Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Dossier thématiquePremiers albums dans l’édition fr...

Dossier thématique

Premiers albums dans l’édition française du Second Empire

Une courte collection chez Hachette, une intarissable série chez Hetzel
First picturebooks in French publishing during the Second Empire. A short collection at Hachette, an inexhaustible series at Hetzel
Isabelle Nières-Chevrel

Résumés

Loin de vouloir élucider la notion de série dans le domaine de l’album pour enfants, cette contribution se donne pour visée de faire « un retour en arrière » et de dresser la liste — éventuellement commentée — des albums que deux grands éditeurs, Louis Hachette, puis Pierre-Jules Hetzel et son fils, entreprirent de publier du Second Empire aux années 1880 pour la maison Hachette et jusqu’au seuil du xxe siècle pour ceux de la maison Hetzel. Il s’agit de proposer ce qu’on pourrait appeler la préhistoire des séries d’albums pour enfants en France.

Haut de page

Texte intégral

1Loin de vouloir élucider la notion de série dans le domaine de l’album pour enfants, cette contribution se donne pour visée de faire « un retour en arrière » et de dresser la liste – éventuellement commentée – des albums que deux grands éditeurs, Louis Hachette, puis Pierre-Jules Hetzel et son fils, entreprirent de publier du Second Empire aux années 1880 pour la maison Hachette et jusqu’au seuil du xxe siècle pour ceux de la maison Hetzel. Il s’agit de proposer ce qu’on pourrait appeler la préhistoire des séries d’albums pour enfants en France.

2Ces deux grands éditeurs parisiens restent connus pour avoir, l’un et l’autre, créé une grande collection de romans pour la jeunesse, « La Bibliothèque rose illustrée » (Hachette, à partir de 1856) et « Les Voyages extraordinaires » (Hetzel, à partir de 1866), construisant une culture pour la jeunesse qui resta vivante dans les milieux de la bourgeoisie jusqu’au milieu du xxsiècle. L’un et l’autre créèrent également une collection – ou une série ? – d’albums pour jeunes enfants qui ont disparu de nos bibliothèques... et de nos mémoires. Ceci mérite que l’on s’y arrête le temps d’un article en prenant appui sur les collections de la Bibliothèque nationale de France (BNF), celles du fonds ancien de la bibliothèque de l’Heure Joyeuse à Paris (HJ), et sur le fonds Hetzel de la médiathèque de Sèvres (Hauts-de-Seine).

3En 1860, Hachette publia une version française du Struwwelpeter d’Heinrich Hoffmann, traduit et adapté par Louis Ratisbonne sous le nom de plume de Trim. Fort du succès de l’ouvrage, l’éditeur lança la collection des « Albums Trim », dans laquelle parurent, au fil de deux décennies, 21 albums dont 14 écrits par Trim. Pierre-Jules Hetzel, célèbre aujourd’hui encore comme éditeur des romans de Jules Verne, fut également l’éditeur un peu oublié d’albums pour jeunes enfants, les « albums Stahl ». C’est sous son nom de plume – P.-J. Stahl – qu’il construisit de fait une série pour enfants – la première semble-t-il – autour d’une fillette, Mlle Lili. Ce sont les albums de ces deux éditeurs que cette étude voudrait recenser et mettre en lumière.

4À la différence des suites, les séries regroupent des albums qui peuvent être lus séparément, sans devoir suivre l’ordre initial de leur publication. Combinant des effets de séduction et de fidélisation, elles apparaissent, dès la naissance de l’album, quasi simultanément chez les deux plus importants éditeurs de Paris : Louis Hachette en 1860 et Pierre-Jules Hetzel en 1862. Les choix de ces deux éditeurs s’opposent en tout : héros, thématique, esthétique – burlesque chez Hachette, fin réalisme du texte et des illustrations chez Hetzel.

5Cette coïncidence de date ne signifie pas que les deux maisons se soient placées en concurrence sur ce marché nouveau. Les deux éditeurs développèrent une collection selon une esthétique radicalement différente, créant des albums visiblement destinés à deux publics eux-mêmes radicalement différents.

6De février 1857 à janvier 1862, Hachette publia, dans son périodique La Semaine des enfants, une série de planches illustrées par Bertall sous le titre « Les défauts des enfants ». Il se pourrait que ce soit le ton de ces historiettes qui ait suggéré à Louis Ratisbonne de contacter Louis Hachette quand il chercha à faire publier (sous le pseudonyme de Trim) sa traduction du Struwwelpeter de l’Allemand Heinrich Hoffmann. Le succès que connut l’album édité par Louis Hachette en 1860 sous le titre Pierre l’ébouriffé, joyeuses histoires et images drôlatiques, amena celui-ci à créer avec Louis Ratisbonne une collection d’albums en couleurs – les « albums Trim » (nom de plume de Louis Ratisbonne) dans laquelle 21 albums (22 en y intégrant Pierre l’ébouriffé) furent publiés de 1860 à 1880.

7Dans cette même année 1860, Jules Hetzel, jusqu’alors en exil à Bruxelles, rentra en France et se réinstalla à Paris, mais sans disposer de l’indispensable brevet de libraire. C’est par un quasi hasard qu’il découvrit le premier album de Mlle Lili que réalisa l’artiste danois Lorentz Frœlich, dont il éditera (relayé ultérieurement par son fils Louis-Jules) plus de 60 titres de 1862 à 1913.

8On peut s’étonner d’un tel écart de longévité entre l’une et l’autre collection quand on sait le génie commercial de Louis Hachette. Ce sont les choix divergents de Hachette et d’Hetzel qui sont à l’origine de ces deux fortunes éditoriales si contrastées : burlesque et transgression enfantine chez Hachette, observation fine et rendu graphique précis des gestes de l’enfance chez Hetzel ; texte en vers chez Hachette, texte en prose chez Hetzel ; couleurs posées en aplat sur la gravure chez Hachette, monochromes d’un rouge léger dans quelques-unes des éditions chez Hetzel ; albums destinés à des enfants sachant lire, plutôt des garçons chez Hachette, et plutôt des fillettes appartenant à une bourgeoisie aisée chez Hetzel ; une collection chez Hachette, et peut-être ce qu’on appellerait une série chez Hetzel.

9Quelle part revient au hasard des rencontres, quelle part aux choix de l’un et de l’autre éditeur dans une si inégale postérité ? Tous deux visaient un public de jeunes lecteurs autonomes, appartenant à des familles assez aisées pour acheter des livres à leurs enfants, mais dont les attentes esthétiques et culturelles étaient visiblement divergentes.

Hachette : de Pierre l’ébouriffé à la série des « vilains défauts »

10Le 1er janvier 1857, Louis Hachette lance La Semaine des enfants, un hebdomadaire qu’il sous-titre Magasin d’images et de lectures amusantes et instructives, dont la publication prendra fin en septembre 1876. Dès le numéro du 7 février 1857, Hachette introduit des histoires de garnements, illustrées en couleurs par Bertall dans une rubrique qu’il titre « Les défauts des enfants ». La première historiette s’intitule La petite volontaire, celle du 21 février Le taquin, celle du 4 avril La petite coquette (une fillette regarde sa coiffure dans la glace placée au-dessus de la cheminée ; sa robe prend feu). D’avril à septembre 1857, on trouvera un Petit taquin, un Touche à tout, un Petit paresseux. Dans le numéro du 12 septembre, un Petit désobéissant, qui a volé des cerises, se retrouve pris dans un piège à loup (p. 296). Les punitions sont rudes.

11Il est probable que ce furent ces historiettes, parues dans La Semaine des enfants, qui amenèrent Louis Ratisbonne à proposer à Louis Hachette de publier en 1860 sa traduction de l’album allemand, Der Struwwelpeter qu’il titra Pierre l’ébouriffé, joyeuses histoires et images drôlatiques pour les enfants de 3 à 6 ans, traduit de l’allemand du docteur Hoffmann. C’est cette traduction qui est à l’origine de la collection des « Albums Trim pour les enfants de trois à six ans ». Hachette rentabilisera les historiettes publiées en périodique sous le titre « Défauts des enfants », en les reprenant dans cette série d’albums, quasiment tous illustrés en couleurs par Bertall. Les textes des 15 premiers albums, signés Trim, sont écrits par Ratisbonne lui-même ; les six derniers furent écrits et illustrés par Bertall. Le nombre de pages va de 18 à 30 et le format des albums de 21 x 25,7 pour Pierre l’ébouriffé à 21,7 x 27 pour Plume le distrait. À l’exception du quatrième intégralement dû à Bertall, les textes des 15 premiers albums, signés Trim, sont écrits par Ratisbonne ; les six derniers furent écrits et illustrés par Bertall.

12Dans les listes d’ouvrages ci-dessous, l’abréviation (G) indique les éditions numérisées sur Gallica. La mention « BNF et G » signifie que l’exemplaire que conserve la BNF est également numérisé, « BNF (G) » signifie qu’un exemplaire est numérisé sur Gallica. Le lieu de conservation est indiqué quand l’exemplaire numérisé sur Gallica n’est pas celui qui est conservé par la BNF.

130. 1860. Pierre l’ébouriffé, joyeuses histoires et images drôlatiques pour les enfants de 3 à 6 ans. Traduit de l’allemand du docteur Hoffmann sur la 360e édition par Trim, Louis Hachette, BNF et (G). Réédition en 1866.

141. 1861. Jean-Jean Gros-Pataud, histoire allemande accommodée pour les petits Français de trois à six ans par Trim, illustré en couleurs par J. Pelcoq, 16 p., BNF. Réédition 1867 (G).

152. 1861. A.B.C. Trim, Alphabet enchanté, illustré par Bertall. Rééd. 1867 (G) ; l’exemplaire numérisé pourrait avoir été conservé dans une bibliothèque publique (une cote est indiquée au crayon).

163. 1861. Histoire comique et terrible de Loustic l’espiègle, racontée aux petits français de trois à six ans, par Trim, illustrée par Bertall, (G). Rééd. 1866.

174. 1861. Les Infortunes de Touche-à-tout « recueillies par Bertall » (il est ici auteur-illustrateur), BNF. Rééd. 1865 (G), fonds ancien HJ et 1868, BNF.

185.-7. 1861-1862 : Les Défauts horribles, histoires ébouriffantes et morales pour les petits enfants par Trim :

  • 5. 1861. Gourmands et malpropres, illustré par G. Jundt.

  • 6. 1862. Paul le menteur, illustré par G. Jundt.

  • 7. 1862. Simon le Poltron, illustré par G. Jundt.

La BNF ne conserve de ces trois albums que trois rééditions faites de 1867 à 1874, puis en 1902 (G).

198. 1862. Le Calcul amusant ; la table de Pythagore servie aux petits enfants par Trim et ornée par Bertall, BNF (G).

209. 1862. Les Bêtes ; cours d’histoire naturelle et de morale à l’usage des petits enfants par Trim et illustré par Bertall, BNF. Réédition 1868, BNF et (G).

2110. 1863. La Poupée par Trim, illustré par G. Jundt, (G).

L’album sort en décembre. Hachette pourrait-il avoir remarqué la publication par Hetzel de La Journée de Mlle Lili en octobre 1862 et entrevu le danger qu’il pourrait y avoir à ne sembler éditer que des albums plutôt destinés aux garçons ?

2211. 1864. Le Bon Toto et le méchant Tom, ou la Journée de deux petits garçons par Trim, illustré par G. Jundt, (G). Rééd. 1889, 1894 et 1900.

  • 1 Defendi Semeghini (1852-1891) : dessinateur italien qui illustra plusieurs volumes de la « Biblioth (...)

La BNF en conserve une réédition non datée – sans doute tardive – qui indique, en page de titre intérieur, « album contenant 35 dessins en couleurs par Eugène Le Mouël et 38 silhouettes en noir dessinées par Semeghini1 ».

2312. 1865. Jean Bourreau, le bourreau des bêtes par Trim, illustré par G. Jundt, absent des collections de la BNF, un exemplaire dans la bibliothèque numérisée de l’UCA (Université de Clermont-Ferrand) : raconte un cauchemar.

2413. 1866. Les Œuvres de la main ; le bien et le mal par Trim, illustré par G. Jundt, (G) (cachet du dépôt légal de la Seine).

2514. 1867. Plume le distrait : Distraction de plume à l’usage des enfants de 5 à 50 ans par Trim, illustré par H. Castelli, BNF et (G).

Illustration 1 : Page de Plume le distrait : Distraction de plume à l’usage des enfants de 5 à 50 ans par Trim, illustré par H. Castelli.

2615. 1867. Polichinelle par Trim, illustré par G. Jundt, BNF et (G).

Cet album est le dernier dont Louis Ratisbonne signe le texte. Bertall reprendra des textes anciens et écrira les textes des six derniers albums dont il réalisera également les illustrations.

2716. 1867. Mlle Marie sans soin par Bertall, 16 p., fig. en couleurs, BNF ; fonds ancien HJ. Rééd. 1891, 1894 (G) et 1901.

28Sophie de Ségur, dont on sait le goût pour la farce, mentionne trois titres de cette collection au chapitre XVI de Diloy le chemineau, roman publié en 1868 dans la « Bibliothèque rose illustrée » : les enfants préparent une chambre pour Gertrude qui est sur le point d’arriver. Laurent suggère de l’accueillir en y déposant les huit volumes de La Semaine des enfants ; l’idée entraîne une dispute. Anne propose de donner plutôt Jean Bourreau, Les Défauts horribles (qui regroupe Gourmands et malpropres (1861), Menteurs, envieux criards et trépignards (1862) et Le Poltron (1862)), trio auquel la fillette ajoute Le Bourreau des bêtes (1865). Ce sont cinq des titres qu’Hachette venait d’éditer dans ses « Albums Trim ». Ségur est certes « une romancière Hachette », mais elle ne ferait pas ce choix si ces albums ne l’amusaient elle-même.

2917. [1869]. Les Enfants terribles, illustré par Bertall, imprimerie Lahure, étrennes 1869, BNF. L’album regroupe des planches qui furent publiées dans une vingtaine de numéros de La Semaine des enfants. On relève : « Le petit paresseux » (1857), « Le taquin » (1857), « Le petit poltron » (29 mai 1858), « Toto l’indépendant » (1858), « Georges le distrait » (1862), etc.

3018. 1869. M. Hurluberlu et ses déplorables aventures, texte et dessins par Bertall, Librairie de L. Hachette et Cie, absent à la BNF, (G).

3119. 1876. Pierre l’irrésolu, texte et illustrations de Bertall (noir et blanc), (G).

3220. 1879. Mademoiselle Jacasse, texte et illustrations par Bertall, fonds ancien HJ.

3321. 1880. Jean le paresseux, texte et illustrations en couleurs par Bertall (passé en vente).

34Après avoir publié Pierre l’ébouriffé en 1860, Hachette édita donc, au fil de deux décennies, 21 albums dans sa collection des « Albums Trim ». Bertall en fut l’illustrateur le plus actif avec 11 titres. Il meurt en mars 1882. Louis Ratisbonne, auteur de 14 des 21 titres de la collection, mourra en septembre 1900.

De Lorenz Frœlich aux « albums Stahl » de P.-J. Hetzel

Préhistoire des séries dans le domaine de l’album pour enfants

35Après des années d’exil en Belgique, Pierre-Jules Hetzel rentre enfin à Paris en 1860. Mais ce n’est que le 28 novembre 1862 qu’il pourra racheter le brevet de libraire de Vendrin et reprendre son activité d’éditeur. Il se trouve qu’il avait, dès janvier 1862, remarqué un album que le dessinateur Lorenz Frœlich venait de publier à compte d’auteur. Cet album sera le point de départ de la série des « Albums de Mlle Lili » que Pierre-Jules Hetzel, puis son fils Louis-Jules éditeront d’octobre 1862 à 1912.

36Le remarquable artiste danois Lorenz Frœlich (1820-1908), peintre et illustrateur, vécut et travailla en France de 1857 à 1877. La naissance de sa fille Edma en août 1859 va l’amener à dessiner et inlassablement redessiner son enfant. C’est elle qui sera « le modèle » du personnage de Mlle Lili. Combinant dessins et textes courts, Frœlich publia initialement trois albums à compte d’auteur. C’est lui qui mit Hetzel sur la voie d’une collection d’albums destinés à de très jeunes enfants.

Frœlich : naissance d’une enfant, naissance d’une série

3701. En janvier 1862, Lorenz Frœlich publie à compte d’auteur un album qu’il titre La Journée de Mademoiselle Lili. La couverture indique que l’album est en vente « chez L. Frœlich, à Paris, au 23, rue des prêtres Saint-Germain l’Auxerrois ». C’est donc Frœlich qui « baptisa » la future héroïne des albums d’Hetzel. On se trouve devant un type de livres radicalement nouveau, réalisé sans projet ni calcul, qui sera, dès l’année suivante, traduit en anglais sous le titre The Little Darling at home (1863, British Library).

3802. En 1863, Frœlich publie un second album, toujours à compte d’auteur, Bébé aux bains de mer, « texte par sa maman, dessins de Lorenz Frœlich ; chez l’auteur, 23, rue des Prêtres Saint-Germain-L’Auxerrois (Place du Louvre) ». L’album est lui aussi traduit en anglais sous le titre The little darling at the seaside, drawings by Lorenz Frœlich, text by her Mama, traduction par Mrs G. Hooper, London, Trüener, 60 Paternoster Row, 1863 (British Library).

L’album est dédié « À son altesse royale la princesse Beatrice. Avec la gracieuse permission de sa majesté, la Reine d’Angleterre. ». Chaque page est titrée, illustrée et augmentée d’un court texte. Frœlich invente dans cet album un époustouflant « texte-image » final qu’il titre « Le Voyage raconté et illustré par bébé » (G) : le texte est écrit au présent et les phrases s’enchaînent dans une série de « et puis » qui imite la manière enfantine de raconter. Dans l’illustration finale, Frœlich invente le dessin que Lili aurait réalisé, à son retour, pour son parrain, un pastiche de dessin d’enfant qui figure une fleur, une locomotive qui fume et deux « bonhommes » à mi-corps dans la transparence de l’eau. Frœlich superpose son propre dessin et celui qu’il attribue à l’enfant, qui serait comme une transposition iconographique de la parole enfantine. Frœlich pourrait-il être un des premiers artistes à introduire un pastiche de dessin d’enfant dans un album destiné à des enfants ?

3903. [1863] (dépôt légal, ci-après d.l.). Bébé à la maison, « Dessins par Lorenz Frœlich. Texte par une maman », Paris, en vente « chez L. Frœlich, 23, rue des Prêtres Saint-Germain-L’Auxerrois (Place du Louvre) et chez les principaux libraires ».

Illustration 2 : couverture de Bébé à la maison, collection personnelle.

La page finale indique que ce troisième album fut, lui-aussi, édité à compte d’auteur ; l’adresse de son imprimeur : « Paris – imprimerie Ad. Lainé et J. Havard, rue des Saints-Pères, 19. ». L’album fera très vite l’objet d’un second tirage (BNF, d.l. 1864) dont les exemplaires seront, cette fois, distribués par Hetzel.

40Un père dessine, un éditeur est séduit. C’est autour de ces trois albums, réalisés et publiés à compte d’auteur par Lorenz Frœlich, que se noua la collaboration des deux hommes. L’accueil que reçut La Journée de Mlle Lili suggéra à Pierre-Jules Hetzel de se lancer lui-même dans la réalisation de ce nouveau type de livres, destiné à de très jeunes enfants.

41Éditeur-écrivain, Hetzel entreprit de publier, à partir de 1866, une série d’albums pour lesquels il rédigea de courts textes sous son pseudonyme de « P.‑J. Stahl ». Il publia au fil des ans plus de soixante albums construits autour de « Mlle Lili » et quelques comparses, imaginant de multiples espaces d’aventures tout en évoquant les quelques défauts dont il serait évidemment souhaitable que les enfants se guérissent. Ses courts textes sont écrits dans une langue parfaite pour une lecture à voix haute.

Hetzel : les « Albums de Mlle Lili », une incertaine collection

42Pierre-Jules Hetzel republie les trois premiers albums de Frœlich en 1862, permettant à ceux-ci d’entrer dans le circuit commercial de la librairie. Ajoutons qu’Hetzel a, par ailleurs, un évident talent de plume. La liste de ses albums comme écrivain et comme éditeur permet de prendre conscience de la longévité sans précédent de cette collection.

43La Bibliothèque nationale de France (BNF) conserve de très nombreux albums de Mlle Lili et elle semble s’être attachée à créer, en lien avec d’autres bibliothèques de conservation, ce qu’on pourrait appeler la « Bibliothèque virtuelle des albums de Mlle Lili ». Ce relevé des albums de Mlle Lili s’est donné comme règle de ne retenir, parmi les « Albums Stahl », que les albums localisés et les seuls dans lesquels le prénom de Mlle Lili figure dans le titre ou – a minima – dans l’intitulé de la collection.

441. 25 octobre 1862. La Journée de Mademoiselle Lili, « vignettes par L. Frœlich, texte par un papa » (P-J Stahl), Paris. La couverture indique « Bibliothèque illustrée des familles » et la première page de titre intérieur illustré précise : « collection Hetzel, 18 rue Jacob » (adresse éditoriale d’Hetzel). L’album est publié dans un format grand in-8, BNF (G).

  • 2 Le périodique sera rebaptisé « Magasin d’éducation et de récréation » en 1864.
  • 3 Marie-Pierre Litaudon, notice « Hetzel », dans : Dictionnaire du livre de jeunesse, sous la directi (...)
  • 4 Nicolas Petit, « Éditeur exemplaire, modèle de Père, héros de roman : figures d’Hetzel », Bibliothè (...)

Hetzel publie donc à son tour cet album que Frœlich avait publié à compte d’auteur en janvier 1862 – dans sa Bibliothèque illustrée des Familles2. Il forgera le terme « album-livre » pour désigner ce nouveau type de livre dans ses catalogues3. Dans l’étude qu’il consacra à la « figure d’Hetzel », Nicolas Petit fait remarquer qu’en page 7 de ce premier album, Frœlich prête au père de Mlle Lili les traits (rajeunis) d’Hetzel lui-même, donnant ainsi une double paternité biologique et fictionnelle à Mlle Lili4. Il se pourrait qu’à la page 11 de cet album, « Le parrain de Mlle Lili [qui] vient d’arriver » soit un autoportrait de Frœlich lui-même.

Illustration 3 : La Journée de Mademoiselle Lili, p. 8, collection personnelle.

45Dans la longue préface à cette Journée de Mademoiselle Lili, Hetzel interroge le statut de son premier « texte-images » qui « ouvre » la série des albums de Mlle Lili, qu’il intégrera par la suite à sa collection des « Albums Stahl » :

  • 5 Hetzel emploie ici le terme album dans son acception ancienne, la seule que Pierre Larousse connais (...)

Voici quelque chose qui n’est ni un livre, ni un album5, ni un conte ni une histoire ; je ne sais pas ce que c’est, mais cela m’a paru charmant, et j’imagine que ce qui m’a tant plu pourra bien plaire un peu à d’autres.

L’artiste qui a esquissé ces jolis dessins ne pensait pas à les faire graver. Bon père autant que grand peintre, il a une jolie, une aimable petite fille qu’il adore, Mademoiselle Lili. Il avait, sur le coin d’un album, fait et refait le portrait de Mademoiselle Lili au naturel, dans toutes ses poses, dans tous ses gestes. Ces croquis m’ont paru une de ces choses d’art extrêmement rares qu’on ne fait pas exprès, qu’une sorte de hasard heureux fait éclore et réussir. Je m’en suis emparé ; je n’ai rien voulu y ajouter que quelques paroles, une sorte de traduction mot à mot des belles petites images que j’avais sous les yeux, et les voici.

J’imagine que les pères et les mères et les enfants se retrouveront dans ces scènes à un et à deux personnages, et que ces petits cahiers naïfs, comme il y en a tant en Allemagne, auront leur public en France parmi les gens de cœur, et même parmi les gens d’esprit.

Tout l’honneur du succès reviendra à l’amour paternel, qui a si bien inspiré M. Frœlich, et à son gentil modèle, Mademoiselle Lili.

P.‑J. Stahl.

46Évoquer des « petits cahiers naïfs, comme il y en a tant en Allemagne » est ici une évidente allusion à la traduction du Struwwelpeter par Trim, qu’Hachette publia en 1860. Stahl voudrait-il donner à penser que les pays de langue allemande ne produisent que des fascicules à quatre sous et non des albums dignes de retenir l’attention comme celui que lui-même vient de proposer ? Hetzel se pose-t-il ici en concurrent implicite des « Albums Trim » de Louis Hachette ? Quant à Frœlich, loin des caricatures de Bertall, il dessine en adoptant une ligne d’horizon à « hauteur d’enfant ». Il saisit les gestes des enfants et ceux de leurs parents tout en offrant aux adultes une image idéalisée de leur quotidien familial, la vie privée d’une bourgeoisie urbaine et, plus précisément, parisienne.

47Dans un dessin préparatoire à ce premier album, Frœlich avait imaginé une page de titre intérieur qui présentait, comme en écho à son titre, la mère de Lili se penchant sur le lit de son enfant qui s’éveille. Frœlich choisira de faire glisser cette illustration en dernière page : il inverse la position de la fillette (sa tête est maintenant sur la droite de l’image) et figure la mère en train de recouvrir son enfant qui est en train de s’endormir. Bel exemple de la manière dont un artiste nourrit son invention des spécificités-mêmes de son support : la fin de la Journée de Mademoiselle Lili coïncide avec la fin de l’album.

48Dans ce premier album, Stahl et Frœlich jouent à confronter Mlle Lili au monde des livres. La fillette est assise par terre devant un « mur » de gros volumes. L’un d’eux est ouvert, posé sur ses genoux :

Mademoiselle Lili, après déjeuner, travaille toujours dans les livres de son papa. Mademoiselle Lili sait lire dans les livres où il n’y a que des images. Pourquoi les marchands de livres mettent-ils autre chose que des images dans les livres ? (p. 6)

49L’album est réédité en 1863, 1864 et 1867 (7e éd. ; G). Il est traduit dès 1864 en anglais (Lily’s day), en allemand (Miss Lilis Tag) et en danois (Frǿken Lilis dag). Cette Journée de Mademoiselle Lili sera republiée en 1870 avec des gravures en deux couleurs (BNF).

50Rien ne permet d’affirmer que ce soit l’accueil reçu par cette Journée de Mademoiselle Lili qui ait suggéré à Hetzel de créer une collection d’albums pour très jeunes enfants autour de ce personnage. Plus de deux ans s’écouleront en effet avant qu’il ne publie un second titre.

512. 1865 (d.l.). Mademoiselle Lili à la campagne. Texte par un papa (P.‑J. Stahl) ; 24 grands dessins par L. Frœlich, « coll. Stahl et Frœlich », « Bibliothèque d’éducation et de récréation », Paris, J. Hetzel, libraire-éditeur, 18, rue Jacob, BNF (G). 3e éd. 1867, coll. « Bibliothèque illustrée de Mlle Lili et de son cousin Lucien », BNF. Rééd. 1870, coll. « Stahl et Frœlich. Gravures en deux couleurs », puis en 1912 (BNF et G).

52L’album est précédé d’« Un mot de préface » qui vise à lancer la collection :

La Journée de Mademoiselle Lili a fait un grand nombre d’amis à cette intéressante petite personne dans tous les pays du monde. J’ai reçu plus d’une petite lettre datée de Londres, de Berlin, de Copenhague, où l’on me demande de ses nouvelles : « ce qu’elle est devenue ? Est-elle toujours bien gentille ? A-t-elle grandi ? etc., etc. ».

Voici un petit livre qui satisfera, nous l’espérons, toutes ces aimables impatiences.

Puisse-t-il réussir à grossir encore le nombre des petits amis et des petites amies de Mademoiselle Lili.

P.‑J. Stahl

Hetzel se plaît à affirmer l’ampleur de la correspondance suscitée par son premier album et à mettre en valeur son tout nouveau lectorat, celui des « mioches », pour lequel il fut, semble-t-il, quelque peu moqué par la suite. Ce second album sera traduit en anglais, en allemand et en danois.

533. 1865. Alphabet de Mademoiselle Lili, par L. Frœlich et par un papa, Paris, J. Hetzel, figures coloriées, coll. « Bibliothèque et Magasin d’éducation et de récréation », BNF. Rééd. 1866 (Sèvres) ; 1867 (3e) et 1869 (4e) (BNF) et c. 1888 (collection personnelle).

54Dans La Journée de Mlle Lili (1862), Stahl avait mis en scène une Mlle Lili qui maniait les livres de son papa alors qu’elle ne savait pas encore lire. À la dernière page de cet nouvel album, l’illustration figure cette fois une petite fille à qui son père tend un livre :

Mademoiselle Lili a fini son alphabet, elle sait lire tout ce qu’il y a dedans sans se tromper d’un mot. Elle est venue trouver son papa pour lui en demander un autre, plus difficile.

55Dans la 3édition de l’Alphabet de Mademoiselle Lili en 1867, Stahl s’amusera à récrire les dernières lignes :

Son papa a été si content qu’il lui a donné l’Arithmétique de Mademoiselle Lili et le Magasin d’éducation et de récréation de MM. Jean Macé, P.‑J. Stahl et Jules Verne où elle apprendra tout sans jamais s’ennuyer.

Ce troisième album situe l’apprentissage de la lecture dans le cadre familial. Il peut être reçu par les parents comme une promesse que leur enfant sera désireux – et vite capable – de lire lui aussi.

56Émile Zola tenait alors une chronique dans Le Salut public, titrée « Correspondance littéraire ». Souhaitant mettre son activité de journaliste au service de son ami, il demande à Hetzel, dans une lettre datée  « [Paris], 25 décembre 1866 », de lui faire parvenir « tout de suite » quelques-uns de ses ouvrages pour les Étrennes de 1867 :

  • 6 Le Royaume des gourmands, publié dans la « Bibliothèque du Magasin d’Education et de Récréation », (...)
  • 7 B. H. Bakker, Colette Becker, Henri Mitterand (dir.), Émile Zola, Correspondance. Tome 1, 1858-1867(...)

[…] je serais très désireux de mentionner votre librairie. Soyez assez bon pour faire envoyer tout de suite :
Le Royaume des gourmands [1866]6
Voyages et découvertes de Mlle Lili [1866]
La Journée de Mlle Lili [1862]
Mlle Lili à la campagne [1865].
Aventures surprenantes de trois vieux marins [1866 ; un roman burlesque]
J’ai déjà parlé longuement des Animaux peints par eux-mêmes que vous m’avez remis7.

57Zola glissera les trois premiers titres dans son article en feignant de décrire un étal de libraire.

Et il y avait aussi des enfants devant l’étalage. J’ai remarqué que Mlle Lili obtenait un grand succès parmi ce petit monde. Vous connaissez bien Mlle Lili, dont Hetzel publie l’aimable histoire : La Journée de Mlle Lili, Mademoiselle Lili à la campagne, L’Arithmétique de Mlle Lili, Voyages et découvertes de Mlle Lili et de M. Lucien. Il y a là peu à lire, beaucoup à regarder, je veux dire de nombreuses images et seulement deux lignes de texte pour chacune. De là le succès auprès des enfants. Puis, quelle grâce et quelle délicatesse de crayon ! Frœlich a le charme pénétrant de la naïveté élégante.

  • 8 Ibid., p. 466, note 1.

Je ne puis parler ni du Royaume des gourmands (Hetzel), ni des Albums Trimm [sic] (Hachette) ; ni de tous ces charmants volumes qui font la joie des jeunes lecteurs. Et qu’on ne m’accuse pas de faire des réclames. Je voudrais pouvoir dire l’admiration sincère que j’ai pour ces œuvres honnêtes et calmes que je lis parfois moi-même, désirant me reposer des fièvres de nos sinistres romans8.

  • 9 Jean-Marie Embs et Philippe Mellot reproduisent sept reliures différentes d’albums de Mlle Lili dan (...)

58Son « papier » nous rappelle que l’essentiel des cadeaux s’offrait alors, non pas à Noël, mais à l’occasion des fêtes du Nouvel An. Ajoutons que la tradition des livres d’Étrennes conduisait les éditeurs à proposer des volumes dont la couverture allait des simples cartonnages aux couvertures toilées et ornées aux fers dorés, ce qui excluait cette uniformisation visuelle qui est aujourd’hui pour nous le quasi marqueur des « séries »9.

Illustration 4 : Couverture de L’Arithmétique de Mlle Lili (rééd. 1879).

Illustration 5 : Couverture de Alphabet de Mlle Lili (rééd. c. 1888).

594. 1866. Voyage et découvertes de Mlle Lili et de son cousin Lucien (titre intérieur : Voyages et découvertes de Mademoiselle Lili et de son cousin autour du monde sur la corvette, la Lili, en compagnie de MM. Paul et Toto, ses cousins), texte par P.‑J. Stahl, dessins par Lorentz Frœlich, « Bibliothèque du Magasin d’éducation et de récréation ». Paris, J. Hetzel, libraire-éditeur, BNF et (G). Rééd. 1869 (G).

Illustration 6 : Page de Voyage et découvertes de Mlle Lili et de son cousin Lucien.

60On lit autour du médaillon de la page de titre intérieur : « Les grands voyageurs, Petit Pierre, M. Paul, Mlle Lili, M. Toto ». L’album fut pré-publié dans le tome 5 du Magasin d’éducation et de récréation (1866-67, p. 15-17). Une publicité joua sur ce titre dans le tome 6 du Magasin en présentant l’album comme susceptible de faire une « terrible concurrence » aux Enfants du capitaine Grant, le roman de Jules Verne dont les trois volumes venaient de paraître.

  • 10 La Bibliothèque de L’Heure Joyeuse, à Paris, conserve un fonds ancien important. Localisation abrég (...)
  • 11 Médiathèque de Sèvres, Deux collections pour la jeunesse : la Petite bibliothèque blanche, les Albu (...)

L’album sera republié dans une édition revue et augmentée c. 1886 (HJ)10, puis, à nouveau, en 191011.

61Stahl suggère la possible mixité de son jeune lectorat en introduisant dans son titre un prénom masculin auprès de celui de Mlle Lili. Dans cet album, d’une grande drôlerie, les deux jeunes aventuriers partent en explorateurs du jardin. Ils débouchent au chapitre X à la lisière d’un champ de blé coupé : « C’est le désert » ; ils aperçoivent une grenouille : « un crocodile » (l’illustration figure un lézard) ! Au chapitre XXII, les deux enfants commencent à avoir soif ; ils arrivent auprès d’un cours d’eau : « les sources du Nil ». Au chapitre XXX, ils se retrouvent au pied d’un gros rocher : « Ce doit être au moins le Mont Blanc. »

  • 12 La British Library, à Londres, conserve 32 « albums Stahl » en français et quatre traductions en an (...)

62L’album est immédiatement traduit sous le titre Little Rosy’s voyage of discovery undertaken in company with her cousin (New York), puis en 1869 sous le titre Little Rosy’s Voyage round the World, undertaken in company of her cousins Paul and Toto, Londres (British Library, abrégé BL12). Ce Voyage de découvertes sera republié en 1869 (G). Une réédition, revue et augmentée, paraîtra en 1886 (HJ).

635. 1867 (d.l.). L’Arithmétique de Mademoiselle Lili à l’usage de Monsieur Toto pour servir de préparation à l’arithmétique du grand-papa par Jean Macé ; texte par Gramont, vignettes par L. Frœlich (rehaussées de rouge), « coll. Bibliothèque d’éducation et de récréation », BNF (G). Rééd. 1884 (HJ) et (collection personnelle). L’album fait pendant à l’Alphabet de Mlle Lili, paru en 1865.

Illustration 6 : Page de L’Arithmétique de Mademoiselle Lili à l’usage de Monsieur Toto pour servir de préparation à l’arithmétique du grand-papa.

646. 1867 (d.l.). Le Royaume des gourmands, vignettes par L. Frœlich, texte par P.‑J. Stahl, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien. », BNF et (G) ; HJ. Réédité en 1905, BNF (G). Édition d’un album initialement publié en 1866 dans le périodique Magasin d’Éducation et de Récréation et repris en volume avec des gravures imprimées en camaïeu (HJ).

657. 1867 (d.l.). Pierrot à l’école et chez son ami Paillasse, 55 vignettes de G. Fath et texte par papa, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », J. Hetzel ; BNF, (G). Rééd. 1869 (G).

C’est à partir de 1867 que les catalogues d’Hetzel regroupèrent les albums sous la dénomination « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien ».

668. 1868. Les Premières armes de Mlle Lili et de son cousin Lucien par L. Frœlich, texte par P.‑J. Stahl, (G) et British Library, « Bibliothèque d’éducation et de récréation » (il s’agit d’une chasse aux papillons).

Stahl introduit à nouveau dans son titre un personnage masculin dont le prénom fait écho à celui de son héroïne. L’album, traduit en anglais et imprimé à Strasbourg, paraît à Londres en 1869 sous le titre A Butterfly Chase. Une édition, revue et augmentée, en sera publiée en 1886 dans la « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », BNF, (G) et BL.

679. 1868. Le Petit diable, vignettes par L. Frœlich, texte par P.‑J. Stahl, « Bibliothèque d’éducation et de récréation : Bibliothèque illustrée de Mlle Lili et de son cousin Lucien », (HJ) et (G) et BL. L’album met en scène un père dans son rôle d’éducateur d’un « petit diable » : on retrouve ici toute la gamme des punitions. Stahl reprend la plume pour signer le texte conclusif.

68Engagé, depuis six années déjà dans cette collection d’albums pour jeunes enfants, Hetzel s’interroge. Éprouvant sans doute le besoin de faire le point sur ses choix d’éditeur, il écrit à sa femme dans une lettre datée du 30 janvier 1869 :

  • 13 Marie-Pierre Litaudon, notice « Stahl, P.-J. » dans : I. Nières-Chevrel et J. Perrot (dir.), Dictio (...)

Qui sait si toutes ces petites choses enfantines n’ont pas plus de valeur définitive que les autres où je rencontre des maîtres ? Là du moins, je suis sur un terrain que presque personne ne peut me discuter13.

6910. 1869. Hetzel réédite La Journée de Mademoiselle Lili (la première édition date d’octobre 1862) avec l’indication « Nouvelle édition augmentée de plusieurs dessins ». L’album porte cette fois le nom de collection « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien » (BNF).

7011. 1869. Voyage de Mademoiselle Lili autour du monde, texte par un papa, dessins par Lorenz Frœlich, « Bibliothèque d’éducation et de récréation ».

71De septembre 1870 à juin 1871, les activités d’éditeur d’Hetzel furent interrompues par la guerre entre la France et la Prusse (juillet 1870-janvier 1871), le siège de Paris et la Commune (mars-mai 1871).

Vers les albums en couleurs

  • 14 L’album sera édité en anglais dès 1870.

72C’est à partir de 1869 que les albums d’Hetzel vont être plus systématiquement édités en couleurs. Hetzel s’était essayé aux albums coloriés dans sa 3e édition en 1868 de Jean le Hargneux (« 16 gravures imprimées en couleurs »), puis avec les gravures de Monsieur César (G)14, du Moulin à paroles et de Hector le Fanfaron (« huit gravures imprimées en couleurs ») en 1869. Mais Frœlich fut si peu satisfait du résultat qu’il demanda à Hetzel de ne pas être chargé d’illustrer la série des « Chansons et rondes de l’enfance » que celui-ci avait en projet. Hetzel revint à la charge. Il argumente dans une lettre à Frœlich datée d’avril 1870 : 

  • 15 Marie-Pierre Litaudon, notice « Lorenz Frœlich » dans : I. Nières-Chevrel et J. Perrot (dir.), Dict (...)

La couleur vous fait défaut dans la peinture comme pour le bois. [...] Cette jolie chanson et une douzaine d’autres qui seraient venues à la suite, un vrai artiste comme vous devrait être heureux d’avoir à les dessiner, à les traduire, et j’ajoute à les peindre. [...] Avez-vous fait un effort assez sérieux pour écrire que, sur quatre essais, ce soit un genre à abandonner aux autres alors que le public y est poussé [...] par l’invasion des albums anglais15 ?

73Sur les 45 « albums de Mlle Lili » que Frœlich signera jusqu’en 1903, 20 furent imprimés en chromotypographie chez Silbermann à Strasbourg, et chez Fischbach après 1871. Cette entrée de la couleur répondait à la volonté d’Hetzel de prendre pied sur le marché anglais du livre pour enfants.

74La Grande-Bretagne était alors passée maîtresse dans l’impression des illustrations en couleurs. Joris-Karl Huysmans nous en donne un témoignage indirect quand il rend compte du Salon de 1881. Il rappelle la réputation des Anglais dans « l’art de l’image en couleurs », évoque Walter Crane et Kate Greenaway dont Hachette adaptera un recueil de nursery rhymes sous le titre Scènes familières, qu’il fera imprimer à Londres par Evans en 1885 ainsi que sa version française du John Gilpin de Caldecott en 1887. Huysmans conclut :

  • 16 J. K. Huysmans, L’Art moderne, P. V. Stock, 1883 (rééd. 1902), p. 231.

L’art de l’image en couleurs, si grossier en Luxembourg qu’il devrait se confiner exclusivement dans l’industrie, a atteint chez les Anglais une perfection plénière. Regardant ces planches, M. Chéret qui, en sus de son original talent, est le plus expert de nos chromistes, soupirait me disant : « Il n’y a pas ici un ouvrier capable de tirer ces planches. »16

75Était-ce la compétence des ouvriers français qui était en cause ou les techniques, quelque peu archaïques, utilisées alors en France pour imprimer les illustrations en couleurs ?

76Comme en écho à la lettre qu’il écrivit à sa femme en janvier 1869, Hetzel déclare à Jules Janin dans une lettre datée du 8 juillet 1872 : « J’ai fini par n’être pour le public qu’un libraire pour les mioches ». On retrouve cette expression une fois encore dans une de ses lettres à George Sand, datée du 27 décembre 1872. Mais est-il bien certain qu’aujourd’hui encore, éditer en France de la « littérature pour les mioches » soit éditer de la « vraie » littérature ?

7712. [1871] Mademoiselle Mouvette, texte par P-J Stahl, dessins par L. Frœlich, (HJ). L’album évoque la vie d’un bébé, depuis le nourrisson dans ses langes jusqu’à ses premiers jeux collectifs. Il sera réédité en 1878 (date indiquée au crayon), BNF, (G). Le catalogue du fonds ancien de l’Heure Joyeuse indique que son exemplaire porte : « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », mais cette mention ne figure pas sur l’exemplaire numérisé sur Gallica.

7813. [1872]. Bonsoir petit Père, texte par P.‑J. Stahl, dessins par L. Frœlich, « Bibliothèque de Mademoiselle Lili ; Bibliothèque d’éducation et de récréation », BNF (G) et HJ (G).

L’héroïne de cet album s’appelle « Mademoiselle Zizi ». L’exemplaire « très fatigué » qui est numérisé sur Gallica est conservé dans le fonds ancien de l’Heure Joyeuse : les dernières pages manquent. Un ajout au crayon indique « 1869 ». Peut-on faire l’hypothèse que l’album fut initialement imprimé en 1869, mais qu’il ne fut broché et mis en vente qu’après la guerre de 1870 ? Une des publications du fonds Hetzel, Deux collections pour la jeunesse (Bibliothèque-Médiathèque de Sèvres, 2004), donne « 1872 » comme date. L’exemplaire conservé par la BNF indique « 1878 » : pourrait-il s’agir d’une réédition ?

79La vie éditoriale, progressivement, reprend. Dans les premiers mois de 1872, Hetzel publie Il était une bergère, le premier des 14 albums de la série « Chansons et rondes de l’enfance » qu’il éditera au cours de la décennie sous la dénomination globale « Albums Stahl ».

80À dater du 1er janvier 1873, Pierre-Jules Hetzel se met en retrait et transmet à son fils Louis-Jules ses pouvoirs de gestionnaire et d’administrateur de la Maison Hetzel et Cie.

81Cette même année 1873, Ernest Legouvé publie chez Hetzel un recueil qu’il titre Nos Filles et nos fils : scènes et études de famille, dans lequel il invente une lettre qu’il aurait écrite « À Mademoiselle Lili à Paris », datée : « Le Pouliguen, 18 juillet 1873 » :

Mademoiselle Lili
Je ne sais pas votre adresse, mais vous êtes si connue à Paris, votre spirituel parrain, M. P.‑J. Stahl, vous a fait une telle réputation, que j’hésite encore à jeter cette lettre à la poste, sans autre désignation que celle que l’on employait pour M. de Voltaire : « Mademoiselle Lili, à Paris. » (p. 43).

Petit cadeau d’un écrivain à son éditeur et ami !

8214. [1873] La boîte au lait : première commission de Fanchette, texte par P.‑J. Stahl, ill. de E. Froment, Paris, J. Hetzel & Cie, « Bibliothèque illustrée de Mlle Lili et de son cousin Lucien », BNF et (G), HJ.

8315. [1874] Le Premier cheval et la première voiture, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », L. Frœlich, HJ (paru initialement dans le Magasin d’éducation et de récréation, 1er semestre 1872-73). À la page XVIII, une gravure qui représente un père portant ses deux enfants « à cheval » sur son dos, est légendée : « Comme Henri IV ». Rééd. 1878.

8416. 1875. La Grammaire de Mlle Lili, texte par Jean Macé, vignettes de L. Frœlich, « Bibliothèque d’éducation et de récréation ». Rééd. 1878, BNF (G) et BL.

Chaque notion grammaticale est illustrée par une analogie. Pour illustrer le texte sur « la conjonction », Frœlich dessine un trio familial. Le père porte sa fille sur son bras droit et enserre sa femme de son bras gauche. Celle-ci les entoure tous deux de ses bras.

8517. 1876. Cerf-agile : Histoire d’un petit sauvage, texte de P-J Stahl, dessins de L. Frœlich, BNF (G), « Bibliothèque d’éducation et de récréation ». Mais le catalogue de la BNF indique également « Bibliothèque illustrée de Mlle Lili et de son cousin Lucien ». Un exemplaire à la British Library.

Le texte de cet album s’ouvre sur cette phrase : « Monsieur Dieudonné [un petit garçon] trouve l’histoire des Peaux rouges de Cooper admirable ; il rêve de “se faire peau-rouge” ». Le roman de Fenimore Cooper, Le Dernier des Mohicans (1826) fut immédiatement traduit en français et connut un immense succès. Il sera réédité tout au long du siècle.

  • 17 Marcus Osterwalder, notice « Lorenz Frœlich », dans : Dictionnaire des illustrateurs. 1800-1914, Pa (...)

86Ayant été nommé professeur à l’École des beaux-arts de Copenhague en 1877, Lorenz Frœlich repart au Danemark où il finira ses jours. Il meurt en 190817. Ce retour explique qu’Hetzel ait été amené, dans un premier temps, à solliciter plusieurs artistes français. Mais, assez rapidement, Frœlich illustrera à nouveau des albums de Mlle Lili.

8718. 1878. Mlle Lili aux eaux, texte par P.‑J. Stahl, illustrations par L. Frœlich, « Bibliothèque d’éducation et de récréation », BNF et (G). Le texte d’Hetzel souligne la dimension familiale de ses albums. Lili reçoit son exemplaire du Magasin d’éducation :

Le papa a encore voulu lire le premier le journal de sa petite fille. Il fait toujours comme cela le papa. Il aime beaucoup les images, et il n’y en a pas dans ses grands vilains journaux à lui. Mademoiselle Lili lui prête son Magasin, elle ne le lui donne pas. C’est seulement pour voir ensemble. (XVIII).

8819. 1878. Petites sœurs et petites mamans, texte de P.‑J. Stahl, dessins de L. Frœlich, BNF (G). Rééd. en 1905 dans la « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », (BNF). La naissance d’un petit frère, Jujules. L’album se referme sur la prière du soir.

8920. 1878. La Révolte punie ; journal d’une petite pensionnaire repentante. Texte de Stahl, vignettes par L. Frœlich, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien ». La part du texte va en augmentant de la première à la dernière page de l’album, BNF (G) et BL.

9021. 1878. Jocrisse et sa sœur, texte par P.‑J. Stahl, vignettes par Georges Fath, « Bibliothèque illustrée de Mlle Lili et de son cousin Lucien », BNF (G). Un jeune domestique moins nigaud qu’il n’en a l’air.

9122. 1878. Histoire d’un perroquet, texte par P-J Stahl, dessins et gravures par E. Pirodon, « Bibliothèque illustrée de Mlle Lili et de son cousin Lucien ; Bibliothèque d’éducation et de récréation », BNF.

9223. 1878. Les Travaux d’Alsa, texte par P.‑J. Stahl, dessins de Théophile Schuler, « Bibliothèque illustrée de Mlle Lili et de son cousin Lucien ; Bibliothèque d’éducation et de récréation », BNF.

9324. 1878. Le Cirque à la maison, texte par P.‑J. Stahl, illustrations de L. Frœlich. Rééd. en 1903 dans « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », (G).

9425. 1878. Le Rosier du petit frère, texte par P.‑J. Stahl, vignettes par Ad. Lalauze, BNF. Rééd. 1909 dans la « Bibliothèque de Mlle Lili et son cousin Lucien », BNF.

9526. 1882. La Fête de Mlle Lili, texte de P.‑J. Stahl, dessins de Frœlich, « Bibliothèque d’éducation et de récréation », J. Hetzel, BNF et BL.

9627. [1882]. Alphabet musical de Mlle Lili par A[ngélino] Trojelli, dessins par Adolf Baumann, gravés en couleurs par Matthis, s. d., « Bibliothèque du Magasin d’éducation et de récréation », J. Hetzel & Cie, BNF.

9728. 1885. Mademoiselle Lili en Suisse par Stahl, ill. de L. Frœlich (« Bibliothèque des familles ; Bibliothèque d’éducation et de récréation »), BNF (G).

9829. 1886. Mlle Lili à Paris, (dessins de Frœlich), « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien ». Rééd. 1891, (Sèvres) et (G).

99Pierre-Jules Hetzel meurt à Monte-Carlo le 17 mars 1886.

100Les textes de la « Bibliothèque de Mlle Lili » continueront à être signés « P.‑J. Stahl » ou « par un papa », alors qu’ils seront tous désormais écrits par Mme Sobolewska (née Jeanne Lespermont, 1853-1907), elle-même écrivant également sous le nom de Jacques Lermont. Elle prend la relève de P.‑J. Stahl et propose très vite une version « revue et augmentée » d’un de ses premiers albums, daté de 1867, qu’elle retitre comme suit :

10130. c. 1886. Voyages et découvertes de Mademoiselle Lili et de son cousin Lucien, réédition revue et augmentée [de l’édition de 1866], texte par P-J. Stahl, dessins par L. Frœlich, « Bibliothèque d’éducation et de récréation », (G), (HJ). L’album sera à nouveau réédité en 1910, BNF et BL.

La date est indiquée au crayon sur l’exemplaire conservé dans le fonds ancien de la bibliothèque de L’Heure Joyeuse. Le titre entretient une confusion – volontaire – avec l’album qui fut publié en 1866 sous le titre Voyage de découvertes de Mlle Lili et de son cousin Lucien (n° 4).

Qu’on en juge. Les deux enfants partent en promenade. Monsieur Lucien déclare à Mlle Lili « qu’il est décidé à s’illustrer par de grandes découvertes comme le capitaine Cook, comme le capitaine Hatteras, comme Robinson et Gulliver » (II). Lucien et Lili « traversent la haie qui forme, à l’extérieur, la limite des pays connus ». Ils finissent par se retrouver dans le désert (VIII). Ayant croisé une grenouille, puis un crocodile, Lucien conclut : « Nous sommes en Amérique » (XII). Puis, lorsque les deux enfants arrivent au bord d’un cours d’eau, Lucien déclare : « Ce sont les sources du Nil ! » avant de conclure, au chapitre XXXI, devant une bute : « le Mont blanc ». Album pour enfants ou album pour faire sourire les grandes personnes ?

10231. [1886]. La Poupée de Mlle Lili, texte de P.-J. Stahl, dessins de L. Frœlich, « Bibliothèque des familles ; Bibliothèque d’éducation et de récréation », BNF (G) et HJ. Mademoiselle Lili fait apprendre son alphabet à sa poupée.

10332. [1887]. Le Cirque à la maison, texte de Stahl, dessins de L. Frœlich, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », (HJ).

10433. 1888. Les Petits bergers, texte par un papa, dessins de L. Frœlich « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien ; Bibliothèque d’éducation et de récréation », (Sèvres).

10534. 1889 (d.l.). Première chasse de Jujules et son lendemain, texte par un papa, dessins de L. Frœlich. La couverture et la page de titre intérieur indiquent « Bibliothèque d’éducation et de récréation » et la page de titre orné « Bibliothèque illustrée de Mademoiselle Lili et de son cousin Lucien », BNF (G). Il existe un exemplaire daté « 1890 » (HJ).

10635. 1889. Scènes familières. Jeunes filles et jeunes mères au château, illustrations d’Eugène Froment (1820-1900), J. Hetzel, 23 planches avec texte, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », collection Hetzel, BNF.

107Il est curieux que ces deux albums – dont le propos est totalement étranger à l’univers de Mlle Lili – aient été édités dans la « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien ».

10836. 1889. Michel et Suzon, petites tragédies enfantines, texte par un papa, dessins d’Eugène Froment, « collection Hetzel », BNF. « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien ». Rééd. en 1896 dans « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien et Bibliothèque d’éducation et de récréation ».

10937. 1890. [d.l.] Mademoiselle Lili à Paris, texte par un papa, dessins de Lorenz Frœlich, BNF, (G). Le catalogue de la bibliothèque de Sèvres indique « 1891 ». La mention « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien » surmonte le titre de l’album en page de titre intérieur.

Jacques Lermont ouvre son texte en faisant la promotion de sa collection :

Mlle Lili a désiré commencer sa visite par le Jardin des Tuileries. Elle rencontre des fillettes qui l’invitent à jouer et lui demandent son nom, qu’elle leur donne. Les fillettes répondent : « Mais est-ce vous qui seriez cette demoiselle Lili dont M. Stahl nous a raconté tant de jolies histoires avec de si belles images ? ». Lili, rougissant, a fait un signe affirmatif.

11038. 1890. La Fête de Mlle Lili. Stahl, L. Frœlich « Bibliothèque d’éducation et de récréation ». Une réédition (Fonds Hetzel de Sèvres [1901]) porte « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien ».

11139. 1891. Mademoiselle Lili aux Champs Elysées, dessins de L. Frœlich, « texte par un papa », « Bibliothèque d’éducation et de récréation », BNF et (G).

11240. 1891. Les Proverbes en action : scènes de la vie enfantine, par J. Geoffroy, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », Hetzel, BNF et (G).

11341. [1892] Une Grande journée de Mlle Lili, texte par un papa, dessins de L. Frœlich. On lit sur la couverture : coll. « Bibliothèque d’éducation et de récréation », en 1e page de titre intérieur illustré : « Collection Hetzel » et, en seconde page de titre intérieur : « Bibliothèque d’éducation et récréation », Hetzel & Cie, (G). Un seul et même album appartenant à trois collections !

11442. 1892. Nouvelles scènes familières : À la ferme, texte par un papa, dessins d’Eugène Froment, « Bibliothèque illustrée de Mlle Lili et de son cousin Lucien », Collection Hetzel, Paris, J. Hetzel, BNF et HJ (G) (cf 1889, n° 34).

11543. 1893. Les frères de Mlle Lili, dessins d’Eugène Froment, texte par Stahl, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », (Médiathèque de Senlis).

  • 18 Traduit en danois sous le titre Tanta Solskin, puis Tommellise (1904).

11644. 1893 (d.l.). La Mère Bontemps, « texte par un papa, dessins de L. Frœlich  (« Bibliothèque de Mlle Lili ou Bibliothèque d’éducation et de récréation » en couverture et « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien » en page de titre intérieur), BNF et (G)18.

11745. 1893. Papa en voyage, texte par un papa, dessins de L. Frœlich, J. Hetzel et Cie, « Bibliothèque d’éducation et de récréation » et « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien » en page de titre intérieur, BNF et (G). Rééd. 1911.

11846. 1893. Maman en voyage, texte par un papa, dessins de L. Frœlich, « Albums Stahl ». Rééd. 1895 (collection personnelle) ; BNF (date 1896, dans fonds Hetzel, Sèvres), « Bibliothèque illustrée de Mlle Lili et de son cousin Lucien ». 

11947. 1894 [ou 1895]. La Vocation de Jujules, texte par un papa (P.‑J. Stahl), dessins de L. Frœlich ; « Bibliothèque d’éducation et de récréation ». Rééd. 1911, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », BNF. Sera réédité par Hachette dans la « Bibliothèque des succès scolaires » en 1922, (BNF).

120La célébrité des albums de Mlle Lili et la longévité de leurs éditions et rééditions en fit une référence commune aux adultes et aux enfants. En 1894, Élie Reclus (1827-1904) glisse une allusion à Mlle Lili pour éclairer sa perplexité lors d’une de ses expéditions, qu’il évoque dans Le Primitif d’Australie ou les Non-non et les Oui-oui : étude d’ethnologie comparée : Dayéris, Narrinyéris, etc. :

  • 19 Dentu, éd., 1894, p. 284.

Voilà des hommes engagés dans une expédition dangereuse dont ils ne reviendront peut-être pas. « Il fait soif ». Les herbes brûlées se pulvérisent sous les pieds, la vase des marais asséchés cuit en briques. Sous un ciel chauffé à blanc, le sable chauffe à rouge. On devine l’eau. Au lieu de creuser après, ces hommes discutent à la façon de Toto et de Mademoiselle Lili. Nous n’y comprenons rien19.

121On retrouve le personnage de Toto, ce cousin de Mlle Lili, qui avait fait son entrée en 1867 dans Voyages et découvertes de Mlle Lili et de son cousin autour du monde sur la corvette, la Lili, en compagnie de Mrs Paul et Toto, ses cousins. Mais, dans son désir de faire sourire son lecteur, Élie Reclus, qui pourrait avoir lu jadis cet album à ses enfants, laisse passer cette représentation tenace des « sauvages » qui ressembleraient à de grands enfants.

12248. 1896. Les Trois chiens de Mlle Lili et de Monsieur Lucien, par un papa, 70 dessins de L. Frœlich. « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », BNF et (G).

12349. 1897. Un Colin-maillard accidenté, dessins en couleurs par Tinant, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », BNF, (G).

12450. 1898. Les sept ans de Mlle Lili, texte par un papa, 39 dessins de L. Frœlich, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », BNF, (G).

12551. 1899. La journée de Mademoiselle Lili. Nouvelle édition augmentée de plusieurs dessins. Quarante dessins de Lorentz Frœlich. « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », BNF.

Cette « Nouvelle édition » reprend le titre du premier album de la série. Elle réunit, dans une très médiocre mise en page, des illustrations empruntées à différents albums antérieurs, dont sept à l’édition initiale de la Journée de Mademoiselle Lili en octobre 1862. La prière du matin est remplacée par une simple présence de la mère venant habiller sa petite fille. Cette seconde version semble avoir connu plusieurs tirages : on la retrouve en 1907 avec l’indication « Nouvelle édition augmentée de plusieurs dessins » et la mention « 7e éd. », (collection personnelle).

12652. 1900. Les Exploits de Fanchette et de Marcel, texte par un papa, dessins de Froment, Hetzel et Cie, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », BNF.

  • 20 N. Petit, « Éditeur exemplaire », op. cit., p. 208, note 42. Il indique qu’à partir de la fin des a (...)

127Eugène Froment meurt le 1er mars 1900. Dans l’article qu’il consacre à la figure de Jules Hetzel, Nicolas Petit indique que Louis-Jules Hetzel confia à Auguste Alliou la rédaction d’un court texte pour créer un album à partir de dessins réalisés par Eugène Froment20.

12853. 1900. Mademoiselle Lili au Jardin des Plantes, texte par un papa, 45 dessins de L. Frœlich, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », BNF. Rééd. 1903, (BNF). Cet album fut, comme le précédent, réalisé par Auguste Alliou.

12954. [1901]. Les passe-temps de Monsieur Lucien, par P.‑J. Stahl, ill. de L. Frœlich « Bibliothèque de Mlle Lili » ; absent à la BNF. (Passé en vente, avec photo de la couverture ; en triste état), s.d.

Deux des quatre vignettes de couverture sont entourées d’un titre : Cerf-agile, le Peau-Rouge et Le terrible ours de Sibérie. Chacun de ces deux titres renvoie à un album publié en 1878 dans la « Bibliothèque d’éducation et de récréation » sous le titre Cerf-agile, histoire d’un petit sauvage par P.‑J. Stahl, dessins de Frœlich et L’Ours de Sibérie et Mademoiselle Quatre Épingles, texte par Stahl et Marco-Wovzoc, vignettes par L. Frœlich. Il s’agit clairement de recycler deux anciens albums pour en faire un « nouveau ».

13055. 1901. Mademoiselle Lili, maîtresse de maison, texte par un papa, dessins de L. Frœlich, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », BNF et (G).

13156. 1901 [d.l.]. Vingt fables de La Fontaine, illustrations d’Eugène Lambert, « Bibliothèque de Mlle Lili et son cousin Lucien » (mention sur la couverture et en page de titre intérieur), 48 p., BNF (G). Rééd. en 1903 (G).

13257. 1901. Chez les Fourmis, textes par P.‑J. Stahl, dessins d’Ernest Griset ; 8 planches en couleurs avec texte. Le titre est surmonté de « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien » et suivi de « Bibliothèque et Magasin d’éducation et de récréation, éditeur J. Hetzel, Paris, 18, rue Jacob », BNF (G). Rééd. en 1903 (BNF).

13358. 1902. Le Robinson suisse, raconté par J. Lermont, d’après la traduction de P.‑J. Stahl et E. Muller, illustrations par Yan Dargent, R. Wyss, collection « Les premières lectures de l’enfance – Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », 48 p., BNF.

Jules Hetzel avait publié en 1864 un Robinson suisse « revu, corrigé et mis au courant de la science », accompagné d’illustrations de Yan Dargent. Le texte fut « revu et complété » en 1866, repris à nouveau en 1868 dans « une traduction nouvelle, revue et complétée », (BNF, G), réédité en 1873 (G) et publié une fois encore en 1876 et 1878 dans la « Bibliothèque d’éducation et de récréation », (G). La dénomination « Bibliothèque de Mlle Lili… » finit par n’être plus qu’une simple « étiquette ».

13459. 1903. Le Rêve de Maître Ambroise, texte par P.‑J. Stahl ; dessins L. Frœlich. On lit « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien » au dessus du titre et « Bibliothèque du Magasin d’éducation et de récréation » au dessous. L’album se ramène à huit planches en couleurs et dix lignes de texte sous chacune d’elles, BNF et (G).

13560. 1903 [d.l.]. Mademoiselle Frisson et le bouillant Achille par un papa (le texte alterne, à chaque chapitre, les deux héros) ; trente-trois dessins par L. Frœlich, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », 22 p., BNF et (G).

13661. 1903 [d.l.]. Mademoiselle Lili et ses amis. La couverture porte « texte par P-J Stahl, dessins de L. Frœlich. Bibliothèque de Mademoiselle Lili et de son cousin Lucien », J. Hetzel, BNF et (G). En page de titre intérieur, on lit au dessus du titre : « Texte par un papa » et « Bibliothèque de Mademoiselle Lili et de son cousin Lucien ».

137Selon le catalogue de la bibliothèque de Sèvres, cet ultime album fut réalisé à partir de dessins de L. Frœlich qui avaient paru dans le numéro du 1er janvier 1902 du Magasin d’éducation et de récréation et Semaine des enfants réunis. En voici l’ouverture, surtitrée « Semaine des enfants » :

Le Jardin d’hiver de Mlle Lili.

  • 21 Le texte de ce dernier album fut sans doute, lui aussi, rédigé par A. Alliou (page de la Semaine de (...)

Autour d’un bel arbuste que lui a donné sa maman, Mlle Lili a installé, dans une grande jardinière, ce qu’elle appelle son jardin d’hiver, et, les jours où il fait trop vilain ou trop froid pour qu’elle puisse sortir, elle vient s’installer avec ses poupées auprès de la jardinière et, dans les allées qu’elle a ménagées entre ses pots de fleurs et ses plantes vertes, ce sont des parties de cache-cache, très amusantes et qui procurent autant de plaisir à Mlle Lili que si elle avait pu faire sa promenade habituelle au Luxembourg ou aux Tuileries21. (p. 16)

138Or, voici ce que nous pouvons lire, sous la plume de Marcel Proust, dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs :

  • 22 Marcel Proust, À La Recherche du temps perdu. Tome 1 : À l'ombre des jeunes filles en fleurs, éditi (...)

Le « jardin d’hiver », que dans ces années-là le passant apercevait d’ordinaire, quelle que fût la rue, si l’appartement n’était pas à un niveau trop élevé au-dessus du trottoir, ne se voit plus que dans les héliogravures des livres d’étrennes de P.‑J. Stahl où, en contraste avec les rares ornements floraux des salons Louis XVI d’aujourd’hui […], il semble, à cause de la profusion des plantes d’appartement qu’on avait alors et du manque absolu de stylisation dans leur arrangement, avoir dû, chez les maîtresses de maison, répondre plutôt à quelque vivante et délicieuse passion pour la botanique qu’à un froid souci de morte décoration. Il faisait penser en plus grand, dans les hôtels d’alors, à ces serres minuscules et portatives posées au matin du 1er janvier sous la lampe allumée – les enfants n’ayant pas eu la patience d’attendre qu’il fît jour – parmi les autres cadeaux du jour de l’An, mais le plus beau d’entre eux, consolant avec les plantes qu’on va pouvoir cultiver, de la nudité de l’hiver ; plus encore qu’à ces serres-là elles-mêmes, ces jardins d’hiver ressemblaient à celle qu’on voyait tout auprès d’elles, figurée dans un beau livre, autre cadeau du jour de l’An, et qui, bien qu’elle fût donnée non aux enfants, mais à Mlle Lili, l’héroïne de l’ouvrage, les enchantait à tel point que, devenus maintenant presque vieillards, ils se demandent si dans ces années fortunées l’hiver n’était pas la plus belle des saisons22.

  • 23 Je me permets de renvoyer à ma courte étude : « Proust et la petite serre de Mlle Lili », Bulletin (...)

139Il se trouve que l’expression « Le jardin d’hiver de Mlle Lili » qui titrait le chapitre IV de Mademoiselle Lili et ses amis dans le Magasin d’éducation et de récréation et Semaine des enfants réunis (numéro daté « janvier 1902 ») disparut du texte lorque celui-ci fut repris en 1903 dans l’album Mademoiselle Lili et ses amis23. Certes, il y a bien à l’image, dans cet album, un « jardin d’hiver » (et non une « petite serre ») mais ni le titre de l’ouvrage ni le texte associé à l’image n’en font mention, le premier étant centré sur les « amis » de l’héroïne et le second ayant été réduit. Cette disparition oblige à faire l’hypothèse que Marcel Proust ne put trouver cette formule – qui titrait l’illustration de Frœlich – qu’en feuilletant, au hasard de quelque visite, l’exemplaire daté « janvier 1902 » du Magasin d’éducation et de récréation auquel les enfants de la maison étaient sans doute abonnés.

14062. 1905. Petites Sœurs et Petites Mamans, texte de P.-J. Stahl, L. Frœlich, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien » (BNF) (publié initialement en 1878 dans la « Bibliothèque d’éducation et de récréation »), (G).

141Mme Jeanne Sobolewska qui écrivait depuis 1886 les textes signés Stahl et qui publiait également sous le pseudonyme de J[acques] Lermont, meurt en 1907.

14263. [1907]. La Journée de Mademoiselle Lili, nouvelle édition augmentée de plusieurs dessins », « Quarante dessins de Lorentz Frœlich, texte par un papa », « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », (collection personnelle). L’album sera réédité en 1912 (G) et connaîtra une ultime édition en 1922.

14364. [1910]. Voyage de Mademoiselle Lili autour du monde, texte par P.‑J. Stahl, dessins par Lorenz Frœlich. « Bibliothèque de Mademoiselle Lili et de son cousin Lucien », BNF. Nouvelle édition de l’album en 1869 (G).

14465. 1910. Museau, Rara & Cie, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », texte par J. Lermont, dessins par Georges Roux, 64 p., BNF (passé en vente).

14566. 1910 L’âge de l’école. Proverbes, fables, et dictons en action, dessins de J. Geoffroy, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », BNF.

  • 24 Le Catalogue des albums Stahl, Médiathèque de Sèvres (2004) donne comme date 1912 (p. 57).

14667. 1911. Les Débuts de Monsieur Jujules à l’école et aux champs, texte par un papa, dessins par L. Frœlich, « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien », BNF, (G). Cet album « condense » trois albums de la génération précédente, La Journée de M. Jujules (1885), Monsieur Jujules à l’école (1888) et de Première chasse de M. Jujules [1889] (tirage sépia) 24.

147Le 30 juin 1914, la Librairie Hachette signe l’acte d’achat du fonds de la maison Hetzel. Un mois plus tard, le 2 août 1914, la mobilisation générale est décrétée.

148Sans doute se trouva-t-il, après la Grande Guerre, quelques adultes, parmi les premiers lecteurs de À l’ombre des jeunes filles en fleurs, pour se rappeler qu’ils avaient lu jadis des albums de « Mlle Lili »… mais sans, pour autant, avoir « croisé » l’expression « jardin d’hiver »… puisque celle-ci ne figura que dans le seul numéro du Magasin d’éducation et de récréation daté du 1er janvier 1903.

149Après la guerre, Hachette tenta de relancer les « albums Stahl ». La maison réédita, en 1922, Mlle Lili à la campagne et La Vocation de Jujules dans sa collection des « Succès scolaires ». Mais le monde de « Mademoiselle Lili » – avec ses images d’une bourgeoisie urbaine qui veille sur ses enfants sages – a disparu. De nouveaux types d’albums arrivent sur le marché comme la série des Miquette et Polo de Camo – une fillette et son petit frère – que la maison Plon proposera aux enfants de la bourgeoisie de 1922 à 1940. Quant aux lascars de la collection Trim qu’avait publiée la maison Hachette, les gamins en retrouveront un équivalent, en plus déluré, à partir de 1925, avec Zig et Puce d’Alain de Saint-Ogan… et la naissance de la bande dessinée.

  • 25 Selon le TLF [Trésor de la Langue Française], le terme « standardisation » fait son entrée dans la (...)

150Personne ne peut douter du dynamisme et de l’inventivité éditoriale de Pierre-Jules Hetzel. Ce relevé suggère cependant que ce grand éditeur semble ne pas avoir imaginé l’intérêt qu’il aurait eu à faire coïncider la « standardisation visuelle » et la notion de « collection ». Les deux « règles » qui nous semblent aujourd’hui aller de soi – des volumes qui auraient la même maquette et le même format – ne s’imposèrent pas à lui25. Hetzel vivait à une époque où la diversité des reliures était grande – tout comme les prix de vente – selon la « beauté » du livre que l’on souhaitait offrir, depuis une toute simple édition cartonnée jusqu’aux reliures de toile et d’or des livres d’Étrennes.

  • 26 N. Petit, « Éditeur exemplaire », op. cit., p. 197-221.

151Dans l’article, issu de sa thèse, que Nicolas Petit publia sous le titre : « Éditeur exemplaire, modèle de Père, héros de roman : figures d’Hetzel26 », nous trouvons les chiffres qu’il donne pour l’ensemble des « Albums Stahl » : 136 éditions en noir et blanc et 63 en couleurs, ce qui aboutit à un total de 199 albums « parus entre 1862 et 1913 ». Sous réserve d’erreurs ou de lacunes, les « albums de Mlle Lili » n’en constitueraient donc qu’un tiers.

152Les titres de la série des « vilains défauts » que publia Hachette suggéraient des héros autonomes, alors que ceux des albums de « Mlle Lili et de son cousin Lucien » soulignent la forte présence des liens familiaux : « père, mère, petit père, papa, maman, grand-papa, petites sœurs et petites mères, petit frère, frères ». On ne trouve le terme ami qu’une fois au singulier et une fois au pluriel ! Solitude des enfants sages, choyés et enseignés chez eux ?

Conclusion

153Rappelons tout d’abord les prosaïques contraintes de toute intention à vouloir développer une « série » : il est souhaitable que les créateurs soient inventifs, disponibles… et en bonne santé. Frœlich illustra 44 des 66 albums de Mlle Lili (soit les deux tiers), mais la maison Hetzel dut également faire appel à d’autres artistes : Eugène Froment pour six albums, Georges Fath pour deux, un seul pour Jean Geoffroy, Yan Dargent, Ernest Griset, Eugène Lambert, Eugène Pirodon, Théophile Schuler et Henri Tinant. On pourrait en conclure qu’après le retour de Frœlich au Danemark, Hetzel dut parfois partir à la recherche d’un illustrateur disponible.

154Cette rapide enquête sur deux collections d’albums pour enfants créées dans ce dernier tiers du xixe siècle fut riche en surprises. Surprise de découvrir qu’à la différence des collections de romans (comme la célèbre « Bibliothèque rose illustrée » de Louis Hachette), l’invention d’une « série » d’albums destinée aux enfants n’allait pas de soi, même pour deux grands éditeurs comme Louis Hachette et Pierre-Jules Hetzel.

155Après bien des tâtonnements, le choix de cette enquête fut de ne retenir dans l’abondante production d’Hetzel que les seuls albums dont un élément du paratexte (titre, nom de la collection) comportait le diminutif « Lili ». Cette « règle » conduisit à créer une collection fictive, une collection qui jamais n’exista en tant que telle. Une rapide analyse des titres de ces albums montre une forte prééminence des liens de parenté. Quant au diminutif « Mlle Lili », on ne le trouve que dans 28 titres des 67 albums relevant de la « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien ». C’est le concept-même de « série » que Pierre-Jules Hetzel ne pourra aller jusqu’à inventer.

156Si une série destinée aux enfants se veut « réaliste » comme celle d’Hetzel, il lui faut néanmoins éluder le passage du temps sur ces héros « hors du temps », comme la bande dessinée saura le faire au xxe siècle avec des héros à l’âge immuable. Quand le héros est un enfant que l’on figure – livre après livre – dans sa vie quotidienne, les jeunes lecteurs seraient en droit de se poser parfois la question du « passage du temps », puisqu’eux-mêmes en font l’expérience année après année.

157Pour chacun d’entre nous, adulte ou enfant, notre passé, c’est à la fois la mémoire que nous en avons et l’histoire qu’autrui nous en raconte. La série des « albums de Mlle Lili » pourrait-elle avoir fait remonter chez quelques-uns de ses lecteurs, enfants ou adultes, des souvenirs de leur propre enfance ? « Ah ! Oui, je me souviens. Moi aussi, quand j’étais gosse, etc. ». Surprise de chercheuse enfin en découvrant la vitalité dès le Second Empire d’un marché international de l’album pour enfants entre la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis d’Amérique : il y a là une circulation qu’il serait intéressant d’examiner à partir des archives disponibles.

158La « collection » que publièrent Louis Ratisbonne et Louis Hachette reposait sur l’instantané du gag et du rire, alors que la « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien » de Pierre-Jules Hetzel offrait de courts récits imagés qui se voulaient ancrés dans le quotidien d’une bourgeoisie urbaine et cultivée. De ces deux « collections » si différentes l’une de l’autre, que reste-il aujourd’hui ? La collection des « Vilains défauts » de Louis Hachette est quasi oubliée comme si les manières de faire rire étaient devenues autres. Quant aux « albums de Mlle Lili » que publièrent Hetzel père et fils, ils nous offrent une documentation – idéalisée – sur la vie familiale, sous la Troisième République, d’une bourgeoisie parisienne aisée. On ne peut guère s’étonner que ces albums soient recherchés par les amateurs… et les marchands de livres anciens.

Haut de page

Notes

1 Defendi Semeghini (1852-1891) : dessinateur italien qui illustra plusieurs volumes de la « Bibliothèque rose illustrée » et travailla pour trois titres de la presse enfantine : Le Journal de la jeunesse (Hachette, 1873 >), Saint-Nicolas (Delagrave, 1880 >) et L’Écolier illustré (Delagrave, 1890 >).

2 Le périodique sera rebaptisé « Magasin d’éducation et de récréation » en 1864.

3 Marie-Pierre Litaudon, notice « Hetzel », dans : Dictionnaire du livre de jeunesse, sous la direction d’Isabelle Nières-Chevrel et Jean Perrot, Paris, Éditions du Cercle de La Librairie, 2013.

4 Nicolas Petit, « Éditeur exemplaire, modèle de Père, héros de roman : figures d’Hetzel », Bibliothèque de L’École des chartes, t. 158, 2000, p. 212.

5 Hetzel emploie ici le terme album dans son acception ancienne, la seule que Pierre Larousse connaisse, concernant les livres pour enfants, quand il publie le premier tome de son Grand Dictionnaire universel du xixe siècle en 1866 : « Titre donné à des recueils de morceaux choisis tirés de divers auteurs, et destinés à servir de modèles et à orner la mémoire, ou pour donner à la jeunesse les premiers éléments d’une science, etc. ». C’est dans les années 1860 que l’émergence des livres destinés à de jeunes enfants va introduire une nouvelle acception – plus étroite – du terme album qui finira par renvoyer exclusivement à ces nouveaux livres illustrés destinés à de jeunes enfants.

6 Le Royaume des gourmands, publié dans la « Bibliothèque du Magasin d’Education et de Récréation », sort pour les Étrennes de 1867. Ce volume de 91 pages, écrit par P.-J. Stahl et illustré par Frœlich, sera republié en 1905 dans la « Bibliothèque de Mlle Lili et de son cousin Lucien ».

7 B. H. Bakker, Colette Becker, Henri Mitterand (dir.), Émile Zola, Correspondance. Tome 1, 1858-1867, Paris, Presses de l’Université de Montréal et Éditions du CNRS, 1978, p. 466.

8 Ibid., p. 466, note 1.

9 Jean-Marie Embs et Philippe Mellot reproduisent sept reliures différentes d’albums de Mlle Lili dans Le Siècle d’or des livres d’enfants et de jeunesse. 1840-1940, Paris, Les éditions de l’Amateur, 2000, p. 215-216.

10 La Bibliothèque de L’Heure Joyeuse, à Paris, conserve un fonds ancien important. Localisation abrégée « HJ ».

11 Médiathèque de Sèvres, Deux collections pour la jeunesse : la Petite bibliothèque blanche, les Albums Stahl, Sèvres, Ville de Sèvres et Bibliothèque-Médiathèque de Sèvres, 2004, p. 52.

12 La British Library, à Londres, conserve 32 « albums Stahl » en français et quatre traductions en anglais : Master Caesar, Little Chatterbox, Master Hector’s Adventures (< Hector le Fanfaron) et Master Tom’s Transformation, imprimées à Strasbourg par Gustave Silbermann.

13 Marie-Pierre Litaudon, notice « Stahl, P.-J. » dans : I. Nières-Chevrel et J. Perrot (dir.), Dictionnaire du livre de jeunesse, op. cit.

14 L’album sera édité en anglais dès 1870.

15 Marie-Pierre Litaudon, notice « Lorenz Frœlich » dans : I. Nières-Chevrel et J. Perrot (dir.), Dictionnaire du livre de jeunesse, op. cit.

16 J. K. Huysmans, L’Art moderne, P. V. Stock, 1883 (rééd. 1902), p. 231.

17 Marcus Osterwalder, notice « Lorenz Frœlich », dans : Dictionnaire des illustrateurs. 1800-1914, Paris, Hubschmid & Bouret, 1983.

18 Traduit en danois sous le titre Tanta Solskin, puis Tommellise (1904).

19 Dentu, éd., 1894, p. 284.

20 N. Petit, « Éditeur exemplaire », op. cit., p. 208, note 42. Il indique qu’à partir de la fin des années 1870, Alliou fut un collaborateur « à tout faire » dans la maison Hetzel.

21 Le texte de ce dernier album fut sans doute, lui aussi, rédigé par A. Alliou (page de la Semaine des enfants reproduite dans Isabelle Nières-Chevrel, « Proust et la petite serre de Mlle Lili », Bulletin d’informations proustiennes, n° 41, 2011, p. 142).

22 Marcel Proust, À La Recherche du temps perdu. Tome 1 : À l'ombre des jeunes filles en fleurs, édition publiée sous la direction de Jean-Yves Tadié, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1988, p. 582-583.

23 Je me permets de renvoyer à ma courte étude : « Proust et la petite serre de Mlle Lili », Bulletin d’informations proustiennes, n° 41, 2011, p. 139-142.

24 Le Catalogue des albums Stahl, Médiathèque de Sèvres (2004) donne comme date 1912 (p. 57).

25 Selon le TLF [Trésor de la Langue Française], le terme « standardisation » fait son entrée dans la langue française en 1949, au lendemain de la Seconde guerre mondiale.

26 N. Petit, « Éditeur exemplaire », op. cit., p. 197-221.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration 1 : Page de Plume le distrait : Distraction de plume à l’usage des enfants de 5 à 50 ans par Trim, illustré par H. Castelli.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/9729/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
Légende Illustration 2 : couverture de Bébé à la maison, collection personnelle.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/9729/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Illustration 3 : La Journée de Mademoiselle Lili, p. 8, collection personnelle.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/9729/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Illustration 4 : Couverture de L’Arithmétique de Mlle Lili (rééd. 1879).
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/9729/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Illustration 5 : Couverture de Alphabet de Mlle Lili (rééd. c. 1888).
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/9729/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Illustration 6 : Page de Voyage et découvertes de Mlle Lili et de son cousin Lucien.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/9729/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Illustration 6 : Page de L’Arithmétique de Mademoiselle Lili à l’usage de Monsieur Toto pour servir de préparation à l’arithmétique du grand-papa.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/9729/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Nières-Chevrel, « Premiers albums dans l’édition française du Second Empire »Strenæ [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 26 avril 2023, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/strenae/9729 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.9729

Haut de page

Auteur

Isabelle Nières-Chevrel

Professeur honoraire de Littérature générale et comparée, Université Rennes 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search