Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Medioevo

Les Prologues au “Conte du Graal”. “Élucidation”, “Bliocadran”, “L’Élucidation de l’hystoire du Graal” (1530)

Barbara Ferrari
p. 546
Notizia bibliografica:

Les Prologues au “Conte du Graal”. “Élucidation”, “Bliocadran”, “L’Élucidation de l’hystoire du Graal” (1530), Édition critique par Hélène Bouget, Paris, Classiques Garnier, 2018, «Textes littéraires du Moyen Âge» 46, pp. 191.

Testo integrale

1Ce volume réunit les deux ‘prologues’ apocryphes du Conte du Graal selon la version du ms. Mons, Bibl. de l’Université de Mons-Hainaut, 331/206 (témoin unique pour l’Élucidation), et leur mise en prose figurant dans la plupart des exemplaires de la vaste compilation du Perceval en prose imprimée en 1530 par Bernard Aubry pour Jean Longis, Jean Saint Denis et Galliot du Pré. Après l’édition complète du ms. de Mons publiée entre 1865 et 1871 par Ch. Poitevin (dont les défauts ont été soulignés depuis longtemps), les deux poèmes furent édités à la suite du roman de Chrétien de Troyes par A. Hilka (Halle, 1932) et, séparément, par les soins de A.V. Thompson (Élucidation, New York, 1931) et de L.D. Wolfgang (Bliocadran, Tübingen, 1976; texte du ms. London, BL, Add. 36614 avec les variantes du ms. de Mons). La transcription partielle du Perceval de 1530, comprenant les mises en prose des prologues, se lit dans l’édition Hilka du Conte du Graal. Cette nouvelle édition de H. Bouget a donc le mérite de rendre facilement accessible l’ensemble de ces textes.

2L’introduction comprend une bonne étude littéraire (pp. 7-63) qui situe d’abord l’Élucidation et le Bliocadran dans la tradition des romans graaliens en vers et passe ensuite en revue les problèmes posés par ces deux textes, tant du point de vue de l’interprétation du contenu, que de leur fonction narrative, notamment en regard de la somme romanesque transmise par le ms. de Mons (Prologues, Conte du Graal et Continuations). L’agencement des textes dans ce témoin, «d’autant plus exceptionnel qu’il œuvre véritablement en faveur de la continuité narrative» (p. 37), est étudié en détail. Un court paragraphe est aussi consacré à la postérité des prologues dans des adaptations étrangères du Conte du Graal (Rappoltsteiner Prarzival, Peredur) et à leur influence littéraire sur les cycles arthuriens en prose. La deuxième partie de l’introduction (pp. 64-87) comprend une présentation rapide de la tradition manuscrite et des éditions précédentes, l’étude de la langue du manuscrit, qui présente des traits «propres à la scripta picarde, mais pas exclusivement» (p. 67), et l’exposition soigneuse des principes qui ont guidé l’établissement du texte – visant à «reproduire le plus fidèlement possible le manuscrit de base» (p. 83) – et sa présentation. Une dernière section est consacrée à l’édition de 1530 (pp. 87-98), dont la source, comme l’ont montré les études de Maria Colombo Timelli, ne peut pas être le manuscrit de Mons – même s’il est le seul à présenter la même séquence de textes – puisqu’il contient une version différente de la Première Continuation; à moins que le prosateur ne l’ait connu que dans un second temps et que les deux prologues, imprimés d’ailleurs sur un cahier à part, n’aient été ajoutés après coup dans un certain nombre d’exemplaires. À l’analyse du travail d’adaptation fait suite la note sur l’établissement du texte, sans étude de la langue; la ponctuation de l’imprimé fait l’objet d’un développement spécifique.

3Les prologues sont édités soigneusement (pp. 99-136; 153-164); l’apparat enregistre les leçons rejetées et, pour le Bliocadran, les variantes du ms. de Londres. Les notes concernent des problèmes textuels, discutent quelques corrections proposées par les autres éditeurs et éclaircissent des passages dont la syntaxe ou la compréhension pourraient poser problème (pp. 137-141; 165-166). Quelques remarques à propos des textes; dans le passage: Cil de la court li demandoient | des pucieles ki cevauçoient | par le foriest c’ains mais n’avoient | esté, si avoient grant droit | del enquerre et del demander (vv. 173-177), la correction de la leçon du manuscrit avoit en avoient, à la rime (v. 175), rompant le couplet, ne paraît pas nécessaire si l’on comprend c’ains mais n’avoit esté comme ‘chose qui n’était jamais arrivée auparavant’; par contre, aux vv. 429-430 (Parmi cel païs cevaucierent | et le roi Artu guerrooient), la correction de cevaucierent en cevauçoient, adoptée par Thompson (p. 99), aurait permis de rétablir la rime. Les vv. 232 et 237 ne sont pas hypermetriques puisque jovenes est bisyllabique (comme le rappelle Thompson, p. 31; sur l’opportunité d’adopter la graphie jouene au lieu de jovene, cf. G. Roques, RLiR 1996, p. 296). Les glossaires sont sélectifs mais assez riches (pp. 142-151; 167-174); celui de la version en prose inclut plus systématiquement les mots ou les tournures continués en français moderne mais employés aussi avec un sens aujourd’hui disparu. Les locutions ne… jor ‘jamais’ (v. 99) et ensi n’ensi ‘en aucun cas’ (v. 535, commentée dans la note correspondante) auraient pu trouver place dans le glossaire. La Bibliographie (pp. 175-187) et un index des noms propres concernant toutes les versions (pp. 189-190) compètent le volume.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Barbara Ferrari, « Les Prologues au “Conte du Graal”. “Élucidation”, “Bliocadran”, “L’Élucidation de l’hystoire du Graal” (1530) »Studi Francesi, 189 (LXIII | III) | 2019, 546.

Notizia bibliografica digitale

Barbara Ferrari, « Les Prologues au “Conte du Graal”. “Élucidation”, “Bliocadran”, “L’Élucidation de l’hystoire du Graal” (1530) »Studi Francesi [Online], 189 (LXIII | III) | 2019, online dal 01 mars 2020, consultato il 30 mars 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/20701

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals