Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

George Sand, Œuvres complètes

Lise Sabourin
p. 176
Notizia bibliografica:

George Sand, Œuvres complètes sous la direction de Béatrice Didier, 1839, Spiridion, édition critique par Isabelle Hoog Naginski, notes en collaboration avec Marie-Jacques Hoog, Paris, Champion, 2018, 601 pp.

Testo integrale

1Spiridion, ce roman original qui a pu inspirer Le Nom de la rose à Umberto Eco se présente sans chapitres ni intrigue amoureuse, se déroulant par un relais opéré entre moines, de son éponyme à Fulgence puis Alexis jusqu’au jeune Angel, qui s’en fait le narrateur. Cette filiation intellectuelle correspond pleinement à la quête métaphysique de George Sand pendant ses recherches pour l’écriture de Consuelo et de La Comtesse de Rudolstadt. Parallèlement donc à cet ensemble romanesque célèbre naît ce curieux récit, dont les modèles restent insaisissables, qu’on les cherche du côté du roman gothique anglais, de Diderot ou de Lamennais, même si Sand admirait beaucoup les Paroles d’un croyant récemment condamnées par l’Église.

2Il faut plutôt pencher pour une auto-projection de la romancière, notamment dans le personnage du père Alexis, que ses lectures, reprenant les conclusions de Spiridion, rendent tout aussi hérétique par sa pratique absolue du libre examen. «Tolle, lege», la devise de saint Augustin, s’applique ici à une quête progressive vers l’idéal qui considère le christianisme comme un deuxième âge de l’humanité, celui du Fils dans la Trinité, après le poids du Père sur le judaïsme, et avant une marche vers le règne de l’Esprit comme «religion de l’avenir». Sand a été tout aussi boulimique de lectures religieuses, philosophiques et scientifiques que ses moines déviants, ayant commencé son programme par Abélard, Valdo, Wyclef, Huss, Luther, puis Pythagore, Zoroastre, Confucius, Épicure, Épictète, Spinoza, Leibnitz, Newton, Descartes et Montaigne, sans oublier des détours par le Coran, Shakespeare et Molière, et finalement, probablement prêté par Pierre Leroux, le Dictionnaire des hérésies, des erreurs et des schismes de l’abbé Pluquet.

3Œuvre jumelle de la première Lélia dès 1833, qui contient quelques détails augurant de sa germination, Spiridion est écrit jusqu’en 1838, avec cette même «souffrance humaine relevée par l’espoir divin». Puis s’ébauchent Les Sept Cordes de la lyre tandis que se met au point la première édition de notre roman en 1839, resté sans préface jusqu’en 1855, et avec une clôture différente de celle de 1842. Le remaniement des vingt dernières pages, le changement de contenu du testament de Spiridion retrouvé par Angel, le placement des trois précieux legs dans le squelette irradiant du fondateur de cette lignée hérétique révèlent combien Sand a évolué jusqu’à cette deuxième édition. Entre-temps est intervenue, parallèlement à la seconde Lélia, la lecture de Joachim de Flore, ce prophète médiéval de l’Évangile du futur.

4L’abondante et précieuse préface d’Isabelle Hoog Naginski (pp. 9-136) précise aussi combien Engelwald, roman inachevé et détruit, a pu nourrir Spiridion, lors du séjour à Majorque où bien de ses pages semblent s’être introduites dans le manuscrit en cours de gestation. Jugé sans doute trop ballanchien par Sand, de plus tombant mal au moment des attentats de Fieschi et Aubade, du fait de son apologie du régicide sur la personne de Napoléon par un illuminé autrichien, ce roman à l’existence presque mythique pour les sandiens pourrait bien s’être dissous dans la scission symboliquement sémantique de son titre en une forêt métaphysique (Wald) qui a donné naissance au novice narrateur découvreur de manuscrits (Engel).

5En tout cas, ce roman, méconnu mais majeur dans la pensée de George Sand, a été admiré de Renan et Taine, a nourri l’imaginaire de Théodore Bra, le sculpteur ami de Balzac qui inspira Séraphîta, de Gustave Doré, fasciné par Angel, et donné à penser à Dostoïevski, qui, outre sa mention élogieuse dans sa nécrologie de Sand, y trouva le message de fraternité pour une société nouvelle que recherche Les Frères Karamazov.

6C’est dire tout l’intérêt de cette édition critique, minutieusement annotée. Dommage que les notes soient numérotées en continu et rejetées en fin de volume (pp. 317-419), ce qui alourdit leurs appels et oblige à des va-et-vient constants pour les lire au fil du texte! Suivent les variantes dûment relevées quoique un peu lourdement présentées (pp. 421-586), puis la réception critique immédiate (pp. 587-593), la bibliographie et les index des personnes et des lieux.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, « George Sand, Œuvres complètes », Studi Francesi, 187 (LXIII | I) | 2019, 176.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, « George Sand, Œuvres complètes », Studi Francesi [Online], 187 (LXIII | I) | 2019, online dal 01 juillet 2019, consultato il 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/16542

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals