Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Quattrocento

Du temps que les bestes parloient. Mélanges offerts au professeur Roger Bellon, sous la direction de V. Méor-Bourquin et A. Barre

Paola Cifarelli
p. 556
Notizia bibliografica:

Du temps que les bestes parloient. Mélanges offerts au professeur Roger Bellon, sous la direction de V. Méor-Bourquin et A. Barre, Paris, Classiques Garnier, 2018, «Rencontres» 339, 518 pp.

Testo integrale

1Nous rendons compte ici de deux contributions concernant le xve siècle parues dans les mélanges offerts à Roger Bellon, examinés plus en détail dans la section consacrée au Moyen Âge.

2Estelle Doudet (Bêtes de scène. Les animaux et le théâtre au Moyen Âge, pp. 403-416) s’interroge sur la manière dont les créatures naturelles que sont les animaux sont utilisées dans les textes dramatiques en tant que personnages; leur rôle change suivant les genres, dont les conventions influencent le choix des espèces ainsi que leur fonction à l’intérieur de la représentation. Une question intéressante concerne la forme sous laquelle les animaux étaient mis en scène: le plus souvent incarnées par des joueurs, dont quelques pièces fournissent les indications à propos des déguisements, dans les farces, sotties et moralités les bêtes ont un rapport ambigu avec l’homme, à la fois de subordination et d’alliance, qui se fonde sur une «poétique de la métamorphose» (p. 414) et met en question le fonctionnement du jeu.

3Jean-Claude Mühlethaler (L’animal entre dénonciation satyrique et récupération subjective. Deux bestiaires lyriques: Eustache Deschamps et Charles d’Orléans, pp. 425-440) examine trois «balades de moralitez» d’Eustache Deschamps (n. CLXXV, LXXI et LXIII) et plusieurs poèmes de Charles d’Orléans (rondeaux n. 294, 289, 301, 448, 457et 301, ballade MCCCCLXXV) dans lesquels les animaux agissent comme moteur de la critique sociale mais aussi comme des doubles du je poétique; la satire, plus virulente chez Deschamps, appelle toujours une seconde lecture non politique ou anti-curiale surtout chez le Prince des Poètes. L’analyse très fine à laquelle les textes sont soumis montre le rôle des animaux dans  la déconstruction de l’idéal courtois qu’opèrent tant Deschamps que Charles d’Orléans, mais aussi la part que les bêtes ont dans la représentation du poète, tourmenté par la difficulté de communiquer.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Paola Cifarelli, « Du temps que les bestes parloient. Mélanges offerts au professeur Roger Bellon, sous la direction de V. Méor-Bourquin et A. Barre »Studi Francesi, 189 (LXIII | III) | 2019, 556.

Notizia bibliografica digitale

Paola Cifarelli, « Du temps que les bestes parloient. Mélanges offerts au professeur Roger Bellon, sous la direction de V. Méor-Bourquin et A. Barre »Studi Francesi [Online], 189 (LXIII | III) | 2019, online dal 01 mars 2020, consultato il 10 avril 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/20962

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals