Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri177 (LIX | III)Rassegna bibliograficaCinquecentoLangue de l’autre, langue de l’au...

Rassegna bibliografica
Cinquecento

Langue de l’autre, langue de l’auteur. Affirmation d’une identité linguistique et littéraire aux xiie et xvie siècles, études réunies par Marie-Sophie Masse, Anne-Pascale Pouey-Mounou

Alessandro Bertolino
p. 575-576
Notizia bibliografica:

Langue de l’autre, langue de l’auteur. Affirmation d’une identité linguistique et littéraire aux xiie et xvie siècles, études réunies par Marie-Sophie Masse, Anne-Pascale Pouey-Mounou, Genève, Droz, 2012 (« Travaux d’Humanisme et Renaissance », n. CDXCVII.

Testo integrale

1Ce volume, issu d’un colloque tenu à l’Université de Picardie-Jules Verne en 2007, propose un rapprochement intéressant entre deux moments de l’histoire littéraire française – le xiie et le xvie siècle – dont la critique a souvent mis en relief les parallélismes en tant que moments de «renaissance» des lettres. Ce recueil d’études aborde la question délicate de la constitution d’une identité linguistique et littéraire au cours des deux époques en question, dans le cadre des rapports de la culture d’oïl avec les langues «autres» (le dialectes occitans, le latin ou les autres langues vivantes).

2Le volume s’articule autour de trois sections: la première («Territoires») vise à analyser les pratiques de confrontation et d’intermédiation qui sous-tendent le choix d’écrire dans une langue régionale ou nationale, ainsi que les mises en scène de la rencontre et du métissage entre langues et cultures diverses. Cette confrontation peut s’opérer à l’intérieur même du royaume de France: dans l’une de ses chansons, le poète artésien Conon de Béthune aborde la question du français périphérique à partir des reproches que Philippe Auguste et sa mère ont adressés à son égard et à sa manière de s’exprimer en français (G. Gros, Comment peut-on être artésien? Réflexion sur la Chanson III de Conon de Béthune, p. 25-40); la contribution de M. Jourde (Diglossie et auctorialité au xvie siècle en France méridionale. Sur la figure du transfuge, pp. 107-124) montre comment au xvie siècle, la diglossie existant dans les territoires du Midi entre en jeu chez certains auteurs dans la représentation d’une transformation identitaire, qui se réalise dans différents personnages (le «voyageur» Marot, qui quitte en même temps son Quercy et sa «langue maternelle» pour se déplacer à Paris et adopter «la paternelle / Langue Françoyse es grands Courts estimé»; le «prêtre défroqué» qui se fait poète, et qui change de statut en même temps qu’il se construit une langue poétique; la femme poète, qui sait rimer en provençal et en français). Les contributions de R. Pérennec (Couloirs et surfaces intermédiaires entre l’auteur et l’autre dans les adaptations de Wolfram von Eschenbach, pp. 53-66), E. KammarerMusicus Interpres». L’“Eloge du mois de mai” de Caspar Scheit (Worms, 1551), pp. 91-106) et de A. Leclercq («Extranea lingua». L’enjeu des langues pendant la première croisade, pp. 41-52) abordent la question des rapports entre langues et d’identités culturelles différentes: les adaptations en allemand des romans chevaleresques réalisées par Wolfram von Eschenbach (xiie-xiiie siècles) révèlent comment les personnages de ces cycles, en particulier les Français et les Provençaux, peuvent être vus et représentés par un allemand; à la cour d’Heidelberg, Caspar Scheit traduit deux textes latins, qui avait été composés comme cadeaux de noces à la cour, et ce en transposant dans la poésie formes et procédés typiques du domaine musical; les chansons de croisades mettent sur scène des personnages dont la diversité ethnique est rendue par le recours à des expressions puisées aux langues respectives. Le plurilinguisme des personnages est central aussi dans la Satyre Ménippée analysée par D. Ménager (Le mélange des langues dans la “Satyre Ménippéé” (1594), pp. 125-134). Un cas particulier de «rencontre» entre deux langues est examinée par A. Laimé, qui étudie la fonction des poèmes latins de Nicolas Petit dans les préfaces des œuvres en français de Jean Bouchet, dans lesquelles les deux langues trouvent une légitimation réciproque (L’altérité des langues au service d’une littérature nationale. Les poèmes latins de Nicolas Petit dans l’œuvre de Jean Bouchet (1524-1532), pp. 67-90).

3La deuxième section introduit le concept d’«Autorité», à l’égard de laquelle les langues vernaculaires cherchent à préciser leur statut. Cette autorité peut être représentée par la langue sacrée: M. Kiwitt (Hébreu, français et «judéo-français» dans les commentaires bibliques des pašţanim, pp. 137-154) déchiffre les éléments vernaculaires présents dans les gloses des commentateurs bibliques de foi hébraïque au xiie siècle en France et en Allemagne; le rapport entre l’hébreu, langue mystérieuse et mystique, et le latin ou les langues vulgaires fait l’objet de quelques Annotationes de Sébastien Castellion sur ses traductions de la Bible, visant à désacraliser la langue hébraïque (M.-C. Gomez-Géraud, Sébastien Castellion et l’hébreu. Les annotations de la Biblia (1551): un discours sur la langue, pp. 243-257). L’autorité biblique peut être réélaborée selon des schémas interprétatifs appartenant à la culture vernaculaire, comme le modèle des romans épiques (B. Milland-Bove, Le style épique dans le “Roman de Dieu et de sa mere” d’Herman de Valenciennes, pp. 167-181), ou en confiant le rôle du narrateur à une figure féminine, ce qui apparenterait le récit religieux à la fabula (E. Thorington, Contes de bonne femme. Voix féminines dans la translatio de la langue sacrée vers la langue vernaculaire dans la littérature française des xie et xiie siècles, pp. 155-166), ou encore en adaptant partiellement l’ouvrage aux goûts mondains des destinataires (M.-G. Grossel, Des lectures au réfectoire des moines jusqu’au château de la comtesse. Traduction des “Vies des Pères” pour Blanche de Champagne (ca. 1205-1220), pp. 183-194). La confrontation peut s’opérer aussi avec le latin en tant que langue de culture, et se résoudre dans une défense de la dignité du français: il en est ainsi pour Charles de Bovelles et son traité de géométrie en langue vulgaire (A.-H. Klinger-Dollé, La langue française «langue de l’autre» dans les “Géométries pratiques” et les recueils de proverbes de Charles de Bovelles (1479-1567), pp. 195-210); Jacques Peletier, dans la préface de sa traduction de l’Art poétique d’Horace et Joachim Du Bellay dans la Deffence dépassent tous les deux la conception de la simple «translation» fidèle à son modèle d’autorité, le premier pour s’attribuer le statut d’auteur, le second pour privilégier l’imitation, qui «ne se contente plus de transmettre un contenu, mais prétend absorber la force propre de son modèle» (J. Vignes, Identité linguistique et appropriation littéraire. “L’Art poetique d’Horace, traduit en Vers François” par Jacques Peletier du Mans (1541-1545), pp. 211-225; C. Gutbub, Joachim Du Bellay et l’«illustration» du français. Le motif de la translation comme «Loy de Nature», pp. 227-242).

4La troisième et dernière section est consacrée aux «Passages» et examine les problématiques concernant la transmission et l’adaptation des textes, ainsi que celle de l’appropriation des modèles. Un premier groupe de communications s’articule autour des romans médiévaux: D. James-Raoul (“Cligès” de Chrétien de Troyes. Un style atypique entre style des autres et style d’auteur, pp. 261-273) met en évidence des procédés narratifs que Chrétien de Troyes adopte dans son Cligès, et qui sont redevables au modèle du roman byzantin, mais qui seront dépassés dans sa production successive; les jeux sur l’anthroponymie des personnages dans deux romans de Hue de Rotelande et Aimon de Varennes semblent faire référence aux romans de l’Antiquité, et posent ainsi les bases d’une translatio studii extrêmement allusive (F. Mora, S’approprier de la langue de l’autre. Jeux sur l’onomastique et translatio studii chez Hue de Rotelande et Aimon de Varennes, pp. 275-286); l’adaptation en langue allemande du Roman de Renart par l’alsacien Heinrich der Glîchezâre constitue une «translation» non seulement linguistique, mais aussi culturelle, qui favorise la naissance de la figure de l’auteur-romancier dans l’espace germanophone (D. Buschinger, “Reinhart Fuchs”, adaptation du “Roman de Renart”, ou la naissance de l’auteur-romancier de langue allemande, pp. 287-296); C. Gaulier-Bougassas (Des romans anglo-normands des xiie et xiiie siècles à leur récréation en prose au xve siècle. “Horn”, “Ponthus et Sidoine”, et les romans de “Gui de Warewic”, pp. 297-310) étudie les différences entre deux romans anglo-normands (Ponthus et Sidoine et Le roman de Gui de Warewic) et leur mise en prose française du XVe siècle, en mettant en évidence deux modalités de réception très différentes, l’une très affranchie du texte-source, l’autre dans le signe de la continuité. De la littérature romanesque on passe à la satire dans la communication de A.-L. Metzger-Rambach (Comment les mots viennent aux auteurs. Le cas de la lettre pythagoricienne, pp. 311-325), qui approche la traduction latine de la Narrenschiff de Sebastian Brant par Jacob Locher (1497), et l’adaptation française qui en fait Pierre Rivière. L’analyse de l’A. se concentre en particulier sur les implications du motif de la «lettre pythagoricienne» dans les deux versions: le choix entre volupté et vertu a comme effet la prédominance accordée à la valeur de l’éloquence, dans la version latine, et une perspective plus moralisante dans la version en vulgaire, liant deux lectures différentes à deux langues distinctes. S. Provini (Les étapes de la translatio d’un genre. L’héroïde politique sous Louis XII, de la première “Epistola Annae reginae” de Fausto Andrelini (1509) aux «epistres royalles» françaises, pp. 327-345) retrace les étapes à travers lesquelles l’héroïde politique s’est diffusée en France: le rôle de médiateur entre la tradition ovidienne et l’«epistre royalle» française aurait été joué par l’Epistola Annae Reginae de Fausto Andrelini; à partir des traductions françaises par Crétin et De Villebresme se développa ensuite une production vernaculaire originale, achevant ainsi la translatio. La contribution de M. Thorel (L’altérité au principe de l’auctorialité. Les enjeux d’une translatio vulgaire dans trois traductions avant 1540, pp. 347-359) aborde l’analyse comparative des textes liminaires de trois traductions de romans sentimentaux espagnols (la Prison d’amour de Diego de San Pedro, la Penitence d’amour de Pietro Urrea, et la traduction de Grimalte y Gradissa de Juan de Flores exécutée par Maurice Scève, avec le titre La deplourable fin de Flamete); pour l’A., ces textes montrent trois différentes modalités de translatio vulgaire, ayant en commun la valorisation de la langue-cible et la constitution d’une nouvelle posture du traducteur comme un nouvel auteur. Enfin, dans les deux auto-traductions d’Étienne Dolet étudiées par E. Rajchenbach («Avecques exhortation à tous les lettrés françoys, s’aymer et soubstenir l’un l’autre». Deux auto-traductions d’Etienne Dolet, pp. 361-377), l’éditeur humaniste, fervent latiniste qui traduit les Fata et le Genethliacum pour la naissance de son fils se confronte au double rôle d’auteur et de traducteur, partagé entre l’exigence de fidélité au texte latin et une certaine liberté d’invention. En conclusion du volume, une vaste bibliographie conçue en deux sections (textes originaux et littérature critique, pp. 379-421) rassemble les titres des ouvrages cités dans les communications.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Alessandro Bertolino, « Langue de l’autre, langue de l’auteur. Affirmation d’une identité linguistique et littéraire aux xiie et xvie siècles, études réunies par Marie-Sophie Masse, Anne-Pascale Pouey-Mounou »Studi Francesi, 177 (LIX | III) | 2015, 575-576.

Notizia bibliografica digitale

Alessandro Bertolino, « Langue de l’autre, langue de l’auteur. Affirmation d’une identité linguistique et littéraire aux xiie et xvie siècles, études réunies par Marie-Sophie Masse, Anne-Pascale Pouey-Mounou »Studi Francesi [Online], 177 (LIX | III) | 2015, online dal 01 décembre 2015, consultato il 28 octobre 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/1288 ; DOI : https://doi.org/10.4000/studifrancesi.1288

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search