Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Medioevo

Jean de Meun et la culture médiévale. Littérature, art, sciences et droit aux derniers siècles du Moyen Âge

G. Matteo Roccati
p. 474-475
Notizia bibliografica:

Jean de Meun et la culture médiévale. Littérature, art, sciences et droit aux derniers siècles du Moyen Âge, sous la direction de Jean-Patrice Boudet, Philippe Haugeard, Silvère Menegaldo et François Ploton-Nicollet, Presses Universitaires de Rennes, 2017, «Interférences», 374 pp.

Testo integrale

1Le volume rassemble les actes d’un colloque qui s’est tenu en mai 2014, consacré à l’ensemble de l’œuvre de Jean de Meun. Il est organisé en trois parties portant respectivement sur l’auteur Jean de Meun – au point de vue biographique et en tant que persona textuelle –, son œuvre et sa réception. Après l’Introduction par Philippe Haugeard et Silvère Menegaldo (pp. 9-20), on trouvera les contributions suivantes.

2Première partie. Charles Vulliez, Autour de Jean de Meun, esquisse de bilan des données prosopographiques, pp. 23-46, recense les différentes sources et dresse un bilan des données dont nous disposons en soulignant certaines incompatibilités qui ne permettent pas de simplement les aligner: il est manifestement impossible d’identifier dans un seul personnage l’auteur des œuvres que nous connaissons, l’étudiant bolonais, l’archidiacre orléanais et le maître parisien. Armand Strubel, Jean de Meun figure de l’«aucteur» dans le “Roman de la Rose”, pp. 47-60, examine le dispositif allégorique complexe qui construit la figure de l’aucteur – clerc qui glose le texte, figure analogue à celle de Faux Semblant, et se substitue au rêveur-amant de la première partie – et la manière dont les copistes, à travers rubriques et miniatures, puis la tradition, s’en sont emparés. Sylvie Lefèvre, À cache-cache avec Jean de Meun. La famille B du “Roman de la Rose”, pp. 61-79, étudie rubriques, ajouts et suppressions dans le discours d’Amour où il est question des deux auteurs, relevant les différences qui apparaissent dans les témoins de cette branche de la tradition. Christopher Lucken, Jean de Meun, continuateur, remanieur et auteur du “Roman de la Rose” de Guillaume de Lorris, pp. 81-106, enquête sur les éléments qui rendent la première partie du roman dépendante de la seconde. Patricia Stirnemann, Jean de Meun: où et pour qui a-t-il travaillé?, pp. 107-119, propose «l’hypothèse que Jean de Meun a travaillé dans l’entourage de Philippe de Beaumanoir» (p. 117).

3Deuxième partie. Constant J. Mews, Jean de Meun, Abélard et les tensions internes à l’université de Paris au xiiie

siècle: pauvreté, chasteté et hypocrisiexiiieMandosioLa classification des sciences dans le “Miroir des amoureux” et l’érotologie de Jean de MeunCalvetL’influence du “Roman de la Rose” dans les textes alchimiques des xiv et xv sièclesVielliardLes traductions de Jean de Meun: essai d’inventaire et postérité littérairexvieFritzJean de Meun traducteur de Boèce et d’Abélard: “Confort de philosophie” et “Confortable epistre”

4Troisième partie. Miren Lacassagne et Thierry Lassabatère, Courtoisie et chevalerie: la critique de Jean de Meun et d’Eustache Deschamps, pp. 231-255, établissent un rapprochement entre d’une part le roman et de l’autre le Lay de Franchise, les ballades évoquant l’âge d’or et le Miroir de mariage. Hélène Biu, «Tancier et fierernent parler». Honorat Bovet et “Maistre Jehan”, pp. 257-299, examine L’Apparicion maistre Jehan de Meun. Earl Jeffrey Richards, Jean de Meun mis en réseau: une analyse stylométrique de la Querelle du “Roman de la Rose”, pp. 301-316, essaye «à partir d’une analyse de la fréquence lexicale, de visualiser le réseau des communautés discursives qui existaient dans la production littéraire en français entre 1180 et 1430», de manière «à contextualiser la composition et la réception du Roman de la Rose jusqu’à la Querelle» (p. 301) et «visualiser la connectivité dans la culture littéraire en langue vulgaire» (p. 302). Marie-Hélène Tesnière, Le “Roman de la Rose” d’un rhodophile: le manuscrit français 1563 de la Bibliothèque nationale de France, pp. 317-340, examine ce manuscrit, vraisemblablement «la copie d’un recueil illustré, constitué sans doute par Pierre Col, chanoine de Notre-Dame de Paris, à la suite de la Querelle du Roman de la Rose» (p. 334); en annexe le relevé des illustrations du roman et les titres de chapitre du Testament dans le manuscrit. Elodie Gidoin, L’enlumineur Robinet Testard interprète du “Roman de la Rose” dans le ms. Douce 195 de la Bodleian Library, pp. 341-357, s’arrête plus particulièrement sur la figuration de la castration de Saturne et d’Origène, de l’âge d’or et du mari jaloux battant sa femme.

5La Conclusion par Jean-Patrice Boudet (pp. 359-363) et une Bibliographie indicative (pp. 365-370) terminent le volume.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

G. Matteo Roccati, « Jean de Meun et la culture médiévale. Littérature, art, sciences et droit aux derniers siècles du Moyen Âge »Studi Francesi, 186 (LXII | III) | 2018, 474-475.

Notizia bibliografica digitale

G. Matteo Roccati, « Jean de Meun et la culture médiévale. Littérature, art, sciences et droit aux derniers siècles du Moyen Âge »Studi Francesi [Online], 186 (LXII | III) | 2018, online dal 01 janvier 2019, consultato il 29 mars 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/14921

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals