Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

George Sand, Œuvres complètes - 1838, La Dernière Aldini

Lise Sabourin
p. 620-621
Notizia bibliografica:

George Sand, Œuvres complètes, sous la direction de Béatrice Didier, 1838, La Dernière Aldini, édition critique par Alex Lascar, Paris, Honoré Champion, 2012, pp. 237.

Testo integrale

1Écrit durant l’été 1837, après Les Maîtres mosaïstes, ce roman de Sand, qui relève du divertimento, parut dans la «Revue des deux mondes» en décembre 1837 et janvier 1838. Il reçut un accueil discret sans doute justifié par la liberté légère de ce capriccio, mais plut en Russie où Tourgueniev et Dostoïevski l’apprécièrent.

2C’est l’histoire, racontée à ses amis comédiens par Lélio, chanteur dilettante, dont la gaieté apparemment sereine masque la mélancolie secrète qu’exprime son goût pour les valses allemandes plutôt que pour la musique italienne. Fils d’un pauvre pêcheur de Chioggia, il a découvert Dante et l’Arioste grâce aux Cupidons, ces rapsodes voyageurs dont il a appris les chansons pour s’engager comme gondolier à Venise. Là, charmé par la voix d’une femme s’accompagnant à la harpe, il s’est introduit dans le palais Aldini où la charitable signora Bianca l’a engagé comme barcarolino sous le nom de Nello et aidé à développer son aptitude au chant. Amoureux de sa blonde patronne, il se fait chastement aimer de la noble dame, veuve d’un mari odieux qui la méprisait pour son origine roturière, au point qu’elle envisage même de l’épouser; mais la réprobation des domestiques s’ajoutant à la crainte de voir Bianca privée de sa fille Alezia par cette mésalliance, il s’écarte par délicatesse, la laissant à sa douleur et à sa dévotion. Dix ans plus tard, devenu primo tenore au théâtre San Carlo de Naples, il remarque un soir une toute jeune spectatrice inconnue, à la brune beauté froide, réputée orgueilleuse de sa noblesse, qui par ses coquetteries finit par le charmer. Or, fuyant un mariage arrangé dans sa caste, elle l’aime et voudrait l’épouser. Mais elle s’avère être la dernière Aldini, la fille de Bianca, entretemps remariée par convenance au prince Grimani. Ne voulant être «l’amant de la mère et le mari de la fille» (p. 177), Lélio renonce donc à cet amour, rend à sa mère Alezia qu’épousera par passion le comte Nasi, pour continuer la vie de bohème à laquelle il était donc destiné.

3George Sand introduit dans cette chronique vénitienne nourrie des souvenirs de son séjour avec Musset ses thèmes favoris: Lélio, issu du peuple, mais d’aristocratie naturelle, devient carbonaro par patriotisme comme la dame de Nohant s’est sentie républicaine; il oscille entre sensualité et amour idéalisé pour tenter de maîtriser ses passions; il affiche sa profession de foi envers le travail pour fortifier le don, tout en méditant sur le paradoxe du comédien et en déployant son humeur fantasque dans les conversations entre artistes. Sand fait aussi preuve dans ce récit pittoresque d’un désir de renouvellement du langage qui la mènera des romans du mariage désassorti aux romans rustiques de l’amour partagé. C’est donc une étape intéressante dans son parcours de créatrice que nous donne à lire cette édition, présentée et annotée par Alex Lascar (pp. 7-46).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, « George Sand, Œuvres complètes - 1838, La Dernière Aldini », Studi Francesi, 174 (LVIII | III) | 2014, 620-621.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, « George Sand, Œuvres complètes - 1838, La Dernière Aldini », Studi Francesi [Online], 174 (LVIII | III) | 2014, online dal 01 novembre 2014, consultato il 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/1569

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals