Navigazione – Mappa del sito
Testi inediti e documenti rari

“Le chevalier bien advisé”, une imitation du “Chevalier deliberé” d’Olivier de La Marche (ms. Paris, BnF fr. 1691)

G. Matteo Roccati e Università degli Studi di Torino
p. 71-89

Abstract

Le chevalier bien advisé (the well-advised knight), dated 1486, is an allegorical story in octosyllabic septains inspired by Olivier de La Marche’s The Resolute Knight. The article presents the text, hitherto unknown, situates it in relation to the La Marche narrative and, by way of example, gives the transcription of a passage: the Parliament of Atropos (vv. 170-428, ff. 6r-12r). The table of the headings (ff. 66r-69r), transcribed in appendix, gives an overview of the contents as a whole.

Torna su

Testo integrale

  • 1 Sur Le Chevalier deliberé, achevé à la fin du mois d’avril 1483, cf. Dictionnaire des lettres franç (...)
  • 2 Voir Y. Labande-Mailfert, Charles VIII et son milieu (1470-1498). La jeunesse au pouvoir, Paris, Fa (...)
  • 3 Voir mon article Auteur et circonstances d’écriture du “Chevalier bien advisé”, une imitation du “C (...)

1Le chevalier bien advisé est un texte narratif en septains d’octosyllabes, anonyme, daté de janvier 1486 (peut-être nouveau style, donc 1487), se présentant comme la suite du Chevalier deliberé d’Olivier de La Marche1. Ce dernier avait écrit à la gloire de la cour de Bourgogne, notre auteur compose une sorte de pendant en l’honneur de la cour royale. L’exaltation chevaleresque du roi et des nombreux aristocrates mentionnés n’a probablement pas seulement une valeur encomiastique. La date de composition se situe dans une période troublée: né en 1470, Charles VIII a accédé au trône en 1483, la régence d’Anne de Beaujeu, sa sœur ainée, est contestée. Après la paix «fourrée» de Bourges en 1485, le conflit connu sous le nom de «guerre folle» agite l’aristocratie du royaume en 1486-1487 et l’hostilité envers la régence d’une partie de la noblesse, en particulier bretonne, aboutira en 1488 à la bataille de Saint-Aubin du Cormier2. Notre auteur n’évoque jamais explicitement ce contexte, mais, lorsqu’il fait état de souvenirs personnels, il souligne à plusieurs reprises la fidélité au roi des personnages dont il parle. Le texte devient donc une affirmation politique de fidélité à la monarchie et à la régence, d’autant plus qu’il semble émaner de l’aristocratie bretonne; on peut même vraisemblablement l’attribuer à Charles de Coëtivy, comte de Taillebourg3.

  • 4 Schéma: ababbcc. La forme est très courante au xve siècle, cf. H. Chatelain, Recherches sur le vers (...)
  • 5 Octosyllabes également, schéma: abaabbcc; cf. ibidem, p. 101.
  • 6 Pour le résumé, voir aussi J. Paviot, “Le chevalier délibéré” cit., pp. 161-163.

2Cette dimension politique n’épuise pas cependant l’intérêt de la composition qui, sans être un chef d’œuvre, mérite de sortir de l’oubli. La forme du poème, le septain d’octosyllabes4, est proche des huitains du Chevalier deliberé5 et l’action se situe dans la continuité de celui-ci. Pour comprendre l’intrigue, il faut rappeler brièvement le contenu du récit de La Marche6:

  • 7 Ce qui donne lieu à l’énumération des pièces allégoriques de l’armement. Cette technique, courante (...)
  • 8 1435, date du traité d’Arras qui marque la réconciliation entre Philippe le Bon et Charles VII.

Un vieux chevalier écoute les propos de Pensee qui l’exhorte à combattre contre Accident [la mort violente] et Debile [la mort par maladie] dans la forêt d’Atropos. Le chevalier s’arme7 et chevauche en quête d’aventures. Il arrive dans la plaine de Plaisance mondaine où il affronte Hutin. Avant qu’il ne tourne mal, le combat est interrompu par Reliques de jeunesse qui défend le chevalier et obtient de son adversaire qu’il le laisse repartir. Le chevalier reprend sa quête et rencontre un ermite, Entendement. Le matin, après la messe, ce dernier lui fait visiter sa chapelle et son reliquaire: le cloistre de Souvenance. Le chevalier repart ensuite et traverse la lande du Temps où il combat avec Eaige. Vaincu, Eaige le laisse libre, à la condition qu’il respecte ses consignes. Il entre alors dans le désert de Vieillesse où il s’égare dans le sentier d’Abuz et il arrive au palais d’Amours. Desir veut le faire entrer, Souvenir s’y oppose et le met dans la sente de bon advis qui le conduit au manoir de bonne aventure. Oiseuse en a été bannie, le portier est Labeur et le lieu s’appelle Estude. Fresche memoire, la princesse qui en a la garde, l’accueille et lui fait visiter le cymetiere de Memoire. Après un rappel général des sépultures anciennes, sont énumérés les morts depuis l’an trente-cinq8. Le chevalier décide alors de livrer bataille sans plus tarder et se présente aux lices: Atropos préside, il assiste aux combats des ducs Philippe [le Bon] contre Debile et de Charles [le Téméraire] contre Accident, les deux sont vaincus. Une litière arrive portée par deux licornes: il s’agit de Marie de Bourgogne, duchesse d’Autriche, qui va être tuée par Accident. Le chevalier se prépare à l’affrontement, mais Atropos lui envoie son héraut Respit qui lui enjoint de remettre le combat à plus tard. Fresche memoire le ramène alors chez Entendement et le texte se termine par des consignes morales pour bien vivre.

  • 9 L’ouvrage est évoqué explicitement au début et, dans la suite du texte, la référence au Chevalier d (...)

3Notre texte prend la suite de ce récit, l’auteur-narrateur lui-même – l’Acteur – nous apprend qu’il écrit sous l’émotion suscitée en lui par la lecture du Chevalier deliberé 9:

Cette lecture l’a plongé dans une réflexion profonde sur la situation de l’homme, voué à être vaincu par Accident ou Debile, appelé à vivre toutefois conformément à sa nature, non comme une bête. Pendant qu’il songe à la grandeur de la création et à celle de l’homme en son sein, mais angoissé à l’idée de ne pas être à la hauteur, dame Raison vient le rassurer. Le dialogue est interrompu par un grand vacarme et une tempête effroyable qui annoncent le parlement qu’Atropos, la deesse letale, va tenir. Le parlement est convoqué parce que Accident et Debile doivent se justifier du fait qu’ils ont laissé en vie le Chevalier deliberé. Après la justification présentée par les deux, acceptée par Atropos, le texte se poursuit par l’explication qu’Entendement donne à l’Acteur de ce qui vient de se passer. Ce dernier est amené ensuite par Entendement, Bon advis et Memoire, sur l’ordre de Raison, à l’hopital humain pour qu’il puisse se préparer au combat qu’il devra soutenir. Bon advis puis Raison lui montrent comment il faut s’armer, rappellent de nombreux exemples de gens qui ont été vaincus par faulte d’estre bien armés et lui donnent plusieurs explications sur différents sujets. Arrivé à l’hopital humain, l’Acteur visite le temple humain, décrit les «relicques qui estoient dedans le tabernacle» et les sépultures de cœur qui se trouvent dans les allées du temple: «notables gens de moien estat», princes et seigneurs de sang royal, rois, papes et cardinaux. A ce moment-là les hérauts d’Atropos, qui avaient déjà publié le pas du val perilleux, viennent ajourner le roi Louis [XI] pour qu’il y comparaisse. L’Acteur s’y rend aussi et assiste à l’affrontement: le roi en sort d’abord vainqueur, mais il est ensuite surpris par Maleur, sergent d’Accident, et Debile. Se déroulent ensuite les combats de sa femme Charlote [de Savoie], du pape Sixte [IV] et du cardinal de Tours [Hélie de Bourdeilles]: tous sont vaincus. Après un dernier entretien avec Raison, Entendement, Bon advis et Memoire, l’Acteur se promet de ne rien oublier de ce qu’il a vu et de le mettre par écrit dans le livre du Chevalier bien advisé.

  • 10 J’ai étudié cet aspect dans l’article indiqué supra n. 3.
  • 11 Cf. J. Paviot, “Le chevalier délibéré” cit., pp. 164, 167-169.
  • 12 Sur cette thématique, voir P. Tucci, Une poésie sépulcrale au xve siècle, in Actes du IIIe Colloque (...)
  • 13 René d’Anjou, Le livre du coeur d’amour épris, texte présenté, établi, trad. et annoté par F. Bouch (...)
  • 14 Cf. J. Paviot, “Le chevalier délibéré” cit., pp. 164-165. Alors que le Pas de la mort de Georges Ch (...)
  • 15 Voir Jean Froissart, Dits et débats. Introduction, édition, notes, glossaire par A. Fourrier, avec (...)
  • 16 Voir Œuvres de Georges Chastellain cit., pp. vii-viii, texte aux pp. 67-128; J. Lemaire, “L’Oultré (...)
  • 17 Georges Chastellain, Le temple de Bocace. Édition commentée par S. Bliggenstorfer, Bern, Francke, 1 (...)
  • 18 Un peu plus tard Octovien de Saint-Gelais compose dans la même veine Le séjour d’Honneur (débuts de (...)

4Il est facile de constater que la matière et son organisation sont très proches de celles du Chevalier deliberé, mais l’œuvre est originale dans son contenu et, comme l’étude de quelques éléments susceptibles d’en éclairer le contexte d’écriture a montré10, elle ne manque pas de renseignements intéressants. Du point de vue de l’histoire littéraire, elle ne s’éloigne pas de thématiques présentes ailleurs dans la culture de l’époque11 et que déjà Olivier de La Marche avait fait siennes: l’itinéraire chevaleresque signifiant et le thème de la visite du cimetière12 trouvent un modèle proche dans Le livre du coeur d’amour épris de René d’Anjou13, l’image du combat en champ clos contre la mort vient du Pas de la mort d’Amé de Montgesoie14. Au cours du récit, la visite du temple humain notamment, proche dans la thématique d’œuvres comme le Temple d’Honneur de Jean Froissart15, L’Oultré d’Amours16 ou le Temple de Bocace17 de Georges Chastelain, est également révélatrice de la culture et des ambitions littéraires de l’auteur18.

  • 19 Les numéros des sections se trouvent dans le texte lui-même; j’ajoute, également en chiffres romain (...)

5Au-delà de ces modèles cependant, sans être vraiment original, le texte a une physionomie propre: les différents éléments, dont certains sont nouveaux, sont agencés d’une manière autonome, comme le montre le passage édité ici, correspondant au récit du parlement d’Atropos, récit qui occupe les sections III à V19.

  • 20 Le texte continue ensuite en partie au passé, en partie au présent. Je simplifie en adoptant le pré (...)

III. La deesse letale vient tenir son parlement
Pendant que Raison sermonnait, elle entendit tout à coup le son d’une trompette et elle s’interrompit (XXV). Il y eut un grand bruit, des éclairs, les vents soufflèrent (XXVI), deux maures dans les airs jouaient du tambour, deux autres gallans soufflaient dans des trompettes (XXVII). Dans une salle tendue de noir la deesse letale fit installer son siège (XXVIII). Raison me dit que c’était sûrement Atropos qui allait tenir son parlement (XXIX), je me souvins d’avoir entendu parler d’elle (XXX), Raison me le confirma (XXXI). Un grand bruit précéda un chariot de fer où la dame était assise (XXXII), avec elle étaient Cloto et Lachesis (XXXIII), Atropos était habillée d’un drap noir semé de feu (XXXIV).
IV. L’ordonnance d’Atropos
La compagnie s’arrêta et on apporta la chaire d’Atropos (XXXV), ses deux sœurs s’assirent sur des tabourets (XXXVI), des bancs furent installés et les murs tendus de noir (XXXVII), les deux dont La Marche a parlé arrivèrent avec leur suite (XXXVIII). Le premier fut Accident, il s’assit à droite d’Atropos (XXXIX), avec ses gens d’armes (XL), Guerre, Excés, Hutin … (XLI). Debile arriva ensuite, armé d’un bâton d’estrange guise, qui comportait quatre dents (XLII), chacune avait un officier: Vieillesse, Pouvreté, Goute (XLIII), Decrepite, tous effroyables (XLIV). Deux huissiers ouvrent20 l’audience (XLV), chacun s’assied à sa place, le greffier lit «la lettre du mandat» (XLVI), d’Atropos (XLVII). La lettre exprime son mécontentement (XLVIII) à l’égard de Debile et Accident qui n’ont pas fait leur devoir face au Chevalier deliberé (XLIX).
V. La justification donnée par Accident et Debile
Accident
se lève de suite en colère disant que le chevalier n’avait fait que son devoir (L), même s’il s’était sauvé comme un lièvre (LI), il finira par être attrapé (LII). Debile parle ensuite disant qu’il s’était bien défendu (LIII), mais il devra forcément revenir combattre (LIV). Ces justifications apaisent Atropos, qui demande aux deux de lever leur armée (LV). Accident et Debile affirment qu’ils feront plier tout le monde (LVI), ils appellent leurs souldars et les arment (LVII). L’Acteur reste pensif, à ce moment il voit Atropos rompre le fil que ses deux sœurs filaient (LVIII), Cloto proteste (LIX), de même que Lachesis (LX). Atropos se lève, tout le monde part, l’Acteur, resté comme piégé, demande à Entendement ce que cela signifie (LXI).

  • 21 Cf. Guillaume de Machaut, Le Jugement du roy de Behaigne and Remede de Fortune, ed. by J. I. Wimsat (...)
  • 22 Cf. E. Doudet, “Les Droitz Nouveaux de Rhétorique”. Structures judiciaires et efficacité épidictiqu (...)
  • 23 Alain Chartier, Baudet Herenc, Achille Caulier, Le cycle de “La belle dame sans mercy”. Une antholo (...)
  • 24 Ibidem, vv. 49-104 (pp. 120-124).
  • 25 Ibidem, vv. 233-272 (pp. 188-192).
  • 26 Ibidem, vv. 89-248 (pp. 252-266).

6Ce texte s’insère dans une tradition, mais non d’une manière servile, comme le montre le rappel de quelques œuvres marquantes. Les scènes de jugement chez Guillaume de Machaut – Jugement du roy de Behaigne, Jugement du roy de Navarre – sont assez conventionnelles, nourries des thèmes de la tradition lyrique: la campagne et le printemps fournissent le cadre de débats qui restent fondamentalement des dialogues21. On retrouve la même topique22 dans plusieurs textes du cycle de La belle dame sans mercy23. Ici aussi les scènes de parlement – audiences et plaidoyers – se déroulent dans des cadres idylliques. Dans l’Accusation contre la Belle Dame sans Mercy (Le Parlement d’Amour) de Baudet Herenc l’audience se déroule dans un verger24, le ciel où est jugée La Dame loyale en Amour est surtout caractérisé par la splendeur des pierres précieuses qui ornent les sièges des juges25. Le décor est plus élaboré, mais la démarche est la même dans La Cruelle Femme en Amour, d’Achille Caulier, où l’action se situe en divers lieux, notamment une cité et des palais dont on détaille la richesse26.

  • 27 Composé après 1461, probablement dans les années qui suivent, cf. Pierre Michault: Œuvres poétiques(...)
  • 28 Ibidem, p. 29.
  • 29 Cf. Martial d’Auvergne, Les arrêts d’amour, publ. par J. Rychner, Paris, A. et J. Picard, 1951, vv. (...)
  • 30 Sur ces textes, cf. M. Bouhaïk-Gironès, Les clercs de la Basoche et le théâtre comique (Paris, 1420 (...)

7Un cadre plus “réaliste” s’impose dans d’autres textes, toutefois là encore la description reste liée à la thématique courtoise. Le procès d’Honneur Féminin de Pierre Michault27 est le récit de l’audience présidée par dame Raison. Le déroulement du procès est relaté fidèlement, mais l’intérêt porte sur les intervenants – personnifications allégoriques et personnages historiques – et l’endroit où ils s’installent, sur les différentes phases du procès – arrivée, plaidoyers, débats, sentence –, en fait sur la belle ordonnance de ceste court28. Dans les Arrêts d’Amour de Martial d’Auvergne le prologue décrit la salle d’audience du noble parlement d’Amours et le public qui assiste29 – l’auteur souligne la richesse des vêtements et des lieux et s’arrête sur l’attitude psychologique de ceux qui attendent un jugement, mais la description est assez convenue –, ensuite les arrêts sont relatés sans insertion dans un cadre narratif. Les œuvres relevant du théâtre pourraient être intéressantes, la mise en scène de la plaidoirie étant fréquente, notamment dans les moralités et les farces, mais dans ces textes l’aspect descriptif, quand il est présent, joue un rôle encore plus subalterne30.

  • 31 Achevé fin 1441-début 1442, cf. Martin Le Franc, Le champion des dames, publ. par R. Deschaux, Pari (...)

8En revanche notre auteur s’est inspiré du Champion des dames de Martin Le Franc31. Après le récit de l’attaque du château d’Amour par Malebouche et ses hommes, après le premier combat entre Franc Vouloir et Despit le cruel, après un intermède où le poète découvre entre autres le domaine de Venus et la chapelle d’Amour, Le Franc introduit la série de disputes publiques qui prolongent l’affrontement et qui opposent Franc Vouloir aux différents avocats de Malebouche. La foule, et en son milieu le poète, se dirige précipitamment vers la sale d’Amours (v. 2219) pour y assister. Ce passage est manifestement à l’arrière-plan de notre texte: la scène est construite de la même manière et certaines images sont reprises, toutefois il ne s’agit jamais d’un simple emprunt. Chez Martin le Franc:

Clarins et trompettes sonnerent

(v. 2217)

Dans notre texte:

(…) soudainement

oït sonner unne trompete

(vv. 170-171)

Chez Martin le Franc la salle:

tendue estoit de noirs tapis

(v. 2241)

Chez notre auteur, dans la salle d’audience:

furent (…)

les murs de noir tapissez

(vv. 254-256)

Chez Martin quand Malebouche entre dans la salle:

chascun print place en l’auditoire

(v. 2302)

Chez notre auteur:

chescun qui là estoit mandé

prinst place selon son estat

(vv. 317-318)

  • 32 Datée de mars 1464, cf. Pierre Michault: Œuvres poétiques cit., p. 10. Imprimée dès la fin des anné (...)
  • 33 On ne trouve aucune référence à cette topique dans Ch. Martineau-Génieys, Le thème de la mort dans (...)
  • 34 «Pour ce mets nom selon l’entente | à ce traictié ci devisé | du Chevalier bien advisé. | Qu’il pla (...)

9Chez Martin Le Franc arrivent ensuite les trois deesses infernales | Tesiphone, Alecto, Megere (vv. 2409-2410), grosse et notable ambassade (v. 2406) des maistres d’enfer (v. 2403), en soutien à Malebouche, puis, au cours du récit, les plaidoyers se succèdent. Même si le souverain seigneur du lieu est Amour (v. 2264), l’hôtel est tenu par Malebouche, qui forge là ses attaques contre lui; l’atmosphère a donc déjà changé par rapport à la tradition. Notre auteur, tout en s’inspirant de Martin Le Franc, va plus loin: en substituant Atropos à Amour, il bouleverse le scénario. Il ne s’agit plus de la lutte, difficile par moments, mais destinée à triompher, des idéaux courtois contre leurs détracteurs. La mort est devenue la maîtresse du jeu. Notre auteur n’invente rien à proprement parler: Atropos joue un rôle de premier plan dans la Danse aux aveugles de Pierre Michault32 et dans le Chevalier deliberé. Il ne fait que réagencer des éléments qu’il a trouvés ailleurs, toutefois dans les deux cas il ne s’agissait pas de scènes de jugement: le résultat est original33. Le passage transcrit ci-après témoigne de cela et on ne reprochera pas à l’auteur son habit de peu savoir et ses termes lours, pour lesquels il demande lui-même l’indulgence du lecteur34.

10On trouvera, après la transcription des ff. 6r-12r, celle de la table des rubriques ajoutée à la fin du volume (ff. 66r-69r). Elle permettra de mieux situer le passage transcrit et de saisir les articulations de l’ensemble de l’œuvre.

Torna su

Allegato

Annexe 1.

Transcription35 des sections III-V: Le parlement d’Atropos vv. 170-42836 (ff. 6r-12r)

III. Comme la deesse letalle et ses seurs

f. 6r

vindrent tenir leur parlement pour ce que les

capitaines Debille et Accident avoient laissé pa[sser]37

le Chevalier deliberé

170

XXV

En me preschant, soudainement

oït sonner unne trompete

qui buisina si haultement,

non pas <par> façon de retraicte,

par quoy sa parolle imparfaicte

175

demoura jusqu’a l’autre jour

et aperceut bien qu’il fut jour.

XXVI

Le bruit fut grant pour les tonnerres

qui tout esmeurent orendroit,

Boreas souffle par ses erres

180

les esclers qui tout fouldroioit,

Eolus par l’air voletoit

alentour d’unne grant commete

qui ne fut pas en reguart nette.

XXVII

De deux tabours plus gros que pippes

185

jouoient deux mores la volans

qui avoient renverssés leurs lippes

plus que mout limiers ne allans,

auprés eut deux autres gallans

tenans trompetes en leurs mains

190

qui de sonner ne faisoient mains. //

XXVIII

Pres d’illec en unne grant salle,

f. 6v

qui fut toute tendue de noir,

fist là la deesse letalle

son siege bien hault asseoir,

195

qui fut orrible chose à voir

à ceulx qui visrent l’assamblee

où me trouvay comme d’amblee.

XXIX

«Amy, se dist dame Raison,

unne autreffoiz dirons la reste,

200

car il n’en est pas la saison,

veu que ce temps fait autre apreste.

Scez tu qui fait ceste tampeste?

C’est Atropos tout seurement

qui vient tenir son parlement».

205

XXX

Lors me soubvint qu’avoiz oÿ

parler ou livre38 de ce nom,

de quoy bien petit m’esjoÿ.

Si prins je d’elle le sermon,

car elle avoit tres grant renom,

210

non pas d’amour qu’el fust aimee,

maiz de sa fiere renommee. //

XXXI

Si me dist Raison ces parolles:

f. 7r

«Bien congnoistras qu’elle scet faire

car tu yras en ses escolles,

215

ne tu ne t’en sçauroiz deffaire,

vela son siege et son repaire,

retiens bien ce que tu verras

et de son nom science auras».

XXXII

Lors s’in39 vint le bruit plus grant qu’oncques

220

qu’il sembloit là estre ung enffer,

de quoy je mespensay adoncques

car temps n’estoit pas de truffer.

Là viz ung chariot de fer,

avironné d’espieuz ardans,

225

où seoit la dame dedans.

XXXIII

Avec elle fusrent ses seurs:

Cloto qui tenoit la quelongne

et Lachesis par ses longueurs

tiroit le fil en grant ressongne,

230

que je notay pour grant besoingne

avec les choses que je viz

au plus pres de moy vis à viz. //

XXXIV

Ceste dame estoit vestue

f. 7v

d’ung drap noir tout semé de feu,

235

qui tenoit unne espee tortue

toute sanglant dont n’euz pas jeu.

Devant elle, au tour ou milieu,

avoit gens de diversse sorte

qui menoient le char qui la porte.

IIII. Du parlement et gens <qui> y furent et

de l’ordonnance qu’Atropos y fist tenir

240

XXXV

La compaignie s’arresta

affin qu’elle peulst là descendre,

et puis aprés on aporta

sa chaire que l’on fist là tandre,

où elle s’assist pour reprendre

245

le serment de ses capitaines

qui d’elle tenoient ses dommaines.

XXXVI

Plus bas qu’elle assises furent

ses deux seurs, que vous ay ja dittes,

sur deux scabelles qu’ilz eurent

250

d’ung peu que la chaire petites,

qui faisoient là les chatemittes

pour la felonnie de leur seur //

de laquelle nul n’est asseur.

f. 8r

XXXVII

Les bancs furent là tous dressez

255

tant à dexstre comme à senestre

et les murs de noir tapissez

comme se mort chacun deust estre.

Oncques ne viz si fraieux estre

ne si desplaisant compaignie

260

que de la dame et sa maignie.

XXXVIII

Les deux dont La Marche a parlé

furent là atout leur arroy,

que congnuz de long ou de lè

car j’euz Memoire avec moy

265

et Entandement qui de soy

mist painne avecques Raison

de congnoistre ceste maison.

XXXIX

Et tout premier fut Accident

arivé tenant ou poing sa hache,

270

plus fier qu’oncq ne fut preschent

et voult bien que tel on le sache.

Assiz fut plus bas d’unne marche //

au costé dexstre d’Atropos,

f. 8v

qui ne fut jamaiz en repoz.

275

XL

Avec luy avoit ses gens d’armes40

de tres huleuse contenance,

dont les ungs portoient des gisarmes,

autres espieuz, autres la lance,

l’autre tenoit ung pot par l’ance

280

plain de venin et de poison

qui estoit nommé Traïson.

XLI

Guerre aussi fut de sa meslee

et Excés, Hutin et Despit,

et Freüre y fut apellee,

285

et aussi Crime sans respit,

et Maleur qui prent interdit

contre les subjectz de Fortune

qui n’espargne personne aucunne.

XLII

Debille aussi d’autrepart

290

fut present an sa robe grise

qui ne ressambloit pas poupart

ne homme de petite emprise,

ung baston eut d’estrange guise //

où furent quatre dens d’acier

f. 9r

295

et pour chescune ung officier.

XLIII

Pour la premiere dent conduire

estoit Vieillesse la piteuse,

et pour la seconde deduire

fut Pouvreté la souffreteuse;

300

Goute, qui <est> si ennuyeuse,

fut à la tierce gouverner,

et si ne scet pas cheminer.

XLIV

Pour la quarte fut Decrepite

qui rend ses subjectz au cercueil,

305

qui n’a joie grant ne petite,

ne n’oyt d’oreille, ne voit d’ueil;

lesquelz reguarder j’euz grant dueil,

car tous, soit par sans ou folie,

n’engendrent que mirencolie.

310

XLV

Deux huissiers eut vis à viz d’elle,

dont l’ung fut nommé Tiranie,

et l’autre se tinst soubz son elle

qui fut appellé Vilannie,

qui tindrent la serimonie //

315

du parcquet selon l’ordonnance

f. 9v

et crierent à l’audience.

XLVI

Chescun qui là estoit mandé

prinst place selon son estat,

lors au greffier fut commandé

320

qu’il leust la lettre du mandat,

ce qu’il fist et leut tout à plat

la lettre qui luy fut baillee

devant toute ceste assemblee.

XLVII

A lire les lettres fut duit

325

car ung mot ne laissa derriere,

et fut escript comme il ensuit

en chef en la ligne premiere:

«Atropos la puissant et fiere,

emperis sur tous les humains»41,

330

et d’autres motz qu’il y eut mains.

XLVIII

En effaicte la lettre comptoit

comme elle estoit malcontente

de ce que eschappé estoit

ung quidem sans paier sa rente,

335

et lequel chacun jour se vante //

d’avoir combatu à oultrance

f. 10r

et vaincu toute sa puissance.

XLIX

De laquelle la charge avoient

Debille et messire Accident,

340

qui n’ont pas <fait> ce qu’ilz devoient,

veuz les droiz que sur luy pretand

et donna bien à entandent

que ce tort luy a procuré

le Chevalier deliberé.

V. De l’excusacion que Accident et

Debille baillerent contre leurs charges

345

L

Quant Accident oït ces choses,

chauldement se leva en place,

disant: «Ce me sont leites choses.

Je n’y entends mot de fallace.

S’il s’est pourveu pour la menace

350

que luy avez fait de l’avoir,

il n’en a fait que son devoir.

LI

Je sçay bien qu’il fut rencontré

unne foiz durement de fievre,

de quoy il fut tres fort oultré //

355

ainsi qu’il parut à sa levre,

f. 10v

s’il en eschappa comme ung lievre

par courir, je le tiens à sage

si n’eut il pas tout l’aventage.

LII

L’autre foiz Guerre le surprinst,

360

là où par ses belles parolles

eschappa avant qu’on le prinst,

qui ne furent pas pour luy folles.

Unne autre foiz, se m’en recolles,

viendra et sera atrappé,

365

en fust il plus cent foiz hupé».

LIII

Aprés vint à parler Debille,

s’excusant que de son costé

Honnur estoit fort et habille,

et qui estoit fort bien monté,

370

par quoy, moitié42 pour sa bonté,

et qu’il fut dur à prommener,

obtinst respit de retourner.

LIV

«Maiz eschapper ne peult il pas

et que de bref il ne retourne,

375

pour venir deffendre son pas,

ou yray vers luy, s’il sejourne, //

c’est tout le confort que je y donne,

f. 11r

je ne puis faire qu’en faisant

et si ne suis à nul plaisant».

380

LV

Chescun d’eulx s’excusa tres fort

de quoy elle fut apaisee,

penssant qu’il n’y a nul si fort

q’une foiz ne l’ait espousee,

et dist: «Levez toust votre armee

385

pour guerre mener ça et là»,

et lors chascun d’iceulx parla.

LVI

Et dist Accident le plus apre:

«De ma part ne fauldra il mie,

celuy sera plus fort qu’ung arbre

390

qui dessoubz mon fier bras ne plie».

Debille dist: «Je n’ay amie

ne ami, tant me soit il cher,

que je ne face tresbucher».

LVII

Lors appelerent leurs souldars

395

que je vous ay dessus nommez,

ausquelz baillerent trousse et arcs

et harnoiz dont se sont armez. //

Et là presens furent somnez

f. 11v

de faire chescun son devoir

400

sans de nul pitié en avoir.

LVIII

Quant j’euz oÿ ceste ordonnance

lors me prins à plus fort pensser,

et tantost Atropos43 s’avance

et sans mot44 dire ne tansser

405

pour ses deux seurs desavansser

prinst le fil et puis le rompit,

dont Lachesis eut grant despit.

LIX

Cloto45, qui la quelongne tinst,

parla et dist en tel maniere:

410

«Je ne sçay pas dont ce vous vint

qu’estes si orguilleuse et fiere,

cela ne vous proffite guere

d’estre si fiere de courage

et de porter à tous dommage».

415

LX

Lachesis46 dist: «Tant ne puis faire,

ne tant m’avancer pour filler

que ne me venez tout deffaire //

et mon fiseau desanfiller».

f. 12r

«Ce n’est pas à toy d’en parler»

420

dist la faulse vielle murtriere,

si prinst le fil et rompt arriere.

LXI

Ce fait, se leva de son siege

et chescun de la place part,

et desmouray comme en ung piege

425

qu’on prent voulentiers le regnart.

Si prins Entendement à part,

luy demandant que veult ce dire

et il n’endura m’escondire.

Annexe 2.

Transcription de la table des rubriques (ff. 66r-69r)47

Table des rebriches

f. 66r

du livre du Chevalier bien advisé48

Proesme. Comme l’Acteur entra

en meditacion

i

5

Comme Raison vint parler à

l’Acteur sur le doubte qu’il avoit

ii

Comme la deesse letale et ses seurs

Cloto et Lachesis tindrent leur parlement

pour ce que les capitaines Debille et

10

Accident avoient laissé passer le

Chevalier deliberé

iii

Du parlement et gens qui y furent

et de l’ordonnance qu’Atropos deesse letale

y fist tenir

iiii

15

De l’excusacion que Debille et Accident

baillerent contre leurs charges

v

Comme Entendement donna congnoissance

à l’Acteur des choses faictes audit

parlement

vi

20

Comme l’Acteur mercit Entendement

et ses bonnes remonstrances

vii

Comme Raison ordonna Entendement, Bon adviz et

Memoire pour49 conduire l’Acteur

viii50

Comme Raison ordonne que l’Acteur

25

aille à l’ospital humain en attendant

le jour qu’on tiendra le pas ou val

perilleux

ix51 //

Comme les heraulx d’Atropos deesse

f. 66v

letale publierent le pas du val

30

perileux

x

Comme Raison, Bon advis et Memoire

menerent l’Acteur à l’ospital humain

avecques Entendement et passerent

par le parc de Bon adviz

xi

35

Comme Bon adviz enseigna l’Acteur

à l’entree de son parc

xii

De la congnoissance que Bon adviz donna

à l’Acteur des choses qui estoient oudit

parc et primierement de la division

40

de la terre

xiii

Comme Bon adviz enseigne à l’Acteur

quelles armeures on doit avoir

pour combatre ou val perilleux

xiiii

Comme Bon adviz monstre à l’Acteur que

45

ceulx dont a parlé le Chevalier

deliberé ont esté vaincuz par faulte

d’estre bien armez

xv

Comme Bon adviz donna congnoissance

à l’Acteur d’autres qui avoient esté

50

vaincuz par faulte d’estre bien armez

desquelz le Chevalier deliberé

n’a point parlé en son livre

xvi //

Comme Bon adviz raconte à l’Acteur de

f. 67r

pluseurs femmes et enffans qui furent

55

vainquz par faulte d’estre bien

armez

xvii

Comme l’Acteur mercie Bon adviz et aprés

le mene plus avant tirant leur

chemin et luy monstra d’estranges choses

xviii

60

Des trois serpens qui estoient autour

de l’ospital humain, et de l’interpretacion

que Raison en fist à l’Acteur et de

la Voie lactee que estoit ou ciel

xix

Comme l’Acteur ariva à l’ospital

65

humain et fut logé en la maison

de Raison et de l’edifice d’iceluy

xx

De la magnificence du temple

et des choses qui furent dedans

xxi

De la devise du <cueur du> temple et des

70

choses qui furent dedans

xxii

Des relicques qui estoient dedans le

tabernacle ou cueur et des noms

de ceulx dont furent les relicques

xxiii

Des relicques des rois de France

75

et noms d’iceulx

xxiiii

Des relicques de pluseurs femmes notables

estans52 oudit tabernacle et

des noms d’icelles

xxv //

Des huit bancs pour les dieux et deesses

f. 67v53

80

et les sept plannetes erraticques et

des marchepiez pour les nymphes,

semidieux et gens des complexions

desdites plannetes et du cercle du

zodiacque

xxvi

85

Des noms des dieux et deesses et

des plannetes qui furent esdits bancs

xxvii

Comme Bon adviz, Entendement et

Memoire menerent l’Acteur veoir

90

les sepultures des cueurs des notables

gens mis es allees dudit temple

xxviii

Des54 notables gens de moien estat

vaincuz du temps de l’Acteur desquelz

le cueur fut là sepulturé

xxix

95

Des nomz des princes et seigneurs

de sang royal desquelz les cueurs

furent là sepulturez

xxx

Des noms des rois desquelz les

cueurs furent là sepulturez

xxxi

100

De trois tumbeaux qui estoient à

part pour les cueurs de trois notables

gens dignes de grande recordacion

xxxii //

Des sepultures des cueurs des papes

f. 68r

et cardinaulx dont les cueurs furent

105

là sepulturez

xxxiii

Des heraulx de la deesse letale qui

vindrent derechef publier le pas du

val perilleux devant l’ospital

humain, et adjournerent le roy

110

Loïs pour y comparoir

xxxiiii

De la question qui fut entre l’Acteur

et Raison à cause dudit adjournement

xxxv

Comme par l’ordonnance de Raison

l’Acteur alla au val perileux veoir

115

fere les armes du roy Loïs, et

comme il rencontra son train

sur le chemin

xxxvi

Comme le roy Loïs ariva ou val perileux

et de l’estat et ordonnance qu’il tinst

xxxvii

120

Comme le roy Loïs combatit Guerre

et Traïson au primier de sa venue

et les vaincquit

xxxviii

Comme Atropos voiant que ses gens

avoient du pire mist le demourant

125

au landemain

xxxix //

Comme le roy Loïs combatit à l’autrefoiz

f. 68v

contre Guerre, Traïson et Despit et

les vaincquit

xl55

De la conspiracion que Atropos fist contre

130

le roy Loïs pour le56 faire surprendre

d’aguet par Maleur sergent d’Accident

et le capitaine Debille

xli

Comme le roy Loïs en retournant au

pas fut surprins par le bras de Maleur

135

et de Debille

xlii

Des regretz que chacun fist quant on

vit le roy surprins

xliii

Comme la roine Charlote feme du

roy Loïs vint faire armes au val

140

perilleux incontinent aprés luy et comme

elle fut vaincue

xliiii

Comme les pape Sixte et cardinal de

Tours fisrent leurs armes oudit

val perilleux et furent vaincuz

145

par Viellesse sergent de Debille

xlv

De la reconsiliacion que l’Acteur

fist avecques Raison, Entendement, Bon

adviz et Memoire

xlvi //

De la resolucion que fist l’Acteur aprés

f. 69

150

ladite reconsiliacion et comme il in[ti]tula

ce traicté du Chevalier bien avisé

xlvii

Des causes pour lesquelles il a

intitulé ce traictié du Chevalier

bien advisé et du temps qu’il

155

fut fait

xlviii

Ceste table contient xlviii rebriches

fait comme dessusdit57

R/u/ II ( ?)58

Torna su

Note

1 Sur Le Chevalier deliberé, achevé à la fin du mois d’avril 1483, cf. Dictionnaire des lettres françaises, publié sous la dir. du card. G. Grente, Le Moyen Age, éd. entièrement revue et mise à jour sous la dir. de G. Hasenohr et M. Zink, Paris, 1992 (dorénavant D.L.F.), pp. 1085-1086 (article de G. Tyl-Labory). Sur le sens de l’expression, le chevalier décidé, résolu, cf. J. Paviot, “Le chevalier délibéré” d’Olivier de la Marche dans la littérature morale (xve-xvie s.), Publication du Centre européen d’études bourguignonnes (xive-xvie s.), 43 (2003), Centre européen d’études bourguignonnes (xive-xvie s.), Rencontres de Chalon-sur-Saône (26 au 29 septembre 2002), Autour d’Olivier de la Marche, actes publiés sous la direction de J.-M. Cauchies, Neuchatel, Centre européen d’études bourguignonnes (xive-xvie s.), 2003, pp. 161-170, en particulier p. 170. Pour la dimension historique de l’œuvre, cf. J.-Ch. Lemaire, Entre histoire et récit allégorique: “Le chevalier délibéré” d’Olivier de La Marche, «Bien dire et bien aprendre» 22 (2004), pp. 235-245. On trouvera sur Gallica la reproduction numérisée de plusieurs éditions anciennes, les deux dernières éditions imprimées sont: Olivier de La Marche, Le Chevalier deliberé (The Resolute Knight), edited by C.W. Carroll, translated by L.H. Wilson & C.W. Carroll, Tempe, Arizona, Arizona Center for Medieval and Renaissance Studies, 1999; Olivier de La Marche, Le chevalier délibéré, édition originale, Paris, par Antoine Vérard, 1488, (…), introduction, traduction et notes, S. Messerli, Paris, Presses universitaires de France, Fondation Martin Bodmer, 2010.

2 Voir Y. Labande-Mailfert, Charles VIII et son milieu (1470-1498). La jeunesse au pouvoir, Paris, Fayard, 1975, pp. 55-80; Ead., Charles VIII. Le vouloir et la destinée, Paris, Fayard, 1986, pp. 64-95.

3 Voir mon article Auteur et circonstances d’écriture du “Chevalier bien advisé”, une imitation du “Chevalier deliberé” d’Olivier de La Marche, à paraître dans «Fay ce que vouldras». Mélanges en l’honneur d’Alessandro Vitale-Brovarone, sous la direction de M. Del Savio, P.A. Martina, G. Pastore et M. Rivoira, Paris, Classiques Garnier. La transcription et une première étude du texte ont été menées dans le cadre du cours de Letteratura francese medievale du Dipartimento di lingue e letterature straniere e culture moderne de l’Université de Turin (a.a. 2014-2015) avec la collaboration des étudiants, en particulier Matilde Allario, Marco Baretta, Sara Calò, Nadia Cassago, Valentina Letey, Eleonora Nappa, Maria Razionale, Laura Tozzoli, Federica Turchetto.

4 Schéma: ababbcc. La forme est très courante au xve siècle, cf. H. Chatelain, Recherches sur le vers français au xve siècle. Rimes, mètres et strophes, Paris, 1907, reprint Genève, 1974, pp. 144-145.

5 Octosyllabes également, schéma: abaabbcc; cf. ibidem, p. 101.

6 Pour le résumé, voir aussi J. Paviot, “Le chevalier délibéré” cit., pp. 161-163.

7 Ce qui donne lieu à l’énumération des pièces allégoriques de l’armement. Cette technique, courante à l’époque, sera utilisée plusieurs fois par la suite – dans la chapelle de l’ermite, pour les éléments de l’autel et les parements du célébrant, dans le cloître, pour détailler les maçonneries du manoir, etc. –, elle sera reprise par notre auteur. Olivier de La Marche l’utilise notamment, à propos du vêtement féminin, dans son Triumphe et parement des dames (Le Triumphe des dames von Olivier de La Marche, Ausgabe nach den Handschriften (…) von J. Kalbfleisch, Rostock, 1901).

8 1435, date du traité d’Arras qui marque la réconciliation entre Philippe le Bon et Charles VII.

9 L’ouvrage est évoqué explicitement au début et, dans la suite du texte, la référence au Chevalier deliberé est rappelée plusieurs fois (ff. 22r, 24v, 25v, 50r, voir aussi infra, dans la partie transcrite, les vv. 201, 261). Pour l’identification des personnages mentionnés, voir mon article cité supra.

10 J’ai étudié cet aspect dans l’article indiqué supra n. 3.

11 Cf. J. Paviot, “Le chevalier délibéré” cit., pp. 164, 167-169.

12 Sur cette thématique, voir P. Tucci, Une poésie sépulcrale au xve siècle, in Actes du IIIe Colloque international sur la littérature en moyen français (Milan, 21-23 mai 2003), réunis par S. Cigada, A. Slerca, G. Bellati, M. Barsi, L’analisi linguistica e letteraria, 12 (2004; imprimé en 2006), pp. 561-592; G.M. Roccati, Pétrarque et Boccace modèles de René d’Anjou, in Favola, mito ed altri saggi di letteratura e filologia in onore di Gianni Mombello, a cura di A. Amatuzzi e P. Cifarelli, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2004 («Franco-Italica» 23-24, 2003), pp. 377-388, en particulier pp. 378-384.

13 René d’Anjou, Le livre du coeur d’amour épris, texte présenté, établi, trad. et annoté par F. Bouchet, Paris, Librairie générale française, 2003. Pour la bibliographie, voir aussi G.M. Roccati, Pétrarque et Boccace modèles de René d’Anjou cit., p. 377. Sur la proximité entre notre texte et celui de René d’Anjou, voir J. Paviot, “Le chevalier délibéré” cit., pp. 165-167.

14 Cf. J. Paviot, “Le chevalier délibéré” cit., pp. 164-165. Alors que le Pas de la mort de Georges Chastelain (cf. Œuvres de Georges Chastellain, publiées par M. le baron K. de Lettenhove, Bruxelles, Heussner, 1863-1866, reprint Genève, Slatkine, 1971, t. VI, pp. V-VI, texte aux pp. 49-65) est simplement une réflexion d’inspiration religieuse sur la mort et son inéluctabilité.

15 Voir Jean Froissart, Dits et débats. Introduction, édition, notes, glossaire par A. Fourrier, avec en appendice quelques poèmes de Guillaume de Machaut, Genève, Droz («Textes littéraires français» 274), 1979, pp. 22-43, texte aux pp. 91-127.

16 Voir Œuvres de Georges Chastellain cit., pp. vii-viii, texte aux pp. 67-128; J. Lemaire, “L’Oultré d’Amour” de Georges Chastellain, un exemple ancien de construction en abyme, «Revue romane» 11 (1976), pp. 306-316.

17 Georges Chastellain, Le temple de Bocace. Édition commentée par S. Bliggenstorfer, Bern, Francke, 1988. À noter que dans cette œuvre tout un développement est consacré à Prigent de Coitivi (pp. 51-53), probablement un proche de l’auteur (cf. mon article déjà cité).

18 Un peu plus tard Octovien de Saint-Gelais compose dans la même veine Le séjour d’Honneur (débuts des années 1490, cf. Octovien de Saint-Gelais, Le séjour d’Honneur, éd. critique, introd. et notes par F. Duval, Genève, Droz, 2002, pp. 17-21).

19 Les numéros des sections se trouvent dans le texte lui-même; j’ajoute, également en chiffres romains, entre parenthèses, la numérotation des strophes de mon édition en cours.

20 Le texte continue ensuite en partie au passé, en partie au présent. Je simplifie en adoptant le présent.

21 Cf. Guillaume de Machaut, Le Jugement du roy de Behaigne and Remede de Fortune, ed. by J. I. Wimsatt and W.W. Kibler; music ed. by R. A. Baltzer, Athens (Ga.), University of Georgia Press, 1988, vv. 1-55 (pp. 61-63); Guillaume de Machaut, The Judgment of the King of Navarre, ed. and transl. by R. Barton Palmer, New York-London, Garland, 1988, vv. 459-558 (pp. 20-26).

22 Cf. E. Doudet, “Les Droitz Nouveaux de Rhétorique”. Structures judiciaires et efficacité épidictique dans les œuvres des Grands Rhétoriqueurs, dans Littérature et droit, du Moyen Âge à la période baroque: le procès exemplaire, Actes de la journée d’études du groupe de recherche Traditions Antiques et Modernités de Paris VII (29 mars 2003), Études réunies par S. Geonget et B. Méniel, Paris, Champion, 2008, pp. 217-232, en particulier pp. 219-222.

23 Alain Chartier, Baudet Herenc, Achille Caulier, Le cycle de “La belle dame sans mercy”. Une anthologie poétique du xve siècle (BNF ms Fr. 1131), éd. bilingue établie, trad., présentée et annotée par D. F. Hult et J. E. McRae, Paris, Champion, 2003.

24 Ibidem, vv. 49-104 (pp. 120-124).

25 Ibidem, vv. 233-272 (pp. 188-192).

26 Ibidem, vv. 89-248 (pp. 252-266).

27 Composé après 1461, probablement dans les années qui suivent, cf. Pierre Michault: Œuvres poétiques, présentées et éditées par B. Folkart, Paris, 1980, p. 10. À noter que le personnage de Bon advis apparaît dans cette œuvre à côté de Raison (cf. ibidem, p. 29).

28 Ibidem, p. 29.

29 Cf. Martial d’Auvergne, Les arrêts d’amour, publ. par J. Rychner, Paris, A. et J. Picard, 1951, vv. 13-64 (pp. 3-5). L’œuvre est datable des années 1460-1466 (cf. p. xxiv).

30 Sur ces textes, cf. M. Bouhaïk-Gironès, Les clercs de la Basoche et le théâtre comique (Paris, 1420-1550), Paris, Champion, 2007, pp. 213-247.

31 Achevé fin 1441-début 1442, cf. Martin Le Franc, Le champion des dames, publ. par R. Deschaux, Paris, Champion, 1999, t. I, p. ix.

32 Datée de mars 1464, cf. Pierre Michault: Œuvres poétiques cit., p. 10. Imprimée dès la fin des annéees 1470 à Genève et à Bruges (Incunabula Short Title Catalogue de la British Library - ISTC: im00564850, im00564900).

33 On ne trouve aucune référence à cette topique dans Ch. Martineau-Génieys, Le thème de la mort dans la poésie française de 1450 à 1550, Paris, Champion, 1978; pour le Pas de la Mort et le Chevalier deliberé, voir pp. 251-258.

34 «Pour ce mets nom selon l’entente | à ce traictié ci devisé | du Chevalier bien advisé. | Qu’il plaira à tous recevoir | et le lire humainement | sans sur ce aucun reguart avoir | à l’Acteur qui si clerement | descouvre son entendement | par son habit de peu savoir | comme on peult cy aparcevoir. | Deo gracias. | L’an mil quatre centz quatre vings six | ou mois de jannvier fut cest euvre | commencé par vouloir rassiz | par ung qui assez mal en euvre, | l’effect la verité desquevre, | qui est guarni de termes lours | car il fut fait en quinze jours» (ff. 64v-65r), cf. mon article déjà cité.

35 Je donne ici une simple transcription du texte, en appliquant les conventions habituelles. Assez régulièrement le copiste soude en un seul mot des éléments que la langue moderne distingue: parquoy (v. 174), avoir (à voir, v. 195), lassamblee (v. 196), quavoiz (qu’avoiz, v. 205), dequoy (v. 207), mesjoy (m’esjoÿ, v. 207). Dans la transcription je sépare les mots y compris lorsqu’il s’agit des adverbes plus et tres, systématiquement soudés au mot qui suit comme le montre la forme du s: plusgros (v. 184), tresgrant (v. 209), plusgrant (v. 219), plusbas (v. 247), plusfier (v. 270), etc. Les crochets pointus <…> indiquent les mots rajoutés dans l’interligne ou dans l’espace entre deux mots, probablement lors d’une première relecture du texte (l’encre est souvent plus claire), les crochets carrés [] mes reconstitutions, deux barres obliques // indiquent le changement de page.

36 La numérotation des vers et des strophes est celle de l’édition que je prépare.

37 Feuillet rogné: la deuxième partie du mot a été coupée, mais la table des rubriques le donne en entier (cf. f. 66r).

38 Le livre du Chevalier deliberé.

39 Pour s’en.

40 Ms. gensdarmes.

41 Les vv. 328-329 sont soulignés à l’encre jaune (la même encre utilisée pour rehausser certaines initiales).

42 Lecture incertaine.

43 Mot souligné (à l’encre jaune, comme les deux autres).

44 À la suite un «s» sans doute barré.

45 Mot souligné.

46 Mot souligné.

47 Dans la copie la majuscule est utilisée dans et pour indiquer un membre de phrase relativement autonome: dans ces cas je fais précéder la conjonction d’une virgule.

48 La première ligne est en module plus grand, les deux lignes sont décalées vers la droite, de manière à bien mettre en valeur leur statut de titre. L’initiale de chaque item est rehaussée à l’encre jaune, la même encre a été utilisée pour souligner les numéros des sections.

49 Ms.: pon.

50 Cette rubrique a été rajoutée dans la marge inférieure, un signe de renvoi entre les rubriques vii et ix indique où il faut l’insérer. À la suite de cet ajout, la numérotation des rubriques suivantes a été corrigée en ajoutant à chaque fois une unité, la correction est en général visible.

51 Réécrit à côté de viii mal effacé.

52 estans est précédé d’un espace (correspondant à un mot effacé) rayé d’un trait.

53 Dans le coin supérieur de la page on voit nettement la trace laissée par l’encre lorsqu’on a folioté «68» sur le recto suivant (la foliotation a été faite rapidement, surtout sans doute à la fin).

54 Nota dans la marge extérieure.

55 À côté de xxxix barré.

56 Corrigé de les.

57 Abrégé : dess/.

58 Pour cette signature, peut-être du libraire Regnault Fullole, voir mon article déjà cité.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

G. Matteo Roccati e Università degli Studi di Torino, « “Le chevalier bien advisé”, une imitation du “Chevalier deliberé” d’Olivier de La Marche (ms. Paris, BnF fr. 1691) »Studi Francesi, 184 (LXII | I) | 2018, 71-89.

Notizia bibliografica digitale

G. Matteo Roccati e Università degli Studi di Torino, « “Le chevalier bien advisé”, une imitation du “Chevalier deliberé” d’Olivier de La Marche (ms. Paris, BnF fr. 1691) »Studi Francesi [Online], 184 (LXII | I) | 2018, online dal 01 avril 2019, consultato il 07 avril 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/10803 ; DOI : https://doi.org/10.4000/studifrancesi.10803

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals