Navigazione – Mappa del sito
Rassegna Bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

C. Le Guillou, Le Paris de George Sand

Valentina Ponzetto
p. 569-570
Notizia bibliografica:

Claire Le Guillou, Le Paris de George Sand, Paris, éditions Alexandrines, 2017, 120 pp.

Testo integrale

1L’esprit moderne de la petite curiosité touristique raffinée et rare se joint, chez les éditions Alexandrines, à un souvenir de l’ancienne tradition toute dix-neuvièmiste des physiologies dans la collection très réussie «Le Paris des écrivains», qui compte désormais une vingtaine de numéros. Après Dumas père (voir «Studi Francesi» 178, 2016-I) et Balzac (voir «Studi Francesi» 181, 2017-I), Victor Hugo, Zola et Baudelaire, la visite de la «capitale du xixe siècle» se poursuit avec ce Paris de George Sand, dû à la plume de Claire le Guillou, spécialiste de la vie et du cercle d’amis berrichons de la romancière. Le paradoxe n’est qu’apparent, et le choix s’avère très heureux, car toute la vie de Sand peut se lire comme un mouvement perpétuel de balançoire entre Nohant et la capitale, et c’est parfois dans les pages peu connues des correspondances et mémoires des amis fidèles, comme Charles Duvernet, que l’on trouve les détails les plus précis, pittoresques et savoureux sur le quotidien et l’existence matérielle de l’écrivaine.

2La structure du volume est dictée par la biographie de Sand, et entièrement consacrée à celle-ci, aucune œuvre de la très prolifique romancière, à part Horace, n’étant évoquée, car rarissimes sont celles qui mettent en scène la vie parisienne. Les cinq chapitres correspondent à autant de phases de l’existence et de la carrière littéraire de l’auteure. Il est cependant intéressant de noter que ce critère purement chronologique permet également de dessiner une topographie parisienne aux implications sociologiques et culturelles que n’aurait pas reniées un Balzac. Une véritable traversée de Paris aux rythmes intermittents, ponctués d’innombrables adresses, conduit Aurore, puis George, de quartier en quartier. Son enfance est partagée entre le Paris plébéien des petits métiers, parcouru à pieds avec sa mère, et le Paris aristocratique encore imprégné d’Ancien Régime connu à travers sa grand-mère, Aurore de Saxe. Sa jeunesse de femme de lettres en quête de reconnaissance a pour cadre le quartier des quai de Seine, synonyme de bohème estudiantine et de romantisme effervescent des années 1830; sa maturité, le quartier chic et «artiste» de la Nouvelle Athènes, où elle côtoie Chopin mais aussi Delacroix et beaucoup d’autres. Au cours de ses dernières années, enfin, elle delaisse de plus en plus la capitale pour Nohant, et quand elle réside à Paris elle choisit le quartier du Luxembourg, aux marges de la «vraie» vie parisienne, qu’elle dit aimer et supporter de moins en moins. Au détour d’une adresse, émergent des anecdotes savoureuses qui dessinent un caractère et un style de vie: descriptions d’intérieurs, adresses de fournisseurs, port du fameux costume masculin (p. 53) ou insoupçonnable coquetterie de jeune femme se pliant aux diktats de la mode (p. 43), curiosités pour les spectacles populaires (le diorama, p. 46, ou Séraphin, p. 64) ou succès retentissant du Marquis de Villemer à l’Ambigu-Comique (p. 97), restaurants favoris (chez Pinson, ou Magny, lieux des dîners de la «société Gavarni») ou moins appréciés (Les Frères provençaux, où la traîne Flaubert).

3Comme l’un de ces récits-cadres qui interpellent directement le destinataire et que Sand affectionnait, un prologue et un épilogue nous ramènent au xxie siècle du lecteur, touriste en puissance. Le prologue indique au flâneur l’emplacement des quatre (bientôt cinq) plaques commémoratives qui témoignent de la vie parisienne de Sand. 46 rue de Meslay, dans le 3e arrondissement, où elle vit le jour le 1er juillet 1804; 31 rue de Seine, où elle vécut ses débuts littéraires en 1831; 19, quai Malaquais, adresse de la «mansarde bleue» qui abrita l’écriture de Lélia et la liaison avec Musset; 80 rue Taitbout, adresse des années Chopin; et prochainement 3 rue Racine, près de l’Odéon, souvenir des années où elle poursuivit une carrière dramatique sur les scènes publiques. L’épilogue, après un détour par l’air connu «le vieux Paris n’est plus», nous rappelle les lieux où des souvenirs plus concrets et tangibles sont offerts à notre vénération pieuse, curieuse et même un brin fétichiste: le jardin du Luxembourg, où depuis 1904 une statue de Sand se dresse parmi les arbres, et le beau Musée de la vie Romantique, rue Chaptal, dont les collections sandiennes rivalisent avec le musée de La Châtre (pp. 82-83).

4Clé d’entrée alternative pour le lecteur qui souhaiterait mieux connaître Sand, ou guide touristique (indispensable index des lieux y compris) et machine à remonter le temps pour les adeptes de la romancière, ce petit livre est sans contredit une lecture très agréable.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Valentina Ponzetto, « C. Le Guillou, Le Paris de George Sand », Studi Francesi, 183 (LXI | III) | 2017, 569-570.

Notizia bibliografica digitale

Valentina Ponzetto, « C. Le Guillou, Le Paris de George Sand », Studi Francesi [Online], 183 (LXI | III) | 2017, online dal 01 février 2018, consultato il 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/10686

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals