Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri177 (LIX | III)Rassegna bibliograficaCinquecentoEmiliano Ferrari, Montaigne. Une ...

Rassegna bibliografica
Cinquecento

Emiliano Ferrari, Montaigne. Une anthropologie des passions

Sabine Lardon
p. 582-583
Notizia bibliografica:

Emiliano Ferrari, Montaigne. Une anthropologie des passions, Paris, Classiques Garnier, 2014, pp. 341.

Testo integrale

1Cette approche philosophique et anthropologique des passions dans les Essais, envisagées au sens subjectif (discours sur l’homme fait à partir des passions et par les passions) et objectif (discours sur les passions) a pour triple objectif d’offrir une interprétation générale de la philosophie des passions chez Montaigne, d’en examiner les sources afin de saisir les effets de continuité ou de rupture et de situer l’auteur des Essais dans l’histoire de la philosophie moderne à travers son influence sur Descartes et Hobbes en particulier.

2La première partie («La connaissance physiologique») envisage l’approche physiologique des passions chez Montaigne en rupture avec la conception aristotélicienne, scolastique et hylémorphique, selon laquelle le corps n’est compréhensible qu’à travers l’âme. Dans «L’Apologie de Raymond Sebond» (II, 12), Montaigne reprend ainsi, pour l’ébranler, le rapport de cause à effet que l’hylémorphisme psychologique établit entre les opérations de l’âme et les réactions du corps, s’inscrivant en cela en faux par rapport aux théories de Galien et d’Aristote, pour s’inspirer de Corneille Agrippa (chapitre 1: «Une chose publique imaginaire». Critique de l’hylémorphisme psychologique, pp. 21-40). Le corps, de fait, semble parfois réagir de lui-même, sans être mû par l’âme, en réponse directe à un stimulus extérieur, comme c’est le cas pour certains mouvements involontaires ou réflexes, et certains actes de langage (chapitre 2: Mouvements sans âme. Le corps et ses ressorts, pp. 41-59). Cette démarche de Montaigne peut en cela être rapprochée de la doctrine physiologique mécaniste de Descartes, qui comprend toutes les fonctions du corps (végétative, sensitive, motrice) sans référence aux pouvoirs de l’âme (chapitre 3: Pour une généalogie moderne de l’involontaire. Remarques sur Montaigne et Descartes, pp. 61-70). Pour autant, Montaigne ne remet pas en cause la théorie des humeurs, qu’il connaît, mais élargit le champ de la notion de complexion (chapitre 4: Affectivité organique et «passions corporelles». Complexions, humeurs, inclinations, pp. 71-90). À travers une interrogation du rôle des sens dans la génération des passions, Montaigne considère la sensibilité corporelle dans ses effets sur l’affectivité humaine dépassant ainsi la lecture de Sextus Empiricus pour s’appuyer sur des sources plus larges (chapitre 5: «Des impressions violentes à nous troubler». L’émotion des sens, pp. 91-111).

3La deuxième partie («La connaissance psychologique») montre comment la critique de l’hylémorphisme mène à l’abandon de la théorie architectonique tripartite de l’âme (végétative, sensitive, intellective) pour aboutir à une nouvelle appréhension de l’intériorité, en décomposant les phénomènes affectifs dans les différents mouvements psychiques qui le sous-tendent (jugement, imagination, souvenirs). La critique de l’hylémorphisme sous-tend de fait une nouvelle approche de la réalité psychique, débarrassée des présupposés métaphysiques de la pensée rationnelle aristotélicienne; libérée des fonctions organiques que lui attribue la tradition philosophique et médicale, l’âme peut alors être pensée comme une expérience de la conscience et un moyen de connaissance empirique de vécus internes (chapitre 1: Empirisme et introspection. Une psychologie morale et performative, pp. 115-134). Ainsi que l’a montré Ernst Cassirer, l’histoire, chez Montaigne, est alors au service d’une connaissance de l’homme à travers une approche psycho-historique (chapitre 2: La fonction psychologique de l’histoire. «Anatomie de la philosophie», pp. 135-152). En cela, la conception, chez Hobbes, de la connaissance de soi (comme on peut la voir, entre autres dans l’introduction au Léviathan) pourrait être l’héritage de la méthode d’introspection directe telle que la pratique Montaigne, dont les Essais ont été traduits en anglais dès 1603 (chapitre 3: De la connaissance de soi à la connaissance de l’homme. Hobbes, Montaigne et le «nosce te ipsum», pp. 153-174). Et si les Passions de l’âme de Descartes marquent une rupture par rapport à l’approche appétitive des passions, les Essais représentent déjà une évolution par rapport au modèle scolastique, en distinguant les passions corporelles (dont la cause est externe à l’âme) et les passions de l’âme (chapitre 4: «Les passions qui sont toutes en l’ame». Contours d’une typologie, pp. 175-184). Parmi les passions, la gloire constitue un cas particulier par sa complexité (en se composant de plusieurs passions: jalousie, désir, espérance…), que Montaigne appréhende à travers sa dimension subjective et socio-culturelle (chapitre 5: Entre volupté, espérance et désir. La gloire comme passion complexe, pp. 185-197).

4La troisième est dernière partie («La philosophie morale») montre comment la philosophie morale des Essais naturalise les passions sans les condamner. L’approche physiologique et psychologique de la nature humaine chez Montaigne fait que l’être est saisi comme sujet, en proie perpétuel aux passions qui peuvent naître du corps comme de l’âme. Or Montaigne s’oppose aux stoïciens, dans la mesure où il considère que les passions nées du corps, indépendamment du jugement, rejaillissent sur ce dernier dans un second temps, sans pouvoir être contrées (chapitre 1: La valeur vitale et conservatoire des passions. L’oikeiosis selon Montaigne, pp. 201-218). Les chapitres I.14, I.20 et I.39 minent ainsi les présupposés philosophiques et anthropologiques du stoïcisme sur la douleur et la mort (chapitre 2: Apathie et thanatophilie. De la meditatio mortis à l’amour de la vie, pp. 219-235). Dès lors que l’apathie (impassibilité stoïque) n’est pas envisageable, Montaigne pointe le caractère problématique et irréalisable de la tranquillité, la raison comme le corps étant en proie à une agitation constante, et rejoint en cela la pensée de Leibniz comme de Locke (chapitre 3: La vie inquiète. Mouvements imperceptibles, désir, imagination, pp. 237-256). La raison peut dès lors rationaliser et organiser les passions multiples qui agitent l’esprit humain en utilisant à cette fin les passions elles-mêmes, comme la peur qui peut jouer un rôle de modérateur (chapitre 4: Inefficacité de la raison et passions compensatrices: III, 4, «De la diversion», pp. 257-275). Bien que le corps réagisse de lui-même et agisse sur l’âme, l’âme peut néanmoins tenter d’intervenir en retour sur le corps par le biais de l’accoutumance qui résulte d’un travail sur soi constant, d’exercices réflexifs et d’une véritable discipline de vie (chapitre 5: «Jugement reglé» et «fierté genereuse». Le bon usage des passions et la sagesse, pp. 277-304). Une bibliographie et un index nominum complètent cet ouvrage, dans lequel nous pourrons juste regretter que la prise en considération de la dimension diachronique du texte reste trop ponctuelle, mais qui apporte une contribution philosophique aussi précieuse qu’indispensable aux études montaigniennes.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Sabine Lardon, « Emiliano Ferrari, Montaigne. Une anthropologie des passions »Studi Francesi, 177 (LIX | III) | 2015, 582-583.

Notizia bibliografica digitale

Sabine Lardon, « Emiliano Ferrari, Montaigne. Une anthropologie des passions »Studi Francesi [Online], 177 (LIX | III) | 2015, online dal 01 décembre 2015, consultato il 28 octobre 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/1307 ; DOI : https://doi.org/10.4000/studifrancesi.1307

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search