage, « « Cher Pif… ». Le courrier des lectrices et des lecteurs de Pif Gadget »Strenæ [En ligne], 20-21 | 2022, mis en ligne le 01 octobre 2022, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/strenae/9558 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.9558

Haut de page

Auteur

Sylvain Lesage

Université de Lille, CNRS, UMR 8529 – IRHiS :Institut de Recherches Historiques du Septentrion, F-59000 Lille, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search