Navigazione – Mappa del sito
Rassegna Bibliografica
Medioevo

Béatrice Delaurenti, La Contagion des émotions. « Compassio», une énigme médiévale

G. Matteo Roccati
p. 106
Notizia bibliografica:

Béatrice Delaurenti, La Contagion des émotions. « Compassio», une énigme médiévale, Paris, Classiques Garnier, 2016, « Savoirs anciens et médiévaux» 4, 338 pp. 

Testo integrale

1Les Problemata physica, dont l’attribution à Aristote n’est pas remise en cause au Moyen Age, traitent d’une série de questions liées à la physique. Dans la septième section sont évoqués des phénomènes où apparaissent des effets de contamination, corporelle ou psychique, dans les mouvements émotionnels et la maladie : le latin utilise pour désigner cette réalité le terme, qui a plusieurs sens, de compassio.

2L’ouvrage a comme objet « les discours médiévaux sur la compassion» (p. 15), les théories de la compassion étant saisies « comme le miroir des préoccupations d’une société» (p. 13) : à travers le terme de compassio se révèle « une conception du monde, une anthropologie à l’état naissant chez des auteurs qui tantôt l’appréhendent et l’utilisent, tantôt refusent de l’utiliser» (ibidem). La période 1260-1310 constitue un moment fondateur : l’expression dans son sens technique apparait avec la traduction des Problemata par Barthélémy de Messine et le commentaire que Pietro d’Abano en a donné, la notion est développée ensuite au xive siècle par la tradition des commentaires aristotéliciens, mais le terme n’est guère employé par les médecins et les philosophes en dehors de celle-ci.

3L’étude est articulée en deux parties, la première, après avoir défini la compassio et présenté les commentateurs des Problemata, passe en revue leurs explications à propos « des différentes espèces de compassion : la souffrance à distance, la contagion du bâillement et de l’envie d’uriner, le frisson, la transmission des maladies» (p. 40). La deuxième porte sur les discours qui ont traité de la compassion n’appartenant pas à cette tradition, dans les autres sources : la théologie (chez saint Augustin et saint Thomas) et la pastorale (dans les recueils de distinctions destinés aux prédicateurs), la médecine salernitaine (seconde moitié du xiie siècle), les sources médicales (Galien et Avicenne), la médecine scolastique (Gentile da Foligno, Tommaso del Garbo, Jacques de Forli, Ugo Benzi, Jérôme Torrella), la philosophie naturelle (Roger Bacon, Albert le Grand, Nicole Oresme). Bibliographie et index (des noms de personnes, des œuvres anonymes, des auteurs modernes et contemporains, des noms de lieux, des manuscrits) aux pp.  299-322 et 323-333.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

G. Matteo Roccati, « Béatrice Delaurenti, La Contagion des émotions. « Compassio», une énigme médiévale », Studi Francesi, 184 (LXII | I) | 2018, 106.

Notizia bibliografica digitale

G. Matteo Roccati, « Béatrice Delaurenti, La Contagion des émotions. « Compassio», une énigme médiévale », Studi Francesi [Online], 184 (LXII | I) | 2018, online dal 04 juillet 2018, consultato il 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/12392

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals