Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Dossier thématiqueLes aventures de Sylvain et Sylve...

Dossier thématique

Les aventures de Sylvain et Sylvette de Cuvillier (1941-1956) : entre mythe et histoire, un art de la simplicité

Les aventures de Sylvain et Sylvette, by Cuvillier (1941-1956): between myth and history, an art of simplicity 
Anne-Marie Mercier-Faivre

Résumés

La série des Aventures de Sylvain et Sylvette, créée par Maurice Cuvillier (1897-1957) en 1941, a dépassé les quatre-vingts ans d’existence. Cette bande dessinée diffusée d’abord dans la presse a été déclinée dans un grand nombre d’albums (295 titres, plus de vingt millions d’exemplaires vendus). Pour toutes ces raisons, elle méritait d’être enfin prise en compte dans l’histoire de la littérature pour la jeunesse. Mais une autre raison s’ajoute à celles-ci : l’intérêt de cette série, moins simple qu’il n’y paraît. Elle présente deux enfants perdus dans les bois, un frère et une sœur, qui y vivraient heureux dans leur chaumière en compagnie de quelques animaux apprivoisés s’ils n’étaient pas harcelés par un groupe d’animaux sauvages, les compères. Ceux-ci (loup, renard, etc.) rapprochent la série du conte et de la fable, tandis que l’isolement des héros l’associe à la robinsonnade. L’intemporalité du conte est brouillée par des ancrages dans la modernité.
La visée éducative y est forte, tant à travers la présentation des comportements des enfants entre eux, des animaux les uns vis-à-vis des autres, que des enfants face aux animaux qui sont placés en situation d’enfance. La question du langage partagé ou non entre enfants et animaux est très intéressante et montre que les animaux ennemis pourraient être une métaphore du monde adulte et de ses dangers. Série traversée par de nombreux phénomènes d’intertextualité et de décrochages temporels, elle met en œuvre un art de la simplicité, proposant à son public une éducation à la lecture dans un cadre fixe et rassurant.

Haut de page

Texte intégral

Illustration 1 : Image du haut : encart pour Sylvain et Sylvette dans Âmes Vaillantes, n° 20 du 17 mai 1953 ; image du bas : M. Cuvillier, Sylvain et Sylvette, n° 1, 1953, Fleurus.

82 ans au service des jeunes lecteurs

  • 1 Parfois nommé (ou confondu avec ?) Marcel (voir Marcus Osterwalder, Dictionnaire des illustrateurs, (...)
  • 2 Jean-Louis Pesch est en 2022 âgé de 94 ans. Dernier volume : La Belle Aventure, Dargaud, septembre (...)
  • 3 Il n’en est pas fait mention dans le Guide de littérature pour la jeunesse de Marc Soriano ni dans (...)
  • 4 Organisée par le département de la Marne et la Bibliothèque de la Marne (B.D.M.), dans la commune d (...)
  • 5 En 2021 : la célébration nationale ayant été prolongée jusqu'en juin 2021 (par un effet covid).
  • 6 Dans une collection intitulée « Le grenier de Sylvain et Sylvette », débutée en 2003 également, qui (...)
  • 7 Fondée en 2004 par Jean-Louis Pesch, elle publie un bulletin, L’Écho de la Chaumière, essentielleme (...)

1La série des Aventures de Sylvain et Sylvette, créée par Maurice Cuvillier (1897-1957)1 en 1941, est l’une des rares à avoir dépassé les quatre-vingts ans d’existence, du moins jusqu’à aujourd’hui (octobre 2022). En effet, le soixante-septième album des Aventures de Sylvain et Sylvette sera le dernier, selon son principal continuateur, Jean-Louis Pesch2. Avec cette longévité, il n’est pas étonnant que, malgré sa faible reconnaissance dans le monde de la critique3, elle entre aujourd’hui au patrimoine : son dernier auteur a été nommé Commandeur des Arts et Lettres, la série a été consacrée par l’émission d’un timbre (en 2017) et par une exposition4, dans le cadre de la célébration nationale « 2020, Année de la bande dessinée » décrétée par le ministère de la Culture5. Elle a droit également à une réédition des albums de Cuvillier en fac-simile (depuis 2003 aux éditions du Triomphe6) et, depuis 2021, à une réédition par abonnement en « collection Hachette » pour soixante-douze albums réalisés par des continuateurs ; enfin une association d’amis7 et un bulletin ont créé une communauté autour d’elle.

  • 8 F. Rivière, Les héros de notre enfance, op. cit., p. 77.

2La série présente les aventures de deux enfants, frère et sœur, qui semblent « échappés du monde des santons de Noël. Sylvain est coiffé d’un bonnet bleu à pompon et, comme sa sœur Sylvette, il est chaussé de sabots de bois8 ». Perdus dans une grande forêt, ils y survivent en s’installant dans une petite maison abandonnée et luttent perpétuellement contre des animaux sauvages, nommés « les compères », qui tentent de s’en emparer. Les enfants sont progressivement rejoints par des animaux domestiques qui les assistent et à qui ils donnent des noms. Dix ans après le début de la série, on les voit quitter leur espace familier pour fuir les compères devenus trop menaçants et tomber par hasard sur la maison de leur mère, mère qu’ils ne se sont guère souciés de retrouver jusque-là. Partis à sa recherche, ils abordent à l’île des cocotiers où ils rencontrent d’autres animaux, en adoptent provisoirement certains (éléphant, girafe, etc.) et font la connaissance de naufragés, un garçon nommé Jean-Claude et son père ; mais ils ne retrouvent pas leur mère. Après cet épisode exotique, ils retournent dans leur chaumière et y retrouvent leurs ennemis, plus agressifs que jamais.

3La majorité des épisodes réalisés dans le journal par Cuvillier et publiés ensuite en albums « Fleurette » montre une variation autour de cette situation de solitude à deux et de combat contre les mêmes ennemis dans un espace stable, entre chaumière et forêt. Ce n’est pas vrai de la plupart des épisodes réalisés par d’autres et des albums en grand format. Je m’intéresserai ici uniquement aux épisodes réalisés par Cuvillier entre 1941 et 19569 dans la presse pour éviter la longueur d’une enquête exhaustive sur l’ensemble de la série et les méandres de comparaisons douteuses portant sur différents auteurs et différents supports10.

4En effet, la série des Sylvain et Sylvette, telle qu’elle est conçue à l’origine et se développe pendant 15 ans, pose plusieurs questions. Peu marquée par son époque, elle s’inscrit a priori dans l’univers du conte, mais met à l’épreuve du temps son univers et ses valeurs. Bien souvent, le genre est subverti, guidant le lecteur ou la lectrice vers une lecture plus active. Enfin, l’extrême simplicité de la situation et des intrigues, l’immuabilité des personnages, la redondance entre le texte et l’image font que l’on peut s’interroger aussi sur son succès : la « pauvreté » serait-elle le secret de la réussite ? Ou faut-il voir cette simplicité comme une forme d’art ?

Une série « historique »

  • 11 Le journal Cœurs vaillants avait été créé en 1929 dans le cadre de l’Union des œuvres catholiques d (...)
  • 12 Voir Th. Crépin et P. Ory, Haro sur le gangster !, op. cit., p. 38 et 62-63.
  • 13 Ibid., p. 64.
  • 14 Il est « conçu par Marcel Job assisté de Simone Schuemacher, et de Suzanne Girard » (Th. Crépin et (...)

5Cette série a été créée dans la revue Cœurs vaillants-Âmes vaillantes. Elle participe ainsi à l’histoire de la presse catholique pour enfants qui associe journalisme et mouvements de jeunesse11. Ce journal est à la pointe de la diffusion de la bande dessinée en France12, avec entre autres la série des Tintin et Milou, ce qui lui permet d’atteindre un tirage de 151 500 exemplaires par semaine en 1939. C’est un journal à vocation populaire, qui n’est pas adressé uniquement aux jeunes catholiques. En mai 1941, aux deux revues existantes (Âmes Vaillantes ayant été créé pour les filles13) est ajouté un supplément bimensuel de huit pages intitulé Cœurs Vaillants / Âmes Vaillantes. Dès 1942, ce supplément devient l’Édition rurale Cœurs Vaillants / Âmes Vaillantes14, en noir et blanc, avec comme sous-titre « édition rurale, pour les petits gars et les petites filles de France », soulignant le fait que le magazine est destiné aux jeunes ruraux – la période s’y prêtant avec le culte de la terre prôné par le maréchal Pétain.

  • 15 Imprimé par Giraud-Rivoire rue Nicolaï à Lyon.
  • 16 Th. Crépin et P. Ory, Haro sur le gangster !, op. cit., p. 94.
  • 17 C’est dans cette période que le Parti communiste, profitant de la suspension de Cœurs Vaillants, cr (...)
  • 18 Th. Crépin et P. Ory, Haro sur le gangster !, op. cit., p. 71. Sur les tentatives pour publier en z (...)

6C’est dans le neuvième numéro de cette revue que paraît le premier épisode de Sylvain et Sylvette, en août 1941, à Lyon15, les éditions Fleurus ayant déménagé leur rédaction de Paris occupée à la zone libre. Cette première période durant laquelle ce journal tire à 80 000 exemplaires16 s’arrête après le débarquement des forces alliées, le 16 juillet 1944 ; les journaux qui avaient continué à paraître pendant cette période ont été suspendus et ont dû attendre pour reparaître l’avis d’une commission sur leur éventuelle collaboration17, même si l’influence de la situation politique sur les journaux pour enfants a été globalement faible : d’après l’ouvrage de Thierry Crépin et Pascal Ory sur cette période « il n’a pas existé une presse enfantine de Vichy mais des presses enfantines sous Vichy18 ».

  • 19 Faisant valoir que le périodique Vaillant avait été autorisé et avait volé leur titre. Voir Th. Cré (...)
  • 20 Il est sous-titré « Hommage aux Cœurs et Âmes Vaillants pré-jacistes », la JAC étant la jeunesse ag (...)
  • 21 Voir Th. Crépin et P. Ory, op. cit., p. 154-155.
  • 22 L’abbé Pihan, arrêté par la Gestapo en mars 1943 et emprisonné trois mois à Fresnes, proche du cath (...)

7S’ensuit une période complexe. Le groupe Fleurus produit en 1944 et 1945 des albums « ruraux » désignés par une lettre (A, B, C, F, G, L, M…), l’album L présentant la suite des aventures de Sylvain et Sylvette. Sans attendre une autorisation qui tardait19, les éditeurs créent en 1945 un périodique destiné au même public20 avec un nouveau titre, Fripounet et Marisette, Belles Histoires de Vaillance, avec le même imprimeur lyonnais. C’est ce périodique qui reprend la série des Sylvain et Sylvette. Les lecteurs ruraux pouvaient sans doute s’identifier partiellement à ces héros « sylvestres », mais l’archaïsme des costumes et la situation dans laquelle ils se trouvent les placent dans une fantaisie qui sera facilement partagée par les jeunes urbains. Fripounet quittera d’ailleurs son ancrage rural en 1963, devenant un journal pour garçons et filles de tous milieux, âgés de 8 à 11 ans. À ses débuts, il paraît toutes les trois semaines, en alternance avec les périodiques existants, Perlin et Pinpin et Tintin et Milou (qui remplace Cœurs vaillants)21. Fleurus s’est associé pour cela à La Voix de l’Ouest, journal catholique de Rennes dirigé par l’abbé Jules Chéruel, un résistant de la première heure. L’abbé Courtois, jugé trop complaisant avec le régime de Vichy, est remplacé par l’abbé Jean Pihan (1912-1996)22 à la tête des journaux. Celui-ci obtient les autorisations nécessaires en 1946. Le succès est immédiat, avec une vente hebdomadaire supérieure à cent mille exemplaires. Fripounet et Marisette, bimensuel, devient hebdomadaire en février 1947. La diffusion se fait à cette époque par abonnement et par réseaux (mouvements de jeunesse, vente à la sortie des églises, etc.).

  • 23 Voir Henri Filippini, sur le site de Dargaud : « 75 bougies pour Sylvain et Sylvette » (https://www (...)
  • 24 Avec d’autres auteurs de façon ponctuelle : Pierre Chéry (trois albums), Jean Dupin (deux albums) ; (...)
  • 25 « À son décès, en 1982, la veuve de Maurice Cuvillier lègue ses droits à une Association pour l’Aid (...)

8La série reprend un cours régulier jusqu’en 198623. Durant la maladie de Cuvillier (1956-1957), Jean-Louis Pesch et Claude Dubois sont sollicités par Fleurus pour la continuer24, en alternance, une semaine après l’autre. Les aventures des deux enfants s’y poursuivent sur une page hebdomadaire, puis sur deux pages à la fin des années soixante, et dans des albums à partir de 1953. En 1986, la série disparaît du journal et Claude Dubois se retire mais les aventures se poursuivent avec les albums de Jean-Louis Pesch, « exploitant exclusif25 » de cet univers.

  • 26 Voir Henri Filippini, Dictionnaire encyclopédique des héros et auteurs de BD : western, héros juvén (...)
  • 27 « Albums Fleurette » : 70 albums signés par Cuvillier (1953-1964), suivis de 14 par Pesch et Dubois (...)
  • 28 À partir du n° 72 de la « Nouvelle série Fleurette », « seules les histoires de Claude Dubois, paru (...)
  • 29 A. Fourment, Histoire de la presse, op. cit., p. 411.
  • 30 Pour une tentative de tri avec six éditeurs différents et plus de 295 titres voir la liste de Gonde (...)

9Les planches publiées dans la presse forment des épisodes de vingt pages qui ont donné lieu à la publication d’albums dès 1953. La quantité d’albums produits par Fleurus, puis les éditions du Lombard puis Dargaud (depuis 2001)26 est impressionnante : 211 dans les collections « Fleurette »27 de Fleurus, qui publient en format à l’italienne et sous couverture souple les histoires parues dans la presse, signées par Cuvillier, Dubois et Pesch, auxquels s’ajoutent 67 albums d’épisodes inédits au format portrait, sous couverture cartonnée, toujours chez Fleurus (collection « Les Nouvelles Aventures de Sylvain et Sylvette », 1957-1965, commencée par Cuvillier et ensuite investie par Dubois et Pesch28), et les albums de la collection Séribis (40 titres entre 1973 et 1984) chez les éditions du Lombard puis chez Dargaud (depuis 2001). S’ajoutent ainsi aux tirages de la presse pendant 45 ans (environ 170 000 exemplaires par semaine pour Fripounet en 195529, 250 000 au milieu des années 60) les vingt-deux millions d’exemplaires d’albums vendus30.

  • 31 F. Rivière, Les héros de notre enfance, op. cit., p. 78.

10Cette histoire mouvementée a influé sur le contenu des épisodes. Il serait trop long de s’intéresser à l’évolution de la série sur plus de quatre-vingts ans mais le choix des premiers titres résume assez bien cette histoire : autant les titres de Cuvillier sont vagues, parfois puisés dans le fonds commun des proverbes, autant ceux de Pesch parient sur l’originalité, évoquant des personnages nouveaux ou cherchant à attirer par le mystère. Ainsi, d’après François Rivière, « les deux orphelins se sont adaptés au monde contemporain, quittant définitivement le monde des contes de fées où le très poétique Maurice Cuvillier les avait fait naitre31 ».

Histoire, conte et actualité : une temporalité éclatée

  • 32 Si les premiers épisodes sont en noir et blanc dans le supplément rural et en tons de bleu dans l’a (...)

11Le moment originel de la série, en pleine occupation allemande, a sans doute inspiré la situation nodale de l’histoire : deux petits Français en costume presque folklorique luttent pour empêcher des animaux sauvages, issus du peuple de la forêt, de s’emparer de leur maison et parfois de leur vie. On peut supposer un trait de patriotisme à travers les couleurs32 des vêtements des personnages, qui resteront stables à de très rares exceptions près, comme c’était le cas pour Tintin : bleu du bonnet du garçon, rouge du foulard de la fille, blanc du corsage. Le corselet noir sur la chemise blanche de Sylvette peut-il évoquer la tenue traditionnelle alsacienne telle qu’on la voit dans l’album de Hansi, Mon village (1913) ? Ce n’est pas sûr mais il est archaïque et renvoie à une époque ancienne et aux tenues traditionnelles, folkloriques donc.

12Cette histoire se lit aussi dans différents thèmes de la série : ruraux, les deux héros le sont résolument par leurs noms, qui évoquent la forêt, et par leur costume (sabots, bonnet de coton – archaïque également, même à cette époque – pour Sylvain, foulard et petit tablier blanc pour Sylvette), par leurs activités (couper du bois, vivre de chasse, de pêche et de cueillette, traire la chèvre…) et par leur habitat, désigné comme une « chaumière ».

13La religion est un fil rouge discret dans les premiers épisodes, notamment à travers le crucifix présent à l’image dès l’installation des héros dans la chaumière, et présent à nouveau lorsqu’ils déménagent dans une grotte pour fuir les compères (02/10/1949) ; on voit aussi à deux ou trois reprises Sylvette prier à genoux, sous leur crucifix et au pied d’une statue de la Vierge dans une abbaye en ruine. Les deux enfants s’agenouillent devant une statue de saint Christophe pour qu’il les protège pendant leur voyage (28/08/1949). Retrouvant la maison natale, ils se souviennent que chaque fois qu’ils allaient aux champs avec leur mère, ils s’arrêtaient devant un calvaire « pour dire un Pater et un Ave » (14/01/1951). Néanmoins, malgré ces traces de religiosité populaire, aucune pratique religieuse régulière n’est évoquée.

  • 33 Par Claude Dubois, Paris, Fleurus, 1959.
  • 34 En 1956, donc vers la fin de la participation de Cuvillier, une voiture apparaît, la voiture verte (...)
  • 35 Les compères ont perdu la clef de leur grotte et sont obligés de passer la nuit dehors ; Renard fab (...)
  • 36 La Danse des libellules : comédie-opérette, musique de Franz Lehar, 1e représentation en 1924.

14Quant à la technologie qui permettrait de dater les événements, elle est quasiment absente chez Cuvillier, contrairement à ses successeurs (un avion dans Colibri plein gaz33 de Dubois, des voitures34 et toute la modernité chez Pesch…), sauf sous la forme d’ersatz ou de traits d’humour. Sylvain fabrique un vélo en bois à Sylvette (01/08/1943), un faux appareil photo (22/07/1956), un bateau à moteur (le moteur est remplacé par une girafe tirant le bateau, 19/08/1951). Mais c’est un vrai bateau moderne qui les ramène « en France », lorsqu’ils arrivent à quitter l’île des cocotiers (10/05/1953). Ils n’ont, bien sûr, ni eau ni électricité dans leur chaumière et c’est dans la bouche des compères que l’on trouve une allusion au « confort moderne35 ». Les enfants trouvent parfois un objet abandonné, par exemple un phono ; celui-ci fonctionnant à la manivelle, ils peuvent danser « la danse des libellules36 », autre trait d’actualité qui pouvait amuser les adultes – même dans cette série, l’adresse à un double lectorat est envisageable.

15La série est ainsi dans un hors-temps proche de la formule du conte « il était une fois… », mais troué avec ces détails qui l’ancrent dans son époque de manière humoristique, comme autant de surprises. Ainsi, lorsque Sylvain s’étonne de la solidité d’une corde, Sylvette lui répond : « C’est de l’article d’avant-guerre » (19/09/1948), une formule qu’on entendait souvent à l’époque dans les commerces. À plusieurs reprises, ils trouvent « un vieux numéro de Fripounet » (06/07/1952, 25/10/1953) et s’y plongent avec délices.

16L’intemporalité du cadre général des histoires se heurte ainsi à des effets de contemporanéité. C’est également le cas quant au calendrier des aventures, qui coïncide parfois avec celui du périodique et donc celui des lecteurs. Ainsi, dans un numéro daté du 18 décembre 1949, Sylvette observe une éphéméride qui présente la même date, et dit : « c’est bientôt Noël, il va falloir préparer quelque chose ». Dans un numéro daté du 2 janvier 1949, Sylvette joue avec les cadeaux offerts par Sylvain pour Noël ; le 20 mars 1949, ils fêtent le printemps ; le premier janvier 1950, on voit Cui-cui apporter du gui et Sylvain prononcer la formule traditionnelle, « Au gui l’an neuf », le 25 mars 1951, les vignettes sont éparpillées sur un décor présentant un gros œuf de Pâques…

17Ces échos qui plongent la série dans une mise en abyme, rare à cette époque dans les livres adressés à de jeunes enfants, ne sont pas isolés. Ils mettent le lecteur en éveil, lui font voir qu’au-delà du hors-temps du conte il y a un support particulier (le périodique), une temporalité et des intentions d’auteur. Ils participent à une intertextualité généralisée qui fait de cette série, simplette en apparence, une série simple : c’est-à-dire cultivant la simplicité sans renoncer à une certaine ouverture, et caractérisée par une lisibilité extrême qui ne la condamne pas à la pauvreté.

Une série pour enfants qui offre une certaine image de l’éducation et de l’enfance

18Les histoires de Sylvain et Sylvette sont rassurantes par le fait que le Bien et le Mal sont a priori clairement identifiés. Les aventures avec les compères sont un cadre qui met en valeur les qualités des enfants et les idées des auteurs sur l’éducation. Les deux héros sont actifs, ils travaillent pour leur survie. Ils jouent aussi, dansent, s’amusent : les activités de loisir et la lecture font leur apparition dans certains épisodes. Ils sont résistants à la frustration quasi permanente de leurs désirs et se contentent de peu, ne convoitant rien d’autre que ce qu’il faut pour survivre. Ils sont attentifs à l’autre et cherchent à faire plaisir.

  • 37 Allusion à une autre série du périodique (par Rose Dardenne, 1946), Les Indégonflables de Chantoven (...)
  • 38 L’action est commentée par un écureuil : « Comme cette petite est courageuse ! » (2e quinzaine d’oc (...)

19On ne sera pas étonné de voir des conduites genrées marquées par les stéréotypes de l’époque : Sylvain ne sait pas balayer (27/01/1957) ; quand il fait le casse-cou, Sylvette le soigne (25/06/1950) ; c’est aussi elle qui soigne les animaux en les emballant dans des bandages ou en les recousant (passage comique de rapiéçage de zèbre, 30/09/1951). Sylvette prépare le panier à provisions, trait la chèvre, prépare une « poule au pot comme au temps du roi Henri » (première quinzaine de juillet 1946), un « parfait Chantovent37 » grâce à un vieux livre de recettes… mais un coup de vent provoque une catastrophe (05/09/1954). Sylvain, quant à lui, est capable de faire un pâté avec un lièvre qu’il a piégé – mais Raton le mangera (17/10/1954). Sylvette pleure souvent, quand Sylvain hausse juste un sourcil. Sylvette s’évanouit à plusieurs reprises. Elle est cependant capable d’affronter seule et directement le loup, un bâton à la main (certes, sans succès, c’est elle qui sera capturée, 11/04/1954) ou un balai ; mais c’est avec la hache (qui est ordinairement réservée à son frère38) qu’elle affronte le sanglier.

  • 39 Cette absence de communication verbale pourrait aussi être due à un souci de laisser les deux enfan (...)

20Si les deux enfants sont des modèles édifiants, certains épisodes peuvent montrer leurs faiblesses et le chemin qu’ils doivent prendre pour s’amender. Ils éduquent leurs animaux, tentent de les corriger de leurs défauts et de faire que tous vivent en bonne intelligence, souvent sans grand succès : certains sont gourmands et voleurs ; ils ont une faible idée de l’intérêt général, sont jaloux les uns des autres. S’ils sont une image de l’enfance, Sylvain et Sylvette représentant les parents, cette famille est un lieu où les « enfants » ne parlent pas aux « adultes » : ils parlent entre eux mais ne peuvent se faire comprendre du couple dominant que par signes. Faut-il y voir une idée de l’éducation ou un ressort narratif39 ?

  • 40 Néanmoins, si on le voit parfois poursuivre sous le coup de la colère l’un des animaux amis avec un (...)

21Sylvain est un éducateur adepte de la manière forte40, et sur ce point la série a effectivement vieilli. La question de la perfectibilité est au centre des efforts des deux protagonistes. Les jeunes lecteurs ont ainsi dans les personnages une image double d’eux-mêmes : une certaine perfection à travers les deux héros alors que les animaux leur renvoient une autre image, moins civilisée, comme c’est souvent le cas en littérature de jeunesse. Ils sont une source inépuisable de bêtises, autre source de jubilation pour le lecteur.

Un modèle de simplicité tissé d’intertextualité

  • 41 Voir Ruth Amossy et Anne Herschberg Pierrot, Stéréotypes et clichés : langue, discours, société, Pa (...)
  • 42 Nathalie Prince, La littérature de jeunesse, Paris, Armand Colin, 2021, p. 227.

22Les couleurs franches et sans nuances (sans ombres…), proches de celles de l’imagerie Pellerin à Épinal, bien connues des ruraux, la stabilité des personnages et la prévisibilité de leur comportement sont autant de clichés, ou plutôt de stéréotypes41 qui participent de la lisibilité en créant une familiarité accueillante au lecteur novice. Ils offrent une forme de déjà-vu : « Les ouvrages de littérature de jeunesse se soumettent ainsi souvent à une narration de type hypertextuelle. En ce sens, tout ou partie de leur esthétique fonctionne à un second degré42 ». Les Aventures de Sylvain et Sylvette, avec deux enfants survivant seuls dans les bois, font écho à de nombreux thèmes de la littérature adressée aux enfants. L’espace de ces aventures, très stylisé, est proche de celui du conte, avec des décors types (forêt, prairie, montagne, mer, île, précipice, torrent…). C’est bien évidemment la forêt qui domine, soit comme lieu pour l’action, soit comme évocation inquiétante d’un danger toujours proche. Dans le premier épisode, la forêt est indiquée par un panneau indicateur sommaire : « Forêt. 5 km ». C’est donc une forêt « essentielle », LA forêt du conte, où les enfants se perdent ; elle fait place à la clairière où se trouve la chaumière, et elle abrite la grotte des compères. Lorsque leur ancienne voisine, retrouvée par hasard, évoque le départ de leur mère, elle plonge à nouveau les héros dans cet univers schématique plein de terreurs :

  • 43 Que le repaire de l’ogre soit exotique ne préjuge pas de la nationalité de celui-ci : ce trait a ét (...)

Elle vous a cherchés pendant longtemps dans l’immense forêt. Puis ayant appris qu’un étranger, voleur d’enfants, avait traversé la région, elle est partie vers son repaire : à l’île des cocotiers43, en plein océan (21/01/1951).

23Le voleur d’enfants est une forme moderne de l’ogre ; avec la sombre forêt, les bêtes sauvages, les enfants partis à la recherche de nourriture parce qu’il n’y a rien à manger dans la maison (c’est d’abord pour cette raison qu’ils partent cueillir des champignons, dans le premier épisode, avec l’idée de faire aussi une bonne surprise à leur mère), cette figure évoque de nombreux contes. Sylvette elle-même explicite ce lien lorsqu’ils découvrent qu’ils se sont perdus : « Nous aurions dû marquer notre chemin avec des cailloux comme le petit poucet » (07/09/1941). Sur la même planche, un peu plus bas, une image les montre affolés, dans la nuit, cernés par des arbres anthropomorphes qui étendent leurs longs doigts pour les saisir. Ainsi, toute la série joue sur bien des fantasmes (abandon, dévoration, animalité, animisme…)

24Cependant, la série a une autre vocation, même si elle se sert des ressorts du conte : la charge inquiétante est évacuée par Sylvain dans la première vignette de la bande suivante sur la même page : « Rassure-toi Sylvette, c’est la peur qui nous a fait prendre ces arbres tourmentés pour des êtres vivants ». Mais à la fin de cette même page, on les voit, toujours dans la nuit, pris à nouveau de panique : des « boules lumineuses » se rapprochent d’eux… Et c’est la fin de l’épisode. En haut de la page suivante (donc deux semaines plus tard dans le temps de la lecture), ils découvrent que ce ne sont que les yeux d’un hibou. « Quel vilain oiseau » dit la fillette. Son frère, pragmatique, répond : « mais il est très utile. Il détruit les rats et les souris » (28/09/1941). Ainsi, si l’imaginaire du conte (et ses images terrifiantes comme celles de la forêt, de la nuit et du loup, sans parler des autres animaux qui les cernent) est bien présent, il est désamorcé régulièrement pour une leçon de savoir pratique ou de rationalité. Chacune des victoires des enfants et de leurs amis (jusqu’au petit oiseau, très efficace) qui ridiculisent ces grosses bêtes, montre que le savoir, la rationalité et l’entraide ont raison de tous les dangers, ce qui n’empêche pas de frémir à toutes les dernières cases…

25Le conte est souvent mêlé au roman d’aventures, laissant parfois le fantasme céder la place à la fascination du récit ou à la rêverie. Robinson Crusoé est évoqué à plusieurs reprises : les enfants sont dans la même situation de solitude et d’obligation de survie que lui. Ils trouvent comme lui, très vite, une boîte à outils, avec une scie et une hache. Sylvain construit des huttes, des abris pour les animaux, des meubles pour leur maison, un arc et des flèches, des pièges... Sur l’île, dont le décor est constitué lui aussi de clichés, la malle échouée est pleine de nourriture et d’outils, une aubaine. Comme Robinson, ils souffrent de la faim. Sylvette fait de nombreuses soupes d’herbes, ils se nourrissent de champignons, de noisettes, de fruits, d’œufs, et se désespèrent jusqu’aux larmes quand le festin qu’ils imaginaient leur échappe, ce qui arrive régulièrement, soit du fait des compères, soit par la gourmandise d’un de leurs compagnons.

26Comme Robinson, ils doivent réparer sans cesse leur maison, détruite parfois par les compères, parfois par leurs amis animaux, parfois par les intempéries. Comme Robinson, ils retournent sur leur île plutôt que de retrouver la civilisation : après leur retour dans leur village, voyant que leur mère n’est toujours pas rentrée, Sylvain se demande que faire. C’est Sylvette qui répond :

- Si nous retournions dans notre chaumière, au milieu de la forêt ?
- Oui, c’est ce que nous avons de mieux à faire. Partons.
- Pourvu que nous retrouvions la chaumière… elle est toujours là, quel bonheur ! » (05/07/1953)

Ainsi, Les héros de la série retournent à l’univers qui les constitue, la sylve dont ils portent justement le nom. Le détour par l’île aura donné une respiration aux lecteurs et au créateur, mais n’aura été qu’une parenthèse.

  • 44 Notons les traits descriptifs (couleur, trait particulier) attribués aux noms des autres, le rat ét (...)
  • 45 Voir N. Prince, La littérature de jeunesse, op. cit., p. 131 et suivantes, et, sur le personnage an (...)

27Comme dans Robinson Crusoé, la solitude des héros s’est peuplée peu à peu d’animaux qu’ils apprivoisent et à qui ils donnent des noms : Cui-Cui l’oiseau, Barbichette la chèvre, Moustachu le chat, Gris-gris l’âne, Raton le rat44… d’autres suivront. Cette présence de nombreux animaux a sans doute été l’un des atouts de la série45. Ils sont autant de stéréotypes que l’on retrouve dans les fables ou d’autres récits traditionnels (ou dans l’expérience, ces clichés ayant une part de vérité) : l’âne têtu, la chèvre capricieuse, le mouton craintif, la biche timide, le rat glouton, le chat indépendant… D’autres animaux stéréotypés, issus de traditions proches du Roman de Renart et des fables (le sanglier a été ajouté à ces traditions, c’est d’ailleurs le seul qui ne marche pas sur deux pattes) les assiègent, parfois leur jouent des tours, ou menacent de les tuer, eux ou leurs animaux.

28Dans les premières années, chaque épisode montre une tentative des compères contre les enfants. On peut supposer que, progressivement, la répétition modifie la réception : la frayeur est remplacée par l’amusement, la réitération est de l’ordre du gag. C’est peut-être la raison pour laquelle, au fil des années, la menace se fait parfois plus forte, les mauvaises farces du renard, dans les débuts, se transforment en attaques menées conjointement par les quatre animaux, rapt et menaces de mort sur l’un ou l’autre, relançant ainsi le suspens au point que les enfants décident de quitter leur maison. Ainsi, la série oscille entre comique, cascade de gags où les méchants sont ridiculisés, et récits parfois terrifiants avec des intrigues qui peuvent s’étaler sur plusieurs semaines.

  • 46 Pour reprendre les types de lecture proposés par Vincent Jouve dans L’Effet personnage dans le roma (...)

29L’évocation d’autres genres provoque des effets de distance humoristique : la fable, lorsque Mignonnet le mouton s’exclame de manière très improbable : « Un loup ! Pourvu qu’il ne me fasse pas subir le sort de l’agneau de la fable ! » (07/05/1950). Ailleurs, le western s’introduit par effraction, avec Sylvette, chevauchant l’âne Gris-gris, qui menace l’ours avec un pistolet fait d’une branche et disant à l’ours : « Haut les pattes, sinon je t’abats comme un chien » (15/10/1950). Les lecteurs sont ainsi invités à lire en prenant un peu de distance, grâce à différentes manifestations d’intertextualité, et à devenir ainsi un peu « lectants46 », après avoir été sollicités du côté du « lu » à travers les fantasmes liés au conte, et du côté du « lisant » à travers le suspens du récit d’aventures – mot qui, rappelons-le, fait partie du titre de la série.

30La lecture elle-même est présentée comme une activité nécessaire : Sylvain lit Robinson avec passion (27/01/1957). Dans le grenier, il trouve toute une collection de Cœurs vaillants, « de quoi nous distraire pendant de longues soirées ! Si tu savais comme cette trouvaille me rend heureuse, Sylvain ! », dit sa sœur (15/02/1948). Barbichette elle-même y est sensible en voyant Sylvain plongé dans la lecture d’un « vieux n° de “Fripounet” » : « si seulement je savais lire, le temps me semblerait moins long », dit-elle (25/10/53).

  • 47 Petite incohérence : dans un épisode, on voit que Cui-cui sait lire, piégé par un faux message sign (...)
  • 48 Voir Le Cru et le Cuit de C. Levi-Strauss, 1964, sur les frontières entre « sauvagerie » et civilis (...)

31Les compères parlent avec les héros ; on les voit même leur écrire, à plusieurs reprises47 : de quoi sont-ils donc l’image ? Leur grotte possède une clef, elle est meublée exactement comme celle des enfants. Ils font cuire leurs aliments, trait signifiant d’humanité48. Ils lisent aussi le journal, correspondant ainsi au stéréotype du père dans les albums pour enfants. Si le loup est traditionnellement une image de masculinité (voir Bettelheim et bien d’autres), il est évident que les autres compères relèvent de la même symbolique. Ils sont tous présentés comme des mâles, et des adultes. Serait-ce le monde adulte qui s’exprime à travers eux ?

32Les Aventures de Sylvain et Sylvette offriraient ainsi une image sombre du monde réel, ce qui ne serait pas étonnant pour un récit né dans les années de guerre. Elles inviteraient les enfants à rester entre eux, et à ne pas quitter leur chaumière, leur mère étant définitivement défaillante. Petits Peter Pan à la française, enfants perdus, Sylvain et Sylvette ne peuvent pas grandir. Série immobile, c’est une série immobilisante pour ses lecteurs, comme celles de Blyton.

Conclusion

33La répétition a fait que la série a perdu son ancrage initial dans le conte et les terreurs premières pour aller vers davantage de fantaisie, tirant tantôt vers le roman d’aventure, tantôt vers le thriller (toutes proportions gardées). Elle semble s’essouffler en 1956, et le fait est net l’année suivante, qui sera la dernière pour son auteur : on trouve beaucoup de reprises d’anciens épisodes, de gags déjà présentés. Cuvillier se lassait peut-être, comme le fera Dubois plus tard, « lassé de ces héros passés de mode49 », ou bien la maladie l’empêchait.

  • 50 Ils ont l’avantage de ne fréquenter la série que durant une durée limitée, entre 8 et 11 ans, puisq (...)

34Il demeure que les lecteurs ne se sont eux apparemment pas lassés50 sur cette période. Cette pérennité est à mettre au compte des ressorts propres à la sérialité.

  • 51 N. Prince, La littérature de jeunesse, op. cit., p. 229.

La répétition est l’un des codes majeurs de fonctionnement de la littérature de jeunesse qui aime à récrire […] les mêmes histoires. Les noms mêmes des personnages sont symptomatiques de ces processus de reprises par des répétitions syllabiques (Barbapapa, Trotro, Babar […] etc.) qui soulignent leur mode de fonctionnement51.

  • 52 F. Rivière, Les héros de notre enfance, op. cit., p. 77.

35Une autre raison doit être cherchée dans l’art du scénariste et dessinateur : son trait « est naïf mais dynamique et très expressif, les dialogues, à la fois mièvres et malicieux, créent la poésie d’un interminable voyage au cœur de la nature52 ». Il varie à l’infini les cadrages et les points de vue ; le décor, extrêmement stylisé, est parfaitement lisible, les mouvements et les émotions sont bien rendus. La vignette dans laquelle les deux enfants apprennent que leur mère ne se trouve pas dans la maison natale qu’ils viennent de retrouver est un modèle d’efficacité. Sans être plus grande que les autres, elle montre de façon sobre les larmes de Sylvette et le haussement de sourcil trahissant le désarroi de Sylvain.

36Si cette bande dessinée apparaît comme démodée, ce n’est pas par ses personnages ni par son action, mais plutôt dans le rapport texte-image qu’elle installe, qui est un modèle de redondance. Les actions sont commentées (Cui-cui sort-il par la fenêtre, l’un des enfants s’exclame : « Oh Cui-cui s’en va ! »), les intentions explicitées. Les seules lacunes qui laissent un peu de mystère se trouvent dans la dernière case de chaque planche, comme c’est la règle dans les publications périodiques : l’addiction à la série est ainsi bien installée. Mais le mystère ou l’inquiétude sont vite résolus à l’épisode suivant. Le lecteur n’est donc pas invité à réfléchir sur les pensées secrètes, les cas de conscience : il n’y a pas d’implicite, tout est clair, sans ombre, et c’est peut-être une façon de répondre à un désir enfantin, tel que le décrit François Rivière à propos d’Enid Blyton.

  • 53 François Rivière, Enid Blyton et le Club des cinq, Paris, Les Quatre chemins, 2005, p. 31.

Superficielle, oui, notre lecture l’était sûrement puisque toute vie, à nos yeux encore ébahis, ne pouvait se dérouler qu’en surface. Le manque de profondeur a bien sûr été invoqué de manière sentencieuse par tous ceux qui, depuis près de quarante ans, font le procès de miss Blyton : n’auraient-ils pu comprendre, à défaut de sentir, qu’ils ne faisaient qu’enfoncer une porte ouverte, celle du chalet aux accessoires psychologiques d’une forme de fiction dont les jeunes lecteurs n’ont proprement rien à faire. […] Toutes les surfaces avaient bien plus de prix que ces abysses vers lesquels le monde adulte allait bientôt s’appliquer à nous diriger – droit dans la gueule du loup53 !

  • 54 Guide de littérature pour la jeunesse, Paris, Delagrave, 2002, p. 73. Nathalie Prince fait le même (...)

37La continuité entre les bandes dessinées pour enfants et les séries romanesques relevée par Marc Soriano54 trouve ici une belle illustration. Les intrigues répétitives et apparemment sans grand intérêt masqueraient la vraie raison de la fascination des enfants pour ces histoires : un goût pour la stabilité, l’immobilité, la répétition, et sans doute pour une simplicité qui toucherait alors à l’universel, comme l’envisageait Michel Tournier dont la pensée est ici résumée par Nathalie Prince :

  • 55 N. Prince, La littérature de jeunesse, op. cit., p. 228.

Tournier avoue que ce qu’il écrit est enfantin, et il entend par là simple, mais cela signifie pour lui d’inspiration mythique. Simple veut dire pour lui fondateur, universel, principiel ; ainsi ajoute-t-il une verticalité à cette évocation de la simplicité littéraire ; jusqu’à maintenant, simple signifiait efficacité, puis stéréotypie et intertextualité ; désormais elle nous permet d’atteindre à une dimension essentielle55.

Efficace, stéréotypée, nourrie d’intertextualité, la série de Cuvillier touche à l’essentiel. Elle correspond à tous les aspects de cette simplicité élevée au rang d’art.

Haut de page

Notes

1 Parfois nommé (ou confondu avec ?) Marcel (voir Marcus Osterwalder, Dictionnaire des illustrateurs, 1905-1965, Neuchâtel, Ides et Calendes, 2005, p. 438), il était également l’auteur de Zimbo et Zimba (à partir de 1938), et de la série Perlin et Pinpin (à partir de septembre 1940).

2 Jean-Louis Pesch est en 2022 âgé de 94 ans. Dernier volume : La Belle Aventure, Dargaud, septembre 2022.

3 Il n’en est pas fait mention dans le Guide de littérature pour la jeunesse de Marc Soriano ni dans le Dictionnaire du livre de jeunesse d’I. Nières-Chevrel et J. Perrot, ni dans l’ouvrage de Claude-Anne Parmegiani, Les Petits Français illustrés. Ils ont une notice dans Les héros de notre enfance de François Rivière (Paris, Chêne, 2007, p. 77-80), mais elle résume le scénario global d’une manière qui me semble peu fidèle à celui de Cuvillier.

4 Organisée par le département de la Marne et la Bibliothèque de la Marne (B.D.M.), dans la commune de Jonchery-sur-Vesle.

5 En 2021 : la célébration nationale ayant été prolongée jusqu'en juin 2021 (par un effet covid).

6 Dans une collection intitulée « Le grenier de Sylvain et Sylvette », débutée en 2003 également, qui reprend les albums « Fleurette » de Cuvillier et des inédits parus dans la presse.

7 Fondée en 2004 par Jean-Louis Pesch, elle publie un bulletin, L’Écho de la Chaumière, essentiellement animé par lui.

8 F. Rivière, Les héros de notre enfance, op. cit., p. 77.

9 On peut les consulter sur le site créé par Syracuse63 : https://sites.google.com/site/sylvainesylvette/ (consulté le 30/10/2022).

10 Cuvillier lui-même a commencé un album en format vertical, continué par Pesch, On a volé l’éléphant blanc, qui se passe en Inde.

11 Le journal Cœurs vaillants avait été créé en 1929 dans le cadre de l’Union des œuvres catholiques de France (UOCF), qui dans le même mouvement créait les éditions Fleurus. Sur la création de ce journal, compliquée par des associations éphémères, voir Alain Fourment, Histoire de la presse et des journaux d’enfants (1768-1988), Paris, Éditions Éole, 1987, p. 158-161, et Thierry Crépin et Pascal Ory, Haro sur le gangster ! La moralisation de la presse enfantine, 1934-1954, Paris, CNRS Éditions, 2002, p. 62-63.

12 Voir Th. Crépin et P. Ory, Haro sur le gangster !, op. cit., p. 38 et 62-63.

13 Ibid., p. 64.

14 Il est « conçu par Marcel Job assisté de Simone Schuemacher, et de Suzanne Girard » (Th. Crépin et P. Ory, op. cit., p. 94). Voir aussi la page consacrée au journal Cœurs vaillants : https://www.coeurs-vaillants.fr/index.php?page=coeurs-vaillants-edition-rurale&edition=er&annee=1941.

15 Imprimé par Giraud-Rivoire rue Nicolaï à Lyon.

16 Th. Crépin et P. Ory, Haro sur le gangster !, op. cit., p. 94.

17 C’est dans cette période que le Parti communiste, profitant de la suspension de Cœurs Vaillants, crée un nouveau journal concurrent au titre curieusement proche, Vaillant.

18 Th. Crépin et P. Ory, Haro sur le gangster !, op. cit., p. 71. Sur les tentatives pour publier en zone occupée et l’arrestation de Pihan par la Gestapo, voir ibid., p. 95-96 et A. Fourment, Histoire de la presse et des journaux d’enfants, op. cit. p. 252, qui évoque « l’esprit de lutte » de la rédaction parisienne des éditions Fleurus en zone occupée, grâce à Pihan ; sur les relations de sympathie de l’abbé Courtois avec le pétainisme voir Crépin et Ory, op. cit., p. 97 et suivantes.

19 Faisant valoir que le périodique Vaillant avait été autorisé et avait volé leur titre. Voir Th. Crépin et P. Ory, op. cit., p. 155.

20 Il est sous-titré « Hommage aux Cœurs et Âmes Vaillants pré-jacistes », la JAC étant la jeunesse agricole chrétienne.

21 Voir Th. Crépin et P. Ory, op. cit., p. 154-155.

22 L’abbé Pihan, arrêté par la Gestapo en mars 1943 et emprisonné trois mois à Fresnes, proche du catholicisme social, sera membre de la commission à l’origine de la loi de 1949 sur les publications pour la jeunesse (voir Th. Crépin et P. Ory, op. cit., p. 200-201).

23 Voir Henri Filippini, sur le site de Dargaud : « 75 bougies pour Sylvain et Sylvette » (https://www.dargaud.com/actualites/75-bougies-pour-sylvain-et-sylvette-photo, consulté le 20/10/2022).

24 Avec d’autres auteurs de façon ponctuelle : Pierre Chéry (trois albums), Jean Dupin (deux albums) ; Michel Genens, Henriette Robitaille et Robert Génin ont participé à certains scénarios (https://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvain_et_Sylvette, consulté le 20/10/2022).

25 « À son décès, en 1982, la veuve de Maurice Cuvillier lègue ses droits à une Association pour l’Aide aux Jeunes Infirmes, soutenant l’œuvre de Saint Jean de Dieu. Un contrat avec cette association permet à Jean-Louis Pesch d'être l’exploitant exclusif de l’œuvre de Maurice Cuvillier » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvain_et_Sylvette).

26 Voir Henri Filippini, Dictionnaire encyclopédique des héros et auteurs de BD : western, héros juvéniles, aventures, quotidien, Paris, Bordas, 2005, p. 608.

27 « Albums Fleurette » : 70 albums signés par Cuvillier (1953-1964), suivis de 14 par Pesch et Dubois ; « Albums Fleurette nouvelle série », 97 titres (1967-1979), « Albums Fleurette deuxième série » (1980-1985), 30 titres.

28 À partir du n° 72 de la « Nouvelle série Fleurette », « seules les histoires de Claude Dubois, parues précédemment dans Fripounet, sont publiées dans cette collection, les histoires de Jean-Louis Pesch étant publiées directement dans la collection “Séribis” » en format portrait (https://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvain_et_Sylvette).

29 A. Fourment, Histoire de la presse, op. cit., p. 411.

30 Pour une tentative de tri avec six éditeurs différents et plus de 295 titres voir la liste de Gondebaud-e sur senscritique.com (mais ses dates pour les albums « Fleurette » correspondent aux parution dans la presse) : https://www.senscritique.com/liste/Sylvain_et_Sylvette_6_editions_pour_295_tomes_Organisons_tou/297417?page=1&sortBy=BY_DEFAULT&order=DESC.

31 F. Rivière, Les héros de notre enfance, op. cit., p. 78.

32 Si les premiers épisodes sont en noir et blanc dans le supplément rural et en tons de bleu dans l’album L, la page qui annonce la série dans le numéro précédant leur toute première apparition est en couleurs. La couleur s’imposera à partir de 1946 avec quelques variations, comme un bonnet blanc à pois rouge pour Sylvain (version inversée du foulard de sa sœur) et un pantalon bleu et non plus marron en juillet 1946, sur une courte durée.

33 Par Claude Dubois, Paris, Fleurus, 1959.

34 En 1956, donc vers la fin de la participation de Cuvillier, une voiture apparaît, la voiture verte décapotable (qui ressemble à une voiture d’enfant à pédales) conduite par leur ami Jean-Claude (05/08) et une fusée que Sylvain construit avec un petit mode d’emploi (30/12) ; mais le ton devient si différent de celui de Cuvillier que ce dernier épisode n’est peut-être pas de lui. On peut noter aussi de nombreuses reprises d’épisodes anciens en 1956 et 1957.

35 Les compères ont perdu la clef de leur grotte et sont obligés de passer la nuit dehors ; Renard fabrique une cabane et ils font cuire leur dîner sur un feu de bois ; l’un d’eux conclut « nous avons le confort moderne, eau, éclairage, chauffage » (Album L, sept. 44, p. 13).

36 La Danse des libellules : comédie-opérette, musique de Franz Lehar, 1e représentation en 1924.

37 Allusion à une autre série du périodique (par Rose Dardenne, 1946), Les Indégonflables de Chantovent.

38 L’action est commentée par un écureuil : « Comme cette petite est courageuse ! » (2e quinzaine d’octobre 46).

39 Cette absence de communication verbale pourrait aussi être due à un souci de laisser les deux enfants dans leur solitude : que deviendrait cette robinsonnade, si toute cette tribu s’exprimait ?

40 Néanmoins, si on le voit parfois poursuivre sous le coup de la colère l’un des animaux amis avec un bâton (Gris-gris par exemple), on ne le voit pas le battre.

41 Voir Ruth Amossy et Anne Herschberg Pierrot, Stéréotypes et clichés : langue, discours, société, Paris, Nathan, coll. « 128 », 1997 ; Christiane Connan Pintado, « Stéréotypes et littérature de jeunesse », Hermès, La Revue, n° 83, 2019/1, p. 105-110.

42 Nathalie Prince, La littérature de jeunesse, Paris, Armand Colin, 2021, p. 227.

43 Que le repaire de l’ogre soit exotique ne préjuge pas de la nationalité de celui-ci : ce trait a été choisi par l’auteur pour faire voyager ses héros et leur faire rencontrer d’autres animaux, vivre des aventures différentes, varier, enfin.

44 Notons les traits descriptifs (couleur, trait particulier) attribués aux noms des autres, le rat étant le parent pauvre quant au nom.

45 Voir N. Prince, La littérature de jeunesse, op. cit., p. 131 et suivantes, et, sur le personnage animal et la question de l’identification, p. 122-127.

46 Pour reprendre les types de lecture proposés par Vincent Jouve dans L’Effet personnage dans le roman, Paris, PUF, 1992.

47 Petite incohérence : dans un épisode, on voit que Cui-cui sait lire, piégé par un faux message signé de l’écureuil (14/09/1947). Facilité ? trait d’humour testant les enfants ?

48 Voir Le Cru et le Cuit de C. Levi-Strauss, 1964, sur les frontières entre « sauvagerie » et civilisation.

49 Voir http://histoirepatrimoinebleurvillois.hautetfort.com/archive/2010/01/12/le-dessinateur-nanceien-claude-dubois-pere-de-sylvain-et-syl.html.

50 Ils ont l’avantage de ne fréquenter la série que durant une durée limitée, entre 8 et 11 ans, puisque tel est le lectorat de Fripounet.

51 N. Prince, La littérature de jeunesse, op. cit., p. 229.

52 F. Rivière, Les héros de notre enfance, op. cit., p. 77.

53 François Rivière, Enid Blyton et le Club des cinq, Paris, Les Quatre chemins, 2005, p. 31.

54 Guide de littérature pour la jeunesse, Paris, Delagrave, 2002, p. 73. Nathalie Prince fait le même rapprochement (op. cit., p. 229).

55 N. Prince, La littérature de jeunesse, op. cit., p. 228.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration 1 : Image du haut : encart pour Sylvain et Sylvette dans Âmes Vaillantes, n° 20 du 17 mai 1953 ; image du bas : M. Cuvillier, Sylvain et Sylvette, n° 1, 1953, Fleurus.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/9640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Mercier-Faivre, « Les aventures de Sylvain et Sylvette de Cuvillier (1941-1956) : entre mythe et histoire, un art de la simplicité »Strenæ [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 01 mai 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/strenae/9640 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.9640

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Mercier-Faivre

IHRIM (UMR 5317). Université Claude Bernard-Lyon 1 (INSPE, groupe Pralije)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search