Navigazione – Mappa del sito
Rassegna Bibliografica
Quattrocento

Amb. Dialoghi e scritti per Anna Maria Babbi

Paola Cifarelli
p. 113
Notizia bibliografica:

Amb. Dialoghi e scritti per Anna Maria Babbi, a cura di Giovanni Borriero, Roberta Capelli, Chiara Concina, Massimo Salgaro, Tobia Zanon, Verona, Fiorini, 2016.

Testo integrale

1Nous rendons compte ici des articles concernant la littérature française du xve siècle.

2Maria Colombo Timelli, De l’usage des ‘proverbes’ dans “Guillaume de Palerne” en prose, pp. 221-229.

3Guillaume de Palerne, roman en octosyllabes rédigé au cours de la seconde moitié du xiiie siècle, a été l’objet d’une mise en prose qui ne nous a été transmise que par des imprimés, dont l’editio princeps parisienne, sortie vraisemblablement des presses de Jean II Trepperel entre 1527 et 1532. L’A. se concentre sur les proverbes, sentences et réflexions moralisantes introduites par le prosateur au début ou à la fin des chapitres dont le texte se compose; le metteur en prose utilise les formules qui permettent d’introduire les locutions proverbiales et de les reconnaître comme telles, faisant preuve d’une certaine créativité. Une liste des ‘proverbes’ de la prose figure en annexe.

4Giovanna Angeli, Christine de Pizan, Virgile et les avatars du ‘Saint empire romain’, pp. 399-411.

5Les personnages virgiliens que Christine de Pizan évoque dans ses poèmes, comme la reine Didon et la Sybille, suscitent chez l’A. la question de la portée idéologique attribuée à ces héroïnes dans les ouvrages plus spécifiquement destinés à «former l’image du souverain idéal et de le projeter concrètement sur l’écran de la réalité historique» (p. 406). En particulier, dans le Chemin de Longue Estude le recours à la médiation littéraire de Dante pour le portrait de la Sibylle de Cume, forgé pourtant sur les vers virgiliens, permet d’acclimater ce personnage à la réalité française marquée par le conflit et de tracer les lignes de force de la quête christinienne, qui montre une grande affinité avec celle du poème dantesque.

6Sylvie Lefèvre, Textes en écho: le personnage de Lucrèce revu par la nouvelle entre xve et xvie siècles, pp. 413-432.

7La complexité du personnage féminin de Lucrèce tel qu’il apparaît en filigrane dans quatre récits brefs composés entre le milieu du xve et la première moitié du xvie siècle fait l’objet d’une analyse littéraire qui montre l’importance, pour les différents auteurs, du dialogue avec les sources classiques, patristiques et juridiques, ainsi que du débat sur l’honneur de la femme; l’A. examine d’abord deux textes latins, l’Historia de duobus amantibus d’Aenea Silvio Piccolomini et Floridan et Elvide de Nicolas de Clamanges, pour se pencher ensuite sur deux nouvelles de l’Heptaméron de Marguerite de Navarre (n. 42 et 62) dont les héroïnes, comparées à Lucrèce par l’un des ‘devisants’, incarnent respectivement la vertu doublée d’humilité et le désir caché sous la pudicité.

8Gaetano Lalomia, Geografia e racconto. “Pierre de Provence” e la geografia dell’avventura, pp. 433-445.

9Le succès dont le roman Pierre de Provence et la belle Maguelonne jouit au cours du moyen âge tardif fut extrêmement vaste, ainsi que sa circulation dans l’espace européen. Dans le cadre d’une analyse du schéma narratif, considéré comme l’élément qui justifie la renommée du texte, l’A. s’attarde sur le motif de la représentation de l’espace, très important pour les deux protagonistes et chargé de signification; son influence pour la construction narrative et la structuration des personnages est examinée dans le détail.

10Anne Schoysman, Le poème dialogué en questions, pp. 459-470.

11La formule des questions et réponses a été souvent pratiquée dans la poésie du moyen âge tardif, tant sur un ton polémique, comme dans certains poèmes d’Henri Baude (Ballade faicte pour Mgr de Dampmartin, 1466; Ballade en dialogue sur le mauvais comportement de la cour), que dans un cadre plus intime (le Débat de Villon et de son cueur, 1461) ou didactique, comme dans l’Instructif de seconde rhétorique. L’utilisation pour la déploration funèbre est illustrée surtout par l’Epitaphe de Jean Molinet et George Chastellain de Jean Lemaire de Belges. L’A. parcourt ces textes, en s’attardant surtout sur ce dernier, pour montrer que la forme spécifique de ce genre littéraire en vers, décrite dans l’Art poetique de Sébillet, repose sur une tradition bien établie.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Paola Cifarelli, « Amb. Dialoghi e scritti per Anna Maria Babbi », Studi Francesi, 184 (LXII | I) | 2018, 113.

Notizia bibliografica digitale

Paola Cifarelli, « Amb. Dialoghi e scritti per Anna Maria Babbi », Studi Francesi [Online], 184 (LXII | I) | 2018, online dal 29 juin 2018, consultato il 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/11296

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals