Navigazione – Mappa del sito
articoli

Le “Livre de Caradoc” dans le “Perceval” en prose de 1530: une «école des femmes»?

Maria Colombo Timelli
p. 429-440

Abstract

This article deals with a long fragment of Perceval le Galloys (Paris, 1530) – Caradoc’s episode – corresponding to ca 6000 lines in the anonymous First Continuation (long version, ca 1220). The didactic purpose of the 16th-Century author is particularly evident in this passage, where he explicitely contrasts Guinier, Caradoc’s amie, with Ysave, his mother. Furthermore, the writer’s textual manipulations – both added phrases and deleted lines – make his misogyny clear. His interpretation turns the original episode into a mirror for women, an “école des femmes”.

Torna su

Note della redazione

Une version de cet article dépourvue de toutes les notes en pied de page a paru dans «Bien dire et bien aprandre», 30, 2014, pp. 165-178.

Testo integrale

  • 1 Cf. les réflexions lucides de N. Cazauran, Les romans de chevalerie en France: entre ‘exemple’ et ‘ (...)

1En France, la justification de l’écriture est inhérente à la création littéraire, romanesque en l’occurrence, depuis les origines: on n’a qu’à relire les prologues de Chrétien de Troyes pour repérer sans aucune difficulté l’expression ferme du désir, du devoir même, qui revient à l’auteur, de partager ses connaissances avec son public, dans le double but de delectare et de docere («bien dire» et «bien aprandre», selon les mots sans doute les plus célèbres d’Erec et Enide), de ne pas taire ce qui pourrait être profitable à tous, en récupérant et en diffusant les faits et gestes exemplaires du passé, tirés d’une source ancienne, garantie de vérité et de sagesse. Cette exigence se fait encore plus explicite vers la fin du Moyen Âge, lorsque les prologues des romans en prose, ‘originaux’ ou remaniements d’œuvres plus anciennes, multiplient les affirmations de l’utilité morale, et donc de la valeur pédagogique, des récits qu’ils ouvrent. C’est le prix que les auteurs des xve-xvie siècles, anonymes pour la plupart, paient pour que soit justifiée leur application à un genre littéraire futile sinon ouvertement condamnable; et parallèlement, c’est la seule excuse possible pour les lecteurs qui consacrent une partie de leur temps à des contenus fictifs, dangereusement mensongers s’ils n’étaient pas exemplaires. Plus que jamais, on écrit pour enseigner, on lit pour apprendre1.

2Pour le corpus des réécritures en prose des romans de Chrétien, il suffira de citer les deux prologues d’Erec et de Cligés; indépendamment de son modèle, le prosateur de l’Histoire d’Erec affirme d’entrée de jeu: «Au continuel exercice du racomptement dez histoires contenans les fais des nobles anchians l’en puelt asséz proffiter par divers moyens» (éd. Colombo Timelli, Genève, Droz, 2000, p. 101); reprenant un autre topos, l’auteur du Livre… de Cligés affirme s’adonner à son travail «pour eschiever wiseuse» (éd. Colombo Timelli, Genève, Droz, 2004, p. 65). Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de fournir une excusatio préliminaire, qui repose essentiellement sur l’utilité morale de l’œuvre ‘publiée’.

  • 2 Le titre est trompeur: de fait, cette longue compilation en prose comprend la réécriture du roman d (...)

3Passé le tournant du xvie siècle, une dernière adaptation en prose de Chrétien voit le jour, cette fois sous la forme imprimée. Le prologue de la Tresplaisante et recreative hystoire [de] Perceval le Galloys (Paris, 1530)2, qui ne reprend qu’en partie celui du Conte du Graal, s’articule sur trois points:

  • la reprise du célèbre proverbe d’origine évangélique qui ouvre le roman en vers, «Ki petit semme petit quelt», longuement glosé:

  • 3 Toutes mes citations sont tirées de l’exemplaire conservé à la Réserve de la BnF, Rés-Y2-74 (numéri (...)

Il est naturellement impossible à celuy qui en sa terre n’espand ou seme la semence à suffisance qu’il y puisse recueillir le grain en habondance; par quoy est le proverbe veritable disant ‘qui petit seme petit recueille’. Doncques celluy qui desire recepvoir d’aucune terre le grain à plenitude regarde à mettre sa semence en terre utile et fertile et, si ainsi le faict, la terre luy rapportera à cent au double. Car en terre seiche, aride et infertile, ne peult le grain profiter, mais y seicher et se deperdre. Pareillement la bonne parolle dicte et alleguee devant ceulx qui ne la veullent retenir ne humblement en leurs cueurs garder pour doctrine ne peult aussi porter profit. (f. a1ra-b)3.

  • une sorte d’introduction littéraire, qui – tout en intégrant la célébration de Philippe de Flandre, premier dédicataire du roman – fournit bien d’autres informations au lecteur du xvie siècle, concernant d’une part le Conte du Graal justement, d’autre part la Continuation de Manessier et son inspiratrice, Jeanne de Flandre:

  • 4 L’effacement du nom de Chrétien et la conviction que l’ensemble soit l’œuvre de deux seuls auteurs  (...)

Ce considerant, feu treshault et magnanime prince Philippes Conte de Flandres, fort charitable et couvoiteux de veoir, lire et ouyr les faictz et proesses des preux et hardis chevaliers, aymant leurs vertus et honorables enseignemens, ne voulut laisser perdre et perir la memoire de ceulx desquelz il avoit ouy ou entendu par escript l’honorable, vertueuse et bienfamee vie. Luy doncques meu de telle affection, quelque jour se rememorant des merveilleuses entreprinses et nobles faictz des chevalliers de la Table Ronde, print ung desir en son couraige de faire venir à lumiere la vie et faictz chevallereux du tres preux, craint et hardi chevallier Perceval le Gallois. Car, comme ay dict, ledict Philippes conte de Flandres estoit tant rempli de charité que rien ne voioit où elle deust estre gardee qu’il ne se meist en son debvoir de faire les choses à elle appartenantes, en suyvant la doctrine de sainct Paul qui dict que Dieu est charité, et quiconques vit en charité Dieu vit en luy, car de toutes les vertus icelle est la principalle. Voyant doncques ledict conte Philippes ceste vertu estre tant aggreable à Dieu, pour icelle ensuyvir commanda à aucun docte orateur de rediger et mectre par escript les faictz et vie dudict noble et preux chevallier Perceval le Gallois, suyvant la chronique d’iceluy prince et traictié du sainct Greal; mais parce que le chroniqueur dudict Phelippes et luy trespasserent de ce siecle avant l’achevement et accomplissement du livre, et que leur intention vint à effect, long temps aprés passé que treshaulte et excellente princesse madame Jehanne contesse de Flandres eust veu le commencement de la chronique, sachant l’intencion du conte Philippes son aieul, elle meue de pareille charité commanda à ung sien familier orateur nommé Mennessier traduire et achever icelle chronique en la forme qu’elle estoit encommencee, ce que diligentement feist et acheva suyvant le commandement et intention de sa dame et maitresse (f. a1rb-vb)4.

  • la justification linguistique de l’adaptation en prose:

  • 5 L’emploi du verbe «traduire» dans ce fragment du prologue est tout à fait exceptionnel à cette date (...)

Et parce que le langaige dudict Mennessier ne de son predecesseur n’est en usaige en nostre vulgaire françoys, mais fort non acoustumé et estrange, je, pour satiffaire aux desirs, plaisirs et voulontez des princes, seigneurs et aultres, suyvans la maternelle langue de France, ay bien voulu m’employer à traduire et mectre de rithme en prose familiere les faictz et vie dudict vertueux chevallier Perceval, en ensuyvant au plus prés selon ma possibilité et pouair le sens de mes predecesseurs translateurs, comme ay trouvé par leur escript (f. a1vb)5.

  • 6 Opposition métaphorique bien attestée en moyen français: cf. DMF, s.v. grain et s.v. paille.

4La prière finale, adressée au public, récupère par une sorte de pirouette linguistique la métaphore initiale, en invitant les «auditeurs et lecteurs qui ce traictié liront et orront» à «retenir et reserver le grain et mectre au vent la paille» (f. a1rb)6.

  • 7 Dans un article qui a pour objet la section correspondant au roman de Chrétien, P. Servet a déjà mi (...)

5Quelque peu noyés dans la prose, on retiendra les renvois à la morale dont l’histoire annoncée est porteuse (les «vertus et honorables enseignemens» des anciens chevaliers), qui se double de la volonté des premiers dédicataires, déterminée par leur «charité», de préserver par écrit l’«honorable, vertueuse et bienfamee vie» des nobles du passé afin que l’enseignement que l’on peut tirer de ces modèles ne soit pas perdu. Le prosateur du xvie siècle se charge alors d’une tâche supplémentaire: «traduire» dans une langue moderne et dans une prose accessible un récit dont ses contemporains pourront encore tirer quelque profit. Dernier maillon de la chaîne, l’auteur anonyme assume en somme la visée didactique pour justifier l’écriture et légitimer la lecture d’un roman fleuve, au sein duquel les échos de ce prologue ne manqueront pas, en partie tirés des sources, en partie créés de toutes pièces au xvie siècle7.

  • 8 Sorte de ‘roman dans le roman’, l’histoire de Caradoc occupe les vv. 6671-12506 de la Première Cont (...)

6Mon but est ici de démasquer cette volonté pédagogique à travers une analyse comparée des deux textes: il s’agira de relever les interventions du prosateur autonomes par rapport aux sources en vers, d’en mesurer la portée et, si possible, la direction, afin de mettre en relief la nouvelle interprétation du texte de la part d’un auteur éloigné d’environ trois siècles de ses modèles. La portion que j’ai retenue pour cet examen compte quelque 6000 vers, s’agissant de l’épisode consacré à Caradoc dans la Première Continuation8.

  • 9 Cette longue parenthèse chevaleresque se lit uniquement dans la version longue de la Première Conti (...)

7Le contenu s’organise en trois volets auxquels s’ajoute un petit épisode supplémentaire, relativement indépendant: (1) Caradoc naît de la liaison d’Ysave, nièce du roi Arthur, avec l’enchanteur Eliavrés; ayant appris le secret de sa naissance, il fait enfermer sa mère dans une tour; (2) avec ses amis Cador et Alardin, il participe au grand tournoi de Carlion9; (3) la vengeance d’Ysave et d’Eliavrés est horrible: un serpent magique s’attache au bras de Caradoc, qui risque la mort et se cache dans un ermitage; retrouvé par Cador et par son amie Guinier, Caradoc est enfin libéré du serpent grâce à l’amour sans faille de la jeune fille; le mariage peut alors être célébré. (4) Seuls Caradoc et Guinier surmontent le test de fidélité du ‘cor magique’.

  • 10 Je résume ici les résultats des enquêtes présentés dans «Le moyen français» 64, 2009 (article cité (...)

8Dans sa réécriture, le prosateur s’en tient très fidèlement à la source en vers; comme j’ai pu le constater par de nombreux sondages menés dans le texte tout entier, les cas de divergence sont extrêmement rares, à tel point que, d’une part, dans le cas de variantes conservées il est souvent possible de reconnaître le manuscrit dont la prose se rapproche le plus, d’autre part, là où la prose s’avère apparemment indépendante de la source, il est légitime de se demander si celle-ci ne dépendrait pas d’un modèle perdu10.

  • 11 Pour celles-ci, on peut renvoyer au bel article de P. Gallais, Formules de conteur et interventions (...)

9Ceci dit, il est hors de doute que, dans la section qui nous retient ici comme dans la totalité de la mise en prose, l’auteur conserve les interventions du narrateur qui se lisent dans les vers11; il s’agit de procédés stylistiques bien connus: allusions à la source, hystoire ou compte; interventions à la 1ère personne / apostrophes aux lecteurs: sachéz / croyéz que…, et vous promects / vous dis bien que…; questions rhétoriques: que vouléz vous que je vous die? / que vous diray je?; prétéritions: que je ne sçauroye deviser / reciter; renvois internes: come je vous ay dist / compté.

10Plus intéressants, les ajouts sous forme d’actualisations, de gloses, de commentaires, pour ce qu’ils peuvent nous révéler sur les moyens réputés nécessaires par le prosateur pour que le vieux récit soit accessible aux nouveaux lecteurs: c’est par ailleurs à ces endroits précis que celui-ci assume son rôle de ‘maître’ et que sa volonté pédagogique se fait plus visible.

11Dans ce que j’appellerai le Roman de Caradoc, les prises de distance ou les actualisations du récit sont très rares. L’une concerne le cérémoniel de la chevalerie; c’est au mois de mai que le roi Arthur adoube son neveu et une cinquantaine d’autres écuyers, «lesquelz on fist laver et bagnier comme allors estoit la coustume» (f. 78ra-b); au v. 7050 «Lavez les a l’an et boigniez», sans plus. Des renvois de ce genre aux mœurs du temps passé se lisent bien sûr aussi dans les romans en vers des xiie et xiiie siècles, mais ne sauraient évidemment pas concerner des coutumes encore vivantes et bien connues du public: devenu aussi ‘étranger’ que la langue de l’ancien modèle, le rite du lavement mérite en revanche au xvie siècle une remarque spéciale.

12Une observation allant dans le sens inverse, visant donc à remarquer la continuité dans le temps, concerne la tour dans laquelle la reine Ysave est enfermée pour que tout contact avec l’enchanteur Eliavrés lui soit désormais interdit. Le prosateur interprète l’expression du v. 7534, «la tor perrine», tout simplement une tour de pierre, comme un nom propre, traduit par «la Tour Perriere», et ajoute «qui encores de present est ainsy appellee» (f. 80va). Sur le plan lexical, si les dernières occurrences de l’adjectif «perrin» datent, selon le DMF 2015, du tout début du xve siècle, l’adjectif «perrier» semble se rapporter à des contextes précis: Gdf enregistre «picz perriers» (‘servant à extraire des pierres’, 1471-72) et «canon perrier» (‘pierrier’, beaucoup plus tardif: 1661). Le prosateur aurait-il pensé à la célèbre tour du château d’Annecy, datant du milieu du xve siècle?

13Les gloses dont la prose accompagne certains archaïsmes s’expliquent assez facilement par un double désir: conserver une coloration ancienne au texte et, en même temps, le rendre entièrement compréhensible. On ne saurait certes pas attribuer à l’auteur du xvie siècle le désir d’enseigner des mots du vieux français à ses lecteurs, mais sa volonté est certaine d’assumer le rôle d’interprète-traducteur.

14Le chevalier mystérieux qui se présente à la cour d’Arthur – Eliavrés, en réalité – porte «une espee saincte […], et en estoient les renges ou saincture de fine soie batue en or et force perles semees par dessus» (f. 78va); dans les vers: «S’ot par desus çainte l’espee | […] Anrangiee de soie fine» (vv. 7145, 7147, ms E), «La renge fu de s. f.» (ms U). De fait, le sens de ‘baudrier’ pour «renge» semble n’avoir pas dépassé le milieu du xive siècle (dernière attestation selon le DMF dans le Pèlerinage de vie humaine de Guillaume de Digulleville).

15La Première Continuation alterne trois substantifs pour désigner l’animal qui s’attache au bras de Caradoc: «serpant», «coluevre», «guivre» (en ordre décroissant par nombre d’occurrences); dans la prose on relève 45 fois «serpent» (dont 10 fois masculin, 33 féminin; dans 2 cas le genre ne peut être déterminé), 13 fois «serpente» (fém.); 9 fois «couleuvre»; une seule fois «guivre», mais alors glosé: «[Carados] se veist de la guivre, c’est à dire couleuvre, delivré» (f. 97ra, cf.: «Et molt est joieus de la guivre | Dont il se sent sein et delivre», vv. 11527-28). Ici encore, le prosateur s’avère sensible à l’évolution lexicale, puisque «guivre», qui se conservera dans la seule langue du blason, est attesté au sens plein jusqu’en 1476 (DMF: Légende dorée, traduction de Jean de Vignay revue par Jean Batailler, par ailleurs dans une énumération qui contribue évidemment à en éclaircir le sens: «deux couleuvres, deux guivres et deux aspides»).

  • 12 «druerie» est toujours remplacé dans la prose. Il en est ainsi dans la partie qui correspond au Con (...)

16Dans un troisième exemple, le passage à la glose (jusqu’ici introduite par la conjonction d’équivalence «ou», puis par la locution conjonctive «c’est à dire») est souligné encore davantage; juste après la libération de Caradoc, «n’avoit Guimier moins de soulas quant elle tient Carados son amy entre ses bras, lesquelz ensemble par amytié et druirie, qui vault à dire par fiançailles, se sollacient sans mal penser ne sans toucher de villennie» (f. 97rb), ce qui réécrit: «par amor et par drüerie» du v. 11567; le mot vivait encore au xvie s., comme l’atteste Huguet, avec le sens de ‘amour’12.

  • 13 C’est d’ailleurs la seule occurrence de «piz» dans notre section de Cont1, qui partout ailleurs uti (...)

17Prête à se sacrifier pour libérer son ami, Guinier est blessée par le coup d’épée frappé par son propre frère, et perd un mamelon; l’ayant guérie grâce à un bouclier magique, Caradoc exige d’elle le secret: «Parmi le piz vos fesserai | D’une bande […] | Je vos desfesserai la nuit | […] Et refesserai au matin» (vv. 12259-60, 12265, 12267); ce qui devient dans la prose: «Parmy le pis ou bout de voustre mammelle, d’ung guimble vous faisseréz […]; et puis, quant se viendra la nuict, moi mesmes vous defesseray […]; et quant se viendra le matin, moi mesmes vous refesseray» (f. 100va). Le substantif, mal interprété par le prosateur, qui prend le tout pour la partie, ne semble en effet plus attesté après les années ’80 du xve siècle (DMF)13.

18Des remarques intéressantes peuvent se faire aussi à partir de l’usage des proverbes dans le remaniement en prose: expression didactique par excellence, les énoncés gnomiques permettent au narrateur de tirer d’une action particulière un enseignement moral ou de proposer une leçon dont le récit qui suivra serait l’illustration; dans la bouche des personnages, ils peuvent être utilisés comme des arguments pour étayer un propos. Toujours, ils constituent le lieu de passage du particulier au général par le recours à une auctoritas extérieure au récit lui-même et reconnue comme telle. Dans la plupart des cas l’adaptateur du Perceval ne fait que reproduire les proverbes qu’il trouve dans sa source, en en modifiant à peine la formulation et en conservant le locuteur; néanmoins, il insiste sur le fait qu’il s’agit justement d’un proverbe (comme dist le proverbe), d’un savoir partagé (ainsi comme on sçait que…), d’une formulation d’origine ou de diffusion ‘populaire’ (le commun dist en son proverbe, l’on dist communement, aussy dist on vulgairement): l’introduction même de l’expression proverbiale est en somme soulignée. Que l’on compare ces quelques passages dans les deux rédactions; dans le premier, au discours rapporté, le roi Arthur adresse des enseignements au jeune Caradoc, fraîchement arrivé à la cour:

Aus boens soit adés acointables
Et au mauvés desconnoissables,
Car dou mauvés acointemant
Ne jorra l’an ja longuemant. (vv. 6903-06)

… et que bien se gardast de se accoincter de tout homme losenger, fellon, moqueur et flateur, et que aux bons soit reverend et secourable. Car, comme dist le proverbe, de maulvais accointement ne jouyra nul longuement. (f. 77va)

19Ici, c’est le narrateur qui s’exprime à propos de Caradoc; défiguré et souffrant, celui-ci décide de se sauver pour ne pas être retrouvé par ses amis:

Quant Caradoc vit son mesaige,
Som pansé celle conme saige,
Mais son sen doit l’an bien covrir
Tant que leus soit dou descovrir,
Et cil qui sa folie panse
Ne la doit ja metre a balance. (Q: en despanse)
Nou fist Caradoc ci androit. (vv. 10291-97)

Quant Carados veit le messaiger, sa pensee voullut celer pour ceste heure, car l’homme saige couvre ce qu’il sçait tant que le temps soit requis de le descouvrir, et aussy dist on vulgairement que celluy qui follie pense ne la doibt ja mectre en despence; non feist Carados pour ceste heure. (f. 91vb)

20Ailleurs, le prosateur modernise sensiblement, en remplaçant un mot et en supprimant une allusion qui ne seraient plus compréhensibles pour ses lecteurs:

[Caradoc:] «Et l’an siaut dire an un respit:
‘Qui bien ainmë a tart oublie’;
Mais ice molt me redesfie
Que l’an trove as Diz au Vilain:
‘Tant as, tant vaus, et je tant t’ain.’
Las! je suis cil qui riens n’an a,
Ne riens ne vail, einsint me va.» (vv. 10274-80)

[Caradoc:] «Le commun dist en son proverbe: Cil qui bien aime tard oublie; mais aultre chose me contrarie, c’est que l’on dist communement: Tant as, tant vaulx, et tant on t’aime. Hellas! je suis cil qui n’a riens ne rien ne vaulx, ainsy m’en va.» (f. 91va)

  • 14 Sur cette collection célèbre voir en dernière analyse E. Schulze-Busacker, Au carrefour des genres: (...)

21Le passage de «respit» à «proverbe» s’explique sur une base sémantique, «respit» ayant perdu le sens de ‘proverbe’ au cours du xiiie siècle (dernière attestation enregistrée par Gdf, dans Le chastoiement d’un pere a son fils). De même, l’effacement des Diz au Vilain se justifie facilement si l’on rappelle que les six manuscrits de ce recueil datent tous de la fin du xiiie siècle14. L’un et l’autre témoignent de la disparition d’un univers linguistique ou littéraire auquel il est devenu impossible de faire appel.

22Je réserve une dernière citation pour un passage ajouté par le prosateur, qui ne se prive pas de la possibilité de commenter l’amour idéal que représente à ses yeux le sentiment qui unit Caradoc et Guinier:

Atant [Caradoc] a laissié le parler.
Qant il regarde sa dolor,
Lors li est müee color.
Quant de s’amie li remambre,
D’angoisse li tranblent li membre.
(vv. 10318-22)

 

Et ancore sovent avient
Que ce que l’an ainme l’an crient;
Si fait cil qui a desirrier
De veoir la belle Guinier.
Et o le desirrier d’amor,
Ra de lui veoir grant cremor… (vv. 10337-42)

Et atant [Caradoc] laissa le parler et, en regardant sa doulleur, toute la face luy vint palle, et, quant il se remembre de s’amie, membre n’a sur soy quil ne tremble.

 

Amour si pres du cueur le navre qu’il demeura comme pasmé. Car amour est de telle force que l’ung pour l’aultre en veult mourir, quant amour est ferme et non faincte: aussy en estoit Carados, qui tant la belle Guimier aymoit que son mal ne luy fust si grief que la vehemence et l’ardeur de son amour ne excedast. On dist aussy que la bonne et vraye amour n’est jamais sans craincte, ce que bien gardoit Carados, car s’amye aimoit et craingnoit. (ff. 91vb-92ra)

23Par deux fois le prosateur passe du niveau général – introduit par des connecteurs facilement reconnaissables: «Car… On dist aussy que…» – au particulier, représenté ici par le protagoniste de l’épisode: «aussy en estoit Carados…, ce que bien gardoit Carados…».

  • 15 Cf. M. Rossi, Sur l’épisode de Caradoc de la “Continuation Gauvain”, «Marche Romane» 30, 1980, pp.  (...)

24L’histoire de Caradoc juxtapose deux histoires de femmes: celle d’Ysave, mère du protagoniste, épouse adultère qui n’hésite pas à punir affreusement son propre fils pour l’avoir dénoncée, et celle de Guinier, ‘amie’ fidèle et idéale, prête à risquer sa propre vie pour sauver l’homme qu’elle aime. Cette opposition, présente bien entendu dans la Continuation en vers15, est encore appuyée et en partie modifiée par le prosateur.

25Dès le début de notre fragment, tant le modèle en vers que la prose annoncent un épisode qui portera du «blasme» aux femmes; les deux narrateurs déclarent alors dans les mêmes termes le regret qu’ils éprouvent à devoir le raconter:

… Mais ne voil ci plus demorer
(U: pas ci arrester)
Q’autre chose me covient dire
De quoi j’ai lou cuer molt plain d’ire.
Voir je vosroie estre am prison,
Por oster ceste mersprison,
Qu’elle n’eüst onques esté.
Molt i avroie conquesté,
Car molt avroient menor blasme
Les dames, que l’an a tort blasme
. (vv. 6740-48)

mais à ce ne me veuil arrester:
aultre chose me convient dire,
que tel deuil à reciter me faict que tous mes membres en fremissent,
et bien vouldrois
que jamais ne fust la chose advenue,

 

car si fort ne seroient blasmees
les dames que à grant tort on blasme
. (f. 76vb)

26Plus loin, dans la transition qui clôt le récit du tournoi de Carlion, le retour à l’histoire d’Ysave est accompagné d’une anticipation de poids: la faute de la mère sera réparée en quelque sorte par la «prudence» de Guinier:

De ma dame Ysave sa niece,
La mere au vaillant Carados,
Ne puis plus metre ariere dos.
Mes deslais plus n’i puet monter
Qu’il ne me coviegne a conter
Tel chose dont molt me desplest,
Car n’est pas cortois qui il plest,
Ne qui volantiers conte dit
(U: Qui de franche dame mesdist)
Ou de franche dame mesdit.
(U: Qu’ele onques folie feist)
Car se l’une fait sa folie,
Por ce n’est pas droiz que l’an die
Totes les autres sont itiex,
Car ne sont pas totes oiex;
S’une an fait mal,
set (l’autre Q, douze U) an font bien.
Mais moi grieve sor tote rien
Ce que d’une me covient dire;
Pleüst a Dieu que ma matire
Peüsse ci androit lessier
Sanz mon conte trop ampirier.
Mais ice molt me reconforte,
S’um po de blasme lor aporte
Dou conte le conmancemenz,
Bons an est li definemanz,
A ués lor ués, car une sole
Tost le blasme abat et defole;
C’est la preuz, la belle Guinier.
N’an voil pas ci endroit conter (U: touchier),
Mais ça avant an conterai (U: toucherai)
Quant leus et tans an troverai. (vv. 9584-612)

… sa niepce la belle Ysenne,
mere au vaillant Carados,

 

de laquelle me convient compter
chose qui moult me desplaist,
car celluy n’est bon ne courtois

 

qui sur une dame mesdit

 

qui jamais follie ne feist;
et se quelchunne follie faict,
ce n’est pas à dire
que toutes les aultres folloient,
ne que telles come celle soient;
toutes femmes ne sont semblabes:
se une faict mal, trente font bien;
mais sur toutes riens il me griefve
ce que d’ugne me convient dire.

 

Mais une chose me conforte:
c’est, ce quelque blasme j’en dis
au commencement de mon compte,
que la fin en sera honeste et bonne

 

par une seulle
qui tout le blasme abatera,
c’est la prudente et belle Guinier,
de laquelle present ne veulx toucher,
mais cy aprés en toucheray
quant le temps viendra et le lieu. (f. 88vb)

27Mises à part les questions philologiques (tant dans ce fragment que dans le précédent, la prose semble accuser une relation assez nette avec la rédaction du manuscrit U), on ne peut ici qu’enregistrer le parallèle très strict entre les deux versions.

28C’est lorsque Guinier agit, en risquant sa propre vie pour libérer Caradoc du serpent, que le prosateur prend position: Guinier constitue manifestement pour lui la femme idéale, qu’il s’agit de proposer en modèle à ses lectrices. L’auteur de 1530 appuie sur son exemplarité par un ajout important, qui ne laisse aucun doute sur son opinion ni sur sa volonté de proposer une figure exemplaire:

Carados se fet reoingnier
Et rere et laver et pingnier.
Si vos di bien de verité
Qu’il ot en lui assez bonté,
Si qu’en mains d’un mois se recuevre
Du mal que li fist la coluevre;

 

Fors que tant d’enseingne i remist,
Qu’ilec endroit ou ele prist,
Vos di ge bien que il ot l’os
Bien deus tans plus que l’autre gros,
Et por la groisse de cel braz
Ot il non Carados Brebraz. (vv. 11569-80)

Allors se fist Carados
raire, pigner et laver,
lequel estoit de formelle beaulté,
et fust depuis si bien traicté et pensé qu’il a esté presque tout remply et refaict endedens ung moys, si que de riens plus ne se sentoit de la douleur que la serpente luy avoit causee, laquelle (sic) par le support et aide de sa bonne amye en avoit esté delivré. O nobles dames qui dictes aymer, je vous prie de prendre exemple à ceste notable pucelle, laquelle n’a crainct la mort endurer pour son amy saulver du mal que luy avoit une aultre dame procuré, qui le pensoit faire mourir en langueur. O que tant est la pucelle à louer, qui repare la faulte d’ugne aultre de son sexe: pour ce, mes dames, myréz vous à ceste hystoire et soiéz reparatrices du deshonneur des aultres. Je puis bien dire que moult de maulx sont par femmes advenus, mais aussy puis je bien certifier que plusieurs ont les faultes des aultres reparees et recouvertes, comme la bonne Guimier a faict, de laquelle est bien deu perpetuelle memoire faire. Comme je vous ay dessus compté, Carados a esté de son bras sané par le medicament du sainct hermite, mais tant l’avoit la serpent desplaié qu’il n’en sceust les cicatrices oster, et luy estoient les os et les nerfz merveilleusement enfléz, tellement que bien sembloit que son bras fust deux fois autant plus gros que l’aultre, lequel tousjours ainsy demeure; mais il n’en estoit point moins fort. Et pour ce fust il depuis appellé Carados Briefbras. (f. 97rb-97va)

29C’est en revenant en arrière de quelques feuillets que l’on se rend compte d’une intervention beaucoup plus ambigüe, puisqu’elle demeure nécessairement invisible aux lecteurs du xvie siècle, lorsque le prosateur supprime un passage tout entier portant sur l’inconstance des hommes:

Vos qui amez, or esgardez

 

Se tiex amors sont mes ou monde.

 

Nenil, voir; ainçois i abonde
Une amor molt d’autre maniere,
Car telle i a qui est maniere
D’amer home por ses grans dons.
S’elle l’ainme, c’est guerredons;
Ce n’est pas amor de nature.
Tel i ra qui de ce n’a cure,
Ainz ainme home por sa biauté.
Ancor i a desloiauté,
Et quant elle revoit plus bel,
Si ra tost fait ami novel.
D’une autre vos refaz devise
Qui ainme home por son servise,
Et quant li servises defaut,
Tantost fine l’amors et faut.
Des homes vos reparlerai […]16
Iceste n’est pas amors fine
Qui si conmance et ainsi fine,
Car qui bien ainme, il doit antandre
Des biens et des maus conte
(MQ: graces) randre,
Et si que il gart sus son oil
Qu’amors n’i truit ja point d’orgoil.
Et s’amors fait tout som plesir,
Sor tote riens panst dou sofrir;
Car puis que amors est genglee,
Est ele dou tout anjuglee.
Vos qui estes leal amant,
Au seignor dou ciel vos conmant;
Et ceus qui bone amor desjoiglent
Conmant a ceus qu’an anfer boillent. (vv. 10712-68)

Je vous requiers à tous me dire, vous qui dictes en ce monde aimer,
se telle amour avéz en femme veu comme la belle Guimier a esté;
et croy pour vray que me diréz que non, quant bien partout vous auréz regardé,
car telle faict d’aimer maniere
que l’homme n’aime que pour ses dons
ou pour quelque gardon en avoir:
ce n’est pas amour de nature.
Et telle aussy n’aimera homme
si ce n’est par sa grand beaulté,
par quoy dis qu’elle est desloyalle,
parce que, s’elle en voit ung plus beau,
tost aura faict nouvel amy.
Et puis une aultre l’homme seullement
pour son service aimera
et, quant le service deffault, pareillement l’amour fauldra.
[SUPPRESSION]
Et ainsy je concludz que ce n’est pas amour certainne qui si tost commence et tost finne,
car quil bien ayme il doibt entendre
du bien et du mal grace rendre,
et se doibt chascun sur toute rien garder
qu’il n’y ait en amour orgueuil.

 

Or doncques je recommande à Dieu
tous loyaulx amans,
et que les aultres
puissent en enfer boullir. (f. 93va)

On remarquera entre autres les interventions successives à la 1ère personne, quasi absente dans le modèle en vers, ainsi qu’une implication des lecteurs plus marquée.

30Au-delà des épisodes concernant directement Guinier et Ysave, les opinions du prosateur sur (contre?) les femmes se laissent percevoir ailleurs, pourvu que l’on s’adonne à une confrontation ponctuelle des deux versions.

  • 16 «Des homes vos reparlerai, | Que ja androit eus nou lairai. | Li home ront une costume | Que chascu (...)

31Au début du tournoi de Carlion, une jeune demoiselle – Guingenor – aperçoit un beau chevalier – Alardin – du haut d’une tour:16

  • 17 Dans ce cas en particulier, la rime «pucelles»: «nouvelles» pourrait être la trace de deux vers dan (...)

Une pucelle de bel estre […]
Ses iauz a tornez contreval,
Li chevalier sus son cheval
Vit qui illuec iert arestez;
Ne li a pas ses iauz prestez,
Ainçois li a dou tot donez (U: habandonnez).

 

Bien fu par lui araisonez:
«Sire chevalier (U: Et li dist «Sire), Diex vos saut.» (vv. 8150-59)

une fort plaisante pucelle […],
quant en regardant en bas veit
Alardin sur son cheval
qui devant la tour s’arrestoit,
ne luy a pas ses yeulx prestéz,
mais les y a habandonnéz.
Comme vous sçavéz que pucelles
sont curieuses de se enquerir des nouvelles
,17
se voullut à Alardin arraisonner, auquel a dist: «Sire, dist elle, Dieu vous gard.» (f. 83ra)

  • 18 Après le v. 34723.

32Si la curiosité s’affirme ici comme un des traits de caractère spécifiques des jeunes filles, l’instabilité en est un autre aux yeux du prosateur; voici en effet le commentaire qu’il ajoute, dans la Continuation de Manessier, à l’histoire de la demoiselle qui, après l’avoir longtemps refusé, accepte enfin Talidés pour mari18:

Par ceste exemple on peult congnoistre la grande mobillité et inconstance de femme, en laquelle n’a jamais fermeté, mais tousjours est vacillante et vollaige: durant la guerre que Talidés faisoit et auparavant, jamais ne luy eust esté la pucelle qu’i tant aymoit baillee, et mesmes pour le refus que on luy en a faict a esté la guerre esmeue et levee, et d’abondant […] disoit la pucelle que plutost se laisseroit de mille mors occire se tant avoit de vies que d’elle jamais il jouist; et il est tout en ung mouvement et en ung instant congneu le contraire, par quoy ne sçay s’en femme fier se fauldra (f. 189va).

33L’emploi même du substantif qui ouvre ce passage ne me paraît pas anodin: il implique que l’histoire racontée constitue un «exemple» justement, un récit représentatif d’un comportement typique, à éviter dans ce cas. C’est encore la tentation didactique qui pointe, le désir de l’auteur de se proposer en conteur certainement, mais aussi – peut-être surtout – en auctor, dépositaire d’une morale qu’il se fait un devoir de transmettre à ses lecteurs.

34Il serait erroné de penser que les accusations de notre prosateur portent uniquement contre les femmes. Dans l’histoire de Caradoc il est un autre comportement qui provoque sa révolte, à savoir la folie d’Eliavrés qui, tout en étant le père naturel de Caradoc, lui porte un défi des plus rudes, à savoir le ‘jeu du décapité’: lui-même accepte de recevoir un coup d’épée sur le cou de la part d’un chevalier disposé à la même chose un an plus tard. Tout finira bien, ou presque…, puisque, le moment venu, l’enchanteur ne frappera Caradoc que du plat de l’épée, pour lui révéler juste après la vérité sur sa naissance. C’est ainsi que le prosateur s’insurge contre la «folie» d’Eliavrés, qui a plongé la cour arthurienne dans l’horreur:

Nuns ne porroit le duel retrere
Que font dames et chevaliers;
N’ont gaires ris a ce mangier,
Tote la cort fu esbaïe.

 

Caradoc ne s’esmaie mie… (vv. 7232-36)

Et vous prometz qu’il n’y eust chevalliers ne dames qui tout ne fondent en larmes du regret et de la craincte qu’il ont de Carados: certainnement tost furent les ris et les jeus en pleurs et en cris convertis.
O que malheureux est qui par sa couppe ou par une folle plaisance mect tant de monde en doulleur et en peine et en la fin le plaisir seul est en cent tourmens converti! O effeminé et plus que enraigé enchanteur! Comment as tu osé entreprendre ung si criminel delict par lequel tant se en ensuivra de perte, dommaige à ton propre sang et à celle que tant tu as aimee! Quant le chevallier enchanteur que nul ne congnoissoit s’en fust retourné, se mist le roy et les barons à table, où ne fust propos tenu que de ceste matiere en gectant souvent grands souspirs, mais Carados n’en prent soussy, disant qu’il en actendra la fortune. (f. 79ra)

L’ajout comprend deux parties: dans la première le narrateur commente un comportement évidemment des plus réprouvables, dans la seconde il révèle l’identité du chevalier – qui demeure inconnue dans les vers – et annonce le malheur qui suivra, à savoir les mésaventures qui se préparent pour Caradoc (ton propre sang) et pour Ysave (celle que tant tu as aimee): aucune de ces deux prévisions ne se rapporte à l’aventure immédiate, à savoir le défi en cours.

35Bien sûr, une lecture en parallèle des textes en vers et des mises en prose tardives qui en sont dérivées est un exercice souvent ennuyeux, qui ne peut intéresser que quelques philologues maniaques à la chasse des traces des anciens textes ou des leçons spéciales pouvant révéler une parenté voire une dérivation directe. Mais elle peut aussi offrir des éléments utiles pour reconnaître une réception dans une perspective plus spécialement littéraire. Dans notre cas, seule une collation systématique des deux Livres de Caradoc permet de comprendre dans quelle mesure l’histoire d’un couple exemplaire a été transformée en une véritable «école des femmes» avant la lettre.

Torna su

Note

1 Cf. les réflexions lucides de N. Cazauran, Les romans de chevalerie en France: entre ‘exemple’ et ‘récréation’, in Le roman de chevalerie au temps de la Renaissance, Paris, Touzot, 1987, pp. 29-48, en particulier pp. 34-39. Pour une fine analyse des ‘préoccupations’ des imprimeurs, voir J.H.M. Taylor, ‘Minds of the Vulgar sort’: The Arthur of the Renaissance and the Anxiety of Reception, in Actes du 22e Congrès de la Société Internationale Arthurienne, Rennes 2008, http://www.sites.univ-rennes2.fr/celam/ias/actes/pdf/taylor.pdf.

2 Le titre est trompeur: de fait, cette longue compilation en prose comprend la réécriture du roman de Chrétien, précédé des deux pseudo-prologues Bliocadran et Elucidation, et celle des trois Continuations, la Première selon la version longue, la Deuxième et celle de Manessier.

3 Toutes mes citations sont tirées de l’exemplaire conservé à la Réserve de la BnF, Rés-Y2-74 (numérisé dans Gallica); l’édition de l’ensemble est en cours par mes soins.

4 L’effacement du nom de Chrétien et la conviction que l’ensemble soit l’œuvre de deux seuls auteurs – le «chroniqueur» de Philippe et Manessier – ne doivent pas surprendre. Je me permets de renvoyer à deux articles où j’ai commenté ces passages du prologue: La “Tresplaisante et recreative hystoire du trespreulx et vaillant chevallier Perceval le Galloys…” (1530), mise en prose tardive du ‘cycle du Graal’, «Le moyen français» 64, 2009, pp. 13-54, en particulier pp. 17-19; et Un recueil arthurien imprimé: la “Tresplaisante et recreative hystoire de Perceval le Galloys” (1530), in Actes du 22e Congrès de la Société Internationale Arthurienne, Rennes 2008, http://www.sites.univ-rennes2.fr/celam/ias/actes/pdf/colombo.pdf.

5 L’emploi du verbe «traduire» dans ce fragment du prologue est tout à fait exceptionnel à cette date: cf. M. Colombo Timelli, “Perceval le Galloys” (1530), première ‘traduction’ moderne du cycle du Graal, in ‘Un paysage choisi’. Mélanges de linguistique française offerts à Leo Schena / Studi di linguistica francese in onore di Leandro Schena, Torino-Paris, L’Harmattan Italia, 2007, pp. 119-128, pp. 119-121.

6 Opposition métaphorique bien attestée en moyen français: cf. DMF, s.v. grain et s.v. paille.

7 Dans un article qui a pour objet la section correspondant au roman de Chrétien, P. Servet a déjà mis en lumière l’intention didactique du prosateur: D’un Perceval l’autre. La mise en prose du “Conte du Graal” (1530), in L’œuvre de Chrétien de Troyes dans la littérature française. Réminiscences, résurgences et réécritures, Lyon, C.E.D.I.C., 1997, pp. 197-210, pp. 200-201.

8 Sorte de ‘roman dans le roman’, l’histoire de Caradoc occupe les vv. 6671-12506 de la Première Continuation, version longue; j’utilise l’édition fournie par W. Roach et R.H. Ivy, The First Continuation: Redaction of Mss E, M, Q, U, Philadelphia, The American Philosophical Society, 1965 (1950), pp. 194-377, notes aux pp. 593-601. Dans l’analyse de Roach-Ivy, il s’agit de la Section III, divisée en 16 épisodes (voir l’introduction, pp. li-liv); dans l’imprimé de 1530, le texte correspondant se lit aux ff. 76va-101vb (chapitres 39-58 selon ma numérotation).

9 Cette longue parenthèse chevaleresque se lit uniquement dans la version longue de la Première Continuation.

10 Je résume ici les résultats des enquêtes présentés dans «Le moyen français» 64, 2009 (article cité à la note 4) et dans: Mémoire linguistique dans les réécritures arthuriennes des xve et xvie siècles, in Temps et mémoire dans la littérature arthurienne, Université de Bucarest, 2011, pp. 261-281, en particulier pp. 274-280; Mémoire littéraire / mémoire linguistique dans le “Perceval en prose” de 1530: le “Livre de Carados”», in Mémoires arthuriennes, Troyes, Médiathèque du Grand Troyes, 2012, pp. 185-205.

11 Pour celles-ci, on peut renvoyer au bel article de P. Gallais, Formules de conteur et interventions d’auteur dans les manuscrits de la “Continuation-Gauvain”, «Romania» 85, 1964, pp. 181-229.

12 «druerie» est toujours remplacé dans la prose. Il en est ainsi dans la partie qui correspond au Conte du Graal, où «Votre drüerie vos quier» (v. 2104) devient: «il vous plaira me donner ce don… que voustre amy soye», f. 12vb; et ailleurs dans Cont1, où le mot (v. 1383) est traduit «faveur d’amytié», f. 53vb.

13 C’est d’ailleurs la seule occurrence de «piz» dans notre section de Cont1, qui partout ailleurs utilise «chief» («de la tete» v. 11515, «de la tetine» v. 11518, «en la mamele» v. 11562, «an la memelle» v. 12176); le prosateur alterne «chief» (f. 97ra), «bout» (ff. 97ra, 100rb), et des doublets: «chief ou bout» (f. 97rb), «de bout ou de chief» (f. 100ra). Le «boteron» du v. 12232 (var. «becheron» M, «cimeront» Q) est traduit par «mameron ou bout», f. 100rb: les attestations de «mameron» sont assez rares, tant dans Gdf que dans DMF, ce qui pourrait expliquer la glose.

14 Sur cette collection célèbre voir en dernière analyse E. Schulze-Busacker, Au carrefour des genres: les “Proverbes au vilain”, in Tradition des proverbes et des exempla dans l’Occident médiéval, Berlin-New York, de Gruyter, 2009, pp. 81-104 (avec mise à jour bibliographique).

15 Cf. M. Rossi, Sur l’épisode de Caradoc de la “Continuation Gauvain”, «Marche Romane» 30, 1980, pp. 247-254.

16 «Des homes vos reparlerai, | Que ja androit eus nou lairai. | Li home ront une costume | Que chascuns esprant et alume | Fame por sa belle parole, | Et quant il an trove une folle, | Si la deçoit par sa barate, | Si la desjogle et desbarate | Et la despoille et la dechace; | D’avoir une autre se porchace. | Cil qui servent de tel barat | Tornent amors a desbarat. | Homes i a qui sont volaige | Et volanteïf de coraige, | Qui ainment une lunoison | Et sanz mesure et sanz reson. | Se tant ne font lor volanté, | Or oiez mon quel dolanté: | Car il se retraient d’amer | Et metent l’amor an amer, | Si qu’il anconmancent d’aïr | Ce qu’il amoient a haïr. | Et quant il an font leur voloir, | Qui ancor fait molt a doloir, | Que ja si tost nou troveront | A cui dire que il dist l’ont» (vv. 10729-54).

17 Dans ce cas en particulier, la rime «pucelles»: «nouvelles» pourrait être la trace de deux vers dans le modèle du prosateur.

18 Après le v. 34723.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maria Colombo Timelli, « Le “Livre de Caradoc” dans le “Perceval” en prose de 1530: une «école des femmes»? », Studi Francesi, 183 (LXI | III) | 2017, 429-440.

Notizia bibliografica digitale

Maria Colombo Timelli, « Le “Livre de Caradoc” dans le “Perceval” en prose de 1530: une «école des femmes»? », Studi Francesi [Online], 183 (LXI | III) | 2017, online dal 01 décembre 2018, consultato il 15 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/10111 ; DOI : 10.4000/studifrancesi.10111

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals