Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri189 (LXIII | III)ArticoliL’Émoi de l’Autre: traduire la po...

Articoli

L’Émoi de l’Autre: traduire la poésie (Leopardi face à Bonnefoy, Jaccottet, Orcel)

Fabio Scotto
p. 471-484

Abstract

This article is a corrected and revised version of a paper presented at the symposium “Traduire la poésie: les significations et le sens”, organised by Yves Bonnefoy and Carlo Ossola (Fondation Hugot du Collège de France, Paris, 5-6 November 2015), the proceedings of which were never published. It proposes to investigate, in the introduction and in the historical-theoretical survey, the lines of development of a school of thought in translation which has always championed meaning, in our own times overcoming defining dualities and “prejudicial objection” in favour of rhythm and form as active features of poetic subjectivity. In the third section, the analysis and comparison between three versions of Leopardi’s L’infinito allows us to draw attention in Jaccottet and Orcel to a tendency towards the imitative tracing of these features, which in the latter’s translation also tend towards the archaic, whilst in Bonnefoy the move away from these formal similarities corresponds to the translator’s poetic imperative, relating to his notion of “traduction au sens large”, and extending also to the poet-translator’s own creative work.

Torna su

Estratto del testo

Questo documento sarà pubblicato online con testo integrale in décembre 2020.

Piano

1. Préambule
2. Traduire: une petite histoire du sens. Des origines à nos jours
3. Traduire L’“Infinito” de Giacomo Leopardi: Yves Bonnefoy, Philippe Jaccottet, Michel Orcel

Anteprima del testo

1. Préambule

Le problème de la traduction poétique impose une réflexion historique préalable à même de montrer le rapport existant entre la poésie et l’origine de la littérature, ainsi que les modalités de communication du texte privilégiées par les créateurs qui permettent de comprendre les raisons pour lesquelles un certain texte a pu être traduit d’une certaine façon.

Cet aperçu historique montrera essentiellement que la théorie de la traduction dérive de sa pratique, qu’à de rares exceptions près la traduction, au moins jusqu’à la fin du xviiie siècle, a été surtout un problème de sens et que cette attitude n’est pas sans rapport avec une esthétique de la réception fondée sur l’ethnocentrisme et sur une volonté d’annexion souvent incapable de viser l’altérité de l’Autre comme valeur. En effet, la traduction met en jeu la relation profonde d’un sujet, mais aussi d’une culture, avec d’autres façons de penser, d’autres époques et d’autres visions du monde dont le statut est du point ...

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Fabio Scotto, « L’Émoi de l’Autre: traduire la poésie (Leopardi face à Bonnefoy, Jaccottet, Orcel) »Studi Francesi, 189 (LXIII | III) | 2019, 471-484.

Notizia bibliografica digitale

Fabio Scotto, « L’Émoi de l’Autre: traduire la poésie (Leopardi face à Bonnefoy, Jaccottet, Orcel) »Studi Francesi [Online], 189 (LXIII | III) | 2019, online dal 01 décembre 2020, consultato il 19 septembre 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/20606 ; DOI : https://doi.org/10.4000/studifrancesi.20606

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search