Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Medioevo

Miléna Mikhaïlova-Makarius, Amour au miroir. Les fables du fantasme ou la voie lyrique du roman médiéval

Graziella Pastore
p. 133-134
Notizia bibliografica:

Miléna Mikhaïlova-Makarius, Amour au miroir. Les fables du fantasme ou la voie lyrique du roman médiéval, Genève, Droz, 2016, «Publications Romanes et Françaises 266», 280 pp.

Testo integrale

1Ce volume est consacré au sort narratif du fantasme amoureux troubadouresque de la fin’amor dans le roman courtois médiéval en langue française (xiie-xive s.). Sur la base d’un corpus de romans et de dits, l’A. examine les stratégies de métaphorisation narrative du motif de l’amour vers une dame absente ou inaccessible de la poésie courtoise. Toute la question étant de savoir comment le récit donne figure à l’image de l’autre, le volume s’ouvre avec une introduction (pp. 9-26) reprenant des éléments de la théorie de la vision médiévale. Le travail est ensuite structuré en trois parties organisées en huit chapitres.

2La première partie (pp. 27-129), la plus articulée et convaincante du volume, est consacrée aux récits essayant, sans succès, de dépasser l’impossibilité d’atteindre l’être aimé dans le réel. C’est le cas du Lai de Narcisse (pp. 29-51), présentant deux chemins opposés qui mènent à l’amour: celui de Dané, où le déclanchement du processus amoureux fait suite à la vision de l’objet d’amour et mène à sa mise en image, et celui de Narcisse, allant de l’image dans l’eau à l’autre réel. Le deuxième exemple examiné est celui de Pyrame et Thisbé, couple destiné à vivre en imaginant l’autre, dans l’impasse d’un amour purement fantasmatique (pp. 53-74). Le troisième cas est Le Roman de la Rose, examiné dans la version de Guillaume de Lorris (pp. 75-106), où le mythe de Narcisse est déconstruit et où l’amour se vit dans le rêve, ainsi que dans la réponse de Jean de Meun (pp. 107-129), visant à montrer les voies trompeuses de la vision.

3La seconde partie (pp. 131-197) réunit des récits qui, en cherchant à accorder réalité et fantasme, proposent des solutions plus concrètes à l’impasse de l’amour lyrique. L’exemple le plus représentatif est constitué par Le Lai de l’Ombre (pp. 133-152), grâce à l’addition de la dame réelle et de son reflet dans le puits. Le chapitre suivant (pp. 153-197) examine le roman de Floris et Lyriopé de Robert de Blois, ainsi que celui de Galeran de Bretagne, les deux exploitant la symbolique du dédoublement à travers le trio d’un amant face à un couple quasi gémellaire.

4En dehors des romans lyriques, la troisième partie (pp. 199-226) examine la place du fantasme dans les dits: le Voir dit de Guillaume de Machaut, l’Espinette amoureuse et le Joli Buisson de Jonece de Jean Froissart.

5De par ses points communs avec Le Lai de l’ombre, une section à part («Réplique», pp. 227-265) est consacrée à l’analyse de la nouvelle Gradiva publiée par Wilhelm Jensen en 1903.

6L’étude est complétée par une brève conclusion, mettant l’accent sur la récupération de l’héritage lyrique à travers le mythe de Narcisse et de Pygmalion (pp. 259-265), par une bibliographie sélective (pp. 267-274), et par l’index des noms et des titres (pp. 275-276).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Graziella Pastore, « Miléna Mikhaïlova-Makarius, Amour au miroir. Les fables du fantasme ou la voie lyrique du roman médiéval », Studi Francesi, 187 (LXIII | I) | 2019, 133-134.

Notizia bibliografica digitale

Graziella Pastore, « Miléna Mikhaïlova-Makarius, Amour au miroir. Les fables du fantasme ou la voie lyrique du roman médiéval », Studi Francesi [Online], 187 (LXIII | I) | 2019, online dal 01 juillet 2019, consultato il 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/16170

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals