Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Medioevo

“Reinardus” 30

Paola Cifarelli
p. 548-549
Notizia bibliografica:

“Reinardus” 30, 2018.

Testo integrale

1Ce numéro de “Reinardus” contient une partie des communications présentées au colloque de la Société Internationale Renardienne qui s’est tenu à Reading du 13 au 16 juillet 2017; nous rendons compte ici des articles portant sur le Moyen Âge francophone.

2La contribution de Thierry Biquet («Beste à chief d’oliphant». L’anabulla dans la “Chevalerie Judas Macchabée” (Paris, BnF, fr. 15104) inspirée du “Liber de natura rerum” de Thomas de Cantimpré, pp. 24-46) a pour objet un animal rare décrit dans le roman en vers anonyme connu sous le titre de La Chevalerie de Judas Macchabée et de ses nobles frères, transmis par un ms. unique, ainsi que dans le Roman d’Alexandre. Tant le texte que l’illustration de l’anabulla, à savoir la girafe, représentent celle-ci comme un éléphant à crinière avec des pattes à sabots; l’A. montre que le poète ne suit pas la description présente dans le Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré, dont il s’inspire pourtant pour les descriptions des autres animaux. La source de ce portrait serait plutôt constituée par les indications marginales en langue vernaculaire destinées à l’illustrateur qui figurent dans le ms. Valenciennes, BM 320 du Liber de natura rerum, et qui n’ont pas été grattées après l’exécution de la miniature.

3Anne Cobby («Vez ci au feu la grasse oie!». Goose and all the trimmings in “Le prestre et Alison” and other fabliaux, pp. 47-64) examine le langage de la nourriture, et particulièrement les allusions à l’oie et aux autres volailles nobles, qui jouent un rôle narratif important dans l’intrigue de plusieurs fabliaux, dont ceux qui furent composés par Gautier Le Leu (Le sot chevalier, Le Fol Vilain, Deus Vilains, Connebert) et d’autres anonymes (Le Prestre teint, NRCF, t. 7, n. 81), L’Evesque qui beneï le con (t. 6, n. 68) ou L’oue au chapelain (t. 8, n. 86). Le Prestre et Alison par Guillaume Le Normand (t. 8, n. 91) constitue pour l’A. le texte le plus intéressant sous ce point de vue, car les aliments et la boisson contribuent à caractériser les personnages, mais aussi à faire évoluer l’histoire vers la ruse, l’exercice du pouvoir féminin et la séduction manquée.

4Joseph R. Johnson (Traces of renardie in the Archbishop’s Renart, pp. 94-123) se focalise sur le ms. I du Roman de Renart (Paris, BnF, fr. 12584, fin xive siècle), qui transmet une version abrégée, et donc généralement négligée par les éditeurs, mais riche en illustrations (513 miniatures), dont la particularité semble être de proposer au lecteur un jeu ambivalent entre message dévotionnel des images et contenu du texte. En s’appuyant sur les études qu’Ettina Niboer consacra à ce témoin en 1991 et 1993, l’A. se concentre sur trois feuillets particulièrement significatifs (1r, 61r, 157r-v) qui montrent respectivement le rôle de la raison – incarnée par Bruyant le Taureau – dans l’établissement d’une équivalence entre le monde bas des animaux et la sphère divine de la Vierge, la fonction des maniculae artistiquement très élaborées pour la mise en évidence des expressions proverbiales et de leur fonction amplificatrice de la narration, et enfin la particularité du distique final, caractéristique du texte dans ce ms., pour une peinture ambiguë du personnage de Renart.

5Un survol de l’influence exercée par le Physiologus sur la littérature et l’art du Moyen Âge est proposé par Jacqueline Leclerq-Marx (Le “Physiologus”, source d’inspiration pour l’art et la littérature du haut Moyen Âge et du Moyen Âge central, pp. 124-155) qui sélectionne quelques exemples significatifs susceptibles de montrer l’ampleur de cette emprise; du point de vue chronologique, l’analyse des rapports entre animaux du bestiaire et symboles des évangélistes, puis celle des Enigmata composés par les abbés Aldhelm et Eusebius prouvent que le Physiologus marqua profondément la culture du Haut Moyen Âge, particulièrement en milieu anglo-saxon. Le rôle des théologiens des xie et xiie siècle en tant que passeurs du contenu du Physiologus est ensuite associé à l’influence des bestiaires qui en dérivent pour montrer l’étendue de la présence de motifs animaliers dans l’iconographie de médaillons, vitraux, pièces d’orfèvrerie, édifices monumentaux et dans les miniatures (particulièrement celles qui ornent la Bible de Floreffe et les Évangiles d’Averbode). Ce travail se clôt sur quelques exemples tirés des encyclopédies et de la littérature médiévale.

6L’article de Rebecca Rist (The Papacy, Inquisition and Saint Guinefort the Holy Greyhound, pp. 190-211) a pour objet la dévotion que les fidèles de la Dombe vouèrent à saint Guinefort – en fait un lévrier guérisseur d’enfants; le De septem donis Spiritus Sancti de l’inquisiteur dominicain Stéphane de Bourbon, actif à partir des années 1230, est le texte clé pour cette enquête. Après avoir retracé l’activité de l’auteur et la proximité du saint-lévrier avec d’autres personnages issus du culte populaire, le chapitre De Suspicione du traité de Stéphane est analysé pour décrire les différentes phases du rite qui caractérise le sauvetage des enfants par le chien, ainsi que pour expliquer la raison de l’attitude peu sévère adoptée par l’inquisiteur face à ce culte.

7L’étude qui clôt ce volume (Kenneth Varty et Paul Wackers, A selective survey of visual representations of Reynardian Literature and fox lore in the last fifty years, pp. 212-258) est une véritable mine d’informations et de suggestions pour les chercheurs intéressés aux rapports entre le Roman de Renart dans ses différentes versions européennes et ses représentations visuelles. Issu des recherches des deux spécialistes attitrés de ce domaine, Kenneth Varty (auteur d’études fondatrices dans ce domaine et créateur de la Société Renardienne elle-même) et Paul Wackers (spécialiste des versions flamandes de l’épopée animalière, co-directeur de “Reinardus” pendant de longues années), cet article met l’accent sur les travaux, parfois méconnus, les plus significatifs des différentes tendances dans la recherche des cinquante dernières années; les domaines déjà explorés et les lacunes encore à combler sont mis en évidence, tandis que plusieurs pistes de recherche sont suggérées pour des travaux futurs, qui pourront concerner la littérature médiévale, mais aussi les adaptations contemporaines du Roman de Renart. Une bibliographie qui rendra les plus grands services à la communauté scientifique complète cette contribution richissime.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Paola Cifarelli, « “Reinardus” 30 »Studi Francesi, 189 (LXIII | III) | 2019, 548-549.

Notizia bibliografica digitale

Paola Cifarelli, « “Reinardus” 30 »Studi Francesi [Online], 189 (LXIII | III) | 2019, online dal 01 mars 2020, consultato il 30 mars 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/20721

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals