Navigazione – Mappa del sito
Rassegna Bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Odile Krakovitch, La Censure théâtrale (1835-1849). Édition des procès-verbaux

Lise Sabourin
p. 133
Notizia bibliografica:

Odile Krakovitch, La Censure théâtrale (1835-1849). Édition des procès-verbaux, Paris, Classiques Garnier, 2016, 801 pp.

Testo integrale

1Odile Krakovitch, dont tous les dix-neuviémistes chercheurs en dramaturgie ont admiré la compétence et la bienveillance aux Archives nationales, donne dans ce volume une précieuse édition des procès-verbaux de la censure sous la Monarchie de Juillet et la Deuxième République. Elle reprend en passionnante introduction (pp. 9-157) son « Histoire de la censure du théâtre à Paris au xixe siècle », élaborée pour son inventaire de la Censure des répertoires parisiens des grands théâtres parisiens (1835-1906) et son livre sur Hugo censuré. La liberté du théâtre au xixe siècle. Ce qui nous laisse espérer la parution de la suite des procès-verbaux sous le Second Empire et la Troisième République, ainsi que la conclusion générale qu’elle annonce vouloir ajouter sur la répression des spectacles au xixe siècle.

2Le fonds exceptionnel conservé aux Archives nationales qu’elle présente ainsi (pp. 163-195) s’organise en «censure répressive», comportant des rapports de l’inspecteur des théâtres, des commissaires et du préfet de police, ainsi que des lettres de particuliers aux ministres après représentations (pp. 197-239), et «préventive», répartie entre censure politique, religieuse et morale (pp. 241-640), avant un «bilan» (pp. 641-666) qui comporte la liste des pièces interdites sous la Monarchie de Juillet et le Second Empire, telles que recensées en 1849, théâtre par théâtre, et de 1850 à 1866, par titres; suivent des pages sur «le rôle de la censure» extraites d’une enquête de la Chambre des députés en 1891 (pp. 667-731), faisant état d’une enquête de 1849 et retraçant les séances de la commission chargée de préparer la nouvelle loi sur les théâtres, montrant la permanence des problématiques de cette époque à la fin de siècle. Suivent index des pièces, des noms, des théâtres et chronologique qui permettent de naviguer aisément dans cet ouvrage de référence.

3Sur le plan politique, on relèvera notamment les procès-verbaux sur Kean, Don Juan de Marana, La Reine Margot, La Fille du Régent, Lorenzino, Les Trois Mousquetaires, Le Chevalier de Maison Rouge de Dumas, Le Roi malgré lui d’Ancelot, Madame Roland de son épouse, Léo Burckart de Nerval, Latréaumont de Goubaux et Sue, Austerlitz d’Anicet-Bourgeois, Cornu et Lepoitevin, Lord Novart et Une Famille d’Empis, Faust et Juan d’Adolphe Dumas et Bergère, La Camaraderie, Le Fils de Cromwell et La Popularité de Scribe, la traduction des Guêpes par Bayard et Dumanoir, Paméla Giraud et Vautrin de Balzac, l’adaptation de César Birotteau par Cormon et Lagrange ou de Chabert par Arago et Lurine, Les Mystères de Paris et Les Pontons anglais de Sue et Goubaux, Le Chêne du roi de Soumet, Il était une fois un roi et une reine de Gozlan, Le Neveu du mercier de Mallefille et Beauvoir, Charlotte Corday de Dumanoir et Clairville.

4La censure religieuse s’exerce notamment sur Benvenuto Cellini de Wailly et Barbier, Agnès de Méranie de Ponsard, Notre-Dame de Paris d’après Hugo, La Chanoinesse de Scribe et Cornu, L’Héroïne de Montpellier de Lemercier, Les Mancini d’Ancelot, Marie Stuart de Niedermeyer sur livret de Théodore Anne, Catherine Howard de Dumas, Le Juif errant de Clairville, Saint-Genest de Rotrou, Intrigue et amour d’après Schiller, Une Famille au temps de Luther de Delavigne.

5Quant à celle des mœurs, elle vise l’impudeur de l’adultère, l’ivrognerie et l’impuissance, la question de la paternité et des enfants naturels, la prostitution et la violence, enfin le langage dans, entre autres, Chut! et Actéon (pour Auber) de Scribe, Mathilde de Sue et Pyat, La Robe déchirée et Lord Byron à Venise d’Ancelot, Le Cinquième Acte d’Antier et Flers, Quitte pour la peur de Vigny, Un Caprice de Musset, Héloïse et Abélard de Bourgeois et Cornu.

6C’est dire que l’instrument de travail que nous donne ici Odile Krakovitch est précieux tant sur les pièces elles-mêmes que par sa mise en perspective des motifs et aléas de la censure.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, « Odile Krakovitch, La Censure théâtrale (1835-1849). Édition des procès-verbaux », Studi Francesi, 184 (LXII | I) | 2018, 133.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, « Odile Krakovitch, La Censure théâtrale (1835-1849). Édition des procès-verbaux », Studi Francesi [Online], 184 (LXII | I) | 2018, online dal 03 juillet 2018, consultato il 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/11754

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals