Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Novecento e XXI secolo

«Bulletin d’informations proustiennes» 45

Geneviève Henrot Sostero
p. 355
Notizia bibliografica:

«Bulletin d’informations proustiennes» 45, 2015, 242 pp.

Testo integrale

1Les «Inédits» (première section) sont foison dans cette livraison, dont les descriptions nous parviennent tant de Paris que d’Urbana-Champagne (USA), c’est-à-dire du fonds Kolb-Proust. «Six lettres de Marcel Proust à André Chaumeix, Mme Greffulhe, Gabriel Mourey, Abele Hermant et deux autres correspondants» nous sont présentées par Caroline Szylowicz (pp. 9-20), cependant que Pyra Wise (ITEM) nous révèle un surnom que Proust avait reçu de Mme Stern («Proustinetto». Ernesta Stern et Marcel Proust, pp. 21-32). François Proulx (Urbana) contextualise et commente Huit lettres de Reynaldo Hahn au temps de la guerre (pp. 33-45).

2Les «Notes de lecture» (par Guillaume Perrier, pp. 179-199) présentent sept ouvrages récents, et les «Activités proustiennes» (Ventes, Manifestations, Publications, pp. 201-242) révèlent une toujours impressionnante moisson de lettres et billets inédits arrivés sur le marché des collectionneurs, mais aussi de colloques, séminaires, conférences et publications.

3Les trois sections centrales concernent respectivement des travaux de «Genèse et interprétation», un point de vue sur «Le temps retrouvé, roman de la fin du monde» et des réflexions critiques sur les «Figures du temps: anticipation et rétrospection». Francine Goujon suit les conditions d’apparition et les connotations du Nom de Leroy-Beaulieu dans le salon Villeparisis. De l’alliance franco-russe à l’affaire Dreyfus: ce nom, qui n’apparaît que quatre fois dans la Recherche, émerge dans les brouillons en 1912. L’A. fouille les faits et gestes des frères Paul et Anatole Leroy-Beaulieu et leur présence dans l’actualité de l’époque et, de pastiche en «palinodie», en observe une présence voilée plus substantielle que ce qu’en laissent deviner les simples occurrences du nom (pp. 49-60). Yasue Kato s’attache à étudier un motif narratif d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs pour en retracer minutieusement les diverses étapes d’élaboration (Les goûters sur la falaise. Montage de l’histoire des jeunes filles pendant les années 1914-1918, pp. 61-74). Enfin, Eugène Nicole, annonçant la section suivante, se concentre sur l’Édition et la genèse de l’«Adoration perpétuelle» (pp. 75-88): il traverse manuscrits et brouillons sur les «portées» de deux temporalités différentes, génétique et scripturale la première, narrative la seconde. Il en ressort la perception d’un final resté en effervescence d’écriture («Les paperoles se bousculent», écrivait Bernard Brun) et de pensées en ébullition («Les idées se bousculent», renchérit Pierre Macherey).

4C’est donc encore du temps perdu que traite la section suivante, mais d’un point de vue plus thématique: celui de la fin du monde, seconde livraison de rencontres autour de la Grande Guerre. Si Proust, malade, ne l’a pas combattue sur le front, il l’a néanmoins suivie de près à travers des chroniques dont on retrouve certains échos dans le Temps retrouvé: en particulier la «Situation militaire» dans «Le journal des débats» (Luc Fraisse, Proust lecteur de Henry Bidou, pp. 91-110). La fabrique des noms manifeste une fervente créativité du début jusqu’à la fin de la composition de la Recherche. De nouveaux apports de «sources» en montrent les transformations, déplacements et travestissements (Florence Godeau, «Who’s who?» Noms impropres et jeux identitaires dans “Le temps retrouvé”, pp. 111-123). Dans La Grande Guerre des Bloch. Bourse, cultes, généalogie (pp. 125-144), Yuji Murakami entend porter un éclairage nouveau sur les rapports de la judaïté, moins avec l’Affaire Dreyfus qu’avec le grand conflit mondial, sur le fil de trois thématiques: l’argent, la religion et la patronymie.

5La troisième section centrale, «Figures du temps, anticipation et rétrospection», aborde la question du temps sous d’autres points de vue encore. Un point de vue poétique intéresse Bertrand Marchal dans sa Note sur le désenchantement du Bois à la fin de “Du côté de chez Swann” (pp. 147-161): les vicissitudes de la publication ont poussé Proust à travailler, d’un volume à l’autre, des épisodes et des commentaires voués à tenir le lecteur en haleine et à le préparer aux suites prévues, du provisoire au préparatoire. Un point de vue intertextuel inspire chez Mariolina Bertini une possible relation de réminiscence ou de source, saisie à travers Visions et prodiges. Proust et “The Lifted Veil” de George Eliot (pp. 155-161). Enfin, un point de vue croisé entre psychologie et esthétique oriente Jean-Michel Caralp vers une application à la Recherche du «dispositif de temporalité», «intersection entre le réel irreprésenté et la réalité représentée, et point nodal où interagissent les dynamiques des niveaux technique, paradigmatique et symbolique» (p. 164): il y discerne des Dynamiques contrapunctiques de la prémonition dans le dispositif de temporalité d’“À la recherche du temps perdu” (pp. 163-175).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Geneviève Henrot Sostero, « «Bulletin d’informations proustiennes» 45 », Studi Francesi, 185 (LXII – II) | 2018, 355.

Notizia bibliografica digitale

Geneviève Henrot Sostero, « «Bulletin d’informations proustiennes» 45 », Studi Francesi [Online], 185 (LXII – II) | 2018, online dal 01 août 2018, consultato il 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/14009

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals